"Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Thierry30 le Sam 31 Jan 2015 - 12:11

Voilà, tout est dit dans le titre:
A quand une véritable coalition de la gauche radicale en France sur un projet de société alternatif au libéralisme débridé?
Verts, MRC, PG, PC, NPA, LO, POI...

Quand se mettront-ils autour d'une table pour élaborer un programme de gouvernement afin de tenter de prendre le pouvoir et éviter l'accession aux affaires de l'extrême droite? C'est ce que les Grecs ont fait, laminant ainsi les partis inféodés à la troïka et replaçant "Aube Dorée" là où l'extrême droite se doit d'être: ultra-minoritaire.

Ce rassemblement pourrait s'appeler "Ensemble", par exemple. Pour ma part j'adhérerais et militerais sans aucun problème. La route y menant vous paraît-elle longue, semée d'embûches mais possible ou considérez-vous que c'est illusoire?

« Quand nous, les Verts, les socialistes dissidents, Nouvelle Donne, ne votons pas le budget et ne participons pas à la majorité gouvernementale, nous avons le devoir de proposer autre chose aux Français », assène M. Mélenchon dans le JDD. « Je crois qu'il faut travailler à une candidature commune », répète-t-il, comme il l'a déjà dit.
Hors de question selon lui de faire appel au PS un « d'astre mort ». « Son logiciel est périmé », ajoute-t-il, poursuivant : « sociaux-libéraux, ils cajolent la finance. Leur seul argument, c'est le 'vote utile' ! ». Au fil de l'interview il s'en prend régulièrement à ceux qu'il appelle « la caste », dans un lexique proche du verbe anti-élite de Syriza.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/02/01/melenchon-si-nous-devions-gouverner-je-saurais-le-faire_4567552_823448.html#xs8QCfL72MMg6roV.99

Thierry30
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Lefteris le Dim 1 Fév 2015 - 12:00

républicain a écrit:Voilà, tout est dit dans le titre:
A quand une véritable coalition de la gauche radicale en France sur un projet de société alternatif au libéralisme débridé?

Verts, MRC, PG, PC, NPA, LO, POI...

Quand se mettront-ils autour d'une table pour élaborer un programme de gouvernement afin de tenter de prendre le pouvoir et éviter l'accession aux affaires de l'extrême droite?
C'est ce que les Grecs ont fait, laminant ainsi les partis inféodés à la troïka et replaçant "Aube Dorée" là où l'extrême droite se doit d'être: ultra-minoritaire.

Ce rassemblement pourrait s'appeler "Ensemble", par exemple.
Pour ma part j'adhérerais et militerais sans aucun problème.
La route y menant vous paraît-elle longue, semée d'embûches mais possible ou considérez-vous que c'est illusoire?

Une telle coalition éclaterait malheureusement très vite, il y a des incompatibilités irréductibles entre tout ou partie de ces mouvements. Ca peut fonctionner sur une élection précise , à la limite, mais à mon avis par sur le long terme. Même si les appareils acceptaient une alliance, les électeurs ne suivraient sans doute pas( j'en ai une petite idée, je suis adhérent à l'un d'eux).

Les Grecs sont dans un tout autre d'esprit , lié à leur histoire. Ils se défient depuis la guerre d'Indépendance du ξένος δάκτυλος , "le doigt étranger" (qui leur a collé des rois bavarois, une intervention européenne dans le partage des Balkans, l'affaire de l'Asie Mineure, le financement d'une guerre civile, l’impossibilité de l'Enosis" avec Chypre...) et une alliance souverainiste est possible , puisqu'ils considèrent désormais le PASOK et Nea Democratia comme des vendus à la Troïka. Le point commun est pour l'instant plus fort que les différences, mais rien ne dit qu'ils ne vont pas se taper dessus dans un avenir prochain.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par John le Dim 1 Fév 2015 - 12:45

Je pense que 2015 sera une année charnière pour la recomposition de la gauche.
Le PS s'est décrédibilisé : les autres partis de gauche EELV, PCF, PG, MUP et Nouvelle Donne sont déjà prêts à se rassembler (le PRG fait un peu figure d'étoile pâlissante dans l'ombre du PS, mais enfinil peut encore se rattraper)
La seule inconnue, c'est ce que fera le courant de gauche du PS : osera-t-il rejoindre la nouvelle coalition ?
Par contre, NPA, LO et POI ne s'allieront jamais avec personne, surtout au niveau national. Quant au MRC, je le pense plus proche du PS que des autres formations sus-citées.


Dernière édition par John le Dim 1 Fév 2015 - 12:55, édité 2 fois

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Celadon le Dim 1 Fév 2015 - 12:47

" Le point commun est pour l'instant plus fort que les différences, mais rien ne dit qu'ils ne vont pas se taper dessus dans un avenir prochain."
Et ne parlons même pas de Podemos, alors...

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Lefteris le Dim 1 Fév 2015 - 13:16

@John a écrit:Je pense que 2015 sera une année charnière pour la recomposition de la gauche.
Le PS s'est décrédibilisé : les autres partis de gauche EELV, PCF, PG, MUP et Nouvelle Donne sont déjà prêts à se rassembler (le PRG fait un peu figure d'étoile pâlissante dans l'ombre du PS, mais enfinil peut encore se rattraper)
La seule inconnue, c'est ce que fera le courant de gauche du PS : osera-t-il rejoindre la nouvelle coalition ?
Par contre, NPA, LO et POI ne s'allieront jamais avec personne, surtout au niveau national. Quant au MRC, je le pense plus proche du PS que des autres formations sus-citées.
Les Verts ne sont pas vraiment républicains, ils sont régionalistes et souvent "eurobéats", comme on dit, cause majeure de non-entente avec le MRC et le POI.  LO et le NPA, qui sont encore dans une rhétorique trotskyste voire maoïste  voient "des ennemis de classe" dans les autres partis de gauche. Le MRC est en état de sécession d'avec le PS , il y a casus belli parce que Hollande n'a même pas fait semblant de renégocier le traité de Lisbonne, ce qui était la condition d'une alliance. Il y a des tas d'autres éléments qui entrent enligne de compte, comme par exemple l'attitude peu claire du NPA sur la laïcité (ce qui a causé son effondrement, d'ailleurs). Le PC est marqué par son suivisme du PS pour obtenir des places, et il ne sait plus trop où se situer, puisqu'il n'a plus vraiment de modèle "communiste" à proposer.
Donc  je crois à aucune alliance à terme, hormis sur telle ou telle élection  pour faire barrage à un candidat.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par fracflo le Dim 1 Fév 2015 - 13:31

Et puis, franchement, est-ce qu'une telle alliance est souhaitable?
Aussi étrange que cela puisse paraître, je préfère les partis républicains...

fracflo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par palomita le Dim 1 Fév 2015 - 13:33

Je partage ton analyse , Lefteris . Il y a trop de divergences entre ces différents partis et formations pour qu'une alliance autre que de circonstance puisse se produire et exister de manière durable. De plus, la situation économique, en France n'est pas encore assez désespérée pour que ces divergences profondes soient mises de côté .


_________________
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit"
Oscar wilde.

palomita
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par John le Dim 1 Fév 2015 - 13:35

@Lefteris a écrit:
@John a écrit:Je pense que 2015 sera une année charnière pour la recomposition de la gauche.
Le PS s'est décrédibilisé : les autres partis de gauche EELV, PCF, PG, MUP et Nouvelle Donne sont déjà prêts à se rassembler (le PRG fait un peu figure d'étoile pâlissante dans l'ombre du PS, mais enfinil peut encore se rattraper)
La seule inconnue, c'est ce que fera le courant de gauche du PS : osera-t-il rejoindre la nouvelle coalition ?
Par contre, NPA, LO et POI ne s'allieront jamais avec personne, surtout au niveau national. Quant au MRC, je le pense plus proche du PS que des autres formations sus-citées.
Les Verts ne sont pas vraiment républicains, ils sont régionalistes et souvent "eurobéats", comme on dit, cause majeure de non-entente avec le MRC et le POI.  LO et le NPA, qui sont encore dans une rhétorique trotskyste voire maoïste  voient "des ennemis de classe" dans les autres partis de gauche. Le MRC est en état de sécession d'avec le PS , il y a casus belli parce que Hollande n'a même pas fait semblant de renégocier le traité de Lisbonne, ce qui était la condition d'une alliance. Il y a des tas d'autres éléments qui entrent enligne de compte, comme par exemple l'attitude peu claire du NPA sur la laïcité (ce qui a causé son effondrement, d'ailleurs). Le PC est marqué par son suivisme du PS pour obtenir des places, et il ne sait plus trop où se situer, puisqu'il n'a plus vraiment de modèle "communiste" à proposer.
Donc  je crois à aucune alliance à terme, hormis sur telle ou telle élection  pour faire barrage à un candidat.
Si tu relis ton message, une fois qu'on a retiré le n'importe quoi sur le PC(F) qu'apparemment tu connais mal, rien ne s'oppose à la conclusion que je tire moi-même de la situation : une alliance EELV, PCF, PG, MUP et Nouvelle Donne est tout à fait envisageable.
J'ajoute que dire d'un parti qu'il n'est pas républicain car il est pour la décentralisation et pour l'Union Européenne, c'est une ambiguïté assez mal venue.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Lefteris le Dim 1 Fév 2015 - 13:48

@John a écrit:
@Lefteris a écrit:
@John a écrit:Je pense que 2015 sera une année charnière pour la recomposition de la gauche.
Le PS s'est décrédibilisé : les autres partis de gauche EELV, PCF, PG, MUP et Nouvelle Donne sont déjà prêts à se rassembler (le PRG fait un peu figure d'étoile pâlissante dans l'ombre du PS, mais enfinil peut encore se rattraper)
La seule inconnue, c'est ce que fera le courant de gauche du PS : osera-t-il rejoindre la nouvelle coalition ?
Par contre, NPA, LO et POI ne s'allieront jamais avec personne, surtout au niveau national. Quant au MRC, je le pense plus proche du PS que des autres formations sus-citées.
Les Verts ne sont pas vraiment républicains, ils sont régionalistes et souvent "eurobéats", comme on dit, cause majeure de non-entente avec le MRC et le POI.  LO et le NPA, qui sont encore dans une rhétorique trotskyste voire maoïste  voient "des ennemis de classe" dans les autres partis de gauche. Le MRC est en état de sécession d'avec le PS , il y a casus belli parce que Hollande n'a même pas fait semblant de renégocier le traité de Lisbonne, ce qui était la condition d'une alliance. Il y a des tas d'autres éléments qui entrent enligne de compte, comme par exemple l'attitude peu claire du NPA sur la laïcité (ce qui a causé son effondrement, d'ailleurs). Le PC est marqué par son suivisme du PS pour obtenir des places, et il ne sait plus trop où se situer, puisqu'il n'a plus vraiment de modèle "communiste" à proposer.
Donc  je crois à aucune alliance à terme, hormis sur telle ou telle élection  pour faire barrage à un candidat.
Si tu relis ton message, une fois qu'on a retiré le n'importe quoi sur le PC(F) qu'apparemment tu connais mal, rien ne s'oppose à la conclusion que je tire moi-même de la situation : une alliance EELV, PCF, PG, MUP et Nouvelle Donne est tout à fait envisageable.
J'ajoute que dire d'un parti qu'il n'est pas républicain car il est pour la décentralisation et pour l'Union Européenne, c'est une ambiguïté assez mal venue.
Disons que la dissolution de la République dans l'entité administrative qu'est l'UE ne passe pas pour très républicain dans les partis attachés à la souveraineté de la Nation. Je ne rentre pas dans le détail, mais les noms d'oiseaux fusent chez les militants.
De même entre le PCF (dont le groupe à l'assemblée a ajouté l'adjectif "républicain") et les partis jugés trotskistes ou maoïstes.
Les positions idéologiques restent fortes en France, on verra ce qui sortira de tout ça après la probable déroute du PS en 2017. Pour la Grèce, vu de loin, on oublie aussi un élément important qui permet des alliances improbables qu'on ne verrait pas pour l'instant en France : le patriotisme, la fierté nationale.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par John le Dim 1 Fév 2015 - 16:14

On en reste donc toujours à une alliance possible EELV, PCF, PG, MUP et Nouvelle Donne.

Je voulais juste ajouter que la manif de Podemos a réuni 300 000 personnes, c'est impressionnant, et que Podemos est a priori en train de devenir la première force de gauche en Espagne.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Thierry30 le Dim 1 Fév 2015 - 19:37

Concernant Lo et le POI, je suis d'accord avec vous: une alliance sera très problématique.

Pour le NPA, en fait la LCR, j'aimerais vraiment que les amis de Besancenot décident de participer à un programme de rupture. Lorsque je l'entends, je ne le trouve pas si éloigné de Mélenchon ou de Laurent.

Pour le MRC, il semble que la rupture avec le PS ne soit pas loin, tant les options sur l'Europe sont opposées. Finalement, les Chevènementistes pourraient trouver leur place dans une coalition de ce type.

Mélenchon m'énerve souvent par ses déclarationset ses comportements, mais je lui reconnais une certaine continuité dans cette tentative de regroupement "des gauches".

Enfin, quoi, on ne va pas continuer à voter pour la fausse gauche fadasse du PS pour avoir une vraie politique de droite, quand-même!

Thierry30
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Celadon le Dim 1 Fév 2015 - 19:41

"Pour la Grèce, vu de loin, on oublie aussi un élément important qui permet des alliances improbables qu'on ne verrait pas pour l'instant en France : le patriotisme, la fierté nationale."
Oui et ils doivent avoir encore un souvenir douloureux des colonels. Que fort heureusement nous n'avons pas.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Thierry30 le Dim 1 Fév 2015 - 19:44

@Celadon a écrit:"Pour la Grèce, vu de loin, on oublie aussi un élément important qui permet des alliances improbables qu'on ne verrait pas pour l'instant en France : le patriotisme, la fierté nationale."
Oui et ils doivent avoir encore un souvenir douloureux des colonels. Que fort heureusement nous n'avons pas.

topela

Tout comme les Espagnols, du reste! Eux savent ce qu'un gouvernement d'extrême droite représente... Rolling Eyes

Thierry30
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Lefteris le Dim 1 Fév 2015 - 19:59

@John a écrit:On en reste donc toujours à une alliance possible EELV, PCF, PG, MUP et Nouvelle Donne.

Je voulais juste ajouter que la manif de Podemos a réuni 300 000 personnes, c'est impressionnant, et que Podemos est a priori en train de devenir la première force de gauche en Espagne.
Ensuite restera la question : combien de divisions ? Et comme en Grèce ou en Espagne, pour combien de temps ?

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Lefteris le Dim 1 Fév 2015 - 20:10

républicain a écrit:Concernant Lo et le POI, je suis d'accord avec vous: une alliance sera très problématique.

Pour le NPA, en fait la LCR, j'aimerais vraiment que les amis de Besancenot décident de participer à un programme de rupture. Lorsque je l'entends, je ne le trouve pas si éloigné de Mélenchon ou de Laurent.

Pour le MRC, il semble que la rupture avec le PS ne soit pas loin, tant les options sur l'Europe sont opposées. Finalement, les Chevènementistes pourraient trouver leur place dans une coalition de ce type.

Mélenchon m'énerve souvent par ses déclarationset ses comportements, mais je lui reconnais une certaine continuité dans cette tentative de regroupement "des gauches".

Enfin, quoi, on ne va pas continuer à voter pour la fausse gauche fadasse du PS pour avoir une vraie politique de droite, quand-même!
La rupture est dans les faits consommée avec le PS. La direction tente d'essayer de calmer ,mais les adhérents détournent leurs votes. les dirigeants le savent, et pur mntrer qu'ils avaient compris, aux européennes, la consigne a été l'abstention.

@Celadon a écrit:"Pour la Grèce, vu de loin, on oublie aussi un élément important qui permet des alliances improbables qu'on ne verrait pas pour l'instant en France : le patriotisme, la fierté nationale."
Oui et ils doivent avoir encore un souvenir douloureux des colonels. Que fort heureusement nous n'avons pas.
Ca les anciens s'en souviennent, et ils se souviennent aussi du rôle de la CIA, le fameux "doigt étranger", qui préférait soutenir une dictature que voir tous les Blakans dans le bloc de l'Est. Encore une péripétie qui a provoqué une forte émigration temporaire ou définitive.
Le seul point positif a été le financement par des puissances du réseau routier (mais aussi les premiers bétonnages massifs de la côte) .

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Moonchild le Dim 1 Fév 2015 - 20:51

Il y a beaucoup trop de divergences idéologiques fondamentales entre plusieurs de ces partis pour qu'une telle alliance soit viable. Comment par exemple concilier EELV avec le MRC ? Sans parler des partis "folkloriques" comme le NPA et LO qui ne cherchent surtout pas à exercer des responsabilités, préférant continuer à rêver du grand soir. Leur seul véritable point commun est qu'ils reprochent au PS de ne plus être vraiment de gauche tout en échouant à fédérer les classes populaires ; bref, c'est bien peu...

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par palomita le Dim 1 Fév 2015 - 21:45

@Celadon a écrit:
Oui et ils doivent avoir encore un souvenir douloureux des colonels. Que fort heureusement nous n'avons pas.

Exact, un autre point commun entre la Grèce et l'Espagne, c'est la dictature . Cela joue forcément dans les choix de vote des citoyens .

_________________
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit"
Oscar wilde.

palomita
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par John le Dim 1 Fév 2015 - 22:00

@Moonchild a écrit:Il y a beaucoup trop de divergences idéologiques fondamentales entre plusieurs de ces partis pour qu'une telle alliance soit viable. Comment par exemple concilier EELV avec le MRC ? Sans parler des partis "folkloriques" comme le NPA et LO qui ne cherchent surtout pas à exercer des responsabilités, préférant continuer à rêver du grand soir. Leur seul véritable point commun est qu'ils reprochent au PS de ne plus être vraiment de gauche tout en échouant à fédérer les classes populaires ; bref, c'est bien peu...
Ah tiens, ça m'aurait étonné.
Comme Lefteris : relis ton propre message, et tu verras qu'il ne contient aucun argument contre une éventuelle alliance EELV-PCF-PG-MUP-Nouvelle Donne, qui me semble ce vers quoi on tend peu à peu - avec une éventuelle scission d'EELV et/ou du PS, car il y a au sein de ces deux partis des gens qui ne sont pas prêts à franchir le pas consistant à se rapprocher de la gauche radicale plutôt que de quitter le centre-gauche plus rassurant et pour l'instant plus nombreux.
L'extrême-gauche française continuera quant à elle à vivoter à 1, 2 voire 3% et à être fractionnée : NPA, LO, POI resteront à part et entre eux.
Les atermoiements inévitables du PRG et du MRC les amèneront toujours à rester proches du PS et/ou du centre-gauche, et à tenter des alliances en local avec l'éventuelle nouvelle force de gauche citée plus haut et/ou avec le PS selon les rapports de force.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par John le Dim 1 Fév 2015 - 22:21

Ah ben quand on parle du loup !

Le nouveau parti anticapitaliste (NPA) a décidé dimanche à l'issu de son 3e congrès de "tourner la page des discussions avec le Front de gauche pour les élections" à venir.

La nouvelle majorité du NPA a décidé de "tourner la page des discussions avec les composantes du Front de gauche pour les élections", a expliqué à l'AFP Gaël Quirante, porte-parole d'une des plateformes représentées lors du Congrès.

Si le NPA se retrouvera encore dans les manifestations, dans les "luttes", avec le Front de gauche, plus question de discuter avec lui des questions électorales.

"Pour les élections (départementales et régionales) de 2015 et de 2017 (présidentielle), le NPA ne sera pas avec le Front de gauche", a affirmé à l'AFP Ludovic Wolfgang, porte-parole d'une plateforme de la majorité. "On ne discutera pas non plus avec eux sur l'éventualité ou pas de présenter un candidat".

"On se prépare dès maintenant à présenter un candidat à la présidentielle de 2017", a assuré Gaël Quirante qui n'exclut pas "des discussions avec Lutte ouvrière".

"On ne se félicite pas" de la rupture nette avec le Front de gauche, "c'est un très mauvais message pour le NPA donné à l'extérieur", a pour sa part réagit Sandra Demarcq, porte-parole de la plateforme 1, mise en minorité.

Cette plateforme, signée par l'ancien candidat NPA à la présidentielle Olivier Besancenot, était moins catégorique quant à la rupture avec le Front de gauche.

https://fr.news.yahoo.com/npa-tourne-page-front-gauche-%C3%A9lections-181942608.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par palomita le Dim 1 Fév 2015 - 22:24

Oui, ça s'annonce mal .

_________________
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit"
Oscar wilde.

palomita
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par John le Dim 1 Fév 2015 - 22:26

Mais non : c'est tout à fait logique.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Thierry30 le Dim 1 Fév 2015 - 22:36

@John a écrit:Ah ben quand on parle du loup !

Le nouveau parti anticapitaliste (NPA) a décidé dimanche à l'issu de son 3e congrès de "tourner la page des discussions avec le Front de gauche pour les élections" à venir.

La nouvelle majorité du NPA a décidé de "tourner la page des discussions avec les composantes du Front de gauche pour les élections", a expliqué à l'AFP Gaël Quirante, porte-parole d'une des plateformes représentées lors du Congrès.

Si le NPA se retrouvera encore dans les manifestations, dans les "luttes", avec le Front de gauche, plus question de discuter avec lui des questions électorales.

"Pour les élections (départementales et régionales) de 2015 et de 2017 (présidentielle), le NPA ne sera pas avec le Front de gauche", a affirmé à l'AFP Ludovic Wolfgang, porte-parole d'une plateforme de la majorité. "On ne discutera pas non plus avec eux sur l'éventualité ou pas de présenter un candidat".

"On se prépare dès maintenant à présenter un candidat à la présidentielle de 2017", a assuré Gaël Quirante qui n'exclut pas "des discussions avec Lutte ouvrière".

"On ne se félicite pas" de la rupture nette avec le Front de gauche, "c'est un très mauvais message pour le NPA donné à l'extérieur", a pour sa part réagit Sandra Demarcq, porte-parole de la plateforme 1, mise en minorité.

Cette plateforme, signée par l'ancien candidat NPA à la présidentielle Olivier Besancenot, était moins catégorique quant à la rupture avec le Front de gauche.

https://fr.news.yahoo.com/npa-tourne-page-front-gauche-%C3%A9lections-181942608.html

cafe

Thierry30
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Moonchild le Dim 1 Fév 2015 - 22:42

@John a écrit:
@Moonchild a écrit:Il y a beaucoup trop de divergences idéologiques fondamentales entre plusieurs de ces partis pour qu'une telle alliance soit viable. Comment par exemple concilier EELV avec le MRC ? Sans parler des partis "folkloriques" comme le NPA et LO qui ne cherchent surtout pas à exercer des responsabilités, préférant continuer à rêver du grand soir. Leur seul véritable point commun est qu'ils reprochent au PS de ne plus être vraiment de gauche tout en échouant à fédérer les classes populaires ; bref, c'est bien peu...
Ah tiens, ça m'aurait étonné.
Comme Lefteris : relis ton propre message, et tu verras qu'il ne contient aucun argument contre une éventuelle alliance EELV-PCF-PG-MUP-Nouvelle Donne, qui me semble ce vers quoi on tend peu à peu - avec une éventuelle scission d'EELV et/ou du PS, car il y a au sein de ces deux partis des gens qui ne sont pas prêts à franchir le pas consistant à se rapprocher de la gauche radicale plutôt que de quitter le centre-gauche plus rassurant et pour l'instant plus nombreux.
L'extrême-gauche française continuera quant à elle à vivoter à 1, 2 voire 3% et à être fractionnée : NPA, LO, POI resteront à part et entre eux.
Les atermoiements inévitables du PRG et du MRC les amèneront toujours à rester proches du PS et/ou du centre-gauche, et à tenter des alliances en local avec l'éventuelle nouvelle force de gauche citée plus haut et/ou avec le PS selon les rapports de force.
En tout cas, nous sommes bien d'accord sur le fait que le MRC et l'extrême gauche "folklorique" ne sont pas très compatibles avec un tel regroupement. Quant au PRG, dans sa configuration actuelle, il semble voué à rester une succursale du PS. L'alliance globale de la gauche "dissidente" telle que présentée en ouverture du fil est donc bien irréaliste.

Cela dit, les alliances du PC et de EELV avec le PS ne survivront sans doute pas longtemps aux débâcles des prochaines élections locales et cela peut sans doute ouvrir la voie à une alliance EELV-PCF-PG-MUP-Nouvelle Donne (bien que quelques questions symbolique comme celle du nucléaire viendront gâcher la fête entre le PCF et les Verts qui sont très tatillons sur ce sujet), mais quel est son avenir électoral ? Bien sûr un tel rapprochement ferait chaud au coeur des enseignants qui aiment à rêver d'un retour de "la vraie gauche", surtout si cela permettait de dépasser les scores d'intentions de vote pour un PS de plus en plus libéral et qui n'est pas à l'abri de l'effondrement ; mais aucun de ces partis n'a le moindre début d'assise auprès des classes populaires, alors pourquoi en serait-t-il autrement de leur regroupement ?

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Balthazaard le Lun 2 Fév 2015 - 2:19

John, une alliance politique entre les différents partis ne dit pas que la base suivra....Pour ma part , étant proche d'un des partis cités, je ne voterai jamais pour une coalition groupant un des autres en particulier....je suis prêt à des concessions mais pas à toutes...et hélas, comme ce serait me faire beaucoup d'honneur que de penser que je suis unique...


Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Coalition de la gauche radicale" = Syriza en Grèce. Et en France, c'est pour quand?

Message par Balthazaard le Lun 2 Fév 2015 - 2:21

@Moonchild a écrit:
@John a écrit:
@Moonchild a écrit:Il y a beaucoup trop de divergences idéologiques fondamentales entre plusieurs de ces partis pour qu'une telle alliance soit viable. Comment par exemple concilier EELV avec le MRC ? Sans parler des partis "folkloriques" comme le NPA et LO qui ne cherchent surtout pas à exercer des responsabilités, préférant continuer à rêver du grand soir. Leur seul véritable point commun est qu'ils reprochent au PS de ne plus être vraiment de gauche tout en échouant à fédérer les classes populaires ; bref, c'est bien peu...
Ah tiens, ça m'aurait étonné.
Comme Lefteris : relis ton propre message, et tu verras qu'il ne contient aucun argument contre une éventuelle alliance EELV-PCF-PG-MUP-Nouvelle Donne, qui me semble ce vers quoi on tend peu à peu - avec une éventuelle scission d'EELV et/ou du PS, car il y a au sein de ces deux partis des gens qui ne sont pas prêts à franchir le pas consistant à se rapprocher de la gauche radicale plutôt que de quitter le centre-gauche plus rassurant et pour l'instant plus nombreux.
L'extrême-gauche française continuera quant à elle à vivoter à 1, 2 voire 3% et à être fractionnée : NPA, LO, POI resteront à part et entre eux.
Les atermoiements inévitables du PRG et du MRC les amèneront toujours à rester proches du PS et/ou du centre-gauche, et à tenter des alliances en local avec l'éventuelle nouvelle force de gauche citée plus haut et/ou avec le PS selon les rapports de force.
En tout cas, nous sommes bien d'accord sur le fait que le MRC et l'extrême gauche "folklorique" ne sont pas très compatibles avec un tel regroupement. Quant au PRG, dans sa configuration actuelle, il semble voué à rester une succursale du PS. L'alliance globale de la gauche "dissidente" telle que présentée en ouverture du fil est donc bien irréaliste.

Cela dit, les alliances du PC et de EELV avec le PS ne survivront sans doute pas longtemps aux débâcles des prochaines élections locales et cela peut sans doute ouvrir la voie à une alliance EELV-PCF-PG-MUP-Nouvelle Donne (bien que quelques questions symbolique comme celle du nucléaire viendront gâcher la fête entre le PCF et les Verts qui sont très tatillons sur ce sujet), mais quel est son avenir électoral ? Bien sûr un tel rapprochement ferait chaud au coeur des enseignants qui aiment à rêver d'un retour de "la vraie gauche", surtout si cela permettait de dépasser les scores d'intentions de vote pour un PS de plus en plus libéral et qui n'est pas à l'abri de l'effondrement ; mais aucun de ces partis n'a le moindre début d'assise auprès des classes populaires, alors pourquoi en serait-t-il autrement de leur regroupement ?

Oui avec EELV et Meirieu ministre de l'éducation nationale...je ne fais pas partie des enseignants frileux à ce point

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum