Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Page 11 sur 14 Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Presse-purée le Dim 24 Mai 2015, 13:53

@Maieu a écrit:
Je pose le problème différemment. Je pense que la réponse qu'apporte ce gouvernement (par sa réforme et d'une manière générale) est adéquate au questionnement global du corps enseignant. Je "lis" la politique comme le signe de ce que nous sommes, majoritairement, et de ce que demandons, plus ou moins consciemment.
Si la ministre supprime à terme l'enseignement de la langue latine, c'est qu'elle peut le faire. Elle ne vient pas mettre la hache dans un enseignement qui marche du feu de dieu. Pourquoi nos élus chargés de l'école ne peuvent-ils pas dire : il faut que tous les élèves apprennent la langue latine pour la raison objective qu'elle est la matrice principale du français ? Sans doute parce que l'enseignement du latin, tel qu'il est pratiqué depuis trop longtemps, dans son esprit, ne correspond pas à l'objectif qu' il doit ( aurait dû depuis longtemps) atteindre : une meilleure maîtrise du français, et non le plaisir d'étudier le latin pour lui-même (cf. les couplets sur le thème littéraire).

C'est alors une affaire de présentation des choses: pour moi, le thème latin est un exercice qui doit aboutir à une meilleure maîtrise du français parce qu'il pousse l'élève à avoir un regard distancié et réflexif sur sa propre langue.
Pour la question de la grammaire et des questions mécaniques, je suis bien d'accord avec toi. Ces questions mécaniques sont utiles mais insuffisantes. Or, les nouveaux programmes précisent bien qu'il faut éviter l'inflation terminologique en grammaire. Cela montre qu'ils n'ont pas compris (ou ne veulent pas comprendre) que les noms utilisés dans la terminologie grammaticale ont un sens. C'est ce sens là qu'on a combattu. La doxa autour de la grammaire dit que ces nom là sont inutiles et que les exercices de réflexion autour de la langue, par l'analyse grammaticale (et non par l'ORL, qui peut être pratiquée avec efficacité par des spécialistes, ce que ne sont pas les élèves), ont été assimilés à du psittacisme.
L'analyse grammaticale ne vaut que si on fait bien comprendre qu'il s'agit d'étudier les rapports entre les mots et si on met constamment en valeur le sens profond de ces dénominations grammaticales, dans le but de développer une conscience linguistique chez les élèves, une conscience linguistique qui ne se limitera pas à "je mets un s parce que c'est pluriel".

Aujourd'hui, nous payons les résultats de ces choix. Deux exemples:
* La semaine dernière avait lieu un échange linguistique dans mon établissement. Les collègues étrangers étaient atterrés de se rendre compte que leurs élèves avaient un meilleur niveau, une maîtrise plus fine et une meilleure connaissance du français que les élèves de mon établissement.
* lors de la polémique sur le jargon, j'ai vu passer sur un réseau social une réflexion d'un collègue soutenant la réforme qui disait en gros: "ceux qui se moquent du jargon des progs d'EPS sont les mêmes qui utilisent "conjonction de subordination" à la place de "mot de liaison".
Dans le second cas, la notion de subordination ne fait pas sens pour le collègue et il pense qu'elle peut se superposer exactement à l'expression mot de liaison.
Outre le fait qu'on tombe dans les problèmes mis en avant par l'équipe de Bonnéry (utilisation d'un vocabulaire inadéquat car imprécis, qui enferme les élèves des classes pop, qui n'ont pas de répétiteur de français à la maison, dans l'échec), on remarque aussi le (constant) deux poids, deux mesures: la terminologie grammaticale en français, c'est du jargon inutile. Les termes techniques en EPS sont en revanche totalement justifiés.

A ce titre, le combat contre le latin, est aussi tout à fait symbolique.

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Aliceinwonderland le Dim 24 Mai 2015, 13:54

@Maieu a écrit:
@Carnyx a écrit:
@Maieu a écrit:
Je pose le problème différemment. Je pense que la réponse qu'apporte ce gouvernement (par sa réforme et d'une manière générale) est adéquate au questionnement global du corps enseignant. Je "lis" la politique comme le signe de ce que nous sommes, majoritairement, et de ce que demandons, plus ou moins consciemment.
J’avoue que je ne comprends que dalle.

La phrase que vous n'avez pas mise en évidence est un commencement de réponse. Dans le "questionnement global" dont je parle, il faut entendre les limites de son objet.
Par exemple, je soulève le problème de la validité du questionnement des repérages en grammaire, et une collègue répond qu'elle connaît des élèves pour qui ils fonctionnent très bien.
C'est cela, les limites de l'objet : la réponse au discours par le narratif (on trouvera des contre-exemples et d'autres encore qui les contrediront, à l'infini...) qui évacue le questionnement (= la problématique) et qui suscite des décisions politiques du même niveau (narration).

J'ai conscience des limites de mon raisonnement.
Cela dit je me rappelle un cours de fac (ortho) sur les méthodes lecture : étude comparative de Sprenger-Charolles (qui entre parenthèses a sacrément retourné sa veste) qui mettait en évidence une meilleure réussite des enfants et particulièrement de ceux des CSP défavorisées quand la méthode était de type syllabique (en l'occurrence Bien lire et aimer lire je crois).
Or quiconque a régulièrement à faire avec des enfants scolarisés au primaire ou a eu en main des cours IUFM sur la lecture (ou je repense à l'évaluation d'une stagiaire en CP par une formatrice à laquelle j'ai assisté) voit bien que ce type d'études scientifiques ne sont pas prises en compte dans l'EN.
D'où le problème des non lecteurs qui en plus passent de classe en classe.
Je pense qu'il serait intéressant de faire une étude comparative des résultats des enfants ayant eu un enseignement grammatical traditionnel ou non.
Mais dans l'EN depuis au moins une vingtaine d'années c'est une certaine idéologie qui impose ces méthodes, en aucun cas des résultats scientifiques prouvés. Rien ne dit qu'en n'enseignant plus ou autrement la grammaire on va faire mieux. Il serait donc opportun d'être prudent en ce qui concerne les prétendus méfaits d'un enseignement traditionnel de la grammaire (mais il me semble que l'EN étant gouvernée par des pompiers pyromanes désormais, on n'en prend pas le chemin)


Dernière édition par Aliceinwonderland le Mer 27 Mai 2015, 08:21, édité 1 fois

_________________
You gotta keep the devil
Way down in the hole

Aliceinwonderland
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par PauvreYorick le Mar 26 Mai 2015, 00:14

@Maieu a écrit: Pour m’en tenir au latin et au grec :  la fin de leur enseignement autonome contenue dans le projet ne peut pas s’expliquer par une détestation ministérielle.
Je dis que nous avons notre part de responsabilité dans la désaffection chronique pour les LA.
Tant que nous ne poserons pas la question de la valeur de notre discours d’enseignement – le travail épistémologique dont je parle, voyez l'exemple plus haut – nous aurons le choix entre la résignation, le désespoir, ou la lutte usante parce que stérile.
Autant il est clair que la «détestation ministérielle» est un pur mythe, là je suis évidemment d'accord, autant j'ai l'impression, Maieu, que vous remplacez une responsabilité mythique par une responsabilité tellement diffuse qu'elle ne ressemble plus tellement à une responsabilité: on ne peut que difficilement demander à quelques milliers de professeurs disséminés un peu partout en France, recrutés dans des conditions et à des époques très différentes (mais recrutés, donc jugés aptes!), jamais formés, ou si peu, et dont les situations, les connaissances, les choix, les méthodes, varient du tout au tout, d'assumer de but en blanc une responsabilité collective qui risque d'être postiche. Sans compter que je ne vois pas très bien ce que vous appelez «valeur de notre discours d'enseignement» (ne serait-ce que parce que, sauf erreur, il n'a pas été donné de signification à l'expression «discours d'enseignement», mais j'ai peut-être lu trop vite).

EDIT: Bon, j'ai lu un peu trop vite certes, j'ai trouvé une sorte d'explicitation, mais honnêtement, elle ne clarifie pas grand'chose pour moi, et encore moins s'il est présupposé que cette notion de «discours d'enseignement» (id est «le rapport construit entre la valeur du savoir enseigné et les valeurs que reconnaît la société», ce qui aurait à nouveau besoin d'une clarification, puisque vous ne traitez que d'un seul cas à titre d'exemple, celui de l'adéquation, bref celui où il n'y a justement aucun rapport à construire du fait d'une harmonie spontanée) pourrait avoir une conséquence pratique (= être l'objet d'une pratique consciente collective). Une des qualités d'un diagnostic (outre sa vérité, qui devrait être une qualité importante, et qui n'est pas aussi automatiquement présente que l'effet d'autorité que la posture diagnostiquante produit) devrait être de pouvoir déboucher sur une action (et pas seulement sur un nom pour une action éventuelle dont on ignore si elle est possible ou non et si elle produirait un effet).

EDIT². Et encore, c'est se limiter au latin/grec. Nous sommes huit cents milliers. Je conclus en livrant mon impression: j'ai le sentiment que c'est quand même un peu nébuleux.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Maieu le Mar 26 Mai 2015, 08:35

Vous aviez effectivement lu un peu vite… et c’est bien ce qu’indique aussi le second edit.
Je ne parle pas seulement du latin, mais aussi et surtout de l’enseignement du « français », grammaire et littérature. Je m’en tiens à ce que je connais, mais, en parcourant les autres forums, le problème me semble assez général.
Je parle d’adéquation dans le sens où ce que j’appelle « discours d’enseignement » a correspondu, à l’époque relativement récente que j’évoque, à l’idéologie dominante d’alors, et qu’il prévaut toujours aujourd’hui (voir les exemples) alors que cette idéologie est en plein désarroi.
Pour le reste : il y a les individus et les choix qu’ils font relativement à ce discours (pourquoi je continue à dire que le COD est ce qui répond à la question « quoi ? », ou pourquoi je ne me pose pas la question ?... si cette seconde question est possible sans la première !), il y a la collectivité et la définition qu’elle donne du contenu du savoir, de ses limites. Il y a corrélation entre les deux.
Si vous voulez savoir ce que je pense être le fond du problème,jetez un coup d’œil sur le fil « dépasser la laïcité ».


Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par PauvreYorick le Mar 26 Mai 2015, 08:57

@Maieu a écrit: Je ne parle pas seulement du latin, mais aussi et surtout de l’enseignement du « français », grammaire et littérature.
Dont acte; pour ce que ça change quantitativement... nous sommes toujours huit cents milliers une fois cette précision faite. «Notre» «discours d'enseignement», à supposer que «discours d'enseignement» soit un concept opératoire, est-il le «nôtre»? Ou alors vous lancez en fait un appel à ce que chacun médite sur son propre cas. Pourquoi pas. Ou par discipline, mais on voit mal comment elles pourraient le faire autrement qu'elles ne le font déjà, c'est-à-dire par associations déjà éclatées.
@Maieu a écrit: Je parle d’adéquation dans le sens où ce que j’appelle « discours d’enseignement » a correspondu, à l’époque relativement récente que j’évoque, à l’idéologie dominante d’alors, et qu’il prévaut toujours aujourd’hui (voir les exemples) alors que cette idéologie est en plein désarroi.
Non, c'est moi qui parle d'adéquation Smile
Vous utilisiez le terme de cohérence, pour dire effectivement ce que vous venez de redire et que l'on avait fort bien compris, mais pour ma remarque à ce sujet, pas de réponse? Je la reformule: vous parlez de votre «discours d'enseignement» comme d'un «rapport construit» entre deux choses, mais votre exemple de ce «rapport construit» est tiré d'une époque où, à cause d'une harmonie de fait entre ces deux choses, nul n'avait rien à construire justement (en tout cas c'est ainsi présenté). D'où ma question: de quel rapport parlez-vous (par exemple, d'adéquation toujours, qu'il faudrait retrouver?), et de quelle construction parlez-vous (faut-il l'entendre comme collective, si oui à quelle échelle?)?
(Si, par ailleurs, le «discours d'enseignement» est un «rapport construit» entre deux choses dont l'une est l'idéologie dominante, comme vous l'avez écrit, je trouve super-compliqué de se représenter que ce rapport même ait «correspondu à l'idéologie dominante» comme vous venez tout juste de l'écrire; ce que vous appelez «discours d'enseignement» est-il le rapport ou l'un de ses termes?)
@Maieu a écrit: Si vous voulez savoir ce que je pense être le fond du problème, jetez un coup d’œil sur le fil « dépasser la laïcité ».
Pour être tout à fait honnête, j'y ai jeté un oeil jadis. Mais cela ne m'éclairera pas sur les questions très simples que j'ai souvent envie de vous poser et que je vous pose en l'occurrence, et qui sont simplement des questions qui touchent votre usage du vocabulaire (ce que vous voulez dire à l'instant t avec tel ou tel groupe de mots: par exemple: de quelle responsabilité parlez-vous, qui doive être décrite par une invention lexicale dont la «définition» elle-même demande clarification? in fine c'est ça la question que je vous pose).

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Maieu le Mar 26 Mai 2015, 11:20

Je pars d'un constat de dysfonctionnement grave de l'enseignement. La réponse, pour moi, n'est pas dans la pédagogie, mais dans le changement de ce que j'appelle le discours d'enseignement dont j'explique par ailleurs (mais je ne sais plus quel fil..) pourquoi il ne correspond plus au réel de notre société. Je me répète, mais comment faire autrement ? Il y a une époque, donc, où enseigner que le COD c'est ... (là, je ne répète plus) allait de soi, parce qu'il y avait coïncidence avec l'idéologie dominante (je ne répète pas non plus la minorité des élèves de lycée...) pour qui les réponses (aux questions essentielles liées à la vie collective) allaient de soi. Il faut introduire des nuances, mais, globalement, c'était ainsi que ça fonctionnait, disons avant 68.
Quand je parle de responsabilité, je parle du questionnement , ou de l'absence de questionnement de l'individu-prof qui tient (en-decà de l'exposé du contenu de sa discipline) un "discours d'enseignement", et de la collectivité, notamment confrontée à ses peurs, (dont l'école est un porte-voix) et qui, comme les individus est responsable des questionnements qu'elle choisit ou qu'elle fuit (cf. le symptôme que constitue la montée du FN qui, à proprement parler, ne crée rien mais est le réceptacle des peurs et des angoisses qu'il alimente par un discours politique).
Bref, il n'y a pas de solution qui soit propre à l'école (d'où la multiplicité des réformes stériles), mais un problème global dont la crise de l'enseignement n'est qu'une manifestation parmi d'autres. Ce qui ne nous dédouane pas des responsabilités individuelles dont je parle. Parce que je pense que la solution n'existe nulle part, et que sa construction dépend de notre capacité à construire des problématiques et à les confronter. Ce que j'essaie de faire, dans cette période de dépression inquiétante. Je pose, je me pose des questions.

Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par PauvreYorick le Mar 26 Mai 2015, 12:01

Vous parliez donc avant tout de responsabilités individuelles. Merci pour cette réponse Smile

Ma foi, je n'ai garde de laisser croire que je trouverais inutile qu'on se posât des questions, évidemment; mais il me semble comme hier que le rapport entre, d'une part, la façon (ou l'opportunité) d'enseigner à définir ou reconnaître le COD, et, d'autre part, un problème dont l'ampleur fait voir la crise de l'enseignement comme symptôme, semble prima facie d'une complexité quelque peu décourageante, comme est quelque peu décourageante aussi l'idée que chaque individu aurait à régler en quelque sorte seul et pour lui-même un problème réputé d'une telle ampleur, coincé qu'il est entre ses élèves et la commande institutionnelle, qu'il ne peut modifier dans son coin, mais seulement interpréter dans une mesure assez étroite.

Bon, je n'ai pas compris ce qu'était le «discours d'enseignement», en revanche. Je n'ai (par exemple) pas compris si c'était un discours tenu de façon diffuse sur l'enseignement, ou si vous désigniez par là, aussi ou d'abord, les pratiques d'enseignement elles-mêmes (leurs modalités apparemment non, puisqu'il n'est pas question de pédagogie, dites-vous; leur contenu, peut-être?). Bref, je ne comprends pas ce qu'on change au juste, selon vous, quand on change de «discours d'enseignement». C'est que la signification de cette expression me demeure encore obscure.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Maieu le Mar 26 Mai 2015, 13:47

Quand je dis à mes élèves que le cod c’est ce qui répond à la question « quoi ? » je leur tiens, en même temps, le « discours d’enseignement » suivant : l’analyse d’une phrase est le repérage par questions (qui ? que ? quoi ? à qui ? à quoi ? etc.), contentez-vous de poser ces questions,  vous n’êtes pas capables de comprendre le concept d’ « objet », la grammaire est un monde ésotérique… entre autres.
S’il est le plus souvent implicite (pas toujours), ce discours n’en est pas moins prononcé et entendu.
Même chose pour l’enseignement de la littérature (cf. les axes de lecture, l’exercice de commentaire…).

Edit : au fait, je voulais vous demander : vous-même, quelle analyse proposez-vous, ?


Dernière édition par Maieu le Mar 26 Mai 2015, 13:50, édité 1 fois

Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par PauvreYorick le Mar 26 Mai 2015, 13:50

D'accord, c'est beaucoup plus clair, merci.

EDIT (je viens de voir votre edit): analyse de quoi? des tenants de la réforme par le PS, puisque c'est de là que tout est parti?

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Maieu le Mar 26 Mai 2015, 18:01

@PauvreYorick a écrit:D'accord, c'est beaucoup plus clair, merci.

EDIT (je viens de voir votre edit): analyse de quoi? des tenants de la réforme par le PS, puisque c'est de là que tout est parti?
La réforme proposée par le PS ne m'intéresse que par ce que signifie sa misère. En revanche, le dysfonctionnement de l'école (en tant que porte-voix majeur de la collectivité) me préoccupe.

Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Denys le Mar 26 Mai 2015, 20:19

Oui, 1968 a été le commencement de la destruction. Surtout la destruction de l'Education, du Respect, des générations.
Après, il y a eu toutes les autres destructions.

Pour moi, l'art s'est arrêté en 1930. Avez vous vu une belle architecture depuis l'art déco ? Il en va de même, je pense, pour l'Education et l'Instruction.

_________________
Golding, Follett, Grisham, M.Connelly, Grangé, T.Harris, Merle, King, JM.Denis, Azzedine.

Denys
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par JPhMM le Mar 26 Mai 2015, 20:37

@Denys a écrit:Pour moi, l'art s'est arrêté en 1930. Avez vous vu une belle architecture depuis l'art déco ?
Euh...

Non rien, no comment en fait. Ce n'est pas nécessaire, je crois...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Presse-purée le Mar 26 Mai 2015, 21:55

@JPhMM a écrit:
@Denys a écrit:Pour moi, l'art s'est arrêté en 1930. Avez vous vu une belle architecture depuis l'art déco ?
Euh...

Non rien, no comment en fait. Ce n'est pas nécessaire, je crois...

Idem

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par DesolationRow le Mar 26 Mai 2015, 21:57

Pareil pour la littérature, d'ailleurs. Depuis que Lamartine est mort, il n'y a plus grand chose.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par JPhMM le Mar 26 Mai 2015, 22:02

@DesolationRow a écrit:Pareil pour la littérature, d'ailleurs. Depuis que Lamartine est mort, il n'y a plus grand chose.
Il est mort en 1930 ? Shocked

Razz

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Condorcet le Mar 26 Mai 2015, 22:55

"Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !"

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Denys le Mer 27 Mai 2015, 07:54

La Vieille Europe nécessite un second souffle, mais là, je pense qu'on n'est plus du tout dans la Question initiale !

_________________
Golding, Follett, Grisham, M.Connelly, Grangé, T.Harris, Merle, King, JM.Denis, Azzedine.

Denys
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par DesolationRow le Mer 27 Mai 2015, 07:59

@JPhMM a écrit:
@DesolationRow a écrit:Pareil pour la littérature, d'ailleurs. Depuis que Lamartine est mort, il n'y a plus grand chose.
Il est mort en 1930 ? Shocked

Razz

C'est juste que je trouve Denys un peu large en s'autorisant d'aller jusqu'en 1930.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par JPhMM le Mer 27 Mai 2015, 08:44

@DesolationRow a écrit:
@JPhMM a écrit:
@DesolationRow a écrit:Pareil pour la littérature, d'ailleurs. Depuis que Lamartine est mort, il n'y a plus grand chose.
Il est mort en 1930 ? Shocked

Razz

C'est juste que je trouve Denys un peu large en s'autorisant d'aller jusqu'en 1930.
C'est vrai. Il faudrait remonter encore plus loin. Rien de nouveau n'a été fait après les Grecs. furieux
La mort de Cléopâtre marque la fin de la civilisation et le début de l'âge dégénéré. professeur

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Thalia de G le Mer 27 Mai 2015, 08:55

@JPhMM a écrit:
@DesolationRow a écrit:
@JPhMM a écrit:
Il est mort en 1930 ? Shocked

Razz

C'est juste que je trouve Denys un peu large en s'autorisant d'aller jusqu'en 1930.
C'est vrai. Il faudrait remonter encore plus loin. Rien de nouveau n'a été fait après les Grecs.  furieux
La mort de Cléopâtre marque la fin de la civilisation et le début de l'âge dégénéré. professeur
C'est considérer que l'art hellénistique n'est pas lui-même un état dégénéré du classisme de l'Athènes de Périclès. professeur

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Maieu le Mer 27 Mai 2015, 10:05

@Denys a écrit:Oui, 1968 a été le commencement de la destruction. Surtout la destruction de l'Education, du Respect, des générations.
Après, il y a eu toutes les autres destructions.

Pour moi, l'art s'est arrêté en 1930. Avez vous vu une belle architecture depuis l'art déco ? Il en va de même, je pense, pour l'Education et l'Instruction.

?

Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Maieu le Mer 27 Mai 2015, 10:06

@Denys a écrit:La Vieille Europe nécessite un second souffle, mais là, je pense qu'on n'est plus du tout dans la Question initiale !

?

Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par freche le Mer 27 Mai 2015, 10:30

@Maieu a écrit:
@Denys a écrit:La Vieille Europe nécessite un second souffle, mais là, je pense qu'on n'est plus du tout dans la Question initiale !

?

Twisted Evil

freche
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par e-Wanderer le Mer 27 Mai 2015, 11:19

@Denys a écrit:
Pour moi, l'art s'est arrêté en 1930. Avez vous vu une belle architecture depuis l'art déco ? Il en va de même, je pense, pour l'Education et l'Instruction.
Incroyable, j'ai trouvé un type plus réac que moi ! Laughing

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par Maieu le Mer 27 Mai 2015, 14:23

Ce qui anime le fond et le tréfonds du FN et de ses électeurs, apparaît parfois dans le « détail » d’un propos non directement politique.
Ici, l’art, qui « s’est arrêté », en 1930…
L’art s’arrêterait, donc… Un tel non-sens imbécile émis sous le couvert d’une prétendue pensée ne mériterait pas la moindre attention… Quoique, quand même, un prof, pouvant dire, comme ça, une telle stupidité inimaginable même dans une copie du brevet des collèges… Seulement, il se trouve que dans ces années 30, précisément, en Allemagne, certains tenaient le même discours et dressaient des listes d’artistes dégénérés dont ils brûlaient les œuvres en place publique, la nuit, à la lumière de torches, applaudissant le discours d’un homme qui prétendait, lui aussi, détenir les critères de l’art, prétendument « arrêté », déjà, dans la « vieille Europe » à qui il fallait donner un « second souffle »… Et il y avait, à côté de ces listes, d’autres listes, mais de personnes, cette fois, répertoriées pour être brûlées, elles aussi, mais dans des fours crématoires spécialement conçus à cet effet par des ingénieurs. Un détail.
Je ne sais qui disait, à propos des destructions du patrimoine en Syrie, qu’il distinguait les œuvres d’art des personnes.
A qui je faisais observer que la destruction d’une œuvre d’art est le prélude à la mort de personnes.

Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le PS a-t-il décidé de ne plus s'intéresser au vote des enseignants? Qui votera encore pour ce parti politique?

Message par PauvreYorick le Mer 27 Mai 2015, 14:44

@Maieu a écrit:
@PauvreYorick a écrit: [ma propre] analyse de quoi? des tenants de la réforme par le PS, puisque c'est de là que tout est parti?
La réforme proposée par le PS ne m'intéresse que par ce que signifie sa misère. En revanche, le dysfonctionnement de l'école (en tant que porte-voix majeur de la collectivité) me préoccupe.
Mmh, la commande est trop spécifique («en tant que...») pour correspondre à une analyse que je fasse personnellement. Le dysfonctionnement de l'école me préoccupe aussi, naturellement. Mais je suis persuadé qu'il est un peu vain de le traiter comme un symptôme d'un phénomène unique plus vaste (on risque de n'arriver tout au plus qu'à baptiser d'un autre nom ce qui pourrait s'appeler «la crise») et qu'un diagnostic vraiment correct et fiable de ce en quoi il consiste (d'abord) et de ce qui le provoque (ensuite) me demanderait une somme de données empiriques importantes dont je ne dispose pas entièrement. Il y a plein de problèmes (vrais et faux) et d'indicateurs à examiner de près. C'est vraiment une matière dans laquelle je ne fais aucune confiance, sans doute parce que c'est mon métier que de travailler avec ses produits et que je les connais bien, à l'intuition qu'un penseur, fût-il génial, peut avoir du Zeitgeist. Il faut des données solides et nombreuses.

Cela dit, je pense partager le constat que vous faites d'une inadéquation entre une partie des attendus implicites de l'enseignement, d'une part, et d'autre part les attentes de la société vis-à-vis de l'école; je pense qu'il serait difficile de préciser ce constat, cependant, parce que je pense que l'un comme l'autre des deux termes sont très difficiles à décrire et manquent sans doute tout à fait d'unité (dans vos termes, il n'y aurait ni un «discours d'enseignement» ni une «idéologie», ou alors à un degré d'abstraction si haut que je crains, ce n'est qu'une crainte et pas un diagnostic définitif, qu'on n'en puisse pas tirer grand'chose d'utile, ou qui aille beaucoup plus loin que ce que pouvait écrire Milner en 1984).

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 14 Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum