Classe contre le prof

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Classe contre le prof

Message par 34cruger le Ven 12 Déc 2014 - 12:49

C'était un objectif en début d'année, en tant que novice: ne pas me mettre de classe à dos... et j'ai quasiment échoué pour une classe difficile de 4ème. Difficile signifie: en REP+, le tiers de la classe en avertissement de conduit et de travail, les autres pas motivés, et disons 5 qui veulent vraiment travailler, qui sont sympas et qui ont un niveau décent. Beaucoup de sournois et de contestataires "nés" qui taclent le prof dès que possible.

En effet, en classe, il y en a un (un dur) qui lâche un truc du genre: "j'espère bien qu'on vous aura pas comme prof l'année prochaine", un autre acquiesce à haute voix dans le groupe des pas motivés, un certain malaise s'installe, seul un dit "monsieur moi j'aimerais vous avoir mais les autres de la classe non".

Alors question:
- Cela doit-il me toucher, m'interroger, me remettre en question?
- notamment: est-ce un échec? est un objectif fort de garder une relation positive avec la classe?
- comment trouver des pistes pour changer ça: demander aux élèves ou à certains élèves par questionnaire?

Moi ça me touche clairement: je n'ai plus eu envie de leur faire cours après ça.
Contexte: j'essaye de gérer la classe depuis le début, donc j'interviens fort quand ça déborde, rapport et compagnie, mais ça dure depuis le début ce bras de fer avec les plus durs... là où la majorité des autres profs laisse faire, bref je suis celui qui punis. Et donc je leur disais régulièrement "je suis là pour vous faire progresser", "vous comprenez?" pas de réponse, "ça ne vous intéresse pas?: non"...

Merci de vos avis!

34cruger
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par Elaïna le Ven 12 Déc 2014 - 12:56

Dans ce cas, quelques réponses toutes faites qui marchent bien
"moi non plus, j'espère que je ne vous aurai pas, ne vous en faites pas"
"ça ne vous intéresse pas, tant pis pour vous, on n'a pas le choix".

Tu as probablement des choses à ajuster dans ta méthode, ta gestion de classe, et il est normal que ce genre de remarques te touche au départ. Mais cela ne doit pas t'atteindre, toi. Tu leur tend la main, ils refusent de la prendre. Que ça soit clair : ils le savent et le font exprès, d'être comme ça. Continue de punir, de sévir, ne lâche rien, tu as raison, et eux tort de ne pas saisir l'occasion de progresser. Tant pis pour eux.

Elaïna
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par stench le Ven 12 Déc 2014 - 13:01

C'est normal que ça te touche, surtout au début, ça n'est jamais agréable. Avec l'expérience tu découvriras que ce n'est souvent que du vent et je croise souvent d'anciens élèves qui me disent garder un bon souvenir de moi alors que les relations étaient plus que tendues à l'époque.

Enfin, tu ne vas quand même pas trop t'interroger sur une remarque d'un élève perturbateur de 13 ans, dont le système de réflexion est bien loin du tien et qui joue beaucoup sur la recherche de limites et la provocation.

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."

stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par MelanieSLB le Ven 12 Déc 2014 - 13:04

@34cruger a écrit:
- notamment: est-ce un échec? est un objectif fort de garder une relation positive avec la classe?
Rep+, 4e? L'objectif, c'est de survivre à l'année, pas d'avoir une relation positive!

Attention à ne pas donner des signes contradictoires aux élèves: tu les punis quand il le faut, c'est bien; mais tu dois arrêter de chercher leur assentiment. Ils ne sont pas intéressés? Tant pis, même s'ils ne le voient pas, c'est important qu'ils connaissent ce que tu leur enseignes.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par olive-in-oil le Ven 12 Déc 2014 - 13:06

Moi je dirais plutôt de ne pas entrer dans ce jeu là et ne pas plier : tu es celui qui punit non pas parce que tu es "mauvais" mais parce que tu fais ce que tu dois faire. Inutile de répondre sur le même ton qu'eux, ne laisse pas passer et apaise toi. C'est normal d'être touché par ces mots, mais ils visent surtout le système, l'école, l'ordre : tout ce que ces gosses détestent et que tu incarnes : ce n'est pas toi en tant qu'homme :

Courage ! fleurs

olive-in-oil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par ycombe le Ven 12 Déc 2014 - 13:11

@34cruger a écrit:C'était un objectif en début d'année, en tant que novice: ne pas me mettre de classe à dos... et j'ai quasiment échoué pour une classe difficile de 4ème. Difficile signifie: en REP+, le tiers de la classe en avertissement de conduit et de travail, les autres pas motivés, et disons 5 qui veulent vraiment travailler, qui sont sympas et qui ont un niveau décent. Beaucoup de sournois et de contestataires "nés" qui taclent le prof dès que possible.
Ne leur laisse pas croire que c'est possible.



En effet, en classe, il y en a un (un dur) qui lâche un truc du genre: "j'espère bien qu'on vous aura pas comme prof l'année prochaine", un autre acquiesce à haute voix dans le groupe des pas motivés, un certain malaise s'installe, seul un dit "monsieur moi j'aimerais vous avoir mais les autres de la classe non".

Le premier qui a ouvert sa gueule passe à la porte, exclusion rapport, etc. Si quelqu'un essaie de contester l'exclusion, il accompagne. On est pas là pour être aimé, et on n'a pas à accepter ce genre de commentaire désobligeant.



Alors question:
- Cela doit-il me toucher, m'interroger, me remettre en question?
J'ai subi plusieurs fois. Je fais cours la porte ouverte le plus possible, pour bien montrer à ce genre de contestataire que ce qui se passe en classe, je l'assume totalement, que n'importe qui peut le voir et que mon attitude est normale.

- notamment: est-ce un échec? est un objectif fort de garder une relation positive avec la classe?
Fixe toi plutôt comme objectif de les faire beaucoup travailler. De touts façons, les relations avec la classes ne sont bonnes que s'ils sentent que tu es là pour les faire bosser.


- comment trouver des pistes pour changer ça: demander aux élèves ou à certains élèves par questionnaire?
Surtout pas. Ce n'est pas à eux d'avoir un avis sur ta gestion de classe.


Moi ça me touche clairement: je n'ai plus eu envie de leur faire cours après ça.
Contexte: j'essaye de gérer la classe depuis le début, donc j'interviens fort quand ça déborde, rapport et compagnie, mais ça dure depuis le début ce bras de fer avec les plus durs... là où la majorité des autres profs laisse faire, bref je suis celui qui punis. Et donc je leur disais régulièrement "je suis là pour vous faire progresser", "vous comprenez?" pas de réponse, "ça ne vous intéresse pas?: non"...

Merci de vos avis!
Commence par ne pas leur donner la parole sur ce genre de question. Fais ton boulot le mieux possible en pensant à ceux qui veulent progresser. Ne laisse pas les autres avoir le pas dans la classe. Et détends-toi.


_________________
Ronin : "A un moment il faut dire stop au n'importe quoi".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".

ycombe
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par Audrey Hepburn le Ven 12 Déc 2014 - 13:12

Cher collègue,
je pense que vous avez donné à cette classe un certain pouvoir sur vous, peut-être en prenant trop de gants afin de, je cite, "ne pas vous mettre la classe à dos" : dites-moi si je me trompe.
Une classe n'a pas à aimer ou ne pas aimer ses professeurs : cela relève d'un chantage affectif fort dommageable à la qualité de la relation pédagogique. Aussi ne faut-il surtout entrer dans cette dimension qui vous échappe forcément.
J'ai vécu bien sûr ce genre de réflexion dans ma carrière, et dès que j'ai ri au nez de ces impudents, leur expliquant sans discussion possible que l'affect n'avait pas lieu d'être entre nous, ils ont été contraints de constater que ce chantage n'avait pas de prise sur moi. Ces élèves ont aussitôt abandonné cette attitude et nos rapports se sont normalisés.
Le professeur met ses élèves au travail et ces derniers accomplissent leurs devoirs, sans état d'âme ni complication relationnelle, dans le respect et une certaine distance. De l'empathie si le contexte s'y prête. Voilà ma conception des relations avec mes élèves, et je peux dire qu'elles sont en général assez agréables

Audrey Hepburn
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par 34cruger le Ven 12 Déc 2014 - 13:28

Merci!

Ce que je leur ai dit spontanément: "un prof n'est pas là pour être aimé... et heureusement! je suis là pour vous faire progresser, rien de plus".

Je retiens de vos avis que: non, ce n'est important qu'une classe nous aime bien ou ne nous aime pas.
Ce n'est donc pas un paramètre à prendre en compte, voilà qui simplifie les choses! Moi je trouvais en débutant que construire une relation positive avec une classe était important.

Ycombe: faire un rapport et virer pour ça? mais je vire et je fais déjà des rapports régulièrement, il y a plein de fiches de suivis dans la classe, je suis gêné de faire tant de rapports... en fait, les collègues s’accommodent de ça je pense, mon problème en tant que nouveau c'est aussi que je suis plus exigeant que les autres et je dois passer pour celui qui fais pleins de rapports, qui ne tient pas la classe... et voilà la question cruciale de quelle exigence en gestion de classe! j'essaye de tenir des exigences fortes, je crois que les 90% de collègues non, donc ça merde.

Une interrogation: ça m'inquiète car il y a une réputation dans le collège et je pense que les collègues essaient d'avoir une réputation du style "les élèves m'aiment bien". Donc cela risque de me singulariser et de me mettre peu ou prou en défaut, vous ne pensez pas? décidément, il y en a des inconvénients à essayer d'avoir une gestion de classe sans complaisance...

34cruger
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par CatLea le Ven 12 Déc 2014 - 13:31

Je comprends que ça vous touche car c'est loin d'être agréable d'avoir ce genre de réflexion mais, comme il a déjà été dit, nous ne sommes pas là pour nous faire aimer. C'est ce que je leur dis régulièrement : ça se passe bien, tant mieux, sinon, bah, tant pis, on fait avec, point barre. J'ai déjà été confrontée à ce genre de situation et n'ai pas cédé à leur chantage affectif. Et bien quand j'ai été amenée à retrouver ces gamins en BTS quelques années plus tard, eux étaient finalement heureux de me retrouver (moi beaucoup moins mais bon, passons Razz ) alors qu'on était régulièrement dans le conflit lorsque je les avais eu auparavant. Comme quoi..
Bref, il faut prendre du recul là-dessus. Plus facile à dire qu'à faire mais c'est ça ou on y laisse des plumes.

CatLea
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par Aspasie le Ven 12 Déc 2014 - 13:51

@34cruger a écrit:Moi je trouvais en débutant que construire une relation positive avec une classe était important.
En fait tout dépend de ce qu'on appelle une relation positive, non ?
Il ne s'agit pas de faire ami-ami. Il s'agit d'être dans une relation de dynamique de travail. Mais comme disent les anglais "You need two hands to clap" : tu ne peux pas construire à toi seul la relation positive. S'ils n'en veulent pas, eux, de leur côté, tu n'y pourras rien. A défaut de cela donc, tu construis une relation de travail.
Ceci étant, comme l'ont suggéré certains, il faut mettre à distance ce genre de remarque d'élève : ils manifestent par là le fait que tu es un empêcheur de tourner en rond. Ok. C'est vrai non ? Mais quelle est la part de sincérité dans leurs propos, et quelle est la part de provoc ? Tu verrouilles leur comportement. Ils tentent donc de t'atteindre autrement. Tu peux donc y voir au contraire la preuve que tu atteins une partie de ton but.
Et pour tout dire, je trouve très courageux, dans une classe difficile, le fait qu'un élève ait osé dire l'inverse de ce que les "durs" disent. Pour un qui a osé parler, combien ont eu peur ?

Quant à la question de la réputation, ne t'inquiète pas trop de cela. Mieux vaut que les élèves arrivent vers toi en ayant le sentiment que tu n'es pas "cool". Ils découvriront à l'usage que cela a des vertus.
Je ne pense donc pas que cela te mettra en défaut. Loin de là.

Aspasie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par ycombe le Ven 12 Déc 2014 - 16:39

@34cruger a écrit:
Ycombe: faire un rapport et virer pour ça?
Provocation destinée à perturber le cours. Ça me suffit. Surtout si ma première remarque n'est pas suivi d'un silence immédiat.


_________________
Ronin : "A un moment il faut dire stop au n'importe quoi".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".

ycombe
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par Marie Laetitia le Ven 12 Déc 2014 - 16:48

@MelanieSLB a écrit:
@34cruger a écrit:
- notamment: est-ce un échec? est un objectif fort de garder une relation positive avec la classe?
Rep+, 4e? L'objectif, c'est de survivre à l'année, pas d'avoir une relation positive!

Attention à ne pas donner des signes contradictoires aux élèves: tu les punis quand il le faut, c'est bien; mais tu dois arrêter de chercher leur assentiment. Ils ne sont pas intéressés? Tant pis, même s'ils ne le voient pas, c'est important qu'ils connaissent ce que tu leur enseignes.

Voilà. Pas la peine de faire un long discours, tout est résumé lol!

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Classe contre le prof

Message par kero le Ven 12 Déc 2014 - 18:05

@34cruger a écrit:Je retiens de vos avis que: non, ce n'est important qu'une classe nous aime bien ou ne nous aime pas.
Ce n'est donc pas un paramètre à prendre en compte, voilà qui simplifie les choses! Moi je trouvais en débutant que construire une relation positive avec une classe était important.

Je m'inscris en faux avec cette idée que mettent en avant plusieurs. De mon point de vue, construire une relation positive est important. Parfois on n'y arrive pas, et ce n'est pas grave, mais ça n'interdit jamais de poser des bases (ou les reposer) pour essayer de rétablir un rapport plus constructif avec une classe.

Mais il faut bien s'entendre sur ce que veut dire construire un rapport positif. Ça n'est évidemment pas tenter d'être plus gentil, plus cool, plus laxiste. Ça n'est pas leur faire plaisir. Ce n'est pas chercher l'assentiment des élèves. En matière relationnelle, il y a une règle que les bons séducteurs connaissent bien: on n'est pas apprécié en essayant d'être apprécié, on est apprécié en projetant quelque chose. L'erreur classique du professeur qui tente de se faire aimer des élèves et de transiger sur les règles, d'aller dans leur sens, de leur faire plaisir, d'acheter la paix sociale, en réduisant les exigences. Ça, c'est de la recherche de validation et en général, ça n'entraîne que mépris.

Le paradoxe est donc que c'est en n'essayant surtout pas d'être apprécié que le professeur le sera. Mais pour cela, il faut également que sa pratique attire le respect. Savoir sanctionner sans être injuste et autoritaire. Savoir recadrer sans violence (donc, sans crier systématiquement). Savoir construire une progression qu'ils peuvent suivre tout en étant exigeant sur les attentes. Savoir imposer une ligne de travail mais s'intéresser aux élèves dans ce qu'ils sont.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum