Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Jacq
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Jacq le Mer 29 Avr 2015 - 23:24
@Vautrin a écrit:Perso sur le papier je ne suis pas favorable au CCF pour les raisons habituelles d'examen bidon maison. Sauf que de toutes les façons, les examens globalement sont bidons, particulièrement en GA avec l'usine à gaz des collègues de pro... Alors pour la Certification, pourquoi pas, tant que l'on garde un caractère national et ponctuel au bac. Je ne vois que des avantages, ne plus boucler ce programme lourdement stupide, aller à mon rythme ou plutôt celui des élèves avec qui je monte des projets culturels pour les motiver. Après l'évaluation par compétences, je m'en cogne, faire X sujets de CCF pour X élèves aussi. Je préfère rester un mois et demi sur le droits des femmes dans un bahut à la problématique difficile entre voile et césarienne plutôt que de courir après le temps. Ce qui me choque le plus dans tout cela c'est d'apprendre que l'on passe en CCf avec les premiers specimen qui arrivent dans nos casiers... sans un mot de nos inspecteurs. D'un autre côté, à part balancer cette année un mail qui pointe sur le site du clemi pour nous indiquer comment traiter de la caricature post Charlie, je n'ai pas eu de leurs nouvelles depuis des années.


D'accord et pas d'accord sur beaucoup de points cheers cheers

Le silence de nos inspecteurs est assourdissant !
Si nous ne sommes pas, par hasard, dans telle ou telle formation, aucune communication officielle dans mon académie ni dans deux ou trois académies où j'ai des amis ! Comme tu le dis, camarade, à l'exception de nous transmettre des mail de transmission de transmission de mail concernant Ch Hebdo, à quoi ont servi nos inspecteurs  ? A RIEN ! Mon CdE n'est au courant de rien, les Néo, ici présents, un collègue de mon académie m'ont averti, idem pour un collègue d'une autre académie, mais sinon aucune communication des inspecteurs. C'est lamentable. c'est dingue de devoir s'informer sur Néo (merci Néo Very Happy ) ! Je ne vois pas plus de réaction de la part des syndicats, c'est incroyable !

Sur les sujets et les notations bidons, je suis d'accord, mais  il faut s'attendre à lutter ferme contre nos inspecteurs contre les injonctions qui vont nous être données pour rester sur nos notations annuelles non bidons ! Je ne pense pas que les GA doivent être particulièrement visés, faut pas rêver, cela arrive partout (les COM sont en réforme, on peut imaginer pire sans doute). Pour l'indus, je ne connais pas.

Sur boucler le programme, ah oui, nous ne serons plus les seuls à ne pas devoir boucler un programme trop long. Est-ce une bonne nouvelle ? Ce ne sont pas les programmes qui sont trop longs, c'est l'adéquation entre le niveau de nos élèves et les heures données qui pose problème. Et se résoudre à abandonner une partie du programme d'histoire pour une autre partie, c'est bien ?  En gros c'est bien parce que nous allons pouvoir tricher comme les autres matières en CCF le font actuellement ? Je ne vois pas ce qu'il y a de bon là dedans !

L'"évaluation par compétences, tu t'en moques ? Ben justement, faut regarder la fumisterie que cela donne chez les GA !


EDIT : j'ai modifié quelques passages où je m'étais mal exprimé.


Dernière édition par Jacq le Jeu 30 Avr 2015 - 15:05, édité 5 fois
avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Jeu 30 Avr 2015 - 12:42
Et bien me voilà d'accord avec Jacq, une fois de plus.
De mémoire, c'est à vérifier, quand j'ai commencé, les BEP avaient 4 heures de français.
Jacq
Jacq
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Jacq le Jeu 30 Avr 2015 - 15:11
@Cath a écrit:Et bien me voilà d'accord avec Jacq, une fois de plus.
De mémoire, c'est à vérifier, quand j'ai commencé, les BEP avaient 4 heures de français.


... et avec à l'époque des dédoublements automatiques ! Là nous sommes à 2h30 par classe et sans dédoublement, sauf le chagrin de nos volumes complémentaires...
Je suis désolé de ne pas m'apitoyer sur la réforme néfatste du collège, mais je voudrais bien savoir où étaient les mêmes collègues au moment de la réforme du LP ? Et cela commence d'ailleurs à me gonfler sérieusement que les seuls sujets mis en lumière sur la page "nouveaux sujets" de Néo concernent uniquement la réforme du collège.... Bon je dis ça, je n'ai rien dit !
Lorsque l'essentiel des postes supprimés dans l'EN était parmi les LP, on n'a pas vu un telle pratique. Mais là encore, je dis ça, je ne dis rien !
zeprof
zeprof
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par zeprof le Ven 1 Mai 2015 - 9:17
je me faisais la réflexion qu'il y a 12 ans quand j'ai débuté dans le métier, j'avais un temps plein +2 HSA ce qui me faisait donc un service de 20 h et j'avais 3 classes

aujourd'hui à temps partiel (15 h) j'ai 4 classes, si j'étais à temps plein j'en aurais 5.

mais à part ça, les élèves font suffisamment de français hein...

pour ta remarque Jacq c'est aussi parce que nous sommes peu représentés sur néo, les PLP... et il faut bien le dire, même si c'est malheureux, la plupart des gens, y compris dans le métier, ne s'intéressent pas vraiment aux LP...

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Ven 1 Mai 2015 - 10:28
Et de ce fait c'est chez nous que, bien souvent, ont lieu les expérimentations qui sont ensuite appliquées au collège ou au LGT.
Donc les PLC devraient prêter une plus grande attention aux LP (et non LEP), ne serait-ce que pour se méfier !
Hallywell
Hallywell
Niveau 9

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Hallywell le Ven 1 Mai 2015 - 10:33
Suffit de voir les conseils de classe. On n'était pas d'accord sur le cas d'un élève, une de mes collègues de pro m'a dit "mais nos élèves ne sont pas là pour faire du français ou des maths, ils sont là pour apprendre à faire la cuisine!".... AMBIANCE furieux
avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Ven 1 Mai 2015 - 11:22
Ah, je trouve qu'en cuisine, les collègues de pro sont terribles...
Mais bon, j'ai du répondant diable
Finrod
Finrod
Expert

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Finrod le Ven 1 Mai 2015 - 11:39
@JCP a écrit:

À force de prendre de la hauteur, les sages qui nous concoctent tout ça en oublient parfois la réalité du terrain...


Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Chat-mort-de-rire-_n


En tout cas vous avez tout mon soutient, même si ça ne vous aidera pas beaucoup. Wink
Hallywell
Hallywell
Niveau 9

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Hallywell le Ven 1 Mai 2015 - 11:41
Etant stagiaire, je me suis contenté de demander à quoi l'on servait alors mais je n'ai pas trop osé rentrer dedans...
Mais l'année prochaine ça va changer diable diable diable
avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Sam 2 Mai 2015 - 11:31
Oui, il ne faut pas se laisser marcher sur les pieds par certains collègues qui ne voient que par leur matière...Il y a des tas de choses à leur répondre.
avatar
Vautrin
Niveau 1

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Vautrin le Dim 3 Mai 2015 - 15:08
Sur boucler le programme, ah oui, nous ne serons plus les seuls à ne pas devoir boucler un programme trop long. Est-ce une bonne nouvelle ? Ce ne sont pas les programmes qui sont trop longs, c'est l'adéquation entre le niveau de nos élèves et les heures données qui pose problème. Et se résoudre à abandonner une partie du programme d'histoire pour une autre partie, c'est bien ?  En gros c'est bien parce que nous allons pouvoir tricher comme les autres matières en CCF le font actuellement ? Je ne vois pas ce qu'il y a de bon là dedans !

L'"évaluation par compétences, tu t'en moques ? Ben justement, faut regarder la fumisterie que cela donne chez les GA !


J'ignore ce qui est bien ou mal. Ce que je vois au quotidien, c'est globalement l'inutilité des cours que je dispense avec ces programmes, le peu qu'il reste après une année de "travail" chez mes élèves. Donc abandonner une partie de ces programmes, voir même de leur intégralité ne me pose pas de problème. Que cela soit les programmes, les évaluations bidons par compétences et tout le reste, il n'y a au final qu'un couperet, ce que l'on fait avec les classes dans la classe, la relation qui se noue. Et vu le succès énorme au concours, je doute que l'on me vire parce que je ne suis pas dans les clous et la doxa du moment.
avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Dim 3 Mai 2015 - 15:48
Et donc tu veux leur enseigner quel contenu, si tu es prêt à supprimer une partie voire même l'intégralité du programme ?
Parce que là, j'ai l'impression que tu confonds le but et les moyens d'y parvenir.
zeprof
zeprof
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par zeprof le Dim 3 Mai 2015 - 15:51
les programmes sont toujours perfectibles, discutables et chacun y voit ce qu'il veut/peut y voir : ils restent un cadre cependant.

il me semble que le problème vient surtout de cet abaissement des exigences que nous voyons petit à petit... à trop vouloir des taux de réussite pour une classe d'age, on en vient à brader l'examen et je ne parle même pas des considérations économiques qui elles, sabordent purement et simplement l'Education NATIONALE.


_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Dim 3 Mai 2015 - 15:58
Quand j'ai commencé ( Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 2289946511 ), le sujet de français au bac pro était un commentaire d'un texte littéraire : j'ai le souvenir d'un extrait de Madame Bovary (le passage sur sa lune de miel, quand elle rêve à ce que cela aurait dû être), ce devait être en 1994 ou 93.
Donc sauf à croire qu'il y a eu mutation génétique des élèves, je persiste à croire qu'on leur en demande de moins en moins.
zeprof
zeprof
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par zeprof le Dim 3 Mai 2015 - 16:00
c'était le sens de mon intervention aussi Smile

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Dim 3 Mai 2015 - 16:02
Ah mais je n'en doutais pas ! Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 2252222100
avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Dim 3 Mai 2015 - 16:22
Tiens, pourquoi cette discussion n'apparait-elle pas comme étant la dernière, sur la page principale ?
avatar
Vautrin
Niveau 1

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Vautrin le Dim 3 Mai 2015 - 17:15
@zeprof a écrit:les programmes sont toujours perfectibles, discutables et chacun y voit ce qu'il veut/peut y voir  : ils restent un cadre cependant.

il me semble que le problème vient surtout de cet abaissement des exigences que nous voyons petit à petit... à trop vouloir des taux de réussite pour une classe d'age, on en vient à brader l'examen et je ne parle même pas des considérations économiques qui elles, sabordent purement et simplement l'Education NATIONALE.


Brader l'examen... peut être, je ne sais pas... J'ai l'impression que c'est cela depuis des lustres... Le c'était mieux avant... mais en fait chaque génération se plaint d'un examen bradé, de programmes iniques... Et vos majuscules me font sourire, cela fait bien longtemps que l'éducation n'a plus rien de nationale. Chaque établissement, filière, salles des profs sont différents.  Alors bien sûr, un programme peut être un dénominateur commun, un cadre... mais pourquoi plus telle question qu'une autre ? Et encore une fois, que reste-t-il de nos cours, examens après 3 ans de LP pour nos élèves ? Lire Bovary est-il essentiel dans la vie de chacun ? n'y a t-il pas d'autres moyens pour grandir, mûrir, se cultiver, s'ouvrir au monde et tenter de le comprendre ?

http://www.leseditionsdeminuit.eu/f/index.php?sp=liv&livre_id=2514

avatar
Cath
Bon génie

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Cath le Dim 3 Mai 2015 - 17:27
@Vautrin a écrit:
@zeprof a écrit:les programmes sont toujours perfectibles, discutables et chacun y voit ce qu'il veut/peut y voir  : ils restent un cadre cependant.

il me semble que le problème vient surtout de cet abaissement des exigences que nous voyons petit à petit... à trop vouloir des taux de réussite pour une classe d'age, on en vient à brader l'examen et je ne parle même pas des considérations économiques qui elles, sabordent purement et simplement l'Education NATIONALE.


Brader l'examen... peut être, je ne sais pas... J'ai l'impression que c'est cela depuis des lustres... Le c'était mieux avant... mais en fait chaque génération se plaint d'un examen bradé, de programmes iniques... Et vos majuscules me font sourire, cela fait bien longtemps que l'éducation n'a plus rien de nationale. Chaque établissement, filière, salles des profs sont différents.  Alors bien sûr, un programme peut être un dénominateur commun, un cadre... mais pourquoi plus telle question qu'une autre ? Et encore une fois, que reste-t-il de nos cours, examens après 3 ans de LP pour nos élèves ? Lire Bovary est-il essentiel dans la vie de chacun ? n'y a t-il pas d'autres moyens pour grandir, mûrir, se cultiver, s'ouvrir au monde et tenter de le comprendre ?

http://www.leseditionsdeminuit.eu/f/index.php?sp=liv&livre_id=2514

On peut ne pas lire Flaubert, mais on vit beaucoup moins bien ! professeur

Sérieusement, je ne te comprends pas : tu veux leur apprendre quoi, au juste ?
Jacq
Jacq
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Jacq le Dim 3 Mai 2015 - 17:59
@Vautrin a écrit:
@zeprof a écrit:les programmes sont toujours perfectibles, discutables et chacun y voit ce qu'il veut/peut y voir  : ils restent un cadre cependant.

il me semble que le problème vient surtout de cet abaissement des exigences que nous voyons petit à petit... à trop vouloir des taux de réussite pour une classe d'age, on en vient à brader l'examen et je ne parle même pas des considérations économiques qui elles, sabordent purement et simplement l'Education NATIONALE.


Brader l'examen... peut être, je ne sais pas... J'ai l'impression que c'est cela depuis des lustres... Le c'était mieux avant... mais en fait chaque génération se plaint d'un examen bradé, de programmes iniques... Et vos majuscules me font sourire, cela fait bien longtemps que l'éducation n'a plus rien de nationale. Chaque établissement, filière, salles des profs sont différents.  Alors bien sûr, un programme peut être un dénominateur commun, un cadre... mais pourquoi plus telle question qu'une autre ? Et encore une fois, que reste-t-il de nos cours, examens après 3 ans de LP pour nos élèves ? Lire Bovary est-il essentiel dans la vie de chacun ? n'y a t-il pas d'autres moyens pour grandir, mûrir, se cultiver, s'ouvrir au monde et tenter de le comprendre ?


Tu as raison sur certains points, entre autre sur le fait que chaque génération (...), que la baisse n'est pas une impression, ne date pas d'hier (les cours de CAP de il y a quelques décennies étaient du niveau term pro actuellement), là nous parlons d'une baisse plus rapide. Je constate simplement la baisse de niveau de mes élèves (et cela fait bien moins longtemps qu'une génération que j'enseigne,mais la baisse est très très visible en à peine dix ans), des examens, des exigences annoncées pour les épreuves bac/BEP lors de l'installation du bac pro 3 qui sont rabotées tous les ans (témoin : la modification brutale de la première question des sujet de bac en histoire, la quasi disparition de la question sur les procédés littéraires en français...).

Que reste-il de nos cours ? Chez certains élèves pas grand chose, chez d'autres beaucoup.

Programme à couper : ils le sont déjà en HG avec les situations au choix et les conseils qui nous sont donnés maintenant pour les traiter par rapport à ce qui devait être au moment des bac pro 3 ans (encore une fois).

Quant à l'éducation NATIONALE, au lieu de rire de la perte progressive de ce caractère nationale, voulue par certains, je préfère tenter encore de la défendre. Parce qu'à dire : l'Education nationale n'est plus nationale, traiter tous les sujets n'est plus important, on peut encore baisser le niveau puisqu'il a déjà baissé, il y a d'autres moyens de grandir.... je pense qu'à ce niveau, à part vous nourrir, ce métier vous sert à quoi ?
avatar
Vautrin
Niveau 1

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Vautrin le Dim 3 Mai 2015 - 22:35
Contrairement à vous, je ne cherche pas à avoir raison. Si baisse du niveau il y a (et encore par rapport à quoi, mesurer cette fameuse baisse n'est pas aussi simple...) ce n'est pas à cause de ces réformes. Tant que 20 % d'une classe d'âge arrivera en fin de primaire sans bases solides, on ira dans le mur. Et ce ne sont pas qq épis qui changeront la donne dans un sens ou l'autre.

Les situations aux choix vous satisfont ? c'est ce qui entraîne cette usine à gaz au bac.

Mais l'éducation n'a jamais été nationale, c'est un leurre. Je me répète mais qu'il y ait des programmes nationaux, des examens nationaux ne veut pas dire que derrière il n'y a pas des êtres humains et qu'au final ce métier ne peux pas être uniforme, fait partout de la même façon.

Je passe sur votre insinuation finale scandaleuse. Sans doute votre auréole sacerdotale vous fait multiplier les pains pour vous nourrir. Je fais mon métier avec passion, honnêteté comme beaucoup d'entre nous.
zeprof
zeprof
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par zeprof le Lun 4 Mai 2015 - 6:59
@Cath a écrit:
@Vautrin a écrit:
@zeprof a écrit:les programmes sont toujours perfectibles, discutables et chacun y voit ce qu'il veut/peut y voir  : ils restent un cadre cependant.

il me semble que le problème vient surtout de cet abaissement des exigences que nous voyons petit à petit... à trop vouloir des taux de réussite pour une classe d'age, on en vient à brader l'examen et je ne parle même pas des considérations économiques qui elles, sabordent purement et simplement l'Education NATIONALE.


Brader l'examen... peut être, je ne sais pas... J'ai l'impression que c'est cela depuis des lustres... Le c'était mieux avant... mais en fait chaque génération se plaint d'un examen bradé, de programmes iniques... Et vos majuscules me font sourire, cela fait bien longtemps que l'éducation n'a plus rien de nationale. Chaque établissement, filière, salles des profs sont différents.  Alors bien sûr, un programme peut être un dénominateur commun, un cadre... mais pourquoi plus telle question qu'une autre ? Et encore une fois, que reste-t-il de nos cours, examens après 3 ans de LP pour nos élèves ? Lire Bovary est-il essentiel dans la vie de chacun ? n'y a t-il pas d'autres moyens pour grandir, mûrir, se cultiver, s'ouvrir au monde et tenter de le comprendre ?

http://www.leseditionsdeminuit.eu/f/index.php?sp=liv&livre_id=2514

On peut ne pas lire Flaubert, mais on vit beaucoup moins bien ! professeur

Sérieusement, je ne te comprends pas : tu veux leur apprendre quoi, au juste ?

+1 avec Cath Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 2252222100

je suis ravie de vous faire sourire à mes dépens, c'est toujours fort sympathique.

et en passant je suis d'accord avec Jacq, je déplore la rapidité actuelle de cette baisse des exigences mais je dois déjà être une vieille c*** professeur Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 2289946511

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
JEMS
JEMS
Modérateur

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par JEMS le Lun 4 Mai 2015 - 7:13
Je vous rassure que c'est également le flou intégral pour l'économie droit, la gestion en indus, la PSE... On ne sait que très peu de choses.

Je crois que malheureusement, ces "réformes" se sont diluées dans la grande réforme du collège et qu'il y a la volonté manifeste de ne pas faire bouger les profs de LP (bon c'est déjà assez difficile comme ça, il n'y a qu'à voir l'enfumage généralisé autour des indemnités CCF et des IMP et l'absence de réactions questionnements des collègues pour comprendre).
Personne n'a, jusqu'à présent, pu me dire quelle sera la forme de ces nouvelles épreuves.


Jacq
Jacq
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Jacq le Lun 4 Mai 2015 - 18:05
@Vautrin a écrit:Contrairement à vous, je ne cherche pas à avoir raison. Si baisse du niveau il y a (et encore par rapport à quoi, mesurer cette fameuse baisse n'est pas aussi simple...) ce n'est pas à cause de ces réformes. Tant que 20 % d'une classe d'âge arrivera en fin de primaire sans bases solides, on ira dans le mur. Et ce ne sont pas qq épis qui changeront la donne dans un sens ou l'autre.

Les situations aux choix vous satisfont ? c'est ce qui entraîne cette usine à gaz au bac.

Mais l'éducation n'a jamais été nationale, c'est un leurre. Je me répète mais qu'il y ait des programmes nationaux, des examens nationaux ne veut pas dire que derrière il n'y a pas des êtres humains et qu'au final ce métier ne peux pas être uniforme, fait partout de la même façon.

Je passe sur votre insinuation finale scandaleuse. Sans doute votre auréole sacerdotale vous fait multiplier les pains pour vous nourrir. Je fais mon métier avec passion, honnêteté comme beaucoup d'entre nous.

Non, les situations "au choix" ne me donnent pas satisfaction, elles témoignent simplement de la réduction de nos horaires et donc de la "solution" trouvée par nos grands penseurs nationaux a été cela. Et ce ne sont pas qq "épis", ou de supposées heures d'AP qui en réalité sont moins importantes que ne l'étaient nos merveilleux PPCP et l'AI qui a été supprimée alors qu'elle avait elle une certaine efficacité selon ce qui en était fait et selon les établissements. Sinon bien sûr, nous sommes ok sur le constat de base et des inégalités croissantes dès la primaire.

Par contre les "situations au choix" nous imposent au moins un minimum commun, même si c'est largement discutable. Si nous tombons (et c'est ce qui se fera selon les lieux) dans le travers de ne pas faire tout le programme (avec les situations au choix) en raison de l'arrivée du CCF nous allons avoir des thèmes qui ne seront pas du tout étudiés (facile, en seconde-première j'imagine déjà mes choix, et le progamme de géo va trinquer au détriment de celui d'histoire parce que justement je ne peux pas multiplier les pains et, surtout, les multiplier avant même que l'année scolaire ne soit terminée puisqu'il faudra en première faire ces évaluations assez tôt). Il suffit de voir d'ailleurs ce qu'il se passe dans certains centres de formation privée, entre autre pour les CAP, où les élèves ne font qu'un tiers du programme parfois puisqu'on ne peut ensuite les évaluer que sur ce qu'ils nous présentent comme dossier à l'oral de terminale CAP.

Oui, je préfère un cadre national même s'il est finalement obligatoirement adapté aux conditions locales et aux élèves que nous avons en face de nous, que pas de cadre national.
Jacq
Jacq
Vénérable

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Jacq le Lun 4 Mai 2015 - 18:07
@zeprof a écrit:
@Cath a écrit:
@Vautrin a écrit:

Brader l'examen... peut être, je ne sais pas... J'ai l'impression que c'est cela depuis des lustres... Le c'était mieux avant... mais en fait chaque génération se plaint d'un examen bradé, de programmes iniques... Et vos majuscules me font sourire, cela fait bien longtemps que l'éducation n'a plus rien de nationale. Chaque établissement, filière, salles des profs sont différents.  Alors bien sûr, un programme peut être un dénominateur commun, un cadre... mais pourquoi plus telle question qu'une autre ? Et encore une fois, que reste-t-il de nos cours, examens après 3 ans de LP pour nos élèves ? Lire Bovary est-il essentiel dans la vie de chacun ? n'y a t-il pas d'autres moyens pour grandir, mûrir, se cultiver, s'ouvrir au monde et tenter de le comprendre ?

http://www.leseditionsdeminuit.eu/f/index.php?sp=liv&livre_id=2514

On peut ne pas lire Flaubert, mais on vit beaucoup moins bien ! professeur

Sérieusement, je ne te comprends pas : tu veux leur apprendre quoi, au juste ?

+1 avec Cath Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 2252222100

je suis ravie de vous faire sourire à mes dépens, c'est toujours fort sympathique.

et en passant je suis d'accord avec Jacq, je déplore la rapidité actuelle de cette baisse des exigences mais je dois déjà être une vieille c*** professeur Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 2289946511

Quand on voit l'évolution, en dix ans on est un vieux c.... de professeur !
Hussard
Hussard
Niveau 2

Français et histoire en ccf au BEP: la honte - Page 4 Empty Re: Français et histoire en ccf au BEP: la honte

par Hussard le Jeu 21 Mai 2015 - 9:11
Salut les collègues,

Je cherche le texte sur le passage en CCF du BEP pour les LHG.

Ca fait 2 mois qu'on en parle dans la salle des profs, à l'initiative d'une collègue qui a été la première à m'avertir sans me dire d'où ça sortait.

Hier, en conseil d'enseignement, le provi m'a posé la question de savoir comment on comptait s'organiser pour le passage en CCF l'an prochain, et j'ai dû lui répondre que je ne trouve pas le texte. J'avais l'air fin.

Il m'a soutenu, l'air amusé, que ça devait sûrement être dans l'un des derniers B.O.
J'ai passé en revue tout ceux de 2015, et à part si ma myopie s'est aggravée (possible), je n'ai rien vu. Vous pouvez m'aider ?

Par ailleurs, en tant que PLP Lettres-Histoire, je considérais que l'épreuve ponctuelle du BEP était un des moyens de mettre la pression aux élèves, de les entraîner pour le Bac Pro... Bref, il y a de quoi être dégoûté.

Et si seulement tout ça ne donnait pas l'impression que le prochain à passer en CCF sera le Bac...

La charge de travail va considérablement augmenter, tout ça pour mettre des notes pas trop mauvaises aux élèves, à moins que l'élève ne se présente pas au CCF (on m'a déjà dit qu'étant donné qu'ils sont sensés passer le CCF quand ils sont prêts, s'ils ont mauvaise note, c'est le prof qui est en cause. Bonne ambiance...).

_________________
Hussard / Twitter : Jul Feri.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum