Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Thalia de G le Mar 3 Mar 2015 - 18:49

@Serge a écrit:J'ai fait récemment un cours sur les créatures mythologiques, avec l'origine scabreuse du minotaure, les satyres, etc., et je compte évoquer plus tard  les amours de Jupiter dans un prochain cours. Vivement Ganymède, Léda et le cygne, etc.

Adieu les amis. aag
Évite les amours d'Apollon Wink

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Audrey le Mar 3 Mar 2015 - 18:56

J'ai déjà fait ce cours, Serge... et j'ai montré le tableau de Klimt pour Danaé...
Quelle idée j'ai eue... je tremble.

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!

Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Sphinx le Mar 3 Mar 2015 - 19:05

Et le viol de Lucrèce, on en parle, du viol de Lucrèce ? et les vilains monsieurs tout nus des Lupercalia ?

Ce matin, j'ai expliqué aux cinquièmes ce que voulait dire la phrase où Grandgousier et Gargamelle se frottent le lard pour concevoir Gargantua. Au bûcher ! Au bûcher !

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Thalia de G le Mar 3 Mar 2015 - 19:09

@Iphigénie a écrit:Mésaventure terrifiante d'une collègue de lettres classiques dans l'académie de Lille (page 2 du bulletin):
http://www.lille.snes.edu/IMG/pdf/2015_298_snes_web.pdf
DU LABYRINTHE
Une collègue de Lettres, reçoit fin janvier une convocation à la gendarmerie de son secteur.Quelle n’est pas sa surprise de voir défiler ses élèves de 4e et de 3e! Elle découvre alors avec stupéfaction qu’elle fait l’objet d’un signalement et qu’elle est accusée de « corruption de mineurs aggravée ». Lors d’un cours en classe de 3ème sur le mythe du Minotaure, illustré de reproductions de vases grecs et de photos du site de Cnossos, elle aurait montré un tableau de Picasso – une œuvre qu’elle ne connaît pas.
Elle est également accusée d’évocations de nature sexuelle.
... À KAFKA
Choquée par ces accusations infondées, la collègue se voit confisquer son téléphone portable (rapidement rendu) et son ordinateur portable(qui ne lui a toujours pas été restitué). Son domicile est perquisitionné par huit gendarmes en quête de matériel informatique et d’ouvrages licencieux – en vain. Son chef d’établissement l’avertit qu’elle est suspendue de ses fonctions alors qu’elle n’a jamais été entendue auparavant par l’administration. Or, elle apprend par la gendarmerie que le Procureur de la République classe l’affaire.
La collègue, lors d’un rendez-vous, qu’elle a elle-même sollicité, avec le DRH du rectorat, a demandé à être réhabilitée et à retrouver un poste pour clore dignement une carrière exemplaire, ce dont témoignent le dernier rapport d’inspection de 2014 et les propos de l’un de ses anciens Proviseurs.
Le secrétariat académique, qui suit la situation de très près, exprime toute sa solidarité avec cette collègue profondément blessée. A un moment où les besoins sont nombreux en Lettres classiques, nous ne doutons pas que le Rectorat ne lui propose de finir sa carrière avec des élèves qui seront ravis de trouver une enseignante passionnée et passionnante.
Alice Achille
heu heu affraid affraid
Je ne comprends pas tout. Si on est suspendu, on perd son poste ? Si le Proc a classé l'affaire, c'est qu'il n'y a pas de preuves autres que les paroles de ses élèves ?

Quand bien même une réhabilitation, voire une poursuite en diffamation contre les élèves, ce serait bien.
Aucune action collective ?

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Ruthven le Mar 3 Mar 2015 - 20:01

Cela paraît totalement dingue (et on a l'impression que si elle avait réellement montré le tableau de Picasso cela aurait été drôlement grave  heu ). Je montre L'origine du monde en Terminale, je la distribue même parfois en photocopie avec une série de nus pour travailler sur le lien de l'art et du désir ...

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Jenny le Mar 3 Mar 2015 - 20:10

@Ruthven a écrit:Cela paraît totalement dingue (et on a l'impression que si elle avait réellement montré le tableau de Picasso cela aurait été drôlement grave  heu ).

+1 Suspect

Jenny
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par CatLea le Mar 3 Mar 2015 - 20:11

Bon, alors je me prépare à finir ma carrière en taule, moi qui parle de la reproduction sexuée et montre des zizis, des clitoris, des vagins et des utérus. Dites, vous m'apporterez des oranges et une lime, hein? affraid

CatLea
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 3 Mar 2015 - 20:16

Aujourd'hui, j'ai raconté Œdipe roi à mes 3e. C'est grave ?

Sinon, l'an dernier, j'ai fait Gargantua, et ben, mes 5e, et ben zondi à leur pépé que, comême, le prof de français y fait lire des trucs avec tout plein de gros mots à l'intérieur, c'est choquant.

Sylvain de Saint-Sylvain
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Nom d'utilisateur le Mar 3 Mar 2015 - 20:18

EDIT : rubrique "Lettres et Langues dans l'enseignement secondaire :: Langues anciennes", pas ma crèmerie. MAis bon, quand même, par provision :

"Radical nu" et "copule" supprimés de mes polycopiés. On ne sait jamais.


Dernière édition par Nom d'utilisateur le Mar 3 Mar 2015 - 21:56, édité 1 fois (Raison : Erreur de crèmerie)

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Carnyx le Mar 3 Mar 2015 - 20:21

Où on comprend l'utilité du voile pour les représentations de femelles impudiques !

_________________
Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience.

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Nicolatsar le Mar 3 Mar 2015 - 20:46

Cela me parait tellement gros que j'ai un doute sur la véracité de ces propos...

_________________
Quels enfants léguerons-nous à notre terre ?

Nicolatsar
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par V.Marchais le Mar 3 Mar 2015 - 20:50

Mais... Je ne comprends pas... (décidément, en ce moment, je ne comprends plus rien à l'EN...)
1°) Encore une fois, on lui reproche quoi, exactement, à la collègue ?
2°) On a fait voeu de chasteté, en entrant à l'EN ? On n'a pas le droit d'avoir chez soi de la littérature érotique, des revues pornos, des Durex Sensation et autres petits amusements réservés aux adultes consentants ? Dois-je comprendre que tout ceci pourrait un jour constituer des preuves accablantes contre moi ?

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Cath le Mar 3 Mar 2015 - 20:59

Dites moi que c'est une mauvaise blague ?
Et c'est quoi le problème avec Picasso ?

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Hermione0908 le Mar 3 Mar 2015 - 21:07

@Oudemia a écrit:C'est sûr que dans les représentations antiques les sujets sont fort peu habillés et que leurs aventures ne respectent pas la moralité bien-pensante : alors faut-il qu'on censure tout ?  Shocked

Deux points sont terrifiants : les élèves ont manifestement fait un faux témoignage à propos du Picasso, et si la collègue avait eu, comme moi,  Rolling Eyes , un modeste Enfer à domicile, on le lui aurait reproché...

Comme nous...
On balance Sade et consorts au bûcher ?
Bon, c'est cuit pour moi aussi, j'ai indiqué à mes 3e qu'Apollinaire avait écrit de la littérature tendancieuse, je leur ai demandé s'ils voulaient un dessin concernant le vers "L'amant serait plus fort dans ton corps écarté", vu leur air ahuri en le lisant, et j'en passe...
Par ailleurs, les 6e adooooorent les histoires sanglantes et scabreuses de l'Antiquité, il n'y a rien de tel pour avoir une écoute passionnée dans une classe. Wink

@V.Marchais a écrit:Mais... Je ne comprends pas... (décidément, en ce moment, je ne comprends plus rien à l'EN...)
1°) Encore une fois, on lui reproche quoi, exactement, à la collègue ?
2°) On a fait voeu de chasteté, en entrant à l'EN ? On n'a pas le droit d'avoir chez soi de la littérature érotique, des revues pornos, des Durex Sensation et autres petits amusements réservés aux adultes consentants ? Dois-je comprendre que tout ceci pourrait un jour constituer des preuves accablantes contre moi ?

Oups... Embarassed

_________________
Pour accéder à la rubrique "privé accessible sur demande" (partie loisirs + questions professionnelles très personnelles) , il faut intégrer un des deux groupes "Loisirs" ci-dessous :
Pour les pseudos entre A et M: http://www.neoprofs.org/g15-groupe-loisirs
Pour les pseudos entre N et Z, ou qui commencent par autre chose qu'une lettre: http://www.neoprofs.org/g16-groupe-loisirs_

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par User5899 le Mar 3 Mar 2015 - 23:32

@Daphné a écrit:Un de nos problèmes dans ce métier est d'avoir affaire à un certain nombre d'élèves - et de parents - d'une bêtise et d'une inculture crasse qui veulent "se faire un prof" !
Certes. Mais cela explique-t-il la bêtise d'un procureur ou d'un juge d'instruction ?

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par dandelion le Mer 4 Mar 2015 - 0:03

Cripure a écrit:
@Daphné a écrit:Un de nos problèmes dans ce métier est d'avoir affaire à un certain nombre d'élèves - et de parents - d'une bêtise et d'une inculture crasse qui veulent "se faire un prof" !
Certes. Mais cela explique-t-il la bêtise d'un procureur ou d'un juge d'instruction ?
Le problème étant que les élèves ont bien compris la loi (et les usages du numérique): témoignages concordants, caractère sexuel de la prétendue affaire, usage avisé du numérique pour trouver les pièces à joindre au dossier (et sûrement la marche à suivre). Quand un enseignant va au commissariat porter plainte contre un élève, par contre, je ne crois pas que huit gendarmes débarquent pour fouiller le domicile familial pour découvrir s'il y a des films porno et de la drogue (pourtant, j'ai connu des élèves qui auraient bénéficié de telles recherches). Enfin, va falloir créer une brigade de protection contre la jeunesse si ça continue affraid

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Celadon le Mer 4 Mar 2015 - 0:27

Il va surtout falloir recruter des fonctionnaires intelligents.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Robin le Mer 4 Mar 2015 - 4:27

Nous Joussouf-Chéribi, par la grâce de Dieu mouphti du Saint-Empire ottoman, lumière des lumières, élu entre les élus, à tous les fidèles qui ces présentes verront, sottise et bénédiction.

"Comme ainsi soit que Saïd-Effendi, ci-devant ambassadeur de la Sublime-Porte vers un petit État nommé Frankrom, situé entre l’Espagne et l’Italie, a rapporté parmi nous le pernicieux usage de l’imprimerie, ayant consulté sur cette nouveauté nos vénérables frères les cadis et imans de la ville impériale de Stamboul, et surtout les fakirs connus par leur zèle contre l’esprit, il a semblé bon à Mahomet et à nous de condamner, proscrire, anathématiser ladite infernale invention de l’imprimerie, pour les causes ci-dessous énoncées..."

(...) A ces causes et autres, pour l’édification des fidèles et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de jamais lire aucun livre, sous peine de damnation éternelle. Et, de peur que la tentation diabolique ne leur prenne de s’instruire, nous défendons aux pères et aux mères d’enseigner à lire à leurs enfants. Et, pour prévenir toute contravention à notre ordonnance, nous leur défendons expressément de penser, sous les mêmes peines; enjoignons à tous les vrais croyants de dénoncer à notre officialité quiconque aurait prononcé quatre phrases liées ensemble, desquelles on pourrait inférer un sens clair et net. Ordonnons que dans toutes les conversations on ait à se servir de termes qui ne signifient rien, selon l’ancien usage de la Sublime-Porte.

Et pour empêcher qu’il n’entre quelque pensée en contrebande dans la sacrée ville impériale, commettons spécialement le premier médecin de Sa Hautesse, né dans un marais de l’Occident septentrional; lequel médecin, ayant déjà tué quatre personnes augustes de la famille ottomane, est intéressé plus que personne à prévenir toute introduction de connaissances dans le pays; lui donnons pouvoir, par ces présentes, de faire saisir toute idée qui se présenterait par écrit ou de bouche aux portes de la ville, et nous amener ladite idée pieds et poings liés, pour lui être infligé par nous tel châtiment qu’il nous plaira.

Donné dans notre palais de la stupidité, le 7 de la lune de Muharem, l’an 1143 de l’hégire.

(Voltaire, Des horribles dangers de la lecture)

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Daphné le Mer 4 Mar 2015 - 7:05

Cripure a écrit:
@Daphné a écrit:Un de nos problèmes dans ce métier est d'avoir affaire à un certain nombre d'élèves - et de parents - d'une bêtise et d'une inculture crasse qui veulent "se faire un prof" !
Certes. Mais cela explique-t-il la bêtise d'un procureur ou d'un juge d'instruction ?

Mais justement, le Procureur a classé l'affaire non ??

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Iphigénie le Mer 4 Mar 2015 - 8:40

C'est le même que pour le Carlton? Sacrée semaine. Suspect

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Écusette de Noireuil le Mer 4 Mar 2015 - 9:12

@Olympias a écrit:
@kero a écrit:La page 3 du même fascicule fait peur aussi.
Je viens de l'écrire Laughing professeur

Je n'arrive pas à retrouver ce fameux bulletin, même en feuilletant le fil d'Audrey: où peut on le trouver?

_________________
" Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots" (Sarraute)

Écusette de Noireuil
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Tamerlan le Mer 4 Mar 2015 - 9:14

@Écusette de Noireuil a écrit:
@Olympias a écrit:
@kero a écrit:La page 3 du même fascicule fait peur aussi.
Je viens de l'écrire Laughing professeur

Je n'arrive pas à retrouver ce fameux bulletin, même en feuilletant le fil d'Audrey: où peut on le trouver?

Au début du 1er message Smile

Le revoilà :

http://www.lille.snes.edu/IMG/pdf/2015_298_snes_web.pdf

Tamerlan
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Karine B. le Mer 4 Mar 2015 - 9:19

@Thalia de G a écrit:
@Iphigénie a écrit:Mésaventure terrifiante d'une collègue de lettres classiques dans l'académie de Lille (page 2 du bulletin):
http://www.lille.snes.edu/IMG/pdf/2015_298_snes_web.pdf
DU LABYRINTHE
Une collègue de Lettres, reçoit fin janvier une convocation à la gendarmerie de son secteur.Quelle n’est pas sa surprise de voir défiler ses élèves de 4e et de 3e! Elle découvre alors avec stupéfaction qu’elle fait l’objet d’un signalement et qu’elle est accusée de « corruption de mineurs aggravée ». Lors d’un cours en classe de 3ème sur le mythe du Minotaure, illustré de reproductions de vases grecs et de photos du site de Cnossos, elle aurait montré un tableau de Picasso – une œuvre qu’elle ne connaît pas.
Elle est également accusée d’évocations de nature sexuelle.
... À KAFKA
Choquée par ces accusations infondées, la collègue se voit confisquer son téléphone portable (rapidement rendu) et son ordinateur portable(qui ne lui a toujours pas été restitué). Son domicile est perquisitionné par huit gendarmes en quête de matériel informatique et d’ouvrages licencieux – en vain. Son chef d’établissement l’avertit qu’elle est suspendue de ses fonctions alors qu’elle n’a jamais été entendue auparavant par l’administration. Or, elle apprend par la gendarmerie que le Procureur de la République classe l’affaire.
La collègue, lors d’un rendez-vous, qu’elle a elle-même sollicité, avec le DRH du rectorat, a demandé à être réhabilitée et à retrouver un poste pour clore dignement une carrière exemplaire, ce dont témoignent le dernier rapport d’inspection de 2014 et les propos de l’un de ses anciens Proviseurs.
Le secrétariat académique, qui suit la situation de très près, exprime toute sa solidarité avec cette collègue profondément blessée. A un moment où les besoins sont nombreux en Lettres classiques, nous ne doutons pas que le Rectorat ne lui propose de finir sa carrière avec des élèves qui seront ravis de trouver une enseignante passionnée et passionnante.
Alice Achille
heu heu affraid affraid
Je ne comprends pas tout. Si on est suspendu, on perd son poste ? Si le Proc a classé l'affaire, c'est qu'il n'y a pas de preuves autres que les paroles de ses élèves ?

Quand bien même une réhabilitation, voire une poursuite en diffamation contre les élèves, ce serait bien.
Aucune action collective ?

Non, quand on est suspendu, on ne perd pas son poste

Le procureur suspend l'affaire mais ne l'a pas écrit (il ne se rend pas forcément compte des implications que cela a. La collègue et le recteur ont demandé une réponse écrite pour débloquer l'affaire à cette rentrée).

Pour l'action collective, c'est le pb des collègues qui arrivent dans un établissement, ont un service partagé, et font cours de 5 à 6 : ils ne voient personne

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Karine B. le Mer 4 Mar 2015 - 9:20

@Nicolatsar a écrit:Cela me parait tellement gros que j'ai un doute sur la véracité de ces propos...

et pourtant, pour avoir accompagné la collègue au rectorat, je peux tout confirmer

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Thalia de G le Mer 4 Mar 2015 - 9:33

@Karine B. a écrit:
@Thalia de G a écrit:
@Iphigénie a écrit:Mésaventure terrifiante d'une collègue de lettres classiques dans l'académie de Lille (page 2 du bulletin):
http://www.lille.snes.edu/IMG/pdf/2015_298_snes_web.pdf

heu heu affraid affraid
Je ne comprends pas tout. Si on est suspendu, on perd son poste ? Si le Proc a classé l'affaire, c'est qu'il n'y a pas de preuves autres que les paroles de ses élèves ?

Quand bien même une réhabilitation, voire une poursuite en diffamation contre les élèves, ce serait bien.
Aucune action collective ?

Non, quand on est suspendu, on ne perd pas son poste

Le procureur suspend l'affaire mais ne l'a pas écrit (il ne se rend pas forcément compte des implications que cela a. La collègue et le recteur ont demandé une réponse écrite pour débloquer l'affaire à cette rentrée).

Pour l'action collective, c'est le pb des collègues qui arrivent dans un établissement, ont un service partagé, et font cours de 5 à 6 : ils ne voient personne
Je posais la question parce que le compte-rendu est un peu confus. (ou ma tête, au choix  Wink )

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-il désormais possible de dire en classe ? Une nouvelle affaire étrange...

Message par Karine B. le Mer 4 Mar 2015 - 9:36

@Thalia de G a écrit:
@Karine B. a écrit:
@Thalia de G a écrit:
Je ne comprends pas tout. Si on est suspendu, on perd son poste ? Si le Proc a classé l'affaire, c'est qu'il n'y a pas de preuves autres que les paroles de ses élèves ?

Quand bien même une réhabilitation, voire une poursuite en diffamation contre les élèves, ce serait bien.
Aucune action collective ?

Non, quand on est suspendu, on ne perd pas son poste

Le procureur suspend l'affaire mais ne l'a pas écrit (il ne se rend pas forcément compte des implications que cela a. La collègue et le recteur ont demandé une réponse écrite pour débloquer l'affaire à cette rentrée).

Pour l'action collective, c'est le pb des collègues qui arrivent dans un établissement, ont un service partagé, et font cours de 5 à 6 : ils ne voient personne
Je posais la question parce que le compte-rendu est un peu confus. (ou ma tête, au choix  Wink )

c'est fait exprès : l'affaire n'étant pas encore complétement réglée, on préfère être prudent pour ne pas nuire au collègue (qui nous a donné son accord)

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum