Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Sapotille
Empereur

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Sapotille le Mer 31 Déc 2014 - 19:28
@Cath a écrit:Ce qui ne coûte rien ne vaut rien... Comment les parents peuvent-ils accorder de la valeur aux enseignants s'ils les rémunèrent moins que leur femme de ménage ?

Pas pour les parents de ce petit suisse allemand !
Cet été, j'ai reçu un mail alors que je au Canada, dans la région de Vancouver.
Durant ce mois de décembre, j'ai reçu un mail alors que je voyageais au Burkina et au Sénégal...

Ils tiennent à moi !
Mais moi, je pars très souvent en vacances ...
C'est difficile, pour eux, parce que personne ne fait cela dans mon secteur.
Cath
Bon génie

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Cath le Mer 31 Déc 2014 - 19:50
En même temps, ils ne trouveront pas moins cher.

Bon, je t'embête parce que je suis sûre que tes cours sont d'une grande qualité et que ça m'ennuie de te voir te sous-estimer ainsi, d'autant que ça dévalue aussi le travail de tes collègues. Que tu "fasses un prix" à une famille modeste, c'est très bien, mais une famille très à l'aise doit payer "le juste prix".
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par egomet le Mer 31 Déc 2014 - 20:36
@frdm a écrit:
@Bonnie Blue a écrit:Si seulement en seconde, mon prof particulier avait pu demander 30 euros de l'heure ! J'aurais pu être dispensée de cette heure et demie de maths supplémentaire.

30 euros, ça me parait beaucoup. Un de mes amis fait du soutient via une entreprise fort connue, il est payé entre 10 et 15 euros en fonction du niveau.

Quand je demande pour quel niveau, c'est parce qu'un cours de soutient ne vaut pas le même prix en primaire et dans le supérieur. Et pour ma part, je saurais donner un cours de maths à un élève de CM2 mais certainement pas à un élève de seconde.

Pour moi, 30 euros, c'est à peine correct. Comme il a été dit plus haut, accepter de faire cours pour 10 euros/heure, c'est courir le risque de dévaloriser complètement le travail effectué. Pensez au prix que coûte une heure du dur labeur de n'importe quel avocat, même de seconde ou de troisième zone, ou consultant en tout et n'importe quoi, et vous verrez que 10 euros/heure, c'est tout simplement indécent.

Ce n'est pas forcément indécent.  Mais il faut savoir que l'heure de cours est facturée beaucoup plus cher à la famille. Plutôt entre 30 et 40 euros. En effet, il y a les charges (facilement 80% de ce que touche le professeur), plus des frais de gestion et la marge de l'entreprise. L'un dans l'autre,  ça double facilement le prix.

Alors, si tu te fais payer directement,  tu peux facilement demander 20 euros, tout en permettant à la famille de faire des économies.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Thalia de G le Mer 31 Déc 2014 - 21:11
Quand j'étais lycéenne, j'ai donné des cours d'anglais à une pitchoune : 8 francs de l'heure. Et c'est sa grand-mère, instit à la retraite qui avait fixé le prix. Années 70...

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
avatar
kero
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par kero le Mer 31 Déc 2014 - 21:20
@Bonnie Blue a écrit:Si seulement en seconde, mon prof particulier avait pu demander 30 euros de l'heure ! J'aurais pu être dispensée de cette heure et demie de maths supplémentaire.

30 euros, ça me parait beaucoup. Un de mes amis fait du soutient via une entreprise fort connue, il est payé entre 10 et 15 euros en fonction du niveau.

Quand je demande pour quel niveau, c'est parce qu'un cours de soutient ne vaut pas le même prix en primaire et dans le supérieur. Et pour ma part, je saurais donner un cours de maths à un élève de CM2 mais certainement pas à un élève de seconde.

Voilà une très bonne manière de se faire avoir. Ces entreprises privées ne font que mettre en contact élèves/enseignants, sans apporter aucune vraie valeur ajoutée. Se sucrant (copieusement) au passage, naturellement. Comme le dit egomet, si ton pote prend 10/15, l'entreprise se fait sans aucun doute au moins 25/30. Autant le faire à son compte.

Hallucinant que les gens ne s'en rendent pas compte... Rolling Eyes

Il y a quelques années, je donnais des cours privés de latin (n'ayant pour toute formation que ce que j'ai fait jusqu'au lycée + une pratique intensive depuis). Je me faisais 25 € de l'heure.
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par egomet le Mer 31 Déc 2014 - 21:32
@kero a écrit:
@Bonnie Blue a écrit:Si seulement en seconde, mon prof particulier avait pu demander 30 euros de l'heure ! J'aurais pu être dispensée de cette heure et demie de maths supplémentaire.

30 euros, ça me parait beaucoup. Un de mes amis fait du soutient via une entreprise fort connue, il est payé entre 10 et 15 euros en fonction du niveau.

Quand je demande pour quel niveau, c'est parce qu'un cours de soutient ne vaut pas le même prix en primaire et dans le supérieur. Et pour ma part, je saurais donner un cours de maths à un élève de CM2 mais certainement pas à un élève de seconde.

Voilà une très bonne manière de se faire avoir. Ces entreprises privées ne font que mettre en contact élèves/enseignants, sans apporter aucune vraie valeur ajoutée. Se sucrant (copieusement) au passage, naturellement. Comme le dit egomet, si ton pote prend 10/15, l'entreprise se fait sans aucun doute au moins 25/30. Autant le faire à son compte.

Hallucinant que les gens ne s'en rendent pas compte... Rolling Eyes

Il y a quelques années, je donnais des cours privés de latin (n'ayant pour toute formation que ce que j'ai fait jusqu'au lycée + une pratique intensive depuis). Je me faisais 25 € de l'heure.

On peut aussi le faire en se rendant compte. Tout dépend du temps que l'on veut passer à prospecter et de la protection sociale pour laquelle on veut cotiser. Les charges sociales sont beaucoup plus élevées que la marge de l'entreprise. Hallucinant que les gens ne s'en rendent pas compte...   Twisted Evil

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
avatar
kero
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par kero le Mer 31 Déc 2014 - 22:10
@egomet a écrit:On peut aussi le faire en se rendant compte. Tout dépend du temps que l'on veut passer à prospecter et de la protection sociale pour laquelle on veut cotiser. Les charges sociales sont beaucoup plus élevées que la marge de l'entreprise. Hallucinant que les gens ne s'en rendent pas compte...   Twisted Evil

Oui, c'est vrai que si, comme il se doit, on déclare tout, c'est plus nuancé.
Bouboule
Esprit éclairé

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Bouboule le Mer 31 Déc 2014 - 22:31
@Olympias a écrit:
@Bouboule a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Aujourd'hui, deux candidats ont raté le super-banco (1000€) pour n'avoir pas su épeler correctement "coccyx". Ça fait mal au cul je trouve.

Joli ;-)

Et ils ont épelé comment ?
Coq six par exemple ! Quand je vois l'orthographe de certains élèves, je suis :shock:

J'aime bien.
Quand j'ai une orthographe dans la tête, j'ai du mal à comprendre sans prononcer, c'est d'ailleurs ce que je suis obligé de faire avec certains élèves effectivement, mais là ça va ;-)
frdm
Niveau 10

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par frdm le Jeu 1 Jan 2015 - 0:30
@wanax a écrit:
@frdm a écrit:
@wanax a écrit:
Le prix doit aussi tenir compte du nombre de personnes capables d'effectuer cette tâche, nombre qui est fonction de la difficulté, de la pénibilité, du temps nécessaire à se former et du coût des études.
La non prise en compte de ce facteur explique par exemple la désaffection des étudiants pour les filières scientifiques. C'est aussi l'une des causes majeures de l'épuisement du vivier de candidats enseignants dans certaines disciplines.

Bien d'accord, mais entre un professeur des écoles et un enseignant du secondaire il n'y a pas ces différences :
_niveau de qualification identique;
_"pénibilité" de la tâche idem;
_nombre de personnes capables d'effectuer cette tâche, à peu près identique aussi.
Pour ma part, je me fais rémunérer au prix d'une heure de colle en spé, donc bien au dessus de 30 euros.
Non.
Professeurs du secondaire et professeurs des ecoles sont bac+5, alors pourquoi non ?
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par egomet le Jeu 1 Jan 2015 - 1:22
@kero a écrit:
@egomet a écrit:On peut aussi le faire en se rendant compte. Tout dépend du temps que l'on veut passer à prospecter et de la protection sociale pour la quelle on veut cotiser. Les charges sociales sont beaucoup plus élevées que la marge de l'entreprise. Hallucinant que les gens ne s'en rendent pas compte...   Twisted Evil

Oui, c'est vrai que si, comme il se doit, on déclare tout, c'est plus nuancé.

Surtout que même pour un simple particulier, c'est possible avec les chèques emploi service.

A vrai dire, je ne trouve qu'une seule vertu à ces chèques: ils permettent aux gens ordinaires de se rendre compte du vrai coût de la protection sociale.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par User5899 le Jeu 1 Jan 2015 - 1:53
@LouisBarthas a écrit:
Cripure a écrit:Par ailleurs, ça me fait bien rire, l'histoire de l'orthographe qui se fixe à 18 ans... Je suis profondément convaincu que ce qui n'est pas su fermement à 13-14 ans ne sera jamais fixé.
L'essentiel doit être fixé à la fin de la scolarité primaire, au CM2.
Après, ce sont des améliorations de détails, une meilleure compréhension, l'automatisation des exceptions, des singularités, l'attention portée à certaines règles difficiles jamais vraiment intégrées comme l'accord du participe passé des verbes pronominaux.
Nous sommes d'accord.



@Sapotille a écrit:
@frdm a écrit:
Pour ma part, je me fais rémunérer au prix d'une heure de colle en spé, donc bien au dessus de 30 euros.

Oui, mais tu es professeur !
Demander plus de 10 euros pour expliquer à un môme la différence entre "c'est et s'est" et lui faire faire une bonne quantité d'exercices pour qu'il automatise la règle, ce serait abuser !
Ce que j'enseigne n'a pas tant de valeur à mes yeux !
D'un autre côté, si j'en crois les bulletins trimestriels que je lis, il y a chez les enseignants du secondaire de moins en moins de personnes capables de distinguer "c'est" de "s'est". Donc...
Quand on me demande des cours particuliers, je demande 100€ de l'heure, en faisant remarquer qu'avec les cours du quotidien, c'est gratuit, et bien suffisant si on bosse un peu. En général, ils abandonnent ou vont voir quelqu'un d'autre, ce qui me convient tout à fait.



@wanax a écrit:
@frdm a écrit:
@wanax a écrit:
Le prix doit aussi tenir compte du nombre de personnes capables d'effectuer cette tâche, nombre qui est fonction de la difficulté, de la pénibilité, du temps nécessaire à se former et du coût des études.
La non prise en compte de ce facteur explique par exemple la désaffection des étudiants pour les filières scientifiques. C'est aussi l'une des causes majeures de l'épuisement du vivier de candidats enseignants dans certaines disciplines.

Bien d'accord, mais entre un professeur des écoles et un enseignant du secondaire il n'y a pas ces différences :
_niveau de qualification identique;
_"pénibilité" de la tâche idem;
_nombre de personnes capables d'effectuer cette tâche, à peu près identique aussi.
Pour ma part, je me fais rémunérer au prix d'une heure de colle en spé, donc bien au dessus de 30 euros.
Non.
Ah. Sur quoi cela repose-t-il ? Si j'étais méchant, je dirais qu'on trouve chez les deux autant d'incompétents.
avatar
wanax
Fidèle du forum

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par wanax le Jeu 1 Jan 2015 - 4:33
@frdm a écrit:
@wanax a écrit:
@frdm a écrit:

Bien d'accord, mais entre un professeur des écoles et un enseignant du secondaire il n'y a pas ces différences :
_niveau de qualification identique;
_"pénibilité" de la tâche idem;
_nombre de personnes capables d'effectuer cette tâche, à peu près identique aussi.
Pour ma part, je me fais rémunérer au prix d'une heure de colle en spé, donc bien au dessus de 30 euros.
Non.
Professeurs du secondaire et professeurs des ecoles sont bac+5, alors pourquoi non ?
Prenons deux ingénieurs, l'un centralien, l'autre ayant fait une école payante avec prépa intégrée. Même si les deux cursus durent tous les deux 5 ans, personne n'ira dire qu'ils ont un même niveau de qualification.
La substance des études et la difficulté du concours qui les ouvre ou les clôture ne sont pas comparables.
( Pour ce qui est du nombre de personnes capables d'effectuer les tâches des uns et des autres, je m'inscris également en faux. )
avatar
kero
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par kero le Jeu 1 Jan 2015 - 4:51
@wanax a écrit:
@frdm a écrit:
@wanax a écrit:
Non.
Professeurs du secondaire et professeurs des ecoles sont bac+5, alors pourquoi non ?
Prenons deux ingénieurs, l'un centralien, l'autre ayant fait une école payante avec prépa intégrée. Même si les deux cursus durent tous les deux 5 ans, personne n'ira dire qu'ils ont un même niveau de qualification.
La substance des études et la difficulté du concours qui les ouvre ou les clôture ne sont pas comparables.
( Pour ce qui est du nombre de personnes capables d'effectuer les tâches des uns et des autres, je m'inscris également en faux. )

Dans le même ordre d'idée, c'est une spécificité totalement française de définir le niveau de qualification d'étude par cette curieuse expression "bac+X", que j'ai découvert arrivant ici. En Suisse d'où j'arrive, en Italie ou en Allemagne également, ça ne viendrait à l'idée de personne d'évaluer la qualification d'une personne de cette manière. Le nombre d'années d'études ne veut rien dire en soi.
frdm
Niveau 10

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par frdm le Jeu 1 Jan 2015 - 10:41
@wanax a écrit:
@frdm a écrit:
@wanax a écrit:
Non.
Professeurs du secondaire et professeurs des ecoles sont bac+5, alors pourquoi non ?
Prenons deux ingénieurs, l'un centralien, l'autre ayant fait une école payante avec prépa intégrée. Même si les deux cursus durent tous les deux 5 ans, personne n'ira dire qu'ils ont un même niveau de qualification.
La substance des études et la difficulté du concours qui les ouvre ou les clôture ne sont pas comparables.
( Pour ce qui est du nombre de personnes capables d'effectuer les tâches des uns et des autres, je m'inscris également en faux. )

Bien entendu un type qui a fait l'X n'a pas du tout le même niveau que quelqu'un sortant des mines d'alès, mais la comparaison se fait ici entre des personnes enseignant dans le secondaire (certifiés dans 90% des cas) et des professeurs des écoles puisque je vous rappelle que le point initial était que je ne voyais pas pourquoi on rémunérerait les heures de cours particulier en fonction du niveau enseigné (en particulier primaire vs secondaire). Je ne pense pas que le capes soit plus difficile que le crpe, votre analogie ne s'applique pas. Croyez-moi quand je vous dis que je suis bien conscient que tous les bac+5 ne se valent pas, c'est juste que je pense que capes et crpe sont du même niveau. Et j'ajoute que dans certaines matières, il n'est pas si évident que l'agrégation soit "au-dessus" du capes.


Dernière édition par frdm le Jeu 1 Jan 2015 - 10:45, édité 1 fois
frdm
Niveau 10

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par frdm le Jeu 1 Jan 2015 - 10:44
@kero a écrit:
@wanax a écrit:
@frdm a écrit:
Professeurs du secondaire et professeurs des ecoles sont bac+5, alors pourquoi non ?
Prenons deux ingénieurs, l'un centralien, l'autre ayant fait une école payante avec prépa intégrée. Même si les deux cursus durent tous les deux 5 ans, personne n'ira dire qu'ils ont un même niveau de qualification.
La substance des études et la difficulté du concours qui les ouvre ou les clôture ne sont pas comparables.
( Pour ce qui est du nombre de personnes capables d'effectuer les tâches des uns et des autres, je m'inscris également en faux. )

Dans le même ordre d'idée, c'est une spécificité totalement française de définir le niveau de qualification d'étude par cette curieuse expression "bac+X", que j'ai découvert arrivant ici. En Suisse d'où j'arrive, en Italie ou en Allemagne également, ça ne viendrait à l'idée de personne d'évaluer la qualification d'une personne de cette manière. Le nombre d'années d'études ne veut rien dire en soi.

C'est absolument faux, les salaires d'embauche des ingénieurs français dépendent étroitement du prestige de l'école dont ils sont issus, donc on fait très bien la distinction entre les bonnes écoles (groupe A) et les autres. Je dirais même que c'est une pratique qui est très critiquée et souvent mise en exergue pour pointer du doigt "l'élitisme" du système français.


Dernière édition par frdm le Jeu 1 Jan 2015 - 16:14, édité 1 fois
avatar
Bonnie Blue
Niveau 9

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Bonnie Blue le Jeu 1 Jan 2015 - 11:15
Non Cripure, les cours du quotidien ne sont pas suffisants si on bosse un peu, parole de quelqu'un qui a passé une heure par jour, et plus de deux le mercredi à faire des maths en sixième pour enfin obtenir une moyenne de 11 au troisième trimestre.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par User5899 le Jeu 1 Jan 2015 - 15:41
@frdm a écrit:j'ajoute que dans certaines matières, il n'est pas si évident que l'agrégation soit "au-dessus" du capes.
Je suis d'accord également. En lettres, quand le Capes était strictement disciplinaire, il était dépourvu de tout programme, à la différence de l'agrégation, ce qui rendait les péreuves potentiellement plus difficiles. Après, bien sûr, il y a également le critère du nombre de places qui intervient dans la difficulté, non pas intrinsèque, mais "à réussir".

@Bonnie Blue a écrit:Non Cripure, les cours du quotidien ne sont pas suffisants si on bosse un peu, parole de quelqu'un qui a passé une heure par jour, et plus de deux le mercredi à faire des maths en sixième pour enfin obtenir une moyenne de 11 au troisième trimestre.
Soit.
cliohist
Habitué du forum

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par cliohist le Ven 2 Jan 2015 - 11:45
.
La question de l'orthographe à l'université, une nouveauté?
30 décembre 2014 |  Par Claude Lelièvre
http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-lelievre/301214/la-question-de-lorthographe-luniversite-une-nouveaute

Il cite Albert Duruy, normalien et publiciste, "le premier titulaire du cours de littérature dispensé en Sorbonne à l'attention des jeunes filles", sans doute le fils du ministre de NIII
https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Duruy
« L’orthographe des étudiants en lettres est devenue si défectueuse que la Sorbonne s’est vue réduite à demander la création d’une nouvelle maîtrise de conférences, dont le titulaire aurait pour principale préoccupation de corriger les devoirs de français des étudiants de la faculté des lettres » ( Albert Duruy, « L’instruction publique et la démocratie », 1886)

2 autres extraits (Flaubert, Proust enfants) ont été repris d'une chronique de Greilsamer (07.02.2005) :
« Je suis dévoré d'impatience de voir le meilleur de mes amis celui avec lequel je serait toujours amis nous nous aimerons, ami qui sera toujours dans mon cœur. Oui ami depuis la naisance jusqua la mort »
« Mon cher grand-père pardonne moi de mon péché car j'ai moin mangé qu'a l'ordinaire j'ai pleuré pendant un cardeur aprè cela j'était en senglot (...)»
(le web a archivé une autre correspondance de Proust parlant de biscotte à tremper... :-)

Luigi les a mentionnés sur La vie moderne 04.05.2012
et cités sur Neoprofs en sept 2013 :
http://www.neoprofs.org/t64745p20-numerique-vive-les-fautes-dorthographe-vive-la-mediocrite

(dsl en cas de doublon)
.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par User5899 le Ven 2 Jan 2015 - 12:22
En déplaçant le problème sur la question de la nouveauté, je pense qu'on noie le poisson. Imaginons Monsieur Lelièvre professeur de médecine. "Comment ça, le cancer progresse ? C'est n'importe quoi. Regardez, en 1970, déjà, les médecins se plaignent de la progression du cancer. C'est du déclinisme ridicule".
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par egomet le Ven 2 Jan 2015 - 12:36
Cripure a écrit:En déplaçant le problème sur la question de la nouveauté, je pense qu'on noie le poisson. Imaginons Monsieur Lelièvre professeur de médecine. "Comment ça, le cancer progresse ? C'est n'importe quoi. Regardez, en 1970, déjà, les médecins se plaignent de la progression du cancer. C'est du déclinisme ridicule".

Exemple mal choisi. Le cancer ne progresse pas. L'espérance de vie augmente, donc les chances de mourir avant d'avoir déclaré son cancer diminuent. C'est surtout le diagnostic qui progresse. On détecte les cancers bien plus tôt. De ce fait, les chances de survie ont considérablement augmenté.

Mais pour l'orthographe,  je n'ai aucun doute. Si on donnait une dictée de brevet des années 80 à une classe de troisième,  la moitié des élèves auraient zéro. 

Tu as raison sur le fond, la nouveauté n'existe pas. Si on ne peut pas quantifier le phénomène,  ça ne veut rien dire. Par ailleurs, ce qui est le plus important, c'est la tendance. Il y a eu des périodes de plus grande violence/ pauvreté/ ignorance que la nôtre. Et alors?

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par User5899 le Ven 2 Jan 2015 - 12:58
@egomet a écrit:
Cripure a écrit:En déplaçant le problème sur la question de la nouveauté, je pense qu'on noie le poisson. Imaginons Monsieur Lelièvre professeur de médecine. "Comment ça, le cancer progresse ? C'est n'importe quoi. Regardez, en 1970, déjà, les médecins se plaignent de la progression du cancer. C'est du déclinisme ridicule".

Exemple mal choisi.
Tss tss... Quelle démagogie 😢

Spoiler:
Ne me ménagez pas. Il faut écrire :

Spoiler:
Exemple mal choisi !
avatar
Presse-purée
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Presse-purée le Ven 2 Jan 2015 - 13:06
@ cliohist: nous en parlions il y a quelques pages. L'existence de la rhétorique décliniste ne doit pas occulter le constat d'un problème dans l'enseignement de la langue, de même que le fait que certains auteurs aient eu une orthographe déficiente ne doit pas empêcher les enseignants de faire en sorte de stabiliser l'orthographe de leurs elèves.

Trois remarques au passage:
1) on a clairement établi le lien entre orthographe et compréhension de texte. Travailler l'orthographe, c'est aussi travailler la compréhsion de texte,
2) le ministère sort tout de même des stats inquiétantes et en maîtrise de la langue et en compréhension de l'écrit,
3) entre les extraits que tu cites de Proust ou Flaubert et les écrits des élèves en grande difficulté aujourd'hui (voire d'une majorité d'élèves tout court), il y a une différence. Il faudrait dresser la typologie des erreurs d'auj, mais je pense que c'est l'orthographe grammaticale qui pose problème. Si tu préfères, ce que tu cites des auteurs ou de Duruy indique que, si les étudiants commentaient des erreurs, elles n'altéraient pas le sens général du propos, ce qui est loin d'être le cas auj.

En fait, je trouve Lelièvre (et ceux qui utilisent son article pour dire que finalement, tout cela n'est pas si grave) très paresseux sur ce coup...

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
cliohist
Habitué du forum

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par cliohist le Ven 2 Jan 2015 - 13:18
@Presse-purée a écrit:
En fait, je trouve Lelièvre (et ceux qui utilisent son article pour dire que finalement, tout cela n'est pas si grave) très paresseux sur ce coup...

Pas d'opinion sur ce coup.
Juste le plaisir de rappeler que le web est un bon outil d'archivage, au moins sur ce qui a été écrit depuis une quinzaine d'années.
Et qu'un forum de profs a aussi ses marronniers, "ses articles de circonstance publiés traditionnellement à certaines dates"


Dernière édition par cliohist le Ven 2 Jan 2015 - 15:06, édité 1 fois
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par egomet le Ven 2 Jan 2015 - 14:16
Cripure a écrit:
@egomet a écrit:
Cripure a écrit:En déplaçant le problème sur la question de la nouveauté, je pense qu'on noie le poisson. Imaginons Monsieur Lelièvre professeur de médecine. "Comment ça, le cancer progresse ? C'est n'importe quoi. Regardez, en 1970, déjà, les médecins se plaignent de la progression du cancer. C'est du déclinisme ridicule".

Exemple mal choisi.
Tss tss... Quelle démagogie 😢

Spoiler:
Ne me ménagez pas. Il faut écrire :

Spoiler:
Exemple mal choisi !

J'aurais dû savoir que le noir vous traumatiserait, cher maître.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
Bouboule
Esprit éclairé

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Bouboule le Ven 2 Jan 2015 - 14:31
Moi, je compare juste les réponses de mes élèves à plusieurs années d'intervalle, sur des sujets qui n'ont pas changé.
Il n'y a même plus de cohérence dans les fautes d'une ligne à l'autre.
avatar
Igniatius
Guide spirituel

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Igniatius le Ven 2 Jan 2015 - 14:49
@Bouboule a écrit:Moi, je compare juste les réponses de mes élèves à plusieurs années d'intervalle, sur des sujets qui n'ont pas changé.
Il n'y a même plus de cohérence dans les fautes d'une ligne à l'autre.

+1

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
Contenu sponsorisé

Re: L'orthographe chez les étudiants et les élèves en France... (actu Figaro Etudiant)

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum