Mara Goyet: "Serons-nous à la hauteur de la réforme du collège?"

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Mara Goyet: "Serons-nous à la hauteur de la réforme du collège?"

Message par User5899 le Jeu 23 Avr 2015 - 11:59

@egomet a écrit:tu n'es qu'un exécutant.
Ou plutôt,  tu es dans une situation encore pire, car non seulement tu as beaucoup de choses à exécuter servilement,  mais en plus on t'enjoint d'inventer pour tout le reste... en se réservant le droit de désavouer à tout moment tes initiatives.
J'en reviens à ce que j'ai dit. Ta liberté n'est pas dans ton statut, mais dans la faiblesse du contrôle.
Tu n'es pas libre statutairement,  c'est à toi de voir quelle liberté tu peux et tu oses prendre,  en ton âme et conscience. Mais la désobéissance a de toute façon un coût,  qui doit être proportionné aux enjeux.
Voilà qui est fort bien dit et fort lucide veneration

Il faut être punk dans ce métier.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mara Goyet: "Serons-nous à la hauteur de la réforme du collège?"

Message par Roumégueur Ier le Dim 31 Mai 2015 - 9:26

Billet plus récent de Mara, qui ne sait plus quoi penser de la réforme à cause que le débat il a été vampirisé par des hurluberlus de toutes sortes.
http://maragoyet.blog.lemonde.fr/2015/05/30/college-tout-le-monde-en-parle-mais-tout-le-monde-sen-fout/?utm_medium=Social&utm_source=Twitter&utm_campaign=Echobox&utm_term=Autofeed#link_time=1433019223

Sa conclusion : "Alors, au milieu de tout ça, des flots de paroles, de considérations qui nous éloignent chaque jour de la réalité des classes, des élèves, du collège, que faire, que penser ? Eh bien ça donne envie de regarder passer les trains, d'attendre sagement la réforme, d'en faire ce que l'on pourra sur place, sur le moment, avec ses collègues choisis. De rester calme tout en déplorant que le collège tel qu'il est reste invisible dans sa réalité au plus grand nombre, qu'il soit un prétexte à joutes, rancœurs, ressentiments, idéologies."

J'en envie de lui dire à Mara, mais en fait je pense qu'elle s'en tamponne, que cette réforme n'est pas si difficile à comprendre, pas du tout.
Une réforme qui propose moins d'heures de cours disciplinaires pour les fondre en fausse AP 'par manque de possibilités de dédoublements) et en EPI (dont le fondement idéologique est déjà problématique), alors que nos élèves MANQUENT d'heures de cours disciplinaires notamment en 1/2 groupes et, osons le dire, en 1/4 de groupe, on peut légitimement en penser du mal...
Une réforme qui bousille tout ce qui marche pour des élèves qui, quel que soit leur niveau social, peuvent se coller des heures de cours en plus parce qu'ils peuvent se le permettre : option bilangue (dont les élèves sont ventilés dans plusieurs divisions pour éviter le côté club VIP), les sections euro (au moment où on tente vainement de sauver l'idée d'une Europe qui soude les peuples sous des valeurs communes), les options langues anciennes et régionales (que seuls des personnes de mauvaise foi peuvent affirmer trouver un renforcement d'icelles alors même qu'elles sont saccagées), l'option DP3 (tuée par le Se-Unsa pour en faire un gloubi-boulga transversal alors que beaucoup d'enseignants et d'élèves s'y éclatent parce qu'ils l'ont choisie mais que tout le monde ne veut pas en faire...).
Une réforme qui force tous les élèves à attaquer une LV2 en 5ème alors que c'est aussi le moment où on commence la Physique-Chimie et que tous n'ont pas les moyens de commencer si tôt une 2ème langue.
Une réforme qui fait d'enseignants passionnés de leur matière (bien souvent), des prestataires de service dont les obligations découleront d'un Conseil Péda ou d'un CA où ils n'auront pas vraiment la possibilité de s'exprimer...
Une réforme qui instaure des cycles (parfois à cheval entre deux fonctionnements très différents) dans le seul but de ne plus ralentir les élèves qui ont des difficultés mais de les propulser plus haut, plus vite, plus loin, pour qu'ils s'éclatent plus fort par terre.
Une réforme qui va entraîner de nouveaux programmes (absolument détestables en l'état en français) et un nouveau brevet qui promet d'être une belle supercherie (même si cet indicateur est bien sûr perfectible, il montre sans problème les zones laissées à l'abandon par la République et pointe les endroits où il faut mettre le paquet).
Non, décidément, je n'ai pas eu besoin d'écouter les discours des uns et des autres à la télé pour savoir que penser de ce bousin, j'ai pris les textes, j'ai allumé mon cerveau et j'en ai tiré les conclusions qui s'imposent.
Je ne force quiconque à penser de même, mais je sais que celui qui défend mordicus cette voie éducative est de fait à l'opposé de ma façon de voir les choses, c'est tout. Il me paraît d'ailleurs impossible de ne pas choisir 'son camp' tant les conséquences de cette réforme seront importantes...

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mara Goyet: "Serons-nous à la hauteur de la réforme du collège?"

Message par Celeborn le Dim 31 Mai 2015 - 9:29


_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mara Goyet: "Serons-nous à la hauteur de la réforme du collège?"

Message par Roumégueur Ier le Dim 31 Mai 2015 - 9:31


OOOps, sorry, j'ai déplacé mon post du coup.

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum