Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par Mélu le Lun 16 Fév 2015 - 10:38

A diffuser largement !

Les IPR de lettres ont voulu que les professeurs de lettres classiques du Biterrois se rencontrent pour ne pas rester isolés. Il sont parvenus à créer une belle cohésion face aux disparités, iniquités, hallucinations et autres horreurs promises par les DGH. Ne doutant de rien, nous avons décidé d'écrire aux parents (et aux médias ?). Un autre courrier plus précis sera aussi envoyé aux IPR, à la rectrice et à la ministre. Même si nous n'avons que fort peu de chance d'être entendus, au moins ne nous laisserons-nous pas exterminer sans rien dire.

Texte rédigé par le collectif des professeurs de lettres classiques de Béziers et environ
Veut-on vraiment dire adieu aux langues anciennes ?
Depuis longtemps déjà, il semble que les disciplines aussi exigeantes que le latin et le grec soient mal aimées par nos institutions.
A défaut de pouvoir éradiquer les élèves inscrits en langues anciennes dans ce pays, nos têtes pensantes ont eu l’idée en 2010 de supprimer les professeurs de Lettres Classiques. Il a suffi de modifier le CAPES (le CAPES de lettres classiques a été absorbé par le CAPES de Lettres, ce qui réduit la formation des futurs enseignants à quelques heures d’option latin ou grec). Dans quelques années, il n’y aura plus de prof de latin-grec, donc plus d’élève.
D’aucuns diront que ces disciplines sont élitistes et qu’on s’en passera ! Mais ça n’est pas si simple : les langues anciennes sont élitistes, c’est vrai. Il n’y a qu’à voir la part belle qu’on leur réserve encore dans les grands lycées parisiens. Que dire du concours d’entrée à l’ENS qui impose une épreuve de latin ou de grec ? Ces langues sont un outil de reproduction de nos élites, c’est un fait.
Comment tolérer pourtant que l’on éradique le latin et le grec dans nos collèges et lycées, ceux-là même qui sont chargés d’instruire nos enfants, tous les enfants sans distinction aucune. Bien sûr tous n’iront pas dans les grandes écoles, tous ne formeront pas l’élite. Mais leur refuser l’accès à ces savoirs est gravement discriminant. On ne peut pas fermer la porte à l’ambition des jeunes de ce pays sous prétexte qu’ils ne sont pas prédestinés à la réussite sociale ! On n’a pas le droit de refuser à un enfant le goût de la culture classique. N’oublions pas non plus que les langues anciennes sont indispensables à une compréhension fine de la langue française (et des langues de l’Europe !).
Quand notre Ministre parle d’égalité, nous lui répondons appauvrissement culturel ; et nous lui répondons que ce n’est pas républicain car c’est discriminant.
Le collectif formé par les professeurs de lettres classiques de Béziers ne se bat pas pour que l’on forme des « forts en thèmes », mais désire seulement remplir sa mission qui consiste à donner aux enfants les bases de la culture commune. Celle du citoyen correctement instruit, libre penseur et respectueux de la République. Ils veulent prendre leurs responsabilités d’enseignants citoyens et refusent la baisse des heures de langues anciennes.

_________________
"Pourquoi sommes-nous au monde, sinon pour amuser nos voisins et rire d'eux à notre tour ?"
[ Jane Austen ] - Extrait de Orgueil et préjugés

Mélu
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par User5899 le Lun 16 Fév 2015 - 10:42

Jamais Belkacem ne lira ça jusqu'au bout, il n'y a ni "vivre" ni "ensemble" dans les trois premières lignes Rolling Eyes

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par Mélu le Lun 16 Fév 2015 - 10:46

Laughing
A vrai dire on compte plutôt sur les parents dont les lardons ne peuvent pas continuer le latin car on a supprimé des sections.

_________________
"Pourquoi sommes-nous au monde, sinon pour amuser nos voisins et rire d'eux à notre tour ?"
[ Jane Austen ] - Extrait de Orgueil et préjugés

Mélu
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par kero le Lun 16 Fév 2015 - 12:48

"Ces langues sont un outil de reproduction de nos élites, c’est un fait."

Je trouve très très très idiot d'avoir dit cela dans le courrier. Ça revient à épouser l'argument (profondément idéologique) des détracteurs de ces disciplines et donc à légitimer leur discours. On appelle cela se tirer une balle dans le pieds.

Pour le reste, je vous souhaite bon courage sur cette affaire.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par nitescence le Lun 16 Fév 2015 - 13:17

L'agrégation de Lettres classiques n'a pas été supprimée...

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)

nitescence
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par marjolie.june le Lun 16 Fév 2015 - 13:48

@nitescence a écrit:L'agrégation de Lettres classiques n'a pas été supprimée...

Mais combien d'agrégés de lettres classiques enseignent effectivement dans le secondaire ? J'ai toujours eu l'impression que dans cette matière en particulier, il y avait une fuite incroyable vers d'autres postes/diplômes/fonctions.

marjolie.june
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par lisette83 le Lun 16 Fév 2015 - 13:59

Il faut dire que, de base, le nombre en est réduit et que les normaliens agrégés en LC en particulier se retrouvent souvent dans les cabinets ministériels pour l'écriture de discours.

lisette83
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par Mélu le Lun 16 Fév 2015 - 18:30

En plus notre académie est pilote dans la casse des langues anciennes. Ce qui est fait chez nous (donner 3 h au lieu de 8, par exemple) risque d'être systématisé l'an prochain.

_________________
"Pourquoi sommes-nous au monde, sinon pour amuser nos voisins et rire d'eux à notre tour ?"
[ Jane Austen ] - Extrait de Orgueil et préjugés

Mélu
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par Olympias le Lun 16 Fév 2015 - 18:32

@Mélu a écrit:A diffuser largement !

Les IPR de lettres ont voulu que les professeurs de lettres classiques du Biterrois se rencontrent pour ne pas rester isolés. Il sont parvenus à créer une belle cohésion face aux disparités, iniquités, hallucinations et autres horreurs promises par les DGH. Ne doutant de rien, nous avons décidé d'écrire aux parents (et aux médias ?). Un autre courrier plus précis sera aussi envoyé aux IPR, à la rectrice et à la ministre. Même si nous n'avons que fort peu de chance d'être entendus, au moins ne nous laisserons-nous pas exterminer sans rien dire.

Texte rédigé par le collectif des professeurs de lettres classiques de Béziers et environ
Veut-on vraiment dire adieu aux langues anciennes ?
Depuis longtemps déjà, il semble que les disciplines aussi exigeantes que le latin et le grec soient mal aimées par nos institutions.
A défaut de pouvoir éradiquer les élèves inscrits en langues anciennes dans ce pays, nos têtes pensantes ont eu l’idée en 2010 de supprimer les professeurs de Lettres Classiques. Il a suffi de modifier le CAPES (le CAPES de lettres classiques a été absorbé  par le CAPES de Lettres, ce qui réduit  la formation des futurs enseignants à quelques heures d’option latin ou grec). Dans quelques années, il n’y aura plus de prof de latin-grec, donc plus d’élève.
D’aucuns diront que ces disciplines sont élitistes et qu’on s’en passera ! Mais ça n’est pas si simple : les langues anciennes sont élitistes, c’est vrai. Il n’y a qu’à voir la part belle qu’on leur réserve encore dans les grands lycées parisiens. Que dire du concours d’entrée à l’ENS qui impose une épreuve de latin ou de grec ? Ces langues sont un outil de reproduction de nos élites, c’est un fait.
Comment tolérer pourtant que l’on éradique le latin et le grec dans nos collèges et lycées, ceux-là même qui sont chargés d’instruire nos enfants, tous les enfants sans distinction aucune. Bien sûr tous n’iront pas dans les grandes écoles, tous ne formeront pas l’élite. Mais leur refuser l’accès à ces savoirs est gravement discriminant. On ne peut pas fermer la porte à l’ambition des jeunes de ce pays sous prétexte qu’ils ne sont pas prédestinés à la réussite sociale ! On n’a pas le droit de refuser à un enfant le goût de la culture classique. N’oublions pas non plus que les langues anciennes sont indispensables à une compréhension fine de la langue française (et des langues de l’Europe !).
Quand notre Ministre parle d’égalité, nous lui répondons appauvrissement culturel ; et nous lui répondons  que ce n’est pas républicain car c’est discriminant.
Le collectif formé par les professeurs de lettres classiques de Béziers ne se bat pas pour que l’on forme des « forts en thèmes », mais désire  seulement remplir sa mission qui consiste à donner aux enfants les bases de la culture commune. Celle du citoyen correctement instruit, libre penseur et respectueux de la République. Ils veulent prendre leurs responsabilités d’enseignants citoyens  et refusent la baisse des heures de langues anciennes.
Le scandale est que l'Education Nationale refuse de faire apprendre le latin à tous, privant ainsi de nombreux élèves de pans entiers de la culture.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par Bouboule le Lun 16 Fév 2015 - 19:02

Dire que quand je me suis inscrit au concours de l'ENS en sciences, mon hésitation principale était de savoir si je prenais latin ou grec ancien en LV2. Quelle triste évolution.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les professeurs de lettres classiques du Biterrois en colère écrivent aux parents d'élèves.

Message par Mélu le Lun 16 Fév 2015 - 19:56

Quand on aura peaufiner la lettre à NVB, je vous la mettrai. On y fait des propositions.

_________________
"Pourquoi sommes-nous au monde, sinon pour amuser nos voisins et rire d'eux à notre tour ?"
[ Jane Austen ] - Extrait de Orgueil et préjugés

Mélu
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum