BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Malaga le Jeu 14 Mai 2015 - 8:42


Tout à fait. C'est clair, c'est précis et je serais curieuse d'entendre la réponse de Mme Vallaud-Belkacem ou de Mme Robine face à ces faits incontestables.

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par KrilinXV3 le Jeu 14 Mai 2015 - 9:51

@titus06 a écrit:
Au lycée aussi, il y a overdose de développement durable...

Et au collège aussi, en classe de 5e...
Encore une fois, je ne trouve pas. Le concept est posé dans la première partie, et ensuite il peut être réinvesti régulièrement dans les deuxième (inégalités) et troisième (ressources) parties. Je trouve que c'est un bon moyen de faire réfléchir les élèves sous différents angles et que ça les aide à "cadrer" leur rédaction.

Par contre, ce que je trouve idiot, c'est qu'on nous demande (vaguement) d'en parler toute l'année en 3e alors que:
_ Le programme s'y prête rarement
_ Le programme est déjà trop long et trop compliqué
_ La notion n'est pas réinvestie en 4e (du moins, ça n'est pas explicitement demandé, il me semble)

KrilinXV3
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par nouvelle78 le Jeu 14 Mai 2015 - 9:56

bonjour,

est-il possible de voir la vidéo de l'intervention de Celeborn en entier ou on n'a accès qu'aux petits morceaux (avec la pub de 30 secondes à chaque fois avant Rolling Eyes )

nouvelle78
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par JPhMM le Jeu 14 Mai 2015 - 14:16

@Seifer a écrit:
@JPhMM a écrit:Quand j'étais contre la feminisation des noms de fonctions, j'étais misogyne, quand j'étais contre l'invasion du Tibet j'étais raciste, quand j'étais contre le mur construit par le gouvernement israélien j'étais antisémite, etc... alors je commence à m'habituer aux noms d'oiseaux.

Quand j'ai travaillé à Disney il y a trois ans j'ai connu un exilé politique Tibétain ancien résistant et qui m'a raconté ce qu'il se passait là-bas, c'était scandaleux. Il a dû quitter le pays au risque de voir sa famille tué, et ça fait désormais plusieurs années qu'il n'a vu ni sa femme ni ses enfants... Enfin bon, à croire que la logique est parfois blasphématoire pale
A ce propos, article non dénué d'intérêt, même si je ne partage pas toutes ses analyses (sur Zemmour, en particulier) :

Êtes-vous un «pseudo-intellectuel» ?

FIGAROVOX/ANALYSE - Face au tollé engendré par sa réforme du collège, le ministre de l'Éducation nationale a traité ses opposants de «pseudo-intellectuels». Pour Mathieu Bock-Côté, cette accusation révèle qu'une certaine frange de la gauche ne s'est toujours pas réconciliée avec le pluralisme politique. .

Mathieu Bock-Côté est sociologue (Ph.D). Il est chargé de cours à HEC Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal ainsi qu'à la radio de Radio-Canada. Il est l'auteur de plusieurs livres, parmi lesquels «Exercices politiques» (VLB, 2013), «Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois» (Boréal, 2012) et «La dénationalisation tranquille: mémoire, identité et multiculturalisme dans le Québec post-référendaire» (Boréal, 2007).

Êtes-vous un pseudo-intellectuel? L'accusation n'est pas neuve mais elle étonne chaque fois. Quand la gauche pontifiante constate que les intellectuels font dissidence, alors qu'elle les croyait à son service, elle les accuse d'être des pseudo-intellectuels. Autrement dit, ce sont des faussaires qui usurpent un beau titre pour se mettre au service de la réaction. C'est de cette manière que Najat Vallaud-Belkacem a exécuté les adversaires de sa réforme des programmes.

Cette accusation, elle vient souvent des intellectuels de gauche eux-mêmes. On se souviendra du mauvais sort fait à Raymond Aron, traité longtemps à la manière d'un pamphlétaire. Il avait beau être un des grands philosophes de son temps, on le traitait comme un prosateur sans envergure, seulement bon à donner un vernis théorique aux intérêts bien calculés de la bourgeoisie à laquelle il avait prêté serment.

C'était le temps du marxisme religieux. On distinguait alors ceux qui avaient été éclairé par la révélation révolutionnaire et les autres, encore empêtrés dans l'histoire avec ses contradictions et sa part tragique. Les premiers servaient l'humanité, ils travaillaient à l'éclairer et à l'émanciper, les seconds, consciemment ou non, justifiaient les privilèges des uns et la subordination des autres.

Mais le marxisme n'était pas qu'une morale surplombante distinguant entre les forces vives de l'humanité et son bois mort. Il se prenait aussi pour une science, ce qui assurait son surplomb théorique devant le commun des mortels. Une partie importante de la gauche intellectuelle a récupéré ces dernières années cette rhétorique et se permet d'exclure du domaine de la pensée ceux qui ne reprennent pas son jargon ou ses méthodes.

Ainsi, au fil des ans, Jean Sévillia, Alain Finkielkraut ou Marcel Gauchet ont été accusés successivement de pratiquer la contrefaçon intellectuelle. Le premier ne serait pas vraiment historien, les deux autres certainement pas philosophes. On a aussi fait le coup, au fil du temps à Pierre Manent, accusé d'avoir une connaissance sommaire des œuvres qu'il commente. Si de telles attaques n'étaient pas aussi mesquines, on dirait aisément qu'elles sont hilarantes.

La dernière accusation en date, c'est celle de polémiste. Elle consiste à transformer son contradicteur en aboyeur virulent, qui cherche la querelle pour la querelle, à moins qu'il ne se contente de provoquer cyniquement la bonne société pour augmenter sa visibilité médiatique. Éric Zemmour, qui est un écrivain politique de grand talent, a ainsi été réduit au statut d'histrion ne méritant même pas qu'on lui réponde. En attendant qu'on le fasse taire.

Souvent, les «pseudo-intellectuels» sont accusés d'être réactionnaires. Encore faudrait-il définir ce terme mais il sert moins à qualifier qu'à disqualifier son contradicteur. Il envoie le message suivant: vous êtes réactionnaire, alors pourquoi perdrais-je du temps à débattre avec vous? On parlera même de «penchants réactionnaires», à la manière de passions honteuses qu'un intellectuel bien élevé devrait refouler sans jamais les avouer.

D'ailleurs, une frange importante de la gauche psychiatrise ses adversaires. Ils seront au gré des querelles xénophobes, homophobes, transphobes, europhobes, islamophobes, et ainsi de suite. L'avantage, lorsqu'on diagnostic un trouble psychiatrique chez son adversaire, c'est qu'on n'a plus à lui répondre. Il a besoin d'une thérapie. Au mieux, on l'accusera de nostalgie. On le laissera alors radoter seul dans son coin, comme un grand-père sénile.

C'est la possibilité même du désaccord de fond qui semble inconcevable pour une femme comme Najat Vallaud-Belkacem. Pour elle, il va de soi que si quelqu'un a vraiment lu et compris sa réforme, il ne pourra que l'approuver. À moins qu'il ne milite consciemment contre le bien commun. Ce sera alors un salaud. C'est-à-dire un homme de droite. Ou qu'il ne comprenne rien à rien. Ce sera alors un idiot. Mais l'adversaire de bonne foi n'existe tout simplement pas.

Une certaine frange de la gauche ne s'est toujours pas réconciliée avec le pluralisme politique. Pour elle, la vérité et la justice coïncident toujours. Elle se présente comme le parti du bien. Les seuls contradicteurs légitimes qu'elle se reconnaitra seront ceux qui se couchent devant elle en se présentant simplement comme de simples ajusteurs comptables. Mais lorsqu'un intellectuel confesse un désaccord de fond, il n'est plus digne de considération.

Un homme «de droite» pourrait aisément reconnaître en Michel Foucault un authentique philosophe même s'il rejette son œuvre. De même, un homme «de gauche» devrait admettre la profondeur philosophique de l'œuvre d'un Julien Freund même s'il ne l'embrasse pas. Ceux qui réservent la philosophie pour leur camp témoignent en fait d'un fanatisme grave. Il est seulement triste de constater qu'on décide de temps en temps d'en faire des ministres.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/05/13/31003-20150513ARTFIG00252-tes-vous-un-pseudo-intellectuel.php?redirect_premium

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Spinoza1670 le Jeu 14 Mai 2015 - 14:50

Sur la même accusation de pseudo-intellectuels, cf. aussi :
Brighelli : Madame la Ministre, les pseudo z'intellectuels vous saluent bien !

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Celeborn le Jeu 14 Mai 2015 - 16:17

Vous pouvez retrouver mon intervention d'hier soir sur LCI ici : LIEN

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Gryphe le Jeu 14 Mai 2015 - 16:24

@Celeborn a écrit:Vous pouvez retrouver mon intervention d'hier soir sur LCI ici : LIEN

Merci ! Very Happy

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Paraffin le Jeu 14 Mai 2015 - 16:26

C'est déja mieux, il n'y a pas l'horrible pub au début. Par contre ce n'est qu'un petit extrait. Celeborn, ton fan club est à cran!

_________________
If you want to go nowhere, you're sure to get there.

Paraffin
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Celeborn le Jeu 14 Mai 2015 - 16:33

Un autre morceau : LIEN

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Gryphe le Jeu 14 Mai 2015 - 16:36

@Celeborn a écrit:Un autre morceau
Rhhaaa ! Ils ont osé te saucissonner en plusieurs morceaux, les vilains. Laughing

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par kero le Jeu 14 Mai 2015 - 16:37

Plus clair que ça tu meurs.

Très bien, p'tit lapin !

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par neocdt le Jeu 14 Mai 2015 - 16:40

Ce serait cool d'avoir l'entretien en entier...

neocdt
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Celeborn le Jeu 14 Mai 2015 - 16:41

@neocdt a écrit:Ce serait cool d'avoir l'entretien en entier...

On guette…

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Paraffin le Jeu 14 Mai 2015 - 16:47

En tapant sur le lien puis en faisant une recherche Jean-Rémi Girard, j'ai eu droit à 3 bouts d'intervention. A ce rythme, on ne va pas très loin!

Paraffin
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Pierre-Henri le Jeu 14 Mai 2015 - 16:47

@Celeborn a écrit:Vous pouvez retrouver mon intervention d'hier soir sur LCI ici : LIEN

Quand la journaliste dit "en même temps, on n'a jamais essayé...", j'admire votre calme. Quel contrôle de soi, quelle maitrise !

Pierre-Henri
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par LM le Jeu 14 Mai 2015 - 16:57

Très bonnes prestations Celeborn: c'est clair, simple, précis et surtout JUSTE!

LM
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Celeborn le Jeu 14 Mai 2015 - 17:34

La troisième morceau, sur les langues anciennes : LIEN

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Provence le Jeu 14 Mai 2015 - 17:39

Très bien Celeborn!
C'est à se demander si les journalistes se renseignent avant de poser des questions.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Presse-purée le Jeu 14 Mai 2015 - 17:40

@Celeborn a écrit:La troisième morceau, sur les langues anciennes : LIEN

Clair et efficace. Le problème des langues anciennes dans cette réforme est précisément celui-ci.

Si je puis me permettre, lorsque tu en auras le temps dans une autre émission, ajoute que ces marges sont en lien avec le nombre de classes, et qu'il y aura plus de facilité à maintenir un enseignement de complément dans les gros collèges de centre-ville que dans les petits collèges ruraux (qui vont se retrouver face à des choix douloureux en terme de répartition).

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par plein2bulles le Jeu 14 Mai 2015 - 18:03

Celeborn, tu ne peux pas savoir le bien que tu nous fais à énoncer ces vérités.
Si tous les parents pouvaient voir ces vidéos, ils seraient nombreux dans la rue mardi avec nous !
Ce ne sont pas des remerciements que je t'envoie mais des marques d'une profonde gratitude.

plein2bulles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Ilse le Jeu 14 Mai 2015 - 18:04

Je n'ai pas pu regarder hier, je n'ai pas LCi...

Ilse
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Spinoza1670 le Jeu 14 Mai 2015 - 18:05

Merci d'aller au charbon pour nous, Celeborn.   aaj  aaj  aaj

Je récapitule les liens de tes interviews d'hier :

1/ Réformes au collège : "On nous ressert toujours la même soupe"
Jean-Rémi Girard, vice-président du SNALC, critique les nouvelles réformes que le gouvernement veut engager dans l'éducation nationale. Pour lui, le ministère veut imposer son "idéologie" avec notamment la volonté de "casser les disciplines". Or, cette vision des choses ne fonctionne pas depuis des années.
2/ Réforme du collège : "On ne fait pas de l'accompagnement, on le supprime"
Pour Jean-Rémi Girard, vice-président du SNALC, l'annonce de 20 % d'accompagnement supplémentaire au collège est une fausse mesure. Ces accompagnements seront dispensés en réalité sur les heures de cours des disciplines, et non pas en plus, chose qui aurait été bien plus bénéfique.
3/ Grec et latin : "Un massacre des langues anciennes organisé"
Pour Jean-Rémi Girard, vice-président du SNALC, la décision de Najat Vallaud-Belkacem concernant les langues anciennes ne change rien, en tout cas pas dans le bon sens. Leur enseignement sera négocié en local désormais, mais surtout sera très réduit, avec une heure en moins par niveau. De plus, une heure de langue ancienne choisie par un élève lui enlèvera une heure d'un autre enseignement.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Spinoza1670 le Jeu 14 Mai 2015 - 18:10

Je viens de tout regarder. Tu as été clair, précis et punchy, mais calme, donc c'est parfait.

aam


_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par kero le Jeu 14 Mai 2015 - 18:15

C'est dingue à quel point la com du ministère a brouillé les cartes. Les journalistes sont persuadés que les heures de latin finalement accordées sont pour tous...

Heureusement qu'il y a des gens pour remettre les pendules à l'heure.

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: BFM : Pourquoi le rejet de la réforme du collège prend-il une telle ampleur ?

Message par Spinoza1670 le Jeu 14 Mai 2015 - 18:37

Heureusement qu'il y a des avocats du diable comme Celeborn Twisted Evil ,

sinon on lui ( abe ) donnerait la réforme sans confession.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum