Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant

Le cours magistral, c'est...

1 - 1%
13 - 7%
5 - 3%
8 - 4%
3 - 2%
10 - 5%
81 - 41%
78 - 39%
 
Total des votes: 199
Balthamos
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par Balthamos le Lun 5 Jan 2015 - 19:24
Finalement cette discussion est intéressante....

Si ce "combat" entre partisans du CM et opposants au CM n'était qu'un problème de définition...

avatar
kero
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par kero le Lun 5 Jan 2015 - 19:28
@balthamos a écrit:Finalement cette discussion est intéressante....

Si ce "combat" entre partisans du CM et opposants au CM n'était qu'un problème de définition...

En même temps, au travers des définitions différentes que nous en donnons, s'expliquent beaucoup de malentendus.

Si quelqu'un m'explique que le magistral, c'est nul, je lui dis que non. Si quelqu'un m'explique que faire une heure de magistral au collège, les élèves prenant des notes, c'est pas possible, je lui dis que je suis d'accord.

Pour moi, le magistral décrit un mode d'enseignement, dans lequel le contenu est fourni tel quel par l'enseignant. Les modalités d'appropriation de la leçon s'adaptent au public: prise de note à la fac, début de prise de note au lycée, copie de la TE au collège. Par ailleurs, pour moi, le magistral, décrit un mode d'enseignement dont la nature est indépendante du temps qu'il dure. Du cours magistral demeure, pour moi, du cours magistral, qu'il dure 10 minutes ou 1 heure.


Dernière édition par kero le Lun 5 Jan 2015 - 19:31, édité 1 fois
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par Balthamos le Lun 5 Jan 2015 - 19:30
@kero a écrit:
@balthamos a écrit:Finalement cette discussion est intéressante....

Si ce "combat" entre partisans du CM et opposants au CM n'était qu'un problème de définition...

En même temps, au travers des définitions différentes que nous en donnons, s'expliquent beaucoup de malentendus.

Si quelqu'un m'explique que le magistral, c'est nul, je lui dis que non. Si quelqu'un m'explique que faire une heure de magistral au collège, les élèves prenant des notes, c'est pas possible, je lui dis que je suis d'accord.

avatar
Tamerlan
Modérateur

Re: Modernité du cours magistral

par Tamerlan le Lun 5 Jan 2015 - 19:31
@kero a écrit:
@balthamos a écrit:Finalement cette discussion est intéressante....

Si ce "combat" entre partisans du CM et opposants au CM n'était qu'un problème de définition...

En même temps, au travers des définitions différentes que nous en donnons, s'expliquent beaucoup de malentendus.

Si quelqu'un m'explique que le magistral, c'est nul, je lui dis que non. Si quelqu'un m'explique que faire une heure de magistral au collège, les élèves prenant des notes, c'est pas possible, je lui dis que je suis d'accord.

+ 1 ...
avatar
kero
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par kero le Lun 5 Jan 2015 - 19:32
Oui alors je me suis planté dans la phrase que vous avez citée de moi. Razz

Lire: Si quelqu'un m'explique que le magistral, c'est nul, je lui dis que non. Si quelqu'un m'explique que faire une heure de magistral au collège, les élèves prenant des notes, c'est bien, je suis moins d'accord.
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: Modernité du cours magistral

par Isis39 le Lun 5 Jan 2015 - 19:33
@Blan6ine a écrit:
@kero a écrit:
@Isis39 a écrit:

C'est ce que j'écris : "des moments de magistral". Ce qui ne fait pas de ton cours d'une heure un cours magistral.

Et bien donc, tu fais du cours magistral aussi. Razz

Mais Isis n'a jamais dit le contraire!
Tout est une question de proportion.

Voilà. Simplement, Kero, dans ton premier post tu dis que tu ne fais que du cours magistral. C'est faux. Tu recours au magistral par moment. C'est très différent.
avatar
JEMS
Modérateur

Re: Modernité du cours magistral

par JEMS le Lun 5 Jan 2015 - 19:34
En Technologique ou Pro... c'est la mort assurée, donc je ne suis pas concerné et je n'ai que très très peu pratiqué.
TDK2
Niveau 2

Re: Modernité du cours magistral

par TDK2 le Lun 5 Jan 2015 - 19:39
Je ne fais que des cours magistraux d'une heure en prise de notes autonomes pour les élèves.
Ils adorent.

Par contre, ce qui est important c'est que le cours magistral soit semi-improvisé. J'ai mon canevas de plan sur le powerpoint, dans ma tête les mots clefs et les personnages que je veux leur présenter, mais je me laisse guider par le raisonnement, ce qui permet d'éviter les transitions artificielles. Cela permet aussi de changer la structure du cours en fonction des questions des élèves.

Un immense avantage du magistral, c'est qu'il permet de construire le cours selon une logique de montagnes russes en dosant les moments humoristiques, les moments effrayants, les moments qui sont du pur événementiel et ceux qui sont du conceptuel. En fait, cela permet d'avoir une construction des cours sur le même modèle que les séries américaines aux schémas narratifs desquels nos élèves sont habitués ce qui permet d'être extrêmement moderne, notamment face à une génération accroc au zapping (puisqu'avec un cours 100% magistral, on peut changer de sujet toutes les cinq minutes, ce qui est difficile avec un cours d'analyse de docs par exemple).
avatar
Tamerlan
Modérateur

Re: Modernité du cours magistral

par Tamerlan le Lun 5 Jan 2015 - 19:44
@kero a écrit:Oui alors je me suis planté dans la phrase que vous avez citée de moi. Razz

Lire: Si quelqu'un m'explique que le magistral, c'est nul, je lui dis que non. Si quelqu'un m'explique que faire une heure de magistral au collège, les élèves prenant des notes, c'est bien, je suis moins d'accord.

Heu, en fait je crois que votre reformulation aboutit à la même chose.
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: Modernité du cours magistral

par Isis39 le Lun 5 Jan 2015 - 19:46
@Tamerlan a écrit:
@kero a écrit:Oui alors je me suis planté dans la phrase que vous avez citée de moi. Razz

Lire: Si quelqu'un m'explique que le magistral, c'est nul, je lui dis que non. Si quelqu'un m'explique que faire une heure de magistral au collège, les élèves prenant des notes, c'est bien, je suis moins d'accord.

Heu, en fait je crois que votre reformulation aboutit à la même chose.

Cela en devient comique, non ? yesyes
avatar
Tamerlan
Modérateur

Re: Modernité du cours magistral

par Tamerlan le Lun 5 Jan 2015 - 19:47
@TDK2 a écrit:Je ne fais que des cours magistraux d'une heure en prise de notes autonomes pour les élèves.
Ils adorent.

Par contre, ce qui est important c'est que le cours magistral soit semi-improvisé. J'ai mon canevas de plan sur le powerpoint, dans ma tête les mots clefs et les personnages que je veux leur présenter, mais je me laisse guider par le raisonnement, ce qui permet d'éviter les transitions artificielles. Cela permet aussi de changer la structure du cours en fonction des questions des élèves.

Un immense avantage du magistral, c'est qu'il permet de construire le cours selon une logique de montagnes russes en dosant les moments humoristiques, les moments effrayants, les moments qui sont du pur événementiel et ceux qui sont du conceptuel. En fait, cela permet d'avoir une construction des cours sur le même modèle que les séries américaines aux schémas narratifs desquels nos élèves sont habitués ce qui permet d'être extrêmement moderne, notamment face à une génération accroc au zapping (puisqu'avec un cours 100% magistral, on peut changer de sujet toutes les cinq minutes, ce qui est difficile avec un cours d'analyse de docs par exemple).

Sur quel niveaux et dans quelles proportions sur l'ensemble des cours ?

_________________
“Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.”
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: Modernité du cours magistral

par Isis39 le Lun 5 Jan 2015 - 19:47
@TDK2 a écrit:Je ne fais que des cours magistraux d'une heure en prise de notes autonomes pour les élèves.
Ils adorent.

Par contre, ce qui est important c'est que le cours magistral soit semi-improvisé. J'ai mon canevas de plan sur le powerpoint, dans ma tête les mots clefs et les personnages que je veux leur présenter, mais je me laisse guider par le raisonnement, ce qui permet d'éviter les transitions artificielles. Cela permet aussi de changer la structure du cours en fonction des questions des élèves.

Un immense avantage du magistral, c'est qu'il permet de construire le cours selon une logique de montagnes russes en dosant les moments humoristiques, les moments effrayants, les moments qui sont du pur événementiel et ceux qui sont du conceptuel. En fait, cela permet d'avoir une construction des cours sur le même modèle que les séries américaines aux schémas narratifs desquels nos élèves sont habitués ce qui permet d'être extrêmement moderne, notamment face à une génération accroc au zapping (puisqu'avec un cours 100% magistral, on peut changer de sujet toutes les cinq minutes, ce qui est difficile avec un cours d'analyse de docs par exemple).

Vous êtes sur quels niveaux ?
Changer de sujet toutes les 5 minutes ? Drôle de cours...
avatar
leskhal
Niveau 10

Re: Modernité du cours magistral

par leskhal le Lun 5 Jan 2015 - 19:47
Je ne sais pas faire autrement que du cours magistral, mais je dirais plutôt du cours magistral participatif, c'est-à-dire que je ne fais pas réinventer la roue à mes élèves, que j'apporte les cadres nouveaux de façon autoritaire en les reliant à ce qu'on a déjà vu et en me permettant de leur dire que c'est normal de ne pas tout comprendre tout de suite et que les choses s'éclairciront avec les exos qui suivent. Je n'ai jamais su faire des activités qui me semblent totalement hypocrites, j'aime mettre du vocabulaire en place et des noms sur les notions le plus vite possible pour avoir un discours clair. Ils posent des questions, mon cours évoluent en fonction de leurs questions, je reste libre de mon plan puisque j'improvise tout depuis belle lurette, sans tableau moderne ni powerprout mais à la main, en usant des tonnes de feutres. En fait, le cadre strict du cours dit magistral est restreint, tout est dans les exemples bien choisis qui tiennent compte de leurs interrogations. Je parle pour les maths, c'est sans doute différent dans d'autres matières mais je tiens à mettre en place des cadres stricts et pérennes.
Un IPR l'année dernière m'a vaguement reproché mon autorité pour diriger un cours mais en même temps a bien dû reconnaître que c'était efficace pour clarifier le chaos cognitif de nos lycéens.

_________________
pingouin Dans consensus, la première syllabe prend trop de place. pingouin
avatar
kero
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par kero le Lun 5 Jan 2015 - 19:48
Bon. Apero, hein ? Razz
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par Balthamos le Lun 5 Jan 2015 - 19:50
@TDK2 a écrit:Je ne fais que des cours magistraux d'une heure en prise de notes autonomes pour les élèves.

Tu enseignes à quel niveau?

@TDK2 a écrit:
Ils adorent.

Les miens aussi, mais ils détestent travailler. Donc Ils préfèrent que je parle....

@TDK2 a écrit:
de construire le cours selon une logique de montagnes russes en dosant les moments humoristiques, les moments effrayants.

heu heu heu


@TDK2 a écrit:
notamment face à une génération accroc au zapping (puisqu'avec un cours 100% magistral, on peut changer de sujet toutes les cinq minutes, ce qui est difficile avec un cours d'analyse de docs par exemple).

En zappant, on ne retient pas grand chose (expérience personnelle avec une télécommande en main).
Puis l'histoire géographie passe aussi par du savoir faire.
Apprendre à lire une carte ? A faire une carte? A analyser différents documents? A rédiger?
avatar
Tamerlan
Modérateur

Re: Modernité du cours magistral

par Tamerlan le Lun 5 Jan 2015 - 19:50
@kero a écrit:Bon. Apero, hein ? Razz

Avec des caouettes ! Razz

_________________
“Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.”
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par Balthamos le Lun 5 Jan 2015 - 19:50
@kero a écrit:Bon. Apero, hein ? Razz

Spoiler:
perso, j'ai pas soif ... Twisted Evil
avatar
kero
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par kero le Lun 5 Jan 2015 - 19:51
Voilà. Simplement, Kero, dans ton premier post tu dis que tu ne fais que du cours magistral. C'est faux. Tu recours au magistral par moment. C'est très différent.

Ah non. Je dis que j'en fais sans hésiter, en aucun cas que je ne fais que ça. Wink
avatar
anthinéa
Guide spirituel

Re: Modernité du cours magistral

par anthinéa le Lun 5 Jan 2015 - 19:53
En fait, je fais du cours magistral à ma sauce  en troisième.

Ils rédigent des réponses à des questionnaires sur des textes.
Je les corrige en analysant les textes et ils prennent des notes puis rédigent des synthèses.
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: Modernité du cours magistral

par Isis39 le Lun 5 Jan 2015 - 19:53
@kero a écrit:Bon. Apero, hein ? Razz

tu ne l'avais pas déjà pris ? Very Happy
avatar
Blan6ine
Érudit

Re: Modernité du cours magistral

par Blan6ine le Lun 5 Jan 2015 - 19:54
@kero a écrit:
Voilà. Simplement, Kero, dans ton premier post tu dis que tu ne fais que du cours magistral. C'est faux. Tu recours au magistral par moment. C'est très différent.

Ah non. Je dis que j'en fais sans hésiter, en aucun cas que je ne fais que ça. Wink

En fait, tu as dit cela (second poste):  
Personnellement, du magistral j'en fais des masses (je me suis fait taper sur les doigts par un IPR à ce sujet) et je ne doute pas une seconde de son intérêt et son utilité.
> http://www.neoprofs.org/t85633-modernite-du-cours-magistral#2879447
en faire des masses = sans ne faire que cela, tu en fais plus que tout le reste selon ton expression, non?
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: Modernité du cours magistral

par Isis39 le Lun 5 Jan 2015 - 19:56
@kero a écrit:
Voilà. Simplement, Kero, dans ton premier post tu dis que tu ne fais que du cours magistral. C'est faux. Tu recours au magistral par moment. C'est très différent.

Ah non. Je dis que j'en fais sans hésiter, en aucun cas que je ne fais que ça. Wink

C'est la manière de le dire je pense. On a l'impression que tu ne fais que ça.
Bref, on est arrivé à se comprendre.
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: Modernité du cours magistral

par Isis39 le Lun 5 Jan 2015 - 19:57
@anthinéa a écrit:En fait, je fais du cours magistral à ma sauce  en troisième.

Ils rédigent des réponses à des questionnaires sur des textes.
Je les corrige en analysant les textes et ils prennent des notes puis rédigent des synthèses.

Ce n'est donc pas du magistral.
TDK2
Niveau 2

Re: Modernité du cours magistral

par TDK2 le Lun 5 Jan 2015 - 19:57
@Isis39 a écrit:
@TDK2 a écrit:Je ne fais que des cours magistraux d'une heure en prise de notes autonomes pour les élèves.
Ils adorent.

Par contre, ce qui est important c'est que le cours magistral soit semi-improvisé. J'ai mon canevas de plan sur le powerpoint, dans ma tête les mots clefs et les personnages que je veux leur présenter, mais je me laisse guider par le raisonnement, ce qui permet d'éviter les transitions artificielles. Cela permet aussi de changer la structure du cours en fonction des questions des élèves.

Un immense avantage du magistral, c'est qu'il permet de construire le cours selon une logique de montagnes russes en dosant les moments humoristiques, les moments effrayants, les moments qui sont du pur événementiel et ceux qui sont du conceptuel. En fait, cela permet d'avoir une construction des cours sur le même modèle que les séries américaines aux schémas narratifs desquels nos élèves sont habitués ce qui permet d'être extrêmement moderne, notamment face à une génération accroc au zapping (puisqu'avec un cours 100% magistral, on peut changer de sujet toutes les cinq minutes, ce qui est difficile avec un cours d'analyse de docs par exemple).

Vous êtes sur quels niveaux ?
Changer de sujet toutes les 5 minutes ? Drôle de cours...

J'ai cette année toutes les classes de la 4ème à la Terminale S (sauf des 3èmes mais j'en avais l'année dernière).
Tout dépend ce que l'on appelle un sujet, le terme est peut-être maladroit et je devrais plutôt parler de perspectives... Par exemple j'ai fait aujourd'hui un cours sur l'invention de la loi pendant la Révolution Française : j'ai parlé cinq minutes du but des constituants en l'imposant (centraliser le pays), puis j'ai passé cinq minutes sur la création des archives en montrant la différence entre écrit et tradition orale coutumière (on avait beaucoup travaillé sur cette question avant les vacances) et ensuite je suis passé aux problèmes de réception que posait cette loi pour les populations habituées à tricher grâce à leurs coutumes avec la Bretagne et les Chouans. En fait, pendant une vingtaine de minutes j'ai toujours parlé de la même chose mais les élèves ont eu l'impression qu'on avançait rapidement.
Lombalgia
Niveau 9

Re: Modernité du cours magistral

par Lombalgia le Lun 5 Jan 2015 - 20:00
Ah punaise merci pour l'éclat de rire en découvrant les résultats
avatar
kero
Grand sage

Re: Modernité du cours magistral

par kero le Lun 5 Jan 2015 - 20:02
Pour être clair. Je dirais qu'approximativement 50% de mes cours sont construits en magistral. (J'explique, puis ils ecrivent la TE, souvent plus succinte que la partie orale).
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum