Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Message par Lefteris le Ven 7 Nov 2014 - 13:56

@wanax a écrit:
Le sang impur dont il est question est celui des citoyens roturiers, par opposition au sang pur revendiqué par la noblesse.
Explication possible , mais controversée :
"Sang impur" peut  effectivement   renvoyer ironiquement au sang des combattants de la République, prêts à verser un sang qui n'st pas "bleu".
Mais aussi renvoyer au sang des  coalisés "aristocrates" , qui se prétend pur et qui ne l'est pas.
Enfin au sang forcément impur d'un ennemi mortel, avec lequel le combat sera acharné , amené à "abreuver" la terre.
Quoi qu'il en soit, il n'y a pas lieu de toucher à cet hymne, dans une énième tentative de tordre l'histoire pour la mettre au gabarit des façons de pesner actuelles (qui ne seront plus demain, d'ailleurs ).

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Message par Ergo le Ven 7 Nov 2014 - 14:44

Le recueillement, devoir de mémoire etc., je peux le comprendre.
Ce qui m'échappe, c'est 1) pourquoi n'est-ce pas fait partout ? (bien que je comprenne la spécificité de la Picardie, il y a des établissements picards où je doute que ç'ait été fait - cela étant, chapeau au collègue qui a cité des pertes sur des lieux picards précis), 2) pourquoi est-ce fait dans ces conditions ?

Au passage, nos élèves, dans les 4 différents pôles, se sont extrêmement bien comportés. J'ai félicité les 6e que j'accompagnais de leur attitude exemplaire mais je ne suis pas sûre qu'ils en retirent grand chose, si ce n'est qu'ils se sont mis debout dans un gymnase avec 170 autres élèves (en gros) pour écouter un discours parlant de jeunes et moins jeunes allant au combat pour la défense de la patrie et de la liberté (et là, hein...) et pour écouter la Marseillaise.

Quitte à organiser ce type de commémorations, qu'on fasse plutôt des expositions et qu'on prenne le temps d'expliquer les choses et d'en discuter. Prendre 15 min sur une heure de cours (qui n'est pas forcément perdue, en remontant en classe à 12h, on a travaillé, mais j'avais une classe de bisounours à cette heure-là, je doute que ç'ait pu être le cas partout), ça conduit forcément à des raccourcis, des approximations et des images qui ne mettent pas forcément à l'aise. J'aime la Marseillaise mais voir les 190 élèves debout, en silence, sur fond de Marseillaise n'est pas une image que j'apprécie.

_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Message par Mama le Ven 7 Nov 2014 - 19:47

@Lefteris a écrit:
Eh bien moi je défends le principe consistant à les obliger à contextualiser, et aussi à comprendre que le monde de maintenant n' a pas plus raison que le monde d'hier, contrairement à l'idée implicite qui est véhiculée (et sert bien le discours libéral et marchand, d'ailleurs..)   Ils ont globalement  suffisamment tendance à avoir des attitudes jugeantes.

Pour ce qui est en gras : merci de ne pas m'insulter.  Laughing

Je dis juste qu'un hymne national est censé symboliser un pays présent, ce n'est pas une pièce de musée.
Loin de moi l'idée de dire que maintenant est mieux qu'hier, ouh là, très loin.
Mais je connais les explications sur le "sang impur" qui figurent plus bas, et il n'y a pas que ça qui me déplaît.  et je persiste à dire que ce n'est pas cela (et d'autres parties de la chanson) qui symbolise le mieux les valeurs les plus humanistes de la République. C'est tout. Et un hymne national, cela devrait symboliser cela selon moi, et si l'hymne choisi d'abord n'est pas le plus adéquat pour cela, on change. Ca n'a rien avoir avec une dévaluation du passé. Les Allemands l'ont bien compris en sélectionnant un couplet plus représentatif que les autres.

@Lefteris a écrit: Quant à l'avancée vers des rapports sociaux moins violents, j'en doute fortement : la violence a changé de forme, elle est moins physique, mais nos élèves sont souvent (pas tous) des gens ultra-violents en germe, notamment pour défendre leur confort, justement parce qu'ils sont élevés dans l’individualisme, le culte d'eux-mêmes, et la fermeture sur tout ce qui n'est pas eux.


Ah oui oui, bien, confortons-les donc, l'hymne national symbolisera un constat regrettable et non une aspiration, parfait. Je ne savais pas que c'était le but d'un hymne.
D'autre part je trouve que vous caricaturez drôlement, fort heureusement mes élèves m'en donnent de nombreux contre-exemples tous les jours.
Comme d'applaudir sincèrement un cancre que le prof félicite, alors qu'il (le cancre, pas le prof, quoique...) les fait suer tous les jours de pluie et de beau temps. Ou d'inventer une scénette de théâtre qui revalorise les SDF et les femmes seules. Ou... Mais passons.

@Lefteris a écrit:
Oui, mais l'événementiel , et encore une fois le couple binaire de réflexion :  "c'est bien/c'est mal"

Shocked On n'a pas dû assister aux mêmes visites d'anciens combattants... Je n'ai entendu que des messages humains et nuancés.
Et cette citation que je fais de votre post ne serait-elle pas valable concernant ce qu'on entend aux commémorations, à tout hasard ?


@Lefteris a écrit: Ce qui est intéressant , c'est justement de voir l'écart entre la nécessité historique , les discours qui ont été tenus, et la réalité. certains généraux n'ont pas compris le changement de visage de la guerre, qu'avait amené la technologie. C’est pourquoi ils se sont raidis, par ignorance du terrain, éloignement des troupes, sur des principes qui étaient en vigueur dans les guerres traditionnelles. Et donc , autour de ça, la création de discours mensongers pour se justifier, de désinformation , de bourrage de crâne.
Plus que de parler des individus (l'Homme est un être collectif) , dont les noms ornent copieusement le moindre de nos villages, c'st une réflexion sur les mécanismes de l'histoire, de la communication officielle.
A ce titre, il est évident que les commémorations seules ne peuvent suffire. Elles ont quand même le mérite d'attirer l'attention sur un fait hors du commun (14-18 a été la guerre la plus meurtrière, sur les champs de bataille du moins,  de toute l'histoire humaine à la fois dans l'absolu et  selon le rapport forces engagées/ tués).

Entièrement d'accord, sauf sur la toute fin : je ne vois pas en quoi une commémoration identique à toutes les autres souligne la spécificité de cette guerre.

Mama
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Message par Condorcet le Sam 8 Nov 2014 - 2:18

Le "devoir de mémoire" est d'un usage délicat en histoire et en philosophie http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/enseigner/memoire_histoire/05historiens1.htm
Autant il apparaît logique d'expliquer ce que représente l'évènement 11 novembre et ce qu'il commémore, autant le glissement vers une acception purement mémorielle (sans réel recul critique - au sens le plus large du terme -) auquel invite le recteur de l'académie de Picardie pose problème. La commémoration permet au présent de diffuser ses idéaux/visées sous couvert du passé : cette emprise qui n'a qu'un rapport lointain avec l'histoire traduit bien en revanche les angoisses ou les tensions du présent.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Message par cliohist le Dim 9 Nov 2014 - 9:37

Le "devoir de mémoire" est d'un usage délicat en histoire et en philosophie http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/enseigner/memoire_histoire/05historiens1.htm
"se souvenir pour cela ne se reproduise jamais !" dit un élu. Que s'est-il passé en 1939 ?

Devoir de mémoire, propre à chaque pays et à chaque groupe d'acteurs ?
Ou devoir d'histoire ?

Sur ces enjeux multiples de cette commémoration (très franco-française),
écouter J-N Jeanneney dans l'émission Entre les lignes (à partir de la 46e minute)
http://www.lcp.fr/emissions/entre-les-lignes/vod/164254-entre-les-lignes


Dernière édition par cliohist le Dim 9 Nov 2014 - 10:53, édité 1 fois

cliohist
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Message par Normandyx le Dim 9 Nov 2014 - 10:49

oups 2 fois la même chose, coupure de net


Dernière édition par Normandyx le Dim 9 Nov 2014 - 11:53, édité 1 fois

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Message par Normandyx le Dim 9 Nov 2014 - 11:05

En Seine Maritime, les archives départementales ont numérisé les registres matricules et les ont mis en ligne. IL suffit d'entrer le nom et le prénom de l'aïeul qui a participé à la guerre et on a tous les renseignements sur lui, c'est l'occasion pour les enfants, leurs parents et les grands parents d'échanger, de couper la télé.
Même pour un vieux comme moi, découvrir le livret matricule d'un ascendant et voir son parcours militaire pendant cette guerre et constater qu'il s'est payé 3 ans de guerre en terminant comme conducteur des fameux taxis de la Marne, ce que je savais, mais que pour lui la guerre s'était terminée alors qu'il avait 40 ans et 10 mois, ça donne une idée du bouleversement que cela pouvait être pour les familles, je comprends mieux du coup, à quel point c'était important pour les enfants de ceux qui étaient partis et la difficulté qui avait du aussi être celle des femmes qui devaient gérer seules les familles plus nombreuses à une époque où elles n'avaient que rarement un travail salarié.

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Commémorations du 11 novembre dans l'établissement (le 7 novembre)

Message par lisontine le Dim 9 Nov 2014 - 11:49

Dans mon établissement se trouve une plaque commémorative aux anciens élèves morts pendant la guerre 14-18. Jusqu'à il y a 5 ans le CE faisait déposer une gerbe de fleurs pour le 11 novembre. Cette habitude s'est perdue avec la valse des CE qui ont suivi. Le nouveau relance cette année une petite cérémonie qui aura lieu demain à la récré de 10h. Les délégués de classe sont conviés (il n'y a pas trop de place) et une collègue d'HG lira un petit texte.
De plus les archives départementales ont numérisé cette année le livre d'or du collège qui contient des pages de cette époque et le chef a proposé à deux collègues passionnées de généalogie de constituer un club pour retrouver trace de ces poilus dont le nom est écrit sur la plaque car il n'y a que l'initiale du prénom et aucune autre information.
Je trouve important que nos élèves fassent le lien entre ce qu'ils apprennent en classe et ces noms qu'ils croisent sur le mur tous jours.

lisontine
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum