comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Page 11 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par User5899 le Ven 16 Jan 2015 - 13:34

@coindeparadis a écrit:Et la troisième qui dit que cela dépend des circonstances ( la synthèse appelée aussi 1/4h  normand Wink )
Après quoi nous établiront de fason incontestable que sa dépan des gens.


Oui, PY, je l'ai enfin retrouvé !! Very Happy
Vous "validez", comme on dit aujourd'hui ?

Michel Gourinat, Guide de la dissertation et du commentaire composé en philosophie, Hachette Université, 1976.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par Iphigénie le Ven 16 Jan 2015 - 14:31

Ah ben oui PY c'est pas du jeu, forcément!

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par Roumégueur Ier le Ven 16 Jan 2015 - 18:17

Sympa les réactions dans quelques établissements de Midi-Pyrénées :
http://www.ladepeche.fr/article/2015/01/16/2030030-incidents-lors-minute-silence-soutien-charlie-unanime-ecole.html

"À Beaumont-de-Lomagne, la moitié d'une classe de CAP fait l'apologie des terroristes

Au lycée professionnel de Beaumont-de-Lomagne, c'est la moitié d'une classe de CAP comptant quinze élèves qui a perturbé le recueillement. Le proviseur Marie-Ange Balança qui s'est rendue dans chaque classe pour expliquer les raisons de ce deuil national (notre encadré), a dû faire face à des réponses pour le moins difficiles à entendre dans le contexte actuel. «On est des pro-terroristes si j'avais 18 ans, je serais en Syrie, aurait donc clamé le leader de ce petit groupe poursuivant par un discours favorable à la cause palestinienne. Les victimes de Charlie l'ont bien cherché, ils avaient dit que le Coran c'était de la merde… Si c'était des Palestiniens, on n'en aurait pas entendu parler.» La classe, qui a été immédiatement prise en charge par la chef d'établissement et des enseignants, a quand même tenu la minute de silence. Quant aux élèves concernés et leurs parents, ils ont tous été convoqués pour s'expliquer. L'auteur des propos «djihadistes» âgé de 16 ans qui doit être reçu en fin de semaine, assurait Marie-Ange Balança, n'échappera pas à ses responsabilités, le proviseur envisageant pour lui une mesure de responsabilisation l'obligeant à passer de nombreux mercredis auprès des aînés de l'Ehpad de la commune.

À Castelsarrasin, des quatrièmes perturbent la minute de silence

Au collège Jean-de-Prades, le principal Éric Soula n'a également pas transigé après que quatre de ses élèves âgés de 14 à 15 ans aient perturbé la minute de silence en proférant des propos anti-Charlie : «ça sert à rien pour un journal… Ils n'avaient qu'à pas se moquer de la religion et du prophète.» Tous convoqués devant le conseil de discipline, «ils ont hérité pour trois d'entre eux d'un blâme et du dernier d'une exclusion temporaire» confirmait le principal qui insistait pour dire que tous les parents avaient bien compris les raisons de cette sanction.

À Montauban, les lycéens de Bourdelle réfractaires invités à quitter la classe

Au lycée Antoine-Bourdelle, le proviseur Isabelle Ficat, alertée le jour même par des enseignants, décidait avant la tenue de la minute de silence de faire sortir les élèves réfractaires à ce temps de recueillement. Une quinzaine de lycéens auraient ainsi gagné les couloirs de l'établissement. «Devant le signalement d'éventuels problèmes qui pourraient avoir lieu et afin d'éviter tout incident, nous avons préféré faire ce choix, assurait la chef d'établissement qui insistait sur l'accompagnement individuel et pédagogique fait dans le même temps. Chaque élève sorti, a été entendu par un personnel du lycée et après des explications avec eux, certains ont fait la minute de silence dans le couloir.» Hier soir, le conseil de vie lycéenne de l'établissement était réuni pour faire le point sur ces événements, «trouver des réponses et agir sur le long terme» garantissait la chef d'établissement.

Enfin, le dernier fait signalé, pour l'heure, à l'inspection académique n'a pas manqué de troubler l'équipe pédagogique d'une école de la cité d'Ingres. Une fillette de 10 ans ayant ostensiblement craché durant le recueillement sur l'affiche symbolisant la minute de silence. Le «père de cet enfant est venu présenter des excuses aux enseignants» nous confirmait de son côté l'inspection par la voix d'Évelyne Priam."

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par Balthazaard le Ven 16 Jan 2015 - 20:19

"ils ont hérité pour trois d'entre eux d'un blâme"...je suis sur qu'ils en sont ressortis rouge de honte, comment pourront-ils vivre après cela? n'est-ce pas disproportionné?

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par ugolin le Ven 16 Jan 2015 - 23:34

NVB devrait refaire ses comptes, on doit être plus proche de 2000 établissements dans lesquels la minute de silence n'a été respectée...  Merci à notre courageuse chaine hiérarchique CDE - Inspecteur - Recteur pour ce magnifique moment de vérité. Brigelli annonçait à la louche sur itélé l'autre soir, 16 % d'élèves frondeurs...

ugolin
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par thrasybule le Ven 16 Jan 2015 - 23:53

Pour ma part, je n'ai aucun message de réconfort, de bienveillance et de soutien venant des différents chaînons de la hiérarchie. Hormis les énoncés prescriptifs et culpabilisants. 
J'ai le regret de dire, à titre personnel, que je trouve cela "dégueulasse". Un peu de Seberg, ça fait du bien.

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par roxanne le Sam 17 Jan 2015 - 9:14

Mais parmi ces gamins, combien le font juste pour emmerder les profs, perturber les cours comme ils le font au quotidien, l'occasion étant trop belle ?

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par Ergo le Sam 17 Jan 2015 - 10:30

Dans mon établissement, ce n'est justement pas pour emmerder les profs: la minute de silence a été faite par les plus virulents (d'autres ont pouffé, ont fanfaronné mais se sont trouvés isolés dans les bureaux ou dans les couloirs), à défaut d'être respectée, les dérapages ont eu lieu avant et après (et depuis). C'est plus profond. Mais il faut dire qu'à la Mosquée, d'après nos informateurs, on leur rappelle que les lois de la République passent après les lois divines.

_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par egomet le Sam 17 Jan 2015 - 11:04

@Iphigénie a écrit:Par pitié, il faudrait arrêter de croire qu'on enseigne par le débat!
La liberté d'expression, c'est d'abord pouvoir être libre dans son expression mais parce qu'on est capable de penser par soi-même.
La liberté d'expression n'est pas la liberté de répéter n'importe quoi sans avoir conscience de ce que l'on raconte ou de ce que cela implique.
Bien sûr qu'il faut entendre la parole des élèves, mais ce n'est pas ainsi, en débattant, fût-ce de laïcité et de citoyenneté que l'on apprend à penser. On conforte la bêtise: non que ce soit une bêtise innée et incurable, mais la bêtise naturelle tout simplement d'un cerveau que l'on n'aide pas à se développer.
La pensée passe par des outils dont il faut connaître l'emploi, en commençant par le vocabulaire, la syntaxe, en continuant par la formation que donne l'habitude de fréquenter des pensées construites et élaborées, celles des écrivains, des philosophes, des penseurs.
Ceux qui n'invitent pas à réciter leur "mantra" mais justement à s'interroger, s'inquiéter, douter, choisir.
Penser est le résultat d'une éducation, en somme, ce n'est pas une donnée immédiate!
L'école a laissé se fabriquer des ados incultes, confondant opinion et pensée, essentiellement préoccupés par l'expression de leur Moi, avec des cerveaux "inoutillés". 
La laïcité et la citoyenneté sont même les dernières choses dont on puisse débattre. 

Accepter le débat suppose qu'on admette une pluralité d'opinions. Or le professeur veut transmettre un savoir précis.  Que penser d'un débat dont la conclusion est définie à l'avance par l'institution?  C'est une hypocrisie. Et les élèves le sentent.

On peut organiser des débats sur des sujets techniques,  secondaires, tels que la lutte contre le tabagisme,  l'âge du permis de conduire ou la dépénalisation du cannabis, si on tient absolument à habituer les élèves à discuter.
Mais on ne peut pas organiser de débat sur la citoyenneté,  qui forme le cadre même des débats publics. Surtout avec des jeunes qui n'ont pas de structure morale et sociale solide. Il est dangereux de discuter la façon d'organiser la discussion elle-même. 
Des adultes ayant déjà très bien intégré toutes les règles de politesse peuvent à la rigueur discuter sur les limites de la liberté d'expression, parce que les usages de la politesse forment une sorte de morale provisoire qu'on peut utiliser en attendant les conclusions du débat, ou parce que ces adultes savent d'expérience la nécessité d'arriver à s'entendre. Il a fallu des souffrances inouïes pour arriver à une idée de la tolérance à peu près utilisable. Soyons honnêtes,  même pour nous, il est difficile de discuter de quoi que ce soit, sans nous soumettre au préalable à une règle, ou même à un chef qui dirige les débats. Pas de forum sans une charte indiscutable. Si nous ne sommes pas capables de débattre sereinement entre adultes, comment pouvons-nous prendre le risque de faire intervenir des enfants?

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par kero le Sam 17 Jan 2015 - 11:12

@egomet a écrit:Accepter le débat suppose qu'on admette une pluralité d'opinions. Or le professeur veut transmettre un savoir précis.  Que penser d'un débat dont la conclusion est définie à l'avance par l'institution?  C'est une hypocrisie. Et les élèves le sentent.

Absolument.

Remarquons au passage que c'est exactement la même démarche qui est au cœur des prétendues "consultations" ministérielles.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par egomet le Sam 17 Jan 2015 - 11:20

@kero a écrit:
@egomet a écrit:Accepter le débat suppose qu'on admette une pluralité d'opinions. Or le professeur veut transmettre un savoir précis.  Que penser d'un débat dont la conclusion est définie à l'avance par l'institution?  C'est une hypocrisie. Et les élèves le sentent.

Absolument.

Remarquons au passage que c'est exactement la même démarche qui est au cœur des prétendues "consultations" ministérielles.

C'est aussi une méthode très pratiquée au sein de certains partis politiques,  notamment à gauche, où il y a une véritable discipline de parti. La différence,  c'est que si vous n'êtes pas content,  vous pouvez toujours aller voir ailleurs.  Ce qu'un élève ou un professeur ne peut pas faire.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par Ronin le Sam 17 Jan 2015 - 11:36

@egomet a écrit:
@Iphigénie a écrit:Par pitié, il faudrait arrêter de croire qu'on enseigne par le débat!
La liberté d'expression, c'est d'abord pouvoir être libre dans son expression mais parce qu'on est capable de penser par soi-même.
La liberté d'expression n'est pas la liberté de répéter n'importe quoi sans avoir conscience de ce que l'on raconte ou de ce que cela implique.
Bien sûr qu'il faut entendre la parole des élèves, mais ce n'est pas ainsi, en débattant, fût-ce de laïcité et de citoyenneté que l'on apprend à penser. On conforte la bêtise: non que ce soit une bêtise innée et incurable, mais la bêtise naturelle tout simplement d'un cerveau que l'on n'aide pas à se développer.
La pensée passe par des outils dont il faut connaître l'emploi, en commençant par le vocabulaire, la syntaxe, en continuant par la formation que donne l'habitude de fréquenter des pensées construites et élaborées, celles des écrivains, des philosophes, des penseurs.
Ceux qui n'invitent pas à réciter leur "mantra" mais justement à s'interroger, s'inquiéter, douter, choisir.
Penser est le résultat d'une éducation, en somme, ce n'est pas une donnée immédiate!
L'école a laissé se fabriquer des ados incultes, confondant opinion et pensée, essentiellement préoccupés par l'expression de leur Moi, avec des cerveaux "inoutillés". 
La laïcité et la citoyenneté sont même les dernières choses dont on puisse débattre. 

Accepter le débat suppose qu'on admette une pluralité d'opinions. Or le professeur veut transmettre un savoir précis.  Que penser d'un débat dont la conclusion est définie à l'avance par l'institution?  C'est une hypocrisie. Et les élèves le sentent.

On peut organiser des débats sur des sujets techniques,  secondaires, tels que la lutte contre le tabagisme,  l'âge du permis de conduire ou la dépénalisation du cannabis, si on tient absolument à habituer les élèves à discuter.
Mais on ne peut pas organiser de débat sur la citoyenneté,  qui forme le cadre même des débats publics. Surtout avec des jeunes qui n'ont pas de structure morale et sociale solide. Il est dangereux de discuter la façon d'organiser la discussion elle-même. 
Des adultes ayant déjà très bien intégré toutes les règles de politesse peuvent à la rigueur discuter sur les limites de la liberté d'expression, parce que les usages de la politesse forment une sorte de morale provisoire qu'on peut utiliser en attendant les conclusions du débat, ou parce que ces adultes savent d'expérience la nécessité d'arriver à s'entendre. Il a fallu des souffrances inouïes pour arriver à une idée de la tolérance à peu près utilisable. Soyons honnêtes,  même pour nous, il est difficile de discuter de quoi que ce soit, sans nous soumettre au préalable à une règle, ou même à un chef qui dirige les débats. Pas de forum sans une charte indiscutable. Si nous ne sommes pas capables de débattre sereinement entre adultes, comment pouvons-nous prendre le risque de faire intervenir des enfants?

Entièrement d'accord. Mais nous ne sommes plus à une hypocrisie près dans cette école des fans au pays des bisounours qu'est devenue l'EN où seule l'image compte.

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par kellogs le Sam 17 Jan 2015 - 18:30

@Iphigénie a écrit:L'école a laissé se fabriquer des ados incultes, confondant opinion et pensée, essentiellement préoccupés par l'expression de leur Moi, avec des cerveaux "inoutillés". Et on s'étonne de la monstruosité des résultats...

Je suis exactement de cet avis, merci de l'avoir exprimé aussi clairement.

Je pose la question suivante aux élèves : "A votre avis, à quand remonte la création de la France ?".
Une réponse d'un élève opposé aux caricatures : "200 ans, Monsieur".

kellogs
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par kero le Sam 17 Jan 2015 - 18:45

@kellogs a écrit:
@Iphigénie a écrit:L'école a laissé se fabriquer des ados incultes, confondant opinion et pensée, essentiellement préoccupés par l'expression de leur Moi, avec des cerveaux "inoutillés". Et on s'étonne de la monstruosité des résultats...

Je suis exactement de cet avis, merci de l'avoir exprimé aussi clairement.

Je pose la question suivante aux élèves : "A votre avis, à quand remonte la création de la France ?".
Une réponse d'un élève opposé aux caricatures : "200 ans, Monsieur".

En même temps, la question n'a pas grand sens. Elle présuppose une conception essentialiste de l'État-nation.

D'ailleurs, je serais curieux de savoir quelle était la réponse attendue.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par kellogs le Sam 17 Jan 2015 - 19:11

@kero
C'était pour répondre aux inquiétudes d'enfants qui me demandaient si la guerre allait arriver sur notre sol et pour les rassurer. On peut remonter au delà de 200 ans, non ? J'ai expliqué que la France et le Royaume-Uni (l'Angleterre) étaient les deux plus vieilles nations en Europe, pour les rassurer. La question d'origine d'un enfant était "La France va-t-elle disparaître si les combattants du djihad arrivent sur notre sol". Alors j'ai posé la question concernant l'ancienneté de notre nation ...

A l'attention des professeurs d'histoire :
www.neoprofs.org/t85921-reference-a-l-islam-politique-en-cours-d-histoire

Ne répondez pas si vous n'êtes pas prof. d'histoire.

kellogs
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par trompettemarine le Sam 17 Jan 2015 - 20:34

Désolée, un professeur de Lettres classiques répond en citant Paul Valéry (texte écrit en 1919) :
Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins; descendus au fond inexplorable des siècles avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs sciences pures et appliquées, avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les critiques de leurs critiques. Nous savions bien que toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose. Nous apercevions à travers l’épaisseur de l’histoire, les fantômes d’immenses navires qui furent chargés de richesse et d’esprit. Nous ne pouvions pas les compter. Mais ces naufrages, après tout, n’étaient pas notre affaire. Élam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie... ce seraient aussi de beaux
noms. Lusitania aussi est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. Les circonstances qui enverraient les oeuvres de Keats et celles de Baudelaire rejoindre les oeuvres de Ménandre ne sont plus du tout inconcevables : elles sont dans les journaux.
Ce n’est pas tout. La brûlante leçon est plus complète encore. Il n’a pas suffi à notre génération d’apprendre par sa propre expérience comment les plus belles choses et les plus antiques, et les plus formidables et les mieux ordonnées sont périssables par accident; elle a vu, dans l’ordre de la pensée, du sens commun, et du sentiment, se produire des phénomènes extraordinaires, des réalisations brusques de paradoxes, des déceptions brutales de l’évidence. Je n’en citerai qu’un exemple : les grandes vertus des peuples allemands ont engendré plus de maux que l’oisiveté jamais n’a créé de vices. Nous avons vu, de nos yeux vu, le travail consciencieux, l’instruction la plus solide, la discipline et l’application les plus sérieuses, adaptés à d’épouvantables desseins.


Dernière édition par trompettemarine le Sam 17 Jan 2015 - 20:37, édité 1 fois

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par Elyas le Sam 17 Jan 2015 - 20:37

@kellogs a écrit:@kero
C'était pour répondre aux inquiétudes d'enfants qui me demandaient si la guerre allait arriver sur notre sol et pour les rassurer. On peut remonter au delà de 200 ans, non ? J'ai expliqué que la France et le Royaume-Uni (l'Angleterre) étaient les deux plus vieilles nations en Europe, pour les rassurer. La question d'origine d'un enfant était "La France va-t-elle disparaître si les combattants du djihad arrivent sur notre sol". Alors j'ai posé la question concernant l'ancienneté de notre nation ...

A l'attention des professeurs d'histoire :
www.neoprofs.org/t85921-reference-a-l-islam-politique-en-cours-d-histoire

Ne répondez pas si vous n'êtes pas prof. d'histoire.

Tu oublies le Danemark ! Argh, pauvres Danois !

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par PauvreYorick le Sam 17 Jan 2015 - 20:38

@Elyas a écrit: Pauvres Danois !
J'allais le dire Wink

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par kero le Sam 17 Jan 2015 - 20:41

@Elyas a écrit:
@kellogs a écrit:@kero
C'était pour répondre aux inquiétudes d'enfants qui me demandaient si la guerre allait arriver sur notre sol et pour les rassurer. On peut remonter au delà de 200 ans, non ? J'ai expliqué que la France et le Royaume-Uni (l'Angleterre) étaient les deux plus vieilles nations en Europe, pour les rassurer. La question d'origine d'un enfant était "La France va-t-elle disparaître si les combattants du djihad arrivent sur notre sol". Alors j'ai posé la question concernant l'ancienneté de notre nation ...

A l'attention des professeurs d'histoire :
www.neoprofs.org/t85921-reference-a-l-islam-politique-en-cours-d-histoire

Ne répondez pas si vous n'êtes pas prof. d'histoire.

Tu oublies le Danemark ! Argh, pauvres Danois !

Et les Scotti, alors ?

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par egomet le Sam 17 Jan 2015 - 20:51

@trompettemarine a écrit:
Désolée, un professeur de Lettres classiques répond en citant Paul Valéry (texte écrit en 1919) :
Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins; descendus au fond inexplorable des siècles avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs sciences pures et appliquées, avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les critiques de leurs critiques. Nous savions bien que toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose. Nous apercevions à travers l’épaisseur de l’histoire, les fantômes d’immenses navires qui furent chargés de richesse et d’esprit. Nous ne pouvions pas les compter. Mais ces naufrages, après tout, n’étaient pas notre affaire. Élam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie... ce seraient aussi de beaux
noms. Lusitania aussi est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. Les circonstances qui enverraient les oeuvres de Keats et celles de Baudelaire rejoindre les oeuvres de Ménandre ne sont plus du tout inconcevables : elles sont dans les journaux.
Ce n’est pas tout. La brûlante leçon est plus complète encore. Il n’a pas suffi à notre génération d’apprendre par sa propre expérience comment les plus belles choses et les plus antiques, et les plus formidables et les mieux ordonnées sont périssables par accident; elle a vu, dans l’ordre de la pensée, du sens commun, et du sentiment, se produire des phénomènes extraordinaires, des réalisations brusques de paradoxes, des déceptions brutales de l’évidence. Je n’en citerai qu’un exemple : les grandes vertus des peuples allemands ont engendré plus de maux que l’oisiveté jamais n’a créé de vices. Nous avons vu, de nos yeux vu, le travail consciencieux, l’instruction la plus solide, la discipline et l’application les plus sérieuses, adaptés à d’épouvantables desseins.

La suite du texte:
http://classiques.uqac.ca/classiques/Valery_paul/crise_de_lesprit/crise_de_lesprit.html
Ce n'est pas très long et ça mérite vraiment d'être lu in extenso.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par Elyas le Sam 17 Jan 2015 - 20:51

@kero a écrit:
@Elyas a écrit:
@kellogs a écrit:@kero
C'était pour répondre aux inquiétudes d'enfants qui me demandaient si la guerre allait arriver sur notre sol et pour les rassurer. On peut remonter au delà de 200 ans, non ? J'ai expliqué que la France et le Royaume-Uni (l'Angleterre) étaient les deux plus vieilles nations en Europe, pour les rassurer. La question d'origine d'un enfant était "La France va-t-elle disparaître si les combattants du djihad arrivent sur notre sol". Alors j'ai posé la question concernant l'ancienneté de notre nation ...

A l'attention des professeurs d'histoire :
www.neoprofs.org/t85921-reference-a-l-islam-politique-en-cours-d-histoire

Ne répondez pas si vous n'êtes pas prof. d'histoire.

Tu oublies le Danemark ! Argh, pauvres Danois !

Et les Scotti, alors ?

Parles-tu des Scotti, càd des populations venues d'Hibernia pour fonder le royaume de Dal Riada (donc des Irlandais) en Ecosse (Alba en latin) ou des Picti et des Cymru (donc les hommes bleus d'Alba et les Bretons de Britannia plus ou moins romanisés pour faire court ^^) ? topela

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par egomet le Sam 17 Jan 2015 - 20:58

@kellogs a écrit:@kero
C'était pour répondre aux inquiétudes d'enfants qui me demandaient si la guerre allait arriver sur notre sol et pour les rassurer. On peut remonter au delà de 200 ans, non ? J'ai expliqué que la France et le Royaume-Uni (l'Angleterre) étaient les deux plus vieilles nations en Europe, pour les rassurer. La question d'origine d'un enfant était "La France va-t-elle disparaître si les combattants du djihad arrivent sur notre sol". Alors j'ai posé la question concernant l'ancienneté de notre nation ...

A l'attention des professeurs d'histoire :
www.neoprofs.org/t85921-reference-a-l-islam-politique-en-cours-d-histoire

Ne répondez pas si vous n'êtes pas prof. d'histoire.

Ce n'est pas parce qu'on est plus vieux qu'on est moins mortel... Rolling Eyes

Certes, il y a des seuils critiques. L'ancienneté peut indiquer une certaine solidité... ou une certaine usure.
Pour les individus, on a une forte probabilité de mourir avant 5 ans ou après 70 ans.
Pour les pays, peuples, civilisations, régimes politiques  je ne sais pas quels sont les seuils.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par kero le Sam 17 Jan 2015 - 20:58

Ah non Elyas, commence pas, hein. Very Happy

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par kero le Sam 17 Jan 2015 - 21:00

@egomet a écrit:
@kellogs a écrit:@kero
C'était pour répondre aux inquiétudes d'enfants qui me demandaient si la guerre allait arriver sur notre sol et pour les rassurer. On peut remonter au delà de 200 ans, non ? J'ai expliqué que la France et le Royaume-Uni (l'Angleterre) étaient les deux plus vieilles nations en Europe, pour les rassurer. La question d'origine d'un enfant était "La France va-t-elle disparaître si les combattants du djihad arrivent sur notre sol". Alors j'ai posé la question concernant l'ancienneté de notre nation ...

A l'attention des professeurs d'histoire :
www.neoprofs.org/t85921-reference-a-l-islam-politique-en-cours-d-histoire

Ne répondez pas si vous n'êtes pas prof. d'histoire.

Ce n'est pas parce qu'on est plus vieux qu'on est moins mortel... Rolling Eyes

Certes, il y a des seuils critiques. L'ancienneté peut indiquer une certaine solidité... ou une certaine usure.
Pour les individus, on a une forte probabilité de mourir avant 5 ans ou après 70 ans.
Pour les pays, peuples, civilisations, régimes politiques  je ne sais pas quels sont les seuils.

Je dirais surtout, moi, que la métaphore biologiste montre ici sa limite. Une civilisation, un pays, une nation, sont moins des organismes qui naissent, vivent et meurent, que des entités qui connaissent des transformations incessantes.

On ne peut pas réellement donner une date de naissance la la "nation France". Quoi qu'en pensent les défenseurs invétérés du roman national.

Accessoirement, l'élève qui répond "200 ans, monsieur", n'a pas totalement tort.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par kellogs le Sam 17 Jan 2015 - 21:23

Je n'ai pas fait référence à l'État-nation français, mais bien à la France. Le terme est employé depuis Philippe Auguste. Dans l'imaginaire collectif, la France est plus ancienne : Clovis, Charlemagne. Dans mon exposé, j'ai même fait référence aux Gaulois et à la Gaulle. J'ai précisé qu'en raison de la position de la France à l'extrémité Ouest de l'Europe, nous avions connu de nombreuses vagues de peuplement et que par définition, nous sommes un creuset de populations, réunis sous une seul nom : les Français. En tout cas, la datation de la France est LARGEMENT supérieure à 200 ans. Preuve en est que Charles VII ne pu être officiellement couronné tant que Reims était occupé par les anglais. Je l'avoue, ce n'est pas ma matière, je peux me tromper.

kellogs
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par e-Wanderer le Lun 19 Jan 2015 - 7:33

Hier après-midi, je me suis rendu dans une banlieue tranquille du sud de Paris. Rue déserte. Sur le trottoir d'en face, trois gamins, je dirais 10-12 ans, qui criaient "Je suis musulman, je suis Al-Qaida, Je suis Coulibaly" (c'était comme une sorte de jeu entre eux, aucune agressivité à mon égard, je crois qu'ils ne m'ont même pas remarqué). Clairement immatures, mais je plains quand même leurs professeurs…

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum