Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Thalia de G
Médiateur

A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Thalia de G le Ven 10 Avr 2015 - 14:33
Jeudi 9 avril, devant le congrès de l’UNEF à Nantes, la ministre chargée de l’enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem, a souligné à quel point l’université ignore encore la parité : « Nous ne pouvons pas nous résoudre à ce qu’avec seulement 6,5 % de femmes dirigeantes dans le supérieur – soit moitié moins que dans les autres pays de l’Union européenne –, la France soit en fin de classement en matière d’accès des femmes aux responsabilités. »
L'article : http://www.lemonde.fr/education/article/2015/04/10/a-l-universite-les-femmes-tenues-a-l-ecart-des-responsabilites_4613649_1473685.html#2J6JGHwYJQdprlHD.99

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Ven 10 Avr 2015 - 14:36
Il y avait pourtant des femmes excellentes candidates à la présidence de la CPU l'an dernier, mais elles avaient, en plus d'être des femmes, le handicap de venir des lettres et SHS Sad
shantia38
Niveau 5

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par shantia38 le Ven 10 Avr 2015 - 15:37
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Il y avait pourtant des femmes excellentes candidates à la présidence de la CPU l'an dernier, mais elles avaient, en plus d'être des femmes, le handicap de venir des lettres et SHS Sad

Elles ont "toujours" un handicap, on dirait! pffttt
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Celadon le Ven 10 Avr 2015 - 16:57
@Thalia de G a écrit:
Jeudi 9 avril, devant le congrès de l’UNEF à Nantes, la ministre chargée de l’enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem, a souligné à quel point l’université ignore encore la parité : « Nous ne pouvons pas nous résoudre à ce qu’avec seulement 6,5 % de femmes dirigeantes dans le supérieur – soit moitié moins que dans les autres pays de l’Union européenne –, la France soit en fin de classement en matière d’accès des femmes aux responsabilités. »
L'article : http://www.lemonde.fr/education/article/2015/04/10/a-l-universite-les-femmes-tenues-a-l-ecart-des-responsabilites_4613649_1473685.html#2J6JGHwYJQdprlHD.99
Ah bon ? On est déjà chez Houellebecq ?
Non ? Tiens...
avatar
Marie Laetitia
Bon génie

RE:A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marie Laetitia le Ven 10 Avr 2015 - 18:38
@Thalia de G a écrit:
Jeudi 9 avril, devant le congrès de l’UNEF à Nantes, la ministre chargée de l’enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem, a souligné à quel point l’université ignore encore la parité : « Nous ne pouvons pas nous résoudre à ce qu’avec seulement 6,5 % de femmes dirigeantes dans le supérieur – soit moitié moins que dans les autres pays de l’Union européenne –, la France soit en fin de classement en matière d’accès des femmes aux responsabilités. »
L'article : http://www.lemonde.fr/education/article/2015/04/10/a-l-universite-les-femmes-tenues-a-l-ecart-des-responsabilites_4613649_1473685.html#2J6JGHwYJQdprlHD.99

@Marcel Khrouchtchev a écrit:Il y avait pourtant des femmes excellentes candidates à la présidence de la CPU l'an dernier, mais elles avaient, en plus d'être des femmes, le handicap de venir des lettres et SHS Sad




Et donc le gouvernement va lutter contre cet état de fait. Donc j'imagine qu'il va commencer par des choses très simples et à sa portée comme réformer les contrats d'ATER qui impliquent la précarité des doctorants, incitent par leur brièveté les doctorantes à repousser toute maternité (ou à renoncer à un poster d'ATER si elles sont enceintes), à éviter d'être enceintes entre la fin de la thèse et le recrutement (qui peut prendre des années), ce qui repousse donc mécaniquement toute grossesse au moment où les jeunes femmes maîtres de conférence commencent leur carrière en tant que titulaire, au moment... où elles pourraient commencer à exercer des responsabilités.

Ah non?

On me dit que les beaux discours c'est plus vendeur, et en plus ça n'engage à rien sauf à critiquer à peu de frais les universitaires. Oui, des machistes il y en a mais pendant ce temps, rien n'est fait concrètement.

Ce gouvernement me donne la nausée (sans rapport avec un heureux événement)...

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
User19866
Expert spécialisé

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par User19866 le Ven 10 Avr 2015 - 18:42
@Marie Laetitia a écrit:Et donc le gouvernement va lutter contre cet état de fait. Donc j'imagine qu'il va commencer par des choses très simples et à sa portée comme réformer les contrats d'ATER qui impliquent la précarité des doctorants, incitent par leur brièveté les doctorantes à repousser toute maternité (ou à renoncer à un poster d'ATER si elles sont enceintes), à éviter d'être enceintes entre la fin de la thèse et le recrutement (qui peut prendre des années), ce qui repousse donc mécaniquement toute grossesse au moment où les jeunes femmes maîtres de conférence commencent leur carrière en tant que titulaire, au moment... où elles pourraient commencer à exercer des responsabilités.
Est-ce que tu pourrais m'en dire plus sur la partie en gras ? N'y a-t-il "que" la brièveté de ces contrats qui pose problème ? Je n'y connais rien du tout, et cela m'intéresse. Smile

Cela dit, je ne suis pas persuadée que l'ensemble des non-nominations de femmes soient dues au fait qu'elles étaient enceintes à ce moment-là. Wink


Dernière édition par Dalathée2 le Ven 10 Avr 2015 - 18:44, édité 1 fois
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Ven 10 Avr 2015 - 18:44
@Marie Laetitia a écrit:
Et donc le gouvernement va lutter contre cet état de fait. Donc j'imagine qu'il va commencer par des choses très simples et à sa portée comme réformer les contrats d'ATER qui impliquent la précarité des doctorants, incitent par leur brièveté les doctorantes à repousser toute maternité (ou à renoncer à un poster d'ATER si elles sont enceintes), à éviter d'être enceintes entre la fin de la thèse et le recrutement (qui peut prendre des années), ce qui repousse donc mécaniquement toute grossesse au moment où les jeunes femmes maîtres de conférence commencent leur carrière en tant que titulaire, au moment... où elles pourraient commencer à exercer des responsabilités.

Ah non?

veneration
Voilà une façon très claire de poser un problème concret que toutes les collègues connaissent et que les universitaires hommes (sauf ceux qui sont en couple avec lesdites collègues) ont parfois bien du mal à comprendre.
Même une fois titulaires, comme tu le dis, les femmes MCF qui deviennent mères ont leur carrière injustement plombée par l'absence totale d'adaptation du système (avoir son congé maternité quand son service est annuel pousse certaines collègues pensant bien faire à l'abandonner purement et simplement!), et par des discours hallucinants sur la maternité, vue comme un moyen de "ne rien faire" comme je l'ai déjà entendu de mes propres oreilles (discours parfois tenus par des collègues femmes qui ont justement sacrifié cela il y a quelques années et attendent que d'autres fassent pareil).
avatar
Marie Laetitia
Bon génie

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marie Laetitia le Ven 10 Avr 2015 - 18:52
Dalathée2 a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:Et donc le gouvernement va lutter contre cet état de fait. Donc j'imagine qu'il va commencer par des choses très simples et à sa portée comme réformer les contrats d'ATER qui impliquent la précarité des doctorants, incitent par leur brièveté les doctorantes à repousser toute maternité (ou à renoncer à un poster d'ATER si elles sont enceintes), à éviter d'être enceintes entre la fin de la thèse et le recrutement (qui peut prendre des années), ce qui repousse donc mécaniquement toute grossesse au moment où les jeunes femmes maîtres de conférence commencent leur carrière en tant que titulaire, au moment... où elles pourraient commencer à exercer des responsabilités.
Est-ce que tu pourrais m'en dire plus sur la partie en gras ? N'y a-t-il "que" la brièveté de ces contrats qui pose problème ? Je n'y connais rien du tout, et cela m'intéresse. Smile

Cela dit, je ne suis pas persuadée que l'ensemble des non-nominations de femmes soient dues au fait qu'elles étaient enceintes à ce moment-là. Wink

Je ne vois pas ce qu'il y a à dire de plus. Un contrat d'ATER dure un an. Un ATER c'est un remplaçant. Une remplaçante qui n'est pas disponible en septembre parce qu'elle déclare en juin être enceinte passe très simplement à la trappe. C'est arrivé à une doctorante de ma connaissance. Là où c'est devenu sordide, c'est qu'elle a perdu le poste pour lequel elle était classée première et qu'elle a fait une fausse couche dans la foulée.
Et si elle avait caché sa maternité à ses recruteurs, le risque pour elle était d'être grillée pour un recrutement ultérieur en tant que titulaire. En sachant que ce genre de mensonge par omission peut être diffusé entre collègues et avoir une influence désastreuse dans d'autres universités où l'information sera parvenue qu'une telle a bien mis l'équipe de *** dans la mouise en cachant qu'elle était enceinte.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
shantia38
Niveau 5

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par shantia38 le Ven 10 Avr 2015 - 19:02
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
Et donc le gouvernement va lutter contre cet état de fait. Donc j'imagine qu'il va commencer par des choses très simples et à sa portée comme réformer les contrats d'ATER qui impliquent la précarité des doctorants, incitent par leur brièveté les doctorantes à repousser toute maternité (ou à renoncer à un poster d'ATER si elles sont enceintes), à éviter d'être enceintes entre la fin de la thèse et le recrutement (qui peut prendre des années), ce qui repousse donc mécaniquement toute grossesse au moment où les jeunes femmes maîtres de conférence commencent leur carrière en tant que titulaire, au moment... où elles pourraient commencer à exercer des responsabilités.

Ah non?

veneration
Voilà une façon très claire de poser un problème concret que toutes les collègues connaissent et que les universitaires hommes (sauf ceux qui sont en couple avec lesdites collègues) ont parfois bien du mal à comprendre.
Même une fois titulaires, comme tu le dis, les femmes MCF qui deviennent mères ont leur carrière injustement plombée par l'absence totale d'adaptation du système (avoir son congé maternité quand son service est annuel pousse certaines collègues pensant bien faire à l'abandonner purement et simplement!), et par des discours hallucinants sur la maternité, vue comme un moyen de "ne rien faire" comme je l'ai déjà entendu de mes propres oreilles (discours parfois tenus par des collègues femmes qui ont justement sacrifié cela il y a quelques années et attendent que d'autres fassent pareil).

c'est là aussi une forme de violence faite aux femmes, qui touche un point fort : la maternité!
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Ven 10 Avr 2015 - 19:23
@shantia38 a écrit:c'est là aussi une forme de violence faite aux femmes, qui touche un point fort : la maternité!

Je ne te raconte pas comment sont regardées les collègues femmes qui doivent reporter des cours quand leurs enfants sont malades.
Et quand ça m'est arrivé à moi, ce n'était même pas des regards exaspérés, c'était carrément l'impression de ne pas vivre sur la même planète (en plus, ma femme étant instit, imaginez comment mes collègues considèrent son travail Rolling Eyes )
shantia38
Niveau 5

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par shantia38 le Ven 10 Avr 2015 - 19:43
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@shantia38 a écrit:c'est là aussi une forme de violence faite aux femmes, qui touche un point fort : la maternité!

Je ne te raconte pas comment sont regardées les collègues femmes qui doivent reporter des cours quand leurs enfants sont malades.
Et quand ça m'est arrivé à moi, ce n'était même pas des regards exaspérés, c'était carrément l'impression de ne pas vivre sur la même planète (en plus, ma femme étant instit, imaginez comment mes collègues considèrent son travail Rolling Eyes )

t'inquiètes je le sais, moi-même étant femme!
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Ven 10 Avr 2015 - 20:23
@shantia38 a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@shantia38 a écrit:c'est là aussi une forme de violence faite aux femmes, qui touche un point fort : la maternité!

Je ne te raconte pas comment sont regardées les collègues femmes qui doivent reporter des cours quand leurs enfants sont malades.
Et quand ça m'est arrivé à moi, ce n'était même pas des regards exaspérés, c'était carrément l'impression de ne pas vivre sur la même planète (en plus, ma femme étant instit, imaginez comment mes collègues considèrent son travail Rolling Eyes )

t'inquiètes je le sais, moi-même étant femme!

Oui, ça j'avais compris Very Happy
Mais je ne savais pas que tu travaillais dans le sup. Parce que c'est très différent par rapport au secondaire (où la maternité n'est pas franchement stigmatisée, et tant mieux!)
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Anaxagore le Ven 10 Avr 2015 - 20:51
Attends Marcel, il y a une ambiance à couteaux tirés quand même. J'ai dû moi-même expliquer à un prof de la fac qu'il avait le droit d'être malade et de se reposer, alors que j'avais besoin de lui...

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."

"On déclame contre les passions sans songer que c'est à leur flambeau que la philosophie allume le sien." Sade
avatar
e-Wanderer
Expert spécialisé

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par e-Wanderer le Ven 10 Avr 2015 - 23:35
@John a écrit:Le sexisme, ça peut marcher dans les deux sens :/
Après, statistiquement, c'est quand même plus souvent les femmes qui en sont victimes - mais pas exclusivement, oui.
Dans ma fac, il y a "trop" de femmes, ce qui crée de gros problèmes pour respecter les directives ministérielles sur la parité : par exemple, on se bat les flancs pour trouver des hommes en nombre suffisant pour certains comités de sélection (l'an dernier, j'étais le seul homme d'un comité de sélection de 14 personnes, et je n'étais même pas directement spécialiste de la discipline concernée. Alors avec les nouvelles directives beaucoup plus contraignantes en termes de parité, je sens qu'on va bien s'amuser !). Dans la fac de sciences d'à côté, la disproportion joue dans l'autre sens…

Dans tous les cas, c'est terrible pour la "minorité" : on se trouve contraint d'empiler toutes sortes de tâches administratives et de devenir de véritables cumulards, simplement pour respecter des règles qui manquent singulièrement de souplesse et finissent par être totalement contre-productives. J'imagine que ça n'arrange pas davantage les femmes matheuses d'être obligées de siéger partout et de se faire bouffer tout leur temps par des réunions à répétition.
shantia38
Niveau 5

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par shantia38 le Sam 11 Avr 2015 - 2:53
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@shantia38 a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:

Je ne te raconte pas comment sont regardées les collègues femmes qui doivent reporter des cours quand leurs enfants sont malades.
Et quand ça m'est arrivé à moi, ce n'était même pas des regards exaspérés, c'était carrément l'impression de ne pas vivre sur la même planète (en plus, ma femme étant instit, imaginez comment mes collègues considèrent son travail Rolling Eyes )

t'inquiètes je le sais, moi-même étant femme!

Oui, ça j'avais compris Very Happy
Mais je ne savais pas que tu travaillais dans le sup. Parce que c'est très différent par rapport au secondaire (où la maternité n'est pas franchement stigmatisée, et tant mieux!)

Non je suis dans le secondaire et je trouve que même là, on nous emm....e avec ça!
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Sam 11 Avr 2015 - 9:03
@e-Wanderer a écrit:
@John a écrit:Le sexisme, ça peut marcher dans les deux sens :/
Après, statistiquement, c'est quand même plus souvent les femmes qui en sont victimes - mais pas exclusivement, oui.
Dans ma fac, il y a "trop" de femmes, ce qui crée de gros problèmes pour respecter les directives ministérielles sur la parité : par exemple, on se bat les flancs pour trouver des hommes en nombre suffisant pour certains comités de sélection (l'an dernier, j'étais le seul homme d'un comité de sélection de 14 personnes, et je n'étais même pas directement spécialiste de la discipline concernée. Alors avec les nouvelles directives beaucoup plus contraignantes en termes de parité, je sens qu'on va bien s'amuser !). Dans la fac de sciences d'à côté, la disproportion joue dans l'autre sens…

Dans tous les cas, c'est terrible pour la "minorité" : on se trouve contraint d'empiler toutes sortes de tâches administratives et de devenir de véritables cumulards, simplement pour respecter des règles qui manquent singulièrement de souplesse et finissent par être totalement contre-productives. J'imagine que ça n'arrange pas davantage les femmes matheuses d'être obligées de siéger partout et de se faire bouffer tout leur temps par des réunions à répétition.

Bien d'accord avec ça. Mais ta discipline a quand même un profil très particulier, non? Je ne pense pas qu'il y en ait une seule autre qui soit aussi féminisée. Et le problème est particulièrement criant pour les PR (justement parce que les MCF femmes ont des handicaps que n'ont pas les hommes dans leur carrière).
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Sam 11 Avr 2015 - 9:25
@Anaxagore a écrit:Attends Marcel, il y a une ambiance à couteaux tirés quand même. J'ai dû moi-même expliquer à un prof de la fac qu'il avait le droit d'être malade et de se reposer, alors que j'avais besoin de lui...

Oui, il est vrai qu'il y a une intériorisation très forte chez les universitaires qu'il ne faut jamais être absent, on remplace les heures perdues pour maladie ou pour jours fériés. Mais le congé maternité, par sa longueur et par les contraintes qu'il induit ensuite, est encore plus "mal vu" par les collègues, et d'ailleurs très difficile à appliquer à cause de l'annualisation de nos services.
Mr
Habitué du forum

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Mr le Sam 11 Avr 2015 - 11:20
J'ai quatre enfants et pas mal de collègues dans nos âges. Jamais personne n'a eu à se plaindre de remarques quant au congé maternité.
Cath
Bon génie

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Cath le Sam 11 Avr 2015 - 11:25
Si tu cherches bien sur le forum, tu trouveras des messages dans lesquels des collègues femmes font mention de leur appréciation de notation annuelle pendant leur congé maternité...
benjy_star
Fidèle du forum

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par benjy_star le Sam 11 Avr 2015 - 11:26
Leperenoelnoir a écrit:J'ai quatre enfants et pas mal de collègues dans nos âges. Jamais personne n'a eu à se plaindre de remarques quant au congé maternité.
Chut, laisse les fausses rumeurs se répandre, il FAUT laisser l'image de la femme victime de son sexe se propager, il y a un consensus ici. Wink
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Sam 11 Avr 2015 - 11:29
Leperenoelnoir a écrit:J'ai quatre enfants et pas mal de collègues dans nos âges. Jamais personne n'a eu à se plaindre de remarques quant au congé maternité.

Je trouve aussi que, dans le secondaire, il n'y a pas trop à se plaindre.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Sam 11 Avr 2015 - 11:31
@benjy_star a écrit:
Leperenoelnoir a écrit:J'ai quatre enfants et pas mal de collègues dans nos âges. Jamais personne n'a eu à se plaindre de remarques quant au congé maternité.
Chut, laisse les fausses rumeurs se répandre, il FAUT laisser l'image de la femme victime de son sexe se propager, il y a un consensus ici. Wink

Le sujet est celui de la maternité chez les universitaires femmes. Et là, franchement, il y a un vrai problème, souligné par Laetitia pour les ATER, mais valable aussi pour les MCF. Franchement, ce n'est pas du tout une rumeur ou quelque chose d'imaginé.
Et, encore une fois, hormis des problèmes de notation administrative, il n'y a guère de handicap à être mère (ou père d'ailleurs) quand on est dans le primaire ou dans le secondaire (même si ce n'est pas la question ici, puisqu'on parle du supérieur, qui pose des problèmes tout à fait spécifiques).
avatar
Asha Kraken
Neoprof expérimenté

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Asha Kraken le Sam 11 Avr 2015 - 11:37
@Cath a écrit:Si tu cherches bien sur le forum, tu trouveras des messages dans lesquels des collègues femmes font mention de leur appréciation de notation annuelle pendant leur congé maternité...

J'allais citer la même chose. Et certaines de mes collègues (actuelles et par le passé) ont pu subir des remarques fort désobligeantes de la part de certains perdir qui leur reprochaient de désorganiser le service, d'agir en mère de famille et pas en fonctionnaire (ça c'était durant mon séjour en LP), voire d'être des pondeuses (un adjoint à une collègue doc).
EDIT : Bon en même temps, vous avez raison MK, le sujet porte sur les universitaires, mais vous devez inoculer une humeur floodeuse à vos lecteurs... Razz
avatar
DesolationRow
Grand Maître

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par DesolationRow le Sam 11 Avr 2015 - 11:40
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@benjy_star a écrit:
Leperenoelnoir a écrit:J'ai quatre enfants et pas mal de collègues dans nos âges. Jamais personne n'a eu à se plaindre de remarques quant au congé maternité.
Chut, laisse les fausses rumeurs se répandre, il FAUT laisser l'image de la femme victime de son sexe se propager, il y a un consensus ici. Wink

Le sujet est celui de la maternité chez les universitaires femmes. Et là, franchement, il y a un vrai problème, souligné par Laetitia pour les ATER, mais valable aussi pour les MCF. Franchement, ce n'est pas du tout une rumeur ou quelque chose d'imaginé.
Et, encore une fois, hormis des problèmes de notation administrative, il n'y a guère de handicap à être mère (ou père d'ailleurs) quand on est dans le primaire ou dans le secondaire (même si ce n'est pas la question ici, puisqu'on parle du supérieur, qui pose des problèmes tout à fait spécifiques).

Je confirme sans réserve ces propos. Il y a un vrai problème dans le supérieur ; si on prend en compte le fait qu'il est rare de finir sa thèse avant la trentaine, qu'il faut ajouter deux ou trois années de précarité minimum (mais vraiment minimum) pour obtenir un poste de MCF, cela complique considérablement la vie des jeunes femmes qui désirent devenir mères.

Ceci étant dit, au moins du côté littéraire, on avance progressivement vers une répartition plus équitable des postes. Dans mon domaine, c'est même très frappant (dans le bon sens du terme).
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Marcel Khrouchtchev le Sam 11 Avr 2015 - 11:41
@Asha Kraken a écrit:
@Cath a écrit:Si tu cherches bien sur le forum, tu trouveras des messages dans lesquels des collègues femmes font mention de leur appréciation de notation annuelle pendant leur congé maternité...

J'allais citer la même chose. Et certaines de mes collègues (actuelles et par le passé) ont pu subir des remarques fort désobligeantes de la part de certains perdir qui leur reprochaient de désorganiser le service, d'agir en mère de famille et pas en fonctionnaire (ça c'était durant mon séjour en LP), voire d'être des pondeuses (un adjoint à une collègue doc).
EDIT : Bon en même temps, vous avez raison MK, le sujet porte sur les universitaires, mais vous devez inoculer une humeur floodeuse à vos lecteurs... Razz

😢 😢
Encore une fois, je pense (et je réaffirme) qu'il n'y a pas de vrai problème pour être parent et prof de primaire ou du secondaire (à condition, il est vrai, de connaître ses droits et de les faire valoir).
En revanche, c'est central pour les universitaires, c'est tout. Et comme ce sont deux sujets séparés, je pense qu'il faudrait discuter des effets de la maternité sur la carrière des PE et sur celle des PLC ailleurs qu'ici.
Contenu sponsorisé

Re: A l’université, les femmes tenues à l’écart des responsabilités

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum