Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par hypermnestre le Sam 23 Mai 2015 - 20:54

Notre conseiller d'orientation avait parlé aux élèves de TS souhaitant faire médecine d'un sondage qui vous éclairera peut-être... deux éléments faisaient la différence chez les élèves ayant réussi leur première année de médecine : 1. la capacité à prendre des notes rapidement ; 2. le fait d'avoir fait du grec.
A l'inverse, ceux qui avaient commencé leurs apprentissages dès l'été, en rachetant des cours à des anciens élèves, n'avaient pas mieux réussi que les autres (la différence n'était pas significative).

hypermnestre
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 20:56

@Zazk a écrit:Je parle de la capacité de mémoriser ce qui n'est pas toujours facile à retenir. C'est un entraînement. Et l'apprentissage des termes utilisés en SVT est facilité par la connaissance des racines gréco-latines.

La connaissance des racines gréco-latines peut se faire au moyen de la SVT aussi, si bien que la mémorisation en SVT est utile pour faire des études de lettres classiques dans ce cas là Smile

exemple : comment se rappeler que telos signifie la "fin", et bien on se souvient que la télophase est la dernière phase de la mitose que l'on a apprise en SVT en 3ème Smile

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 20:59

@hypermnestre a écrit:Notre conseiller d'orientation avait parlé aux élèves de TS souhaitant faire médecine d'un sondage qui vous éclairera peut-être... deux éléments faisaient la différence chez les élèves ayant réussi leur première année de médecine : 1. la capacité à prendre des notes rapidement ; 2. le fait d'avoir fait du grec.
A l'inverse, ceux qui avaient commencé leurs apprentissages dès l'été, en rachetant des cours à des anciens élèves, n'avaient pas mieux réussi que les autres (la différence n'était pas significative).

N'importe quel statisticien parlerai d'un éventuel biais, les élèves choisissant grecs étant souvent de meilleur niveau au départ et ayant donc in fine de meilleures chances de réussite en médecine.
L'apprentissage des quelques racines étymologiques utiles en médecines peut prendre au maximum une journée ... Nul besoin d'avoir fait 6 ans de latin et 5 ans de grec.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Zazk le Sam 23 Mai 2015 - 21:06

Ça me semble bien compliqué... mais c'est sans doute parce que ça ne m'inspire pas !
"Telos", je l'ai appris avant de savoir ce que c'est que la "télophase" (que je viens d'apprendre, merci, mais dont j'aurai pu déduire le sens).
En fait, tout cela n'est qu'une question de "goût", non ?
D'autre part, heureusement que l'étude du grec ne se limite pas au vocabulaire ! C'est la découverte d'une civilisation, d'une philosophie, d'une histoire, de textes et d'idées qui nous ont marqués durablement et continuent à nous influencer, même si on n'en est pas conscient.

Zazk
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:11

@Zazk a écrit:Ça me semble bien compliqué... mais c'est sans doute parce que ça ne m'inspire pas !
"Telos", je l'ai appris avant de savoir ce que c'est que la "télophase" (que je viens d'apprendre, merci, mais dont j'aurai pu déduire le sens).
En fait, tout cela n'est qu'une question de "goût", non ?
D'autre part, heureusement que l'étude du grec ne se limite pas au vocabulaire ! C'est la découverte d'une civilisation, d'une philosophie, d'une histoire, de textes et d'idées qui nous ont marqués durablement et continuent à nous influencer, même si on n'en est pas conscient.

Si cet élève veut faire du grec qu'il le fasse pour toutes les raisons que tu cites mais non pour préparer médecine.

Je comprends la colère des professeurs de LCA en raison de la réforme du collège, mais j'ai l'impression que les LCA, tel un rameau recouvert de cristaux de sel de Salzbourg, se mettent soudainement à se parer des cristaux de toutes les vertus, y compris maintenant celle de permettre de réussir les études de médecine Wink

L'amour des les lettres classiques aveugle peut être un peu ...


plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Audrey le Sam 23 Mai 2015 - 21:13

@plotch a écrit:
@Zazk a écrit:Je parle de la capacité de mémoriser ce qui n'est pas toujours facile à retenir. C'est un entraînement. Et l'apprentissage des termes utilisés en SVT est facilité par la connaissance des racines gréco-latines.

La connaissance des racines gréco-latines peut se faire au moyen de la SVT aussi, si bien que la mémorisation en SVT est utile pour faire des études de lettres classiques dans ce cas là Smile

exemple : comment se rappeler que telos signifie la "fin", et bien on se souvient que la télophase est la dernière phase de la mitose que l'on a apprise en SVT en 3ème Smile

Euh, quand même... on apprend bien plus de vocabulaire grec par un cours de grec en collège et lycée que durant les cours de SVT du secondaire...

J'ai découvert des tas de mots en médecine, que je n'ai jamais appris en SVT, même durant ma 1ereS et ma TD, et que j'ai immédiatement compris grâce à ma possession du vocabulaire grec.

Pour la prise de notes rapide évoquée plus haut, critère idiot, ou du moins inopérant aujourd'hui. Il suffit, comme tous les étudiants en médecine que j'ai vus à l'oeuvre avec moi, d'utiliser un dictaphone...en plus j'imagine qu'aujourd'hui, avec les smartphone, les tablettes, on n'a même plus le problème des dessins d'anat à vite copier: il suffit de les photographier au tableau avant que le prof ne les efface.

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!

Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Audrey le Sam 23 Mai 2015 - 21:17

@plotch a écrit:
@Zazk a écrit:Ça me semble bien compliqué... mais c'est sans doute parce que ça ne m'inspire pas !
"Telos", je l'ai appris avant de savoir ce que c'est que la "télophase" (que je viens d'apprendre, merci, mais dont j'aurai pu déduire le sens).
En fait, tout cela n'est qu'une question de "goût", non ?
D'autre part, heureusement que l'étude du grec ne se limite pas au vocabulaire ! C'est la découverte d'une civilisation, d'une philosophie, d'une histoire, de textes et d'idées qui nous ont marqués durablement et continuent à nous influencer, même si on n'en est pas conscient.

Si cet élève veut faire du grec qu'il le fasse pour toutes les raisons que tu cites mais non pour préparer médecine.

Je comprends la colère des professeurs de LCA en raison de la réforme du collège, mais j'ai l'impression que les LCA, tel un rameau recouvert de cristaux de sel de Salzbourg, se mettent soudainement à se parer des cristaux de toutes les vertus, y compris maintenant celle de permettre de réussir les études de médecine Wink

L'amour des les lettres classiques aveugle peut être un peu ...



Là, tu abuses.... Iphigénie et moi avons dit absoument le contraire de ce que tu dénonces... Marjoliejune a dit qu'elle ne savait pas... Zazk a simplement expliqué qu'il valait mieux faire grec dans l'optique de médecine.
Aucun de nous n'a dit que faire latin ou grec permettait de réussir médecine.

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!

Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Zazk le Sam 23 Mai 2015 - 21:21

D'ailleurs, Plotch, combien de temps as-tu étudié les langues anciennes ? Si tu t'es limité au collège, avec "l'enthousiasme" de l'élève moyen, c'est normal qu'il ne t'en reste pas grand chose. Je persiste à penser qu'on ne découvre la richesse de ces langues qu'au lycée, après quelques années et un peu de recul.

Zazk
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:22

@Audrey a écrit:
@plotch a écrit:
@Zazk a écrit:Je parle de la capacité de mémoriser ce qui n'est pas toujours facile à retenir. C'est un entraînement. Et l'apprentissage des termes utilisés en SVT est facilité par la connaissance des racines gréco-latines.

La connaissance des racines gréco-latines peut se faire au moyen de la SVT aussi, si bien que la mémorisation en SVT est utile pour faire des études de lettres classiques dans ce cas là Smile

exemple : comment se rappeler que telos signifie la "fin", et bien on se souvient que la télophase est la dernière phase de la mitose que l'on a apprise en SVT en 3ème Smile

Euh, quand même... on apprend bien plus de vocabulaire grec par un cours de grec en collège et lycée que durant les cours de SVT du secondaire...


Encore heureux ! Et on apprend bien plus de vocabulaire de médecine en cours de SVT qu'en cours de grec Wink D'un point de vue purement pragmatique, le retour sur investissement de l'apprentissage du grec ancien pour un élève se destinant à faire médecine est extrêmement faible si l'on fait le ratio de ce qui est réellement utile par rapport au temps consacré.
Il serait tout simplement beaucoup plus judicieux d'employer ce temps soit à n'apprendre que les racines étymologiques utiles, soit directement apprendre l'anatomie en avance : pas besoin d'attendre le bac pour cela ! Les majors de médecine ont appris l'anatomie en général bien avant la première année de médecine, il ne s'agit que de "par coeur", ce n'est pas plus difficile que d'apprendre les capitales, la quantité est juste beaucoup plus grande.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Zazk le Sam 23 Mai 2015 - 21:23

Bref, mieux vaut avoir une tête bien pleine qu'une tête bien faite ?

Zazk
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:24

@Zazk a écrit:D'ailleurs, Plotch, combien de temps as-tu étudié les langues anciennes ? Si tu t'es limité au collège, avec "l'enthousiasme" de l'élève moyen, c'est normal qu'il ne t'en reste pas grand chose. Je persiste à penser qu'on ne découvre la richesse de ces langues qu'au lycée, après quelques années et un peu de recul.

Je ne doute pas une seule seconde de la richesse de ces langues ! Je pense juste que cette richesse est largement superflue, je le répète d'un point de vue purement pragmatique, pour faire médecine. Ce qui est le sujet de ce fil.



plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par JPhMM le Sam 23 Mai 2015 - 21:24

@marjolie.june a écrit:Un de mes élèves de 3e, qui souhaite faire médecine plus tard, m'a demandé s'il valait mieux pour lui continuer le latin ou plutôt commencer le grec au lycée (sachant que le grec existe dans le lycée de secteur). Je n'ai pas su quoi lui répondre. L'une des deux langues est-elle vraiment plus utile dans le cadre d'études de médecine ?
Les maths. professeur

En plus, ça ne fait pas (encore) partie des matières élitistes aux yeux de la ministre. vache

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:27

@Audrey a écrit:
@plotch a écrit:
@Zazk a écrit:Ça me semble bien compliqué... mais c'est sans doute parce que ça ne m'inspire pas !
"Telos", je l'ai appris avant de savoir ce que c'est que la "télophase" (que je viens d'apprendre, merci, mais dont j'aurai pu déduire le sens).
En fait, tout cela n'est qu'une question de "goût", non ?
D'autre part, heureusement que l'étude du grec ne se limite pas au vocabulaire ! C'est la découverte d'une civilisation, d'une philosophie, d'une histoire, de textes et d'idées qui nous ont marqués durablement et continuent à nous influencer, même si on n'en est pas conscient.

Si cet élève veut faire du grec qu'il le fasse pour toutes les raisons que tu cites mais non pour préparer médecine.

Je comprends la colère des professeurs de LCA en raison de la réforme du collège, mais j'ai l'impression que les LCA, tel un rameau recouvert de cristaux de sel de Salzbourg, se mettent soudainement à se parer des cristaux de toutes les vertus, y compris maintenant celle de permettre de réussir les études de médecine Wink

L'amour des les lettres classiques aveugle peut être un peu ...



Là, tu abuses.... Iphigénie et moi avons dit absoument le contraire de ce que tu dénonces... Marjoliejune a dit qu'elle ne savait pas... Zazk a simplement expliqué qu'il valait mieux faire grec dans l'optique de médecine.
Aucun de nous n'a dit que faire latin ou grec permettait de réussir médecine.

Je n'ai sans doute pas été assez clair, ce n'est pas vous que je visais, mais certains défenseurs des LCA dans la presse, qui, à la limite, soutenaient, que sans les lettres classiques, nous allions tous devenir des barbares incultes.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:29

@Zazk a écrit:Bref, mieux vaut avoir une tête bien pleine qu'une tête bien faite ?

Pour réussir la 1ère année de médecine ?

OUI

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Zazk le Sam 23 Mai 2015 - 21:31

Certes, nous serons des barbares, puisque, étymologiquement, le barbare est celui qui est étranger au monde gréco-romain... Wink


Zazk
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par JPhMM le Sam 23 Mai 2015 - 21:31

@plotch a écrit:sans les lettres classiques, nous allions tous devenir des barbares incultes.
Il est manifeste que sans les langues anciennes, il n'y aurait pas les langues modernes. Laughing

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par dandelion le Sam 23 Mai 2015 - 21:31

@JPhMM a écrit:
@marjolie.june a écrit:Un de mes élèves de 3e, qui souhaite faire médecine plus tard, m'a demandé s'il valait mieux pour lui continuer le latin ou plutôt commencer le grec au lycée (sachant que le grec existe dans le lycée de secteur). Je n'ai pas su quoi lui répondre. L'une des deux langues est-elle vraiment plus utile dans le cadre d'études de médecine ?
Les maths. professeur

En plus, ça ne fait pas (encore) partie des matières élitistes aux yeux de la ministre. vache
Razz C'est aussi ce que l'on m'a toujours dit. Après, faire beaucoup de maths, de latin, de grec, ça habitue à travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses, et ça, ce n'est pas inutile pour s'entraîner à, euh, travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses?

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par JPhMM le Sam 23 Mai 2015 - 21:32

@Zazk a écrit:Certes, nous serons des barbares, puisque, étymologiquement, le barbare est celui qui est étranger au monde gréco-romain... Wink

Stricto sensu (huhu), donc, c'est vrai. Very Happy

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:32

@Zazk a écrit:Certes, nous serons des barbares, puisque, étymologiquement, le barbare est celui qui est étranger au monde gréco-romain... Wink


Malheureusement cela n'était pas dans ce sens Wink

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Audrey le Sam 23 Mai 2015 - 21:34

@plotch a écrit:
@Zazk a écrit:Bref, mieux vaut avoir une tête bien pleine qu'une tête bien faite ?

Pour réussir la 1ère année de médecine ?

OUI

Je suis d'accord avec toi.

La preuve: j'ai raté médecine. Wink

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!

Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:35

@JPhMM a écrit:
@plotch a écrit:sans les lettres classiques, nous allions tous devenir des barbares incultes.
Il est manifeste que sans les langues anciennes, il n'y aurait pas les langues modernes. Laughing

Oui et sans l'oeuf il n'y aurait pas la poule.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par JPhMM le Sam 23 Mai 2015 - 21:35

@plotch a écrit:
@JPhMM a écrit:
@plotch a écrit:sans les lettres classiques, nous allions tous devenir des barbares incultes.
Il est manifeste que sans les langues anciennes, il n'y aurait pas les langues modernes. Laughing

Oui et sans l'oeuf il n'y aurait pas la poule.
De fait.
Sans œuf, pas de dinosaure, et sans dinosaure, pas de poule. professeur

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Zazk le Sam 23 Mai 2015 - 21:36

@dandelion a écrit:
Razz  C'est aussi ce que l'on m'a toujours dit. Après, faire beaucoup de maths, de latin, de grec, ça habitue à travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses, et ça, ce n'est pas inutile pour s'entraîner à, euh, travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses?

Nous sommes bien d'accord !

Zazk
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:38

@JPhMM a écrit:
@plotch a écrit:
@JPhMM a écrit:
Il est manifeste que sans les langues anciennes, il n'y aurait pas les langues modernes. Laughing

Oui et sans l'oeuf il n'y aurait pas la poule.
De fait.
Sans œuf, pas de dinosaure, et sans dinosaure, pas de poule. professeur

La poule étant un dinosaure d'ailleurs.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par JPhMM le Sam 23 Mai 2015 - 21:38

Avoir une bonne mémoire.
Savoir écouter, écrire un texte et faire un schéma en même temps.
Quelques notions de logique, de stats. Et un niveau convenable en anglais écrit.

Hop.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:39

@Zazk a écrit:
@dandelion a écrit:
Razz  C'est aussi ce que l'on m'a toujours dit. Après, faire beaucoup de maths, de latin, de grec, ça habitue à travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses, et ça, ce n'est pas inutile pour s'entraîner à, euh, travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses?

Nous sommes bien d'accord !

Les maths ne permettent pas de mémoriser grand chose ... Le "par coeur" est plutôt un obstacle à l'apprentissage des mathématiques je dirai même.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum