Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

"Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par John le Mer 01 Oct 2014, 11:00
Longtemps, Maggie fut une bonne élève. Puis un jour, ses résultats ont fléchi et la sentence est tombée: condamnée à redoubler. Et tout son univers s'est écroulé, avec le sentiment de n'être plus bonne à rien, la honte d'être la plus vieille de la classe, la déception dans le regard de ses parents... Alors elle a décroché de l'école, s'est réfugiée, dit-elle, "dans une poubelle". Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet.

Maggie-la redoublante a eu la chance de trouver sur son chemin le Lycée de la Nouvelle chance de Cergy-Pontoise (Val d'Oise), une petite structure qui accueille des décrocheurs. Elle a passé son bac cette année et vient de rentrer en fac. Mais elle n'a rien oublié. Et alors qu'on reparle ces jours-ci de redoublement, avec la volonté de la ministre de l'Education Najat Valllaud-Belkacem de le rendre "exceptionnel", elle a voulu transmettre un texte qu'elle a écrit sur le sujet, pour faire savoir le mal qu'un redoublement peut faire.

Voici son texte qu'elle a intitulé "Le conte de Maggie":

«Un jour je parlerai. Mais là, maintenant, je suis prisonnière dans une poubelle pleine de déchets. Avant j’avais un nom, je m’appelais Maggie et j’étais bonne élève. Mes grands-parents parlaient toujours de ma réussite. Lorsqu’ils invitaient des amis, j’étais mise à l’honneur : «Maggie n’existe pas mais sa réussite existe bien», disaient-ils «et nous sommes fiers de pouvoir le crier haut et fort.» Ils étaient fiers et orgueilleux car ni leurs amis ni eux-mêmes n’avaient fait un tel parcours. Tout le monde s’accordait sur le fait que je réussissais à l’école.

Mais un jour cette réussite s’éteignit et ce fut comme un orage qui arrivait pour s’installer. La tension était palpable, les regards plus lourds, et la sanction tomba le troisième trimestre de l’année: Maggie redouble.

Elle ne s’en remettrait pas. Désormais, la réussite ne lui collait plus à la peau. Il fallut trouver un autre mot pour remplacer ce vide. Maggie était maintenant une redoublante. A ces mots, les yeux s’agitaient comme le tic-tac de l’aiguille d’une horloge. Et l’on posait des regards endeuillés sur ses parents. Certains même ne pouvaient s’empêcher d’avoir un sourire de mépris pour la «pauvre petite» si brillante autrefois. Elle était tombée de bien haut dans l’estime de ses pairs.

Une redoublante. Maggie ne s’en remettait pas. Maintenant, le nom Maggie n’existait plus. Il ne restait plus qu’une Redoublante.

A la rentrée, au début de l’année revenait comme à chaque rentrée la question la plus redoutable et déplorable à ses yeux: «Levez la main les redoublants !». Comme si cela ne suffisait pas de redoubler, il fallait le crier haut et fort pour que tout le monde fasse le constat d’un contre-exemple, d’une belle réussite et d’un bel avenir compromis. Et là les étiquettes tombent. Redoublante est égale à plus vielle et redoublante est égale à mauvais élève. Redoublante est égale à Redoublante.

L’année suivante ne fut pas facile. Elle s’était enfermée dans ce mot de onze lettres. Onze lettres qui tombaient chacune comme des sentences.
La première disait: «Tu n’es bonne à rien !»
La suivante: «Regarde la, c’est désespérant !»
La troisième: «Ayez pitié !»
La quatrième: «Autant la mettre dans une poubelle !»
La cinquième: «Même sa réussite est vaine !»
La sixième: «D’accord avec toi, U, tous ses efforts sont vains dès aujourd’hui !»
La septième, la huitième: «Redoublante ! Redoublante !» répétaient-ils sans relâche.
La neuvième: «Ta réussite est sans signification !»
La dixième: «Je te condamne à l’échec !»
La onzième et la plus terrible: «Tu es ta note, tu es faible, tu es dégradante et tu es comme une mauvaise herbe, un déchet !»

Redoublante se résolut à se réfugier dans une poubelle.
http://classes.blogs.liberation.fr/soule/2014/09/levez-la-main-les-redoublants-.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
Pierre-Henri
Habitué du forum

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Pierre-Henri le Mer 01 Oct 2014, 11:04
Véronique Soulé écrit des évangiles, maintenant ?
avatar
Berni
Niveau 6

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Berni le Mer 01 Oct 2014, 11:35
Bon ce n'est pas drôle de redoubler mais je pense qu'il faut arrêter..et je sais de quoi je parle, j'ai redoublé ma première et franchement le deuxième année m'a permise de mieux comprendre, d'assimiler ce que je n'avais fait que survoler..Et j'ai un tas d'amis ex-redoublants qui me disent le même chose..;je vois aussi dans les classes des redoublements "réussis" où les élèves "profitent" de cette deuxième année pour repartir du bon pied, pour participer plus, pour oser poser des questions et enfin COMPRENDRE un tas de notions qui leur étaient passées à côté...
après que certains en souffrent je le sais mais n'Est-ce pas parce que cela leur a mal été "présenté"?

avatar
henriette
Médiateur

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par henriette le Mer 01 Oct 2014, 12:45
la déception dans le regard de ses parents...

Ben ceci n'explique-t-il pas cela ? Je veux dire, je connais plein de cas dans ma famille ou mes amis de gens ayant redoublé et n'ayant pas du tout vécu cela comme ça, au contraire.
Il ne faut pas faire une cas général d'une situation manifestement très particulière.
avatar
Marie Laetitia
Bon génie

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Marie Laetitia le Mer 01 Oct 2014, 13:10
Il a été question de cet article de blog déjà sur un autre fil...

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
Bouboule
Esprit éclairé

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Bouboule le Mer 01 Oct 2014, 13:13
Article vide qui n'apporte rien au sujet. Aucune analyse, que du pathos personnel.
avatar
Robin
Neoprof expérimenté

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Robin le Mer 01 Oct 2014, 13:55
Le redoublement peut avoir des effets positifs à condition de ne pas être subi. Il faut que non seulement la famille, mais aussi l'élève soit d'accord, sinon, ça n'a pas d'effets bénéfiques. J'ai participé, comme les collègues,  à d'innombrables conseils de classe au cours desquels on faisait passer des élèves à 7 de moyenne, ou même moins, parce que "de toutes façons, ça ne servirait à rien" : élève qui s'ennuie en classe, qui n'aime pas l’École et qu'il vaut mieux laisser sortir le plus vite possible. Ces élèves-là grandissent et se retrouvent avec des élèves plus jeunes et moins costauds, avec tous les problèmes qui s'ensuivent. Bien entendu les élèves (et les parents des élèves) qui ont de meilleurs résultats et auxquels on propose le redoublement ne comprennent pas. Par ailleurs, l’État cherche à faire des économies de tous les côtés et le redoublement a un coût. Tout va donc dans le sens de la suppression pure et simple des redoublements. Le témoignage de cette élève contribue à justifier la chose.


Dernière édition par Robin le Mer 01 Oct 2014, 14:03, édité 1 fois
avatar
Sylvain de Saint-Sylvain
Expert

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mer 01 Oct 2014, 14:00
Ce texte n'illustre pas les effets du redoublement, mais les effets d'une pression familiale délirante. Puisque notre conteuse écrit : «Maggie n’existe pas mais sa réussite existe bien», c'est bien que le problème était antérieur au redoublement. Autant supprimer aussi la réussite scolaire.

C'est vraiment n'importe quoi. Neutral

_________________
Les moyens sont le contraire des procédés; se borner à obtenir une perfection formelle déjà créée, c’est se donner pour but le jeu de moyens déjà établis et connus. Ce n’est ni un noble effort à tenter ni un but élevé à atteindre. (Reverdy, "Certains avantages d'être seul")
avatar
Robin
Neoprof expérimenté

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Robin le Mer 01 Oct 2014, 14:05
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:Ce texte n'illustre pas les effets du redoublement, mais les effets d'une pression familiale délirante. Puisque notre conteuse écrit : «Maggie n’existe pas mais sa réussite existe bien», c'est bien que le problème était antérieur au redoublement. Autant supprimer aussi la réussite scolaire.

C'est vraiment n'importe quoi. Neutral

Oui, je suis peut-être pessimiste, mais j'ai l'impression que c'est la logique du système.
avatar
Igniatius
Guide spirituel

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Igniatius le Mer 01 Oct 2014, 20:06
Quel texte idiot et facile.


Je suis sûr que quelqu'un possédant un peu de talent pourrait faire pleurer dans les chaumières sur le thème "Bobby raconte toute la souffrance que fut la lecture de Libé pendant 20 ans. Un témoignage qui éclaire parfaitement la vacuité de ce journal."

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
Contenu sponsorisé

Re: "Dans un texte, Maggie raconte toute la souffrance que fut ce redoublement. Un témoignage qui éclaire parfaitement les études sur le sujet".

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum