Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
archeboc
Sage

Pollution, développement du cerveau et symptômes autistiques

par archeboc le Ven 12 Déc 2014 - 11:36

www.lemonde.fr/medecine/article/2014/12/10/la-pollution-met-en-danger-le-cerveau_4538177_1650718.html

Article en accès libre. Le début :

Des enfants exposés in utero à des niveaux élevés de deux phtalates présentent en moyenne un quotient intellectuel (QI) inférieur de plus de six points à celui d’enfants moins exposés. Cette conclusion préoccupante est le fruit d’une étude au long cours, conduite par des chercheurs de l’université Columbia (New York), et publiée mercredi 10 décembre dans la revue PLoS One.

Les phtalates sont des plastifiants présents dans de nombreux produits courants – objets en PVC, textiles imperméables, cuirs synthétiques, mais aussi rouges à lèvres et à ongles, bombes de laque ou certains shampooings. Ils sont interdits dans les jouets, en Europe comme aux Etats-Unis, mais rien n’est fait pour éviter l’exposition des femmes enceintes.

L’étude a porté sur 328 New Yorkaises, dont l’urine a été analysée au cours du troisième trimestre de grossesse pour y mesurer la concentration en quatre phtalates. Les tests de QI ont été réalisés auprès de leurs enfants à l’âge de sept ans. Pour les 25 % de ceux nés de mères dont les taux de DnBP et DiBP étaient les plus élevés, le QI était respectivement de 6,6 et 7,6 points inférieur à celui du quart des enfants dont la mère montrait la concentration la plus basse de ces deux phtalates. L’étendue des concentrations n’avait rien d’inhabituel et se situait dans l’échelle de celles mesurées au niveau national par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Des enfants exposés in utero à des niveaux élevés de deux phtalates présentent en moyenne un quotient intellectuel (QI) inférieur de plus de six points à celui d’enfants moins exposés. Cette conclusion préoccupante est le fruit d’une étude au long cours, conduite par des chercheurs de l’université Columbia (New York), et publiée mercredi 10 décembre dans la revue PLoS One.

Les phtalates sont des plastifiants présents dans de nombreux produits courants – objets en PVC, textiles imperméables, cuirs synthétiques, mais aussi rouges à lèvres et à ongles, bombes de laque ou certains shampooings. Ils sont interdits dans les jouets, en Europe comme aux Etats-Unis, mais rien n’est fait pour éviter l’exposition des femmes enceintes.

L’étude a porté sur 328 New Yorkaises, dont l’urine a été analysée au cours du troisième trimestre de grossesse pour y mesurer la concentration en quatre phtalates. Les tests de QI ont été réalisés auprès de leurs enfants à l’âge de sept ans. Pour les 25 % de ceux nés de mères dont les taux de DnBP et DiBP étaient les plus élevés, le QI était respectivement de 6,6 et 7,6 points inférieur à celui du quart des enfants dont la mère montrait la concentration la plus basse de ces deux phtalates. L’étendue des concentrations n’avait rien d’inhabituel et se situait dans l’échelle de celles mesurées au niveau national par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

« Ampleur troublante »

« L’ampleur de ces différences de QI est troublante, note Robin Whyatt, qui a dirigé l’étude. Une baisse de six ou sept points pourrait avoir des conséquences substantielles sur la réussite scolaire et le potentiel professionnel de ces enfants. »
manou69
Niveau 1

Re: Pollution, développement du cerveau et symptômes autistiques

par manou69 le Ven 30 Jan 2015 - 15:50
alors que dire des risques des travailleurs constamment exposés aux phtalates et autres perturbateurs endocriniens ! La prévention des risques professionnels des perturbateurs endocriniens : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507
avatar
Kimberlite
Fidèle du forum

Re: Pollution, développement du cerveau et symptômes autistiques

par Kimberlite le Ven 30 Jan 2015 - 19:55
Intéressant...
Mais y a quand même des trucs bizarres dans cet article:
Autre argument fort suggérant que l’augmentation de fréquence de l’autisme ne relève pas d’un biais de mesure : le sexe-ratio est constant. Les garçons sont toujours cinq fois plus touchés que les filles. Or, si l’accroissement constaté était artéfactuel, une modification du sexe-ratio aurait de grandes chances d’être observée.
Je ne vois absolument pas en quoi cette histoire est un argument... pourquoi un artefact toucherait-il différemment les filles et les garçons? C'est absurde.

« Les chimistes manipulent des phénols auxquels ils ajoutent des halogènes comme le brome, le chlore ou le fluor, explique Barbara Demeneix. Or les hormones thyroïdiennes sont composées d’iode, qui est aussi un halogène. Le résultat est que nous avons mis en circulation des myriades de substances de synthèse qui ressemblent fort aux hormones thyroïdiennes. »
Bon sang, l'est pas chimiste celui qui a écrit ça... C'est totalement faux de dire ça comme ça 'composé d'iode"...
Sinon, on peut aussi dire que le CO2 est composé de carbone, que les protéines sont composées d'azote...  Rolling Eyes
Et, même s'il est vrai que l'on peut avoir de nombreuses substances mimétiques d'hormones, aller prétendre que "parce que l'on utilise des halogènes, on a des myriades de substances de synthèse ressemblant fort aux hormones thyroïdiennes" est un raccourci foireux (ce n'est pas parce qu'on synthétise des trucs qui contiennent du carbone que l'on a des tonnes de substances ressemblant par exemple à la  testostérone, qui, pourtant, a bien des atomes de carbone.

Je suis très gênée aussi dans cet article par l'usage de la mesure de QI qui est présenté comme une valeur super fiable et bon indicateur d'intelligence.

Et je viens de lire les commentaires... j'ai bien peur que l'on ait encore affaire à une étude dont le relais par les médias n'a malheureusement rien à voir avec sa qualité ni l'importance de ses résultats.

Je trouve ça particulièrement triste, surtout que ça concerne des problèmes de santé publique.

K.
PS: un des commentaires souligne le très intéressant "déficiants" écrit près de la courbe en cloche... mouarf...
almuixe
Niveau 10

Re: Pollution, développement du cerveau et symptômes autistiques

par almuixe le Mar 10 Fév 2015 - 20:46
KinetteKinette a écrit:Intéressant...
Mais y a quand même des trucs bizarres dans cet article:
Autre argument fort suggérant que l’augmentation de fréquence de l’autisme ne relève pas d’un biais de mesure : le sexe-ratio est constant. Les garçons sont toujours cinq fois plus touchés que les filles. Or, si l’accroissement constaté était artéfactuel, une modification du sexe-ratio aurait de grandes chances d’être observée.
Je ne vois absolument pas en quoi cette histoire est un argument... pourquoi un artefact toucherait-il différemment les filles et les garçons? C'est absurde.

Je l'ai compris comme cela.
Si l'augmentation mesurée reflète l'augmentation de la fréquence de l'autisme, alors le sex-ratio sera nécessaire préservé (puisque c'est une caractéristique de l'autisme).
Par contre, si elle est causée par d'autres phénomènes, il est possible que ces phénomènes touchent différemment les filles des garçons.
Je suis d'accord, ce n'est pas très solide.
Par contre, je crois qu'il y aurait quelques raisons de prendre le problème au sérieux. Aux usa, ils ont observé 30% d'augmentation sur 2 ans, difficilement explicable par des artefacts (mêmes centres et même critère d'évaluation de l'autisme). Et toujours aux usa 1 enfant sur 68 né en 2002 est touché par un trouble autistique....
KinetteKinette a écrit:
Bon sang, l'est pas chimiste celui qui a écrit ça... C'est totalement faux de dire ça comme ça 'composé d'iode"...
Sinon, on peut aussi dire que le CO2 est composé de carbone, que les protéines sont composées d'azote...  Rolling Eyes
Et, même s'il est vrai que l'on peut avoir de nombreuses substances mimétiques d'hormones, aller prétendre que "parce que l'on utilise des halogènes, on a des myriades de substances de synthèse ressemblant fort aux hormones thyroïdiennes" est un raccourci foireux (ce n'est pas parce qu'on synthétise des trucs qui contiennent du carbone que l'on a des tonnes de substances ressemblant par exemple à la  testostérone, qui, pourtant, a bien des atomes de carbone.
Very Happy La vulgarisation scientifique est difficile

KinetteKinette a écrit:Je suis très gênée aussi dans cet article par l'usage de la mesure de QI qui est présenté comme une valeur super fiable et bon indicateur d'intelligence.

Le QI ne résume pas l'intelligence, mais l'avantage du QI c'est sa standardisation. Et j'avais lu que même une baisse qui paraît modeste (5 à 10 points) peut faire basculer une partie importante de la population dans une zone de qi faible, gênant pour la vie courante.[/quote]
[/quote]
Contenu sponsorisé

Re: Pollution, développement du cerveau et symptômes autistiques

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum