Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Dinaaa le Ven 17 Oct 2014 - 10:10

@Jane a écrit:
@Leclochard a écrit:
@JPhMM a écrit:
Quand on s'assoie tranquillement dans l'herbe, qu'on regarde l'arbre devant soi bouger lentement, qu'on ressent soudain un chatouillement sur les doigts et qu'on constate en souriant que deux petites fourmis ont décidé d'en faire l'escalade, on se souvient alors que souvent on essaie de nous faire croire qu'il existerait autre chose que la vie personnelle. En réalité, rien d'autre n'existe vraiment. Et plus le temps passe, moins je comprends comment on arrive à nous faire croire qu'une priorité pourrait être centrée ailleurs que sur elle.

Peut-être parce qu'il y a tout un discours injonctif et moral autour du travail ?
Peut-être cela dépend-il de la valeur qu'on donne à son temps ?
Je plains sincèrement ceux qui n'ont pas la distance nécessaire pour voir que le travail n'est pas un but, mais un moyen et qui choisissent d'accroître leur aliénation.

Plus je vieillis et moins je consacre de temps au boulot: Je suis à côté du collège; je n'ai que deux niveaux; je ne suis plus professeur principal; je fais moins de devoirs; je consacre les heures sans cours à corriger.
Cette année, j'ai l'impression de vivre pleinement pour ce qui m'intéresse réellement.

topela
Merci d'avoir si bien résumé ma pensée.

Merci aussi d'avoir dit cela si joliment.
J'ai cru comprendre que FiatLux, à l'orgine de ce post, est jeune et sans enfant : je peux comprendre que la jeunesse lui donne envie de s'investir beaucoup dans son activité professionnelle. Qu'elle considère néanmoins qu'elle sera dans son futur établissement pour 8-10 ans minimum avant d'espérer une mutation et que, peut-être, ses choix d'aujourd'hui peuvent devenir pesants à terme.
Et le jour où on doit laisser ses enfants à 6h50 chez une nounou payée à prix d'or pour rouler comme une folle en espérant arriver à l'heure au travail, on trouve le collège situé à 1h moins épanouissant, aussi sympa soient les élèves et les collègues. humhum


Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par JPhMM le Ven 17 Oct 2014 - 10:13

@Leclochard a écrit:
@JPhMM a écrit:
@Leclochard a écrit:

Pareil. Mes priorités ne sont plus le travail.
Pour que j'accepte de perdre deux heures de ma vie quatre ou cinq fois par semaine dans une bagnole, il faudrait vraiment que je ne puisse plus faire mon boulot et que cela me mine le moral.

Comme tu es jeune et sans famille, je comprends que tu fasses d'autres choix.
Quand on s'assoie tranquillement dans l'herbe, qu'on regarde l'arbre devant soi bouger lentement, qu'on ressent soudain un chatouillement sur les doigts et qu'on constate en souriant que deux petites fourmis ont décidé d'en faire l'escalade, on se souvient alors que souvent on essaie de nous faire croire qu'il existerait autre chose que la vie personnelle. En réalité, rien d'autre n'existe vraiment. Et plus le temps passe, moins je comprends comment on arrive à nous faire croire qu'une priorité pourrait être centrée ailleurs que sur elle.

Peut-être parce qu'il y a tout un discours injonctif et moral autour du travail ?
Peut-être cela dépend-il de la valeur qu'on donne à son temps ?
Je plains sincèrement ceux qui n'ont pas la distance nécessaire pour voir que le travail n'est pas un but, mais un moyen et qui choisissent d'accroître leur aliénation.

Plus je vieillis et moins je consacre de temps au boulot: Je suis à côté du collège; je n'ai que deux niveaux; je ne suis plus professeur principal; je fais moins de devoirs; je consacre les heures sans cours à corriger.
Cette année, j'ai l'impression de vivre pleinement pour ce qui m'intéresse réellement.
topela

Et je ne mange plus à cantine professeur

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par surfeuse le Ven 17 Oct 2014 - 10:15

Je m'interroge sur la distinction "vie personnelle" vs "vie professionnelle". J'envie ceux qui affirment pouvoir faire abstraction des difficultés rencontrées au cours de la journée de travail, de retour chez eux. A vrai dire, je doute un peu de cette étanchéité des cloisons dans la vie psychique...
Descartes

_________________
"L'école est faite pour libérer les enfants de l'amour de leurs parents. C'est une machine de guerre contre la famille "
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." (Alain).

surfeuse
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par JPhMM le Ven 17 Oct 2014 - 10:22

Il ne s'agit pas d'une question d'étanchéité.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Lefteris le Ven 17 Oct 2014 - 10:50

Il y a pas mal de paramètres qui entrent en jeu dans le recul qu'on peut prendre par rapport à son boulot. L'âge,  les expériences antérieures éventuelles sur le monde du travail qui font beaucoup relativiser, réduisent les attentes, donc les déceptions qui pourraient en résulter. L'absence  de croyance au discours ambiant, à l'hypocrisie générale, donc on est hermétique au "système", on ne joue pas le jeu, avec son agitation, sa langue de bois.
Ensuite, il y a la masse de travail : si l' on ramène trop de travail , on a le sentiment qu'on se fait voler sa vie ( mon cas au début, je m'en sortais difficilement, évidemment en lettres, avec 4 niveaux Rolling Eyes ...) , donc  on pense au boulot et ça aggrave le sentiment de pénibilité, de gâchis vu ce qu'on vit en retour.
Quand ce sont les élèves qui sont insupportables (cas hélas fréquent), on les oublie vite quand on habite près, qu'on a autre chose à faire , qu'on a la chance de ne jamais manger à la cantine pour en entendre encore parler. (Ca vaut à mon avis pour n'importe quel métier  : ne pas manger quand on peut sur son lieu de travail, je déjeunais  toujours à l'extérieur avant, ou bien j'allais faire du sport).  

Après il y a les centres d'intérêts dans la vie , les priorités personnelles  qu'on se donne ou qui s'imposent au fil de la vie. L'attitude d'un jeune crétin  passionné par son portable, la téléréalité, le foot et le show biz m'énerve sur le moment, mais je ne l'emmène pas chez moi ... Very Happy
Je déconnecte assez vite du boulot, raison pour laquelle je ne lâcherai pas la proie pour l'ombre. Finalement, c'est plus la situation générale  dans laquelle a dégringolé l'école qui  me chagrine  que ma propre situation.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Al le Ven 17 Oct 2014 - 12:24

Ben moi je m'identifie effectivement à mon statut, mon métier (oui je suis jeune ^^) par contre hors de question que ça mine mon équilibre. Au contraire j'ai besoin que mon activité professionnelle qui me demande 40h/semaine minimum m'apporte aussi plein de choses sur un plan personnel. Ceux qui disent "c'est juste pour manger, je compte pas là dessus pour que ça me nourrisse autrement", ça vous rend pas dingue de penser à tout ce temps où vous semblez ne pas exister pour vous-même ? c'est ça l'aliénation je trouve. Si le boulot me déçoit, je limite drastiquement mon temps de travail (= je fais moins bien mon boulot) et si la situation perdure je change. Je vois beaucoup de collègues usés, aigris, qui comme Lefteris doivent se dire qu'ailleurs c'est pas plus vert, alors que pour aller d'un établissement à l'autre je vois bien que la différence est parfois hallucinante affraid ; beaucoup de gens sont fatalistes et acceptent une souffrance au quotidien qui m'effraie (je ne dis pas que c'est le cas de Lefteris mais son raisonnement je l'ai retrouvé chez des collègues dans un état qui fait franchement peur). Ca me rappelle une phrase de Maupassant "il entrait au ministère à la façon d'un coupable qui se constitue prisonnier". Pourquoi faudrait-il accepter ça sous prétexte qu'il faut bien manger et que la seule vie qui vaille est celle extérieure au boulot? C'est impossible de séparer les deux, on a qu'une vie. Si 60% (oui je suis sympa dans le compte!) de la journée se passe à souffrir ou à n'éprouver aucun intérêt pour ce qu'on fait, ce qui se passe devant nous, c'est chaud quand même.
Pour revenir au sujet c'est clair que 35 minutes un établissement cool / 15 minutes un pas terrible (en voiture) c'est pas la même problématique qu'1h / 15 mins. Ca dépend de ce qu'on peut obtenir en EDT, mais je dirais surtout de la donnée relativement stable des élèves (type de public recruté). C'est le critère que je pense regarder pour un poste fixe un jour (après avoir demandé à de "vieux" profs ce qu'ils retenaient de toute leur carrière).

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."

Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Fesseur Pro le Ven 17 Oct 2014 - 12:29

@SimoneS. a écrit: (notamment parce que j'ai bien bien du mal avec l'entretien Pravda par lequel passent tous les postulants en Eclair).
Il y a forcément un entretien quand on demande un établissement de ce type ?

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Lefteris le Ven 17 Oct 2014 - 12:50

@Al a écrit:Ben moi je m'identifie effectivement à mon statut, mon métier (oui je suis jeune ^^) par contre hors de question que ça mine mon équilibre. Au contraire j'ai besoin que mon activité professionnelle qui me demande 40h/semaine minimum m'apporte aussi plein de choses sur un plan personnel. Ceux qui disent "c'est juste pour manger, je compte pas là dessus pour que ça me nourrisse autrement", ça vous rend pas dingue de penser à tout ce temps où vous semblez ne pas exister pour vous-même ? c'est ça l'aliénation je trouve. Si le boulot me déçoit, je limite drastiquement mon temps de travail (= je fais moins bien mon boulot) et si la situation perdure je change. Je vois beaucoup de collègues usés, aigris, qui comme Lefteris doivent se dire qu'ailleurs c'est pas plus vert, alors que pour aller d'un établissement à l'autre je vois bien que la différence est parfois hallucinante affraid ; beaucoup de gens sont fatalistes et acceptent une souffrance au quotidien qui m'effraie (je ne dis pas que c'est le cas de Lefteris mais son raisonnement je l'ai retrouvé chez des collègues dans un état qui fait franchement peur). Ca me rappelle une phrase de Maupassant "il entrait au ministère à la façon d'un coupable qui se constitue prisonnier". Pourquoi faudrait-il accepter ça sous prétexte qu'il faut bien manger et que la seule vie qui vaille est celle extérieure au boulot? C'est impossible de séparer les deux, on a qu'une vie. Si 60% (oui je suis sympa dans le compte!) de la journée se passe à souffrir ou à n'éprouver aucun intérêt pour ce qu'on fait, ce qui se passe devant nous, c'est chaud quand même.
Pour revenir au sujet c'est clair que 35 minutes un établissement cool / 15 minutes un pas terrible (en voiture) c'est pas la même problématique qu'1h / 15 mins. Ca dépend de ce qu'on peut obtenir en EDT, mais je dirais surtout de la donnée relativement stable des élèves (type de public recruté). C'est le critère que je pense regarder pour un poste fixe un jour (après avoir demandé à de "vieux" profs ce qu'ils retenaient de toute leur carrière).

Mais moi, je ne souffre pas du tout , justement parce que j'habite près, et que je ne suis pas prisonnier de mon établissement ! (je souffre beaucoup plus de mes récentes blessures, bien réelles... Very Happy ). Si je devais effectivement passer 60 % de ma journée à me pourrir la vie, je ne raisonnerais pas ainsi, je préfèrerais peut-être 80 % dans d'autres conditions. Mais là, par exemple, j'ai deux journées avec des trous de 4 à 5 heures, matinée puis fermeture de l'établissement. Imagine ça ajouté aux transports, alors que là, je suis chez moi pendant le "trou". Et les jours où je finis tôt, c'est 20% de ma journée, pas 60% . Après le travail à la maison, ça pèse moins lourd, et puis on finit par mieux s'organiser, étaler, profiter de sa journée et reporter les copies sur un WE pluvieux.
Et je remarque quand même qu'au fil des années, malgré la faible qualité de l'établissement, de plus en plus de collègues arrivent en poste fixe, qui habitent à proximité.Et ceux qui habitent loin font des demandes de mutation pour se rapprocher. Il doit bien y avoir quelque chose d'important, quand même, dans le temps de trajet... scratch

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par SimoneS. le Ven 17 Oct 2014 - 14:02

@Fesseur Pro a écrit:
@SimoneS. a écrit: (notamment parce que j'ai bien bien du mal avec l'entretien Pravda par lequel passent tous les postulants en Eclair).  
Il y a forcément un entretien quand on demande un établissement de ce type ?

Théoriquement oui, soit organisé par le CDE, soit centralisé au rectorat.
Il y a cependant quelques exceptions : une candidate auditionnée avant moi, originaire de l'académie de Créteil, m'avait raconté qu'on y faisait pas passer l'entretien parce que de toute façon il y avait beaucoup trop d'établissements Eclair et trop de stagiaires/neo-tits affectés là-bas. S'il avait fallu en plus vérifier qu'on était volontaire/qu'on avait la bonne mentalité, la pénurie actuelle d'enseignants y serait encore pire !

SimoneS.
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par FiatLux le Ven 17 Oct 2014 - 18:21

J'ai cru comprendre que FiatLux, à l'orgine de ce post, est jeune et sans enfant : je peux comprendre que la jeunesse lui donne envie de s'investir beaucoup dans son activité professionnelle. Qu'elle considère néanmoins qu'elle sera dans son futur établissement pour 8-10 ans minimum avant d'espérer une mutation et que, peut-être, ses choix d'aujourd'hui peuvent devenir pesants à terme.
Et le jour où on doit laisser ses enfants à 6h50 chez une nounou payée à prix d'or pour rouler comme une folle en espérant arriver à l'heure au travail, on trouve le collège situé à 1h moins épanouissant, aussi sympa soient les élèves et les collègues. humhum

Oui, c'est aussi un paramètre qui complique la décision. Pour l'instant je n'ai pas d'enfant, mais j'ai le projet d'en avoir ... J'y pense et je me dis qu'habiter près de chez moi sera moins coûteux, plus pratique, et que ça me permettra peut-être d'avoir davantage de recul. Tous mes collègues qui ont des enfants me disent qu'ils aident à relativiser et à mieux digérer les journées pourries.

FiatLux
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Al le Ven 17 Oct 2014 - 18:54

@FiatLux a écrit:La question a l'air de détenir la réponse, mais pas tant que ça. Je me pose réellement la question. J'habite à 15 minutes de mon établissement actuel et je ne m'y sens pas bien. En comparaison, j'habite à 1h d'un autre établissement dans lequel j'ai déjà enseigné et dans lequel je me plaisais beaucoup. Alors je me torture. Heureusement c'est encore tôt par rapport aux mutations, j'ai le temps d'y réfléchir. Mais j'ai peur de ne jamais avancer dans mes réflexions et pire, de faire une énorme bêtise.
Mais en fait, qui te dit que tu obtiendras ta mutation ? et si jamais tu l'obtiens, tu ne peux pas prévoir l'avenir, peut-être déménagerez-vous ; peut-être les trajets t'iront en fonction des EDT ; peut-être ton établissement actuel va brutalement s'améliorer et la question ne se posera plus... là on dirait que tout est gravé dans le marbre heu la vie c'est un peu plus imprévisible et souple que ça non?

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."

Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Al le Ven 17 Oct 2014 - 18:56

@FiatLux a écrit:
J'ai cru comprendre que FiatLux, à l'orgine de ce post, est jeune et sans enfant : je peux comprendre que la jeunesse lui donne envie de s'investir beaucoup dans son activité professionnelle. Qu'elle considère néanmoins qu'elle sera dans son futur établissement pour 8-10 ans minimum avant d'espérer une mutation et que, peut-être, ses choix d'aujourd'hui peuvent devenir pesants à terme.
Et le jour où on doit laisser ses enfants à 6h50 chez une nounou payée à prix d'or pour rouler comme une folle en espérant arriver à l'heure au travail, on trouve le collège situé à 1h moins épanouissant, aussi sympa soient les élèves et les collègues.  humhum

Oui, c'est aussi un paramètre qui complique la décision. Pour l'instant je n'ai pas d'enfant, mais j'ai le projet d'en avoir ... J'y pense et je me dis qu'habiter près de chez moi sera moins coûteux, plus pratique, et que ça me permettra peut-être d'avoir davantage de recul. Tous mes collègues qui ont des enfants me disent qu'ils aident à relativiser et à mieux digérer les journées pourries.

ps : elles ont des anges tes collègues, tant mieux pour elles... parce que quand t'es mise par terre par des gamins de zep toute la journée et qu'en rentrant chez toi t'as tes petits qui s'étripent... je sais pas si on peut parler de "relativisation" Laughing blague à part une collègue m'avait dit justement être partie de zep car elle trouvait que ça rejaillissait trop sur sa vie de famille et notamment sa patience avec ses 3 enfants.

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."

Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Dinaaa le Ven 17 Oct 2014 - 19:16

@Al a écrit:
@FiatLux a écrit:
J'ai cru comprendre que FiatLux, à l'orgine de ce post, est jeune et sans enfant : je peux comprendre que la jeunesse lui donne envie de s'investir beaucoup dans son activité professionnelle. Qu'elle considère néanmoins qu'elle sera dans son futur établissement pour 8-10 ans minimum avant d'espérer une mutation et que, peut-être, ses choix d'aujourd'hui peuvent devenir pesants à terme.
Et le jour où on doit laisser ses enfants à 6h50 chez une nounou payée à prix d'or pour rouler comme une folle en espérant arriver à l'heure au travail, on trouve le collège situé à 1h moins épanouissant, aussi sympa soient les élèves et les collègues.  humhum

Oui, c'est aussi un paramètre qui complique la décision. Pour l'instant je n'ai pas d'enfant, mais j'ai le projet d'en avoir ... J'y pense et je me dis qu'habiter près de chez moi sera moins coûteux, plus pratique, et que ça me permettra peut-être d'avoir davantage de recul. Tous mes collègues qui ont des enfants me disent qu'ils aident à relativiser et à mieux digérer les journées pourries.

ps : elles ont des anges tes collègues, tant mieux pour elles... parce que quand t'es mise par terre par des gamins de zep toute la journée et qu'en rentrant chez toi t'as tes petits qui s'étripent... je sais pas si on peut parler de "relativisation" Laughing blague à part une collègue m'avait dit justement être partie de zep car elle trouvait que ça rejaillissait trop sur sa vie de famille et notamment sa patience avec ses 3 enfants.

Alors là, je deviens soudainement d'accord avec Al ! Twisted Evil
Mais l'avantage, c'est que quand on crise à 18h50 parce que le grand n'a pas fini ses devoirs, que la petite a renversé tout le shampoing par terre (pas dans la salle de bain, ce serait trop simple, mais dans sa chambre, l'objectif de départ étant de laver les cheveux de Barbie, bien sûr), que la ratatouille est en train de cramer dans le four et que "le père" envoie un sms pour signaler qu'il va boire un verre avec ses collègues au lieu de rentrer s'occuper de ses rejetons, on oublie complètement le travail, pas de souci ! Laughing
Pardon de faire dévier la réflexion Razz

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par leyade le Ven 17 Oct 2014 - 19:17

Dinaaaa, Laughing

Fiatlux :
C'est pas qu'on relativise vraiment, c'est juste qu'on préfère se faire piétiner par ses mouflets que par les morveux des autres! Razz

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.

leyade
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Dinaaa le Ven 17 Oct 2014 - 19:19

@leyade a écrit:Dinaaaa, Laughing

Fiatlux :
C'est pas qu'on relativise vraiment, c'est juste qu'on préfère se faire piétiner par ses mouflets que par les morveux des autres! Razz

Quitte à se faire piétiner, autant que ça soit par ses propres héritiers, évidemment topela

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Al le Ven 17 Oct 2014 - 19:56

Ah oui, ok, dans ce sens là... Laughing bon arrêtez avec vos histoires là y en a qui ont pas encore fondé une famille et qui aimeraient en avoir encore un minimum envie Embarassed Razz

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."

Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Osmie le Ven 17 Oct 2014 - 20:17

@Dinaaa a écrit:
@leyade a écrit:Dinaaaa, Laughing

Fiatlux :
C'est pas qu'on relativise vraiment, c'est juste qu'on préfère se faire piétiner par ses mouflets que par les morveux des autres! Razz

Quitte à se faire piétiner, autant que ça soit par ses propres héritiers, évidemment topela
Cela me fait bien rire ! Very Happy

Je travaille à 20 minutes de chez moi, dans un établissement où je me sens bien. Pas dans le même canton que celui des élèves, je n'en croise donc aucun en dehors du collège. Je crois que cela ne me plairait pas, même si les relations sont bonnes ; gamine, ma prof de français était ma voisine (son mari était le prof de maths de mes sœurs) et je n'aimais pas cela, bien qu'elle fût très agréable, une vraie professionnelle. Comment se balader nue dans le jardin avec les élèves de 6e comme voisins ?
En revanche, 20 minutes de route est vraiment un maximum. Je ne me vois pas perdre ma vie sur la route ; à quoi bon ?

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par vivi1982 le Ven 17 Oct 2014 - 22:58

@fandorine a écrit:Tzr depuis bientôt 10 ans, j'ai testé les deux: une Zep épouvantable à 5 min de voiture de mon domicile; un collège de campagne de 150 élèves, tous (si!) mignons, souriants, bien élevés, intéressés, et 17 par classe, à 1 h de petites routes sinueuses de chez moi. Si un jour je devais choisir définitivement entre ces deux-là, je me déciderais sans l'ombre d'une hésitation pour le deuxième. Sacrifice financier contre fatigue nerveuse, je n'hésite pas, et je sais de quoi je parle - réponse toute personnelle, évidemment.  

Ça fait rêver le collège n° 2! Wink

vivi1982
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Dinaaa le Ven 17 Oct 2014 - 23:03

Janne a écrit: Comment se balader nue dans le jardin avec les élèves de 6e comme voisins ?

Laughing

Certes... vu comme ça... Razz

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Caspar Goodwood le Ven 17 Oct 2014 - 23:47

Se balader nue devant des inconnus par contre ça ne pose aucun problème. Wink

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Clodoald le Sam 18 Oct 2014 - 0:14

@vivi1982 a écrit:
@fandorine a écrit:Tzr depuis bientôt 10 ans, j'ai testé les deux: une Zep épouvantable à 5 min de voiture de mon domicile; un collège de campagne de 150 élèves, tous (si!) mignons, souriants, bien élevés, intéressés, et 17 par classe, à 1 h de petites routes sinueuses de chez moi. Si un jour je devais choisir définitivement entre ces deux-là, je me déciderais sans l'ombre d'une hésitation pour le deuxième. Sacrifice financier contre fatigue nerveuse, je n'hésite pas, et je sais de quoi je parle - réponse toute personnelle, évidemment.  

Ça fait rêver le collège n° 2! Wink

Ou pas... Wink

Clodoald
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Caspar Goodwood le Sam 18 Oct 2014 - 14:07

Qu'est-ce qui ne te plais pas? Mignons, souriants, bien élevés ou intéressés?

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Escargot Géant le Sam 18 Oct 2014 - 14:14

Et oui car dans les endroits faciles mais proches on perd certes du temps dans la voiture, mais dans les établissements difficiles on en perd à rédiger des rapports, des feuilles de retenue, à convoquer des parents et les recevoir, à assister à des équipes éducatives, courir après les devoirs non rendus et/ou organiser des rattrapages pour les absents... (pas vrai partout pour les 2 derniers)

Escargot Géant
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Clodoald le Sam 18 Oct 2014 - 14:15

@Caspar Goodwood a écrit:Qu'est-ce qui ne te plais pas? Mignons, souriants, bien élevés ou intéressés?

Mignons, souriants, bien élevés, de faibles effectifs par classe, très bien évidemment.
Ce qui ne me plairait absolument pas: la campagne, l'isolement. Très petit collège donc impression d'être en vase clos sans doute: faut vraiment bien s'entendre avec les collègues car il doit  y en avoir très peu.

Clodoald
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Caspar Goodwood le Sam 18 Oct 2014 - 14:19

En même temps il y a moins d'histoires ou les choses sont plus vite réglées. Comme les élèves sont mignons, on est moins stressé...Après on peut aussi s'ennuyer un peu à voir toujours les mêmes têtes, suivre les élèves pendant plusieurs années etc

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vaut-il mieux un établissement loin dans lequel on se sent bien ou un établissement près dans lequel on se sent mal ?

Message par Clodoald le Sam 18 Oct 2014 - 14:27

Après, dans ce genre de petit collège, tout le monde travaille ensemble et on est un peu obligé de s'entendre vu qu'on est si peu.

Une anecdote. Une collègue TZR en musique m'a raconté qu'elle avait halluciné à la fin d'un remplacement de quelques semaines dans ce genre de tout petit établissement. Le dernier jour de son remplacement, elle se pointe en salle des profs à la récré et elle voit tout le monde y compris le chef, les agents. Elle pensait qu'il y avait une réunion ou un truc de ce genre.
Pas du tout, c'était pour lui offrir un petit cadeau d'adieu, partager un gâteau et lui souhaiter bonne suite!

Elle a été très touchée.


Clodoald
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum