Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Condorcet le Ven 9 Jan 2015 - 14:28

Ressources destinées aux professeurs.

I/ Les lois sur la liberté de la presse en France
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-les-lois-sur-la-liberte-de-la-presse-2015-01-08

S'il ne fallait retenir que 4 dates fondatrices de l'histoire de la presse en France :
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/presse-francaise-mutation/dates-cles.shtml
1631 : fondation du premier périodique dans le royaume de France, la Gazette, hebdomadaire dirigé par Théophraste Renaudot et fondé à l'instigation du pouvoir royal.
1789 (26 août) : première Déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui établit en ses articles 10 et 11 la liberté d'opinion et d'expression.
1836 : Emile de Girardin lance La Gazette et avec elle, le roman-feuilleton. A l'époque, écrivain et journaliste ne font qu'un.
1881 (29 juillet). Loi sur la liberté de presse qui abolit tout régime de censure et droit de timbre. http://www.france.fr/institutions-et-valeurs/liberte-de-la-presse-fondements-juridiques-majeurs.html

De la première Déclaration des droits de l'homme et du citoyen à la loi du 29 juillet 1881 :
http://www.histoire.presse.fr/dossiers/le-retour-de-la-censure/en-1881-les-journaux-ont-gagne-la-guerre-01-02-2007-7877
Robert Kopp a écrit:[...]Pourtant, ce n'est qu'après trois ans de discussion que fut enfin votée par 444 voix contre 4 la loi du 29 juillet 1881. Elle supprime définitivement le cautionnement mais maintient l'obligation d'une déclaration peu appliquée. Très peu de délits de presse sont retenus : provocation directe aux crimes et aux méfaits ; appel des militaires à la désobéissance ; diffamation des souverains étrangers ; offense au président de la République ; injure ou diffamation de particuliers. Ni les institutions, ni la famille, ni la propriété, ni les cultes, ni la morale ne sont protégés. La diffamation et les injures personnelles ne sont guère sanctionnées. D'où des polémiques d'une violence dont nous avons perdu l'habitude. La France, de ce point de vue, apparaît très en avance sur les autres pays européens [...]

Il faut garder à l'esprit que l'Etat, de la monarchie jusqu'à nos jours, a toujours exercé une influence continue sur la presse et les médias en général
Par les aides
:
@Condorcet a écrit:L'aide de l'Etat aux médias répond à sa volonté maintes fois réaffirmée depuis la Ière République de favoriser le pluralisme et par là-même de garantir une information aussi riche et libre que possible au lecteur, à l'auditeur, au spectateur... Présent de manière directe et indirecte dans l'audiovisuel, il apporte aussi son soutien financier aux radios associatives non commerciales, aux industries cinématographiques et aux programmes audiovisuels et a crée en 1959 le système de l'avance sur recettes pour favoriser la création cinématographique d'expression française. La presse écrite bénéficie de son antériorité et donc d'un empilement des aides : la loi du 4 Thermidor an IV (23 juillet 1796) instaure une aide au portage, celle du 25 avril 1844 exonère les journaux de patente (dispensés en 1975 de la taxe professionnelle et en 2013 de la cotisation foncière des entreprises). Jusqu'en 1976, ils ont bénéficié d'une exonération de la TVA puis à partir de 1989 d'une TVA réduite à 2,1 %. Les journalistes jouissent en outre depuis 1934 d'un régime fiscal avantageux. La loi Brachard votée le 29 mars 1935 votée à l'unanimité crée un véritable statut du journaliste (identifié par une carte délivrée par une Commission ad hoc), protégé en cas de changement de propriétaire  ou de ligne éditoriale du journal auquel il collabore, offre des indemnités de licenciement. Ce dispositif législatif vise à conforter les journalistes dans l'exercice de la profession et ce, malgré les vicissitudes qui pourraient survenir au sein des entreprises de presse : il procure une protection statutaire précieuse aujourd'hui encore aux intéressés et ne coûte pas un sou supplémentaire à l'Etat (le privilège fiscal leur ayant été reconnu l'année précédant l'adoption de la loi Brachard).
A cela s'ajoutent des aides sectorielles à destination des organes de presse les plus vulnérables (faibles ressources publicitaires) ainsi que des plans d'aide ponctuels. En résumé, les aides étatiques à la presse écrite sont de deux ordres : la première est identique pour tous, quels que soient le contenu, l'opinion politique, la situation financière, le tirage, la pagination, le poids.... ; la seconde s'adresse aux journaux les plus fragiles et/ou les plus défavorisés.

Par la censure


Sous la Restauration (1815-1848), le Second Empire (1851-1870) et pendant les périodes de guerre (1914-1918, 1939-1945, guerre d'Algérie)....
http://www.linternaute.com/histoire/motcle/1328/a/1/1/censure.shtml (quelques dates-clés : 1970, Hara-Kiri hebdo, ancêtre de Charlie Hebdo est censuré...
http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=727
https://books.google.fr/books?id=7KDk6aiWxNAC&pg=PA195&lpg=PA195&dq=la+censure+en+france+%C3%A0+l+%C3%A8re+d%C3%A9mocratique&source=bl&ots=6yVOcJOF_p&sig=jB72m1JsReVSYbLGl6vzAEH9SPc&hl=fr&sa=X&ei=j86vVIXKFse4Ub6Yg-AK&ved=0CFMQ6AEwCQ#v=onepage&q=la%20censure%20en%20france%20%C3%A0%20l%20%C3%A8re%20d%C3%A9mocratique&f=false

La loi du 16 juillet 1949 relative aux publications destinées à la jeunesse encadre fortement le contenu et la diffusion de celles-ci http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-04-0143-012
Legifrance a écrit:(article 2 en vigueur aujourd'hui : "Les publications mentionnées à l'article 1er ne doivent comporter aucun contenu présentant un danger pour la jeunesse en raison de son caractère pornographique ou lorsqu'il est susceptible d'inciter à la discrimination ou à la haine contre une personne déterminée ou un groupe de personnes, aux atteintes à la dignité humaine, à l'usage, à la détention ou au trafic de stupéfiants ou de substances psychotropes, à la violence ou à tous actes qualifiés de crimes ou de délits ou de nature à nuire à l'épanouissement physique, mental ou moral de l'enfance ou la jeunesse.
Elles ne doivent comporter aucune publicité ou annonce pour des publications de nature à démoraliser l'enfance ou la jeunesse."

Legifrance a écrit:[article 2 en vigueur en 1949] : "Les publications visées à l'article 1er ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit, aucune chronique, aucune rubrique, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l'enfance ou la jeunesse, ou à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques ou sexistes.
Elles ne doivent comporter aucune publicité ou annonce pour des publications de nature à démoraliser l'enfance ou la jeunesse."


II. Histoire des médias (dépassant le cadre franco-français et montrant notamment qu'au XVIIe siècle, l'Angleterre et les Provinces-Unies connaissent un siècle avant la France un essor de la presse)

Jean-Noel Jeanneney, Une histoire des médias des origines à nos jours, Paris, Seuil, coll."Points", 2011 (4e édition). Un ouvrage synthétique et clair sur la question.
http://www.ina.fr/video/CPC96000330
http://www.amazon.fr/Une-histoire-m%C3%A9dias-Jeannene/dp/2020406837
4e de couverture a écrit:La presse a toujours eu mauvaise presse, et parfois pour d'excellentes raisons. Celui qui fut président de Radio France puis secrétaire d'Etat à la Communication se refuse pourtant à sonner le tocsin, et cherche plutôt à relire l'histoire des médias comme une longue conquête de pouvoir et de liberté, de la naissance de l'imprimerie à celle des autoroutes de l'information.

Le quatrième pouvoir: l'expression surgit, dès la fin du xviiie siècle, sous la plume du publiciste anglais Burke, le fameux adversaire de la Révolution française. Terre d'élection de la presse, l'Angleterre a déjà tout inventé ou presque: le premier quotidien (le Daily Current, en 1702), la réclame, les cabinets de lecture, l'indépendance, les scandales et... la vénalité des plumes!
La France tente de rattraper son retard sous la Révolution. Pour la première fois, la plupart des acteurs politiques importants se font journalistes et quelques hommes de presse deviennent des figures de proue: Marat, Desmoulins, Mirabeau, Brissot... Tous répètent que le secret est contre-révolutionnaire et rêvent d'établir un contact direct avec les lecteurs-citoyens.
Dès lors, la presse n'est plus seulement un miroir des luttes politiques, elle en est aussi un acteur, conscient de sa puissance et de son autonomie. Napoléon III en fit l'expérience quand, au lendemain de son coup d'Etat de décembre 1851, il tenta maladroitement de corrompre le Times pour obtenir des articles favorables. Mais l'empereur ne connaissait vraiment ni l'Angleterre ni le Times, déjà légendaire.. Chronique de Vincent Giret dans l'Expansion à propos de l'ouvrage de Jean-Noel Jeanneney, Une histoire des médias...

Médias, pouvoirs et opinion publique en France au XXe siècle, plan de cours de David Colon (enseignant à l'IEP Paris).
http://formation.sciences-po.fr/enseignement/2013/CHIS/1745#plan


III. Histoire de la presse écrite en France.


A/ De l'imprimé à l'Internet : près de cinq siècles d'histoire.

[Sur l'exposition "La Presse à la Une. De la Gazette à Internet" qui a lieu à la BNF en 2012]
http://www.franceinter.fr/evenement-la-presse-a-la-une?page=2
https://www.youtube.com/watch?v=L0gp1GbDMic
http://expositions.bnf.fr/presse/arret/01.htm
bnf a écrit:La presse, dans nos têtes et dans les faits, est associée à la démocratie. Ce lien ne va pas de soi ; il y a, dans le monde, de nombreux pays où la presse prospère dans des environnements non démocratiques. D’où nous vient donc cette idée singulière ? Pour la mémoire collective, de cet événement spectaculaire : le « J’accuse » de Zola, publié à la une de L’Aurore le 13 janvier 1898, et qui confirme avec éclat, au cœur de l’affaire Dreyfus, la capacité de la presse à s’opposer de manière frontale au pouvoir. Mais l’idée s’enracine plus profondément dans l’histoire, dès l’Ancien Régime, autour des lectures publiques[...]

B/ Le journalisme de presse écrite de la Belle Epoque à nos jours.

=) L'essor de la presse populaire (s'appuyant sur le fait-divers entre autres et le développement d'agences de presse) à l'orée du XXe siècle
Dominique Kalifa, L'encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Epoque, Paris, Fayard, 1995.
http://rhei.revues.org/63
Jacques Bourquin a écrit:A la fin du XIXe siècle, Le Petit parisien, Le Petit journal, journaux populaires par excellence, donnent plus de 12 % de leurs publications aux agressions, aux cambriolages, aux crimes. En même temps, émerge une production policière avec des auteurs à grand tirage : Maurice Leblanc, Gaston Leroux, dont les héros Arsène Lupin, un cambrioleur, et Rouletabille, un reporter, se substituent aux romans judiciaires de la période précédente, ceux d'Emile Gaboriau

Michael B. Palmer, Naissance du journalisme comme industrie. Des petits journaux aux grandes agences, Paris, L'Harmattan, 2014 (réédition).
@Condorcet a écrit:L'émergence d'agences de presse et d'une presse quotidienne populaire à grand tirage (quatre quotidiens tirent à plus d'un millier d'exemplaires en 1900 alors qu'aucun ne tirait à plus de 50 000 exemplaires en 1863 ) marque l'entrée du journalisme dans l'industrie culturelle, ce qu'autorisent les innovations majeures que sont la rotative installée par Marinoni au Petit Journal dès les années 1870, la mise au point de la télégraphie sans fil à la fin du XIXe siècle ou la pose du premier câble transatlantique en 1866. La presse d'opinion devient une presse d'information et les effectifs des rédactions augmentent tandis qu'apparaissent de nouvelles pratiques professionnelles comme le reportage (ainsi Albert Londres, d'abord journaliste parlementaire au Matin commence-t-il avec Le Petit Journal dès 1915 une série de reportages à l'étrange). C'est entre 1863 (naissance du Petit Journal, l'un des quatre grands quotidiens parisiens en 1900) et 1914 que la presse écrite élargit considérablement ses publics et son assise dans le début public.

=) La construction d'une identité et de pratiques professionnelles.
Christian Delporte, Les journalistes en France 1880-1950. Naissance et construction d'une profession, Paris, Seuil, 1999.
Christian Delporte a écrit: Des années 1880 au milieu du XXe siècle, le journalisme, en France se construit en profession [...] [en] trois temps. Le premier, qui court jusqu'à la Grande Guerre, pose les jalons des transformations futures, redéfinit les pratiques, fixe le rôle social du journaliste, infléchit les références culturelles et identitaires fondamentales [...] Tout en en refusant de l'admettre, les journalistes se démarquent socialement des milieux, littéraire et politique, avec lesquels ils vivent depuis longtemps en symbiose [...] Fidèle à l'idéal missionnaire hérité des Lumières et de la Révolution française, qui fait de lui un guide et un éveilleur des consciences, le journaliste pensait que la liberté d'expression garantie par l'Etat républicain [...] suffirait à l'établir dans son honneur. Il s'aperçoit qu'un écran plus opaque bride son expression : la loi du marché. La deuxième période, passerelle entre les deux guerres [...] est la phase active de la construction professionnelle et, à ce titre, sans doute, l'époque la plus importante de l'histoire du journalisme contemporain [...] La période établit surtout les règles de fonctionnement qui, jusqu'à nos jours, organisent la profession : statut de 1935, carte d'identité professionnelle [...] Ce thème de la moralisation nécessaire à l'exercice de la mission domine l'ultime période. A Vichy comme dans la Résistance, avec des objectifs évidemment fort opposés, on condamne fermement la presse d'avant guerre, et on estime que le redressement nationale passe par la refonte de ses mécanismes.[...] Au début des années 1950, une page de l'histoire du journalisme est tournée, où l'idéal professionnel, malgré les transformations des journaux et de leurs contenus, restait intimement fondé sur une haute idée du rôle social de la presse, et, partant, le refus de considérer l'information comme un vulgaire produit de consommation

Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997.

=) Défis capitalistiques contemporains : La presse écrite en crise ? Comment préserver son indépendance et à quels prix ?

http://www.franceculture.fr/emission-concordance-des-temps-les-capitalistes-et-la-presse-deux-siecles-et-beaucoup-d-argent-2014-
@Condorcet a écrit:La perte de l'indépendance financière de nombreux organes de presse (tout ou partie de leur capital appartient à des capitaux privés et les sociétés de rédacteurs et d'employés du journal qui ont éclos après la Libération ne possèdent plus qu'une faible part de celui-ci), l'érosion du lectorat (qui leur préfèrent d'autres supports ou d'autres types de périodiques comme la presse magazine), la transition difficile du tout-papier vers l'édition électronique ont provoqué une chute du nombre de titres dans la presse quotidienne nationale et régionale française entre la Libération et nos jours.

http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-quel-modele-economique-pour-sauver-la-presse-ecrite-2012-10-31

http://www.laviedesidees.fr/La-presse-regionale-un-enjeu-de.html
Julia Cagé a écrit:Une nouvelle étude montre que la presse régionale a atteint de nouveaux seuils de concentration. Malgré la révolution apportée par internet et les réseaux sociaux, la presse écrite reste un contre-pouvoir crucial. Or, elle est fragilisée par sa faible rentabilité et l’appareil législatif ne la protège pas suffisamment.



IV. Histoire de la caricature


http://gallica.bnf.fr/html/und/presse-et-revues/presse-satirique (titres et numéros de périodiques satiriques)
www.bnf.fr/documents/biblio_presse_satirique.pdf (étymologie, origines et bibliographie volumineuse)

bnf a écrit:Le terme de « caricature » apparaît au XVIIe siècle, et l’Encyclopédie définit la « charge » comme « la représentation […] d’une personne ou […] d’un sujet, dans laquelle la vérité et la ressemblance exacte ne sont altérées que par l’excès du ridicule ». La dérision repose fréquemment sur la transformation des corps ou l’animalisation, parfois renforcée par le texte, sous forme de légendes ou de bulles.
Si l’illustration apparaît timidement dans la presse du XVIIIe siècle, la Révolution et l’Empire suscitent de nombreuses caricatures politiques, notamment sous l’influence des dessinateurs anglais.
Le XIXe siècle est l’âge d’or de la caricature, qui constitue un élément important de la diffusion de la pensée politique et du débat démocratique. L’illustration profite de l’essor économique et des progrès techniques du
monde de la presse pour gagner peu à peu les journaux, notamment sous l’influence de Charles Philipon, créateur dans les années 1830 de La Caricature puis du Charivari, où s’illustre Honoré Daumier.
La presse satirique est étroitement surveillée par les régimes successifs, l’image – qui parle aux lettrés comme aux analphabètes – étant considérée comme plus dangereuse que l’écrit. Lorsque l’Empire se fait moins autoritaire dans les années 1860, le dessin satirique gagne à nouveau du terrain, notamment sous l’impulsion d’André Gill. Avec la grande loi de libéralisation de la presse du 29 juillet 1881, la caricature connaît une expansion sans précédent, dans un contexte général d’explosion de la presse. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’image satirique joue un rôle important dans les mobilisations populaires : au gré des crises (Boulangisme, Affaire Dreyfus, séparation des Eglises et de l’Etat, etc.), les dessins de L’Assiette au beurre, Pssst… ! ou Le Canard enchaîné sont de puissants instruments de satire politique et sociale.


à compléter par la lecture d'une conférence sur l'histoire du dessin de presse :
http://www.caricaturesetcaricature.com/article-29525063.html
http://www.caricaturesetcaricature.com/article-23230016.html

et un entretien accordé à Télérama par Christian Delporte, historien des médias, spécialiste des dessinateurs de presse auxquels il a consacré sa thèse de doctorat,
http://www.telerama.fr/medias/les-caricatures-dans-l-histoire-de-la-republique-ont-toujours-beneficie-d-une-grande-tolerance,121403.php
Christian Delporte a écrit:Des « journaux à dessins » sont une spécificité française qui remonte au XIXe siècle, mais la logique historique et commerciale d’aujourd’hui les condamne.


V. La presse satirique en France


A/ Charlie Hebdo

Charlie Hebdo : une thèse http://www.theses.fr/2007ENSF0035 publiée http://questionsdecommunication.revues.org/984 (son compte-rendu)

Christophe Bardin a écrit:Charlie Hebdo est un journal singulier dans le paysage de la presse française. Né en 1969, sous le nom d’Hara Kiri Hebdo (puis l’Hebdo Hara Kiri), interdit en 1970 pour renaître une semaine plus tard en Charlie Hebdo, il disparaît en 1982 après treize années d’existence. Sa reconnaissance tient moins à son nombre de lecteurs (120 000 à son apogée en 1971, 30 000 cinq ans plus tard, seulement 3 000 en 1981) qu’à son inscription durable dans l’histoire des médias. Lointain descendant de l’Assiette au Beurre, louchant sur le modèle du Mad américain, il offre la particularité, comme le Canard Enchainé, d’être un journal vierge de toute publicité c’est-à-dire libre d’adopter le ton qui lui convient. Derrière l’humour « bête et méchant » dont il se prévaut se « cache un esprit original, teinté de violence et d’humour noir » (p. 165) qui fera bon nombre d’émules. [...]
Un entretien accordé par Stéphane Mazurier, auteur de cette thèse : http://www.dailymotion.com/video/xa0gwv_une-histoire-de-charlie-hebdo-1-2_news
http://www.dailymotion.com/video/xa0s1i_une-histoire-de-charlie-hebdo-2-2_news (une analyse historienne concernant le premier Charlie Hebdo (1969-1982) mais une vision très partiale concernant le dernier Charlie Hebdo depuis 1992]

Quelques "Unes" célèbres de Charlie Hebdo : http://www.20minutes.fr/medias/diaporama-6910-photo-836902-charlie-hebdo-unes-celebres

B/ Le Canard Enchaîné

Le Canard Enchaîné : Laurent Martin, Le Canard Enchaîné ou les fortunes de la vertu. Histoire d'un journal satirique (1915-2000), Paris, Flammarion, 2001.
http://www.lepanoptique.com/sections/histoire/compte-rendu-le-canard-enchaine-ou-les-fortunes-de-la-vertu-histoire-d%E2%80%99un-journal-satirique-1915-2000-de-laurent-martin/ (un compte-rendu très détaillé)
[...] Laurent Martin parvient à démontrer que le Canard est bien plus qu’un journal: il est une entité vivante qui possède sa propre personnalité au-delà de celles des journalistes qui le composent. Pendant 85 ans, il a résisté à la logique capitaliste qui voulait faire de lui une machine à nouvelles, aux publicitaires qui voulaient faire de lui une simple vitrine, bref il a résisté à son temps. Vertueux, donc, le Canard? Oui. Sans aucun doute. Tout enchaîné qu’il soit, n’est-il pas, en vérité, le plus libre d’entre tous?

C/ Les caricatures de Mahomet

http://www.histoire.presse.fr/livres/xixe-xxie/comment-produire-une-crise-mondiale-avec-douze-petits-dessins-01-06-2007-8171 (compte-rendu de lecture de l'ouvrage rédigé par une ethnologue]

L'Histoire a écrit:Ethnologue connue pour ses études pionnières sur la sorcellerie et sur l’antisémitisme chrétien, Jeanne Favret-Saada s’attache dans ce livre rigoureux et tonique à comprendre pourquoi les dessins publiés sur Mahomet par le journal danois Jyllands-Posten , le 30 septembre 2005, ont déclenché une crise mondiale, embrasant le Moyen-Orient et provoquant des émeutes responsables de 140 morts.

L’auteur a mené son enquête sur place, dépouillé la presse, et interviewé les principaux protagonistes du drame. Elle replace ces événements dans la longue durée de l’immigration danoise, facilitée par la loi libérale de 1983, mais compliquée par une intégration insuffisante et une ghettoïsation génératrice de tensions multiples[...]


Dernière édition par Condorcet le Mar 13 Jan 2015 - 18:11, édité 22 fois (Raison : version remaniée et augmentée.)

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par PauvreYorick le Ven 9 Jan 2015 - 14:50

Merci, Condorcet.

(Que ferait-on sans historiens ?)

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Aspasie le Ven 9 Jan 2015 - 14:51

Merci. Les données précises sont précieuses...

Aspasie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par WonderWoman le Ven 9 Jan 2015 - 14:52

veneration

_________________

L'atelier de la Licorne : http://latelierdelalicorne.bigcartel.com/
_______________

I'm a Christmas Unicorn, in a uniform made of gold
With a billy-goat beard, and a sorcerer's shield, and mistletoe on my nose


WonderWoman
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Rendash le Ven 9 Jan 2015 - 15:00

Merci, Condorcet.


@PauvreYorick a écrit:
(Que ferait-on sans historiens ?)

On écrirait des choses sur un suicide français, pour commencer?

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Isis39 le Ven 9 Jan 2015 - 15:09

@Rendash a écrit:Merci, Condorcet.


@PauvreYorick a écrit:
(Que ferait-on sans historiens ?)

On écrirait des choses sur un suicide français, pour commencer?

Pardon ?

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Rendash le Ven 9 Jan 2015 - 15:12

Zemmour a clairement choisi de s'asseoir, entre autres, sur les travaux de Paxton, pour écrire son torchon. C'est ce qui me fait dire que sans historiens, ou en n'en tenant pas compte, ce genre de choses arriveraient. Tu penses que j'ai tort?

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Condorcet le Ven 9 Jan 2015 - 15:13

Rendash, ce fil n'a pas de visée polémique mais une vocation strictement informative. Robert Paxton n'étant pas un spécialiste de la presse, le débat auquel tu fais référence est hors-sujet ici.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Rendash le Ven 9 Jan 2015 - 15:20

Mille excuses, je n'avais pas l'impression ni l'intention de polémiquer.
Et certainement pas de gâcher ce fil et ton formidable travail.
Isis, je te MP, du coup.

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Condorcet le Ven 9 Jan 2015 - 15:24

Formidable, non Embarassed
Très/trop synthétique.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Isis39 le Ven 9 Jan 2015 - 15:35

SI je peux compléter :

- Les lois sur la liberté de la presse, La Fabrique de jeudi 8 janvier 2014
avec Jacqueline Lalouette, Christian Delporte, Quentin Deluermoz, Jean-Yves Mollier
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-les-lois-sur-la-liberte-de-la-presse-2015-01-08
- Victor Hugo : La liberté de la presse (11 septembre 1848)
http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/grands-moments-d-eloquence/victor-hugo-la-liberte-de-la-presse-11-septembre-1848

Ressources indexées par cliohist


Dernière édition par Isis39 le Ven 9 Jan 2015 - 15:48, édité 1 fois

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Condorcet le Ven 9 Jan 2015 - 15:38

Oui (merci Isis), ce fil a vocation à s'enrichir : j'ai mis en premier lien celui que tu cites (Christian Delporte est mon ancien directeur de thèse et Jean-Yves Mollier, le président du jury Embarassed ).
Parmi les intervenants de cette émission de France Culture (très claire et synthétique) :
Jacqueline Lalouette est une spécialiste du XIXe siècle et de l'anticléricalisme en France, Christian Delporte est spécialiste des médias français (des journalistes en France, de la presse écrite, des dessinateurs de la presse sur lesquels il a rédigé sa thèse,  de la presse satirique, de la télévision...) et le domaine de prédilection de Jean-Yves Mollier est l'édition (et comme littérature et journalisme sont très proches au XIXe siècle, un fin connaisseur de la presse du XIXe siècle), Quentin Deluermoz s'est penché sur l'histoire de la police au XIXe siècle et sur la Commune.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par cliohist le Ven 9 Jan 2015 - 15:45

merci à Isis et à Condorcet.
pour la BNF, un sommaire global :
http://expositions.bnf.fr/presse/plan/index.htm

> la Restauration (1815-1848)
ou la Restauration (1814-1830), la Monarchie de Juillet (1830-1848).
En 1834, « Ne vous y frottez pas », dessine Daumier qui s'occupe encore de politique :
http://expositions.bnf.fr/daumier/grand/026.htm
Rue Transnonain, 15 avril 1834
http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=429

- Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse
Article 1 - L’imprimerie et la librairie sont libres.

http://www.codes-et-lois.fr/feeds/actualite-legislative/_acead28b122addd680a35d5e88ed488e
Elle a été modifiée sous Sarko
http://fr.wikisource.org/wiki/Loi_du_29_juillet_1881_sur_la_libert%C3%A9_de_la_presse

La Fabrique de l'histoire a beaucoup évoqué les débats autour de la loi de 1881 et les choix faits par les républicains opportunistes.
La tentation de la censure est forte, et les arguments ne manquent pas, mais l'expérience de l'Empire autoritaire est trop récente.
Alors que faire face à la virulence des ennemis de la République ? des antisémites (La libre parole de Drumont) ?
Rien.
En 1892, après les attentats anarchistes, des lois scélérates sont votées.
En 1936, le suicide de Roger Salengro, après une campagne ignoble, incite Léon Blum à s'interroger sur le moyen juridique de combattre la diffamation (JY Mollier cite aussi les dénonciations de francs-maçons dans la presse d'extrême droite).


- L'assiette au beurre (une série de 1901 à 1912, une seconde de 1921 à 1925)
http://www.assietteaubeurre.org/
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Assiette_au_beurre

Jossot, le libertaire est très virulent à l'égard des uniformes, des militaires, des curés, des juges...
http://clioweb.canalblog.com/tag/jossot
(merci à Internet Archive pour contourner les liens brisés - https://archive.org/ )

2 exemples :



http://www.assietteaubeurre.org/cra/crabis_jpg/cra_p8_9_q40.jpg



http://www.assietteaubeurre.org/dressage/dress_p6.htm

sur le personnage après 1913, lire Wikipedia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Gustave_Jossot


Dernière édition par cliohist le Ven 9 Jan 2015 - 16:40, édité 6 fois

cliohist
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Condorcet le Ven 9 Jan 2015 - 15:48

Sur la caricature de presse, un site très documenté : http://www.caricaturesetcaricature.com/tag/presse%20%22satirique%22/

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Isis39 le Ven 9 Jan 2015 - 15:51

La caricature de Plantu aujourd'hui va faire fureur auprès des profs d'HGEC :

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par cliohist le Ven 9 Jan 2015 - 16:09


- Oui, le site de Doizy est très documenté,
par exemple sur Alfred le Petit
http://www.caricaturesetcaricature.com/article-10246201.html

Pendant un temps (?) l'accès en a été payant et donc restreint
Il fallait donc faire le détour par Google images, ou ajouter qq images sur le web
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/05/17/29888142.html


- Plantu, je ne dois pas dessiner... (Le Monde, 03.02.2006)
http://cartoons.arte.tv/plantu-france/
http://classes.bnf.fr/candide/grand/can_302.htm

aller à la carte pour voir les interventions d'autres dessinateurs dans Fini de rire
(Kichka en Israël Kianouch exilé d'Iran, etc.)
http://cartoons.arte.tv/

cliohist
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Condorcet le Ven 9 Jan 2015 - 17:11

Quelques corrections (une erreur de date : 1634 au lieu de 1631 pour la naissance de La Gazette de Théophraste Renaudot) et un ajout dans mon premier post (deux articles de l'Histoire : l'un sur la lente progression de la liberté de la presse de 1789 à 1881 -la presse écrite a connu un développement bien plus tardif en France qu'en Angleterre - ; l'autre sur les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo en 2006 et avant lui par le journal danois Jyllans-Posten en septembre 2005.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Condorcet le Ven 9 Jan 2015 - 23:26

En appendice, les Actes d'un colloque un peu ancien (il s'est tenu en 2006) mais très dense sur la place des images en histoire : https://books.google.fr/books?id=OZrC0CJOPrcC&pg=PT143&lpg=PT143&dq=histoire+de+la+bande+dessin%C3%A9e+thierry+cr%C3%A9pin&source=bl&ots=wk4795UdFF&sig=XJaYytHryoQ647wdNDHP7LSxSvw&hl=fr&sa=X&ei=M1SwVPfxM4nmati5gZAM&ved=0CCAQ6AEwADgK#v=onepage&q=histoire%20de%20la%20bande%20dessin%C3%A9e%20thierry%20cr%C3%A9pin&f=false
http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-05-0091-007
Yves Desrichard a écrit:À ces prémices, Laurent Gervereau, président de l’Institut des images, ajoute de pertinents développements dans sa contribution intitulée « Les trois révolutions des images » : révolution quantitative d’abord, à laquelle les professionnels des bibliothèques et de la documentation sont en tout premier lieu confrontés. D’abord rare, précieuse, l’image est aujourd’hui multiple, proliférante, étouffante – accablante ? Mieux, « pour la première fois dans l’histoire, chaque individu se voit en contact direct avec les images de toutes les époques, de toutes les civilisations et de tous les supports, en ayant de surcroît la possibilité d’émettre lui-même en ligne » ; révolution qualitative ensuite, en ce sens que le champ d’investigation des historiens s’ouvre désormais à toutes les « formes » d’image, internet permettant d’ailleurs une confusion absolue des origines, ce qui n’est pas sans danger : « L’ère de la compilation sur écran devient celle de la dilution de l’art dans un magma visuel généralisé en circulation planétaire » ; révolution des récepteurs enfin à l’heure, sans paranoïa aucune, de la manipulation généralisée : « Une guerre gagnée sur le terrain mais perdue dans les opinions publiques est une guerre perdue », « désormais la Guerre mondiale médiatique englobe tout ». D’où la nécessité absolue « d’apprendre… l’histoire spécifique des formes médiatiques, seuls repères aidant à sérier ce qui arrive en masse ».[...]

Car l'analyse de l'image et l'étude des entreprises de presse constituent deux chantiers importants de l'histoire des médias en France.


Je me permettrais d'y joindre en hors-champ le remarquable ouvrage d'Hans Belting, Florence et Bagdad. Une histoire du regard entre Orient et Occident, Paris, Gallimard, 2012 (trad. fr.).
http://www.laviedesidees.fr/Perspectives-croisees-entre-orient.html
Christian Joschke a écrit:Dans Florence et Bagdad, Hans Belting propose une nouvelle histoire du regard, dont il étudie le rapport à l’image et la valeur symbolique. Prenant pour point de départ le transfert culturel entre orient et occident, qui permet l’invention de la perspective au XVIe siècle, il s’interroge sur deux formes différentes de cultures du regard, en vue d’une histoire globale de l’art.[...]

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Séréna le Sam 10 Jan 2015 - 11:03

Merci pour ces nombreuses ressources!

Séréna
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Jaenelle le Dim 11 Jan 2015 - 6:59

Un grand merci pour cette page : c'est exactement ce que je cherchais ! cheers veneration livre bisous

Jaenelle
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par Condorcet le Mar 13 Jan 2015 - 17:38

Des ressources concernant la 3e partie ("Histoire de la presse écrite en France"), notamment à propos des conditions d'exercice du métier de journaliste, ont été ajoutées et les liens morts de la IVe partie ("Histoire de la caricature") remplacés.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par cliohist le Jeu 15 Jan 2015 - 10:01

.
- D'où viens-tu Charlie ?
http://blogs.mediapart.fr/edition/bookclub/article/140115/d-ou-viens-tu-charlie

Le texte de Marie-Eve Thérenty et Guillaume Pinson porte surtout sur le XIXe [Une allusion est faite à Médias 19, une structure qui fédère les chercheurs qui étudient la culture médiatique au 19e siècle et en tout premier lieu au journalisme] - http://www.medias19.org/
A la liste des journaux numérisés, http://www.medias19.org/index.php?id=10576
ajouter 89 numéros du Charivari : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34452332k/date
et 24 ans de La caricature (1881-1904) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32737409c/date


La presse est étroitement surveillée sous l’Empire et sous la Restauration.
Louis-Philippe autorise en retour la complète liberté de la presse... La Caricature et Le Charivari en profitent... Honoré Daumier, Gavarni, Traviès, Cham, ces caricaturistes ont un public connivent qui partage une culture de l’humour commune construite pendant des annéee (Mais) en septembre 1832, un rédacteur du journal La Caricature fait un bilan sur un an : 23 procès, 7000 francs de frais et d’amende, treize mois de prison effective pour le directeur de la rédaction, Charles Philipon.... Après l’attentat de Fieschi en 1835, la caricature politique va être muselée  et les dessinateurs se reconvertir dans la caricature sociale.

Napoléon III réprime beaucoup sous l’Empire autoritaire cf La Lune et les portraits-charges dessinés par André Gil.
Après la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, l’image peut se développer sans contrainte et sans censure... En quelques années, toute une nouvelle génération de caricaturistes de grand talent émerge avec Forain, Willette, Léandre, Steinlen, Hermann-Paul, Ibels, Albert Guillaume.



L’Assiette au beurre sort son premier numéro le 1er avril 1901 et apporte une vision corrosive de l’actualité. Antimilitariste « elle mène aussi par la caricature contre l’Eglise catholique, un combat violent, sans nuances et sans tact »
Virulent, oui
revoir le clergé : http://www.assietteaubeurre.org/cra/crabis_jpg/cra_p8_9_q40.jpg
et l’armée : http://www.assietteaubeurre.org/dressage/dress_p6.htm
Mais les adversaires (les ennemis ?) de la République font-ils l’économie de la violence et de la mauvaise foi ?
voir : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90170816
et et en 1906 : http://clioweb.free.fr/dossiers/1905/evron.jpg


- Liberté de conscience et respect de la laïcité, Jean-Paul Scot, L'Humanité 09.01.2015
http://www.humanite.fr/liberte-de-conscience-et-respect-de-la-laicite-562193

Le dernier supplicié pour blasphème fut en 1766 le jeune chevalier de La Barre. La Révolution a supprimé ce délit. La Restauration l’a rétabli en 1815, la Monarchie de Juillet y a mis fin. En République laïque et démocratique, le blasphème n’existe pas.

« Ce sont les religions qui interdisent le blasphème car elles prétendent avoir le monopole de la vérité et du sacré. Ce sont elles qui diabolisent ce que les croyants d’autres religions ou les incroyants considèrent comme de simples moqueries irrévérencieuses ou des critiques intellectuelles »..

« Il ne faut pas confondre tolérance et laïcité. La tolérance est une concession du Prince... En proclamant la liberté de conscience et l’égalité des droits entre tous les hommes, l’Assemblée constituante a jeté les bases de .. la laïcité, que la loi de séparation des Églises et de l’État a consacrée en 1905 (La République reconnaît la liberté de conscience) ».

.

cliohist
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par cliohist le Sam 17 Jan 2015 - 14:41

DDHC 26 août 1789
art 10 - « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi.
art 11 - « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme. Tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas prévus par la loi »


ans le débat sur la liberté de la presse après 1789, les positions sont divergentes. Robespierre ou La Fayette défendent la liberté totale de la presse, de nombreux députés du côté droit et du côté gauche s’inquiètent des risques d’une liberté illimitée. Il faut plus de deux ans à l’Assemblée pour préciser ce que sont les "abus"

En janvier 1790, Sieyès propose une loi — ajournée — sur la presse qui prévoit des poursuites contre les périodiques incitant à la sédition, insultant le roi, outrageant les bonnes mœurs, ou proférant des accusations calomnieuses.

- Rapport de M. l'abbé Sieyès sur la liberté de la presse, et projet de loi contre les délits qui peuvent se commettre par la voie de l'impression, et par la publication des écrits et des gravures, janvier 1790. Archives parlementaires, BNF-Stanford FRDA
http://clioweb.free.fr/dossiers/revo/sieyes-rapport-presse-1790.pdf


Le débat ressurgit à plusieurs reprises. Les 9 et 10 mai 1791, l'Assemblée discute du droit de pétition et d'affichage que le côté droit entend limiter, notamment par la voix de Le Chapelier (il propose de restreindre ce dernier droit et de réserver celui de pétition aux citoyens actifs).

- Robespierre défend le droit illimité d'expression. La revue La Révolution française a mis en ligne son discours à la Société des Amis de la Constitution (club des Jacobins) le 9 mai 1791. http://revolution-francaise.net/2015/01/16/603-liberte-d-expression-liberte-de-la-presse-la-contribution-de-robespierre-a-la-defense-de-principes


La déclaration de 1948 parle de « liberté d'opinion et d'expression », de « liberté de pensée, de conscience et de religion », de « compréhension, tolérance et amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux ».

.

cliohist
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des médias, de la presse et de la presse satirique en France : quelques éléments d'information.

Message par cliohist le Lun 9 Fév 2015 - 9:15

.
- Liberté de la presse : la fragile conquête, émission Concordance des temps, 07.02.2015
avec Patrick Eveno
http://www.franceculture.fr/emission-concordance-des-temps-liberte-de-la-presse-la-fragile-conquete-2015-02-07

Charles X est très présent : loi sur le blasphème en 1825, ordonnances de 1830
La loi de 1881 est votée par les Républicains, et par leurs adversaires monarchistes qui espèrent en profiter pour abattre le régime.
Difficile de limiter l'extension de la liberté de la presse en démocratie, mais GW Bush et le Patriot Act...

Jean-Noël JEANNENEY, Une histoire des médias, des origines à nos jours, éd. « Points » Seuil, Paris, 2015 (rééd.).
Patrick EVENO, Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révolution numérique, Flammarion, 2012.
Patrick EVENO, J’accuse et autres grands articles, anthologie du journalisme français, Le Monde-Flammarion, 2010.
Jean-Pierre MACHELON, La République contre les libertés ? Les restrictions aux libertés publiques de 1879 à 1914, Presses ScPo, 1976.



- Livre et censure, BNF
Journée d'étude à la BNF le 11.12.2007 et bibliographie
http://www.bnf.fr/documents/biblio_censure.pdf

.

cliohist
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum