Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par User5899 le Sam 13 Déc 2014 - 20:06
@ycombe a écrit:
@Balthazaard a écrit:
@Iphigénie a écrit:Le trop plein, le trop vide, ça finit par se rejoindre...

le contenu du programme n'est qu'une indication, on peut discuter , et cela n'a que peu d’intérêt, pour savoir si les programmes de maths sont plus ou moins ambitieux que ceux d'il y a 30 ou 40 ans.
C'est une plaisanterie? Parce que quand j'ai commencé à enseigner en 1994:
- on étudiait les vecteurs, les projections et les homotéties au collège. On commençait la géométrie analytique aussi.
- les élèves qui arrivaient en sixième avaient entendu parler de division à virgule au diviseur et de pourcentage.
Les divisions à virgule (toutes) se pratiquaient au CM2 en 76 Razz
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par Iphigénie le Sam 13 Déc 2014 - 20:10
@ycombe a écrit:
@Balthazaard a écrit:
@Iphigénie a écrit:Le trop plein, le trop vide, ça finit par se rejoindre...

le contenu du programme n'est qu'une indication, on peut discuter , et cela n'a que peu d’intérêt, pour savoir si les programmes de maths sont plus ou moins ambitieux que ceux d'il y a 30 ou 40 ans.
C'est une plaisanterie? Parce que quand j'ai commencé à enseigner en 1994:
- on étudiait les vecteurs, les projections et les homotéties au collège. On commençait la géométrie analytique aussi.
- les élèves qui arrivaient en sixième avaient entendu parler de division à virgule au diviseur et de pourcentage.
Virgule? kézako? A la fin on est las de ce monde ancien Razz Laughing

En français, c'est fastoche, les programmes, c'est l'auberge espagnole:
on peut dire, au choix, pareil, ou plus étendu, ou plus profond qu'il y a trente ans (la question de l'homme d'un côté, la quête du sens de l'autre), plus confus en grammaire, qui est bien sûr indispensable (qu'on peut détacher mais attachée c'est bien), ....
et en latin c'est clairement beaucoup plus vaste, et très exigeant, l'histoire, la civilisation, la langue, (les langues conjointes latin et grec), la cuisine, le vocabulaire latin et  français, et l'art de la traduction (on ne lâche rien), des origines au latin tardif,  et les textes authentiques. Mais en  réalité non augmentée, on n'arrive pas en terminale à les lâcher sans appareillage sur une phrase du type "Domino duo servi sunt"...
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par Balthazaard le Sam 13 Déc 2014 - 20:23
@ycombe a écrit:
@Balthazaard a écrit:
@Iphigénie a écrit:Le trop plein, le trop vide, ça finit par se rejoindre...

le contenu du programme n'est qu'une indication, on peut discuter , et cela n'a que peu d’intérêt, pour savoir si les programmes de maths sont plus ou moins ambitieux que ceux d'il y a 30 ou 40 ans.
C'est une plaisanterie? Parce que quand j'ai commencé à enseigner en 1994:
- on étudiait les vecteurs, les projections et les homotéties au collège. On commençait la géométrie analytique aussi.
- les élèves qui arrivaient en sixième avaient entendu parler de division à virgule au diviseur et de pourcentage.

Ce que j'ai voulu dire est que le vrai problème est que le programme n'est plus aujourd'hui qu'une vitrine publicitaire...si les élèves maitrisaient la totalité de ce qui est dedans de manière rigoureuse (à leur niveau..) ce serait encore très bien mais nous sommes tombés trop bas

On pourrait aborder des choses intéressantes en probas par exemple mais quand tu as passé plus d'une heure à expliquer comment calculer P(a < X <  b) à des élèves qui ont du mal car ils ne visualisent plus ce qu'est une soustraction..que reste -il?

De mon temps (celui de l'analyse avec de epsilon et des alphas) en term C nous étions (moi oui...) peu à comprendre la chose et son usage mais même les plus mauvais d'entre nous étaient bien loin du niveau des élèves que je rencontre aujourd’hui en S et malheureusement pour certains pas à cause d'eux mêmes

Par delà les connaissances, la différence entre une implication et une équivalence, propriété nécessaire ou suffisante allait de soi...aujourd'hui ces notions sont encore au programme mais faute de contenu et de répondant qui peut les aborder de manière à les faire assimiler...et d'ailleurs dans un système où il faut "valoriser toute démarche même incomplète (et par extension fausse...car il est rare qu'en partant bien on arrive pas au bout dans les problèmes que nous posons) qui en a encore besoin...

ne nous disputons pas alors que nous partageons sans doute le même constat sur l'état des choses


Dernière édition par Balthazaard le Sam 13 Déc 2014 - 21:54, édité 1 fois
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par Balthazaard le Sam 13 Déc 2014 - 20:24
Iphigénie...c'est ce que je voulais dire..
repetita iuvant
Je viens de m'inscrire !

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par repetita iuvant le Sam 13 Déc 2014 - 20:39
Cripure a écrit:
Les divisions à virgule (toutes) se pratiquaient au CM2 en 76 Razz

Et en 80 encore ! Wink
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par JPhMM le Sam 13 Déc 2014 - 20:42
En même temps c'est d'une simplicité extrême. Laughing

(Pour faire une division de dividende et diviseur décimaux, il suffit de faire une division de dividende et diviseur entiers... Razz  )

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par Spinoza1670 le Sam 13 Déc 2014 - 20:48
@évolutions a écrit:Ce gouvernement a été élu aussi parce que ses promesses portaient sur la refondation de l'école. Le bilan est pathétique. Comme certains d'entre vous, je me suis senti trahi par ce gouvernement et par le Président de la République que j'avais choisi. Il est vrai que les années "Sarkozy" nous ont laissé un goût amer et nous avons fait le dos rond en attendant l'alternance. Nous connaissions alors notre ennemi. Aujourd'hui, je vomis ces traitres du PS qui continuent par leurs techniques politiques à faire bouffer des couleuvres par la plèbe.
Voter PS ne doit plus nous rendre plus allègre depuis longtemps.

Blaise Buscail a écrit:Le texte qui suit date de la "période Allègre", il peut donc sembler obsolète. Ce n'est pourtant pas le cas, et il serait naïf de croire qu'un changement de ministre entraîne un changement de politique. N'oublions pas que la politique du ministre Allègre vient en droite ligne de la loi d'orientation de 1989 du ministre Jospin. Les méthodes changent peut-être d'Allègre à Lang, puis à Ferry, mais point les visées.

Ce petit article a pour but de résumer en quelques mots le dessein général qui se cache derrière les réformes ponctuelles mises en œuvres par Monsieur le Ministre Claude Allègre. Car il nous semble bon aujourd'hui de faire en sorte que tout un chacun prenne conscience de ce qui se trame et de ce que sera l'école de demain si une mobilisation des personnels enseignants, des lycéens, étudiants et parents d'élèves, puis de tous les citoyens, ne se fait pas rapidement, pour opposer un NON radical à la mouvance actuelle.

Commençons par préciser le contexte de ces réformes : l'Europe, et plus largement la mondialisation. Or que voyons-nous se dessiner au niveau de l'Europe ? en bref, une politique libérale extrême de l'éducation. En effet il apparaît clairement que l'orientation européenne, sous l'influence en particulier de l'E.R.T., est de soumettre l'école aux besoins et exigences de l'économie.
Ce d'abord au niveau de la formation, puisque l'idée est de faire de l'enseignement, de la formation, un nouveau marché, le plus juteux qui soit (pour les conséquences de cette démarche sur le contenu des enseignements, cf. nticd). A terme, l'une des conséquences majeures sera la décentralisation de l'enseignement, ce qui équivaut à dire une inégalité flagrante, géographique et économique, devant l'école. Ainsi ne sera plus proposée que la formation requise par telle entreprise à tel endroit, et pour celui qui en aura les moyens (l'enseignement national ne serait plus, quant à lui, que l'école "basique" des pauvres, auxquels il sera généreusement octroyé un enseignement gratuit mais pour le moins "light". Qu'on ne s'y trompe pas, ce n'est pas là un scénario-catastrophe issu de la paranoïa de quelques professeurs réactionnaires, cette logique apparaît nettement dans le rapport Attali sur l'université (par exemple l'idée de « pôle universitaire d'excellence »), et Monsieur Allègre n'avait que trop souvent le mot rentabilité à la bouche. Il conçoit l'école en terme de marché et d'entreprise, et se frotte les mains à l'idée que le financement des établissements scolaires ne soit plus, enfin, supporté par l'Etat mais par les collectivités locales : une école rentable est une école qui ne coûte plus trop à l'Etat, et qui d'autre part laisse place au marché de l'éducation : d'une pierre deux coups !!! Or c'est précisément l'orientation voulue par les instances européennes (cf. les fameux "critères de convergence", qui sont définis, entre autres, pour laisser la place libre aux marchés).
[...]

source : https://web.archive.org/web/20070224215132/http://blaise.buscail.free.fr/anti.htm


Dernière édition par Spinoza1670 le Sam 13 Déc 2014 - 20:55, édité 1 fois

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par JPhMM le Sam 13 Déc 2014 - 20:53
@évolutions a écrit:Ce gouvernement a été élu aussi parce que ses promesses portaient sur la refondation de l'école.
Le président a été élu par défaut, par le Tout Sauf Sarkozy.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par Iphigénie le Sam 13 Déc 2014 - 21:02
d'un autre côté, pour une refondation, c'est une refondation... Neutral
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: [le point] la grand-messe du clergé pédagogiste.

par User5899 le Sam 13 Déc 2014 - 22:56
@Iphigénie a écrit:
@ycombe a écrit:
@Balthazaard a écrit:

le contenu du programme n'est qu'une indication, on peut discuter , et cela n'a que peu d’intérêt, pour savoir si les programmes de maths sont plus ou moins ambitieux que ceux d'il y a 30 ou 40 ans.
C'est une plaisanterie? Parce que quand j'ai commencé à enseigner en 1994:
- on étudiait les vecteurs, les projections et les homotéties au collège. On commençait la géométrie analytique aussi.
- les élèves qui arrivaient en sixième avaient entendu parler de division à virgule au diviseur et de pourcentage.
Virgule? kézako? A la fin on est las de ce monde ancien Razz  Laughing

En français, c'est fastoche, les programmes, c'est l'auberge espagnole:
on peut dire, au choix, pareil, ou plus étendu, ou plus profond qu'il y a trente ans (la question de l'homme d'un côté, la quête du sens de l'autre), plus confus en grammaire, qui est bien sûr indispensable (qu'on peut détacher mais attachée c'est bien), ....
et en latin c'est clairement beaucoup plus vaste, et très exigeant, l'histoire, la civilisation, la langue, (les langues conjointes latin et grec), la cuisine, le vocabulaire latin et  français, et l'art de la traduction (on ne lâche rien), des origines au latin tardif,  et les textes authentiques. Mais en  réalité non augmentée, on n'arrive pas en terminale à les lâcher sans appareillage sur une phrase du type "Domino duo servi sunt"...
Mais qu'est-ce qu'ils ont fait avec seulement deux dominos ? :shock:
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum