Odyssée la ruse de Pénéloppe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Odyssée la ruse de Pénéloppe

Message par bibliominis le Jeu 7 Mai 2009 - 22:25

Pénéloppe tisse un linceul pour Ulysse ou pour le père d'Ulysse ?
Je lis que la femme de Laerte est morte. Je crois donc que Pénéloppe tisse un linceul pour Laerte. Mais bon je n'en suis pas sûre.
Dans une autre traduction, je lis que Péneloppe tisse un linceul pour Ulysse.
Avis aux spécialistes !

bibliominis
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Odyssée la ruse de Pénéloppe

Message par missfifi le Jeu 7 Mai 2009 - 22:42

J'ai dit à mes élèves que c'était un linceul pour Laerte...

missfifi
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Odyssée la ruse de Pénéloppe

Message par Abraxas le Ven 8 Mai 2009 - 7:05

Oui, absolument.
Elle ne peut pas tisser un linceul pour un absent…

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Odyssée la ruse de Pénéloppe

Message par Invité le Ven 8 Mai 2009 - 8:15

Elle ne doit pas réellement croire Ulysse mort, sinon elle ne ruserait pas pour l'attendre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Odyssée la ruse de Pénéloppe

Message par melaniguiz le Ven 8 Mai 2009 - 8:17

Je dis aussi que c'est pour le père d'Ulysse.

melaniguiz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Odyssée la ruse de Pénéloppe

Message par bibliominis le Ven 8 Mai 2009 - 9:06

Merci. J'ai donc une traduction qui n'est pas bonne.

bibliominis
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Odyssée la ruse de Pénéloppe

Message par Abraxas le Ven 8 Mai 2009 - 9:23

Odyssée, II, vers 97-110 / c'est Antinoos qui parle :
"Tu sais l'une des ruses qu'avait ourdies son cour. Elle avait au manoir dressé un grand métier, et, feignant d'y tisser un immense linon, nous disait au passage : "Mes jeunes prétendants, je sais bien qu'il n'est plus, cet Ulysse divin ! mais malgré vos désirs de hâter cet hymen, permettez que j'achève : tout ce fil resterait inutile et perdu. C'est pour ensevelir notre seigneur Laërte : quand la Parque de mort viendra tout de son long le coucher au trépas, quel serait contre moi le cri des Achéennes, si cet homme opulent gisait là sans suaire !"
Trad. Victor Bérard — la seule bonne.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum