Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par BlackMail le Sam 4 Avr 2015 - 15:42

@Sambre a écrit:
-18h au collège/lycée, 75h à la maison.
Au début oui (je passais genre 3H de préparation pour une heure de cours). Au bout de 6 mois: moins d'une heure de prep par cours. Et parfois même, cours improvisés sans stresser!

Ah, ça doit dépendre des personnes alors Laughing . Je passe toujours un temps fou à préparer mes cours (bien plus de 3h par séance parfois...) et je n'ai jamais improvisé  Embarassed .

BlackMail
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par klaus2 le Sam 4 Avr 2015 - 17:10

pour les langues vivantes, c’est carrément malsain, vu que la participation orale est quand même un point vaguement important
c'est vrai il faut s'organiser : je ne demande pas d'intervention spontanée, le plus souvent je désigne celui qui doit répondre à la question, d'ailleurs selon le degré de difficulté, et ils savent qu'il y aura une note provisoire d'oral : +3, +2, +1, selon la qualité de la réponse (et 0 si refus). J'arrive à interroger 6 fois dans un trimestre (6 semaines x 2 ou 3 heures), donc la note d'oral peut aller de 18 (3x6) à 6 (6x1). Je donne les notes provisoires à la fin du cours.
La vraie difficulté, c'est de trouver des questions qui ne soient ni trop simples ni trop dures. Je leur dis que "je ne suis pas fâché s'ils ne répondent pas ou mal, c'est un contrôle technique, je sais bien qu'ils font ce qu'ils peuvent" (lol).

C'est un métier où il faut avoir "le profil" pour ne pas être malheureux, et on ne le sait pas quand on n'a pas essayé.
Je me vois continuer parce que je vise capes et agrég., sans perspective, ce serait dur. Les inspecteurs, les modes, les directives pseudo-pédagogiques, je m'en fous.

_________________
"Il en coûte peu de prescrire l'impossible quand on se dispense de le pratiquer" (J.J. Rousseau, Confessions, Livre huitième)

klaus2
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Longyearbyen's lover le Sam 4 Avr 2015 - 17:16

Dans le métier, il y a le savoir-faire et le faire-savoir. Contrairement à ce que l'on peut croire connement, c'est le second qu'il faut privilégier, si l'on est malin. Ainsi, on a la hors-classe à 45 - 50 ans et on a une différence significative de salaire avec les concons qui n'ont pas pris soin de leur carrière. Parce qu'à moins d'avoir une fortune personnelle, tu as intérêt à tenir compte sérieusement  de la question d'argent.
 Personne ne te saura gré de tes heures de préparation - quand on est jeune, c'est sûr, il faut se rôder, mais cela n'a qu'un temps : passer de longues heures à préparer n'est pas rentable.
   
Brasse beaucoup d'air autour de toi, fais de l'auto-promo, fais-toi bien voir de qui il faut et tu auras une belle carrière. C'est-à-dire des sous ! Le reste n'est que foutaises et refoutaises. L'éclat dans les yeux, tu le verras dans ceux de tes gosses. Ce sera bien.

Longyearbyen's lover
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par stanleymilgram le Dim 5 Avr 2015 - 20:13

@Longyearbyen's lover a écrit:Dans le métier, il y a le savoir-faire et le faire-savoir. Contrairement à ce que l'on peut croire connement, c'est le second qu'il faut privilégier, si l'on est malin. Ainsi, on a la hors-classe à 45 - 50 ans et on a une différence significative de salaire avec les concons qui n'ont pas pris soin de leur carrière. Parce qu'à moins d'avoir une fortune personnelle, tu as intérêt à tenir compte sérieusement  de la question d'argent.
 Personne ne te saura gré de tes heures de préparation - quand on est jeune, c'est sûr, il faut se rôder, mais cela n'a qu'un temps : passer de longues heures à préparer n'est pas rentable.
   
Brasse beaucoup d'air autour de toi, fais de l'auto-promo, fais-toi bien voir de qui il faut et tu auras une belle carrière. C'est-à-dire des sous ! Le reste n'est que foutaises et refoutaises. L'éclat dans les yeux, tu le verras dans ceux de tes gosses. Ce sera bien.

+1
Que c'est bien vu Wink
Signé un concon Very Happy

stanleymilgram
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Jenny le Dim 5 Avr 2015 - 20:20

@BlackMail a écrit:
@Sambre a écrit:
-18h au collège/lycée, 75h à la maison.
Au début oui (je passais genre 3H de préparation pour une heure de cours). Au bout de 6 mois: moins d'une heure de prep par cours. Et parfois même, cours improvisés sans stresser!

Ah, ça doit dépendre des personnes alors Laughing . Je passe toujours un temps fou à préparer mes cours (bien plus de 3h par séance parfois...) et je n'ai jamais improvisé  Embarassed .

Merci Blackmail de me rassurer topela

Jenny
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par lisette83 le Dim 5 Avr 2015 - 20:26

C'est beaucoup trop ! et ce n'est pas , à mon avis, très rentable.

lisette83
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par PauvreYorick le Dim 5 Avr 2015 - 20:37

@stanleymilgram a écrit:
@Longyearbyen's lover a écrit:Dans le métier, il y a le savoir-faire et le faire-savoir. Contrairement à ce que l'on peut croire connement, c'est le second qu'il faut privilégier, si l'on est malin. Ainsi, on a la hors-classe à 45 - 50 ans et on a une différence significative de salaire avec les concons qui n'ont pas pris soin de leur carrière. Parce qu'à moins d'avoir une fortune personnelle, tu as intérêt à tenir compte sérieusement  de la question d'argent.
Personne ne te saura gré de tes heures de préparation - quand on est jeune, c'est sûr, il faut se rôder, mais cela n'a qu'un temps : passer de longues heures à préparer n'est pas rentable.
   
Brasse beaucoup d'air autour de toi, fais de l'auto-promo, fais-toi bien voir de qui il faut et tu auras une belle carrière. C'est-à-dire des sous ! Le reste n'est que foutaises et refoutaises. L'éclat dans les yeux, tu le verras dans ceux de tes gosses. Ce sera bien.
+1
Que c'est bien vu Wink
[...]
Je reviens quand même un instant là-dessus et surtout sur ce que j'ai souligné. Le discours tenu ici, même si je comprends bien qu'il puisse avoir du succès chez ceux qu'une certaine forme de dandysme cynique séduit, revient en gros à dire que la médecine est l'art d'acheter des maisons avec piscine et de grosses berlines. Or, c'est inexact, la médecine est l'art de soigner. De la même façon le métier de professeur ne consiste pas à amasser de l'argent et à assurer un héritage à ses propres enfants, à supposer qu'on en ait. Que les conditions difficiles dans lesquelles il est exercé conduisent beaucoup à considérer que le « travail bien fait », quand il est possible de bien faire son travail, est quelque chose de quasi secondaire, c'est une chose ─ je peux d'ailleurs le comprendre dans une certaine mesure. Aller jusqu'à la réduction pure et simple du métier au gagne-pain, c'est une erreur ; c'est autant une erreur s'agissant de l'enseignement que de n'importe quel autre art ou artisanat. Sinon, autant se reconvertir directement dans un bullshit job payé 10 ou 12 k€/mois, ça ne manque pas.

Après, ce qui est vrai, c'est que si tu veux faire correctement ton boulot, il faut en assumer les conséquences : dans certains endroits, pas tous, c'est un coup à se mettre tout le monde à dos.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par BlackMail le Dim 5 Avr 2015 - 21:52

@lisette83 a écrit:C'est beaucoup trop ! et ce n'est pas , à mon avis, très rentable.

Je sais bien mais si on n'arrive pas à faire autrement ? No
J'ai passé mon après-midi à rechercher un doc que je me rappelais avoir vu sur Neo il y a plus d'un an, pour ce qui est de la rentabilité on fait mieux, certes Razz .

_________________
Spoiler:

I'm watching you.

BlackMail
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Balthazaard le Dim 5 Avr 2015 - 22:40

@PauvreYorick a écrit:
@stanleymilgram a écrit:
@Longyearbyen's lover a écrit:Dans le métier, il y a le savoir-faire et le faire-savoir. Contrairement à ce que l'on peut croire connement, c'est le second qu'il faut privilégier, si l'on est malin. Ainsi, on a la hors-classe à 45 - 50 ans et on a une différence significative de salaire avec les concons qui n'ont pas pris soin de leur carrière. Parce qu'à moins d'avoir une fortune personnelle, tu as intérêt à tenir compte sérieusement  de la question d'argent.
Personne ne te saura gré de tes heures de préparation - quand on est jeune, c'est sûr, il faut se rôder, mais cela n'a qu'un temps : passer de longues heures à préparer n'est pas rentable.
   
Brasse beaucoup d'air autour de toi, fais de l'auto-promo, fais-toi bien voir de qui il faut et tu auras une belle carrière. C'est-à-dire des sous ! Le reste n'est que foutaises et refoutaises. L'éclat dans les yeux, tu le verras dans ceux de tes gosses. Ce sera bien.
+1
Que c'est bien vu Wink
[...]
Je reviens quand même un instant là-dessus et surtout sur ce que j'ai souligné. Le discours tenu ici, même si je comprends bien qu'il puisse avoir du succès chez ceux qu'une certaine forme de dandysme cynique séduit, revient en gros à dire que la médecine est l'art d'acheter des maisons avec piscine et de grosses berlines. Or, c'est inexact, la médecine est l'art de soigner. De la même façon le métier de professeur ne consiste pas à amasser de l'argent et à assurer un héritage à ses propres enfants, à supposer qu'on en ait. Que les conditions difficiles dans lesquelles il est exercé conduisent beaucoup à considérer que le « travail bien fait », quand il est possible de bien faire son travail, est quelque chose de quasi secondaire, c'est une chose ─ je peux d'ailleurs le comprendre dans une certaine mesure. Aller jusqu'à la réduction pure et simple du métier au gagne-pain, c'est une erreur ; c'est autant une erreur s'agissant de l'enseignement que de n'importe quel autre art ou artisanat. Sinon, autant se reconvertir directement dans un bullshit job payé 10 ou 12 k€/mois, ça ne manque pas.

Après, ce qui est vrai, c'est que si tu veux faire correctement ton boulot, il faut en assumer les conséquences : dans certains endroits, pas tous, c'est un coup à se mettre tout le monde à dos.

N'exagérons pas trop quand même, si il suffit de se baisser pour trouver un job à 10000€ par mois et que tous ceux qui passent le capes ont le choix entre ça et être prof, ce n'est même plus de crise de recrutement dont il faudrait parler

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Voltaire le Dim 5 Avr 2015 - 23:28

En philosophie c'est peut-être plus vrai qu'en mathématiques ...
Spoiler:
Descartes

Voltaire
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Balthazaard le Dim 5 Avr 2015 - 23:50

En maths si tu es bon (et bosseur) tu peux tenter un master en maths financières (places au compte goutte - ultra sélection) et tu peux entrer dans une banque avec des salaires de ce genre, mais de là à dire que c'est à la portée de tout le monde...

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Zappons le Lun 6 Avr 2015 - 5:49

@Balthazaard a écrit:
@PauvreYorick a écrit:
@stanleymilgram a écrit:
+1
Que c'est bien vu Wink
[...]
Je reviens quand même un instant là-dessus et surtout sur ce que j'ai souligné. Le discours tenu ici, même si je comprends bien qu'il puisse avoir du succès chez ceux qu'une certaine forme de dandysme cynique séduit, revient en gros à dire que la médecine est l'art d'acheter des maisons avec piscine et de grosses berlines. Or, c'est inexact, la médecine est l'art de soigner. De la même façon le métier de professeur ne consiste pas à amasser de l'argent et à assurer un héritage à ses propres enfants, à supposer qu'on en ait. Que les conditions difficiles dans lesquelles il est exercé conduisent beaucoup à considérer que le « travail bien fait », quand il est possible de bien faire son travail, est quelque chose de quasi secondaire, c'est une chose ─ je peux d'ailleurs le comprendre dans une certaine mesure. Aller jusqu'à la réduction pure et simple du métier au gagne-pain, c'est une erreur ; c'est autant une erreur s'agissant de l'enseignement que de n'importe quel autre art ou artisanat. Sinon, autant se reconvertir directement dans un bullshit job payé 10 ou 12 k€/mois, ça ne manque pas.

Après, ce qui est vrai, c'est que si tu veux faire correctement ton boulot, il faut en assumer les conséquences : dans certains endroits, pas tous, c'est un coup à se mettre tout le monde à dos.

N'exagérons pas trop quand même, si il suffit de se baisser pour trouver un job à 10000€ par mois et que tous ceux qui passent le capes ont le choix entre ça et être prof, ce n'est même plus de crise de recrutement dont il faudrait parler

PY voulait peut-être écrire "par an" et non "par mois"... confused

Zappons
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par PauvreYorick le Lun 6 Avr 2015 - 9:54

Heu, OK, j'exagère un peu, c'est vrai qu'il n'y en aura pas pour tout le monde, des bullshit jobs à 120 000 ou 144 000 €/an. Razz

(Anecdote tout de même, une ancienne étudiante à moi gagne ça, aujourd'hui, dans un boulot qu'elle n'aime pas et qu'elle a tout de suite eu ou presque, parce qu'elle s'est dit très vite, après une seule tentative il me semble, que l'agreg de philo était vraiment trop difficile.)

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par InvitéeSS le Lun 6 Avr 2015 - 10:02

Oui enfin quand même, ça n'est pas la majorité des boulots qui offrent ce salaire (moi quand j'ai arrêté la philo, j'étais bien contente de me trouver un job de m... à 8000 fr net dans la région parisienne - ma province ne m'offrant que la possibilité d'être caissière, magasinière, bosser au mc do, ouvrière dans les frigos des jambons d'Aoste et autres joyeusetés du même type Razz )

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par PauvreYorick le Lun 6 Avr 2015 - 10:17

Non mais j'ai effectivement grossi l'argumentaire jusqu'à la caricature, m'enfin le propos principal me semblait clair : il y a d'autres gagne-pain que prof, dont un bon nombre sont plus lucratifs. Et fréquemment, ceux qui ont le niveau d'études leur permettant d'envisager d'être prof ont aussi le niveau d'études leur permettant d'envisager d'autres boulots, parmi lesquels plusieurs, si c'est l'argent qui compte plus que tout le reste, sont plus lucratifs.

M'enfin, ma remarque plus haut, elle se passait (pour ce qui est de l'essentiel à mes yeux) entièrement de la phrase sur les « autres boulots », que j'aurais bien pu ne pas écrire sans que ça change grand'chose : si on dit que seul le salaire compte, c'est une négation du métier.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Voltaire le Lun 6 Avr 2015 - 10:41

Je suis assez d'accord, si seul le salaire compte, n'importe quel job fait l'affaire.
Et s'engager dans un métier (pas seulement prof) devrait correspondre à un minimum de goût pour ce métier (sans aller jusqu'à parler de vocation).
Malheureusement le métier de prof n'est plus celui qu'il était (ou devrait être ?). Et donc ce n'est pas tant le métier qui est nié, mais ce sont les enseignants eux-mêmes - en tant que personnes essayant d'enseigner. Pour ma part, je ne fais absolument pas (plus ?) le métier dans lequel je me suis engagée il y a longtemps, que j'aime toujours passionnément, donc ce que je fais est devenu quasi alimentaire. Je le fais correctement, d'ailleurs, par pur respect de mes élèves. Et pour le faire sans trop me mépriser moi-même, je suis souvent amenée à me mettre en porte-à-faux par rapport à ma "hiérarchie", administration, inspection, ministère ...

Voltaire
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Ashtrak le Lun 6 Avr 2015 - 10:43

@stench a écrit:-être taxé de fainéant, de privilégié, de planqué tout le temps en vacances, à qui il faut ajouter des heures, enlever du temps libre, par tout le monde, les médias, les politiques, les gens dans le train, tout le temps, à chaque occasion, entendre tout le monde, même le plus stupide, t'expliquer comment faire ton métier. Se faire tout le temps railler lors des repas de familles ou d'amis, et entendre souvent que tout est de ta faute : les élèves agités, ceux qui ne travaillent pas, ceux qui ont de mauvais résultats, ceux qui ne savent pas lire, même l'absentéisme est de ta faute puisque tu n'as pas su les intéresser. Et rentrer le soir après ça, refuser une sortie au restaurant parce que tu as du travail pendant que les autres, les travailleurs, les vrais, peuvent se prendre du bon temps alors que toi, le fainéant, tu restes derrière ton tas de copies.

Cet aspect est sans doute celui qui m'a le plus... réjoui ! En effet, dans mon ancienne vie, je gagnais beaucoup plus (certains mois, pas tous) mais je n'avais comme perspective que l'asile ou la dépendance grave à la cocaïne ; choisir d'être prof fut une libération au sens où j'ai découvert un boulot certes difficile (cf. la longue liste des inconvénients) mais avec des cotés extrêmement positifs, la relation avec les élèves étant le premier. Pour la première fois, je bossais pour améliorer la vie des gens, pas seulement pour faire gagner du pognon à certains qui en avaient déjà largement suffisamment. Et lorsque j'ai entendu pour la première fois des choses allant dans le sens de ce que dit Stench, j'ai éclaté de rire, simplement. De joie ! Oui ! Je suis un feignant, je suis tout le temps en grève, je suis fautif pour tout, je sais moins bien faire que vous, ô grands spécialistes et de plus, je n'intéresse personne ! Mais contrairement à vous, pauvres manants, je fais un métier qui me plaît et je ne laisse pas mon amertume d'avoir choisi le mauvais chemin prendre le dessus. Car je sais, contrairement à vous, que les difficultés dans ma salle de classe ne sont pas permanentes ; peut-être demain vais-je avoir une surprise incroyable, quand Kevinou va faire preuve de subtilité pour la première fois de l'année, où lorsque Kevina va afficher un sourire ensoleillé car elle va avoir la moyenne ! Et ça, c'est ma récompense et la raison pour laquelle je supporte tous les ministres incompétents, les administrations caporalistes, les parents d'élèves insupportables et les locaux délabrés. Et comme en plus, pour ma part, je ne supporte pratiquement plus tout cela (j'ai de la chance), la vie est encore plus belle. yesyes


_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Balthazaard le Lun 6 Avr 2015 - 11:09

@Voltaire a écrit:Je suis assez d'accord, si seul le salaire compte, n'importe quel job fait l'affaire.
Et s'engager dans un métier (pas seulement prof) devrait correspondre à un minimum de goût pour ce métier (sans aller jusqu'à parler de vocation).
Malheureusement le métier de prof n'est plus celui qu'il était (ou devrait être ?). Et donc ce n'est pas tant le métier qui est nié, mais ce sont les enseignants eux-mêmes - en tant que personnes essayant d'enseigner. Pour ma part, je ne fais absolument pas (plus ?) le métier dans lequel je me suis engagée il y a longtemps, que j'aime toujours passionnément, donc ce que je fais est devenu quasi alimentaire. Je le fais correctement, d'ailleurs, par pur respect de mes élèves. Et pour le faire sans trop me mépriser moi-même, je suis souvent amenée à me mettre en porte-à-faux par rapport à ma "hiérarchie", administration, inspection, ministère ...

+1  exactement comme moi, hélas, ce que je suis amené à faire ne ressemble plus à rien, je me demande vraiment pourquoi je prépare encore mes cours, pour la deuxième phrase soulignée en gras sans doute et aussi pour me dire que "cela pourrait être autrement"....c'est bien triste...

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Weirdan le Lun 6 Avr 2015 - 12:30

L'auteur a pris peur !
En l'espace de 5 pages, vous avez réussi à détruire une vocation ! diable

Weirdan
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Balthazaard le Lun 6 Avr 2015 - 12:39

Il nous dira merci un jour... Very Happy  ou Crying or Very sad ou No

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par florestan le Lun 6 Avr 2015 - 12:42

Mais nous ne sommes pas tous d'accord!
Ce qu'il y a c'est que ceux qui aiment bien le métier ne sont pas ceux qui en parlent le plus ( ça fait un peu ravi de la crèche).
Moi je dis faut et essayer et si on n'aime pas ben faut faire autre chose. On n'a qu'une vie jusqu'à nouvel ordre.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Invitéu27533 le Lun 6 Avr 2015 - 13:52

Ce qui me rassure... c'est que malgré tout ça, je suis encore ULTRA motivé. Donc je ne pense pas me tromper d'orientation Wink Tous les désavantages et inconvénients que vous avez rajouté à la liste, malgré tout, ça me dérange pas plus que ça haha.

Autre petite question, être TZR, pour commencer c'est une bonne idée ?

Invitéu27533
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par florestan le Lun 6 Avr 2015 - 13:55

Vanlong a écrit:Ce qui me rassure... c'est que malgré tout ça, je suis encore ULTRA motivé. Donc je ne pense pas me tromper d'orientation Wink Tous les désavantages et inconvénients que vous avez rajouté à la liste, malgré tout, ça me dérange pas plus que ça haha.

Autre petite question, être TZR, pour commencer c'est une bonne idée ?

La question ne se pose pas en ces termes, il y a des chances pour que tu n'aies pas le choix donc bonne idée ou pas.... J'ai personnellement bien aimé mes années de tzédariat (cinq ans).

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Weirdan le Lun 6 Avr 2015 - 14:37

Vanlong a écrit:Ce qui me rassure... c'est que malgré tout ça, je suis encore ULTRA motivé. Donc je ne pense pas me tromper d'orientation Wink Tous les désavantages et inconvénients que vous avez rajouté à la liste, malgré tout, ça me dérange pas plus que ça haha.

En connaitre et en éprouver l'existence sont deux choses différentes.

Weirdan
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par Cowabunga le Mar 7 Avr 2015 - 0:39

J'ai parcouru le fil très rapidement, mais je ne crois pas qu'on l'ait mentionné : au nombre des choses vraiment difficiles du métier de prof, il y a la mort de nos élèves. Tu vas passer tes journées à leur parler de leur avenir, cependant quelques-uns n'en ont pas.

Je ne pense pas que cette donnée joue sur l'envie ou non de faire ce métier, mais ça me semblait important de la rappeler.

_________________
"La parole est mon domaine, la parole est mon royaume" Paul Ricoeur

Cowabunga
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre prof aujourd'hui, questions d'un futur collègue

Message par roxanne le Mar 7 Avr 2015 - 6:51

Euh, ça reste quand même -et heureusement- rare et en tout cas, ça ne peut pas être un motif de renoncer à ce métier, la mort étant partout.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum