Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lyssya Gory
Niveau 1

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lyssya Gory le Ven 28 Nov - 20:39
Je ne fais pas de vacations dans des collèges ou des lycées mais dans des facs privées, aucune pression, je n'ai de comptes à rendre à personne. A côté, je fais pas mal de traduction juridique et je donne quelques cours particuliers. Pas de réunions, pas de parents pénibles, pas de tuteur, pas d'ESPE ... je suis (un peu) plus pauvre mais pour rien au monde je ne reviendrais en arrière.
YoKonoké
YoKonoké
Neoprof expérimenté

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par YoKonoké le Ven 28 Nov - 20:41
C'est un choix que je comprends.

_________________
«Plus on partage, plus on possède, voilà le miracle.» Léonard Nimoy
Ergo
Ergo
Enchanteur

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Ergo le Ven 28 Nov - 20:43
Ah oui, en effet.

_________________
Stay afraid, but do it anyway. What's important is the action. You don't have to wait to be confident. Just do it and eventually the confidence will follow. ---Carrie Fisher
Lefteris
Lefteris
Empereur

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lefteris le Ven 28 Nov - 20:49
@Lyssya Gory a écrit:Je ne fais pas de vacations dans des collèges ou des lycées mais dans des facs privées, aucune pression, je n'ai de comptes à rendre à personne. A côté, je fais pas mal de traduction juridique et je donne quelques cours particuliers. Pas de réunions, pas de parents pénibles, pas de tuteur, pas d'ESPE ... je suis (un peu) plus pauvre mais pour rien au monde je ne reviendrais en arrière.
Tu fais du russe ?

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
avatar
Lyssya Gory
Niveau 1

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lyssya Gory le Ven 28 Nov - 20:55
Non, italien. Tu dis ça pour Lyssya Gory? Smile
Lefteris
Lefteris
Empereur

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lefteris le Ven 28 Nov - 21:06
@Lyssya Gory a écrit:Non, italien. Tu dis ça pour Lyssya Gory? Smile
Oui... faut reconnaître qu'elle est particulièrement maltraitée dans l'E.N. , la langue "del bel paese ch'Appennin parte, e 'l mar circonda et l'Alpe". considérée comme "inutile".
Avoir un poste complet relève du tour de force. Même en Italie, quand un ex-président (Sarlusconi ? Berluscozy ? me rappelle plus... ) disait que l'école devait s'en tenir aux "Tre I : Internet, Inglese, Informatica" No .

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
avatar
Lyssya Gory
Niveau 1

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lyssya Gory le Ven 28 Nov - 21:26
Quel bonheur de voir ici cité le cher grand Pétrarque, merci !
Oui, cette langue merveilleuse est malheureusement traitée comme un idiome du fin fond de la Sibérie ... quand on songe à ce qu'elle a apporté au monde, c'est à pleurer.
Les tre I, c'est bien du Sarlusconi, ou du Berluscozy ! Laughing
sombra
sombra
Niveau 7

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par sombra le Sam 29 Nov - 23:29
J'admire ton courage Lyssya !
Osmie
Osmie
Grand sage

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Osmie le Dim 30 Nov - 12:00
@Lyssya Gory a écrit:En théorie oui. Mais, d'une part, j'ai bien peur que cette liberté ne soit précaire et, d'autre part, le métier ne se limite plus, loin de là, à la salle de classe et on se heurte à l'absurdité du système en permanence.
Par ailleurs, quand tu es censé enseigner une langue étrangère et que tes élèves (collèges de centre-ville, excellente académie) sont, pour la plupart, incapables de conjuguer correctement un verbe, ne savent pas ce qu'est un nom, un adjectif, un infinitif etc... dans leur PROPRE langue, je ne vois pas très bien à quoi peut servir cette prétendue liberté pédagogique. Leurs cerveaux sont déjà ravagés par le bain de bêtise qu'on leur inflige depuis leur entrée à l'école. Je dis cela sans aucun mépris pour eux, ils ne sont que les victimes d'un système qui, précisément, les méprise et n'a plus pour objectif que de les occuper, de faire en sorte qu'ils se tiennent tranquilles en les abrutissant encore un peu plus devant des écrans, en ne leur proposant que du "ludique", en leur faisant croire que le monde est simple comme une page de manuel aux couleurs criardes. C'est le bafa qu'il faut demander aux profs maintenant, pas un master 2.
Ce n'est pas de la théorie.
Il y a un combat quotidien à mener pour enseigner les bases aux élèves, et la liberté pédagogique n'est pas un vain mot. Rien ne m'empêche d'étudier le texte, le roman que je veux, qui me semble le plus à même de façonner une pensée. A moi d'expliquer mes choix aux parents, à supposer que l'un d'eux me le demande (ce qui n'arrive jamais).
La liberté pédagogique est au cœur même du métier en lettres : à nous de choisir entre Gudule ou Hugo, entre l'Autobiographie d'une courgette et La promesse de l'aube.
Quant aux ravages sur les cerveaux, as-tu pu les noter en deux mois ? Le professeur seul dans sa classe n'est pas contraint de les occuper "en les abrutissant", "en ne leur proposant que du "ludique"" ; là encore, libre à lui de faire autrement, mais libre à lui aussi de tomber dans la facilité que tu décris.
Avec cynisme, je dis souvent aussi qu'un BAFA lettres suffirait, mais ce n'est pas le cas. Un BAFA suffit pour faire de l'animation, mais ce n'est pas notre métier ; à nous de faire en sorte que cela ne le devienne jamais.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lefteris le Dim 30 Nov - 12:38
@Osmie a écrit:
@Lyssya Gory a écrit:En théorie oui. Mais, d'une part, j'ai bien peur que cette liberté ne soit précaire et, d'autre part, le métier ne se limite plus, loin de là, à la salle de classe et on se heurte à l'absurdité du système en permanence.
Par ailleurs, quand tu es censé enseigner une langue étrangère et que tes élèves (collèges de centre-ville, excellente académie) sont, pour la plupart, incapables de conjuguer correctement un verbe, ne savent pas ce qu'est un nom, un adjectif, un infinitif etc... dans leur PROPRE langue, je ne vois pas très bien à quoi peut servir cette prétendue liberté pédagogique. Leurs cerveaux sont déjà ravagés par le bain de bêtise qu'on leur inflige depuis leur entrée à l'école. Je dis cela sans aucun mépris pour eux, ils ne sont que les victimes d'un système qui, précisément, les méprise et n'a plus pour objectif que de les occuper, de faire en sorte qu'ils se tiennent tranquilles en les abrutissant encore un peu plus devant des écrans, en ne leur proposant que du "ludique", en leur faisant croire que le monde est simple comme une page de manuel aux couleurs criardes. C'est le bafa qu'il faut demander aux profs maintenant, pas un master 2.
Ce n'est pas de la théorie.
Il y a un combat quotidien à mener pour enseigner les bases aux élèves, et la liberté pédagogique n'est pas un vain mot. Rien ne m'empêche d'étudier le texte, le roman que je veux, qui me semble le plus à même de façonner une pensée. A moi d'expliquer mes choix aux parents, à supposer que l'un d'eux me le demande (ce qui n'arrive jamais).
La liberté pédagogique est au cœur même du métier en lettres : à nous de choisir entre Gudule ou Hugo, entre l'Autobiographie d'une courgette et La promesse de l'aube.
Quant aux ravages sur les cerveaux, as-tu pu les noter en deux mois ? Le professeur seul dans sa classe n'est pas contraint de les occuper "en les abrutissant", "en ne leur proposant que du "ludique"" ; là encore, libre à lui de faire autrement, mais libre à lui aussi de tomber dans la facilité que tu décris.
Avec cynisme, je dis souvent aussi qu'un BAFA lettres suffirait, mais ce n'est pas le cas. Un BAFA suffit pour faire de l'animation, mais ce n'est pas notre métier ; à nous de faire en sorte que cela ne le devienne jamais.
Je suis assez d'accord avec toi, et je suis de ceux qui tiennent leur ligne de conduite, entre autres en ne pratiquant que des textes d'auteurs. Mais je reconnais aussi que plus les enseignants sont jeunes, plus il leur est difficile de lutter contre la dispersion organisée, les activités bordélisantes, les projets. Ils finissent même parfois par intégrer tout ça, l'intérioriser, et comme évidemment ça ne marche pas, à culpabiliser. Il suffit de lire les messages d'angoisse, de culpabilité, de remise en question sur le mode autocritique, pour voir que la situation n'est pas si simple.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
avatar
Lyssya Gory
Niveau 1

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lyssya Gory le Dim 30 Nov - 13:20
Lefteris a tout dit.
Je comprends très bien votre ligne de conduite, et je vous envie de pouvoir la tenir, mais je crois sincèrement qu'en effet elle n'est plus vraiment praticable par de jeunes enseignants. C'est bien pour cela que je parlais dans ma première intervention de la nécessité d'une sorte de "foi" et d'enthousiasme particuliers pour pouvoir exercer ce métier à l'heure actuelle. Sans cela il me semble que l'on ne peut verser que dans l'aigreur ou le cynisme.
Et oui Osmie, oh que oui, j'ai pu constater les ravages sur les cerveaux: incapacité à se concentrer sur une même activité plus de quelques minutes, raisonnement anarchique, orthographe misérable, syntaxe chaotique et j'en passe ... un mois n'était même pas nécessaire, une semaine a suffi.
Un collègue africain d'une autre discipline, stagiaire dans le même établissement que moi était anéanti et révolté par ce qu'il voyait; lui qui a grandi, et enseigné plus tard,  dans un environnement infiniment plus défavorisé, dans des écoles sans aucuns moyens matériels ou financiers, sans TBI ou salle multimedia etc ... il  se retrouve ici face à des élèves au niveau bien plus faible que la plupart de ceux qu'il a connus là-bas. Et je ne vous dis même pas ce qu'il pense de leur "savoir-être" pour employer le jargon qu'on aime bien ...


Dernière édition par Lyssya Gory le Dim 30 Nov - 13:33, édité 1 fois
A Tuin
A Tuin
Sage

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par A Tuin le Dim 30 Nov - 13:20
@pailleauquebec a écrit:
J'en ai guéri en équilibrant différemment ma vie, en faisant du sport, de la lecture plaisir, du jardinage,... le psy m'a aidé à faire ce rééquilibrage, car ce n'est pas simple de comprendre ce qui cloche tout seul.

Il n'y a pas besoin d'aller voir un psy dans ce genre de cas : ce qui cloche est très bien exprimé en l’occurrence pour la personne, c'est le fait de ne pas se sentir soutenue par sa hiérarchie alors que le contexte et les classes sont difficiles. Dans un tel cas de figure tu peux bien faire piscine tant que tu veux ou aller donner tes sous au psy du coin, tant que ce problème de base ne sera pas réglé par une mutation ou un changement de direction, ça n'ira pas mieux. A un moment donné l'équilibre c'est de recevoir le respect ou le bien-être en proportion de ce qu'on donne ou laisse dans un domaine donné, c'est tout. Je dirais qu'avant de songer à se reconvertir, il faudrait déjà songer à redemander une mutation pour avoir une affectation plus stable et sécurisante, cela aiderait surement.
Osmie
Osmie
Grand sage

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Osmie le Dim 30 Nov - 13:38
@Lyssya Gory a écrit:Lefteris a tout dit.
Je comprends très bien votre ligne de conduite, et je vous envie de pouvoir la tenir, mais je crois sincèrement qu'en effet elle n'est plus vraiment praticable par de jeunes enseignants. C'est bien pour cela que je parlais dans ma première intervention de la nécessité d'une sorte de "foi" et d'enthousiasme particuliers pour pouvoir exercer ce métier à l'heure actuelle. Sans cela il me semble que l'on ne peut verser que dans l'aigreur ou le cynisme.
Et oui Osmie, oh que oui, j'ai pu constater les ravages sur les cerveaux: incapacité à se concentrer sur une même activité plus de quelques minutes, raisonnement anarchique, orthographe misérable, syntaxe chaotique et j'en passe ... un mois n'était même pas nécessaire, une semaine a suffi.
Un collègue africain d'une autre discipline, stagiaire dans le même établissement que moi était anéanti et révolté par ce qu'il voyait; lui qui a grandi, et enseigné plus tard,  dans un environnement infiniment plus défavorisé, dans des écoles sans aucuns moyens ou financiers, sans TBI ou salle multimedia etc ... il  se retrouve ici face à des élèves au niveau bien plus faible que la plupart de ceux qu'il a connus là-bas. Et je ne vous dis même pas ce qu'il pensait de leur "savoir-être" pour employer le jargon qu'on aime bien ...
C'est ma septième rentrée ; suis-je encore une jeune enseignante ? Very Happy
Ma relative survie mentale tient au fait que je me concentre sur ce qui se passe dans mon domaine, qui est ma classe. Mais j'oscille sans cesse entre fureur, cynisme et lutte.
avatar
Lyssya Gory
Niveau 1

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lyssya Gory le Dim 30 Nov - 13:45
Quand je parlais des "jeunes enseignants", je pensais aux "créatures ESPE modèle 2014", pas à la date de naissance Smile
Lefteris
Lefteris
Empereur

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lefteris le Dim 30 Nov - 14:41
@Lyssya Gory a écrit:Lefteris a tout dit.
Je comprends très bien votre ligne de conduite, et je vous envie de pouvoir la tenir,
Un raro vantaggio di invecchiare Rolling Eyes
mais je crois sincèrement qu'en effet elle n'est plus vraiment praticable par de jeunes enseignants. C'est bien pour cela que je parlais dans ma première intervention de la nécessité d'une sorte de "foi" et d'enthousiasme particuliers pour pouvoir exercer ce métier à l'heure actuelle. Sans cela il me semble que l'on ne peut verser que dans l'aigreur ou le cynisme.


On peut aussi relativiser. Ca me débecte aussi , et je préfèrerais qu'il en soit autrement mais je sais couper. Il faut dire que j'ai vu l'absurde ailleurs que dans l'EN, ça aide à supporter.
incapacité à se concentrer sur une même activité plus de quelques minutes, raisonnement anarchique, orthographe misérable, syntaxe chaotique et j'en passe ... un mois n'était même pas nécessaire, une semaine a suffi.
Un collègue africain d'une autre discipline, stagiaire dans le même établissement que moi était anéanti et révolté par ce qu'il voyait; lui qui a grandi, et enseigné plus tard,  dans un environnement infiniment plus défavorisé, dans des écoles sans aucuns moyens matériels ou financiers, sans TBI ou salle multimedia etc ... il  se retrouve ici face à des élèves au niveau bien plus faible que la plupart de ceux qu'il a connus là-bas. Et je ne vous dis même pas ce qu'il pense de leur "savoir-être" pour employer le jargon qu'on aime bien ...
Là , tu touches au point le plus sensible. Nous avons  désormais en masse des ados qui sont  autocentrés à un degré qu'on ne mesure même plus (qu'on ne vienne pas dire que ca a toujours été comme ça, c'est faux, c'est un mensonge qui sert de prétexte à la capitulation)  ce qui entraîne leur incapacité d'écoute, de concentration , d'intérêt même sur tout ce qui n'est pas eux ou leur plaisir immédiat. Un élève dit "défavorisé" demeure un élève qui baigne quand même dans un confort relatif que n'a pas un pays du Tiers-Monde, et dans une dispersion liée aux objets matériels que n'avait pas un élève aisé il y a vingt ou trente ans (téléphone érigé au rang de divinité,   médias nombreux et  agressifs qui leur donnent de manière surdimensionnée  le coût du show-biz et du people,  habitude de jacasser sur tout -ce qui est lié à leur autocentrage, ils croient que tout ce qui sort d'eux est intéressant...). Bref, la société  forme des décérébrés, qui formeront soit les consommateurs de demain, soit les nervis de systèmes oppressifs où ils trouveront leur avantage, et la grande faute de l'E.N.  (la machine, pas les individus qui résistent) est de ne plus essayer de lutter , de fermer la porte à tout ça, mais d’accompagner le mouvement, de faire du suivisme à haute dose (le reproche  principal qui est fait au pédagogisme).


Dernière édition par Lefteris le Dim 30 Nov - 14:47, édité 1 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lefteris le Dim 30 Nov - 14:42
@Lyssya Gory a écrit:Quand je parlais des "jeunes enseignants", je pensais aux "créatures ESPE modèle 2014", pas à la date de naissance Smile
D'un autre côté, certains sont lucides, j'en ai vu. Ils ne sontpas tous malléables, et ne devraient pas tarder à se reconvertir ou à résister dans leur coin...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
Heste
Heste
Niveau 9

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Heste le Dim 30 Nov - 14:52
Je suis une "créature ESPE modèle 2014", j'ai fait mon M1 sous feu les IUFM, et mon M2 en ESPE. La plupart des stagiaires que je rencontrent à l'ESPE en formation on le même état d'esprit que moi: on prend ce qu'il y a d'intéressant à prendre (certains formateurs sont passionnants) et pour le reste ça rentre par une oreille avant de ressortir par l'autre. Mais c'est fatiguant de devoir toujours réfléchir à ce que l'on va dire ou écrire à l'ESPE, d'assister à des formations souvent vides de sens et de contenu...
avatar
Lyssya Gory
Niveau 1

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lyssya Gory le Dim 30 Nov - 16:17
Lefteris, tu résumes parfaitement la situation. Le tableau est sombre mais tellement juste ...
Je pense qu'il y a une forme d'héroïsme à résister ainsi et j'éprouve une grande admiration pour ceux qui le font.
Cette citation de Kazantzakis qui figure sous tes message m'accompagne aussi depuis très longtemps et je suis touchée de l'avoir retrouvée ici, nous la mettons en pratique de deux manières différentes mais à la fin il reste toujours la liberté.Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 2252222100
Heste: bon courage Smile
Osmie
Osmie
Grand sage

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Osmie le Dim 30 Nov - 16:23
@Lefteris a écrit:
@Lyssya Gory a écrit:Quand je parlais des "jeunes enseignants", je pensais aux "créatures ESPE modèle 2014", pas à la date de naissance Smile
D'un autre côté, certains sont lucides, j'en ai vu. Ils ne sontpas tous malléables, et ne devraient pas tarder à se reconvertir ou  à résister dans leur coin...
Pour faire une permanence chaque semaine à l'ESPE, c'est ce que je constate aussi ; du temps des IUFM, le formatage battait déjà son plein, mais la charge de travail était moins lourde à porter.
Osmie
Osmie
Grand sage

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Osmie le Dim 30 Nov - 16:26
@Lefteris a écrit:
@Lyssya Gory a écrit:Lefteris a tout dit.
Je comprends très bien votre ligne de conduite, et je vous envie de pouvoir la tenir,
Un raro vantaggio  di invecchiare  Rolling Eyes
mais je crois sincèrement qu'en effet elle n'est plus vraiment praticable par de jeunes enseignants. C'est bien pour cela que je parlais dans ma première intervention de la nécessité d'une sorte de "foi" et d'enthousiasme particuliers pour pouvoir exercer ce métier à l'heure actuelle. Sans cela il me semble que l'on ne peut verser que dans l'aigreur ou le cynisme.


On peut aussi relativiser. Ca me débecte aussi , et je préfèrerais qu'il en soit autrement mais je sais couper. Il faut dire que j'ai vu l'absurde ailleurs que dans l'EN, ça aide à supporter.
incapacité à se concentrer sur une même activité plus de quelques minutes, raisonnement anarchique, orthographe misérable, syntaxe chaotique et j'en passe ... un mois n'était même pas nécessaire, une semaine a suffi.
Un collègue africain d'une autre discipline, stagiaire dans le même établissement que moi était anéanti et révolté par ce qu'il voyait; lui qui a grandi, et enseigné plus tard,  dans un environnement infiniment plus défavorisé, dans des écoles sans aucuns moyens matériels ou financiers, sans TBI ou salle multimedia etc ... il  se retrouve ici face à des élèves au niveau bien plus faible que la plupart de ceux qu'il a connus là-bas. Et je ne vous dis même pas ce qu'il pense de leur "savoir-être" pour employer le jargon qu'on aime bien ...
Là , tu touches au point le plus sensible. Nous avons  désormais en masse des ados qui sont  autocentrés à un degré qu'on ne mesure même plus (qu'on ne vienne pas dire que ca a toujours été comme ça, c'est faux, c'est un mensonge qui sert de prétexte à la capitulation)  ce qui entraîne leur incapacité d'écoute, de concentration , d'intérêt même sur tout ce qui n'est pas eux ou leur plaisir immédiat. Un élève dit "défavorisé" demeure un élève qui baigne quand même dans un confort relatif que n'a pas un pays du Tiers-Monde, et dans une dispersion liée aux objets matériels que n'avait pas un élève aisé il y a vingt ou trente ans (téléphone érigé au rang de divinité,   médias nombreux et  agressifs qui leur donnent de manière surdimensionnée  le coût du show-biz et du people,  habitude de jacasser sur tout -ce qui est lié à leur autocentrage, ils croient que tout ce qui sort d'eux est intéressant...). Bref, la société  forme des décérébrés, qui formeront soit les consommateurs de demain, soit les nervis de systèmes oppressifs où ils trouveront leur avantage, et la grande faute de l'E.N.  (la machine, pas les individus qui résistent) est de ne plus essayer de lutter , de fermer la porte à tout ça, mais d’accompagner le mouvement, de faire du suivisme à haute dose (le reproche  principal qui est fait au pédagogisme).
D'accord avec toi ; le plus dur est d'avoir des élèves qui ne sont plus en situation d'être instruits.
e-Wanderer
e-Wanderer
Expert spécialisé

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par e-Wanderer le Dim 30 Nov - 17:21
Il mondo invecchia, e invecchiando intristisce…
avatar
Lyssya Gory
Niveau 1

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Lyssya Gory le Dim 30 Nov - 17:47
Altro che !

Génial de voir débarquer les grands ancêtres sur le forum depuis hier! veneration
Comme il manque encore le Patron:
Lasciate ogni speranza voi ch'entrate
Qui si convien lasciare ogni sospetto; ogni viltà convien che qui sia morta.
Noi siam venuti al loco ov'io t'ho detto che tu vedrai le genti dolorose c'hanno perduto il ben dell'intelletto.

J'y pensais quand je voyais les grilles du collège le matin Very Happy
avatar
mémé49
Niveau 3

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par mémé49 le Dim 7 Déc - 9:54
@Lyssya Gory a écrit:Bonjour à tous
Je vous lis depuis des mois en "sous-marin" et je poste aujourd'hui pour la première fois. Si j'interviens aujourd'hui c'est pour témoigner du fait que démissionner de l'EN est faisable, souhaitable dans certains cas et peut même être, c'est mon cas, une véritable délivrance. J'ai fait mes études avec passion, j'adore ma discipline et j'ai eu la joie de réussir facilement un capes peu ouvert. Malheureusement j'ai pris en pleine figure la réalité de ce monde de fous qu'est l'EN en commençant mon stage en septembre: obligation ubuesque de se réinscrire en master, de devoir valider des UE, d'avoir à réécrire un mémoire, formation à l'ESPE oscillant en permanence entre néant et débilité profonde, mais chronophage dans les deux cas, négation programmatique de la part des "formateurs" de la notion de liberté pédagogique, élèves pas antipathiques mais nullissimes pour lesquels on nous demande de déployer des trésors d'imagination et de créativité pour un résultat au mieux médiocre, et tout cela en ayant comme seule perspective d'être TZR sur 2 ou 3 établissements  pendant au moins une bonne dizaine d'années ...
Un mois m'a suffi pour savoir que je ne voulais pas de cette vie là et j'ai démissionné. Tranquillement, facilement, sans aucun stress tant j'étais convaincue du bien-fondé de ma décision. Depuis je "bricole", vacations, cours particuliers, traductions ...   Evidemment c'est moins confortable du point de vue du salaire mais au moins, je vis, je me sens libre, je ne suis plus soumise aux oukases de quelques pédagos cinglés et je sais que j'ai fait le bon choix. La décision n'est pas facile à prendre mais j'ai la chance d'avoir un instinct de survie assez développé, ce qui m'a grandement aidée Smile Avec un peu de recul maintenant, je trouve le système tellement fou que je me demande comment l'édifice tient encore debout. Quand j'ai annoncé ma démission à mes collègues l'un deux m'a dit: "Vas-y, pars vite, tu prends l'une des dernières chaloupes avant le naufrage du Titanic" ...
Voilà. Bien sûr, je ne témoigne ici que de ce que j'ai vécu et je peux tout à fait comprendre que d'autres puissent s'épanouir dans ce métier qui reste, je le pense vraiment, beau et noble, mais qui demande à l'heure actuelle, si l'on veut l'exercer sans cynisme et sans aigreur, une forme bien particulière d'enthousiasme et de "foi" dont tout le monde n'est pas capable. Je lis bien souvent ici l'expression de beaucoup d'angoisse et de stress, je voulais juste dire à ceux qui en souffrent, que ce n'est pas une fatalité, il y a une vie hors de l'EN.
Bon courage à tous

Merci pour ton post Lyssya : j'ai relu cette conversation que j'avais lancée il y a quelques semaines auparavant, et cela me tente de plus en plus de partir. J'ai repris le boulot après avoir été arrêtée deux semaines, et là, qu'est-ce que ça a été dur de se remettre dedans, de recommencer les cours dans le brouhaha, l'impression de ne servir à rien devant les lacunes énormes des élèves, les réunions qui n'en finissent pas, la route etc... J'ai rencontré le médecin prévention qui m'avait proposé un allégement de service que j'attends toujours (mais au vu du nombre de remplaçants dans l'académie, je risque d'attendre longtemps) donc, je vais demander un mi-temps pour l'année prochaine (car j'aime malgré tout ma matière et de plus je n'ai pas envie de me dire que mon CAPES est bon à mettre à la poubelle..) et je pense que si je ne l'obtiens pas je partirai.
bil36
bil36
Niveau 6

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par bil36 le Mer 4 Fév - 19:24
Ne lâche rien ! tu as eu un concours difficile, perso j'ai vécu les pires difficultés à mes débuts et puis après... on apprend et on relativise

bon courage en tout cas à toi !
Digilovely
Digilovely
Niveau 3

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Digilovely le Sam 18 Avr - 12:54
PauvreYorick a écrit:
@Modulo a écrit: j'ai quand même une furieuse impression que ce type de message se développe fortement
+1. Je trouve ça inquiétant.

Je suis dans le même cas...
1ère année en tant que titulaire en lettres modernes... 3 pétages de plombs et 2 arrets de travail...Beaucoup de doutes quand à la suite de ma carrière...
Ashtrak
Ashtrak
Fidèle du forum

Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN - Page 3 Empty Re: Sentiment d'être "prise au piège" dans l'EN

par Ashtrak le Sam 18 Avr - 16:50
Courage ! Il en faudra quelle que soit la décision : partir, c'est remettre en cause un choix de vie qui semblait évident (si on pensait avoir la "vocation") ; rester, c'est savoir que ce que l'on vit aujourd'hui ne disparaîtra pas magiquement demain et qu'il faudra trouver le moyen de l'apprivoiser.

Reste à savoir quel courage te semble le plus naturel !

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum