Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
288
Niveau 10

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par 288 le Lun 22 Déc 2014 - 19:54
@Isis39 a écrit:J'ai assisté à deux stages établissement sur les "dys".
Les deux fois on nous a expliqué les différents handicaps. JAMAIS on ne nous a expliqué quoi faire en classe, quels aménagements nous pouvions mettre en place, etc. On nous a mis par groupe et c'était à nous de trouver quoi faire !!!

Oui, les stages établissement ne servent à rien, quelque soit le thème.
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Isis39 le Lun 22 Déc 2014 - 19:56
@288 a écrit:
@Isis39 a écrit:J'ai assisté à deux stages établissement sur les "dys".
Les deux fois on nous a expliqué les différents handicaps. JAMAIS on ne nous a expliqué quoi faire en classe, quels aménagements nous pouvions mettre en place, etc. On nous a mis par groupe et c'était à nous de trouver quoi faire !!!

Oui, les stages établissement ne servent à rien, quelque soit le thème.

heu quand c'est moi qui forme mes collègues, ça sert à quelque chose !
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Thalia de G le Lun 22 Déc 2014 - 19:57
Nous ne savons toujours pas qui est Tetelleriv.
Qui risque de croire d'après nos propos que nous traitons le problème par dessus la jambe. Nous faisons ce que nous pouvons et nous sentons de plus en plus impuissants.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Thalia de G le Lun 22 Déc 2014 - 19:57
@Isis39 a écrit:
@288 a écrit:
@Isis39 a écrit:J'ai assisté à deux stages établissement sur les "dys".
Les deux fois on nous a expliqué les différents handicaps. JAMAIS on ne nous a expliqué quoi faire en classe, quels aménagements nous pouvions mettre en place, etc. On nous a mis par groupe et c'était à nous de trouver quoi faire !!!

Oui, les stages établissement ne servent à rien, quelque soit le thème.

heu quand c'est moi qui forme mes collègues, ça sert à quelque chose !
288 ne savait pas.  fleurs

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
288
Niveau 10

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par 288 le Lun 22 Déc 2014 - 20:07
@Isis39 a écrit:

heu quand c'est moi qui forme mes collègues, ça sert à quelque chose !
Pardon, j'étais remonté.
avatar
celitian
Neoprof expérimenté

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par celitian le Lun 22 Déc 2014 - 20:07
@288 a écrit:
@ycombe a écrit:
@tetelleriv a écrit:Messieurs, Dames, informez vous sur ce que sont les troubles de l'apprentissage, inscrivez vous dans les groupes facebook, demandez des formations, demandez au documentaliste d'acheter des livres sur le sujet, consultez les sites d'associations, vous pourrez ensuite juger sur ce que demande ce chef d'établissement.
Quand on nous dégagera du temps pour ça, pas de problème. Mais j'en ai un peu ras-le-bol qu'on nous demande de passer nos nuits et nos weekends à nous former bénévolement pour des questions qui devraient relever de la formation continue (prise sur le temps de travail).

Perso, ce n'est même pas une question de temps. Ça ne m'intéresse pas et ce n'est pas le métier que j'ai choisi.

Je comprends ta réaction mais je la trouve très dure, il est quand même question d'élèves avec des difficultés reconnues.

Je suis comme toi cela ne m'intéresse pas mais ayant des élèves dys, j'ai choisi d'essayer de les aider par contre, je refuse tous les aménagements qui ne seront pas faits à l'examen car je trouve que c'est contre-productif pour les élèves.

Mais je trouve que, comme toujours, l'EN et les parents ne prennent absolument pas en compte le travail supplémentaire (au moins 30 mn pour adapter un devoir et je maitrise plutôt bien l'outil informatique).

Dans mon lycée, ce ne sont pas le proviseur ou les parents qui nous donnent les recommandations mais le référent du rectorat lors des PPS et seulement lui.
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Balthamos le Lun 22 Déc 2014 - 20:10
@Thalia de G a écrit:
Qui risque de croire d'après nos propos que nous traitons le problème par dessus la jambe. Nous faisons ce que nous pouvons et nous sentons de plus en plus impuissants.

Ce n'est pas traiter le problème par dessus la jambe, c'est avouer notre impuissance et refuser la surcharge de travail pour ce qui n'est pas notre travail.
Et je suis sur que la plupart des collègues qui réagissent ici prennent en compte les particularités des élèves sans qu'on leur demande de le faire et dise comment le faire. Mais avec le diagnostic de l'enseignant et dans la limite de ses compétences et sa mission.
avatar
288
Niveau 10

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par 288 le Lun 22 Déc 2014 - 20:13
Ce qui ne m'intéresse pas, c'est de devoir me coltiner des formations. Il est évident qu'un élève de bonne volonté qui galère pour des raisons x ou y, je l'aide. Et pas besoin de Môman pour ça.
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Balthamos le Lun 22 Déc 2014 - 20:14
ecogest a écrit:

Je comprends ta réaction mais je la trouve très dure, il est quand même question d'élèves avec des difficultés reconnues.

[...]

Mais je trouve que, comme toujours, l'EN et les parents ne prennent absolument pas en compte le travail supplémentaire (au moins 30 mn pour adapter un devoir et je maitrise plutôt bien l'outil informatique).

L’incompréhension commence ici.
L'enseignant reste un travailleur et non un bénévole humanitaire dévoué jusque dans ses vacances, temps libres et soirées.
Le parent ne le conçoit pas.
Le système fait peser une très grande responsabilité sur l'enseignant qui ne lui incombe pas. Il est plus simple de demander à l'enseignant une tâche supplémentaire sous la pression de l'administration et des parents plutôt que de modifier le système pour rendre l'intégration des élèves aux besoins particuliers plus acceptable.

Et pour répondre au post de départ, tu peux exiger au chef de te trouver le texte, ce n'est pas à toi de le chercher.
Puis je pense que les statuts te couvrent puisque tu es le responsable de l'évaluation et du cours.
avatar
celitian
Neoprof expérimenté

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par celitian le Lun 22 Déc 2014 - 20:18
@balthamos a écrit:
ecogest a écrit:

Je comprends ta réaction mais je la trouve très dure, il est quand même question d'élèves avec des difficultés reconnues.

[...]

Mais je trouve que, comme toujours, l'EN et les parents ne prennent absolument pas en compte le travail supplémentaire (au moins 30 mn pour adapter un devoir et je maitrise plutôt bien l'outil informatique).

L’incompréhension commence ici.
L'enseignant reste un travailleur et non un bénévole humanitaire dévoué jusque dans ses vacances, temps libres et soirées.
Le parent ne le conçoit pas.
Le système fait peser une très grande responsabilité sur l'enseignant qui ne lui incombe pas. Il est plus simple de demander à l'enseignant une tâche supplémentaire sous la pression de l'administration et des parents plutôt que de modifier le système pour rendre l'intégration des élèves aux besoins particuliers plus acceptable.

Et pour répondre au post de départ, tu peux exiger au chef de te trouver le texte, ce n'est pas à toi de le chercher.
Puis je pense que les statuts te couvrent puisque tu es le responsable de l'évaluation et du cours.

L'EN et certains parents comptent sur le fait que les élèves, nous les avons devant nous, en vrai et qu'humainement c'est difficile de ne pas essayer de les aider.
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Balthamos le Lun 22 Déc 2014 - 20:21
ecogest a écrit:
L'EN et certains parents comptent sur le fait que les élèves, nous les avons devant nous, en vrai et qu'humainement c'est difficile de ne pas essayer de les aider.

Je suis enseignant fonctionnaire, pas travailleur humanitaire.

Après tu as tout à fait raison dans les faits, ce n'est pas applicable c'est pour ça que je dis et j'affirme que tout les profs adaptent les cours au public. Après tout est dans la nuance, l'obligation et la liberté.
Nous sommes aussi enseignants, un métier choisi pour la plupart d'entre nous par conviction.
avatar
lilith888
Esprit éclairé

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par lilith888 le Lun 22 Déc 2014 - 20:23
et sinon, le gel du point d'indice, on en parle ?

Parce que le cahier de textes numérique (sans ordis dans les salles), l'épreuve de l'histoire des arts, l'orientation, les aménagements... c'est payé en plus ?

ça va bien au bout d'un moment le chantage affectif !

et c'est une maman d'enfant handicapé et prof qui parle, je n'ai aucun problème à reconnaître qu'à 33 par classe, sans temps supplémentaires et sans pièces sonnantes et trébuchantes à la fin, faut pas prendre les profs (dorénavant à bac +5) pour des boeufs
avatar
palomita
Érudit

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par palomita le Lun 22 Déc 2014 - 20:35
@tetelleriv a écrit:En effet, contrairement au PPS, le PAI et PAP ne sont pas des obligations face à la loi mais de fortes recommandations pour l'aide à l'apprentissage de ces enfants. Vous semblez dire que ces aménagements ne sont pas utiles, dans ce cas, je vous remercie d'enlever aussi les lunettes de vos élèves, d'obliger les enfants handicapés moteurs de pratiquer le 100m haie et de les noter et d'ôter les prothèses auditives de vos élèves malentendants, ce ne sera que plus égalitaire.
C'est le problème des handicaps dits " invisibles";un handicap sensoriel ou moteur est plus facilement compris par la société car c'est quelque chose de visible  mais ce n'est pas propre au milieu enseignant .
Après, il faut bien comprendre que la loi de 2005 a été mise en place sans y mettre les moyens et sans y associer l'Education Nationale ( un comble, quand même). On nous a simplement dit qu'on nous faisait confiance pour accueillir et faire progresser tous les élèves, même ceux à besoins particuliers. En gros, débrouillez-vous, formez-vous sur le tas et surtout avec les mêmes effectifs par classe qu'auparavant .

_________________
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit"
Oscar wilde.
avatar
ysabel
Devin

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par ysabel le Lun 22 Déc 2014 - 20:54
Le jour où je reçois le courrier qu'a posté tetelleriv, je le renvoie en ajoutant que je ne suis pas son larbin et qu'il n'a qu'à prendre un précepteur à domicile.

Je suis en lycée, et dans chaque classe on se retrouve avec 2, 3 voire 4 dys qqch dont une bonne partie ne sont en fait que des feignants.

Je ne fais rien tant que je n'ai pas le PAI à ce moment-là j'agis en conséquence, en fonction de l'élève et de son accompagnement le jour du bac.

Un gamin qui n'a qu'un 1/3 temps est noté comme les autres ; ceux qui auront un lecteur-scripteur c'est différent.

Mais merde quand je vois certains trucs : peut pas faire ça et ça et ça et ça ! Mais que viennent-ils faire au lycée ?

Et ce que je remarque, c'est que les vrais dys. qui bossent ont souvent des meilleurs notes que l'élève lambda branleur.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
tetelleriv
Niveau 5

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par tetelleriv le Lun 22 Déc 2014 - 21:17
Bonsoir à tous,
Je viens de me présenter dans la partie présentation, désolée je ne l'avais pas vu et oui, je suis bien professeur. Je comprends bien les difficultés que vous pouvez éprouver, les classes sont surchargées, on a de plus en plus de PAI dans les classes, ça prend du temps et de l'énergie. Nous ne sommes pas formés et lorsque vous avez passé le concours, ces missions ne faisaient peut être pas encore partie de celles des enseignants. Mais cela fait maintenant partie du métier, que vous le vouliez ou non. Ce qui est révoltant, et ça je le comprends, c'est que l'on a voté une loi pour dire que le gouvernement s'occupe des handicapés mais les moyens donnés aux enseignants sont nuls, nada! Et ce sont les enseignants et les enfants qui paient les pots cassés. En même temps, n'oubliez pas que vous travaillez avec des enfants, qui sans ces aménagements sont très vite en souffrance scolaire, se découragent car s'épuisent très vite. Vous semblez mal accueillir ce type de courrier, mais vous dites en même temps ne pas être formés pour ce type d'élèves. Qui vous dira ce dont ces enfants ont besoin? Les PAI sont rédigés très tardivement dans l'année, comment faites vous avant? Je ne dis pas que la situation des enseignants est facile, je sais bien que c'est compliqué mais sans ces aménagements, c'est l'échec assuré de ces élèves qui sont pourtant intelligent voir souvent plus intelligent que la norme. Grâce à ces aménagements, les résultats de mon fils sont plus qu'honorables, ce ne sont pas des évaluations de convenance, il est évalué sur les mêmes compétences mais différemment. Il avait 13,5 de moyenne l'année dernière avec 5 heures d'AVS et les félicitations du conseil de classe. Cette année, la 4ème est plus dure, l'AVS a été refusée, il est en difficulté lorsqu'il faut lire les textes longs. C'est énormément de travail à la maison, nos week-end sont surtout consacrés aux devoirs. Sans les aménagements, mon fils serait en perdition malgré tout le travail à la maison. L'ordinateur est pour lui tout simplement indispensable. Bien entendu, chaque enseignant fait comme il peut et il peut y avoir d'autres manières de contourner la difficulté mais lorsque l'on vous lit, vous donnez l'impression de chercher les moyens de ne pas aider ces élèves car cela vous donne du travail en plus et que ça vous fait tout simplement "chier". Je ne sais pas si vous êtes parents, mais vous avez beaucoup de chance d'avoir des enfants en bonne santé.
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Thalia de G le Lun 22 Déc 2014 - 21:19
@ysabel a écrit:Et ce que je remarque, c'est que les vrais dys. qui bossent ont souvent des meilleurs notes que l'élève lambda branleur.
J'en ai connu qui avaient de bonnes moyennes chez moi et les ont gardées au lycée. Et ils bossaient. C'était une époque où il y avait moins de dys...

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
*Fifi*
Modérateur

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par *Fifi* le Lun 22 Déc 2014 - 21:47
Tetelleriv ton enfant a un ordinateur, cela change beaucoup de choses. S'il sait s'en servir correctement seul, je pense que tout enseignant peut s'adapter et donner dans la mesure du possible les documents avant ou sur clef USB, ou à scanner.
C'est ce que je faisais avec une éleve aveugle même si cela demande du travail d'anticipation (donner le texte à traduire) et interdit l'improvisation. Je m'y faisais car l'organisation fonctionnait bien, car les parents suivaient bien et l'élève s'organisait.
Sauf que la plupart des élèves dys* chez moi n'ont pas d'ordi. Soit leurs parents ne s'occupent pas de le demander, soit les parents refusent que l'élève l'amène au collège, soit l'élève n'y a pas droit. Ca complique quand même la donne...

Après, je m'intéresse beaucoup à la différenciation car j'intègre des élèves d'ULIS et de segpa. Pour eux j'en fais pas mal car je sais que sinon ils sont largués et ne font rien. Ils ont des questionnaires adaptés, tapés et répondent par texte â trous généralement. Des élèves dys* faibles ont parfois le même texte mais je ne peux pas faire 5 versions différentes ... J'en fais déjà deux ou trois et ca prend du temps tout ca... Alors je fais le choix de le faire car l'organisation avec la prof d'ULIS et les avs marche bien, mais quand les parents refusent de faire leur job, ca lasse. D'autant que les élèves dys* sont censés avoir une différenciation de forme mais l'objectif en terme d'études et de socle est celui du cursus classique contrairement aux segpa ou Ulis. Du coup, concrètement j'ai bien souvent du mal à voir ce que je peux faire de plus... C'est surtout des moyens humains dont on a besoin pour aider tous les élèves.

_________________
Pour accéder à la banque de données en HG, merci de lire le règlement ici :
http://www.neoprofs.org/t36320-bdd-hg-reglement
avatar
288
Niveau 10

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par 288 le Lun 22 Déc 2014 - 21:52
Ce qui m'étonne toujours chez les mères d'enfants ayant des problèmes de dyslexie, c'est qu'elles entretiennent l'effet au lieu de s'attaquer à la cause. Il est aujourd'hui admis pas à peu près tout le monde que ce sont les méthodes d'apprentissage de la lecture et de l'écriture qui fabriquent tout cela. Pourquoi ne pas créer un collectif avec des psys, des orthophonistes honnêtes, des enseignants et lutter pour qu'on réapprenne enfin à lire et à écrire en primaire ?
avatar
lumeeka
Sage

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par lumeeka le Lun 22 Déc 2014 - 21:58
@tetelleriv a écrit:Messieurs, Dames, informez vous sur ce que sont les troubles de l'apprentissage, inscrivez vous dans les groupes facebook, demandez des formations, demandez au documentaliste d'acheter des livres sur le sujet, consultez les sites d'associations, vous pourrez ensuite juger sur ce que demande ce chef d'établissement.
Pourquoi s'adresser à des collègues de cette façon  heu et en quoi facebook serait-il une aide ? Personnellement, j'ai des ouvrages à la maison mais ce sont des livres qui relèvent de la neuropsychologie : ils m'aident à comprendre certains troubles mais me laissent souvent démunie dans mon travail d'enseignante de LV. J'ai passé un concours pour enseigner en collège et je ne suis malheureusement pas éducatrice spécialisée.
Je suis d'ailleurs étonnée que parmi la liste noire de matières difficiles pour votre fils ne figure pas l'anglais - un cauchemar pour les dys avec plus de 1000 graphèmes pour une quarantaine de phonèmes...
Cependant, je nuancerai mon avis par rapport à d'autres : les troubles de votre fils m’intéressent sincèrement mais dans la pratique, je me sens assez démunie. Je fais ce que je peux, ne vous inquiétez pas : tout est toujours noté sur Pronote avec une police taille 13; je rajoute toujours des codes couleurs et aère le tout; je suis plus que tolérante face aux fautes d'orthographe et j'accorde du temps supplémentaire aux élèves qui en ont besoin.
En revanche, ce qui est très difficile à appliquer pour moi et que vous demandez :
1) il m'est impossible d'organiser les évaluations en fonction de la présence ou non d'un(e) AVS.
Je vous donne un exemple concret : imaginez que vous êtes en fin de séquence et que vous voulez faire une évaluation sommative mais que l'AVS n'est jamais là ce jour-là. Vous faites quoi ? Vous commencez votre nouvelle séquence et deux jours plus tard faites votre évaluation sur la séquence précédente ? humhum Que faire si l'AVS est malade le jour J ? Vous reportez une évaluation sur laquelle toute une classe s'est préparée pour un seul élève ?
2) Tous mes contrôles ne sont pas fait sur ordinateur: mes élèves sont placés en îlot (notamment pour favoriser l'entre-aide entre pairs) et très souvent il y a des évaluations écrites inter-îlots, un îlot choisira des mots de vocabulaire sur lesquels il interrogera les autres. C'est donc spontané.
3) La trace écrite dans mes cours est elle aussi spontanée et ne figure pas sur une clef USB (particularité de ma matière) et changera d'une classe à l'autre. Je peux l'influencer légèrement mais en aucun cas je ne peux la prévoir et imprimer ce qui se dira à l'avance car la trace écrite de mes élèves est faite de productions d'élèves, ce qui est sorti de leur bouche et non de la mienne. J'avais pris l'habitude de l'écrire entièrement sur Pronote en même temps que les élèves mais j'ai arrêté pour des raisons de gestion de classe et je préfère passer dans les rangs pour corriger d'éventuelles erreurs dans les cahiers de tous mes élèves.

Ayant dit cela, si vous avez des suggestions, je suis intéressée et je le dis sans aucune ironie. Néanmoins, sachez que le père de ma fille a calculé que je devais déjà travailler 40  heures par semaine et que je suis loin d'être un cas isolé. Si je comprends vos revendications, comprenez aussi qu'un enfant atteint de troubles dys scolarisé dans un collège unique et non adapté aux besoins de votre enfant reste malheureusement problématique.

Si vous voulez échanger pour des questions relatives à l'anglais, n'hésitez pas à m'envoyer un message.
EDIT : j'ai des élèves ULIS et une classe de Segpa

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/
avatar
lumeeka
Sage

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par lumeeka le Lun 22 Déc 2014 - 22:10
@288 a écrit:Ce qui m'étonne toujours chez les mères d'enfants ayant des problèmes de dyslexie, c'est qu'elles entretiennent l'effet au lieu de s'attaquer à la cause. Il est aujourd'hui admis pas à peu près tout le monde que ce sont les méthodes d'apprentissage de la lecture et de l'écriture qui fabriquent tout cela. Pourquoi ne pas créer un collectif avec des psys, des orthophonistes honnêtes, des enseignants et lutter pour qu'on réapprenne enfin à lire et à écrire en primaire ?
Attention, il s'agit d'une dyspraxie.
HS : Tetelleriv, ton fils est-il né prématuré ?

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/
avatar
palomita
Érudit

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par palomita le Lun 22 Déc 2014 - 22:12
@tetelleriv a écrit:Bonsoir à tous,
Je viens de me présenter dans la partie présentation, désolée je ne l'avais pas vu et oui, je suis bien professeur. Je comprends bien les difficultés que vous pouvez éprouver, les classes sont surchargées, on a de plus en plus de PAI dans les classes, ça prend du temps et de l'énergie. Nous ne sommes pas formés et lorsque vous avez passé le concours, ces missions ne faisaient peut être pas encore partie de celles des enseignants. Mais cela fait maintenant partie du métier, que vous le vouliez ou non.  Ce qui est révoltant, et ça je le comprends, c'est que l'on a voté une loi pour dire que le gouvernement s'occupe des handicapés mais les moyens donnés aux enseignants sont nuls, nada! Et ce sont les enseignants et les enfants qui paient les pots cassés. En même temps, n'oubliez pas que vous travaillez avec des enfants, qui sans ces aménagements sont très vite en souffrance scolaire, se découragent car s'épuisent très vite. Vous semblez mal accueillir ce type de courrier, mais vous dites en même temps ne pas être formés pour ce type d'élèves. Qui vous dira ce dont ces enfants ont besoin? Les PAI sont rédigés très tardivement dans l'année, comment faites vous avant? Je ne dis pas que la situation des enseignants est facile, je sais bien que c'est compliqué mais sans ces aménagements, c'est l'échec assuré de ces élèves qui sont pourtant intelligent voir souvent plus intelligent que la norme. Grâce à ces aménagements, les résultats de mon fils sont plus qu'honorables, ce ne sont pas des évaluations de convenance, il est évalué sur les mêmes compétences mais différemment. Il avait 13,5 de moyenne l'année dernière avec 5 heures d'AVS et les félicitations du conseil de classe. Cette année, la 4ème est plus dure, l'AVS a été refusée, il est en difficulté lorsqu'il faut lire les textes longs. C'est énormément de travail à la maison, nos week-end sont surtout consacrés aux devoirs. Sans les aménagements, mon fils serait en perdition malgré tout le travail à la maison. L'ordinateur est pour lui tout simplement indispensable. Bien entendu, chaque enseignant fait comme il peut et il peut y avoir d'autres manières de contourner la difficulté mais lorsque l'on vous lit, vous donnez l'impression de chercher les moyens de ne pas aider ces élèves car cela vous donne du travail en plus et que ça vous fait tout simplement "chier". Je ne sais pas si vous êtes parents, mais vous avez beaucoup de chance d'avoir des enfants en bonne santé.

Mes enfants sont tous les deux porteurs de handicap , donc je connais bien la situation. Pour ma part, lorsque j'ai un ou des élèves dys dans mes classes, j'essaie de faire de mon mieux pour adapter mon enseignement par rapport à ce que je lis dans les PAI ;mais étant en langue vivante en lycée dans un établissement de centre-ville, et ayant la chance d'avoir des classes ne dépassant pas 28 élèves, j'ai la tâche plus facile que mes collègues d'autres matières qui en ont 35 ou ceux qui travaillent au collège dans des environnements moins privilégiés . Je te félicite pour tout le travail que toi et ton fils fournissez , je sais ce que ça représente en temps et en investissement. Manifestement, cela porte ses fruits et l'équipe pédagogique tient compte des difficultés dues au handicap et adapte en conséquence .
Malgré tout , ce n'est pas le cas partout ; sur le terrain, les choses commencent à bouger, mais c'est très long ( la loi de 2005 aura 10 ans bientôt). Tant que la question des moyens ne sera pas résolue ( et je vois que malheureusement ton fils en fait également les frais car on lui a retiré ses heures d'AVS), de même que celle de la formation ( même si certains refusent de se former, ce n'est pas représentatif de la majorité des collègues) j'ai bien peur que les résistances ne perdurent ...

_________________
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit"
Oscar wilde.
avatar
288
Niveau 10

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par 288 le Lun 22 Déc 2014 - 22:19
@lumeeka a écrit:
@288 a écrit:Ce qui m'étonne toujours chez les mères d'enfants ayant des problèmes de dyslexie, c'est qu'elles entretiennent l'effet au lieu de s'attaquer à la cause. Il est aujourd'hui admis pas à peu près tout le monde que ce sont les méthodes d'apprentissage de la lecture et de l'écriture qui fabriquent tout cela. Pourquoi ne pas créer un collectif avec des psys, des orthophonistes honnêtes, des enseignants et lutter pour qu'on réapprenne enfin à lire et à écrire en primaire ?
Attention, il s'agit d'une dyspraxie.
HS : Tetelleriv, ton fils est-il né prématuré ?

Il est aussi dyslexique.
avatar
lumeeka
Sage

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par lumeeka le Lun 22 Déc 2014 - 22:27
@288 a écrit:
@lumeeka a écrit:
@288 a écrit:Ce qui m'étonne toujours chez les mères d'enfants ayant des problèmes de dyslexie, c'est qu'elles entretiennent l'effet au lieu de s'attaquer à la cause. Il est aujourd'hui admis pas à peu près tout le monde que ce sont les méthodes d'apprentissage de la lecture et de l'écriture qui fabriquent tout cela. Pourquoi ne pas créer un collectif avec des psys, des orthophonistes honnêtes, des enseignants et lutter pour qu'on réapprenne enfin à lire et à écrire en primaire ?
Attention, il s'agit d'une dyspraxie.
HS : Tetelleriv, ton fils est-il né prématuré ?

Il est aussi dyslexique.
Je viens de lire, merci de ta correction : c'est encore beaucoup mais beaucoup plus complexe alors.

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/
avatar
lumeeka
Sage

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par lumeeka le Lun 22 Déc 2014 - 22:33
@palomita a écrit:
@tetelleriv a écrit:Bonsoir à tous,
Je viens de me présenter dans la partie présentation, désolée je ne l'avais pas vu et oui, je suis bien professeur. Je comprends bien les difficultés que vous pouvez éprouver, les classes sont surchargées, on a de plus en plus de PAI dans les classes, ça prend du temps et de l'énergie. Nous ne sommes pas formés et lorsque vous avez passé le concours, ces missions ne faisaient peut être pas encore partie de celles des enseignants. Mais cela fait maintenant partie du métier, que vous le vouliez ou non.  Ce qui est révoltant, et ça je le comprends, c'est que l'on a voté une loi pour dire que le gouvernement s'occupe des handicapés mais les moyens donnés aux enseignants sont nuls, nada! Et ce sont les enseignants et les enfants qui paient les pots cassés. En même temps, n'oubliez pas que vous travaillez avec des enfants, qui sans ces aménagements sont très vite en souffrance scolaire, se découragent car s'épuisent très vite. Vous semblez mal accueillir ce type de courrier, mais vous dites en même temps ne pas être formés pour ce type d'élèves. Qui vous dira ce dont ces enfants ont besoin? Les PAI sont rédigés très tardivement dans l'année, comment faites vous avant? Je ne dis pas que la situation des enseignants est facile, je sais bien que c'est compliqué mais sans ces aménagements, c'est l'échec assuré de ces élèves qui sont pourtant intelligent voir souvent plus intelligent que la norme. Grâce à ces aménagements, les résultats de mon fils sont plus qu'honorables, ce ne sont pas des évaluations de convenance, il est évalué sur les mêmes compétences mais différemment. Il avait 13,5 de moyenne l'année dernière avec 5 heures d'AVS et les félicitations du conseil de classe. Cette année, la 4ème est plus dure, l'AVS a été refusée, il est en difficulté lorsqu'il faut lire les textes longs. C'est énormément de travail à la maison, nos week-end sont surtout consacrés aux devoirs. Sans les aménagements, mon fils serait en perdition malgré tout le travail à la maison. L'ordinateur est pour lui tout simplement indispensable. Bien entendu, chaque enseignant fait comme il peut et il peut y avoir d'autres manières de contourner la difficulté mais lorsque l'on vous lit, vous donnez l'impression de chercher les moyens de ne pas aider ces élèves car cela vous donne du travail en plus et que ça vous fait tout simplement "chier". Je ne sais pas si vous êtes parents, mais vous avez beaucoup de chance d'avoir des enfants en bonne santé.

Mes enfants sont tous les deux porteurs de handicap , donc je connais bien la situation. Pour ma part, lorsque j'ai un ou des élèves dys dans mes classes, j'essaie de faire de mon mieux pour adapter mon enseignement par rapport à ce que je lis dans les PAI ;mais étant en langue vivante en lycée dans un établissement de centre-ville, et ayant la chance d'avoir des classes ne dépassant pas 28 élèves, j'ai la tâche plus facile que mes collègues d'autres matières qui en ont 35 ou ceux qui travaillent au collège dans des environnements moins privilégiés . Je te félicite pour tout le travail que toi et ton fils fournissez , je sais ce que ça représente en temps et en investissement. Manifestement, cela porte ses fruits et l'équipe pédagogique tient compte des difficultés dues au handicap et adapte en conséquence .
Malgré tout , ce n'est pas le cas partout ; sur le terrain, les choses commencent à bouger, mais c'est très long ( la loi de 2005 aura 10 ans bientôt). Tant que la question des moyens  ne sera pas résolue ( et je vois que malheureusement ton fils en fait également les frais car on lui a retiré ses heures d'AVS), de même que celle de la formation ( même si certains refusent de se former, ce n'est pas représentatif de la majorité des collègues) j'ai bien peur que les résistances ne perdurent ...
Ton expérience m’intéresse en LV. Comment fais-tu ? Attention, je suis en anglais et gros gros fossé entre la graphie et les phonèmes. De plus, beaucoup de stagiaires attendent toujours leur PAF.

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/
avatar
ycombe
Modérateur

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par ycombe le Lun 22 Déc 2014 - 22:42
@tetelleriv a écrit: Je comprends bien les difficultés que vous pouvez éprouver, les classes sont surchargées, on a de plus en plus de PAI dans les classes, ça prend du temps et de l'énergie. Nous ne sommes pas formés et lorsque vous avez passé le concours, ces missions ne faisaient peut être pas encore partie de celles des enseignants. Mais cela fait maintenant partie du métier, que vous le vouliez ou non.
Non. Nous avons pour mission d'enseigner le programme des classes qui nous sont confiées à chaque élève de ces classes. Nous ne pouvons et ne devons pas sacrifier le travail avec l'ensemble des élèves au profit d'un seul. Tout ce qui est chronophage est impossible.

 Ce qui est révoltant, et ça je le comprends, c'est que l'on a voté une loi pour dire que le gouvernement s'occupe des handicapés mais les moyens donnés aux enseignants sont nuls, nada! Et ce sont les enseignants et les enfants qui paient les pots cassés.
Franchement, tu attendais quoi de cette loi? Elle place les handicapés en milieu normal pour ne pas avoir à s'en occuper en finançant des centres spécialisés. C'était évident dès le départ. On n'allait quand même pas dégager des moyens pour que cela ait une chance de marcher au bénéfice des enfants.


En même temps, n'oubliez pas que vous travaillez avec des enfants, qui sans ces aménagements sont très vite en souffrance scolaire, se découragent car s'épuisent très vite. Vous semblez mal accueillir ce type de courrier, mais vous dites en même temps ne pas être formés pour ce type d'élèves.
La souffrance scolaire, j'en ai plein mes classes. Je suis blasé. Un de plus ou un de moins... pas de quoi m'empêcher de dormir. Je ne passerai pas plus de temps à bosser pour ça. Qu'on m'allège mes classes quand il y a un élève à besoin particulier, je trouverai le temps de lui colorier en rouge les lignes des tableaux. Sinon tant pis.


Qui vous dira ce dont ces enfants ont besoin? Les PAI sont rédigés très tardivement dans l'année, comment faites vous avant?
On ne fait rien. J'ai des parents qui exigent des adaptations, calculatrices, tiers temps, etc, en anonçant un PAI. Et souvent, ce PAI ne vient pas. Alors, maintenant, j'attends le PAI pour faire quoi que ce soit.


Je ne dis pas que la situation des enseignants est facile, je sais bien que c'est compliqué mais sans ces aménagements, c'est l'échec assuré de ces élèves qui sont pourtant intelligent voir souvent plus intelligent que la norme.
Et alors? Je dois prendre sur ma vie familiale pour que ça se passe bien pour eux? J'ai peur de ne pas avoir cette vision du métier. Pour moi, prof, c'est purement alimentaire.

_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
Cicyle
Sage

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Cicyle le Lun 22 Déc 2014 - 22:46
Je suis choquée par les propos que j'ai pu lire ici...
C'est aussi notre travail de s'adapter aux élèves et de leur permettre de réaliser les taches qu'on leur demande. Effectivement, si un élève ne "bénéficie" pas des adaptations relatives à son handicap, on l'évalue sur ce handicap et non sur la tache en elle même.
Personnellement, autant que possible j'adapte. Du coup, quand vraiment ça n'est pas possible, j'en discute avec l'élève (et, au besoin, les parents) et tout le monde se montre en général très compréhensif.
Je comprends que, lorsqu'ils se retrouvent face à des propos tels que les votres, les parents deviennent un peu "hargneux" et revendicatifs...
Contenu sponsorisé

Re: Évaluation différenciée, barème adapté : que dit la loi ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum