Quand on n'aime pas un élève...

Page 2 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Thalia de G le Ven 14 Nov 2014 - 20:43

@Marie Laetitia a écrit:
@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Ne pas aimer, dans le sens "antipathique", oh oui! Des tas! Quand certains sont incapables de la fermer deux minutes (sans exagération), jouent aux commères en permanence, ricanent ou rigolent (bêtement) continuellement avec un air de ravi de la crèche, ne montrent pas de respect (sauf sous la menace d'heures de colle) et (circonstance aggravante) n'ont aucun esprit, ce qui fait qu'ils sont hyper prévisibles-que-s'en-est-pas-drôle-du-tout... Je ne les aime pas... Evil or Very Mad Je les enverrais bien sur Mars, mais cette pauvre planète n'a rien fait de mal pour ça...
Je revendique aussi le droit de ne pas en aimer certains qui ont le don d'être carrément odieux.
Et ce n'est pas bon pour mon moral de faire semblant de devoir traiter tous les élèves à égalité. Quand certains me gonflent, je le leur dis.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Thalia de G le Ven 14 Nov 2014 - 20:46

@scot69 a écrit:Ca m'arrive régulièrement de détester des élèves, et c'est normal, ils sont détestables!

Pour vous dire mon sadisme: je recroise un jour un ancien élève absolument odieux (celui qui voulait me pousser au suicide) et ce gamin me dit qu'il ne bosse pas, ne fait rien et s'est mis dans une situation compliquée avec une nana qu'il a mise enceinte... je lui réponds alors "comme quoi la roue tourne!" et j'ai tracé...! Comme je suis méchant!
Je n'avais pas lu ton message avant de répondre : nous sommes sur la même longueur d'onde. Je ne supporte pas l'angélisme qui consiste à excuser les élèves en prétendant que si on creuse un peu, ils ont un bon fond. Il faut alors creuser vraiment profond pour certains.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sylvain de Saint-Sylvain le Ven 14 Nov 2014 - 20:52

Certains élèves me portent au cœur, oui. Un ou deux élèves par classe, généralement, mais cela peut passer à l'ensemble de la classe après visionnage d'un extrait de film : les élèves qui se marrent là où il ne faut pas me sont odieux, et me dire que c'est l'adolescence qui veut ça n'y change rien. Je compte rayer cela de mes pratiques.

(Quand je ne les déteste pas, je ne suis pas sûr de les aimer, cela dit. Paradoxalement, le tout-à-l'affect du public collégien me le rend assez peu passionnant.)

Sylvain de Saint-Sylvain
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par scot69 le Ven 14 Nov 2014 - 20:56

Une année, une gamine avait dit à ma collègue "de toutes façons tu sers à rien"

Deux jours après, la gamine débarque en salle des profs et interpelle la collègue en question "faut que vous m'aidiez à faire ma lettre pour mon stage"

et la collègue lui répond "bah non je sers à rien vous l'avez dit vous même"

et elle lui a claqué la porte au nez

scot69
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Catalunya le Ven 14 Nov 2014 - 20:58

Oui cela m'arrive. J'ai le souvenir d'une élève , que j'avais eue dans ma 4ème horrible de mon collège de stage, retrouvée 2 ans après en seconde en LP. Une gamine odieuse, vulgaire, bête et méchante. Je me souviens d'un jour, où ils faisaient un travail écrit. Elle, ne faisait rien, je me suis alors approché et lui ai parlé tout gentiment pour l'aider à faire la première question. Elle m'a répondu "ouais c'est bon vas y je vais le faire!!" en haussant la voix. Alors oui je l'ai méprisée, car elle était méprisable.
Elle est en terminale maintenant, je ne suis plus en LP. J'espère qu'elle ratera son bac.

Catalunya
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le Ven 14 Nov 2014 - 20:59

@scot69 a écrit:Une année, une gamine avait dit à ma collègue "de toutes façons tu sers à rien"

Deux jours après, la gamine débarque en salle des profs et interpelle la collègue en question "faut que vous m'aidiez à faire ma lettre pour mon stage"

et la collègue lui répond "bah non je sers à rien vous l'avez dit vous même"

et elle lui a claqué la porte au nez
Réaction parfaite.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le Ven 14 Nov 2014 - 21:00

@Thalia de G a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@Mezzo voce a écrit: Bref, vous est-il arrivé de ne pas aimer vos élèves?

Ne pas aimer, dans le sens "antipathique", oh oui! Des tas! Quand certains sont incapables de la fermer deux minutes (sans exagération), jouent aux commères en permanence, ricanent ou rigolent (bêtement) continuellement avec un air de ravi de la crèche, ne montrent pas de respect (sauf sous la menace d'heures de colle) et (circonstance aggravante) n'ont aucun esprit, ce qui fait qu'ils sont hyper prévisibles-que-s'en-est-pas-drôle-du-tout... Je ne les aime pas... Evil or Very Mad Je les enverrais bien sur Mars, mais cette pauvre planète n'a rien fait de mal pour ça...
Je revendique aussi le droit de ne pas en aimer certains qui ont le don d'être carrément odieux.
Et ce n'est pas bon pour mon moral de faire semblant de devoir traiter tous les élèves à égalité. Quand certains me gonflent, je le leur dis.
Il y a parmi les élèves des individus parfaitement odieux, comme dans tout groupe humain à effectif élevé. Théorie des grands nombres oblige.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Thalia de G le Ven 14 Nov 2014 - 21:01

@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:Certains élèves me portent au cœur, oui. Un ou deux élèves par classe, généralement, mais cela peut passer à l'ensemble de la classe après visionnage d'un extrait de film : les élèves qui se marrent là où il ne faut pas me sont odieux, et me dire que c'est l'adolescence qui veut ça n'y change rien. Je compte rayer cela de mes pratiques.

(Quand je ne les déteste pas, je ne suis pas sûr de les aimer, cela dit. Paradoxalement, le tout-à-l'affect du public collégien me le rend assez peu passionnant.)
En quoi est-ce un paradoxe ?

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sylvain de Saint-Sylvain le Ven 14 Nov 2014 - 21:06

J'ai l'impression que c'est précisément ce qu'apprécient mes collègues (pour la plupart), des élèves qui fonctionnent à l'affect. Quand je leur dis que moi ça me saoule, ils ne comprennent pas. Suspect

Sylvain de Saint-Sylvain
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par mathmax le Ven 14 Nov 2014 - 21:27

Je n'aime pas tous les jeunes, de même que je n'aime pas tous les adultes.

Quand quelqu'un me déclare aimer les enfants, je pense aux gens qui aiment les animaux, comme ça, sans distinction, comme s'ils n'avaient pas de caractéristiques individuelles.

Malheureusement, certains êtres humains ne sont pas aimables et cela peut se manifester dès l'enfance.

On peut avoir, et c'est admirable, la vocation de trouver de l'aimable dans chaque être humain mais c'est un charisme particulier qui à ma connaissance ne fait pas partie des compétences  évaluées par le CAPES ou l'agrégation.

Vous l'avez sans doute compris, je ne suis pas au SGEN.

_________________
« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »
    Albert Einstein

mathmax
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par sansara le Ven 14 Nov 2014 - 21:43

@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:J'ai l'impression que c'est précisément ce qu'apprécient mes collègues (pour la plupart), des élèves qui fonctionnent à l'affect. Quand je leur dis que moi ça me saoule, ils ne comprennent pas. Suspect

+1. Mes collègues avaient la même réaction l'an dernier, quand j'étais en collège.

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sphinx le Ven 14 Nov 2014 - 21:47

Mouais, enfin, quand fonctionner à l'affect ça veut dire être mignon pour que le professeur-substitut-de-papa-maman vous aime bien, pourquoi pas, ça peut marcher dans une certaine mesure. Sauf que pour un certain nombre de collégiens, ça veut dire jouer les divas blasées de tout et exiger le respect de leur petite personne en retour (donc en fait, ça n'a rien à voir). Ben là, oui mais non.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le Ven 14 Nov 2014 - 22:46

Je suis tout de même choqué des propos que vous tenez sur vos élèves, et en public en plus. En sachant que sur Néoprofs, il y a des parents d'élèves inscrits, je n'ose penser l'image que vous donnez de notre profession.

J'espère au moins que vous écrivez sous le coup de la colère.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Clarianz le Ven 14 Nov 2014 - 22:50

Tu aimes tous tes élèves? Shocked

Certains qui ne m'ont rien fait me sont insupportables, je ne les saque pas pour autant, je me contente de ne pas les aimer.
Et les carrément chiants, je leur dis! Il n'y a pas de jugement de valeur, c'est épidermique et humain, et ça tourne entre collègues, mes casse-bonbon ne sont pas ceux des autres!

_________________
Mama's Rock

Clarianz
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par JPhMM le Ven 14 Nov 2014 - 22:59

@Pascal a écrit:Je suis tout de même choqué des propos que vous tenez sur vos élèves, et en public en plus. En sachant que sur Néoprofs, il y a des parents d'élèves inscrits, je n'ose penser l'image que vous donnez de notre profession.

J'espère au moins que vous écrivez sous le coup de la colère.
Je ne comprends vraiment pas ton propos.
Parmi les élèves que j'ai eus, il y a des personnes vraiment formidables, et d'autres vraiment odieuses. Comme dans toute population humaine.
Je ne comprends vraiment pas comment on peut être choqué par l'expression d'un fait aussi simple.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sphinx le Ven 14 Nov 2014 - 22:59

Qu'est-ce qu'il y a de choquant à dire qu'ils ne sont pas parfaits, et même que certains sont insupportables ? C'est le contraire qui serait choquant, parce que ça relèverait de l'hypocrisie la plus complète. Non, je n'écris pas sous le coup de la colère. Je ne m'énerve pas contre ces élèves qui n'en valent pas la peine. Et par ailleurs, aucun n'a été nommé.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Lizdarcy le Ven 14 Nov 2014 - 22:59

Je ne sais pas l'image que se font des enseignants les parents d'élèves qui seraient choqués par ce qui est dit ci-dessus.
On travaille avec de l'humain et le titre est bien "quand on n'aime pas UN élève" et pas tous les élèves...Qui peut s'imaginer qu'on peut apprécier la compagnie imposée de certains élèves odieux ou mal éduqués?Cela n'empêche pas qu'on fait notre travail.
Mais voilà, c'est un forum d'enseignants et pas de médecins ou autre.

Lizdarcy
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le Ven 14 Nov 2014 - 23:01

Je ne me pose pas vraiment la question si je les aime ou pas. Je cherche surtout à comprendre pourquoi ils peuvent agir parfois de manière différente. J'ai autant de plaisir à saluer un ancien élève, même si son parcours fut plus difficile que d'autres. Mais, je ressens un véritable respect pour chacun d'entre eux et je suis toujours disposé à les écouter et à leur parler sans détour, mais en les considérant.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Normandyx le Ven 14 Nov 2014 - 23:02

@mathmax a écrit:Je n'aime pas tous les jeunes, de même que je n'aime pas tous les adultes.

Quand quelqu'un me déclare aimer les enfants, je pense aux gens qui aiment les animaux, comme ça, sans distinction, comme s'ils n'avaient pas de caractéristiques individuelles.

Malheureusement, certains êtres humains ne sont pas aimables et cela peut se manifester dès l'enfance.

.
Ca me fait pareil avec les animaux, Laughing

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sphinx le Ven 14 Nov 2014 - 23:02

@Lizdarcy a écrit:Je ne sais pas l'image que se font des enseignants les parents d'élèves qui seraient choqués par ce qui est dit ci-dessus.
On travaille avec de l'humain et le titre est bien "quand on n'aime pas UN élève" et pas tous les élèves...Qui peut s'imaginer qu'on peut apprécier la compagnie imposée de certains élèves odieux ou mal éduqués?Cela n'empêche pas qu'on fait notre travail.
Mais voilà, c'est un forum d'enseignants et pas de médecins ou autre.

Bah, je suis sûre que même les médecins ont des patients qu'ils n'aiment pas : on croise toute l'humanité dans les hôpitaux. Du moment où ils les soignent, je ne vois pas où est le problème Razz

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Pascal le Ven 14 Nov 2014 - 23:04

@Catalunya a écrit:Oui cela m'arrive. J'ai le souvenir d'une élève , que j'avais eue dans ma 4ème horrible de mon collège de stage, retrouvée 2 ans après en seconde en LP. Une gamine odieuse, vulgaire, bête et méchante. Je me souviens d'un jour, où ils faisaient un travail écrit. Elle, ne faisait rien, je me suis alors approché et lui ai parlé tout gentiment pour l'aider à faire la première question. Elle m'a répondu "ouais c'est bon vas y je vais le faire!!" en haussant la voix. Alors oui je l'ai méprisée, car elle était méprisable.
Elle est en terminale maintenant, je ne suis plus en LP. J'espère qu'elle ratera son bac.

Quelle violence quand on y réfléchit.

Pascal
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Lizdarcy le Ven 14 Nov 2014 - 23:04


Sphinx ! topela


Dernière édition par Lizdarcy le Ven 14 Nov 2014 - 23:08, édité 1 fois

Lizdarcy
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Normandyx le Ven 14 Nov 2014 - 23:05

C'est peut être plus difficile en collège, en primaire, ils sont petits, il y a encore le vieux réflexe du protection des adultes envers les petits de l'espèce, ou une indulgence en souvenir de ce qu'on a détesté à l'école...

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par sansara le Ven 14 Nov 2014 - 23:06

@Pascal a écrit:Je ne me pose pas vraiment la question si je les aime ou pas. Je cherche surtout à comprendre pourquoi ils peuvent agir parfois de manière différente. J'ai autant de plaisir à saluer un ancien élève, même si son parcours fut plus difficile que d'autres. Mais, je ressens un véritable respect pour chacun d'entre eux et je suis toujours disposé à les écouter et à leur parler sans détour, mais en les considérant.

Rolling Eyes

Et puis, ne pas aimer un élève ne veut pas dire le mépriser. Au contraire, ce sont souvent eux qui nous méprisent.

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Normandyx le Ven 14 Nov 2014 - 23:07

@Catalunya a écrit:
Elle est en terminale maintenant, je ne suis plus en LP. J'espère qu'elle ratera son bac.


Là, on dirait bien qu'on est dans l'affect le plus complet, même négatif... Wink

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on n'aime pas un élève...

Message par Sphinx le Ven 14 Nov 2014 - 23:09

Et un élève qui t'insulte, se moque de toi, te frappe, voire, dans les cas extrêmes, essaie de t'étrangler, Pascal, tu le respectes encore, tu le salues poliment dans la rue ?

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum