Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Jenny le Mer 22 Oct 2014 - 21:22

@JPhMM a écrit:Les élèves, ils sont nés avec le numérique, ils sont digital native, ils sont nés dans la culture numérique, ils sont bien plus forts que nous en informatique.
Conclusion : alors on va leur enseigner la culture numérique.

Non mais il y'a un nouveau mot pour digital natives, mais j'ai oublié heu Rolling Eyes
(Je crois que je n'avais jamais eu une formation aussi nulle Shocked )

Jenny
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Rendash le Mer 22 Oct 2014 - 21:24

Pendant longtemps, j'ai cru que digital native voulait dire "être né avec les doigts dans le "...bon, ben ça veut pas dire ça, askondi.

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par JPhMM le Mer 22 Oct 2014 - 21:27

@Rendash a écrit:Pendant longtemps, j'ai cru que digital native voulait dire "être né avec les doigts dans le "...bon, ben ça veut pas dire ça, askondi.
Faut demander à Frigide Barjot, il parait qu'elle est au courant.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par JPhMM le Mer 22 Oct 2014 - 21:28

@Jenny a écrit:
@JPhMM a écrit:Les élèves, ils sont nés avec le numérique, ils sont digital native, ils sont nés dans la culture numérique, ils sont bien plus forts que nous en informatique.
Conclusion : alors on va leur enseigner la culture numérique.

Non mais il y'a un nouveau mot pour digital natives, mais j'ai oublié heu Rolling Eyes
(Je crois que je n'avais jamais eu une formation aussi nulle Shocked )
digiborigène professeur

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Lefteris le Mer 22 Oct 2014 - 21:39

@thrasybule a écrit:Le truc qu'on me sortait (déjà!) et qui est comme une scie indémodable c'est: "les élèves ont changé bla bla bla" comme un constat qui fait penser qu'il faut se défaire des habits de l'ancien homme et être initié aux mystères d'Eleusis du monde nouveau. Je trouve ça bien réactionnaire comme approche de dire que les élèves ne sont plus ce qu'ils étaient . angedemon
Moi aussi , j'ai eu droit au dogme (implicite) de la mutation génétique...Ca doit être un des dogmes que je combats le plus , y compris devant les élèves , auxquels je demande pourquoi il se proclament abrutis, sans mémoire, sans capacité de concentration minimale ("trop duuur heuuu ") :
- On a jamais dit ça m'sieur " (air horrifié)
- ben si ! chaque fois qu'on vous donne une leçon,  vous vous affirmez incapables d'apprendre ce que tout le monde apprenait il y a vingt ans "

[Ton avatar a bien changé aussi, il est vraiment vilain]

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Igniatius le Mer 22 Oct 2014 - 21:41

@JPhMM a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:"vous ne pouvez pas comprendre les élèves, vous qui avez tous été de bons-élèves"
J'adore celui-là.
Manifestement, les personnes qui me le sortent ne m'ont pas eu comme élève en Allemand. Laughing

Oui, je pensais bien à ce poncif en particulier, qui m'horripile particulièrement.
En effet, bcp de profs ont été de bons élèves, c'est-à-dire qu'ils ont réussi dans un système qui le leur demandait : ni plus, ni moins.
Je ne vois pas trop ce que sous-entendent ceux qui le répètent.
On pourrait d'ailleurs penser qu'en tant qu'anciens bons élèves, les profs sont les mieux placés pour expliquer aux élèves comment réussir.
Mais c'est un pas que je ne me permettrais pas de franchir.


Une autre "réaction" bien attendue de ma collègue, c'est sur les devoirs à la maison donnés en Primaire : "Ben oui, c'est une honte, les pauvres, ils sont déjà tellement fatigués."
J'avoue que ce type de remarque me laisse pantois.
C'est d'ailleurs sur ce thème que nous avions entamé notre première conversation.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Marie Laetitia le Mer 22 Oct 2014 - 21:43

@JPhMM a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:"vous ne pouvez pas comprendre les élèves, vous qui avez tous été de bons-élèves"
J'adore celui-là.
Manifestement, les personnes qui me le sortent ne m'ont pas eu comme élève en Allemand. Laughing

Ils ne m'ont pas eu comme élève tout court du primaire au lycée Laughing

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par JPhMM le Mer 22 Oct 2014 - 21:49

@Rendash a écrit:Il est encore pire que "les profs y connaisse rien a la vrer vie parce que y zon jamais éter en dehort de lécolle y zon jamais eu de vrer travail". Sic. (Sad )
Celle-ci me met hors de moi à chaque fois que je l'entends.
En général je me contrôle.
Un jour, à force de l'entendre, je suis sorti de mes gonds et j'ai dit sans ménagement à la dame qu'elle ferait bien de s'informer du passé de ses interlocuteurs avant de proférer de telles foutaises.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par thrasybule le Mer 22 Oct 2014 - 21:56

@Lefteris a écrit:
@thrasybule a écrit:Le truc qu'on me sortait (déjà!) et qui est comme une scie indémodable c'est: "les élèves ont changé bla bla bla" comme un constat qui fait penser qu'il faut se défaire des habits de l'ancien homme et être initié aux mystères d'Eleusis du monde nouveau. Je trouve ça bien réactionnaire comme approche de dire que les élèves ne sont plus ce qu'ils étaient . angedemon
Moi aussi , j'ai eu droit au dogme (implicite) de la mutation génétique...Ca doit être un des dogmes que je combats le plus , y compris devant les élèves , auxquels je demande pourquoi il se proclament abrutis,  sans mémoire, sans capacité de concentration minimale ("trop duuur heuuu ") :  
- On a jamais dit ça m'sieur " (air horrifié)
- ben si ! chaque fois qu'on vous donne une leçon,  vous vous affirmez incapables d'apprendre ce que tout le monde apprenait il y a vingt ans "

[Ton avatar a bien changé aussi, il est vraiment vilain]
Oh il dit du mal d'Annabelle! Je vais l'inviter dans ta salle de classe et ista tibi dolori erit!

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par User5899 le Mer 22 Oct 2014 - 21:57

@Jenny a écrit:
@JPhMM a écrit:Les élèves, ils sont nés avec le numérique, ils sont digital native, ils sont nés dans la culture numérique, ils sont bien plus forts que nous en informatique.
Conclusion : alors on va leur enseigner la culture numérique.

Non mais il y'a un nouveau mot pour digital natives, mais j'ai oublié heu Rolling Eyes
Oui. e-gniards.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Olympias le Mer 22 Oct 2014 - 21:58

@Marie Laetitia a écrit:
@JPhMM a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:"vous ne pouvez pas comprendre les élèves, vous qui avez tous été de bons-élèves"
J'adore celui-là.
Manifestement, les personnes qui me le sortent ne m'ont pas eu comme élève en Allemand. Laughing

Ils ne m'ont pas eu comme élève tout court du primaire au lycée Laughing
Vilaine fille !

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Rendash le Mer 22 Oct 2014 - 22:00

@JPhMM a écrit:
@Rendash a écrit:Il est encore pire que "les profs y connaisse rien a la vrer vie parce que y zon jamais éter en dehort de lécolle y zon jamais eu de vrer travail". Sic. (Sad )
Celle-ci me met hors de moi à chaque fois que je l'entends.
En général je me contrôle.
Un jour, à force de l'entendre, je suis sorti de mes gonds et j'ai dit sans ménagement à la dame qu'elle ferait bien de s'informer du passé de ses interlocuteurs avant de proférer de telles foutaises.

Ouais, mais là, c'est extérieur, on peut comprendre que les gens ne connaissent ni le système ni les gens qui en font partie. C'est moche, c'est con, c'est faux, mais c'est compréhensible, à la limite.
Mais de la part de formateurs, entendre que tout prof a forcément été un bon élève à la scolarité sans faille, c'est difficile à avaler.

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par ycombe le Mer 22 Oct 2014 - 22:02

@JPhMM a écrit:Les élèves, ils sont nés avec le numérique, ils sont digital native, ils sont nés dans la culture numérique, ils sont bien plus forts que nous en informatique.
Conclusion : alors on va leur enseigner la culture numérique.
Tout à fait d'accord sur la vacuité du raisonnement.

Les assertions de départ m'inspirent deux réflexions.

On peut être né dans la culture numérique et ne rien comprendre à l'informatique. L'inverse est moins vrai, si on est bon en informatique à priori la culture numérique sera plus facilement là.

Les élèves savent utiliser facebook, balancer des photos d'eux à poil sur snapchat et le regretter amèrement après, utiliser skype et whatsapp. Et? Prétendre à partir de là qu'ils maîtrisent la culture numérique parce que tout ça, c'est des ordinateurs, c'est comme prétendre qu'un ado qui a lu les sept tomes d'Harry Potter maîtrise la culture greco-latine parce que tout ça, c'est des livres. C'est juste un peu n'importe quoi comme raisonnement.


_________________
Ronin : "A un moment il faut dire stop au n'importe quoi".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".

ycombe
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par PauvreYorick le Mer 22 Oct 2014 - 22:03

Cripure a écrit:
@Jenny a écrit: Non mais il y'a un nouveau mot pour digital natives, mais j'ai oublié heu Rolling Eyes
Oui. e-gniards.
mdr

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Lefteris le Mer 22 Oct 2014 - 22:03

@thrasybule a écrit:
@Lefteris a écrit:
@thrasybule a écrit:Le truc qu'on me sortait (déjà!) et qui est comme une scie indémodable c'est: "les élèves ont changé bla bla bla" comme un constat qui fait penser qu'il faut se défaire des habits de l'ancien homme et être initié aux mystères d'Eleusis du monde nouveau. Je trouve ça bien réactionnaire comme approche de dire que les élèves ne sont plus ce qu'ils étaient . angedemon
Moi aussi , j'ai eu droit au dogme (implicite) de la mutation génétique...Ca doit être un des dogmes que je combats le plus , y compris devant les élèves , auxquels je demande pourquoi il se proclament abrutis,  sans mémoire, sans capacité de concentration minimale ("trop duuur heuuu ") :  
- On a jamais dit ça m'sieur " (air horrifié)
- ben si ! chaque fois qu'on vous donne une leçon,  vous vous affirmez incapables d'apprendre ce que tout le monde apprenait il y a vingt ans "

[Ton avatar a bien changé aussi, il est vraiment vilain]
Oh il dit du mal d'Annabelle! Je vais l'inviter dans ta salle de classe et ista tibi dolori erit!

C'est ce truc ? J'en ai effectivement entendu parler (mais je ne regarde pas la télé ... ).J'ai mieux :

Spoiler:


_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Jenny le Mer 22 Oct 2014 - 22:04

Cripure a écrit:
@Jenny a écrit:
@JPhMM a écrit:Les élèves, ils sont nés avec le numérique, ils sont digital native, ils sont nés dans la culture numérique, ils sont bien plus forts que nous en informatique.
Conclusion : alors on va leur enseigner la culture numérique.

Non mais il y'a un nouveau mot pour digital natives, mais j'ai oublié heu Rolling Eyes
Oui. e-gniards.

veneration
J'aime beaucoup Laughing

Jenny
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par thrasybule le Mer 22 Oct 2014 - 22:04

Oh merci Lefteris! sunny

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par ycombe le Mer 22 Oct 2014 - 22:07

@Rendash a écrit:
Mais de la part de formateurs, entendre que tout prof a forcément été un bon élève à la scolarité sans faille, c'est difficile à avaler.

Dans ma promo de l'IUFM, un collègue (stagiaire certifié en math) avait été camionneur après s'être fait virer de je ne sais combien de collèges. Il s'était retrouvé au chômage et avait repris ses études. Il n'avait pas le bac, il était entré à la fac en passant un examen d'entrée dont le nom m'échappe.

Ce qui fait que ce discours là, au moins à l'IUFM on y a pas eu droit.

_________________
Ronin : "A un moment il faut dire stop au n'importe quoi".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".

ycombe
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par JPhMM le Mer 22 Oct 2014 - 22:08

@ycombe a écrit:
@JPhMM a écrit:Les élèves, ils sont nés avec le numérique, ils sont digital native, ils sont nés dans la culture numérique, ils sont bien plus forts que nous en informatique.
Conclusion : alors on va leur enseigner la culture numérique.
Tout à fait d'accord sur la vacuité du raisonnement.

Les assertions de départ m'inspirent deux réflexions.

On peut être né dans la culture numérique et ne rien comprendre à l'informatique. L'inverse est moins vrai, si on est bon en informatique à priori la culture numérique sera plus facilement là.

Les élèves savent utiliser facebook, balancer des photos d'eux à poil sur snapchat et le regretter amèrement après, utiliser skype et whatsapp. Et? Prétendre à partir de là qu'ils maîtrisent la culture numérique parce que tout ça, c'est des ordinateurs, c'est comme prétendre qu'un ado qui a lu les sept tomes d'Harry Potter maîtrise la culture greco-latine parce que tout ça, c'est des livres. C'est juste un peu n'importe quoi comme raisonnement.

Merci.
D'autant que si le raisonnement était valide, qu'aurions-nous à leur apprendre ? Laughing

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Lefteris le Mer 22 Oct 2014 - 22:10

@Rendash a écrit:
Mais de la part de formateurs, entendre que tout prof a forcément été un bon élève à la scolarité sans faille, c'est difficile à avaler.
Tous ces poncifs, je les ai hélas entendus à l'IUFM Crying or Very sad .
J'étais un très médiocre élève au lycée et j'ai eu le bac assez limite (il est vrai que le tri ayant été fait, les mauvais d'alors auraient été bons aujourd’hui).

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par JPhMM le Mer 22 Oct 2014 - 22:12

@Rendash a écrit:
@JPhMM a écrit:
@Rendash a écrit:Il est encore pire que "les profs y connaisse rien a la vrer vie parce que y zon jamais éter en dehort de lécolle y zon jamais eu de vrer travail". Sic. (Sad )
Celle-ci me met hors de moi à chaque fois que je l'entends.
En général je me contrôle.
Un jour, à force de l'entendre, je suis sorti de mes gonds et j'ai dit sans ménagement à la dame qu'elle ferait bien de s'informer du passé de ses interlocuteurs avant de proférer de telles foutaises.

Ouais, mais là, c'est extérieur, on peut comprendre que les gens ne connaissent ni le système ni les gens qui en font partie. C'est moche, c'est con, c'est faux, mais c'est compréhensible, à la limite.
Mais de la part de formateurs, entendre que tout prof a forcément été un bon élève à la scolarité sans faille, c'est difficile à avaler.
C'était une formatrice.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Rendash le Mer 22 Oct 2014 - 22:20

@ycombe a écrit:
@Rendash a écrit:
Mais de la part de formateurs, entendre que tout prof a forcément été un bon élève à la scolarité sans faille, c'est difficile à avaler.

Dans ma promo de l'IUFM, un collègue (stagiaire certifié en math) avait été camionneur après s'être fait virer de je ne sais combien de collèges. Il s'était retrouvé au chômage et avait repris ses études. Il n'avait pas le bac, il était entré à la fac en passant un examen d'entrée dont le nom m'échappe.

Ce qui fait que ce discours là, au moins à l'IUFM on y a pas eu droit.

Nous si, alors même que certains ont un parcours similaire à celui de ton collègue Razz



@JPhMM a écrit:
@Rendash a écrit:
@JPhMM a écrit:
Celle-ci me met hors de moi à chaque fois que je l'entends.
En général je me contrôle.
Un jour, à force de l'entendre, je suis sorti de mes gonds et j'ai dit sans ménagement à la dame qu'elle ferait bien de s'informer du passé de ses interlocuteurs avant de proférer de telles foutaises.

Ouais, mais là, c'est extérieur, on peut comprendre que les gens ne connaissent ni le système ni les gens qui en font partie. C'est moche, c'est con, c'est faux, mais c'est compréhensible, à la limite.
Mais de la part de formateurs, entendre que tout prof a forcément été un bon élève à la scolarité sans faille, c'est difficile à avaler.
C'était une formatrice.

pale

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Olympias le Mer 22 Oct 2014 - 22:26

@ycombe a écrit:
@JPhMM a écrit:Les élèves, ils sont nés avec le numérique, ils sont digital native, ils sont nés dans la culture numérique, ils sont bien plus forts que nous en informatique.
Conclusion : alors on va leur enseigner la culture numérique.
Tout à fait d'accord sur la vacuité du raisonnement.

Les assertions de départ m'inspirent deux réflexions.

On peut être né dans la culture numérique et ne rien comprendre à l'informatique. L'inverse est moins vrai, si on est bon en informatique à priori la culture numérique sera plus facilement là.

Les élèves savent utiliser facebook, balancer des photos d'eux à poil sur snapchat et le regretter amèrement après, utiliser skype et whatsapp. Et? Prétendre à partir de là qu'ils maîtrisent la culture numérique parce que tout ça, c'est des ordinateurs, c'est comme prétendre qu'un ado qui a lu les sept tomes d'Harry Potter maîtrise la culture greco-latine parce que tout ça, c'est des livres. C'est juste un peu n'importe quoi comme raisonnement.

C'est bien vrai ! Quand je les vois se précipiter sur le premier lien quand ils font une recherche furieux ...alors que j'ai donné des consignes précises pour surfer et faire attention...quand je vois qu'ils se plantent avec leurs identifiants et mots de passe, qu'ils n'ont pas verrouillé leur mur FB, qu'ils postent des khônneries grosses comme eux sur leur compte Twitter (et les fautes, les fautes... furieux ), alors oui, je pars du principe qu'ils ont encore tout à apprendre.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par ysabel le Jeu 23 Oct 2014 - 7:36

@ycombe a écrit:
@JPhMM a écrit:Les élèves, ils sont nés avec le numérique, ils sont digital native, ils sont nés dans la culture numérique, ils sont bien plus forts que nous en informatique.
Conclusion : alors on va leur enseigner la culture numérique.
Tout à fait d'accord sur la vacuité du raisonnement.

Les assertions de départ m'inspirent deux réflexions.

On peut être né dans la culture numérique et ne rien comprendre à l'informatique. L'inverse est moins vrai, si on est bon en informatique à priori la culture numérique sera plus facilement là.

Les élèves savent utiliser facebook, balancer des photos d'eux à poil sur snapchat et le regretter amèrement après, utiliser skype et whatsapp. Et? Prétendre à partir de là qu'ils maîtrisent la culture numérique parce que tout ça, c'est des ordinateurs, c'est comme prétendre qu'un ado qui a lu les sept tomes d'Harry Potter maîtrise la culture greco-latine parce que tout ça, c'est des livres. C'est juste un peu n'importe quoi comme raisonnement.


J'ai une élève de 1ère qui m'a avoué qu'elle ne savait pas envoyer un fichier joint dans un mail... tu parles de digital native... Twisted Evil
Je n'ai jamais eu un élève qui savait utiliser un traitement de texte correctement en arrivant dans ma classe.
etc.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Rendash le Jeu 23 Oct 2014 - 7:41

D'un autre côté, pour être tout à fait juste, autant il est idiot et hypocrite de prétendre qu'ils sont nés avec le mode d'emploi, autant on ne peut pas leur reprocher de ne pas savoir se servir de choses qu'ils n'ont jamais utilisées. La culture numérique pour eux, c'est Facebook, YouPorn, et à la limite lequipe.fr. Leur montrer qu'il existe autre chose serait déjà un bon début.

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brighelli - Devenir enseignant : le grand n'importe quoi

Message par Leclochard le Jeu 23 Oct 2014 - 7:54

@JPhMM a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:"vous ne pouvez pas comprendre les élèves, vous qui avez tous été de bons-élèves"
J'adore celui-là.
Manifestement, les personnes qui me le sortent ne m'ont pas eu comme élève en Allemand. Laughing

Moi aussi. Après des années d'études, j'étais incapable de faire deux phrases de suite sans faute. Et dire que j'aimais bien la sonorités des mots. Qu'est-ce que j'ai fait souffrir mes deux profs d'allemand ! Elles devaient me prendre pour un débile. calimero

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum