Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par thrasybule le Jeu 30 Oct 2014, 11:11

maîtresse a écrit:Ouais alors là je rigole. L'année dernière quand il a fallu faire une grève d'une journée contre la réforme des rythmes qui fait râler tout le monde à l'école aujourd'hui, voici un échantillon des raisons pour ne pas la faire :
- Mes élèves vont rater la piscine.
- J'ai déjà été absente la semaine dernière pour enfant malade, si je manque encore ça va jaser chez les parents.
- Je suis déchargé un jour par semaine, je ne peux pas me permettre de faire grève.
-Impossible, je suis trop à la bourre dans le programme de maths.

Peu ont dit qu'ils étaient pour la réforme ou que ça les embêtait de perdre une journée de salaire.
Alors une grève reconductible, faut pas rêver !
Tu as oublié le prétexte argument le plus important: mais qu'est-ce-qu'on va penser de nous, ma brave dame, alors que déjà on est mal vus! Entendu je ne sais combien de fois ici.

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 11:17

Kero, je ne voulais pas du tout raviver une guerre primaire-secondaire. Je me disais simplement que tu ne mesurais peut-être pas à quel point nous étions envahis par les dames patronnesses dans le primaire...

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Normandyx le Jeu 30 Oct 2014, 11:23

maîtresse a écrit:Kero, je ne voulais pas du tout raviver une guerre primaire-secondaire. Je me disais simplement que tu ne mesurais peut-être pas à quel point nous étions envahis par les dames patronnesses dans le primaire...
topela topela topela topela

J'ai eu droit à des réflexions quand j'ai dit en conseil d'école, qu'en tant qu'enseignant, je faisais grève pour défendre mes conditions de travail comme n'importe quel travailleur et quand j'ai expliqué que je ne participerai ni à l'organisation ni directement à une kermesse qui n'entrait pas dans mes obligations de service, même pour financer je ne sais quelle sortie, avez-vous déjà vu une kermesse dans votre agence bancaire pour vous offrir des chocolats à noël?

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 11:25

Des réflexions de la part des collègues ou des parents ?

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par kero le Jeu 30 Oct 2014, 11:27

Oui m'enfin, on peut passer notre vie à nous plaindre de nos faibles rémunérations, mais on n'aura rien tant qu'on se bougera pas là-dessus.

Se bouger vraiment, je veux dire.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 11:31

Je suis d'accord mais ce point de vue est minoritaire dans le primaire. Je prends les paris sur les résultats des élections professionnelles...

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Osmie le Jeu 30 Oct 2014, 11:32

maîtresse a écrit:La crise des vocations date du moment où il a fallu un master pour se présenter au concours. Quand j'ai passé le CRPE à Créteil en 2007,il y avait 1280 postes offerts et la barre d'admission était aux environs de 10. C'est pour ça que les provinciaux venaient le passer chez nous, ça revenait à passer un examen. Il devait y avoir quelque chose comme 2 500 inscrits et à l'oral il y avait environ un ratio de 2,5 candidats par poste. Bref le jury avait le choix. Depuis qu'il faut un master, sur Créteil en tout cas, il n'y a plus assez de candidats pour sélectionner convenablement. En fait si un jury veut être sûr qu'un candidat ne sera pas recruté, il n'a que le zéro éliminatoire comme recours, vu les barres d'admission. Ce qui est inadmissible, c'est que l'administration passe outre la décision souveraine du jury en rappelant les recalés pour leur proposer un poste de contractuel !
D'ailleurs les contractuels n'existaient plus dans le premier degré. Il y avait le système de la liste complémentaire. Ils ont fait leur réapparition en même temps que les masters.
Bref tout ça pour dire que ça ne sert à rien d'avoir un master pour enseigner dans le primaire, mais selon le principe bien connu du cliquet, on ne reviendra pas en arrière. Puisque c'est une mauvaise idée, on va la garder !
Surtout un master MEEF et sans revalorisation salariale à la clef.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Osmie le Jeu 30 Oct 2014, 11:36

maîtresse a écrit:Ouais alors là je rigole. L'année dernière quand il a fallu faire une grève d'une journée contre la réforme des rythmes qui fait râler tout le monde à l'école aujourd'hui, voici un échantillon des raisons pour ne pas la faire :
- Mes élèves vont rater la piscine.
- J'ai déjà été absente la semaine dernière pour enfant malade, si je manque encore ça va jaser chez les parents.
- Je suis déchargé un jour par semaine, je ne peux pas me permettre de faire grève.
-Impossible, je suis trop à la bourre dans le programme de maths.

Peu ont dit qu'ils étaient pour la réforme ou que ça les embêtait de perdre une journée de salaire.
Alors une grève reconductible, faut pas rêver !
L'esprit collectif s'est vraiment étiolé.
Concrètement, faire grève pose désormais des problèmes financiers à cause de la paupérisation de la profession. Il est temps de mettre au point un autre rapport de forces auquel la majorité des collègues adhérera. Reste à savoir lequel... Neutral

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Yazilikaya le Jeu 30 Oct 2014, 11:37

maîtresse a écrit:Ouais alors là je rigole. L'année dernière quand il a fallu faire une grève d'une journée contre la réforme des rythmes qui fait râler tout le monde à l'école aujourd'hui, voici un échantillon des raisons pour ne pas la faire :
- Mes élèves vont rater la piscine.
- J'ai déjà été absente la semaine dernière pour enfant malade, si je manque encore ça va jaser chez les parents.
- Je suis déchargé un jour par semaine, je ne peux pas me permettre de faire grève.
-Impossible, je suis trop à la bourre dans le programme de maths.

Peu ont dit qu'ils étaient pour la réforme ou que ça les embêtait de perdre une journée de salaire.
Alors une grève reconductible, faut pas rêver !

Sans doute sommes nous les travailleurs les plus moutonniers de France (je m'inclus dedans même si je ne vais plus aux anim' hors résidence principale ou administrative)

Yazilikaya
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Normandyx le Jeu 30 Oct 2014, 11:38

maîtresse a écrit:Des réflexions de la part des collègues ou des parents ?
Des collègues...

femmes (mais ça il ne faut pas le dire) Laughing

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Yazilikaya le Jeu 30 Oct 2014, 11:40

Janne a écrit:
maîtresse a écrit:Ouais alors là je rigole. L'année dernière quand il a fallu faire une grève d'une journée contre la réforme des rythmes qui fait râler tout le monde à l'école aujourd'hui, voici un échantillon des raisons pour ne pas la faire :
- Mes élèves vont rater la piscine.
- J'ai déjà été absente la semaine dernière pour enfant malade, si je manque encore ça va jaser chez les parents.
- Je suis déchargé un jour par semaine, je ne peux pas me permettre de faire grève.
-Impossible, je suis trop à la bourre dans le programme de maths.

Peu ont dit qu'ils étaient pour la réforme ou que ça les embêtait de perdre une journée de salaire.
Alors une grève reconductible, faut pas rêver !
L'esprit collectif s'est vraiment étiolé.
Concrètement, faire grève pose désormais des problèmes financiers à cause de la paupérisation de la profession. Il est temps de mettre au point un autre rapport de forces auquel la majorité des collègues adhérera. Reste à savoir lequel... Neutral

En fait, je ne verrais que la grève du zèle avec le soutien des syndicats (plus de kermesses, sorties, classes vertes, loto...)

Yazilikaya
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par kero le Jeu 30 Oct 2014, 11:42

zazouyle a écrit:
Janne a écrit:L'esprit collectif s'est vraiment étiolé.
Concrètement, faire grève pose désormais des problèmes financiers à cause de la paupérisation de la profession. Il est temps de mettre au point un autre rapport de forces auquel la majorité des collègues adhérera. Reste à savoir lequel... Neutral

En fait, je ne verrais que la grève du zèle avec le soutien des syndicats (plus de kermesses, sorties, classes vertes, loto...)

Honnêtement, ça, ça fera un coup d'épée dans l'eau. Ils s'en tapent complètement, au ministère.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Normandyx le Jeu 30 Oct 2014, 11:46

zazouyle a écrit:
Janne a écrit:
maîtresse a écrit:Ouais alors là je rigole. L'année dernière quand il a fallu faire une grève d'une journée contre la réforme des rythmes qui fait râler tout le monde à l'école aujourd'hui, voici un échantillon des raisons pour ne pas la faire :
- Mes élèves vont rater la piscine.
- J'ai déjà été absente la semaine dernière pour enfant malade, si je manque encore ça va jaser chez les parents.
- Je suis déchargé un jour par semaine, je ne peux pas me permettre de faire grève.
-Impossible, je suis trop à la bourre dans le programme de maths.

Peu ont dit qu'ils étaient pour la réforme ou que ça les embêtait de perdre une journée de salaire.
Alors une grève reconductible, faut pas rêver !
L'esprit collectif s'est vraiment étiolé.
Concrètement, faire grève pose désormais des problèmes financiers à cause de la paupérisation de la profession. Il est temps de mettre au point un autre rapport de forces auquel la majorité des collègues adhérera. Reste à savoir lequel... Neutral

En fait, je ne verrais que la grève du zèle avec le soutien des syndicats (plus de kermesses, sorties, classes vertes, loto...)

C'est un peu l'attitude pour laquelle j'ai opté depuis 2003 et ce que j'ai pu entendre de la part de parents et des médias quand nous défendions nos retraites. J'ai stoppé net toute classe transplantée en ajoutant au prix de journée mes heures supplémentaires du coup c'est impossible, je n'organise plus de sorties qui dépassent l'amplitude horaire de la classe, déjà j'offre généreusement ma pause méridienne, et je ne participe plus à aucune action visant à récolter de l'argent en dehors du temps scolaire.
Il me semble même avoir écrit ici que les syndicats pourraient proposer de boycotter tous les concours à la gomme lancés par le ministère ainsi que les conférences hors quota horaire organisées par les CRDP et autres, mais cela ne semble pas avoir d'écho.

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 11:47

La grève du zèle ne serait pas suivie par la plupart des collègues. Regarde ce que raconte Normandyx.

Au passage, cher collègue normand, je vous signale que certaines femmes sont d'accord avec vous et que ça passe encore plus mal auprès des collègues quand ce genre de contestation vient d'une mère de famille nombreuse !

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par kero le Jeu 30 Oct 2014, 11:49

@Normandyx a écrit:Il me semble même avoir écrit ici que les syndicats pourraient proposer de boycotter tous les concours à la gomme lancés par le ministère ainsi que les conférences hors quota horaire organisées par les CRDP et autres, mais cela ne semble pas avoir d'écho.

Bah évidemment ça n'a pas d'écho.

Une journée de grève ici et là pour des revendications en tout genre, la grève du zèle, tout ça, ça ne peut avoir le moindre effet, car la machine tourne quand même.

Pour qu'une action ait un écho, il faut bloquer la machine. Il faut que ça impacte concrètement la scolarité des gosses et les familles. Pas de cours, pas de surveillances/corrections de brevet/bac, et ainsi de suite.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 11:51

Oui mais chez nous il y a le SMA. Les enfants sont gardés, tout va bien, allez travailler braves gens !

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par kero le Jeu 30 Oct 2014, 11:53

maîtresse a écrit:Oui mais chez nous il y a le SMA. Les enfants sont gardés, tout va bien, allez travailler braves gens !

Chez nous, non. Raison de plus pour la faire primaire/secondaire ensemble.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 11:56

Il faudrait qu'on ait des syndicats communs. Le SE-UNSA par exemple Wink

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Normandyx le Jeu 30 Oct 2014, 12:05

maîtresse a écrit:La grève du zèle ne serait pas suivie par la plupart des collègues. Regarde ce que raconte Normandyx.

Au passage, cher collègue normand, je vous signale que certaines femmes sont d'accord avec vous et que ça passe encore plus mal auprès des collègues quand ce genre de contestation vient d'une mère de famille nombreuse !
J'imagine, je ne dis pas dans quel état de nerfs j'étais en sortant quand une collègue de maternelle qui geint tout le temps sur son emploi du temps a sorti "oui, mais si on fait tous comme toi on prive nos loulous de tout un tas d'activités intéressantes"  Là j'ai failli craquer sur les "loulous" surtout quand sa grande copine parent d'élève a surenchéri avec les "petits bouts" qui subissent les conséquences...

Twisted Evil

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Yazilikaya le Jeu 30 Oct 2014, 12:19

maîtresse a écrit:La grève du zèle ne serait pas suivie par la plupart des collègues. Regarde ce que raconte Normandyx.

Au passage, cher collègue normand, je vous signale que certaines femmes sont d'accord avec vous et que ça passe encore plus mal auprès des collègues quand ce genre de contestation vient d'une mère de famille nombreuse !

Mais il n'y a jamais eu d'appel national non plus. Si quelques profs font grève du zèle dans leur coin, ça ne peut pas avoir d'impact.

Mais une grève du zèle générale, ça ne plairait ni aux parents, ni aux musées, ni aux centres d'accueils... Bref pleins de gens qui pourraient faire bouger le MEN.

Yazilikaya
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 12:38

Bof, dans la ville où je bosse, toutes les classes transplantées ont été supprimées cette année pour financer les NAP. Et le budget cars pour les sorties est réduit comme peau de chagrin. Alors je ne sais pas qui serait réellement puni par ce type de grève...

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par mimielaclasse le Jeu 30 Oct 2014, 15:11

Honnêtement, BTS, licence ou master pour enseigner en primaire, c'est pareil!
Avez-vous réellement l'impression que vos diplômes universitaires vous sont utiles dans votre travail de PE?
Pensez-vous que l'IUFM était réellement formateur? La seule formation réelle est sur le terrain. On est fait pour ce métier ou pas. Si on a la vocation, on se forme bien souvent seul au gré de nos projets.

Le problème, ce ne sont pas les contractuels. C'est le manque d'attractivité de ce métier mal payé et mal considéré...
Pour info, j'ai découvert en ligne un rapport de l'Inspection générale de l’administration
de l’Éducation nationale et de la Recherche concernant les difficultés de recrutement
d’enseignants dans certaines disciplines. Le ministère ne doit donc pas ignorer le malaise ambiant....

http://cache.media.education.gouv.fr/file/2013/48/5/2013-071_Difficultes_Recrutement_273485.pdf

mimielaclasse
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Cath le Jeu 30 Oct 2014, 15:12

Et bien quand je vois le niveau d'orthographe de mes BTS, je me dis que non, ce n'est pas pareil.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Yazilikaya le Jeu 30 Oct 2014, 15:16

@mimielaclasse a écrit:Honnêtement, BTS, licence ou master pour enseigner en primaire, c'est pareil!
Avez-vous réellement l'impression que vos diplômes universitaires vous sont utiles dans votre travail de PE?
Pensez-vous que l'IUFM était réellement formateur? La seule formation réelle est sur le terrain. On est fait pour ce métier ou pas. Si on a la vocation, on se forme bien souvent seul au gré de nos projets.

Le problème, ce ne sont pas les contractuels. C'est le manque d'attractivité de ce métier mal payé et mal considéré...
Pour info, j'ai découvert en ligne un rapport de l'Inspection générale de l’administration
de l’Éducation nationale et de la Recherche concernant les difficultés de recrutement
d’enseignants dans certaines disciplines. Le ministère ne doit donc pas ignorer le malaise ambiant....

http://cache.media.education.gouv.fr/file/2013/48/5/2013-071_Difficultes_Recrutement_273485.pdf

D'où l'intérêt de mieux rémunérer pour créer les "vocations" professeur

Yazilikaya
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 15:27

@Cath a écrit:Et bien quand je vois le niveau d'orthographe de mes BTS, je me dis que non, ce n'est pas pareil.

Euh, comment dire... Le niveau d'orthographe de certains titulaires du master MEEF est à pleurer...

L'orthographe n'est pas un critère essentiel de recrutement des enseignants du premier degré.

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Europe 1 : "Recrutement à l’Education nationale : le grand n’importe quoi".

Message par Ma'am le Jeu 30 Oct 2014, 15:28

zazouyle a écrit:D'où l'intérêt de mieux rémunérer pour créer les "vocations" professeur

If you pay peanuts, you get monkeys. professeur

Si on paye mieux, on attirera les bons. yesyes

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum