"L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Page 11 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Ronin le Mar 9 Déc 2014 - 23:00

Fort en gueule planqués derrière leurs ordi...comme des ados et IRL de vrais mous j'en suis sûr.

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Wilde le Mar 9 Déc 2014 - 23:22

@doctor who a écrit:Tout mon soutien à Luigi qui est en train de se prendre une volée de subtweet à la limite du légal sur Twitter. Pourrisseur par ci, pourrisseur par là...

J'avoue, je vais gerber. On se croirait dans une cour de collège.
(Y en a qui auraient bien aimé être invités chez Taddei, je crois...)

Je ne suis pas sur twitter mais je profite de ce post pour remercier Loys de porter la parole  d'une grande majorité d'enseignants dans les médias et d'exposer la réalité de ce qui se passe à l'école, face à tous ces "spécialistes" totalement déconnectés du terrain.
Je suis vraiment triste d'assister à la dégradation de l'école sous couvert de bons sentiments et de "l'intérêt de l'enfant" Evil or Very Mad

Merci Loys veneration

Wilde
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Lizdarcy le Mar 9 Déc 2014 - 23:27

@Wilde a écrit:
@doctor who a écrit:Tout mon soutien à Luigi qui est en train de se prendre une volée de subtweet à la limite du légal sur Twitter. Pourrisseur par ci, pourrisseur par là...

J'avoue, je vais gerber. On se croirait dans une cour de collège.
(Y en a qui auraient bien aimé être invités chez Taddei, je crois...)

Je ne suis pas sur twitter mais je profite de ce post pour remercier Loys de porter la parole  d'une grande majorité d'enseignants dans les médias et d'exposer la réalité de ce qui se passe à l'école, face à tous ces "spécialistes" totalement déconnectés du terrain.
Je suis vraiment triste d'assister à la dégradation de l'école sous couvert de bons sentiments et de "l'intérêt de l'enfant" Evil or Very Mad

Merci Loys veneration

Oui, vraiment merci!

Lizdarcy
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par JPhMM le Mar 9 Déc 2014 - 23:28

@doctor who a écrit:(Y en a qui auraient bien aimé être invités chez Taddei, je crois...)
J'ai vu. Je le regrette.

Ils suintent de l'immonde pus de leur écœurante jalousie. Ces dégueulements publics en cascade sont à pleurer. Je n'aurais pas du aller voir. L'image qu'ils revoient de ce que je pourrais partager avec eux (comme humain, comme enseignant) me fait honte. Je les ai lus, et ce que j'ai lu me donne une peine à la saveur verte comme bile.

La nausée et la tristesse mêlées.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par PauvreYorick le Mar 9 Déc 2014 - 23:31

Même remarque, je suis allé voir et je trouve tout à fait pitoyables ces quelques excités.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Celadon le Mer 10 Déc 2014 - 1:56

Merci Luigi pour le graphique. Par rapport à ma mère, j'avais en CM2 3 h hebdo de français de moins qu'elle. Et pourtant ça carburait... Pas étonnant qu'elle ait eu une orthographe et une syntaxe parfaites, avec 12 h de français !
Quelles sont tes sources, Luigi ?

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Zappons le Mer 10 Déc 2014 - 2:28

@Marie Laetitia a écrit:Bon, de toute façon, pour moi, travail à la maison ou pas, on ne répond finalement pas aux causes du problème scolaire actuel.

Point 1. Les élèves qui échouent à l'école grandissent dans un milieu qui ne possède pas les codes pour réussir à l'école. Parmi ces codes:
- des règles de vie adaptées aux enfants (heures de sommeil, pas trop d'écrans, de l'affection mais aussi un cadre aussi bienveillant que ferme posé par les adultes)
- la valorisation de l'école, considérée comme une chance, et de tout ce qui s'y apprend
- un minimum culturel

Le reste, peu importe. On peut être d'un milieu pauvre, analphabète, avec des parents qui ne parlent pas français, ça n'empêchera pas un môme de grandir et de tirer profit de l'école.

Point 2. Une conception dirigiste des choses. Des spécialistes de l'éducation nous pondent des préconisations qui changent tous les 4 matins (et reviennent aussi tous les 4 matins) comme la suppression des notes. Tout cela sans écouter les premiers professionnels, en l'occurence les enseignants, qui ne sont quand même pas tous des crétins finis.
Il suffirait:
- faire en sorte que les bahuts tournent, en paix, sans se donner pour mission de sauver et d'éduquer des gamins sans éducation et complètement à la dérive. Ce n'est pas le rôle de l'école de soigner les maux de la société.
- d'écouter et d'utiliser ce que les enseignants font déjà, chacun dans son coin
- donner de la souplesse au système, au cas par cas, établissement par établissement, sans dogmatisme, au lieu de décréter des réformes du haut vers le bas. On test les élèves à l'entrée au collège et on les teste à la sortie. Entre les deux, méthode légionnaire:
Spoiler:
C'est l'histoire de l'officier de légion étrangère qui lâche ses troupes au bord d'une grande rivière: "les gars! Vous voyez la rivière? Demain soir, je veux un pont, démerdez-vous!" et l'officier se casse et les laisse se dém***der. Le lendemain soir, le pont était construit)
ce qui compte c'est le résultat, toute latitude quant aux moyens (tant que c'est légal)


Le reste, c'est du pipeau.

veneration pour tout ce qui est en gras. veneration veneration

Zappons
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Igniatius le Mer 10 Déc 2014 - 6:41

@doctor who a écrit:Tout mon soutien à Luigi qui est en train de se prendre une volée de subtweet à la limite du légal sur Twitter. Pourrisseur par ci, pourrisseur par là...

J'avoue, je vais gerber. On se croirait dans une cour de collège.
(Y en a qui auraient bien aimé être invités chez Taddei, je crois...)

Moi je trouve cela plutôt rassurant quant a leur nature : de vrais aigris de la reconnaissance, laissant place a leur envie et leur médiocrité.
Ce qui est amusant, c'est qu'ils contestent la légitimité de Loys a aller sur un plateau de télé porter ses convictions alors que plusieurs d'entre eux sont formateurs : leur propre légitimité ne semble pas discutable...

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Roumégueur Ier le Mer 10 Déc 2014 - 6:43

@Celadon a écrit:Merci Luigi pour le graphique. Par rapport à ma mère, j'avais en CM2 3 h hebdo de français de moins qu'elle. Et pourtant ça carburait... Pas étonnant qu'elle ait eu une orthographe et une syntaxe parfaites, avec 12 h de français !
Quelles sont tes sources, Luigi ?

Dans les années 70, un enseignant de français n'avait que deux classes de 6ème pour son temps plein : 9h de cours par enseignant et par classe (avec deux heures en demi-groupe si je me rappelle bien les chiffres donnés par une collègue qui l'a vécu) et il s'occupait donc de 50 à 60 élèves.
2014 : un enseignant de français doit avoir 4 classes pour un temps plein, ce qui fait 100 à 120 élèves de collège. C'est beaucoup trop.
Comment voulez-vous que ces enfants 'maîtrisent' leur langue maternelle? Sans parler des programmes, qui sont devenus des séquences littéraires où la grammaire, conjugaison, l'orthographe se sont dissous...
Plus on avance, plus nous faisons une tâche objectivement impossible à mener, c'est d'ailleurs souvent très difficile à vivre si l'on ne met pas à distance, surtout quand on lit maintenant partout que nos travaux d'évaluation chiffrée sont le signe de notre incompétence absolue (nous noterions à la volée et à l'aveugle) et sont une entreprise de ségrégation sociale (comme si on pouvait tout nous reprocher : on en fait pas de miracles malheureusement).

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Roumégueur Ier le Mer 10 Déc 2014 - 6:45

@Igniatius a écrit:
@doctor who a écrit:Tout mon soutien à Luigi qui est en train de se prendre une volée de subtweet à la limite du légal sur Twitter. Pourrisseur par ci, pourrisseur par là...

J'avoue, je vais gerber. On se croirait dans une cour de collège.
(Y en a qui auraient bien aimé être invités chez Taddei, je crois...)

Moi je trouve cela plutôt rassurant quant a leur nature : de vrais aigris de la reconnaissance, laissant place a leur envie et leur médiocrité.
Ce qui est amusant, c'est qu'ils contestent la légitimité de Loys a aller sur un plateau de télé porter ses convictions alors que plusieurs d'entre eux sont formateurs : leur propre légitimité ne semble pas discutable...

Se faire traiter de pourrisseur par des pourritures, voilà qui dénote un niveau grandissime d'analyse (courage Loys). Sinon là, du coup, ils valident quelle compétence ces minables?

L'un deux avait d'ailleurs tweeté que les conservateurs souhaitaient conserver la note, alors qu'elle venait du monde de l'entreprise (?) mais qu'ils étaient contre les compétences, qui venaient aussi du monde de l'entreprise, espérant souligner un paradoxe absolu.
Des enseignants comme ça, disons que ça ne vole pas haut et du coup, ils confirment toutes les critiques portant sur les compétences, vilipendées par quelques syndicats qui y voient une manière de faire entrer des process d'entreprise...


Dernière édition par Roumégueur Ier le Mer 10 Déc 2014 - 7:04, édité 1 fois

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par arcenciel le Mer 10 Déc 2014 - 6:46

Tout mon soutien Loys!

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Normandyx le Mer 10 Déc 2014 - 7:50

@Marie Laetitia a écrit:Bon, de toute façon, pour moi, travail à la maison ou pas, on ne répond finalement pas aux causes du problème scolaire actuel.

Point 1. Les élèves qui échouent à l'école grandissent dans un milieu qui ne possède pas les codes pour réussir à l'école. Parmi ces codes:
- des règles de vie adaptées aux enfants (heures de sommeil, pas trop d'écrans, de l'affection mais aussi un cadre aussi bienveillant que ferme posé par les adultes)
- la valorisation de l'école, considérée comme une chance, et de tout ce qui s'y apprend
- un minimum culturel

Le reste, peu importe. On peut être d'un milieu pauvre, analphabète, avec des parents qui ne parlent pas français, ça n'empêchera pas un môme de grandir et de tirer profit de l'école.

Point 2. Une conception dirigiste des choses. Des spécialistes de l'éducation nous pondent des préconisations qui changent tous les 4 matins (et reviennent aussi tous les 4 matins) comme la suppression des notes. Tout cela sans écouter les premiers professionnels, en l'occurence les enseignants, qui ne sont quand même pas tous des crétins finis. Il suffirait:
- faire en sorte que les bahuts tournent, en paix, sans se donner pour mission de sauver et d'éduquer des gamins sans éducation et complètement à la dérive. Ce n'est pas le rôle de l'école de soigner les maux de la société.
- d'écouter et d'utiliser ce que les enseignants font déjà, chacun dans son coin
- donner de la souplesse au système, au cas par cas, établissement par établissement, sans dogmatisme, au lieu de décréter des réformes du haut vers le bas. On test les élèves à l'entrée au collège et on les teste à la sortie. Entre les deux, méthode légionnaire:
Spoiler:
C'est l'histoire de l'officier de légion étrangère qui lâche ses troupes au bord d'une grande rivière: "les gars! Vous voyez la rivière? Demain soir, je veux un pont, démerdez-vous!" et l'officier se casse et les laisse se dém***der. Le lendemain soir, le pont était construit)
ce qui compte c'est le résultat, toute latitude quant aux moyens (tant que c'est légal)


Le reste, c'est du pipeau.

+1, même si je pense que quelques devoirs sont bienvenus pour fixer les connaissances ou constater qu'elles ne le sont pas.
On pourrait croire que les artisans de la dégringolade aient pour but de jeter à terre, l'école, le collège et le lycée pour reconstruire correctement, dommage pour la génération sacrifiée. Je ne pose pas en dogme le retour au passé pour résoudre les problèmes d'aujourd'hui et certainement pas en revenant aux vacances calées sur les moissons et à la semaine calée sur la messe et le jeudi avec classe jusqu'au samedi après midi de la maternelle au lycée, horaires qui ne figurent pas dans les graphiques de Luigi... Wink

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Padre P. Lucas le Mer 10 Déc 2014 - 7:54

@arcenciel a écrit:Tout mon soutien Loys!

Je ne vais pas voir les p'tits-oizos-ki-touittt mais d'après vos commentaires, on a une réponse à la questions "Luigi a-t-il été efficace ?" fleurs

Padre P. Lucas
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Iphigénie le Mer 10 Déc 2014 - 7:58

@doctor who a écrit:Tout mon soutien à Luigi qui est en train de se prendre une volée de subtweet à la limite du légal sur Twitter. Pourrisseur par ci, pourrisseur par là...

J'avoue, je vais gerber. On se croirait dans une cour de collège.
(Y en a qui auraient bien aimé être invités chez Taddei, je crois...)

C'est que Vadius et Trissotin ont déserté les salons, pour investir Twitter : il faut garder sur eux le regard de Molière. Luigi en fera une comédie... Laughing Wink  Laughing
TRISSOTIN
1015 Allez, petit grimaud [18] , barbouilleur de papier.

VADIUS
Allez, rimeur de balle [19] , opprobre du métier.

TRISSOTIN
Allez, fripier d’écrits, impudent plagiaire.

VADIUS
Allez, cuistre...
(ce sont les derniers tweets des innovateurs)

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Normandyx le Mer 10 Déc 2014 - 8:04

raison de plus pour ne pas fréquenter FB twitt machin, et certainement pas pour relayer les propos de m****

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Iphigénie le Mer 10 Déc 2014 - 8:08

@Normandyx a écrit:raison de plus pour ne pas fréquenter FB twitt machin, et certainement pas pour relayer les propos de m****
Je cite juste Molière, hein, Normandyx! Wink C'est juste une ressemblance frappante d'actualité: ce qui est moderne peut aussi être idiot... Rolling Eyes Laughing

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Normandyx le Mer 10 Déc 2014 - 8:12

ce n'est pas juste pour vous Crying or Very sad

J'administre deux pages qui ne sont pas les miennes sur FB, je n'ai pas envie qu'on me pousse à chercher à lire ces insanités, c'est un peu comme la télé réalité ou les émissions les plus mauvaises, à force d'en faire des zappings et des émissions consacrées au décryptage, la médiocritude envahit les programmes... Wink

C'est déjà bien assez de constater que les enseignants ont tout de même voté massivement pour ceux qui font la promotion de ces idées démagogiques.

Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Zakalwe le Mer 10 Déc 2014 - 10:16

@Iphigénie a écrit:
@Normandyx a écrit:raison de plus pour ne pas fréquenter FB twitt machin, et certainement pas pour relayer les propos de m****
Je cite juste Molière, hein, Normandyx! Wink C'est juste une ressemblance frappante d'actualité: ce qui est moderne peut aussi être idiot...  Rolling Eyes Laughing

Le peu que je lis de twitttruc ces jours-ci me confirme finalement dans mes réticences originelles à l'égard de cet outil : toute "pensée" qui peut s'exprimer en moins de 140 signes n'en mérite de fait pas le nom. Et le détournement d'usage de twittchin pour justement en faire un espace de "débat" est je le crains une illustration révélatrice des tendances actuelles à la dégradation de toute forme de réflexion un tant soit peu sérieuse au profit de l'anathème et de l'amalgame. Que faire d'autre en 140 signes, quand le seul objectif est d'être "percutant" et "visible", alors que l'intelligence exige la nuance et l'approfondissement ?
Bon, toute ressemblance avec ce qu'ils veulent pour l'école n'est évidemment que fortuite coïncidence... titanic titanic

_________________
INJUSTE Terme utilisé pour désigner les avantages dont on a essayé de spolier d'autres gens, mais sans y arriver. Voir aussi MALHONNETETE, DISSIMULATION, et TIENS J'AI DU POT

Blog de l'association La Cave à Jeux : http://lacaveajeux.fr/

Zakalwe
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par retraitée le Mer 10 Déc 2014 - 10:24

@Roumégueur Ier a écrit:
@Celadon a écrit:Merci Luigi pour le graphique. Par rapport à ma mère, j'avais en CM2 3 h hebdo de français de moins qu'elle. Et pourtant ça carburait... Pas étonnant qu'elle ait eu une orthographe et une syntaxe parfaites, avec 12 h de français !
Quelles sont tes sources, Luigi ?

Dans les années 70, un enseignant de français n'avait que deux classes de 6ème pour son temps plein : 9h de cours par enseignant et par classe (avec deux heures en demi-groupe si je me rappelle bien les chiffres donnés par une collègue qui l'a vécu) et il s'occupait donc de 50 à 60 élèves.
2014 : un enseignant de français doit avoir 4 classes pour un temps plein, ce qui fait 100 à 120 élèves de collège. C'est beaucoup trop.
Comment voulez-vous que ces enfants 'maîtrisent' leur langue maternelle? Sans parler des programmes, qui sont devenus des séquences littéraires où la grammaire, conjugaison, l'orthographe se sont dissous...
Plus on avance, plus nous faisons une tâche objectivement impossible à mener, c'est d'ailleurs souvent très difficile à vivre si l'on ne met pas à distance, surtout quand on lit maintenant partout que nos travaux d'évaluation chiffrée sont le signe de notre incompétence absolue (nous noterions à la volée et à l'aveugle) et sont une entreprise de ségrégation sociale (comme si on pouvait tout nous reprocher : on en fait pas de miracles malheureusement).

Je l'ai vécu. Deux sixièmes pour mon premier poste. 18 heures pile poil. 9heures prof, 6 heures élève. 3 heures en classe entière, 3 heures en demi-groupes, soit 6 heures de TD. Donc, pour deux 6e, 6 heures à 25/28 élèves, 12 heures à 13/14 élèves !

En 5e, c'était 4 heures en classe entière, plus 2 en demi-groupes.
Et on avait le temps de tout corriger, de faire du suivi individuel.
Et je ne parle même pas de la paperasse en moins, et des réunions infiniment moins nombreuses !

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Roumégueur Ier le Mer 10 Déc 2014 - 15:58

@retraitée a écrit:
@Roumégueur Ier a écrit:
@Celadon a écrit:Merci Luigi pour le graphique. Par rapport à ma mère, j'avais en CM2 3 h hebdo de français de moins qu'elle. Et pourtant ça carburait... Pas étonnant qu'elle ait eu une orthographe et une syntaxe parfaites, avec 12 h de français !
Quelles sont tes sources, Luigi ?

Dans les années 70, un enseignant de français n'avait que deux classes de 6ème pour son temps plein : 9h de cours par enseignant et par classe (avec deux heures en demi-groupe si je me rappelle bien les chiffres donnés par une collègue qui l'a vécu) et il s'occupait donc de 50 à 60 élèves.
2014 : un enseignant de français doit avoir 4 classes pour un temps plein, ce qui fait 100 à 120 élèves de collège. C'est beaucoup trop.
Comment voulez-vous que ces enfants 'maîtrisent' leur langue maternelle? Sans parler des programmes, qui sont devenus des séquences littéraires où la grammaire, conjugaison, l'orthographe se sont dissous...
Plus on avance, plus nous faisons une tâche objectivement impossible à mener, c'est d'ailleurs souvent très difficile à vivre si l'on ne met pas à distance, surtout quand on lit maintenant partout que nos travaux d'évaluation chiffrée sont le signe de notre incompétence absolue (nous noterions à la volée et à l'aveugle) et sont une entreprise de ségrégation sociale (comme si on pouvait tout nous reprocher : on en fait pas de miracles malheureusement).

Je l'ai vécu. Deux sixièmes pour mon premier poste. 18 heures pile poil. 9heures prof, 6 heures élève. 3 heures en classe entière, 3 heures  en demi-groupes, soit 6 heures de TD. Donc, pour deux 6e, 6 heures à 25/28 élèves, 12 heures à 13/14 élèves !

En 5e, c'était 4 heures en classe entière, plus 2 en demi-groupes.
Et on avait le temps de tout corriger, de faire du suivi individuel.
Et je ne parle même pas de la paperasse en moins, et des réunions infiniment moins nombreuses !

Quand on voit ça et qu'ensuite, depuis ces années-là, le temps de travail total a explosé (notamment tout ce qui n'est pas directement lié aux cours), le nombre d'élèves dont nous sommes responsables a quasi-doublé, le nombre d'heures a été divisé d'un tiers pratiquement, notre périmètre a été réduit (plus la main sur le redoublement, l'orientation, sur les validations de socle) alors que dans le même temps le pouvoir d'achat et le respect global pour ce métier se sont effondrés... on se dit que ce fut un beau travail de sape qui porte ses fruits au XXIème siècle.

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Celadon le Mer 10 Déc 2014 - 15:59

Et tout le personnel politique est à remercier en bloc pour ce boulot de sape en règle.
Remercier devrait être pris dans son autre acception, d'ailleurs.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par retraitée le Mer 10 Déc 2014 - 16:19

Oui, cela a commencé pour moi avec Haby.

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Jane le Mer 10 Déc 2014 - 17:05

Je m'en vais imprimer ce superbe graphique et le coller sur mon casier, tiens !

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par kero le Mer 10 Déc 2014 - 17:10

@Jane a écrit:Je m'en vais imprimer ce superbe graphique et le coller sur mon casier, tiens !

Tiens. Tu me donnes une idée.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par Jane le Mer 10 Déc 2014 - 17:22

alatienne

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "L'école en crise : faut-il supprimer les notes, la classe… les profs ?" chez Frédéric Taddeï

Message par JPhMM le Mer 10 Déc 2014 - 20:53

@Roumégueur Ier a écrit:L'un deux avait d'ailleurs tweeté que les conservateurs souhaitaient conserver la note, alors qu'elle venait du monde de l'entreprise (?) mais qu'ils étaient contre les compétences, qui venaient aussi du monde de l'entreprise, espérant souligner un paradoxe absolu.
Non seulement ils sont haineux, mais en plus ils mentent.

Il y a quelque chose de terrifiant dans ces comportements de certains enseignants : ils contredisent très violemment l'idée que l'éducation rendrait les êtres humains meilleurs. Je dois avouer que c'est une illusion naïve dont il m'est douloureux de me séparer... vraiment douloureux. Neutral

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum