Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par John le Mar 28 Oct - 21:41
Tout élève normalement constitué est déjà rentré furibard d’une journée de classe à cause du favoritisme prétendument pratiqué par un(e) prof. Une note exagérément élevée pour tel élève ou un sujet d’exposé très convoité pour telle autre, et voilà qu’il pleut des «de toute façon, Bidule c’est votre chouchou». Que les enseignants à qui cela n’est jamais arrivé me jettent la première pierre: nous avons tous été montrés du doigt par des ados scandalisés de nous voir distribuer des passe-droits… ou en tout cas d’en avoir l’impression.

La première fois que cela m’est arrivé, j’ai juré mes grands dieux que l’accusation était injuste et qu’il n’y avait aucun favoritisme vis-à-vis d’aucun élève, utilisant comme argument ultime le fait que les mathématiques sont l’une des disciplines laissant le moins d’espace à la subjectivité. C’est vrai que le résultat de 2+3 est soit juste, soit faux. C’est totalement faux en revanche dès que les questions posées nécessitent au moins deux étapes de raisonnement.

La classe est une micro-société

Voilà quelques années que j’enseigne, et j’ai depuis opté pour une autre façon d’aborder les choses qui, pour le moment, ne m’a jamais porté préjudice. Partant du principe qu’il est quasiment toujours impossible de remporter ce genre de mini-procès en prouvant mon impartialité à la partie adverse, j’ai décidé de claironner le contraire: oui, j’ai des chouchous, et je l’assume pleinement.

Une classe, c’est une micro-société: il y a des leaders et des suiveurs, certains qui abandonnent à la première difficulté rencontrée et d’autres qui s’accrochent pour progresser... Il y a aussi des gamins adorables et d’autres beaucoup moins sympathiques, pour faire dans l’euphémisme. De là à dire que le professeur doit leur enseigner la vie en se montrant injuste et partial, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas. Nous sommes tout de même là pour leur inculquer avec bienveillance les rudiments de nos disciplines respectives, ainsi que le respect des règles et des individus.

En revanche, avoir des chouchous, c’est sain.

Je ne vois pas pourquoi je m’adresserais de façon aussi agréable à l’élève poli qui me demande de l’aide après avoir levé la main puis attend patiemment son tour, qu’à celui qui ne dit pas bonjour en arrivant en classe, met trois plombes à sortir ses affaires, puis n’écoute rien jusqu’à ce qu’il décide qu’il est urgent que j’accoure à son service là tout de suite.

Dans certaines corporations –les restaurateurs, mes héros–, chacun est traité avec autant de soin et de déférence que son voisin, parce qu’il faut s’assurer qu’il soit satisfait du service et de l’accueil. Sauf que mes élèves ne sont pas mes clients. Quoi qu’il arrive, ils reviennent le lendemain. Et je n’ai aucune raison de parler gentiment à un gros emmerdeur de quinze ans et demi.

Récompenser le moins bon qui fait des efforts

Il ne s’agit pas non plus d’être désagréable à dessein. Un ado, c’est un être fragile, un adulte en construction, avec parfois des problèmes personnels importants ou un contexte familial défavorable. Etre systématiquement déplaisant avec un élève taciturne, c’est risquer de l’enfoncer dans son mal-être. Il faut donc procéder au cas par cas et fixer ses propres limites. C’est un peu comme dans la vraie vie, en fait: certains ont clairement des raisons de ne pas être des boules de tendresse, quand d’autres se montrent insupportables seulement parce qu'ils sont comme ça.

Le favoritisme peut aller au-delà du simple relationnel avec les élèves. Je ne cache pas non plus à mes classes, que oui, je note à la tête du client. Et qu’un prof qui affirmerait le contraire serait de toute façon un monument de démagogie. Selon le livre Les notes, secrets de fabrication du sociologue Pierre Merle, la note dépend assez largement de l’identité de l’auteur de la copie, y compris dans les matières scientifiques. Merle affirme que les meilleurs élèves sont surnotés toute l’année: dans mon cas, c’est à peu près le contraire.

Une note, c’est un tout petit nombre très réducteur qui n’exprime absolument pas les qualités et les défauts d’un travail rendu, et qui n’indique pas non plus l’évolution de l’élève (contrairement à la fastidieuse évaluation par compétences vers laquelle l’Education nationale nous pousse de plus en plus fermement à nous diriger). En revanche, la notation d’une copie peut prendre en compte le profil de l’élève.

C’est ainsi que, sur une même question et à réponse similaire mais imparfaite, je mettrai davantage de points à l’élève en difficulté qui aura clairement sorti ses tripes pour répondre qu’à l’élève brillant mais un peu feignasse qui aura fourni le minimum d’efforts en espérant que ça passe.

Quand les élèves viennent se plaindre de disparités dans la notation et que je leur explique cela, les noms d’oiseaux doivent fuser dans certaines têtes. Mais je ne suis pas là pour être aimé. En revanche, les moins bons se sentent valorisés et auront donc envie de faire de leur mieux lors de l’évaluation suivante, tandis que les meilleurs blessés dans leur amour-propre tâcheront de montrer plus de pugnacité et d’application. Tout le monde sort gagnant (sauf ceux qui s’en foutent, mais je ne suis pas Superman).
http://www.slate.fr/story/93809/prof-chouchous

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par JPhMM le Mar 28 Oct - 21:43
Formidable...

:shock:

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Kagome
Niveau 9

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par Kagome le Mar 28 Oct - 22:07
Tellement vrai ... je n'aurai pas dit mieux hehe

_________________
Makenaï Zettaï
avatar
Dinaaa
Esprit éclairé

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par Dinaaa le Mar 28 Oct - 22:13
Mais pourquoi mélanger le faire de parler gentiment ou sèchement à un élève en fonction de son comportement et la notation d'une copie ?
Ce sont deux choses qui n'ont rien à voir ! :shock:


avatar
kero
Grand sage

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par kero le Mar 28 Oct - 22:33
@Dinaaa a écrit:Mais pourquoi mélanger le faire de parler gentiment ou sèchement à un élève en fonction de son comportement et la notation d'une copie ?
Ce sont deux choses qui n'ont rien à voir ! :shock:

Dans les deux cas, c'est débile, de toute manière.

Parler sèchement à un élève qui fait le con, c'est normal. S'enfermer dans cette attitude, c'est faire preuve de la même immaturité que le gamin.

Sous-noter volontairement ceux qui font du bon boulot, c'est injuste pour un travail dont on peut aussi ne pas forcément mesurer l'étendue.

Bref, ce mec est juste un blaireau.
avatar
John
Médiateur

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par John le Mar 28 Oct - 22:38
Le favoritisme peut aller au-delà du simple relationnel avec les élèves. Je ne cache pas non plus à mes classes, que oui, je note à la tête du client. Et qu’un prof qui affirmerait le contraire serait de toute façon un monument de démagogie. Selon le livre Les notes, secrets de fabrication du sociologue Pierre Merle, la note dépend assez largement de l’identité de l’auteur de la copie, y compris dans les matières scientifiques. Merle affirme que les meilleurs élèves sont surnotés toute l’année: dans mon cas, c’est à peu près le contraire.

Une note, c’est un tout petit nombre très réducteur qui n’exprime absolument pas les qualités et les défauts d’un travail rendu, et qui n’indique pas non plus l’évolution de l’élève (contrairement à la fastidieuse évaluation par compétences vers laquelle l’Education nationale nous pousse de plus en plus fermement à nous diriger). En revanche, la notation d’une copie peut prendre en compte le profil de l’élève.

C’est ainsi que, sur une même question et à réponse similaire mais imparfaite, je mettrai davantage de points à l’élève en difficulté qui aura clairement sorti ses tripes pour répondre qu’à l’élève brillant mais un peu feignasse qui aura fourni le minimum d’efforts en espérant que ça passe.

Quand les élèves viennent se plaindre de disparités dans la notation et que je leur explique cela, les noms d’oiseaux doivent fuser dans certaines têtes. Mais je ne suis pas là pour être aimé.
Si j'ai bien compris, dans les faits ça donne ça : "Bon, Dupont et Dupond, vous m'avez rendu tous les deux des productions similaires. Alors toi je t'ai mis 13 parce que t'es un peu feignasse, et toi je t'ai mis 16 parce que t'es franchement bête. Et c'est scientifique : Pierre Merle me donne raison !"

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par JPhMM le Mar 28 Oct - 22:41
@kero a écrit:Bref, ce mec est juste un blaireau.
Noter différemment deux productions identiques, ce n'est pas juste être un blaireau. C'est bien pire que cela.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
henriette
Médiateur

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par henriette le Mar 28 Oct - 22:45
En même temps, quel enfonceur de portes ouvertes derrière son vernis de rebelle anticonformiste qui s'assume.
Qu'on note aussi pour encourager, tu parles d'un truc inouï Rolling Eyes
Mais de là à revendiquer noter à la tête du client !
Qu'on réponde mieux à un élève poli qu'à un malpropre qui met le souk, mon dieu, quelle évidence !
Par contre, de là à appeler ça avoir des chouchous ! :shock:

Bref, surtout de la provoc un peu débile pour faire du buzz.
avatar
kero
Grand sage

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par kero le Mar 28 Oct - 22:45
@JPhMM a écrit:
@kero a écrit:Bref, ce mec est juste un blaireau.
Noter différemment deux productions identiques, ce n'est pas juste être un blaireau. C'est bien pire que cela.

En effet. C'est de la profonde incompétence.
avatar
Nom d'utilisateur
Niveau 10

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par Nom d'utilisateur le Mar 28 Oct - 22:51
Le trait est un peu gros, tout de même. On dirait quasiment une provocation forgée par le camps des champions de la notation sur 20, pour flétrir leurs adversaires (je précise à toutes fins utiles que je ne suis pas dans l'arène, et fais, en matière docimologique, là où ce qu'on me dit de faire... le plus souvent). Ou l'inverse, je m'emmêle. Oui, à la réflexion, les deux sont possibles. Un complot, en tout cas, donc !
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par User5899 le Mar 28 Oct - 23:27
"Slate" ?
avatar
Nom d'utilisateur
Niveau 10

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par Nom d'utilisateur le Mar 28 Oct - 23:39
Certes.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par User5899 le Mar 28 Oct - 23:40
C'était une question, y avait "?" à la fin Razz
avatar
Nom d'utilisateur
Niveau 10

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par Nom d'utilisateur le Mar 28 Oct - 23:48
Je la croyais rhétorique !
J'avais à l'esprit ce genre de discussions (pardon, pour faire vite, j'ai pris le premier venu) : http://www.slate.com/articles/news_and_politics/slates_10th_anniversary/2006/06/whats_wrong_with_slate_4.html
Contenu sponsorisé

Re: Thomas Messias, enseignant : "Oui, j’ai des chouchous" et "je note à la tête du client" (Slate).

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum