Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Emilie974
Niveau 6

Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Emilie974 le Ven 6 Mar 2015 - 15:18
Bonjour, je commence une nouvelle séquence avec mes premières intitulée Vanité et fragilité de l'homme au XVIIe siècle avec comme problématique : Comment les moralistes du XVIIe siècle réfléchissent-ils aux relations humaines ?

Leur manuel propose Le Rat et l’éléphant de La Fontaine.

LE RAT ET L'ELEPHANT

Se croire un personnage est fort commun en France.
On y fait l’homme d’importance,
Et l’on n’est souvent qu’un bourgeois :
C’est proprement le mal françois .
La sotte vanité nous est particulière.
Les Espagnols sont vains, mais d’une autre manière.
Leur orgueil me semble en un mot
Beaucoup plus fou, mais pas si sot.
Donnons quelque image du nôtre,
Qui sans doute en vaut bien un autre.
Un Rat des plus petits voyait un Eléphant
Des plus gros, et raillait le marcher un peu lent
De la bête de haut parage,
Qui marchait à gros équipage .
Sur l’animal à triple étage
Une Sultane de renom,
Son Chien, son Chat, et sa Guenon,
Son Perroquet, sa vieille , et toute sa maison,
S’en allait en pèlerinage.
Le Rat s’étonnait que les gens
Fussent touchés de voir cette pesante masse :
Comme si d’occuper ou plus ou moins de place
Nous rendait, disait-il, plus ou moins importants.
Mais qu’admirez-vous tant en lui vous autres hommes?
Serait-ce ce grand corps, qui fait peur aux enfants ?
Nous ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes,
D’un grain moins que les Eléphants.
Il en aurait dit davantage ;
Mais le Chat sortant de sa cage
Lui fit voir en moins d’un instant
Qu’un Rat n’est pas un Eléphant.

Quelque chose me chiffonne dans le message de cette fable. La Fontaine vise les gens qui se croient plus importants qu'ils sont mais dans quel sens interpréter cela ? Certes, il parle peut-être simplement des gens vaniteux et qui n'ont aucune raison de l'être mais on peut l'interpréter autrement.

Dans une société compartimentée comme celle du 17e siècle, je crois que La Fontaine défendait l'idée que chacun a une place bien définie et qu'il n'a pas à essayer de s'élever au-dessus de sa condition. On naît Rat ou Eléphant et l'un est inférieur à l'autre. De même, les bourgeois ou les paysans sont inférieurs aux nobles.

De nos jours, ce genre de message serait à discuter sérieusement !

J'ai bien envie de mettre le doigt sur ce problème d'interprétation avec les élèves mais j'hésite et je viens vous demander si je ne vais pas trop chercher la petit bête avec ces questions-là.
avatar
Philomèle
Niveau 9

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Philomèle le Ven 6 Mar 2015 - 17:16
Deux pistes, en passant, avec le même principe de départ : bien distinguer le contenu de la moralité (ce que tu nommes le "message", si je saisis bien) et le sens de la fiction (l'histoire allégorique, où le comportement des animaux est une image de la nature morale des hommes). Comme souvent chez La Fontaine, la moralité et le récit ne vont pas strictement dans le même sens.

- le récit met en scène une loi de nature : le monde est violent, fait de rapports de forces, de rapports de prédation et oppose dominants et dominés. Le rat a un prédateur, le chat. Dans cette fable, l'éléphant paraît n'avoir pas de prédateur. Toutefois, c'est à doubler d'une autre opposition : le rat connote la vie sauvage, tandis que l'éléphant est visiblement un animal domestiqué. Il est donc aussi un dominé à sa façon. Pour La Fontaine, la vie sociale est faite de même de relations de prédation entre mangeurs et mangés, vainqueurs et vaincus, trompeurs et trompés, etc. La Fontaine naturalise effectivement l'idée d'une hiérarchie sociale, mais je ne suis pas sûre que cela justifie de façon aussi précise que ce que tu suggères la société d'ordre d'Ancien Régime (la "société compartimentée"). La fable fait plutôt le constat de relations diverses entre faibles et forts, qui existent. Dans ce monde tragique, l'hubris du rat est immédiatement punie par un dieu-chat. Je déplacerais donc plutôt la discussion, s'il y a lieu, sur cette représentation des relations sociales, bien noire (plus que sur la justification d'une pensée sociale fixiste, qui me paraît moins intéressante).

- la fiction et la moralité traitent aussi de l'illusion sur soi-même ("se croire"). Chez le rat, cette illusion sur lui-même s'étend à une interprétation fausse, distordue, de ce qu'il perçoit. De son point de vue d'animal, il s'imagine que les gens admirent l'autre animal qu'est l'éléphant. Du point de vue humain, on comprend qu'il se méprend, et que les gens admirent en fait le cortège de la Sultane : c'est elle qui est véritablement puissante ou suscite la curiosité, pas seulement l'éléphant. S'il y a satire à travers le récit, ce n'est pas exactement celle des "gens vaniteux" sans mérite. C'est la satire de l'amour propre (ou amour de soi), à travers le discours du rat ("Nous ne nous prisons pas"), puisque son amour propre fausse toute la compréhension du réel (tout est perçu depuis son nombril) et qu'il peut même avoir des conséquences désastreuse (la mort).

Ce sont deux idées qui me venaient à la lecture de la fable et de ce que tu proposais, qui déplacent la réflexion. Des suggestions, rien de plus.
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Iphigénie le Ven 6 Mar 2015 - 17:22
Tout à fait.
On retrouve cette thématique avec variantes dans La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf et ...Le bourgeois gentilhomme.
Je me demande si l'idée même d'une "égalité sociale" est un "concept" compréhensible au XVIIe..?
avatar
Emilie974
Niveau 6

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Emilie974 le Ven 6 Mar 2015 - 19:02
Je pensais à ces deux oeuvres justement. Mais Philomèle m'a donné d'autres pistes intéressantes que je vais utiliser aussi.
avatar
Emilie974
Niveau 6

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Emilie974 le Dim 8 Mar 2015 - 9:22
Alors je change un petit peu de sujet mais il s'agit de la même séquence.

A un moment, on va traiter de la satire. Les textes de la séquence sont du 17 e siècle mais j'aimerais pouvoir montrer aux élèves des textes complémentaires satiriques sur la société d'aujourd'hui. J'aimerais des textes traitant, si possible, de l'hypocrisie, de la prétention, de la tendance à se prendre pour une star alors qu'on n'est pas grand chose. L'ennui, c'est que je n'ai pas la moindre idée de titre.

Connaissez-vous des textes sur le sujet ? Pas forcément littéraires mais des textes de presse satirique conviendraient aussi.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par User5899 le Dim 8 Mar 2015 - 10:26
@Emilie974 a écrit:Bonjour, je commence une nouvelle séquence avec mes premières intitulée Vanité et fragilité de l'homme au XVIIe siècle avec comme problématique : Comment les moralistes du XVIIe siècle réfléchissent-ils aux relations humaines ?
Si je puis me permettre, je ne vois guère de rapport entre le titre de votre séquence et sa "problématique" (surtout qu'avec ce "comment ?", on va encore attendre un catalogue qui, nécessairement, sera incomplet) : entre la réflexion sur l'essence que promet le titre, et l'affadissement communicationnel de la "problématique" (car je pense que vous n'incluez pas La Monadologie de Leibnitz), en tant qu'examinateur potentiel, je suis bien gêné. Et donc, je demanderai aux candidats comment ils ont résolu ce problème Razz



J'ai une autre question, pour les philosophes cette fois. Pourquoi le pauvre mot "hubris" est-il le seul mot grec, à ma connaissance, que ceux qui l'emploient privent de son "y" ? Je ne lis jamais "hupoglucémie", "hupokhâgne", pas plus que "psuchologie" ni "psuchanaluse"... Et le maïs, parfois, est bien hybride Laughing
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Iphigénie le Dim 8 Mar 2015 - 11:30
parce que les autres mots sont des mots français, et que quand on écrit "hubris", c'est juste pour transcrire en alphabet latin le mot grec?
Spoiler:
edit: j'ai répondu (enfin tenté de) alors que je ne suis pas philosophe: affraid Razz
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par User5899 le Dim 8 Mar 2015 - 11:35
@Iphigénie a écrit:parce que les autres mots sont des mots français, et que quand on écrit "hubris", c'est juste pour transcrire en alphabet latin le mot grec?
Spoiler:
edit: j'ai répondu (enfin tenté de) alors que je ne suis pas philosophe:  affraid  Razz  
Ben on transcrit avec l'y, que je sache. Même nos voisins teutons n'ont pas adopté le *Gumnasium...
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Iphigénie le Dim 8 Mar 2015 - 11:39
Bon, si vous ne voulez pas de mon explication, je remballe. Razz
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par User5899 le Dim 8 Mar 2015 - 11:52
@Iphigénie a écrit:Bon, si vous ne voulez pas de mon explication, je remballe. Razz
Elle me semble dusfonctionnelle lol!
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Iphigénie le Dim 8 Mar 2015 - 12:14
Cripure a écrit:
@Iphigénie a écrit:Bon, si vous ne voulez pas de mon explication, je remballe. Razz
Elle me semble dusfonctionnelle lol!
une sorte d'adunaton tout au plus... Razz
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par User5899 le Dim 8 Mar 2015 - 12:15
Bonne pour les chrusanthèmes professeur
Contenu sponsorisé

Re: Petite question sur Le Rat et l'Eléphant de La Fontaine

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum