Modernité du cours magistral

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le cours magistral, c'est...

1% 1% 
[ 1 ]
7% 7% 
[ 13 ]
3% 3% 
[ 5 ]
4% 4% 
[ 8 ]
2% 2% 
[ 3 ]
5% 5% 
[ 10 ]
40% 40% 
[ 80 ]
38% 38% 
[ 78 ]
 
Total des votes : 198

Re: Modernité du cours magistral

Message par Seifer le Lun 5 Jan 2015 - 21:44

Moi c'était de l'ironie. Very Happy

Seifer
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Elyas le Lun 5 Jan 2015 - 21:45

Tdk2, tu pourras montrer des exemples de prises de notes d'élèves, de travaux et des exemples de tes sujets de contrôle, je suis vraiment intéressé. Édit : et une photo de ton tableau, pour comprendre ce que tu as fugacement décrit .


Dernière édition par Elyas le Lun 5 Jan 2015 - 21:46, édité 1 fois

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Olympias le Lun 5 Jan 2015 - 21:45

@Isis39 a écrit:Septième et seifer vous me rassurez sur mes propres élèves.
Oh...on dirait les miens ... Mais ils sont en seconde.... Laughing affraid furieux furieux

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Isis39 le Lun 5 Jan 2015 - 21:47

@Seifer a écrit:Moi c'était de l'ironie. Very Happy
Je fatigue en cette première journée de reprise. Sleep

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par TDK2 le Lun 5 Jan 2015 - 21:50

@Elyas a écrit:Tdk2, tu pourras montrer des exemples de prises de notes d'élèves, de travaux et des exemples de tes sujets de contrôle, je suis vraiment intéressé. Édit : et une photo de ton tableau, pour comprendre ce que tu as fugacement décrit .

Ok, je te ferai un paquet d'ici la fin de la semaine avec des éléments. Je suis curieuse d'avoir des retours de collègues totalement extérieurs à mon établissement et je n'ai jamais eu l'occasion d'avoir de réelles formations, ce qui m'a amené à procéder de manière très empirique et je suis très curieuse de vos remarques histoire de ne pas m'encroûter.

@ al-qalam : Par la pratique. Je leur fais un cours de méthodologie pour la forme et les rassurer, en expliquant notamment le principe des inscriptions au tableau pour marquer les étapdes du raisonnement et je les jette dans le bain en leur indiquant que "je leur tends une main républicaine, généreuse mais ferme". En fait, les premiers cours sont très stressants car il faut être extrêmment précis et clair.

TDK2
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par benji_du95 le Lun 5 Jan 2015 - 21:56

@TDK2 a écrit:
@Elyas a écrit:Tdk2, tu pourras montrer des exemples de prises de notes d'élèves, de travaux et des exemples de tes sujets de contrôle, je suis vraiment intéressé. Édit : et une photo de ton tableau, pour comprendre ce que tu as fugacement décrit .

Ok, je te ferai un paquet d'ici la fin de la semaine avec des éléments. Je suis curieuse d'avoir des retours de collègues totalement extérieurs à mon établissement et je n'ai jamais eu l'occasion d'avoir de réelles formations, ce qui m'a amené à procéder de manière très empirique et je suis très curieuse de vos remarques histoire de ne pas m'encroûter.

@ al-qalam : Par la pratique. Je leur fais un cours de méthodologie pour la forme et les rassurer, en expliquant notamment le principe des inscriptions au tableau pour marquer les étapdes du raisonnement et je les jette dans le bain en leur indiquant que "je leur tends une main républicaine, généreuse mais ferme". En fait, les premiers cours sont très stressants car il faut être extrêmment précis et clair.

Tu passes combien de temps sur la Révolution en 4ème?
Tu fais les chapitres du programme ou ton propre programme?

benji_du95
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par TDK2 le Lun 5 Jan 2015 - 22:00

@benji_du95 a écrit:
@TDK2 a écrit:
@Elyas a écrit:Tdk2, tu pourras montrer des exemples de prises de notes d'élèves, de travaux et des exemples de tes sujets de contrôle, je suis vraiment intéressé. Édit : et une photo de ton tableau, pour comprendre ce que tu as fugacement décrit .

Ok, je te ferai un paquet d'ici la fin de la semaine avec des éléments. Je suis curieuse d'avoir des retours de collègues totalement extérieurs à mon établissement et je n'ai jamais eu l'occasion d'avoir de réelles formations, ce qui m'a amené à procéder de manière très empirique et je suis très curieuse de vos remarques histoire de ne pas m'encroûter.

@ al-qalam : Par la pratique. Je leur fais un cours de méthodologie pour la forme et les rassurer, en expliquant notamment le principe des inscriptions au tableau pour marquer les étapdes du raisonnement et je les jette dans le bain en leur indiquant que "je leur tends une main républicaine, généreuse mais ferme". En fait, les premiers cours sont très stressants car il faut être extrêmment précis et clair.

Tu passes combien de temps sur la Révolution en 4ème?
Tu fais les chapitres du programme ou ton propre programme?

Je suis bien sûr le programme. Mon cours est très chronologique et les élèves doivent après faire des fiches de cours résumées thématiques qui correspondent exactement aux intitulés des chapitres du programme. L'idée étant qu'ils problématisent comme bon leur semble les questions du programme.
Pour le temps passé sur la Révolution, la dernière fois que j'avais eue des 4ème, j'avais tenu exactement le temps imparti. Cette année, je risque un peu de dépasser parce que j'ai introduit dans le cours beaucoup de concepts qui me permettront de gagner du temps pour le 1er empire et la IIIème République. L'idée est d'avoir fini dans trois semaines alors que je suis aussi à la moitié du programmes en ECJS et de géographie. J'ai aussi intégré beaucoup plus de révolutionnaires qui ont pris du temps à présenter (Marat, Mirabeau, Roux,Danton, Brissot de Laclos et Lafayette qui sont venus s'ajouter au casting de la fois précédente, les classiques Robespierre, Talleyrand et Fouché).


Dernière édition par TDK2 le Lun 5 Jan 2015 - 22:07, édité 1 fois

TDK2
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Elyas le Lun 5 Jan 2015 - 22:06

@TDK2 a écrit:
@Elyas a écrit:Tdk2, tu pourras montrer des exemples de prises de notes d'élèves, de travaux et des exemples de tes sujets de contrôle, je suis vraiment intéressé. Édit : et une photo de ton tableau, pour comprendre ce que tu as fugacement décrit .

Ok, je te ferai un paquet d'ici la fin de la semaine avec des éléments. Je suis curieuse d'avoir des retours de collègues totalement extérieurs à mon établissement et je n'ai jamais eu l'occasion d'avoir de réelles formations, ce qui m'a amené à procéder de manière très empirique et je suis très curieuse de vos remarques histoire de ne pas m'encroûter.

@ al-qalam : Par la pratique. Je leur fais un cours de méthodologie pour la forme et les rassurer, en expliquant notamment le principe des inscriptions au tableau pour marquer les étapdes du raisonnement et je les jette dans le bain en leur indiquant que "je leur tends une main républicaine, généreuse mais ferme". En fait, les premiers cours sont très stressants car il faut être extrêmment précis et clair.

Je trouve ta démarche fascinante et vraiment intéressante didactiquement parlant. J'ai eu un gros doute dans ta première intervention, puis en développant, tu as utilisé des termes et évoqué des contraintes qui me parlent énormément. En revanche, comme je le disais, je suis plus dans ton opposé. Je suis sommairement un socioconstructiviste si on veut me coller une étiquette et plus prosaïquement un amoureux des lettres et du faire écrire. Donc, nos démarches apparemment contradictoires, ont en fait le même langage. Ton septembre infernal, je ne le connais que trop bien. On se demande si on a raison de travailler ainsi, de bosser autant et de voir autant d'horreur, puis viennent octobre et novembre et là, on peut aller très loin avec les élèves.


Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par TDK2 le Lun 5 Jan 2015 - 22:14

@Elyas a écrit:
@TDK2 a écrit:
@Elyas a écrit:Tdk2, tu pourras montrer des exemples de prises de notes d'élèves, de travaux et des exemples de tes sujets de contrôle, je suis vraiment intéressé. Édit : et une photo de ton tableau, pour comprendre ce que tu as fugacement décrit .

Ok, je te ferai un paquet d'ici la fin de la semaine avec des éléments. Je suis curieuse d'avoir des retours de collègues totalement extérieurs à mon établissement et je n'ai jamais eu l'occasion d'avoir de réelles formations, ce qui m'a amené à procéder de manière très empirique et je suis très curieuse de vos remarques histoire de ne pas m'encroûter.

@ al-qalam : Par la pratique. Je leur fais un cours de méthodologie pour la forme et les rassurer, en expliquant notamment le principe des inscriptions au tableau pour marquer les étapdes du raisonnement et je les jette dans le bain en leur indiquant que "je leur tends une main républicaine, généreuse mais ferme". En fait, les premiers cours sont très stressants car il faut être extrêmment précis et clair.

Je trouve ta démarche fascinante et vraiment intéressante didactiquement parlant. J'ai eu un gros doute dans ta première intervention, puis en développant, tu as utilisé des termes et évoqué des contraintes qui me parlent énormément. En revanche, comme je le disais, je suis plus dans ton opposé. Je suis sommairement un socioconstructiviste si on veut me coller une étiquette et plus prosaïquement un amoureux des lettres et du faire écrire. Donc, nos démarches apparemment contradictoires, ont en fait le même langage. Ton septembre infernal, je ne le connais que trop bien. On se demande si on a raison de travailler ainsi, de bosser autant et de voir autant d'horreur, puis viennent octobre et novembre et là, on peut aller très loin avec les élèves.


Pardonne-moi, mais j'ai relu tous les messages du fil et je n'ai pas vraiment vu la manière dont tu procédais mais elle m'intéresse. Personnellement, je trouve qu'il y a de la place pour toutes les pédagogies et que ce qui est important c'est justement que chaque prof développe la sienne. C'est ce qui m'inquiète toujours dans les recettes que l'on veut nous donner, c'est qu'elles ne correspondent pas forcément à notre personnalité. En plus, je suis très attaché à l'idée qu'un cours est la rencontre entre un maître et de élèves qui pourront à terme se construire en accord ou en rejet de sa pédagogie et de sa vision historique (ou géographique).

TDK2
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Olympias le Lun 5 Jan 2015 - 22:19

TDK2 je vais t'envoyer mes secondes Laughing Laughing

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par TDK2 le Lun 5 Jan 2015 - 22:20

Non je garde les miens qui sont trop mignons et dont en plus je suis PP.

TDK2
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Elyas le Lun 5 Jan 2015 - 22:21

@TDK2 a écrit:
@Elyas a écrit:
@TDK2 a écrit:

Ok, je te ferai un paquet d'ici la fin de la semaine avec des éléments. Je suis curieuse d'avoir des retours de collègues totalement extérieurs à mon établissement et je n'ai jamais eu l'occasion d'avoir de réelles formations, ce qui m'a amené à procéder de manière très empirique et je suis très curieuse de vos remarques histoire de ne pas m'encroûter.

@ al-qalam : Par la pratique. Je leur fais un cours de méthodologie pour la forme et les rassurer, en expliquant notamment le principe des inscriptions au tableau pour marquer les étapdes du raisonnement et je les jette dans le bain en leur indiquant que "je leur tends une main républicaine, généreuse mais ferme". En fait, les premiers cours sont très stressants car il faut être extrêmment précis et clair.

Je trouve ta démarche fascinante et vraiment intéressante didactiquement parlant. J'ai eu un gros doute dans ta première intervention, puis en développant, tu as utilisé des termes et évoqué des contraintes qui me parlent énormément. En revanche, comme je le disais, je suis plus dans ton opposé. Je suis sommairement un socioconstructiviste si on veut me coller une étiquette et plus prosaïquement un amoureux des lettres et du faire écrire. Donc, nos démarches apparemment contradictoires, ont en fait le même langage. Ton septembre infernal, je ne le connais que trop bien. On se demande si on a raison de travailler ainsi, de bosser autant et de voir autant d'horreur, puis viennent octobre et novembre et là, on peut aller très loin avec les élèves.


Pardonne-moi, mais j'ai relu tous les messages du fil et je n'ai pas vraiment vu la manière dont tu procédais mais elle m'intéresse. Personnellement, je trouve qu'il y a de la place pour toutes les pédagogies et que ce qui est important c'est justement que chaque prof développe la sienne. C'est ce qui m'inquiète toujours dans les recettes que l'on veut nous donner, c'est qu'elles ne correspondent pas forcément à notre personnalité. En plus, je suis très attaché à l'idée qu'un cours est la rencontre entre un maître et de élèves qui pourront à terme se construire en accord ou en rejet de sa pédagogie et de sa vision historique (ou géographique).

Ma pratique ne relève pas majoritairement du magistral (je relève plus de la pédagogie socioconstructiviste). Donc, elle n'a pas sa place dans ce fil qui met à l'honneur cette façon d'enseigner. Je partage totalement ce que tu dis sur on enseigne avec ce qu'on est. La façon dont tu procèdes, je ne peux, ça ne me correspond pas. J'ai le même attachement que toi à la rencontre entre un discipulus et son magister. Comme ta pédagogie est à l'inverse de la mienne mais parle la même langue, ça me fascine car cela renforce ma vision de la liberté pédagogique. Bref, j'ai vraiment envie de voir ce que tu fais. J'adore découvrir des nouveaux horizons.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Olympias le Lun 5 Jan 2015 - 22:42

@TDK2 a écrit:Non je garde les miens qui sont trop mignons et dont en plus je suis PP.
C'est vrai que tu perdrais au change.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Igniatius le Lun 5 Jan 2015 - 22:50

@TDK2 a écrit:Je ne fais que des cours magistraux d'une heure en prise de notes autonomes pour les élèves.
Ils adorent.

Par contre, ce qui est important c'est que le cours magistral soit semi-improvisé. J'ai mon canevas de plan sur le powerpoint, dans ma tête les mots clefs et les personnages que je veux leur présenter, mais je me laisse guider par le raisonnement, ce qui permet d'éviter les transitions artificielles. Cela permet aussi de changer la structure du cours en fonction des questions des élèves.

Un immense avantage du magistral, c'est qu'il permet de construire le cours selon une logique de montagnes russes en dosant les moments humoristiques, les moments effrayants, les moments qui sont du pur événementiel et ceux qui sont du conceptuel. En fait, cela permet d'avoir une construction des cours sur le même modèle que les séries américaines aux schémas narratifs desquels nos élèves sont habitués ce qui permet d'être extrêmement moderne, notamment face à une génération accroc au zapping (puisqu'avec un cours 100% magistral, on peut changer de sujet toutes les cinq minutes, ce qui est difficile avec un cours d'analyse de docs par exemple).

Ca a l'air très sympa tes cours.


Bon j'ai voté "moderne", mais j'aurais aimé un intermédiaire entre les deux dernières options.
Moi je crois que faire du bon magistral réside dans la qualité de l'explication et la réactivité aux questions posées.

Et ça me fait plaisir de découvrir que le mot "magistral" n'est plus aussi tabou qu'avant et n'entraîne pas automatiquement le qualificatif de fasciste.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Igniatius le Lun 5 Jan 2015 - 22:54

@Elyas a écrit:
@nlm76 a écrit:Intéressant tout cela. J'y vois que certains revendiquent de faire du magistral, mais pas beaucoup, que d'autres revendiquent de faire tout le temps du magistral, lequel n'est "en fait" pas vraiment du magistral.
Je pense vraiment qu'en fait l'immense majorité des professeur de collège et de lycée passe pas mal de temps à prodiguer des contenus denses et structurés par un cours dicté, écrit au tableau ou pris en notes de façon autonome ou guidé, mais que ce temps purement "magistral", et sa densité, et sa structuration sont, à chaque niveau selon ses nécessités, insuffisant. C'est une question de mesure.
S'ils ne retiennent pas les "repères" du brevet en histoire, c'est parce qu'il n'y a pas assez de connaissances autour de ces repères, parce qu'il faut leur en apprendre 10 fois plus que ce qu'on veut qu'ils retiennent de façon à le restituer où à l'utiliser.

Une évidence,  non ?

Non, ce n'était pas nécessaire d'avoir un tel écart entre ce qui était abordé, répété, travaillé et ce qu'ils retenaient il y a encore 5 ans.
Aujourd'hui, c'est assez vrai, mais c'est plutôt un constat problématique à mon sens.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Presse-purée le Lun 5 Jan 2015 - 23:17

@Elyas a écrit:Première fois que je lis et que je vois cette pyramide. Tu doit avoir un aimant à emmer*es Carnyx Razz

Le cours magistral est utile et a toute sa place dans la panoplie de l'enseignant. Il n'y a pas débat pour moi sur ce point. En revanche, il faut savoir faire du magistral, ce n'est pas un talent inné donné par le concours.

Elle est très connue cette pyramide, et démontée chez pas mal d'anglo-saxons (Hirsh, Willingham, et aussi, je crois, chez Baillargeon).

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Rom1ratm le Lun 5 Jan 2015 - 23:40

@Tamerlan a écrit:Deux remarques :
- la seule question qui compte vraiment pour apprécier la valeur d'un dispositif pédagogique c'est de savoir si, à la fin de l'heure, les élèves ont véritablement appris quelque chose (de préférence ce que le prof souhaitait Smile
- il faut se méfier du mot "activité". Un élève peut être intellectuellement actif en écoutant la parole de l'enseignant, comme il peut être très passif lors d'un moment de soi-disant travail personnel.

En effet, je les sens par moment plus actifs quand ils m'écoutent tous sur un sujet, plutôt que quand je donne des docs + questions où ils bossent à peine, et quand ça glande dans mon dos pendant que je passe dans les rangs...

Topic très déculpabilisant en tout cas. J'avoue avoir beaucoup de mal à préparer des activités pour les élèves. C'est une partie de la construction du cours qui me bloque. Je le vis presque mal. Le CM me sécurise.
Merci pour vos remarques.

Par contre
En histoire, les études de cas sont intégrées à la démonstration du cours (par exemple, demain je vais présenter le massacre de la glacière d'Avignon pour montrer comment les logiques contradictoires d'universalisme et de justice populaire (qu'on a vues déjà en cours) aboutissent à une politisation locale par la violence.
-->

Rom1ratm
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Presse-purée le Lun 5 Jan 2015 - 23:49

J'ai voté pour les six premiers.
On m'a dit en formation (pluri, parce que ma formation disciplinaire était de bon niveau) que le CM était la négation de la pédagogie, qu'il empêchait la compréhension, qu'il dénotait un narcissisme intolérable qui mériterait une analyse et que c'était, au fond, une pratique fasciste qui faisait voter FN.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Igniatius le Mar 6 Jan 2015 - 0:04

Ah bah tu me rassures : j'avais peur d'avoir tourné gauchiste.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par User5899 le Mar 6 Jan 2015 - 0:10

@Igniatius a écrit:Ah bah tu me rassures : j'avais peur d'avoir tourné gauchiste.
alatienne
On l'a échappé belle !

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Igniatius le Mar 6 Jan 2015 - 0:21

D'ailleurs, comme je le dis souvent, "un cours magistral, un peuple, un leader !"


Beati pauperes etc.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Mama le Mar 6 Jan 2015 - 0:26

J'ai voté, mais il manque "indispensable à une fréquence régulière"...

Mama
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par User5899 le Mar 6 Jan 2015 - 2:01

@Igniatius a écrit:D'ailleurs, comme je le dis souvent, "un cours magistral, un peuple, un leader !"
Maximo, le leader Razz

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par Oliv396 le Mar 6 Jan 2015 - 7:48

En faisant régulièrement des cours magistraux, les élèves apprécient plus les quelques séances où ils ont la possibilité de travailler autrement (en groupes, par ex).

Oliv396
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par User5899 le Mar 6 Jan 2015 - 9:26

@Oliv396 a écrit:En faisant régulièrement des cours magistraux, les élèves apprécient plus les quelques séances où ils ont la possibilité de travailler autrement (en groupes, par ex).
Mais ce ne sont pas les élèves qui les font, ces cours magistraux heu
On ne doit pas parler de la même chose confused scratch scratch

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Modernité du cours magistral

Message par DesolationRow le Mar 6 Jan 2015 - 9:46

Cripure a écrit:
@Oliv396 a écrit:En faisant régulièrement des cours magistraux, les élèves apprécient plus les quelques séances où ils ont la possibilité de travailler autrement (en groupes, par ex).
Mais ce ne sont pas les élèves qui les font, ces cours magistraux heu
On ne doit pas parler de la même chose confused scratch scratch

Etant à bicyclette, une vache me renversa, comme disait mon professeur d'HK en corrigeant nos versions.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum