Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Invitéu27533 le Mar 31 Mar 2015 - 5:00

Bonjour à tous,
Je ne savais pas trop dans quelle rubrique placer le sujet, je m'excuse d'avance auprès des modos si je me plante Wink

Bon, pour la faire courte, je passe le CAPES d'anglais l'an prochain (l'agreg on attendra hein).
Je sais que la vie de prof est pas toute rose, et je suis déjà préparé psychologiquement à pas mal de choses. Ceci dit, mis à part la liste que je vais mettre, y-a-il d'autres choses vraiment "dures" auxquelles je vais devoir m'attendre, comme :
-Des classes surpeuplées
-Des mutations hasardeuses, comme tout bon célibataire sans enfants.
-Des élèves qui en ont rien à faire de leur LV1 ("t'façons j'comprends rien en anglais m'sieur !), ou rien à faire tout court ("ça sert à rien les maths m'sieur !")
-La confirmation de ce que dit ma belle mère : "Dans le primaire, quand on a un problème avec un élève qu'on ne comprend pas, on rencontre les parents, et ensuite on comprend".
-La grand-mère qui meurt 5 fois pour justifier les absences.
-Les tricheurs en contrôle, le bordel en classe et autres désagréments courants.
-18h au collège/lycée, 75h à la maison.
-Les parents de plus en plus procéduriers.
-12 réformes par an.

Dans l'immédiat, le positif (que je ne cite pas dans ce post, sinon j'écris un roman) est largement supérieur au négatif. Donc je suis encore plus que motivé pour bosser comme un forcené et passer ce concours (et vu les taux d'admission, je pense avoir mes chances).

Mais... J'en oublie ? :/

Merci d'avance !

Invitéu27533
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Reine Margot le Mar 31 Mar 2015 - 7:13

c'est à peu près ça Laughing


_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Albert Jarl le Mar 31 Mar 2015 - 7:21

Vanlong a écrit:Bonjour à tous,
Je ne savais pas trop dans quelle rubrique placer le sujet, je m'excuse d'avance auprès des modos si je me plante Wink

Bon, pour la faire courte, je passe le CAPES d'anglais l'an prochain (l'agreg on attendra hein).
Je sais que la vie de prof est pas toute rose, et je suis déjà préparé psychologiquement à pas mal de choses. Ceci dit, mis à part la liste que je vais mettre, y-a-il d'autres choses vraiment "dures" auxquelles je vais devoir m'attendre, comme :
-Des classes surpeuplées
-Des mutations hasardeuses, comme tout bon célibataire sans enfants.
-Des élèves qui en ont rien à faire de leur LV1 ("t'façons j'comprends rien en anglais m'sieur !), ou rien à faire tout court ("ça sert à rien les maths m'sieur !")
-La confirmation de ce que dit ma belle mère : "Dans le primaire, quand on a un problème avec un élève qu'on ne comprend pas, on rencontre les parents, et ensuite on comprend".
-La grand-mère qui meurt 5 fois pour justifier les absences.
-Les tricheurs en contrôle, le bordel en classe et autres désagréments courants.
-18h au collège/lycée, 75h à la maison.
-Les parents de plus en plus procéduriers.
-12 réformes par an.

Dans l'immédiat, le positif (que je ne cite pas dans ce post, sinon j'écris un roman) est largement supérieur au négatif. Donc je suis encore plus que motivé pour bosser comme un forcené et passer ce concours (et vu les taux d'admission, je pense avoir mes chances).

Mais... J'en oublie ? :/

Merci d'avance !

La somme de tout ça c'est que le risque d'être blasé en 3, 4 ans est important.

Albert Jarl
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Malicou le Mar 31 Mar 2015 - 8:23

Il ne faut pas non plus oublier tous les aspects positifs !
Et puis, avec de l'expérience on apprend à mieux gérer le travail chez nous, les parents, le bordel, ...

Malicou
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Finrod le Mar 31 Mar 2015 - 8:45

Vanlong a écrit:
1-Des mutations hasardeuses, comme tout bon célibataire sans enfants.
2-Des élèves qui en ont rien à faire de leur LV1 ("t'façons j'comprends rien en anglais m'sieur !), ou rien à faire tout court ("ça sert à rien les maths m'sieur !")
3-La confirmation de ce que dit ma belle mère : "Dans le primaire, quand on a un problème avec un élève qu'on ne comprend pas, on rencontre les parents, et ensuite on comprend".
4-Les tricheurs en contrôle, le bordel en classe et autres désagréments courants.
5-18h au collège/lycée, 75h à la maison.

J'en ai retenu 5.

1 - Valable aussi pour les couples mariés. Pire pour les couples de profs conjointement exilés, le retour en mut sim quand on a déjà une rés privé sur place, c'est comme la roulette russe, mais on a oublié de retirer les balles.

2 et 4 :  à ne jamais tolérer.  On a tendance à penser que puisque tout le monde en parle ce sont des comportements plus "normaux" ou "inévitables" qu'avant. Que nenni, un professeur qui ne cède à aucun renoncement gagne bien du temps et de l'énergie.  Part du principe que tout ceci n'est qu'une vue de l'esprit qui ne s'appliquera pas a tes élèves parce que tu décideras pour ta classe. L'hésitation et le doute sont les pires ennemis de l'enseignant - avec la culpabilité que l'on essaie continuellement de nous imposer bien entendu.

3 :  et c'est utile de les rencontrer.  J'espère que tu a bien peaufiné ta formation d'assistant social (comment ça tu n'en a pas eu ? ), tes UV de psycho (quand on a la vocation on anticipe diable ), de droit (Le CDE interprètera faussement les textes à ton désavantage - pour un futur fainéant c'est encore trop doux) et que t'es remis au Taekwondo ou au judo (véridique, quand un élève fait une grave crise, il faut pouvoir le calmer ou l'immobiliser sans danger).

5 - un peu moins les années suivantes mais effectivement passer en dessous des 45h demande une bonne organisation.

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par almuixe le Mar 31 Mar 2015 - 13:39

Tu oublies (et c'est ce qui me pèse le plus, sinon je suis dans un lycée avec des élèves charmants et une administration tout à fait correcte)
- une forme de précarité : tu auras toujours un boulot, mais avec toutes les reformes qui tonnent, tu risques de ne plus le reconnaître (animateur ? nounou ? psychologue ?)
- la cécité imbécile et terrifiante de certains inspecteurs
- la dégradation inexorable du niveau des élèves, même si ils restent choupis et travailleurs.   La psyché humaine n'est pas faite pour supporter les évolutions négatives, c'est pour cela que les habitants de certains pays en voie de développement sont moins moroses que les français, malgré des conditions de vie objectivement plus difficiles. Mais, leur situation s'améliore, tandis que nous on se demande où l'on va finir.

almuixe
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Carnyx le Mar 31 Mar 2015 - 13:44

Ne pas oublier une administration toujours prête à vous poignarder dans le dos ou à chercher des boucs émissaires dans le personnel.
Des collègues incultes, immatures et incapables de résister aux abus de pouvoir. Very Happy

_________________
Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience.

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Malioli le Mar 31 Mar 2015 - 14:10

Un salaire misérable pour les heures effectuées
Beaucoup de réunions (parfois on se demande à quoi elles servent)

Malioli
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Voltigeur le Mar 31 Mar 2015 - 14:37

@Malioli a écrit:Beaucoup de réunions (parfois on se demande à quoi elles servent)

Mais, objectivement, à rien. En quelques lustres de ce métier, je n'ai encore assisté à aucune réunion qui n'aurait pu être avantageusement remplacée par une page (et encore, un simple recto).
C'est même précisément leur vide vertigineux qui fonde leur existence. Très philo tout ça : la raison de l'être est dans le non-être...
Parce que leur véritable utilité est ailleurs : auto-justification du pouvoir et fabrique de la soumission.

_________________
«Quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense» (Walter Lippman)

Voltigeur
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par pailleauquebec le Mar 31 Mar 2015 - 15:15

Quelle bonne idée de s'y prendre à l'avance, là tu peux préparer une stratégie gagnante :

- Je dirais aussi que la préparation psychologique est importante : tu peux t'inscrire à un cours de théâtre pour être à l'aide en public, savoir t'exprimer, placer ta voix, apprendre le langage corporel. Le chant peut aussi être une bonne préparation.

- Avoir été en contact avec les jeunes en groupe aidera énormément : moniteur de colo. l'été,...

- Pour préparer le pire, il serait bon de prendre en effet quelques cours de self défense pour ne pas se sentir en infériorité face aux petites racailles. Sinon un peu de muscu. peut aider à avoir une corpulence qui en impressionne et calme plus d'un. Le sport en général sera important pour évacuer le stress des premières années.

- Administrativement, le plus important serait de trouver un PACS pour vous épargner bien des souffrances dans les pires endroits. Ensuite il faudra bien choisir ton lieu d'habitation car tes voeux de rapprochement de conjoint doivent commencer par ta commune de résidence.

pailleauquebec
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Adri le Mar 31 Mar 2015 - 17:17

Le pire : ne pas être soutenu par sa hiérarchie, être décrié partout, tout le temps...

Le meilleur : s'éclater en classe à faire cours, voir les élèves progresser, même si c'est lent parfois, être fier de leur apporter quelque chose, de les voir comprendre, de les nourrir intellectuellement. Etre heureux de faire un boulot qui permet de se regarder dans la glace, d'apprendre chaque jour aussi.

_________________
http://www.reformeducollege.fr

Pétition contre la suppression des bilangues et des sections euro :
http://www.petitions24.net/non_a_la_mort_programmee_des_langues_vivantes



Faites circuler !

Adri
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Balthazaard le Mar 31 Mar 2015 - 17:42

@Malioli a écrit:Un salaire misérable pour les heures effectuées
Beaucoup de réunions (parfois on se demande à quoi elles servent)

Oui, je dirai un salaire misérable et là quelle que soit ton envie de faire ce métier je pense que tu dois t'attendre à tirer la langue toute ta vie. Dans 10 ou 15 ans si rien ne change (et je ne vois guère de prémisses) le niveau de recrutement sera au smic, et les changements d'échelons compenseront à peine l'inflation. Pour ma part mon pouvoir d'achat stagne, voire régresse depuis un moment, à un niveau suffisant  (je fais sans doute partie des derniers "sauvés") ayant gravi mes échelons tant qu'il était temps, le tiens stagnera à celui de ton embauche, c'est à dire un smic+

Ajoutons à cela les vacances dans le collimateur et les horaires qui ne résisteront guère plus avec toujours plus d'élèves  (disons encore environ 10ans de tranquillité en étant très optimiste)
Un retraite très tardive (45 ans à enseigner...je n'y pense même pas!!) et sans doute là aussi misérable  (peut-être sauverais-je 75% des 6 derniers mois ...je prie et je brule des cierges) mais pour toi ce sera surement 50% des 25 meilleures années...fais le compte

Une agrégation, seul moyen de gagner un peu plus et de sauver sa santé en travaillant un peu moins (riez, les jeunes, vous verrez..) qui coute trop cher et sera surement reléguée dans l'oubli , sauf si tu la passes assez vite

Pense également que tu ne t'échapperas que très , très difficilement de ce métier, beaucoup y ont pensé très peu l'on fait et cela devient de plus en plus difficile

je suis très rabat joie, à + de 55 ans je trouve le travail de plus en plus épuisant, en tous cas beaucoup plus crevant qu'il y a 20 ans , et de plus avec des classes sans grands problèmes. Je pense simplement que ma résistance n'est plus celle d'avant face à un métier beaucoup plus usant (je dirai insidieusement usant) qu'on le pense, (au passage c'est pour cela qu' à mon age on voit toute augmentation d'horaires, d'élèves ou rognage de vacances, aussi insignifiants soient-ils d'un très mauvais œil)

Désolé de ternir le tableau, je n'ai pas parlé du métier, tu y trouveras ce que tu y apportes je pense, mais uniquement des conditions matérielles. Certains collègues , fortunés (je risque le mot, je vis dans une région riche ou beaucoup ont des patrimoines) le vivent très bien et sans angoisse pour l'avenir

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Al le Mar 31 Mar 2015 - 18:36

Je me demande où son les atouts que tu évoques Vanlong, car ta liste de désagréments (réels) les élimine quasi tous non ? Neutral

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."

Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par roxanne le Mar 31 Mar 2015 - 18:50

Etre dans une classe "normale" et arriver à accrocher les gamins, les voir s'intéresser, apprécier ce que tu leur dis, "kiffer" Corneille, avoir d'un coup LA révélation et retrouver une subordonnée relative, sortir en chantant "motivés" de ton cours (après leur avoir fait écouter la version de Zebda du "chant des partisans"), se battre pour répondre à une question (bon, surtout en 6e)...Tout ça ça arrive, souvent, même si dans le même temps , il y aura des insultes à gérer, des histoires de stylos, et le reste. Mais quand ça "passe" avec une classe, c'est un chouette boulot quand même.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Jenny le Mar 31 Mar 2015 - 19:08

@Adri a écrit:Le pire : ne pas être soutenu par sa hiérarchie, être décrié partout, tout le temps...

Le meilleur : s'éclater en classe à faire cours, voir les élèves progresser, même si c'est lent parfois, être fier de leur apporter quelque chose, de les voir comprendre, de les nourrir intellectuellement. Etre heureux de faire un boulot qui permet de se regarder dans la glace, d'apprendre chaque jour aussi.

+1. topela

Jenny
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par florestan le Mar 31 Mar 2015 - 19:15

@Jenny a écrit:
@Adri a écrit:Le pire : ne pas être soutenu par sa hiérarchie, être décrié partout, tout le temps...

Le meilleur : s'éclater en classe à faire cours, voir les élèves progresser, même si c'est lent parfois, être fier de leur apporter quelque chose, de les voir comprendre, de les nourrir intellectuellement. Etre heureux de faire un boulot qui permet de se regarder dans la glace, d'apprendre chaque jour aussi.

+1. topela

Pareil!
Mais franchement quand on aime ça et qu'on exerce dans des conditions correctes c'est un métier super.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par wanax le Mar 31 Mar 2015 - 19:16

@pailleauquebec a écrit:Quelle bonne idée de s'y prendre à l'avance, là tu peux préparer une stratégie gagnante :

- Je dirais aussi que la préparation psychologique est importante : tu peux t'inscrire à un cours de théâtre pour être à l'aide en public, savoir t'exprimer, placer ta voix, apprendre le langage corporel. Le chant peut aussi être une bonne préparation.

- Avoir été en contact avec les jeunes en groupe aidera énormément : moniteur de colo. l'été,...

- Pour préparer le pire, il serait bon de prendre en effet quelques cours de self défense pour ne pas se sentir en infériorité face aux petites racailles. Sinon un peu de muscu. peut aider à avoir une corpulence qui en impressionne et calme plus d'un. Le sport en général sera important pour évacuer le stress des premières années.

- Administrativement, le plus important serait de trouver un PACS pour vous épargner bien des souffrances dans les pires endroits. Ensuite il faudra bien choisir ton lieu d'habitation car tes voeux de rapprochement de conjoint doivent commencer par ta commune de résidence.
On peut difficilement faire un portrait plus terrible de ce que nous sommes devenus.
Des histrions, qui sont là pour divertir et garder les enfants, qui doivent craindre pour leur sécurité et qui sont obligés de frauder ( PACS ) pour essayer de quitter les endroits les plus abjects.

wanax
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par stench le Mar 31 Mar 2015 - 19:23

-être taxé de fainéant, de privilégié, de planqué tout le temps en vacances, à qui il faut ajouter des heures, enlever du temps libre, par tout le monde, les médias, les politiques, les gens dans le train, tout le temps, à chaque occasion, entendre tout le monde, même le plus stupide, t'expliquer comment faire ton métier. Se faire tout le temps railler lors des repas de familles ou d'amis, et entendre souvent que tout est de ta faute : les élèves agités, ceux qui ne travaillent pas, ceux qui ont de mauvais résultats, ceux qui ne savent pas lire, même l'absentéisme est de ta faute puisque tu n'as pas su les intéresser. Et rentrer le soir après ça, refuser une sortie au restaurant parce que tu as du travail pendant que les autres, les travailleurs, les vrais, peuvent se prendre du bon temps alors que toi, le fainéant, tu restes derrière ton tas de copies.

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."

stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Longyearbyen's lover le Mar 31 Mar 2015 - 19:28

Franchement, les 45 heures de travail hebdo au lycée, comment vous faites ? Vous avez une floppée d'heures sup, vous êtes PP ?

Longyearbyen's lover
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Nita le Mar 31 Mar 2015 - 19:33

Vanlong a écrit:Bonjour à tous,
Je ne savais pas trop dans quelle rubrique placer le sujet, je m'excuse d'avance auprès des modos si je me plante Wink

Bon, pour la faire courte, je passe le CAPES d'anglais l'an prochain (l'agreg on attendra hein).
Je sais que la vie de prof est pas toute rose, et je suis déjà préparé psychologiquement à pas mal de choses. Ceci dit, mis à part la liste que je vais mettre, y-a-il d'autres choses vraiment "dures" auxquelles je vais devoir m'attendre, comme :
-Des classes surpeuplées, oui, certainement, particulièrement pour les langues. Attends-toi à ce que ton principal te présente un "groupe" de 31 élèves.
-Des mutations hasardeuses, comme tout bon célibataire sans enfants. Ça, c'est un écueil évident ; tu vas sans doute devoir quitter, pour longtemps, ta région d'origine.
-Des élèves qui en ont rien à faire de leur LV1 ("t'façons j'comprends rien en anglais m'sieur !), ou rien à faire tout court ("ça sert à rien les maths m'sieur !"), oui, tu vas en trouver beaucoup, y compris dans les établissements "tranquilles".
-La confirmation de ce que dit ma belle mère : "Dans le primaire, quand on a un problème avec un élève qu'on ne comprend pas, on rencontre les parents, et ensuite on comprend". Parfois, c'est vrai ; parfois, on ne comprend pas - enfin, l'adolescence explique certains comportements
-La grand-mère qui meurt 5 fois pour justifier les absences. Dans certains groupes de population, c'est une coutume : tant qu'une explication convient,il est inutile d'en changer.
-Les tricheurs en contrôle, le bordel en classe et autres désagréments courants. Ce qui est courant peut être usant. Voire démoralisant.
-18h au collège/lycée, 75h à la maison. 75h., non, mais beaucoup, beaucoup plus de temps qu'on ne le croit, sans compter les tâches invisibles et chronophages, la paperasserie, les rendez-vous avec des parents, des collègues, l'infirmière, le chef, l'assistante sociale...
-Les parents de plus en plus procéduriers. Procéduriers, ce n'est que la partie émergée de l'iceberg? Rappelle-toi qu'ils sont allés à l'école, ils sont donc plus compétents que toi, et n'hésiteront pas à te le faire savoir. Par ailleurs, leur enfant, même s'ils n'est pas absolument parfait, n'a sûrement pas dit ça/ fait ça. Si tu persistes à l'affirmer, c'est parce que tu n'as pas compris, que tu n'y connais rien en phycho juvénile, ou que tu mens, *** de prof sadique.
-12 réformes par an. Là aussi, ce qu'il y a de navrant, ce sont les conséquences des réformes : la distance entre l'effet d'annonce au 20 h. de TF1 et la réalité dans les bahuts. Un exemple tout simple : il y a eu une réforme des programmes en 2008. Le collège où j'exerçais il y a deux ans (en 2013, donc) n'avait JAMAIS reçu assez d'argent pour changer tous les manuels de toutes les classes dans tous le niveaux.
Mon actuel principal est un mordu de l'informatique, des vidéoprojecteurs et autre TNI : toutes les salles de mon collège ne sont toujours pas équipées (et dans le fameux collège d'il y a deux ans, il y avait TROIS postes informatiques en salle des profs pour 40 profs, dont un tournait encore sous windows 98...)


Dans l'immédiat, le positif (que je ne cite pas dans ce post, sinon j'écris un roman) est largement supérieur au négatif. Donc je suis encore plus que motivé pour bosser comme un forcené et passer ce concours (et vu les taux d'admission, je pense avoir mes chances).

Mais... J'en oublie ? :/

Merci d'avance !

Tu oublies la paie, pas terrible, et qui n'augmente pas. L'avancement, pas folichon non plus. Le mépris généralisé de la société. Le délabrement de certains locaux, la vétusté des matériels.

Ne sous-estime surtout pas le fait que ton quotidien va être fait d'interactions sociales, et que c'est très fatigant. (C'est aussi le cas des caissières, hein, il n'y a pas que les profs qui sont dans cette configuration-là.) Parfois, tu vas découvrir que le malheur s'acharne sur des gamins, et tu vas regretter d'en savoir autant.

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.

Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Carnyx le Mar 31 Mar 2015 - 19:38

Être prof c'est se faire prendre à partie lors des repas de famille ou amicaux par des gens qui gagnent le double de toi et te reprochent de ne rien foutre. Very Happy

_________________
Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience.

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Nita le Mar 31 Mar 2015 - 19:40

Y a pas, on vent du rêve, sur ce fil. Razz Razz
J'aime pourtant bien mon travail, parfois.
Et j'ai beaucoup aimé l'exercer, autrefois.

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.

Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par florestan le Mar 31 Mar 2015 - 19:50

@Nita a écrit:Y a pas, on vent du rêve, sur ce fil.  Razz  Razz
J'aime pourtant bien mon travail, parfois.
Et j'ai beaucoup aimé l'exercer, autrefois.

J'aime mon métier aussi. Le forum donne souvent l'impression d'un mur des lamentations mais bon on communique moins quand ça va bien (et c'est dommage d'ailleurs). Le société est violente et nous sommes aux premières lignes, mais au moins tu n'as pas l'impression de faire quelque chose d'inutile et c'est énorme je trouve.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par liliepingouin le Mar 31 Mar 2015 - 20:15

Aspects négatifs: voir la situation se dégrader, d'année en année, et ne pas avoir de perspective d'amélioration. Voir les collègues que l'on croyait indestructibles craquer à leur tour. Comprendre que la lumière au bout du tunnel n'était que le phare d'un train qui approche. Savoir que le métier pourrait être très chouette dans d'autres circonstances, avec d'autres conditions... que l'on n'a pas.

Du positif, il y en a aussi, mais ce soir, je n'ai pas envie d'en parler.

_________________
Spheniscida qui se prend pour une Alcida.

"Laissons glouglouter les égouts." (J.Ferrat)
"Est-ce qu'on convainc jamais personne?" (R.Badinter)
Même si c'est un combat perdu d'avance, crier est important.

liliepingouin
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par belote le Mar 31 Mar 2015 - 20:21

Des heures, des heures, des heures, des heures, des heures et des heures de correction (je crois qu'on peut deviner aisément que je suis en pleine période de correction de brevet blanc).

_________________
L'homme a beaucoup appris qui a beaucoup souffert. (Chanson de Roland)

belote
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum