Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 21:39

@Zazk a écrit:
@dandelion a écrit:
Razz  C'est aussi ce que l'on m'a toujours dit. Après, faire beaucoup de maths, de latin, de grec, ça habitue à travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses, et ça, ce n'est pas inutile pour s'entraîner à, euh, travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses?

Nous sommes bien d'accord !

Les maths ne permettent pas de mémoriser grand chose ... Le "par coeur" est plutôt un obstacle à l'apprentissage des mathématiques je dirai même.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par dandelion le Sam 23 Mai 2015 - 22:05

@plotch a écrit:
@Zazk a écrit:
@dandelion a écrit:
Razz  C'est aussi ce que l'on m'a toujours dit. Après, faire beaucoup de maths, de latin, de grec, ça habitue à travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses, et ça, ce n'est pas inutile pour s'entraîner à, euh, travailler beaucoup et mémoriser beaucoup de choses?

Nous sommes bien d'accord !

Les maths ne permettent pas de mémoriser grand chose ... Le "par coeur" est plutôt un obstacle à l'apprentissage des mathématiques je dirai même.
Voici ce que le prof de maths de terminale de mon mari lui a expliqué un jour: "Les maths, c'est fait par des gens qui sont tour à tour des ballerines et des bulldozers" (le bulldozer, c'est le gros bourrin qui doit apprendre par coeur et reproduire, et la ballerine, c'est le gars qui fait sa démonstration en trois lignes élégantes). Je veux bien croire qu'il y ait des élèves qui, en terminale, n'aient jamais eu à travailler en mode bulldozer pour quelque chose sur lequel ils butaient, mais j'ai tendance à penser que ces élèves dotés de facilités rares sont, par définition, rares.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Marillion le Sam 23 Mai 2015 - 22:21

@JPhMM a écrit:Avoir une bonne mémoire.
Savoir écouter, écrire un texte et faire un schéma en même temps.
Quelques notions de logique, de stats. Et un niveau convenable en anglais écrit.

Hop.

Non, une excellente mémoire.
Ma sœur, aujourd'hui spécialiste, devait apprendre 250 pages par cœur par semaine (première année et internat). Elle a eu son bac S avec mention TB, mais a raté sa première année à 7 places près avec plus de 16/20 de moyenne.

Je me souviens qu'elle me parlait des théories de Galien sur le cœur, très proches de celles enseignées aujourd'hui.
Et le serment d'Hippocrate a été un peu corrigé, mais le lien avec la Grèce est toujours d'actualité. Wink

Marillion
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par lamelimelo le Sam 23 Mai 2015 - 22:49

excellente mémoire, moral d'acier, pas de vie sociale, savoir se contenter de peu d'heures de sommeil...... aar alors latin ou grec, on s'en fiche un peu....

lamelimelo
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 22:49

@Marillion a écrit:
@JPhMM a écrit:Avoir une bonne mémoire.
Savoir écouter, écrire un texte et faire un schéma en même temps.
Quelques notions de logique, de stats. Et un niveau convenable en anglais écrit.

Hop.

Non, une excellente mémoire.
Ma sœur, aujourd'hui spécialiste, devait apprendre 250 pages par cœur par semaine (première année et internat). Elle a eu son bac S avec mention TB, mais a raté sa première année à 7 places près avec plus de 16/20 de moyenne.

Je me souviens qu'elle me parlait des théories de Galien sur le cœur, très proches de celles enseignées aujourd'hui.
Et le serment d'Hippocrate a été un peu corrigé, mais le lien avec la Grèce est toujours d'actualité. Wink

C'était la première année de médecine à Marseille ? Smile

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 22:52

@dandelion a écrit:
@plotch a écrit:
@Zazk a écrit:

Nous sommes bien d'accord !

Les maths ne permettent pas de mémoriser grand chose ... Le "par coeur" est plutôt un obstacle à l'apprentissage des mathématiques je dirai même.
Voici ce que le prof de maths de terminale de mon mari lui a expliqué un jour: "Les maths, c'est fait par des gens qui sont tour à tour des ballerines et des bulldozers" (le bulldozer, c'est le gros bourrin qui doit apprendre par coeur et reproduire, et la ballerine, c'est le gars qui fait sa démonstration en trois lignes élégantes). Je veux bien croire qu'il y ait des élèves qui, en terminale, n'aient jamais eu à travailler en mode bulldozer pour quelque chose sur lequel ils butaient, mais j'ai tendance à penser que ces élèves dotés de facilités rares sont, par définition, rares.

En maths on n'apprend pas par coeur et on ne reproduit pas, on apprend ou on démontre (à un stade plus avancé) une mécanique générale qui s'applique dans une infinité de cas particuliers tous différents. Celui qui apprend par coeur ne sait pas passer d'un cas particulier à un autre parce qu'il n'a pas compris la mécanique ou le raisonnement sous-jacent.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Audrey le Sam 23 Mai 2015 - 23:02

@plotch a écrit:
@Marillion a écrit:
@JPhMM a écrit:Avoir une bonne mémoire.
Savoir écouter, écrire un texte et faire un schéma en même temps.
Quelques notions de logique, de stats. Et un niveau convenable en anglais écrit.

Hop.

Non, une excellente mémoire.
Ma sœur, aujourd'hui spécialiste, devait apprendre 250 pages par cœur par semaine (première année et internat). Elle a eu son bac S avec mention TB, mais a raté sa première année à 7 places près avec plus de 16/20 de moyenne.

Je me souviens qu'elle me parlait des théories de Galien sur le cœur, très proches de celles enseignées aujourd'hui.
Et le serment d'Hippocrate a été un peu corrigé, mais le lien avec la Grèce est toujours d'actualité. Wink

C'était la première année de médecine à Marseille ? Smile

J'ai fait ma première année à Tours, et c'était pareil.
Sérieusement. Le moindre cours te file bien 20 pages par coeur, au minimum.

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!

Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Bouboule le Sam 23 Mai 2015 - 23:12

@marjolie.june a écrit:Un de mes élèves de 3e, qui souhaite faire médecine plus tard, m'a demandé s'il valait mieux pour lui continuer le latin ou plutôt commencer le grec au lycée (sachant que le grec existe dans le lycée de secteur). Je n'ai pas su quoi lui répondre. L'une des deux langues est-elle vraiment plus utile dans le cadre d'études de médecine ?

Ce qui lui fait le plus envie.
L'important c'est la compétence comme dirait Robine, pas le support.

Grec ou latin, ça oblige à étudier la langue, donc c'est bon.

(Et puis cette vision utilitariste, c'est pragmatique, il est adapté au monde moderne.)

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Florettebatave le Sam 23 Mai 2015 - 23:21

PCEM 1 passée ( et réussie) en 94, soit au creux de la vague du numerus clausus, et grec depuis la 4ème. Très utile pour les racines en histologie, génétique, biochimie, tout ce qui demande de la compréhension et de la logique. Pour l'anatomie, en effet du par cœur, et ce n'était pas mon truc. A mon époque (ancienne, donc) et dans ma fac, pas de QCM et une vraie plus value pour les littéraires, les sciences humaines étant le plus gros coefficient. Avoir reconnu quelques figures de style et l'incipit de Carmen ont dû jouer sur ma réussite.
Pour ton élève, tout ce qui peut lui donner une bonne méthode de travail et de la culture générale sera un plus, le reste sera un mélange de chance et de longues heures à la BU.

Florettebatave
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Audrey le Sam 23 Mai 2015 - 23:24

@Florettebatave a écrit:PCEM 1 passée ( et réussie) en 94, soit au creux de la vague du numerus clausus, et grec depuis la 4ème. Très utile pour les racines en histologie, génétique, biochimie, tout ce qui demande de la compréhension et de la logique. Pour l'anatomie, en effet du par cœur, et ce n'était pas mon truc. A mon époque (ancienne, donc) et dans ma fac, pas de QCM et une vraie plus value pour les littéraires, les sciences humaines étant le plus gros coefficient. Avoir reconnu quelques figures de style et l'incipit de Carmen ont dû jouer sur ma réussite.
Pour ton élève, tout ce qui peut lui donner une bonne méthode de travail et de la culture générale sera un plus, le reste sera un mélange de chance et de longues heures à la BU.

Marrant... moi en sciences humaines, j'avais eu une dissert à rédiger...et plein de qcm dans les autres matières. ;-)

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!

Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Sam 23 Mai 2015 - 23:28

Si vous voulez faire une première année de médecine, vous avez tous les cours en vidéo ici Smile

http://unf3s.cerimes.fr/paces/unf3s_paces.php

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par User5899 le Dim 24 Mai 2015 - 2:54

@Zazk a écrit:Sinon, je crois vraiment que ce n'est qu'au lycée qu'un élève comprend tout l'intérêt d'une langue ancienne.
Il faut une certaine maturité qu'on n'a pas encore forcément au collège.
D'ailleurs, la ministre vous a bien entendue.
Enfin, pour la seconde phrase.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Pseudo le Dim 24 Mai 2015 - 4:38

Pour médecine, à mon avis, il n'aura besoin ni du latin ni du grec. Après, faut voir si une option lui permettra d'accéder à une classe de bosseurs et d'éviter une classe moins studieuse.
Ma foi, réduire les LA à ça, c'est moche, mais au moins on ne dénature pas la discipline en elle-même en parlant étymologie ou supériorité de l'un sur l'autre. Ca devrait faire des heureux.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par nlm76 le Dim 24 Mai 2015 - 8:11

Je ne sais pas pour médecine. Mais je ne comprends pas le mépris que les uns et les autres expriment pour l'étymologie. Bien sûr que c'est utile et intéressant, et que c'est un des intérêts essentiels de l'étude du latin et du grec.
Et bien sûr que c'est intéressant et utile d'avoir appris le vocabulaire grec en grec, avec du vocabulaire superflu, et pas seulement à travers la liste des racines grecques les plus couramment utilisées. Ces racines ainsi prennent vie.
De même que pour enseigner l'étymologie des mots français aux collégiens, il est préférable d'avoir appris le latin et le grec, que de s'être contenté d'avoir appris par cœur les étymons desdits mots français. Autrement dit, en savoir plus que le nécessaire, ça aide à savoir le nécessaire.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Iphigénie le Dim 24 Mai 2015 - 8:26

Je ne suis pas sûre que le discours sur l'étymologie qui est à la mode ait grand chose à voir avec cette vision de l'étymologie, Nlm! C'est bien plutôt une façon de dire que les LA sont inutiles mais à la rigueur il y a un petit truc utile c'est l'étymologie: poids ça vient de pensum c'est pour ça qu'on met un d . (Lol)

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par lamelimelo le Dim 24 Mai 2015 - 9:12

@Pseudo a écrit:Pour médecine, à mon avis, il n'aura besoin ni du latin ni du grec. Après, faut voir si une option lui permettra d'accéder à une classe de bosseurs et d'éviter une classe moins studieuse.
Ma foi, réduire les LA à ça, c'est moche, mais au moins on ne dénature pas la discipline en elle-même en parlant étymologie ou supériorité de l'un sur l'autre. Ca devrait faire des heureux.

D'accord avec Pseudo. Ma fille a passé avec succès sa 1 ère année de médecine ; étant en section internationale en lycée, elle n'a jamais fait de grec ni de latin et là , en 2ème année , elle est ravie d'avoir des facilités extrêmes en anglais....elle assure un 19 minimum aux examens ce qui n'est pas négligeable même si le coefficient est faible.

lamelimelo
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Marillion le Dim 24 Mai 2015 - 9:20

@plotch a écrit:
@Marillion a écrit:
@JPhMM a écrit:Avoir une bonne mémoire.
Savoir écouter, écrire un texte et faire un schéma en même temps.
Quelques notions de logique, de stats. Et un niveau convenable en anglais écrit.

Hop.

Non, une excellente mémoire.
Ma sœur, aujourd'hui spécialiste, devait apprendre 250 pages par cœur par semaine (première année et internat). Elle a eu son bac S avec mention TB, mais a raté sa première année à 7 places près avec plus de 16/20 de moyenne.

Je me souviens qu'elle me parlait des théories de Galien sur le cœur, très proches de celles enseignées aujourd'hui.
Et le serment d'Hippocrate a été un peu corrigé, mais le lien avec la Grèce est toujours d'actualité. Wink

C'était la première année de médecine à Marseille ? Smile


Non, à Limoges. Mais cela doit être identique partout en France, non ?

Marillion
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par Arverne le Dim 24 Mai 2015 - 9:36

Comment fait-on pour apprendre 250 pages par coeur par semaine ? Ca me dépasse. C'est comme les acteurs qui arrivent à retenir des centaines de pages de texte. Avec ma mémoire de poisson rouge, j'ai du mal à comprendre.

Arverne
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par lamelimelo le Dim 24 Mai 2015 - 9:45

ben c'est simple. On ne sort pas, on ne lit pas, on ne regarde pas la tv, on dort peu, on se lave en 5 mn, on met des post-it dans la chambre, dans les toilettes; pour son anniversaire, on fait une apparition d'une demi-heure........et on reste concentré !La liste est longue......Un vrai bonheur, ces études! Very Happy

lamelimelo
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?

Message par plotch le Dim 24 Mai 2015 - 10:08

@Arverne a écrit:Comment fait-on pour apprendre 250 pages par coeur par semaine ? Ca me dépasse. C'est comme les acteurs qui arrivent à retenir des centaines de pages de texte. Avec ma mémoire de poisson rouge, j'ai du mal à comprendre.

Il faut savoir être honnête, ce que l'on appelle ici une "page" n'est pas une page remplie de texte comme peut l'être celle d'un cours de lettres.
La plupart du temps il y'a un schéma et une dizaine de mots correspondants à des zones précises du schéma. Apprendre une telle page nécessite beaucoup moins d'effort de mémorisation que d'apprendre une page de Proust. Il suffit de regarder à quoi cela ressemble ici (cours d'anatomie avec les slides correspondant à ces "pages" à apprendre) pour s'en convaincre :

http://unf3s.cerimes.fr/paces/unf3s_paces_UE5_Anatomie_Grenoble.php

voici un exemple de ces pages : http://unf3s.cerimes.fr/media/paces/Grenoble_1112/palombi_olivier/palombi_olivier_p14/palombi_olivier_p14.pdf

Bien sûr cela fait beaucoup à apprendre ! Mais cela ne correspond nullement à l'idée que l'on pourrait se faire lorsque l'on évoque 250 pages par semaines.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum