Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Rendash
Bon génie

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par Rendash le Mer 26 Nov 2014 - 13:40
@Iphigénie a écrit:
Pour le dire autrement, on a un vrai problème en France avec le mépris du travail manuel.

+1.
avatar
JEMS
Modérateur

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par JEMS le Mer 26 Nov 2014 - 13:44
Mais ils n'en veulent pas, et quand ils arrivent à décrocher un contrat d'apprentissage, dans 20 % des cas, il y a rupture !

Comment solutionner ce problème ? Personnellement, les isoler et mettre en face d'eux des personnes compétentes dans l'éducation et non dans l'enseignement Les sortir du système classique, leur permettre d'aller en entreprise très tôt, quitte à les "déscolariser". Ils pompent toute énergie.
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par Iphigénie le Mer 26 Nov 2014 - 13:50
Certes , mais je pensais au cas plus simple (et représentatif aussi) d'un de mes élèves de 1e S (oui) qui n'avait qu'une envie, être plâtrier avec son oncle mais que ses parents poussaient de manière irréaliste à "faire des études", et que le système a donc "rangé" en S- et qui a attendu ses 16 ans comme un vrai soulagement: aujourd'hui il serait parti pour 18 ans en pure perte. Ou de TL qui ânonnent pour décrocher un bac dévalué, exsangue, et au rabais pour pouvoir ensuite travailler avec plus de plaisir dans une "onglerie" ou en "coiffure".
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par Thalia de G le Mer 26 Nov 2014 - 13:51
@Rendash a écrit:
@Iphigénie a écrit:
Pour le dire autrement, on a un vrai problème en France avec le mépris du travail manuel.

+1.
+ 1 million.
Combien d'élèves ai-je vu souffrir dans nos classes alors qu'ils ont de vraies capacités et même talents ? Mais tous "doivent" avoir le brevet quand bien même ils n'en veulent pas.
Je ne vais pas relancer le débat : le bac est obligatoire, alors qu'il existe d'autres voies, qui, à mon avis, ne sont pas valorisées.
Dixit la mère d'une fille qui a le bac G et s'est découvert une vocation de menuisière (en CDD à l'heure actuelle)
Bref, un discours officiel qui me semble complètement biaisé.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par Thalia de G le Mer 26 Nov 2014 - 13:53
@Iphigénie a écrit:Certes , mais je pensais au cas plus simple (et représentatif aussi) d'un de mes élèves de 1e S (oui) qui n'avait qu'une envie, être plâtrier avec son oncle mais que ses parents poussaient de manière irréaliste à "faire des études", et que le système a donc "rangé" en S- et qui a attendu ses 16 ans comme un vrai soulagement: aujourd'hui il serait parti pour 18 ans en pure perte. Ou de TL qui ânonnent pour décrocher un bac dévalué, exsangue, et au rabais  pour pouvoir ensuite travailler avec plus de plaisir dans une "onglerie" ou en "coiffure".
J'ai posté après toi. Voilà il faut "faire des études".
je reprécise que ma fille a eu une vocation tardive.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
nicolin
Niveau 5

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par nicolin le Mer 26 Nov 2014 - 14:05
@Iphigénie a écrit:
Les bénéfices d'une scolarité aussi complète que possible me paraissent d'autant plus nécessaires à des élèves qui n'ont pas reçu la culture nécessaire à une insertion correcte en héritage
reste à voir si l'acharnement pédagogique a un sens après un certain temps et à partir d'un certain niveau (ou absence de niveau).
Et s'il n'est pas nuisible à l'insertion dans le monde du travail manuel: est-ce qu'après 18 ans  d'errance scolaire, de bienveillance en remédiation en passant par l'absentéisme et les parcours divers, on va trouver sa place dans les réalités concrètes d'un chantier ou dans un atelier?
Pour le dire autrement, on a un vrai problème en France avec le mépris du travail manuel.

Le lycée professionnel me semblait un outil plein de possibilités, car il préserve la formation générale en permettant de se former efficacement sur le plan professionnel. Pour avoir travaillé dans des lycées pro en ZEP, je crois quand même qu'il y a de l'espoir pour des élèves qui n'ont pas le profil CPGE. Cependant le coût de la scolarité y est élevé, et les économies s'y traduisent rapidement par des dysfonctionnements sérieux : existence de voies de garage pléthoriques mais peu coûteuses tandis que d'autres filières n'acceptent que très peu de candidats,  formation raccourcie et commune à tous les élèves sans possibilité de différencier les apprentissages alors que les élèves ont, une nouvelle fois, des capitaux culturels très différents. Quand on a un problème et qu'on tente de le résoudre par des demi-mesures, on se retrouve avec un nouveau problème.

Par ailleurs je suis d'accord avec John quand il parle de modifier les façons de communiquer, et je crois vraiment qu'il faudrait changer les conditions de vie dans certains établissements, car l'injonction ne permet de toute évidence pas de s'autonomiser, d'acquérir des habitudes de travail, d'échapper à des conflits parfois violents, etc. Hélas, de la même façon que les ESPE / IUFM ne se souciaient pas trop d'offrir une réflexion sur la transmission, il n'en existe guère en ce qui concerne la communication. Il n'y a pas d'espace pour ça, et c'est ce dont souffrent de nombreux élèves / membres de la communauté scolaire. Est-ce parce qu'il s'agit d'une institution marquée par une conception de l'autorité hiérarchique un peu écrasante, technocratique, dont on retrouve l'image en miniature dans la conception de la réussite scolaire, à l'échelle, par exemple, d'une classe ? C'est ce que je crois, et il me semble que tout est en place pour que rien ne change, sinon en pire.

_________________
http://audioblog.arteradio.com/blog/patchworks/
avatar
coindeparadis
Guide spirituel

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par coindeparadis le Jeu 27 Nov 2014 - 17:56
Nouveau texte au BO sur l'absentéisme scolaire. 4 demi-journées non justifiées dans le mois.... nombreux sont ceux qui vont être concernés !!!
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=84049

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
avatar
Primura
Niveau 9

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par Primura le Jeu 27 Nov 2014 - 20:54
Bof, au vu de la machine qui doit se mettre en place, entre l'absentéisme et la fin de la procédure le gamin aura 40 ans...
Contenu sponsorisé

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum