Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
John
John
Médiateur

Skholè - Les ESPE : une réforme manquée Empty Skholè - Les ESPE : une réforme manquée

par John le Sam 1 Nov 2014 - 12:14
Une première question, provocante dans sa formulation, peut faire saisir une première contradiction : de quoi les étudiants qui font leurs études dans les actuelles espé sont-ils au juste diplômés ? Si les précédents iufm souffraient d’une contradiction criante : ils étaient des Instituts qui ne délivraient aucun diplôme, on peut se demander ce que peuvent valoir les actuels diplômes délivrés par les espé. Prenons le cas – emblématique – des étudiants se préparant à devenir « professeurs des écoles. » Si l’on examine les « maquettes » qui décrivent les diplômes qui les concernent, on apercevra vite que la démultiplication des « modules », « éléments » et options qui, par leur foisonnement, rendent leurs parcours souvent illisibles, n’est pas seulement provoquée par une dimension du métier auquel ils se préparent, la « polyvalence ». Elle a aussi des raisons d’être plus utilitaires : l’état des personnels enseignants capables d’assumer cette formation, le statut ambigu des « personnels de terrains » (pemf) et leur « double appartenance » ou double hiérarchie (rectorats et universités), ou encore la nécessité, qui vient peser fortement sur le diplôme, de les préparer à un concours de recrutement. Cette contrainte, ajoutée aux injonctions de l’« employeur » (de l’État, c’est-à-dire, en la matière, des rectorats et des corps d’inspection), engendre au sein des diplômes délivrés par les espé, qui sont intégrées à une Université, une logique venant contredire celle d’une formation universitaire. On ne peut, en effet, être diplômé en « prépa concours ».

À cet égard, la situation des diplômes des étudiants se préparant à devenir « professeurs des Lycées et Collèges » est peut-être plus éclairante encore. Dans les anciens iufm s’était instauré un partage certes pervers, mais qui avait le mérite d’être clair et, en partie, efficace quoique fort coûteux : aux iufm les prépa concours (en première année) et les stages (en deuxième année) ; aux Universités et à leurs « composantes », la formation intellectuelle, la recherche et les diplômes. Les actuelles formations – parfois « portées » par les espé – se trouvent, en raison de la rémanence de ce partage, juxtaposées à des diplômes portés par les autres composantes : les étudiants doivent choisir entre deux sortes de diplômes, des diplômes « Métiers de l’Enseignement et de la Formation » et des « Masters Recherche ». Une concurrence, malsaine à tous égards (concurrence à l’inscription, au nombre d’étudiants et donc au montant des crédits que l’on peut obtenir, ainsi qu’à la reconnaissance de la valeur des diplômes) est ainsi passée d’un état larvaire à un état institutionnel… Dans une situation budgétaire souvent fort difficile, les Universités doivent en effet choisir comment répartir entre les différentes composantes qu’elles abritent le peu de crédits dont elles disposent, compte tenu de ce qu’elles doivent réserver aux frais de fonctionnements (l’électricité, le gaz…), aux salaires de leurs personnels et à leur fond de réserve. Ne bénéficiant plus de l’« appoint » que fournissaient les iufm, et la réforme s’effectuant à budget constant, voire en réduction, on imagine bien qu’elles n’ont guère d’options ni de marges de manœuvre. Les causes sont ici structurelles et non liées aux personnes. Dans les conditions présentes, chacune des composantes se trouve de facto placée dans une situation de lutte de chacun contre tous, qui engage parfois sa propre survie et l’« offre » de diplôme ne peut se faire dans les conditions de sérénité qui seraient requises.
http://skhole.fr/espe-l-occasion-manquee-d-une-reforme-par-eric-dubreucq

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
Marmont
Marmont
Niveau 9

Skholè - Les ESPE : une réforme manquée Empty Re: Skholè - Les ESPE : une réforme manquée

par Marmont le Dim 2 Nov 2014 - 19:34
Excellente synthèse de quelqu'un qui s'y connait...

_________________
"Tous pour un, chacun pour soi"... Non, ça doit pas être ça...Skholè - Les ESPE : une réforme manquée 3795679266 
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum