Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par Ronin le Dim 24 Mai 2015 - 11:42

@celev a écrit:
@Ronin a écrit:Réformer, correctement, le primaire. Le reste c'est de la bêtise et inutile.
D'accord avec toi, au primaire, on nous en demande trop, il faut recentrer les apprentissages sur le français et les maths!
Mais dis toi bien que les difficultés que, vous, profs, rencontrez avec ces élèves, nous les rencontrons aussi en élémentaire, et, ce, dès le CP la plupart du temps!

Je le dis d'autant plus facilement que je suis....PE spé Razz

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par egomet le Dim 24 Mai 2015 - 12:36

@kero a écrit:
@egomet a écrit:
@kero a écrit:egomet, toujours intéressant à lire.

Une remarque toutefois.



Ça n'aurait pour effet que de déplacer l'effet de seuil, qui demeurerait toutefois en place. Cet effet est inévitable et logique. Il faut bien définir une limite en dessous de laquelle le niveau est considéré comme trop faible.

Le 10/20 est admis, mais il est admis car l'on considère que son niveau est le plus faible acceptable.

Il y a nécessairement des seuils en effet. Sans quoi, le diplôme ne sert plus à rien, comme je l'ai déjà dit. Mais porquoi ce seuil serait-il le même pour celui qui va en fac de droit, celui qui va en socio et celui qui veut entrer directement sur le marché du travail avec son bac? Le bac sert, ou est censé servir, à tellement de choses différentes,  que le seuil de 10/20 paraît bien artificiel.

Non, ce qui est problématique, dans ce cas, c'est plutôt que l'université (et les filières) n'ait pas latitude pour définir ses propres seuils de sélection, basés sur les résultats au bac.

Le bac n'est pas censé n'être rien de plus qu'un blanc-seing pour entrer sur le marché du travail. Tu l'as dit toi-même, sinon ce n'est plus qu'un rite de passage sans valeur distinctive. À ce train là, autant supprimer les épreuves.

Si tu veux. Ça revient à peu près au même.

L'avantage qu'il y aurait à décerner un score plutôt qu'un diplôme, c'est que l'on reconnaîtrait clairement qu'il y a de nombreux degrés de réussite et que c'est aux différentes écoles de fixer leurs seuils. Ce serait une façon d'arrêter de pleurnicher sur ceux qui n'obtiennent pas de qualification.
Cette histoire de qualification, c'est vraiment un faux problème. Nous savons tous, quand nous corrigeons nos copies, qu'il est très facile d'ajouter ou d'enlever des points en jouant sur les barèmes. Mais ce qui compte, c'est ce qui est appris, pas la moyenne, pas les notes. Tout ça, c'est juste une façon commode de dire à quel point nous sommes satisfaits du travail présenté par les candidats.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par User5899 le Dim 24 Mai 2015 - 12:37

@bobo the mok a écrit:Bonjour à tous,

Je l'avais déjà entendu avant pour la mise en place du socle ; je l'ai réentendu sur France Culture il y a quelques jours
L'argument des 150000 élèves sortant du système scolaire sans diplôme.

J'avoue que je ne vois pas comment les différentes réformes permettront à ses élèves d'accéder à un diplôme reconnu professionnellement.

Dans mon petit collège de campagne, j'ai dans mes classes une dizaine d'élèves dont je peux prévoir avec certitude l'absence future de diplôme.
Leur principal souci est une absence éducative parentale :
* Ses élèves sont très souvent absents.
* Les parents ne veulent pas écouter les conseils que nous leur donnons (certains de ces élèves relèvent d'Egpa, tests à l'appui)
* Les parents ne répondent pas au téléphone, ne viennent pas aux commissions éducatives.
* Quand le collège devient pressant, la famille déménagent et met ses enfants dans un autre collège.
* ...etc
Des signalements ont été faits... et les assistants sociaux, peu nombreux, font ce qu'ils peuvent.

Alors ... qu'est-ce que cette réforme va changer pour ses élèves ?
Et qui sont ses élèves ?
Et quels sont leurs réseaux ? professeur

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par egomet le Dim 24 Mai 2015 - 12:38

@Whypee a écrit:
@bobo the mok a écrit:

A votre avis, que faudrait-il faire pour faire que ce nombre diminue ?

En éditant le titre de ton message Wink
Laughing

Blague à part, il ne faudrait pas le dire trop fort. Au ministère, ils seraient très capables de procéder ainsi.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par celev le Dim 24 Mai 2015 - 13:32

@Ronin a écrit:
@celev a écrit:
@Ronin a écrit:Réformer, correctement, le primaire. Le reste c'est de la bêtise et inutile.
D'accord avec toi, au primaire, on nous en demande trop, il faut recentrer les apprentissages sur le français et les maths!
Mais dis toi bien que les difficultés que, vous, profs, rencontrez avec ces élèves, nous les rencontrons aussi en élémentaire, et, ce, dès le CP la plupart du temps!

Je le dis d'autant plus facilement que je suis....PE spé Razz
PE spé en SEGPA ou RASED ? Razz

celev
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par Aliceinwonderland le Dim 24 Mai 2015 - 13:36

@Ronin a écrit:Réformer, correctement, le primaire. Le reste c'est de la bêtise et inutile.

+1

_________________
You gotta keep the devil
Way down in the hole

Aliceinwonderland
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par Ronin le Dim 24 Mai 2015 - 13:37

En hôpital de jour ( psy ).

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par Aliceinwonderland le Dim 24 Mai 2015 - 14:11

@Whypee a écrit:
@celev a écrit:
@Ronin a écrit:Réformer, correctement, le primaire. Le reste c'est de la bêtise et inutile.
D'accord avec toi, au primaire, on nous en demande trop, il faut recentrer les apprentissages sur le français et les maths!
Mais dis toi bien que les difficultés que, vous, profs, rencontrez avec ces élèves, nous les rencontrons aussi en élémentaire, et, ce, dès le CP la plupart du temps!
Oui mais si on veut mettre un forme un arbre, on ne peut le faire que dans ses premières années.

Concernant la lecture, je crois vraiment qu'il y a une "fenêtre" au cours de laquelle tout se joue et qu'au-delà du CE2 (et plus ça va plus je me dis qu'en fait en CE2 c'est déjà mort) il y a des choses qu'on ne rattrapera plus jamais. On pourra rattraper un peu, arranger éventuellement ce qu'on appelle pudiquement le caractère "fonctionnel" de la lecture. Mais ces enfants n'auront jamais un usage de l'écrit correct. Sans compter l'effet boule de neige avec les autres apprentissages. Mais c'est pas grave, on va multiplier les PAI!

_________________
You gotta keep the devil
Way down in the hole

Aliceinwonderland
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par Ronin le Dim 24 Mai 2015 - 14:14

Il est évident que le cycle 2 est le cycle le plus important de toute la scolarité.

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par bobo the mok le Dim 24 Mai 2015 - 14:21

Ah... si je pouvais résorber la misère du monde juste en changeant quelques chiffres avec mes petits doigts... Laughing

@egomet a écrit:
@Whypee a écrit:
@bobo the mok a écrit:

A votre avis, que faudrait-il faire pour faire que ce nombre diminue ?

En éditant le titre de ton message Wink
Laughing

Blague à part, il ne faudrait pas le dire trop fort. Au ministère,  ils seraient très capables de procéder ainsi.

Tu penses que l'EducNat serait capable de fabriquer un diplôme sans valeur qu'elle donnerait à tout le monde pour faire baisser artificiellement ce nombre ?
Ou plutôt, tu penses que l'EducNat serait capable de porter la scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans, histoire que tout le monde passe un "bac" ?

Après, d'après le site donné par Will.T, À travers les objectifs de Lisbonne, l’Union européenne s’est fixé comme objectif de limiter à 10 % la proportion de sortants précoces parmi l’ensemble des jeunes âgés de 18 à 24 ans.
Donc les "efforts", AMHA, ne seront faits que pour arriver à ce seuil.

bobo the mok
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par linkus le Dim 24 Mai 2015 - 14:33

Une fois, j'ai vu un élève récupérer son diplôme un jour de pluie. 
Heureusement, il n'était pas mouillé puisqu'il s'est protégé grâce à son diplôme mérité!

_________________
J'entends souvent dire qu'avec l'agrégation, c'est travailler moins pour gagner plus. En réalité, avec le CAPES c'est travailler plus pour gagner moins. professeur

Avec un travail acharné, même un raté peut battre un génie. Rock Lee
Je ne suis pas gros, j'ai une ossature lourde!
Vous aimez Bomberman? Venez jouer à Bombermine. Very Happy

linkus
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par e-Wanderer le Dim 24 Mai 2015 - 15:40

@Ronin a écrit:La réforme ne va évidemment pas les aider. Mais ce n'est pas grave, tout est de la faute des profs et de l'élitisme, disent des gens qui scolarisent leurs rejetons à l'école Alsacienne, à George Duruy ou LLG ou H4.
Victor Duruy (si tu parles bien du lycée du VIIe arrondissement) Wink

Étant issu d'un milieu rural modeste et étant un pur produit de l'école républicaine, je suis un peu agacé de voir toujours pointés du doigt LLG et HIV. Ce sont peut-être des lycées où on croise effectivement des "fils et filles de" (en assez petit nombre). Mais des fils et filles de grands intellectuels, d'écrivains, de professeurs d'université. Pas des fils et filles de politiques. Dans ces établissements-là, il faut avoir le niveau, sinon on dégage : le fils Sarkozy a bien essayé d'entrer par piston en hypokhâgne à HIV, mais il s'est fait éjecter bien vite. Je peux reprendre l'annuaire de ma promo d'Ulm (et des quelques années précédentes) : je ne vois pas de noms de politiques connus, vraiment aucun. Ce système des gros lycées publics et des concours est un système sans passe-droits.

J'ai bien sûr croisé beaucoup d'enfants de milieux favorisés (industriels, ingénieurs, grands intellectuels, diplomates, médecins, avocats…), et pour le reste les gros bataillons étaient constitués d'enfants d'enseignants ; le concert des élèves en fin d'année à LLG était d'un niveau très élevé et montrait bien tout le soin que certains parents avaient accordé à l'éducation de leur progéniture. La FCPE se faisait laminer par la PEEP, classée à droite, qui récoltait 80% des suffrages : c'est aussi assez atypique en France. Mais tout cela se faisait dans le feutré, dans la discrétion : pas besoin d'ostentation quand on est sûr de sa force. Et donc c'est un milieu tout à fait accueillant, où je n'ai jamais souffert de mépris de classe. J'étais invité comme tout le monde dans l'immense appartement de Monsieur l'Ambassadeur pour les soirées qu'organisait sa fille. Un de mes amis, en sortant de LLG, a obtenu par la PEEP du lycée un studio à un prix défiant toute concurrence, alors que ses parents n'étaient même pas adhérents : ayant fait sa prépa à LLG, il faisait partie de la "famille", c'est tout. Pour entrer, pas besoin d'être riche ou bien né, il faut juste être bon à l'école : naturellement c'est plus facile pour certains que pour d'autres, tout le monde ne part évidemment pas avec les mêmes chances, mais je vous garantis que c'est la seule règle. Ayant commencé ma prépa ailleurs, j'ai été recruté "en direct" par le proviseur (et lui seul) : il m'a demandé mon dossier scolaire, est revenu 5 minutes plus tard en me disant qu'il me prenait et il m'a demandé si j'avais besoin d'une chambre d'internat. C'est tout : il ne m'a pas demandé la profession de mes parents, si j'étais boursier ou quoi que ce soit. Seulement les bulletins.

Je suis persuadé que vous n'entendrez jamais dans les médias les parents qui mettent leurs enfants à HIV ou LLG. Et surtout pas pour tenir un double langage sur les réformes de l'éducation. Ce sont des gens qui savent ce qu'il faut faire pour leurs enfants, et qui le font. En toute discrétion. Un bémol : je ne parle pas des 2 classes de prépa HEC, qui étaient ouvertement méprisées et ostracisées. Je n'ai aucune idée de leur population et de leur mentalité. On ne frayait qu'entre littéraires et entre matheux/physiciens.

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par Ronin le Dim 24 Mai 2015 - 15:47

Je te crois bien volontiers. Mais je pense que tu as compris aussi l'esprit de ce que je voulais dire.

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par e-Wanderer le Dim 24 Mai 2015 - 15:52

Oui, je nuançais juste. Pour moi, l'Ecole Alsacienne ou LLG, ce sont deux mondes assez différents.

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des 150 000 élèves sortant sans diplôme

Message par egomet le Dim 24 Mai 2015 - 15:56

@bobo the mok a écrit:Ah... si je pouvais résorber la misère du monde juste en changeant quelques chiffres avec mes petits doigts...  Laughing

@egomet a écrit:
@Whypee a écrit:
En éditant le titre de ton message Wink
Laughing

Blague à part, il ne faudrait pas le dire trop fort. Au ministère,  ils seraient très capables de procéder ainsi.

Tu penses que l'EducNat serait capable de fabriquer un diplôme sans valeur qu'elle donnerait à tout le monde pour faire baisser artificiellement ce nombre ?
Ou plutôt, tu penses que l'EducNat serait capable de porter la scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans, histoire que tout le monde passe un "bac" ?

.

Oh! Ils oseraient tout...

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum