Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par egomet le Sam 3 Jan 2015 - 15:18

@Bonnie Blue a écrit:
@egomet a écrit:
@Provence a écrit:Tu es tombée sur des cons; cela ne signifie pas qu'il n'y ait pas de prise de conscience au niveau du ministère. Une expérience personnelle ne constitue heureusement pas une loi générale.

Que certains soient lâches ou s'aveuglent volontairement, c'est possible. Mais cela ne signifie pas que personne ne fasse rien, dans les établissements comme dans l’institution.

Il y a des plans contre la violence, mais il me semble que le ministère envoie des pompiers éteindre les incendies qu'il crée. 

Les nombreux obstacles juridiques à un renvoi permettent à des voyous de se pavaner.
Le passage automatique dans la classe supérieure maintient dans les collèges des adolescents qui n'ont rien à y faire, sinon les imbéciles. 
Les ZEP créent des ghettos. D'une façon générale,  avec la carte scolaire,  il est plus difficile pour les familles de mettre leurs enfants à l'abri. 

On pourrait parler des postes de surveillants et d'AVS. 
Ou de l'indigence de la formation sur la gestion de classe, voire le côté néfaste de certains préceptes.

Je n'étais pas dans un collège de ZEP. Il n'a jamais été question de sanctions à l'égard de ceux qui me pourrissaient la vie. Il ne me semble pas que sanctionner un élève soit impossible quand on met un avertissement de conduite et une semaine d'exclusion à une élève parce qu'elle crie après ceux qui la torturent.

Conseil donné par les CPE, PP et chefs d'établissement à l'époque "ne t'énerve pas, ça les amuse". Facile à dire.

Quand on se fait punir parce qu'on ose crier de douleur après avoir reçu un coup, il faudra me dire où est la logique. On peut punir l'élève qui crie mais pas celui qui frappe ? Ah ouais pardon. Crier, ça s'entend, frapper, ça ne se voit pas.

Évidemment, ça peut arriver partout. Et c'est très triste. Mais la question portait sur la réponse de l'institution. 

Presque n'importe quel gamin est susceptible de devenir un tortionnaire, selon les circonstances. 
Ce qui compte pour nous est de savoir ce qui est fait, à chaque niveau,  pour éviter ça et ce qui risque au contraire d'entretenir les mauvais comportements.

Nous savons que l'essentiel se joue au niveau des établissements,  en particulier de la direction. 
Cependant il existe de mauvaises incitations au niveau supérieur. Ces incitations ne signifient pas qu'on va nécessairement basculer dans la violence. Heureusement!  Mais elles créent un climat malsain.
Je vois surtout que la loi, bien loin de protéger,  retarde nombre de décisions nécessaires. On peut toujours les prendre, mais on hésite,  on perd du temps, on laisse pourrir la situation avant de s'y résoudre.

egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Bonnie Blue le Sam 3 Jan 2015 - 15:49

Même si on ne parvient pas à éviter les mauvais comportements, même si les élèves harceleurs se moquent des punitions, ne pas sanctionner un élève qui subit le harcèlement et tenir un discours qui montre que c'est le harcèlement qui est inadmissible et pas le fait de réagir par des crises de nerfs, c'est déjà aider beaucoup plus l'élève qui est victime que de punir l'élève qui se fait entendre quand on le torture. Et ça ne me parait pas être une tâche insurmontable. Ne pas engueuler un élève qui vient d'essayer d'enjamber le balcon du deuxième étage non plus.
Ce que je dis peut paraître violent, je le conçois, mais si j'ai pu pardonner à ces adolescents qiui, au même âge que moi, m'ont fait du mal, je crois que jamais je ne pourrais pardonner aux adultes qui ont accru cette douleur.

On ne lutte pas contre le harcèlement en sanctionnant les victimes. Mais on vit dans une société où il y a des lois contre les SDF et pas contre la pauvreté et où on demande à une femme qui a été violée si elle portait une mini jupe, donc ça n'est pas spécifique à l'éducation nationale ni étonnant.
avatar
Bonnie Blue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Ergo le Sam 3 Jan 2015 - 15:59

Bonnie Blue, je pense que la grande majorité des gens sera d'accord avec cela: sanctionner les coupables, pas les victimes, sanctionner tout de suite les comportements sans les minimiser.

Cela demande avant tout des moyens humains: des AED en nombre suffisant (ne serait-ce que pour la cour et les couloirs), des effectifs réduits dans les classes etc.

Et cela demande une véritable éducation qui passe par autre chose que trois/quatre clips sur le harcèlement à l'école.
avatar
Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Bonnie Blue le Sam 3 Jan 2015 - 16:31

Je veux bien le croire, mais ce n'est pas ce que j'ai observé. Ce n'était pas une question de "pas assez de personnel", la bonne blague. C'était une question de volonté.
Idée de technique quand on est seul face à une classe : quand deux élèves, comme à leur habitude, lynchent leur camarade en classe après qu'elle a pris la parole pour répondre à une question, au lieu de rédiger un rapport au nom de l'élève lynchée qui essaye de se défendre, pourquoi ne pas inscrire les noms des petites pestes ?

Oui, ça demande bien autre chose que des petits clips.

Tout ce que j'ai vécu de la part d’enseignants, CPE et principal était évitable. Qu'on me dise que lutter contre le harcèlement est difficile, je l'admets volontiers. Mais punir les victimes est impardonnable et inadmissible, rien ne le justifie, ni le fait de ne pas pouvoir bien agir contre les coupables, ni le fait de ne pas avoir assez d'AED, ni rien.

Trouve une bonne excuse à ce pion qui, alors que je m'étais réfugiée aux toilettes pour essayer d'avoir la paix et que je donnais des coups sur les doigts de ceux qui l'escaladaient pour me regarder tandis que d'autres me lançaient des mouchoirs mouillés est venu ouvrir la porte de l'extérieur pour me sortir des WC en me tirant le bras devant tout le monde comme si c'était moi qui avait fait une connerie.
avatar
Bonnie Blue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Ergo le Sam 3 Jan 2015 - 16:41

Ah, ben, te lire me fait me rappeler la partie de mon message que je n'ai pas écrite parce que je ne me rappelais plus ce que je voulais y mettre.

Quels que soient les moyens alloués, tant qu'il y aura des imbéciles dans toutes les strates, les dysfonctionnements continueront.

Nous sommes plusieurs ici à avoir pu témoigner de harcèlement dans l'EN (de la part d'autres élèves, de profs, de tuteurs, de hiérarchie...): ici, c'est bien un problème de personnes et cela, le seul moyen de le combattre, c'est l'éducation.

Ca vaut également pour la manière dont ces faits sont rapportés: je renvoie de nouveau au titre de l'article parlant de "blague de potache".
avatar
Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Bonnie Blue le Sam 3 Jan 2015 - 17:47

Je te remercie de reconnaître que c'est une question de personne avant d'être une question de moyens. Le professeur de l'article n'a pas réagit alors qu'il aurait pu dès l'entrée en classe délivrer cet élève et punir les auteurs de cette "blague". Il est, à mes yeux, plus coupable que les élèves qui ont eu cette idée.
Les élèves ont été exclus, c'est heureux, mais ce professeur ?
Le ton de l'article me déplait. Est-il besoin de dire que ce garçon était heureux et populaire avant de changer d'établissement ? Ça aurait été moins grave s'il avait toujours été dans l'ombre ?

J'avoue que je peux paraître pénible, mais vraiment, j'ai beaucoup de mal avec cette question du harcèlement scolaire. Que des mômes s'amusent aux dépends d'un de leurs camarades prouve déjà qu'ils n'ont pas appris l'empathie et c'est quand même particulièrement grave, d'autant qu'ils peuvent très bien faire partie de l'élite plus tard et devenir politiciens, grands patrons etc (d'ailleurs, c'est bien parce qu'ils ont 18 de moyenne qu'ils ne sont pas inquiétés, si on est le souffre-douleur, mieux vaut ne pas avoir de difficultés scolaires, dans aucune matières). Que des AED, professeurs, CPE, principaux laissent faire, cela prouve qu'ils ne voient pas où est le problème. "vas me les chercher" m'avait dit le CPE que j'étais allée voir pour me plaindre de harcèlement. Que la victime soit punie, ça montre qu'il y a vraiment un énorme problème.

Lorsqu'il est question de harcèlement scolaire dans les articles et documentaires, il est toujours dit que c'est une "face cachée de l'école". Face cachée, mes fesses oui (pardon d'être grossière). Qu'on feint de ne pas voir plutôt.
Oui, blague de potache, ça sous entend que la victime a trouvé ça marrant. Autre excuse bidon qu'on m'avait sortie "oh, c'est une blague, c'est pas méchant". Il se peut que je n'ai absolument pas d'humour, mais moi, qu'on m'arrache les cheveux et qu'on me tourne autour en chantant une chanson inventée à mon sujet, ça ne me faisait pas marrer.
avatar
Bonnie Blue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par karjos le Dim 4 Jan 2015 - 13:54

@Bonnie Blue a écrit:Oui, blague de potache, ça sous entend que la victime a trouvé ça marrant. Autre excuse bidon qu'on m'avait sortie "oh, c'est une blague, c'est pas méchant". Il se peut que je n'ai absolument pas d'humour, mais moi, qu'on m'arrache les cheveux et qu'on me tourne autour en chantant une chanson inventée à mon sujet, ça ne me faisait pas marrer.

Il est évident qu'il ne s'agit pas d'une blague lorsqu'il y a violence et que cela n'a rien à voir avec le sens de l'humour, tout comme il est tout aussi évident à mes yeux que la violence est l'une des expressions les plus abouties de la faiblesse, et que ceux qui l'utilisent ou la cautionnent sans y voir aucun problème sont des gens faibles...
avatar
karjos
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Bonnie Blue le Dim 4 Jan 2015 - 16:20

Je suis bien d'accord avec toi, mais quand on souffre des agissements de ses camarades, ça nous fait une belle jambe de savoir que c'est la preuve qu'ils sont faibles (stupides, pour rester polie, me parait plus approprié).
Ce garçon russe ne ressuscitera pas parce qu'on dit que ses bourreaux sont faibles.
avatar
Bonnie Blue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par baboben5 le Sam 10 Jan 2015 - 1:41

Bonnie Blue soulève qqchose d'essentiel à cause de sa propre expérience.

Quand je demande l'exclusion (en vain et face à la passivité de collègues) d'élèves qui ont été insultant, insolents et violents contre les professeurs ou autres personnels, certains me rétorquent une réponse du style : "Oui mais bon, ce sont que des gosses, faut pas le prendre pour soit, si on les vire, que vont-ils devenir ? bla bla bla".
Ce que beaucoup oublient, c'est que lorsque des élèves ont une telle attitude avec nous, adultes, il y a beaucoup de leurs "camarades" qui ont déjà souffert d'un comportement violent (physiquement ou verbalement) et que ce sont ces élèves gentils qu'il faut d'abord protéger. Alors l'élève dangereux, il faut le sanctionner lourdement et/ou exclure pour protéger les autres. La discussion et la pédagogie d'abord, évidemment, mais pas uniquement.

Bonnie nous montre également un aspect essentiel des ados (et futurs adultes) que certains collègues et parents ne voient pas : être très gentils en façade et être de véritable enf**rés par derrière.

Le problème du harcèlement et de la violence en général est minimisé dans beaucoup d'établissements (mais pas tous) car les chefs ont besoin de bonnes statistiques pour faire avancer leur carrière, sous la surveillance des recteurs, inspecteurs et politiciens. "Regardez, tout va bien dans les EPLE ! On fait un super travail, votez pour nous !!" Dans d'autres (ce qui me semble avoir été le cas pour Bonnie), c'est par méconnaissance du problème...
avatar
baboben5
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Bonnie Blue le Sam 10 Jan 2015 - 13:19

Voilà, il y a ces élèves qui ont une très bonne bouille devant les enseignants et en font voir de toutes les couleurs à leurs camarades.
Cependant, dans mon cas, ce n'était pas une méconnaissance, c'était connu de tous. Il y avait simplement la considération que hurler après ses gentils camarades, ça ne se fait pas.

"Oui, mais tu démarres au quart de tour" me disait ma PP en 4ème. Figurez vous que les voitures, pour qu'elles démarrent, il faut y mettre une clé. Ben là, c'est pareil. Et allez garder votre calme quand c'est tous les jours, sans cesse, toute la journée, par le biais de plusieurs personnes à la fois.
Surtout, allez garder votre calme quand vous savez que même si vous tenez bon deux semaines, ça ne servira à rien, et que même, ça se retournera contre vous "Bonnie Blue", écrivait ma PP dans mon carnet, "est prévenue qu'à la moindre incartade [comprenez : la prochaine fois qu'on entendra le son de sa voix] elle aura un rapport. L'expérience a prouvé qu'elle était tout à fait capable de se maîtriser quand elle se force".

C'est pas un problème de manque de connaissance, c'est simplement qu'il est plus facile de se dire que si un élève est harcelé, ben c'est de sa faute et que s'il y a dix personnes contre lui, c'est qu'il l'a bien cherché aussi. Punir une personne est plus facile que d'en punir dix.
Et quand cette personne fait une tentative de suicide, plutôt que de faire en sorte qu'elle aille mieux, c'est plus simple de dire "ben en même temps, elle a qu'à pas prendre tout à coeur comme ça aussi".
"Faut pas t'énerver, c'est ce qu'ils cherchent, ça leur fait plaisir". Ben je le savais bien, seulement, ça m'était impossible. Ca revient à dire "t'as qu'à pas porter une mini-jupe si tu veux pas te faire violer". Ou "faut pas faire de caricature du prophète si tu veux pas te faire assassiner" tant qu'à faire.

J'avais aussi entendu "oui, mais il est jeune". "Il" avait le même âge que moi. Pourquoi est-ce que certains auraient droit à une jeunesse insouciante, sans empathie et les autres n'auraient droit qu'à une jeunesse de souffrance, où justement, le fait d'être jeune n'est pas une excuse au fait de ne pas rester stoïque face au harcèlement ?

En ces jours sombres, je m'en veux de repenser à tout cela quand il s'est déroulé des événements tellement plus graves. Cependant, "jamais on n'a vu la timide innocence passer subitement à l'extrême licence". Et peut-être est-ce justement le jour pour y songer.
avatar
Bonnie Blue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Rendash le Sam 10 Jan 2015 - 13:24

"En ces jours sombres, je m'en veux de repenser à tout cela quand il s'est déroulé des événements tellement plus graves. "

Je crois au contraire que c'est plus que jamais le bon moment. Ou plutôt, qu'il n'y aura jamais de mauvais moments pour affirmer ce genre de choses.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par baboben5 le Dim 11 Jan 2015 - 22:38

@Bonnie Blue a écrit:
J'avais aussi entendu "oui, mais il est jeune". "Il" avait le même âge que moi. Pourquoi est-ce que certains auraient droit à une jeunesse insouciante, sans empathie et les autres n'auraient droit qu'à une jeunesse de souffrance, où justement, le fait d'être jeune n'est pas une excuse au fait de ne pas rester stoïque face au harcèlement ?


veneration Bel argument, je me le note qqpart. Ca pourra servir un jour dans une discussion avec des bisounours...
avatar
baboben5
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Bonnie Blue le Dim 11 Jan 2015 - 22:44

Tu appelles "bisounous" les gens qui considèrent que les victimes l'ont mérité ?
J'appelle ça des s******. Je doute que ceux qui m'ont fait subir cela (je parle des adultes) puissent entendre raison. C'est que c'est emmerdant un jeune qui souffre. Je veux dire, pas en silence.
avatar
Bonnie Blue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par baboben5 le Dim 11 Jan 2015 - 22:51

Non, bisounours ceux qui ne veulent pas sanctionner comme il se doit les élèves violents contre d'autres au prétexte de la jeunesse (prétexte pour cacher d'autres raisons).
avatar
baboben5
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moscou : un collégien harcelé meurt en pleine classe.

Message par Bonnie Blue le Dim 11 Jan 2015 - 22:58

C'est vrai que c'est un autre aspect du problème, et pas des moindres.
avatar
Bonnie Blue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum