Quand on n'aime pas un élève...

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand on n'aime pas un élève...

Message par Mezzo voce le Ven 14 Nov 2014 - 18:46

Malgré ses "efforts" (tout est relatif), un élève de ma classe de quatrième de la mort qui tue m'est franchement antipathique. Il s'agit de l'élève dont je parle sur un autre fil, dont j'ai rencontré la maman il y a peu. Suite à cette rencontre, il fait donc des "efforts". J'étais aujourd'hui d'humeur joviale. Comme les élèves, malgré une agitation latente, avaient bien avancé sur l'analyse d'un extrait d'adaptation filmique, je leur ai montré avant la sonnerie un second extrait... Triste idée: le pathétique de la scène n'a pas du tout été perçu. Les élèves ont eu un fou rire à voir la dégradation physique progressive du personnage principal. J'ai donc lancé, sur un ton faussement colérique: "Vous n'avez pas de coeur, allez: rangez vos affaires, rangez les chaises sur les tables et sortez, je ne souhaite plus vous voir." Les élèves sont sortis tout contents. Et soudain, l'un d'eux, parmi les pénibles, d'ailleurs, me glisse: "Madame! X (soit l'élève qui me devient puissamment antipathique) a dit: "ben nous aussi on veut plus vous voir." J'ai donc repris l'élève. Comme je me suis permis un trait d'humour, je ne l'ai pas sanctionné pour le sien. Mais, comment dire, je commence à le prendre en grippe, celui-là. Un petit hypocrite qui joue sur tous les tableaux, insolent, fourbe et malin (na, ça fait du bien). Pourtant, il y en a des plus corsés (j'ai l'impression de parler de dosettes, mais bon). Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Mezzo voce
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par babette le Ven 14 Nov 2014 - 18:56

Bien sûr que ça m'est arrivé. En fait, je n'en aime aucun si je joue un peu la provoc, je ne suis pas là pour les aimer.
Je tolère certains comportements et je n'en tolère pas d'autres voilà, cela n'a rien à voir avec les sentiments personnels.

_________________
« Si ton rève se réalise, c'est qu'il n'était pas assez beau."
Proverbe chinois.

babette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par sansara le Ven 14 Nov 2014 - 18:57

@Mezzo voce a écrit:Malgré ses "efforts" (tout est relatif), un élève de ma classe de quatrième de la mort qui tue m'est franchement antipathique. Il s'agit de l'élève dont je parle sur un autre fil, dont j'ai rencontré la maman il y a peu. Suite à cette rencontre, il fait donc des "efforts". J'étais aujourd'hui d'humeur joviale. Comme les élèves, malgré une agitation latente, avaient bien avancé sur l'analyse d'un extrait d'adaptation filmique, je leur ai montré avant la sonnerie un second extrait... Triste idée: le pathétique de la scène n'a pas du tout été perçu. Les élèves ont eu un fou rire à voir la dégradation physique progressive du personnage principal. J'ai donc lancé, sur un ton faussement colérique: "Vous n'avez pas de coeur, allez: rangez vos affaires, rangez les chaises sur les tables et sortez, je ne souhaite plus vous voir." Les élèves sont sortis tout contents. Et soudain, l'un d'eux, parmi les pénibles, d'ailleurs, me glisse: "Madame! X (soit l'élève qui me devient puissamment antipathique) a dit: "ben nous aussi on veut plus vous voir." J'ai donc repris l'élève. Comme je me suis permis un trait d'humour, je ne l'ai pas sanctionné pour le sien. Mais, comment dire, je commence à le prendre en grippe, celui-là. Un petit hypocrite qui joue sur tous les tableaux, insolent, fourbe et malin (na, ça fait du bien). Pourtant, il y en a des plus corsés (j'ai l'impression de parler de dosettes, mais bon). Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Oui. Nous sommes humains. Après, il faut réussir à passer outre.

En revanche, concernant la remarque de l'élève, je n'aurais pas laissé passer. Ta phrase était ironique, pas la sienne, et elle relève clairement de l'impertinence. J'aurais sanctionné l'élève, et pas parce que je ne l'aime pas, mais parce que sa remarque est déplacée.
Conseil pour la suite : avec ce genre de classes, mieux vaut éviter de tendre le bâton pour se faire battre, donc éviter l'ironie et le second degré.

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Normandyx le Ven 14 Nov 2014 - 18:58

@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Oui, l'inconvénient c'est que nous on les a 6 heures par jour, l'avantage, c'est qu'en se concentrant bien et en changeant d'activité, on arrive à oublier certains trucs et à leur trouver quelques facettes sympa.

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Mezzo voce le Ven 14 Nov 2014 - 19:08

@sansara a écrit:
@Mezzo voce a écrit:Malgré ses "efforts" (tout est relatif), un élève de ma classe de quatrième de la mort qui tue m'est franchement antipathique. Il s'agit de l'élève dont je parle sur un autre fil, dont j'ai rencontré la maman il y a peu. Suite à cette rencontre, il fait donc des "efforts". J'étais aujourd'hui d'humeur joviale. Comme les élèves, malgré une agitation latente, avaient bien avancé sur l'analyse d'un extrait d'adaptation filmique, je leur ai montré avant la sonnerie un second extrait... Triste idée: le pathétique de la scène n'a pas du tout été perçu. Les élèves ont eu un fou rire à voir la dégradation physique progressive du personnage principal. J'ai donc lancé, sur un ton faussement colérique: "Vous n'avez pas de coeur, allez: rangez vos affaires, rangez les chaises sur les tables et sortez, je ne souhaite plus vous voir." Les élèves sont sortis tout contents. Et soudain, l'un d'eux, parmi les pénibles, d'ailleurs, me glisse: "Madame! X (soit l'élève qui me devient puissamment antipathique) a dit: "ben nous aussi on veut plus vous voir." J'ai donc repris l'élève. Comme je me suis permis un trait d'humour, je ne l'ai pas sanctionné pour le sien. Mais, comment dire, je commence à le prendre en grippe, celui-là. Un petit hypocrite qui joue sur tous les tableaux, insolent, fourbe et malin (na, ça fait du bien). Pourtant, il y en a des plus corsés (j'ai l'impression de parler de dosettes, mais bon). Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Oui. Nous sommes humains. Après, il faut réussir à passer outre.

En revanche, concernant la remarque de l'élève, je n'aurais pas laissé passer. Ta phrase était ironique, pas la sienne, et elle relève clairement de l'impertinence. J'aurais sanctionné l'élève, et pas parce que je ne l'aime pas, mais parce que sa remarque est déplacée.
Conseil pour la suite : avec ce genre de classes, mieux vaut éviter de tendre le bâton pour se faire battre, donc éviter l'ironie et le second degré.

Je sais, je vais éviter l'humour dorénavant. L'élève ne perd rien pour attendre, de toute façon. C'est dommage, parce qu'il y a des élèves vraiment sympas dans cette classe, mais bouffés par des garçons très pénibles. Je ne sais pas si je vais tenir toute l'année avec eux, franchement. Je me pose sérieusement la question. Quatre heures par semaine dont trois de 16 à 17 avec des agités dont certains sont défendus par des parents qui haïssent le système, parents qui vont jusqu'à convoquer des enseignants parce qu'ils osent punir leurs enfants (j'attends mon heure, d'ailleurs Rolling Eyes ). Le PP est sur les rotules. Quand je retrouve mes sixièmes, c'est le paradis, enseigner est un vrai bonheur. Mais eux...

Mezzo voce
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par sansara le Ven 14 Nov 2014 - 19:17

@Mezzo voce a écrit:
@sansara a écrit:
@Mezzo voce a écrit:Malgré ses "efforts" (tout est relatif), un élève de ma classe de quatrième de la mort qui tue m'est franchement antipathique. Il s'agit de l'élève dont je parle sur un autre fil, dont j'ai rencontré la maman il y a peu. Suite à cette rencontre, il fait donc des "efforts". J'étais aujourd'hui d'humeur joviale. Comme les élèves, malgré une agitation latente, avaient bien avancé sur l'analyse d'un extrait d'adaptation filmique, je leur ai montré avant la sonnerie un second extrait... Triste idée: le pathétique de la scène n'a pas du tout été perçu. Les élèves ont eu un fou rire à voir la dégradation physique progressive du personnage principal. J'ai donc lancé, sur un ton faussement colérique: "Vous n'avez pas de coeur, allez: rangez vos affaires, rangez les chaises sur les tables et sortez, je ne souhaite plus vous voir." Les élèves sont sortis tout contents. Et soudain, l'un d'eux, parmi les pénibles, d'ailleurs, me glisse: "Madame! X (soit l'élève qui me devient puissamment antipathique) a dit: "ben nous aussi on veut plus vous voir." J'ai donc repris l'élève. Comme je me suis permis un trait d'humour, je ne l'ai pas sanctionné pour le sien. Mais, comment dire, je commence à le prendre en grippe, celui-là. Un petit hypocrite qui joue sur tous les tableaux, insolent, fourbe et malin (na, ça fait du bien). Pourtant, il y en a des plus corsés (j'ai l'impression de parler de dosettes, mais bon). Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Oui. Nous sommes humains. Après, il faut réussir à passer outre.

En revanche, concernant la remarque de l'élève, je n'aurais pas laissé passer. Ta phrase était ironique, pas la sienne, et elle relève clairement de l'impertinence. J'aurais sanctionné l'élève, et pas parce que je ne l'aime pas, mais parce que sa remarque est déplacée.
Conseil pour la suite : avec ce genre de classes, mieux vaut éviter de tendre le bâton pour se faire battre, donc éviter l'ironie et le second degré.

Je sais, je vais éviter l'humour dorénavant. L'élève ne perd rien pour attendre, de toute façon. C'est dommage, parce qu'il y a des élèves vraiment sympas dans cette classe, mais bouffés par des garçons très pénibles. Je ne sais pas si je vais tenir toute l'année avec eux, franchement. Je me pose sérieusement la question. Quatre heures par semaine dont trois de 16 à 17 avec des agités dont certains sont défendus par des parents qui haïssent le système, parents qui vont jusqu'à convoquer des enseignants parce qu'ils osent punir leurs enfants (j'attends mon heure, d'ailleurs Rolling Eyes ). Le PP est sur les rotules. Quand je retrouve mes sixièmes, c'est le paradis, enseigner est un vrai bonheur. Mais eux...

Bah ça, tu vois, ça montre qu'il y a un vrai problème dans ton établissement. Pas étonnant que les élèves se sentent tout-puissants.
fleurs2 pour tenir, et ma réponse n'était absolument pas un jugement ni une critique de ta réaction, hein. Wink

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Daphné le Ven 14 Nov 2014 - 19:18

@Normandyx a écrit:
@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Oui, l'inconvénient c'est que nous on les a 6 heures par jour, l'avantage, c'est qu'en se concentrant bien et en changeant d'activité, on arrive à oublier certains trucs et à leur trouver quelques facettes sympa.

C'est LA raison majeure qui a fait que je n'ai pas choisi le premier degré : toute l'année les mêmes, quelle horreur ! Je me suis dit que si jamais on avait une classe pénible, ça devait vraiment être très très dur !
Au moins nous c'est une heure par jour et on change;

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Laura Ingalls le Ven 14 Nov 2014 - 19:19

Je pense vraiment que ça peut arriver à tout le monde, de ne pas accrocher à un élève. Pour nous c'est plus dur, car on les voit toute la journée. Le principal, c'est de ne pas faire de différence avec les autres, même si on n'a pas du tout envie de le "chouchouter"...
Il y a aussi des élèves avec qui il ne se passe rien. Des élèves totalement neutres, avec qui on passe une année neutre, sans plaisir mais sans ressentiment non plus. On n'arrive pas à comprendre ce qu'ils pensent, si ils se plaisent ou non dans la classe, ils n'expriment rien. Ceux là me déconcertent encore plus....

Laura Ingalls
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Normandyx le Ven 14 Nov 2014 - 19:23

@Laura Ingalls a écrit:Je pense vraiment que ça peut arriver à tout le monde, de ne pas accrocher à un élève. Pour nous c'est plus dur, car on les voit toute la journée. Le principal, c'est de ne pas faire de différence avec les autres, même si on n'a pas du tout envie de le "chouchouter"...
Il y a aussi des élèves avec qui il ne se passe rien. Des élèves totalement neutres, avec qui on passe une année neutre, sans plaisir mais sans ressentiment non plus. On n'arrive pas à comprendre ce qu'ils pensent, si ils se plaisent ou non dans la classe, ils n'expriment rien. Ceux là me déconcertent encore plus....
J'appelle cela des élèves "beiges"

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Normandyx le Ven 14 Nov 2014 - 19:25

@Daphné a écrit:
@Normandyx a écrit:
@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Oui, l'inconvénient c'est que nous on les a 6 heures par jour, l'avantage, c'est qu'en se concentrant bien et en changeant d'activité, on arrive à oublier certains trucs et à leur trouver quelques facettes sympa.

C'est LA raison majeure qui a fait que je n'ai pas choisi le premier degré : toute l'année les mêmes, quelle horreur ! Je me suis dit que si jamais on avait une classe pénible, ça devait vraiment être très très dur !
Au moins nous c'est une heure par jour et on change;

Oui mais moi, j'ai de la chance, je les garde 2 ans, CE1 puis CE2, je peux dire que pour certains cela aide grandement à lutter contre le redoublement Laughing

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Daphné le Ven 14 Nov 2014 - 19:28

@Normandyx a écrit:
@Daphné a écrit:
@Normandyx a écrit:

Oui, l'inconvénient c'est que nous on les a 6 heures par jour, l'avantage, c'est qu'en se concentrant bien et en changeant d'activité, on arrive à oublier certains trucs et à leur trouver quelques facettes sympa.

C'est LA raison majeure qui a fait que je n'ai pas choisi le premier degré : toute l'année les mêmes, quelle horreur ! Je me suis dit que si jamais on avait une classe pénible, ça devait vraiment être très très dur !
Au moins nous c'est une heure par jour et on change;

Oui mais moi, j'ai de la chance, je les garde 2 ans, CE1 puis CE2, je peux dire que pour certains cela aide grandement à lutter contre le redoublement Laughing

Laughing

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par doublecasquette le Ven 14 Nov 2014 - 19:28

@Normandyx a écrit:
@Laura Ingalls a écrit:Je pense vraiment que ça peut arriver à tout le monde, de ne pas accrocher à un élève. Pour nous c'est plus dur, car on les voit toute la journée. Le principal, c'est de ne pas faire de différence avec les autres, même si on n'a pas du tout envie de le "chouchouter"...
Il y a aussi des élèves avec qui il ne se passe rien. Des élèves totalement neutres, avec qui on passe une année neutre, sans plaisir mais sans ressentiment non plus. On n'arrive pas à comprendre ce qu'ils pensent, si ils se plaisent ou non dans la classe, ils n'expriment rien. Ceux là me déconcertent encore plus....
J'appelle cela des élèves "beiges"

S'il est vrai que nous ne sommes pas là pour les aimer, il en est de même pour eux ... Et pourtant, à eux aussi, on demande sans cesse "est-ce que tu aimes ton maître / ta maîtresse ? "

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par doublecasquette le Ven 14 Nov 2014 - 19:33

Comme avait dit Pialat à Cannes, lors de sa Palme d'Or : "si vous ne m'aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus ".
Si on n'est ni un casseur ni un provocateur, on reste beige.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par PabloPE le Ven 14 Nov 2014 - 19:37

@Normandyx a écrit:
@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Oui, l'inconvénient c'est que nous on les a 6 heures par jour, l'avantage, c'est qu'en se concentrant bien et en changeant d'activité, on arrive à oublier certains trucs et à leur trouver quelques facettes sympa.
Et à la rentrée suivante, quand on a un nouveau spécimen "pénible" on en arrive à les regretter Laughing

_________________
http://www.villeseducatrices.fr/ressources/page/Appel_de_Bobigny_et_textes_complementaires.pdf




"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."

PabloPE
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Marie Laetitia le Ven 14 Nov 2014 - 19:51

@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Ne pas aimer, dans le sens "antipathique", oh oui! Des tas! Quand certains sont incapables de la fermer deux minutes (sans exagération), jouent aux commères en permanence, ricanent ou rigolent (bêtement) continuellement avec un air de ravi de la crèche, ne montrent pas de respect (sauf sous la menace d'heures de colle) et (circonstance agravante) n'ont aucun esprit, ce qui fait qu'ils sont hyper prévisibles-que-c'en-est-pas-drôle-du-tout... Je ne les aime pas... Evil or Very Mad Je les enverrais bien sur Mars, mais cette pauvre planète n'a rien fait de mal pour ça...


Dernière édition par Marie Laetitia le Ven 14 Nov 2014 - 22:30, édité 1 fois

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Marie Laetitia le Ven 14 Nov 2014 - 19:52

@doublecasquette a écrit: Comme avait dit Pialat à Cannes, lors de sa Palme d'Or : "si vous ne m'aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus ".
Si on n'est ni un casseur ni un provocateur, on reste beige.

Oui mais nous on n'a pas le droit de faire ni un bras ni un doigt d'honneur...

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sphinx le Ven 14 Nov 2014 - 19:55

Oui, surtout en fin d'année. Il y en a qui me font monter la moutarde au nez plus vite que d'autres (comme par hasard, les insolents, désagréables, provocateurs, fainéants, jamais contents, hautains, etc). J'en ai une, miss dix-neuf de moyenne (et dieu sait que je n'ai rien contre ce type d'élèves : j'en étais une, et j'en ai plein d'adorables), qui estime qu'il est indigne de sa condition de faire ce que je lui demande et de me considérer poliment, je dois régulièrement aller au clash pour lui rabattre son caquet. Plaignez-moi : elle est latiniste, c'est la troisième année que je l'ai.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Mezzo voce le Ven 14 Nov 2014 - 19:58

@Marie Laetitia a écrit:
@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Ne pas aimer, dans le sens "antipathique", oh oui! Des tas! Quand certains sont incapables de la fermer deux minutes (sans exagération), jouent aux commères en permanence, ricanent ou rigolent (bêtement) continuellement avec un air de ravi de la crèche, ne montrent pas de respect (sauf sous la menace d'heures de colle) et (circonstance agravante) n'ont aucun esprit, ce qui fait qu'ils sont hyper prévisibles-que-s'en-est-pas-drôle-du-tout... Je ne les aime pas... Evil or Very Mad Je les enverrais bien sur Mars, mais cette pauvre planète n'a rien fait de mal pour ça...

Fichtre, j'ai les mêmes! Ils se reproduisent entre eux?
Ce soir, j'ai bu un verre de rouge... Pour oublier... C'est ainsi que tout commence...

Mezzo voce
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Stered le Ven 14 Nov 2014 - 19:59

Oh oui, cela m'arrive. Rarement, heureusement.
Mais quand j'ai un spécimen en 6e et qu'il décide ensuite de faire latin, 4 ans, c'est long... Evil or Very Mad
Mais parfois, on a le plaisir de les voir évoluer positivement, avec le temps. Et parfois pas !

Stered
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par scot69 le Ven 14 Nov 2014 - 20:19

Ca m'arrive régulièrement de détester des élèves, et c'est normal, ils sont détestables!

Pour vous dire mon sadisme: je recroise un jour un ancien élève absolument odieux (celui qui voulait me pousser au suicide) et ce gamin me dit qu'il ne bosse pas, ne fait rien et s'est mis dans une situation compliquée avec une nana qu'il a mise enceinte... je lui réponds alors "comme quoi la roue tourne!" et j'ai tracé...! Comme je suis méchant!

scot69
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Mezzo voce le Ven 14 Nov 2014 - 20:20

@scot69 a écrit:Ca m'arrive régulièrement de détester des élèves, et c'est normal, ils sont détestables!

Pour vous dire mon sadisme: je recroise un jour un ancien élève absolument odieux (celui qui voulait me pousser au suicide) et ce gamin me dit qu'il ne bosse pas, ne fait rien et s'est mis dans une situation compliquée avec une nana qu'il a mise enceinte... je lui réponds alors "comme quoi la roue tourne!" et j'ai tracé...! Comme je suis méchant!

affraid

Mezzo voce
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JEMS le Ven 14 Nov 2014 - 20:38

J'ai eu une élève insupportable, une sorte de blanche neige croisée avec une quiche dotée d'un QI négatif. Son visage, ses mimiques me hantent encore, je vous jure, c'était physique ! Le nombre de fois où elle a pris la porte...

_________________

JEMS
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par sansara le Ven 14 Nov 2014 - 20:38

@scot69 a écrit:Ca m'arrive régulièrement de détester des élèves, et c'est normal, ils sont détestables!

Pour vous dire mon sadisme: je recroise un jour un ancien élève absolument odieux (celui qui voulait me pousser au suicide) et ce gamin me dit qu'il ne bosse pas, ne fait rien et s'est mis dans une situation compliquée avec une nana qu'il a mise enceinte... je lui réponds alors "comme quoi la roue tourne!" et j'ai tracé...! Comme je suis méchant!

La routourne va tourner. professeur

Sinon, belle réplique. Wink

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Rabelais le Ven 14 Nov 2014 - 20:41

Bon, ce n'est pas encore arrivé , pour l'instant ils sont tous tellement chouettes.affraidlol!
Allez, je sors

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.

Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Thalia de G le Ven 14 Nov 2014 - 20:43

@Marie Laetitia a écrit:
@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Ne pas aimer, dans le sens "antipathique", oh oui! Des tas! Quand certains sont incapables de la fermer deux minutes (sans exagération), jouent aux commères en permanence, ricanent ou rigolent (bêtement) continuellement avec un air de ravi de la crèche, ne montrent pas de respect (sauf sous la menace d'heures de colle) et (circonstance aggravante) n'ont aucun esprit, ce qui fait qu'ils sont hyper prévisibles-que-s'en-est-pas-drôle-du-tout... Je ne les aime pas... Evil or Very Mad Je les enverrais bien sur Mars, mais cette pauvre planète n'a rien fait de mal pour ça...
Je revendique aussi le droit de ne pas en aimer certains qui ont le don d'être carrément odieux.
Et ce n'est pas bon pour mon moral de faire semblant de devoir traiter tous les élèves à égalité. Quand certains me gonflent, je le leur dis.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum