Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Mar 3 Mai 2016 - 21:13

Quelques nouvelles des primes au mérite et des comités d'évaluation des enseignants. Les choses se précisent dans beaucoup d'établissements, de la maternelle au lycée. Un article de La Repubblica d'il y a quelques jours et des témoignages lus en vitesse dans la presse locale montrent que les textes sont interprétés de nombreuses manières différentes.

Certaines écoles semblent se diriger vers des primes à l'ancienneté, distribuées en priorité aux enseignants tout proches de la retraite. D'autres voudraient consacrer au moins une partie de ces primes aux tuteurs des professeurs débutants.

D'autres encore ont déjà créé des grilles alignant jusqu'à 30 critères très précis pour donner une impression de transparence (c'est du moins ce qu'affirme la plateforme it.blastingnews.com, dont j'avoue ne pas connaître la fiabilité, à propos d'un établissement de Turin) : les enseignants cumuleraient ainsi des points tout au long de l'année, et les mieux classés remporteraient les primes en jeu (la dotation est de l'ordre de 24 000 € par établissement et par an).

La Repubblica donne comme exemple un établissement de Florence où des points seront attribués, entre autres, à ceux qui accompagnent des élèves à une exposition le week-end, qui se chargent du compte-rendu des réunions ou qui s'investissent dans le domaine du numérique. Ailleurs, on trouve cités, pêle-mêle, des critères du type « participation à des projets internationaux », « prix remportés par les élèves dans les projets inter-établissements », « utilisation du TNI », « sortie théâtre le dimanche », etc.

Dans un lycée hôtelier de Naples, on a pensé à donner des points aux professeurs qui se montrent « enthousiastes » dans leurs cours — et à en retirer à ceux qui sont trop souvent absents, naturellement.

À Bari, un établissement fait feu de tout bois et veut faire pleuvoir les points pour l'animation du club échecs, le rangement dans les salles ou la bonne tenue des espaces verts.

Et puis le Messaggero Veneto m'apprend qu'à Pordenone, on a demandé leur avis à des lycéens membres d'un comité d'évaluation. Leur verdict est formel : le bon prof, c'est celui qui est à l'écoute, qui réexplique, et qui fait rattraper à celui qui a pris du retard ; on en a donc fait un critère d'évaluation. Oui, il fallait y penser.

Rassurons-nous, dans trois ans, le ministère fait le bilan des meilleures trouvailles du nord au sud de l'Italie et impose sa liste nationale de critères.

...

pingouin

Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Mar 3 Mai 2016 - 23:16

Un article du site it.blastingnews.com cité plus haut affirme qu'un lycée scientifique de Milan a retenu parmi ses critères le temps mis à corriger les copies. Évalué par les élèves, donc. J'ai vérifié, et j'ai effectivement retrouvé sur le site du lycée Vittorini le document en pièce jointe, daté d'il y a 15 jours. On y trouve la grille d'évaluation, dont la première partie est consacrée à un « pacte de coresponsabilité ». Parmi les défis à relever par l'enseignant pour gagner des points et donc prétendre à la prime :

a1. l'enseignant donne les résultats des évaluations orales le jour même
a2. l'enseignant évalue les épreuves écrites dans un délai de trois semaines
a3. l'enseignant met moins de trois semaines à corriger les épreuves écrites
a4. l'enseignant fait appel à toute la palette des notes
a5. l'enseignant évalue rapidement, avant le délai de trois semaines, les épreuves écrites de fin de semestre


etc.

(Le délai de trois semaines s'explique, je suppose, par la longueur et la densité des copies à ce niveau de la scolarité, en lycée scientifique).

On demande aux lycéens de remplir un questionnaire et d'indiquer les délais de correction de leurs professeurs. Oui, oui.

La deuxième partie de la grille est consacrée aux choix didactiques de l'enseignant : c'est une fiche d'auto-évaluation dont le proviseur peut vérifier l'honnêteté.

Je m'arrête là pour l'instant. J'aimerais me pencher sur d'autres cas comme celui-ci dans les semaines à venir.
Fichiers joints
Criteri per la valorizzazione del merito dei Docenti Legge 107-2015.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(503 Ko) Téléchargé 5 fois


Dernière édition par Beniamino Massimo le Mar 3 Mai 2016 - 23:41, édité 1 fois
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Lefteris le Mar 3 Mai 2016 - 23:34

Arrête, ça fout le bourdon ... c'est  ce qui pend au nez de tout le monde. Sachant que l'Italie est à l'heure actuelle en avance par esprit de fayotage européiste Rolling Eyes
Che cos' è successo nel bel paese ? No

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).
avatar
Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par dandelion le Mar 3 Mai 2016 - 23:41

Ce qui est arrivé partout ailleurs: on veut trouver des critères objectifs pour juger de tout. J'entendais tout à l'heure un médecin expliquer comment il était démontré que l'application de critères statistiques pour juger de l'efficacité des médecins était une aberration, parce qu'il y avait tout simplement trop de variables. Cela n'empêche pas pour autant la Sécu d'imposer ces critères statistiques (pourtant le journaliste a trouvé tout seul qu'au bout de cinq jours d'angine, le patient pouvait développer une autre maladie, la faute à pas de chance).
Bien entendu, les professeurs adapteront leur travail en fonction des critères, ça ne marchera toujours pas, et on inventera autre chose.
avatar
dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Tangleding le Mer 4 Mai 2016 - 0:29

Pfff... Je découvre ce fil, merci aux auteurs.

Le jour où faire un projet donnera droit à une prime, je n'en ferai aucun.

Le jour où je serai évalué sur mon temps de correction, je l'allongerai d'autant pour être bien sûr de ne pas me presser pour du vent...

Etc.

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
avatar
Tangleding
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Awott le Mer 4 Mai 2016 - 1:10

@Beniamino Massimo a écrit:
a4. l'enseignant fait appel à toute la palette des notes

C'est le seul point positif ... 0 c'est dans la palette, faut pas s'en priver  idee
avatar
Awott
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Mer 4 Mai 2016 - 12:54

Vous n'auriez probablement même pas cette consolation : la notation va le plus souvent de 1 à 10. Razz
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Mer 4 Mai 2016 - 21:32

Rappelons le cadre fixé par la réforme pour le choix des critères d'évaluation des professeurs. Les comités piochent dans trois domaines différents :

- la qualité de l'enseignement et la contribution à l'amélioration de l'établissement ;
- les résultats obtenus par un enseignant ou un groupe d'enseignants dans le développement des compétences des élèves et de l'innovation didactique et méthodologique ; la contribution à la recherche dans le domaine de la didactique, à la constitution de banques de documents et à la diffusion des bonnes pratiques didactiques ;
- l'investissement dans la coordination organisationnelle et didactique et dans la formation du personnel.

Dans l'ensemble, les syndicats n'ont pas réellement protesté contre le principe de la « valorisation du mérite » en lui-même. Par exemple, la Cgil, le plus vieux syndicat d'Italie, s'en prend avant tout à la figure du chef d'établissement, qui se voit investi d'un pouvoir dans le domaine salarial et dans le domaine didactique, lui qui est censé s'occuper avant tout de gestion administrative. La Cgil et d'autres disent encore que la prime au mérite introduit de graves éléments de division au sein du corps enseignant et contourne les négociations habituelles entre les différents partenaires (entre représentants syndicaux et direction, par exemple).

À suivre.


Dernière édition par Beniamino Massimo le Jeu 5 Mai 2016 - 14:02, édité 1 fois
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Dame Tartine le Mer 4 Mai 2016 - 21:36

Porca miseria No

_________________
 J'peux pas, j'ai piscine ! 
avatar
Dame Tartine
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Jeu 5 Mai 2016 - 14:05

Je ne résiste pas à l'envie de citer le président de l'INDIRE, un institut de recherche et d'innovation dans le domaine éducatif. Dans l'article de La Repubblica du 26 avril déjà cité, Giovanni Biondi affirme qu'il faut absolument « valoriser le travail des professeurs qui réusissent à enseigner de manière innovante, en transmettant le virus à leurs collègues et en éveillant l'intérêt des élèves ». Et il ajoute : « c'est quelque chose de nouveau pour nous, mais en France et au Royaume-Uni le système est déjà bien rodé. À la différence près que dans ces pays, on envoie un inspecteur extérieur à l'école pour assister à un cours et évaluer l'enseignant. Alors que chez nous, de façon beaucoup plus transparente, on a confié l'évaluation à l'ensemble de la communauté éducative ». Je sens qu'il y aurait des choses à dire sur ce point.
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Lefteris le Jeu 5 Mai 2016 - 14:30

@Beniamino Massimo a écrit:Je ne résiste pas à l'envie de citer le président de l'INDIRE, un institut de recherche et d'innovation dans le domaine éducatif. Dans l'article de La Repubblica du 26 avril déjà cité, Giovanni Biondi affirme qu'il faut absolument « valoriser le travail des professeurs qui réusissent à enseigner de manière innovante, en transmettant le virus à leurs collègues et en éveillant l'intérêt des élèves ». Et il ajoute : « c'est quelque chose de nouveau pour nous, mais en France et au Royaume-Uni le système est déjà bien rodé. À la différence près que dans ces pays, on envoie un inspecteur extérieur à l'école pour assister à un cours et évaluer l'enseignant. Alors que chez nous, de façon beaucoup plus transparente, on a confié l'évaluation à l'ensemble de la communauté éducative ». Je sens qu'il y aurait des choses à dire sur ce point.

Parler du "transverse management", par exemple ? Twisted Evil
Quand à la notion de progrès, de visibilité des résultats, c'est d'un grotesque... surtout dans des domaines où il 'agit d'infusion longue , où l'on ne ressent les effets que des années après, quand ça se met en place peu à peu.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).
avatar
Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Dim 8 Mai 2016 - 12:34

Une grève des enseignants et des autres personnels de l'éducation est prévue pour le 20 mai en Italie. Curieusement, la réforme Buona Scuola (la loi 107) est loin d'être au centre des revendications : elle est éclipsée par le problème des travailleurs précaires, des renouvellements de contrat, de la bureaucratisation des procédures. Les syndicats se contentent de demander des « critères transparents et objectifs » définis collectivement pour le recrutement des nouveaux enseignants et pour l'attribution des primes.

L'opposition semble nettement moins radicale qu'il y a quelques mois, quand des représentants syndicaux et le Mouvement 5 étoiles de l'ex-comique Beppe Grillo promettaient d'engager un « Vietnam judiciaire » contre la réforme de l'école. C'est que les syndicats, aujourd'hui, ne sont pas d'accord sur la méthode à adopter. La Cgil demande un référendum pour abroger les mesures les plus contestées de la réforme, la Cisl préfèrerait que la majorité revienne d'elle-même sur certaines décisions, la Uil est entre les deux.

http://www.tecnicadellascuola.it/item/20468-sindacati-legge-107-rimediare-gli-aspetti-piu-dannosi.html


Dernière édition par Beniamino Massimo le Sam 14 Mai 2016 - 11:45, édité 1 fois
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Mer 11 Mai 2016 - 18:53

Alors que beaucoup d'établissements cherchent encore leurs critères pour l'attribution des primes aux enseignants, un groupe scolaire de Polistena, en Calabre, a fini le travail le 14 avril. Le comité a produit une grille très détaillée. Avec des critères très précis, des sous-catégories, sept colonnes, du grand art. Du concret, attention.

En quelques mots, car le temps manque, comme toujours, voici les critères les plus ahurissants. Des points sont attribués ou retirés en fonction :

- du nombre de jours d'absence, y compris pour raisons de santé
- du nombre d'heures de formation ou de mise à niveau effectuées (25 points pour plus de 50 heures dans l'année, -5 points pour 0 heure !)

- de la clarté des explications données aux élèves
- de l'utilisation de schémas et/ou de cartes
- de l'utilisation du multimédia

[Ces 3 critères sont évalués grâce à un questionnaire rempli par les élèves et les parents, et par l'observation directe du cours par le CdE]

- de la progression des résultats des élèves

Et la cerise sur le gâteau :

- d'éventuels rapports conflictuels avec le CdE (-5), d'autres enseignants (-5), des élèves (-5), des parents (-5), d'autres acteurs locaux (-5)
- du refus d'assumer des responsabilités à la demande du CdE (référent sécurité, tuteur stagiaire, référent numérique, etc.).

On ne sait pas par où commencer tellement cette grille accumule les aberrations. Elle n'est heureusement pas passée inaperçue, et le parti M5S de Beppe Grillo a déjà interpellé la ministre Giannini à ce sujet. On attend la réponse au parlement.

On en parle ici :

http://www.tecnicadellascuola.it/item/20547-sei-in-conflitto-con-il-d-s-o-con-l-039-assessore-niente-bonus.html

http://www.tecnicadellascuola.it/item/20605-finira-in-parlamento-il-caso-del-comitato-di-valutazione-di-polistena.html

http://www.repubblica.it/scuola/2016/05/11/news/buona_scuola_premi_bonus_prof_reggio_calabria-139579497/

L'objet de la discorde dans le texte : http://www.icfjerace.it/media/uploads/attachments/14611575353836.pdf
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par amethyste le Mer 11 Mai 2016 - 19:06

affraid affraid
L'horreur absolue ! Donc à part faire 80h/semaine en disant amen à tout et tout le monde, je ne vois pas comment on peut s'en sortir en suivant cette grille !


Dernière édition par amethyste le Mer 11 Mai 2016 - 20:03, édité 1 fois

_________________
Nous aurons le destin que nous aurons mérité. Einstein
                   
avatar
amethyste
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Mer 11 Mai 2016 - 19:14

Précisions que cette grille ne sera utilisée « que » pour attribuer des primes somme toute assez modestes. En théorie, les moins bien classés n'ont pas grand chose à perdre pour l'instant. Mais c'est bel et bien une nouvelle culture qui est introduite avec ces grilles, celle de la concurrence entre professeurs et de la course aux résultats. Et que les élèves et les familles puissent avoir une influence, aussi négligeable soit-elle, sur la rémunération de l'enseignant, cela ne me paraît pas contribuer à redorer le blason de la profession. D'aucuns y verront un gage de qualité, mais enfin...
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Tangleding le Mer 11 Mai 2016 - 19:49

Waouw, c'est du lourd... J'imagine que Sainte NVB nous prépare des âneries du même tonneau avec la bénédiction du SGEN et de l'UNSA...

Avec ces critères je serai assez mal noté : militant syndical qui hésite rarement à en découdre avec les CdE, souvent absent du fait de ce militantisme (stages syndicaux, commissions, grèves), etc...

J'aime assez d'ailleurs le principe qui établit que l'enseignant sera sanctionné parce que l'administration ne respecte pas ses obligations de remplacement pour la continuité du service...

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
avatar
Tangleding
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Sam 14 Mai 2016 - 11:37

Encore un groupe scolaire qui ne fait pas dans la dentelle, à une soixantaine de kilomètres de Naples : http://www.icgiovannipaolosecondosalerno.gov.it/ICTORRIONEALTO/03_Valorizzazione_del_merito.pdf

Parmi les critères de valorisation des enseignants :

- l'utilisation des TICE ;
- les « relations positives » avec les élèves (?), avec les parents, avec le chef d'établissement et avec les intervenants extérieurs ;
- les notes des élèves, y compris celles des anciens élèves de l'enseignant dans leur nouvel environnement (!)
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par XIII le Sam 14 Mai 2016 - 12:31

Dans le 1ER degré le SE UNSA avec son collègue le SGEN nous prépare exactement ce genre d'évaluation! Il manque juste l'évaluation par équipe histoire de bien mettre la pagaille entre les collègues (management horizontal)...

XIII
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Sam 14 Mai 2016 - 13:14

Une source ?
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par XIII le Sam 14 Mai 2016 - 13:54

"Evaluer la valeur professionnelle"..."tenir compte des dimensions particulières de leur engagement", "investissement dans la vie collective de l'établissement", " doit prendre la forme d'un véritable portofolio professionnel qui retrace les initiatives..."

Tout dans ce texte laisse augurer ce qui se fait en Italie!

https://sgen.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2016-04/profession_education_n_244_mars_2016.pdf

XIII
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Lun 16 Mai 2016 - 15:37

Merci.

J'ai évoqué plus haut le groupe scolaire Jean-Paul II de Salerne, car c'est lui qui était cité dans un article, mais je vois que la même grille a été adoptée, sous une forme identique ou très similaire, par bien d'autres établissements. Au collège Ettore Pais d'Olbia, en Sardaigne, le comité a eu l'idée d'ajouter une rubrique « atmosphère dans la classe », dont l'un des critères serait « l'organisation de l'espace physique ». L'expression « îlots bonifiés », dès lors, pourrait prendre un tout autre sens.

La grille en question : http://www.scuolamediaettorepais.it/wp-content/uploads/2016/05/Attribuzione-Bonus-Premiale-L.-107-2015.pdf.pdf
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Schéhérazade le Lun 16 Mai 2016 - 17:34

En effet ça promet...mais ça aura aussi ses limites, ce management par le stress. Certes, ils pourront virer les professeurs comme ils veulent, sur la base de ces critères étrangers à la qualité de leur travail, voire contre-productifs. Mais comment les remplaceront-ils? Parce qu'avec des conditions de salaire et de travail pareilles, mieux vaut livrer des pizzas ou conduire un bus. Attendons les pleurnicheries prévisibles sur la pénurie de professeurs: je suis curieuse de voir la manière dont le recrutement va évoluer en Italie.

Belle évolution des mentalités collectives: le fonctionnaire étant payé par "nos impôts", il est perçu de plus en plus comme l'esclave collectif. La mission des hommes politiques devient alors de presser le citron au maximum pour que le contribuable ait le meilleur retour sur investissement, enfin ce qu'il imagine être tel, puisque l'efficacité est confondue avec le degré d'asservissement à des procédures.
avatar
Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Lefteris le Lun 16 Mai 2016 - 18:02

Quand le SGEN fait semblant de préconiser quelque chose, cela veut dire qu'il souhaite ce qui est déjà prévu, étant le relais de la technostucture.

Et ce qui se prépare , c'est casser une système très imparfait,certes, par un système encore pire . Un système où tout le monde travaillera en permanence sous l'oeil de tous à la réalisation de "projets collectifs", décidés au sein de l'établissement. Du localisme encore et encore. De transmission du savoir, de qualité scientifique des professeurs, il n'en est point question, mais travail d'équipe permanent , lié par la pensée magique à la "réussite de tous les élèves", d'organisation autoritaire de stages, de remédiations, oui.
Un management transversal s'ajoutant au management vertical, et plaçant les enseignants, exécutants de décisions locales, dans un étau permanent.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).
avatar
Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Sam 21 Mai 2016 - 14:10

Padoue, lycée Duca d'Aosta : pour faciliter l'attribution des primes au mérite, le comité d'évaluation propose des questionnaires anonymes sur le travail des enseignants aux élèves de terminale, à leurs parents et aux enseignants eux-mêmes (auto-évaluation).

Chivasso, près de Turin, lycée Isaac Newton : là-bas aussi, parmi d'autres critères d'évaluation, on sonde les élèves pour se faire une idée du mérite des enseignants. Vingt critères qui attendent une note de 1 (pas du tout d'accord) à 6 (tout à fait d'accord), du type « le professeur réussit à impliquer les élèves et à rendre la matière intéressante », « le professeur organise des sorties scolaires » ou encore « le professeur réussit à présenter son cours de manière claire ». Seule la proviseure aura accès aux réponses ; elles lui seront utiles lorsqu'elle recevra les enseignants individuellement dans son bureau pour faire le point. D'après elle, « à l'étranger, c'est la norme ». En outre, le comité d'évaluation, dont font partie des enseignants, aurait adopté ces critères « sans la moindre polémique ».

Pour plus de détails :
http://www.repubblica.it/scuola/2016/05/19/news/scuola_le_primarie_dei_prof_il_bonus_sulla_base_dei_voti_dati_dagli_studenti_e_polemica-140123672/
http://torino.repubblica.it/cronaca/2016/05/18/news/premio_ai_prof_per_la_buona_scuola_decidono_gli_studenti-140025990/
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Lefteris le Sam 21 Mai 2016 - 14:48

@Beniamino Massimo a écrit:Padoue, lycée Duca d'Aosta : pour faciliter l'attribution des primes au mérite, le comité d'évaluation propose des questionnaires anonymes sur le travail des enseignants aux élèves de terminale, à leurs parents et aux enseignants eux-mêmes (auto-évaluation).

Chivasso, près de Turin, lycée Isaac Newton : là-bas aussi, parmi d'autres critères d'évaluation, on sonde les élèves pour se faire une idée du mérite des enseignants. Vingt critères qui attendent une note de 1 (pas du tout d'accord) à 6 (tout à fait d'accord), du type « le professeur réussit à impliquer les élèves et à rendre la matière intéressante », « le professeur organise des sorties scolaires » ou encore « le professeur réussit à présenter son cours de manière claire ». Seule la proviseure aura accès aux réponses ; elles lui seront utiles lorsqu'elle recevra les enseignants individuellement dans son bureau pour faire le point. D'après elle, « à l'étranger, c'est la norme ». En outre, le comité d'évaluation, dont font partie des enseignants, aurait adopté ces critères « sans la moindre polémique ».

Pour plus de détails :
http://www.repubblica.it/scuola/2016/05/19/news/scuola_le_primarie_dei_prof_il_bonus_sulla_base_dei_voti_dati_dagli_studenti_e_polemica-140123672/
http://torino.repubblica.it/cronaca/2016/05/18/news/premio_ai_prof_per_la_buona_scuola_decidono_gli_studenti-140025990/
Ils ont  importé le SGEN et l'UNSA , en Italie ? heu Ce que j'ai mis en gras correspond à leurs marottes et à leur esprit de soumission...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).
avatar
Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Italiens aussi se débattent avec leur réforme

Message par Beniamino Massimo le Sam 21 Mai 2016 - 15:12

Sur certains points, on retrouve en Italie plus ou moins les mêmes rivalités intersyndicales qu'ici. Il y a clairement des formations plus complaisantes que d'autres envers les réformes de la majorité. Mais le problème est plus vaste, et il faut tenir compte des spécificités du système scolaire italien. Comme je l'ai écrit plus haut, jusqu'ici, l'évaluation des enseignants était à peu près inexistante, et c'est surtout la perspective de la voir confiée uniquement à un chef d'établissement tout-puissant qui a hérissé les syndicats les plus intransigeants.
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum