Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par Roumégueur Ier le Mer 27 Mai 2015 - 14:16

J'ai trouvé dans mes messages ce communiqué qui me semble très fort et très juste. Il émane de deux membres de la société des agrégés qui s'expriment en leur nom, il m'a été envoyé via la Cnarela-Artela (Coordination Nationale des Associations Régionales d'Enseignants de Langues Anciennes).
J'en livre ici des extraits (la totalité est un peu longue, je cherche un lien ou je placerai le tout en spoiler).

"POURQUOI LA RÉFORME DU COLLÈGE DOIT-ELLE ÊTRE RÉVOQUÉE? (20 mai 2015)
Le « socle commun » ciment ou facteur de désintégration de la Nation ?

Préambule :
Après vingt ans de rapports officiels commandés à l'échelon gouvernemental à seule fin de parvenir à imposer la notion correspondante, les termes de « socle commun » ont été introduits dans la loi n° 2005-380 du 23 avril 2005, dite « loi Fillon », sous l'action conjuguée du rapporteur de la loi, M. Frédéric Reiss, qui avait retenu, du Rapport remis par M. Claude Thélot en 2004, l'idée d'un tel « socle », et de M. Yves Durand, futur rapporteur de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013, dite « loi Peillon ». M. Yves Durand, s'adressant au Ministre M. François Fillon, avait salué en ces termes l'ajout de l'adjectif « commun » : « Vous avez accepté d'introduire la notion de socle « commun » dans le projet de loi, et nous nous en félicitons, car il vaut mieux l'écrire que le suggérer ». Pourtant, comme le montre, notamment, la teneur des séances des 16 et 17 février
2005 au Palais-Bourbon, Ministre et Députés, faute de renoncer au commode clair-obscur d'une expression par elle-même dénuée de toute portée conceptuelle, n'avaient pu conduire qu'un débat inachevé, aucun n'ayant consenti à exposer complètement son intention, mais chacun se flattant d'avoir seul aperçu le « véritable socle commun », et chacun utilisant les mêmes mots, avec l'intention de ne pas dire la même chose, sans égard pour la clarté due au citoyen.
L'ampleur du conflit national suscité par la réforme actuelle du collège ne peut plus laisser ignorer la nocivité d'une langue imagée, utilisée par abus à la place d'une langue claire et normative.
L'examen, à la lumière de la Constitution, de l'étendue des devoirs respectifs des organes de la République à l'égard de l'Enseignement s'impose
."

Et la conclusion, très puissante :
"Au lendemain de la signature, par le Premier ministre, du décret et de l'arrêté portant réforme du collège, comme citoyens et comme fonctionnaires de l'État, nous proclamons de nouveau notre attachement à la Constitution de la République française. Nous condamnons les dispositions paradoxales par lesquelles la loi dite de « refondation de l'École de la République » du 8 juillet 2013, en son article 13, a soustrait à la Loi la détermination des principes fondamentaux de l'Enseignement, et a permis la confiscation, au profit du Gouvernement, des prérogatives du Parlement.
En conséquence, nous demandons la révocation du décret du 19 mai 2015 relatif à l'organisation des enseignements au collège, ainsi que de l'arrêté du 19 mai 2015 relatif à l'organisation des enseignements dans les classes de collège. Nous demandons la révocation des textes réglementaires déjà publiés, notamment du décret du 20 août 2014 dit de « réforme du métier », du décret du 31 mars 2015 relatif au socle commun, du décret du 18 novembre 2014 relatif au suivi et à l’accompagnement pédagogique des élèves. Nous demandons l’abrogation de la loi dite de « Refondation de l'École de la République ».
Pierre BLAZEVIC Agrégé de Physique Appliquée Agrégée de philosophie Geneviève ZEHRINGER Professeur des universités Professeur (H)"

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par AsarteLilith le Mer 27 Mai 2015 - 15:15

J'en avais parlé dans le topic sur les langues anciennes, j'ai eu aussi ce message. Je suis ravie que nous partagions une même adhésion ^^

_________________
Chuis comme les plantes sans eau : sans grec ni latin, j'me dessèche.

ON DIT CHOCOLATINE, PHILISTINS !

AsarteLilith
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par InvitéPPP le Mer 27 Mai 2015 - 19:14

Texte très fort en effet. Là, ils vont loin, espérons qu'un maximum de gens le lisent.

InvitéPPP
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par PauvreYorick le Mer 27 Mai 2015 - 19:58

Je n'aurais rien contre un lien ou la totalité du texte, en effet.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par AsarteLilith le Mer 27 Mai 2015 - 20:10

Par là http://www.neoprofs.org/t89884p160-recapitulatif-actions-pour-sauver-les-langues-anciennes-dans-la-reforme-du-college

page 9, vers moitié/ deux tiers, dans un post à mon nom (voir spoiler)

_________________
Chuis comme les plantes sans eau : sans grec ni latin, j'me dessèche.

ON DIT CHOCOLATINE, PHILISTINS !

AsarteLilith
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par Roumégueur Ier le Mer 27 Mai 2015 - 20:28

@PauvreYorick a écrit:Je n'aurais rien contre un lien ou la totalité du texte, en effet.

je remets ici le spoiler évoqué plus haut par AsarteLilith :

Révocation:
1
POURQUOI LA RÉFORME DU COLLÈGE DOIT-ELLE ÊTRE RÉVOQUÉE?
(20 mai 2015)
Le « socle commun » ciment ou facteur de désintégration de la Nation ?
Préambule :
Après vingt ans de rapports officiels commandés à l'échelon gouvernemental à seule fin de
parvenir à imposer la notion correspondante, les termes de « socle commun » ont été introduits
dans la loi n° 2005-380 du 23 avril 2005, dite « loi Fillon », sous l'action conjuguée du rapporteur
de la loi, M. Frédéric Reiss, qui avait retenu, du Rapport remis par M. Claude Thélot en 2004, l'idée
d'un tel « socle », et de M. Yves Durand, futur rapporteur de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013,
dite « loi Peillon ». M. Yves Durand, s'adressant au Ministre M. François Fillon, avait salué en ces
termes l'ajout de l'adjectif « commun » : « Vous avez accepté d'introduire la notion de socle
« commun » dans le projet de loi, et nous nous en félicitons, car il vaut mieux l'écrire que le
suggérer ». Pourtant, comme le montre, notamment, la teneur des séances des 16 et 17 février
2005 au Palais-Bourbon, Ministre et Députés, faute de renoncer au commode clair-obscur d'une
expression par elle-même dénuée de toute portée conceptuelle, n'avaient pu conduire qu'un
débat inachevé, aucun n'ayant consenti à exposer complètement son intention, mais chacun se
flattant d'avoir seul aperçu le « véritable socle commun », et chacun utilisant les mêmes mots,
avec l'intention de ne pas dire la même chose, sans égard pour la clarté due au citoyen.
L'ampleur du conflit national suscité par la réforme actuelle du collège ne peut plus laisser ignorer
la nocivité d'une langue imagée, utilisée par abus à la place d'une langue claire et normative.
L'examen, à la lumière de la Constitution, de l'étendue des devoirs respectifs des organes de la
République à l'égard de l'Enseignement s'impose.
Dans l'organisation de cette institution que l'on nomme le « collège », l'on doit distinguer entre
des principes fondamentaux d'une part, et des contenus correspondant à des programmes et des
horaires d'autre part.
I.- Pour la détermination de ses principes fondamentaux, la réforme du collège relève de la Loi et
non du Décret : la présente réforme du collège ne respecte pas la compétence du Parlement
À quelle autorité appartient, en France, l'organisation de l'Enseignement ?
Le Peuple français répond à cette question par les dispositions des trois textes majeurs de son
Droit constitutionnel:
• du principe établi par l'article 6 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen du 25
août 1789 -« la loi est l'expression de la volonté générale »- découle logiquement la
prééminence de l'organe législatif sur tous les autres : le Législateur est le seul créateur
authentique du Droit ; seule la loi fixe le Droit ; l'État est la personne juridique souveraine ;
• du Préambule de la Constitution de 1946 -« l'organisation de l'Enseignement public, gratuit
et laïque à tous les degrés est un devoir de l'État »- découle logiquement que l'État, comme
personne juridique souveraine, assume son devoir en légiférant, et ne saurait aliéner ni
déléguer son pouvoir de légiférer ;
• de l'article 34 de la Constitution du 4 octobre 1958, il résulte que « la loi » « détermine les
principes fondamentaux de l'enseignement ».
Ces textes ont donc été conçus pour instaurer un système national d'enseignement et pour
garantir l'égalité effective de traitement entre les élèves. Car nul ne peut ignorer que seule la loi
2
peut garantir le caractère véritablement national de l'enseignement, ainsi que l'application
uniforme du droit de recevoir l'instruction dans tout le territoire national. Ces textes affirment que
l'État ne saurait déléguer son devoir d'organiser l'enseignement public, gratuit, et laïc à quelque
degré que ce soit. Ils affirment que des textes autres que ceux des lois, expressions de la volonté
générale, ne peuvent déterminer les principes de l'enseignement. Ils affirment que, dans
l'organisation de l'enseignement public, gratuit et laïque à tous les degrés, le Gouvernement ne
peut s'emparer des prérogatives du Parlement, ni le pouvoir exécutif confisquer ni absorber le
pouvoir législatif.
Mais le fait qu'en 2015, ce soit le Gouvernement qui détermine la réforme du collège résulte
directement du paradoxe par lequel la « loi Peillon » de 2013 a soustrait à la loi, contrairement à la
Constitution, la détermination de ce qui se voulait le principe fondamental de l'enseignement
obligatoire. Car l'article 13 de cette loi, tout en disposant que la scolarité obligatoire doit garantir à
chaque élève les moyens d'acquérir un « socle commun » de connaissances, de compétences et de
culture, a rejeté sur le pouvoir réglementaire la détermination du principe de l'enseignement
dispensé pendant la scolarité obligatoire, et cela en affirmant que « les éléments de ce socle
commun et les modalités de son acquisition progressive sont fixés par décret, après avis du Conseil
supérieur des programmes ». Or, ce « socle commun » dont la loi de 2013 confisque la
détermination au Parlement, le Rapport annexé à la « loi Peillon » le désigne pourtant comme le
« principe organisateur de l'enseignement obligatoire [...] ».
La « loi Peillon » de 2013 supprime donc de la loi l'exposé des éléments du « socle commun » qui
figuraient à l'article 9 de la « loi Fillon » de 2005: « la maîtrise de la langue française ; la maîtrise
des principaux éléments de mathématiques ; une culture humaniste et scientifique permettant le
libre exercice de la citoyenneté ; la pratique d'au moins une langue vivante étrangère ; la maîtrise
des techniques usuelles de l'information et de la communication» ; elle en supprime également
l'idée que le décret à venir ne pourrait faire plus que de préciser les connaissances et les
compétences énumérées par la loi ; elle en supprime enfin cette garantie que : « parallèlement à
l'acquisition du socle commun, d'autres enseignements [seraient] dispensés au cours de la
scolarité obligatoire ».
Aux termes de la « loi Peillon » du 8 juillet 2013, c'est désormais au Gouvernement qu'il appartient
de décider de l'organisation de l'Enseignement.
En conséquence de cette loi, c'est donc sous la signature du Premier ministre et des ministres
concernés qu'a été publié, au JO du 2 avril et au BO n° 17 du 23 avril 2015, le décret n° 2015-372
du 31 mars 2015, déterminant le « Socle commun de connaissances, de compétences et de
culture ».
Comme l'indique la « notice », ce « décret prévoit un nouveau socle commun de connaissances, de
compétences et de culture destiné à remplacer le socle commun de connaissances et de
compétences actuellement en vigueur » et il est pris « en application de l'article 122-1-1 du Code
de l 'éducation dans sa rédaction issue de l'article 13 de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013
d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République », dite « loi
Peillon ».
La lecture du décret apprend que le nouveau Socle commun de connaissances, de compétences et
de culture est désormais composé de « cinq domaines de formation qui définissent les grands
enjeux de formation durant la scolarité obligatoire ». Mais ce que ne dit pas le décret, c'est que le
Gouvernement a décidé de supprimer la disposition, qui figurait jusque-là dans la loi, selon
laquelle : « parallèlement à l'acquisition du socle commun, d'autres enseignements sont dispensés
au cours de la scolarité obligatoire ».
On ne se dissimulera certes pas que, de 2005 à 2013, le mystérieux « socle commun », supposé
3
répondre à toutes les plus nobles aspirations des Français à l' « efficacité » du système scolaire et à
sa « justice », n'a jamais fait autre chose que d'emprunter ses « piliers », ses « volets », ses
« domaines » à un même corpus doctrinal, celui des « principes » et des « recommandations »
européennes, notamment celles du 18 décembre 2006 sur les compétences-clés et la formation
tout au long de la vie. Ces présupposés devront être remis en cause, et, avec eux, le leurre du
consensus obtenu sur l'expression obscure de « socle commun ».
Mais le coup de force accompli, spécifiquement par l'article 13 de la « loi Peillon », contre la
Constitution de la République française, doit être dénoncé, combattu et annulé. Il est, dans la
République française, inacceptable, fût-ce au prix du sacrifice consenti d'une Assemblée, que
l'Exécutif, en lieu et place du Législatif, puisse disposer des principes de l'organisation de
l'Enseignement. Il est inacceptable que ce soit le Gouvernement qui se charge de fixer par décret la
nature du « socle commun », et cela sous le prétexte que, pour rendre « ce dernier efficace, c'est-
à-dire évolutif […] il ne faut pas le figer » (M. Yves Durand, première séance du vendredi 15 mars
2013 de l'Assemblée nationale). Sauf à reconnaître à chaque nouveau gouvernement la faculté de
réviser les (prétendus) «fondamentaux », il est inacceptable que l'un quelconque des
gouvernements, présents ou à venir, se charge de la définition des principes fondamentaux de la
réforme du collège, qui appartient au Peuple français, Assemblée nationale et Sénat réunis.
De l'affaiblissement de la loi résulte l'arbitraire ; de l'arbitraire résulte le sentiment de révolte, qui
contient le risque, inhérent à la stratégie choisie pour la conduite du processus en cause , d'un
conflit majeur.
II.- La définition des contenus de l'enseignement au Collège, ainsi que des programmes et des
horaires correspondants, doit appartenir à une autorité scientifique indépendante : or la loi de
2013 laisse comme seul interlocuteur au Gouvernement le Conseil Supérieur des Programmes.
Il n'est pas possible d'approuver la Ministre de l'Éducation nationale lorsqu'elle soutient que les
dispositions de la réforme devraient être acceptées parce que : « cette réforme, ses principes ont
été actés par le Parlement dans la loi de 2013 ». Car il n'appartient pas au Parlement d' « acter »
les principes d'une réforme de l'Enseignement, mais de les « déterminer », c'est-à-dire de les
« préciser », d'en «indiquer avec précision » « l'étendue, le sens », et cela en étant libre d'en
débattre. C'est seulement par abus que, le 15 mars 2013, en dépit des protestations de plusieurs
Députés, le Parlement a été réduit à « acter » le principe du socle commun, qu'il lui appartenait de
« déterminer », voire de contester.
Une fois la détermination des principes de la réforme soustraite au Parlement, à quelle instance
pouvait-il appartenir de jouer auprès du Gouvernement le rôle de l' « autorité indépendante »,
sachant que celle-ci devrait, selon le Ministre, commencer par fournir « la définition du nouveau
socle commun de connaissances, de compétences et de culture » avant de détailler les
« programmes scolaires qui lui sont liés, en l'occurrence ceux de l'école primaire et du collège » ? La
« loi Peillon » de 2013 a investi le CSP de cette responsabilité. Or le CSP compte 18 membres, dont
trois députés (2 appartenant actuellement à la majorité présidentielle), trois sénateurs (2
appartenant actuellement à la majorité présidentielle), deux membres du Conseil économique,
social et environnemental, et 10 membres nommés par le Ministre, qui désigne aussi le président
et le vice-président, et qui met à la disposition du CSP « un secrétaire général assisté de chargés de
mission pour assurer l’organisation, la coordination et le suivi des travaux ». Le Ministre enfin
gouverne les travaux du CSP par une lettre de mission et par des lettres correspondant à des
« commandes »- celles qui sont actuellement en vigueur ayant été rédigées par M. Vincent
Peillon.
4
Faut-il s'étonner si, dans un domaine qui concerne les citoyens en tant que tels, les protestations
se multiplient contre le tête-à-tête d'un Gouvernement avec un Conseil, lequel, faut-il le préciser,
ne publie pas de comptes rendus de ses débats ? Chargés par le Gouvernement de représenter à
la fois le Parlement, la société civile, les milieux économiques, les milieux scientifiques, les 18
membres de ce Conseil n'ont, si l'on en croit le témoignage de M. Alain Boissinot après sa
démission intervenue le 9 juin 2014, pas pour autant échappé à des pressions exercées par ceux
qui se présentent comme les militants historiques du socle commun. Les membres du CSP n'ont
sans doute fini par accoucher de textes délirants, Charte des programmes et Socle commun de
connaissances, de compétences et de culture compris, que parce qu'il est impossible de produire
des textes sensés au titre d'une réforme qui n'est que l'instrument d'une inavouable guerre totale
contre les disciplines d'enseignement.
Chapitre par chapitre, à l'aide exclusive de tournures verbales, et au prix de très longues
circonlocutions qui évitent de prononcer des mots tabous, tels que « Histoire » , « Géographie »,
« Sciences de la Vie et de la Terre », « Instruction civique », le décret du 31 mars 2015 sur le
« socle commun » énumère des acquis correspondant à des modes de comportement : par
exemple, du Domaine 5 : les représentations du monde et de l'activité humaine, il est précisé qu'il
« implique enfin une réflexion sur soi et sur les autres, une ouverture à l'altérité , et contribue à la
construction de la citoyenneté, en permettant à l'élève d'aborder de façon éclairée de grands
débats du monde contemporain ». Au titre de ce Domaine 5, « l'élève identifie ainsi les grandes
questions et les principaux enjeux du développement humain, il est capable d'identifier les causes et
les conséquences des inégalités, les sources des conflits et les solidarités, ou encore les
problématiques mondiales concernant l'environnement, les ressources, les échanges, l'énergie, la
démographie et le climat. Il comprend également que les lectures du passé éclairent le présent et
permettent de l'interpréter . L'élève se repère dans l'espace à différentes échelles. Il comprend les
grands espaces physiques et humains [etc...] ».
Or les présupposés de cette programmatique sont inacceptables.
L'examen systématique de la contribution des différents « domaines » à « la construction de la
citoyenneté » ouvre la possibilité d'un contrôle idéologique sur les contenus des enseignements.
Ce contrôle est inacceptable.
Le remplacement de l'enseignement par une sorte de programmation des élèves est inacceptable.
Les acquis de l'élève sont énumérés comme le seraient les performances d'un objet ; mais il s'agit
d'un objet qui « comprend » ; et l'on s'inquiète de constater que le savoir réfléchi et rationnel qui
nourrit les disciplines d'enseignement ne soit jamais reconnu comme un bien de valeur absolue.
Les rédacteurs de ces textes ont-ils perdu tout sens de l'Humain ? Ont-ils un jour entrevu que
l'enseignement se déshonorerait de se concevoir comme l'action « efficace » d'un individu sur un
autre, et qu'il n'y a d'enseignement que lorsque se produit, à propos d'un « objet d'étude» un
échange, plus ou moins fructueux, entre des intelligences ?
Les « militants historiques du socle commun » feraient mieux de l'avouer : ils n'ont jamais réussi à
se former une idée commune du socle commun. Ils n'y parviendront pas, pour la raison qu'il
n'existe pas de « socle commun », et qu'ils ne voudront jamais consentir à reconnaître que cette
expression imagée n'a été dès son origine que l'instrument de la destruction de l'École de la
République. Or les théoriciens du « socle commun » annoncé dans le rapport annexé à la loi de
2013, de peur d'être confondus avec les partisans du « socle commun » de 2005, soupçonné de
conformité servile avec les politiques libérales dominantes, croient s'en distinguer suffisamment
par l'ajout de la « culture » aux « connaissances et compétences », et par une description plus
ambitieuse du « socle commun », au prix d'une débauche descriptive qui n'est pas sans rappeler
les prospectus commerciaux : « l'élève parle, communique,
argumente...adapte...découvre...s'exprime...utilise...pratique... écoute... ».
La notion vide du « socle commun » ne saurait traduire quelque « promesse républicaine » que ce
soit, puisqu'elle ne sert qu'à tenter de justifier la destruction du système national d'enseignement
5
qui caractérise la République française. Sous le prétexte de l'autonomie des « équipes », les
contenus seront abandonnés à des instances locales qui pourront être contrôlées par les militants
historiques du socle commun, grâce à l'amputation des horaires des disciplines au profit des
« EPI » (enseignements pratiques interdisciplinaires ), et cela en violation de la liberté pédagogique
des professeurs, pourtant consacrée par la loi. L'instauration de hiérarchies locales caporalisées est
inacceptable.
Le rétablissement officiel de l'École de la République exige l'abandon officiel et effectif de la notion
de « socle commun ».
Le rôle de l'École de la République n'est pas de dispenser « un » savoir, ni même « des » savoirs,
mais d'organiser l'enseignement « du » savoir.
En France, enseigner est un devoir pour l'État. S'instruire est un droit. Une école qui n'instruirait
pas chacun au mieux de ses capacités serait radicalement injuste. Elle serait aussi inefficace.
La « loi Peillon » doit donc continuer d'être combattue jusqu'à son abrogation, et avec elle ce que
la Ministre a eu raison de qualifier, le 17 mai 2015, comme « un texte fondamental [.. .] qui enfin
faisait évoluer les statuts et les missions des enseignants » et qui, enfin, incluait dans leurs
obligations (et par conséquent dans les critères de leur évaluation, de leur avancement, de leur
rémunération) le fait de « travailler en équipe » et de « rencontrer les parents » : c'est la fameuse
réforme du métier qui instaure notamment les missions particulières et prévoit leur indemnisation
(décret n° 2014-940 du 20 août 2014, au JO du 23), décret auquel s'est ajouté entre-temps le
décret n° 2014-1377 du 18 novembre 2014 (au JO du 20) sur le suivi et l'accompagnement
pédagogique des élèves.
Car les textes constitutionnels français ont défini un système d'enseignement national, qui n'a pour
« socle commun » que la Constitution, et pour « objet commun » que le monde, le monde que,
depuis deux mille ans, organisent les différentes disciplines d'enseignement. Par l'étude de ces
disciplines d'enseignement, et parce qu'elles sont aussi des disciplines de recherche, l'élève
s'instruit à la source.
Au lendemain de la signature, par le Premier ministre, du décret et de l'arrêté portant réforme
du collège, comme citoyens et comme fonctionnaires de l'État, nous proclamons de nouveau
notre attachement à la Constitution de la République française. Nous condamnons les
dispositions paradoxales par lesquelles la loi dite de « refondation de l'École de la République »
du 8 juillet 2013, en son article 13, a soustrait à la Loi la détermination des principes
fondamentaux de l'Enseignement, et a permis la confiscation, au profit du Gouvernement, des
prérogatives du Parlement.
En conséquence, nous demandons la révocation du décret du 19 mai 2015 relatif à l'organisation
des enseignements au collège, ainsi que de l'arrêté du 19 mai 2015 relatif à l'organisation des
enseignements dans les classes de collège. Nous demandons la révocation des textes
réglementaires déjà publiés, notamment du décret du 20 août 2014 dit de « réforme du métier
», du décret du 31 mars 2015 relatif au socle commun, du décret du 18 novembre 2014 relatif au
suivi et à l’accompagnement pédagogique des élèves. Nous demandons l’abrogation de la loi dite
de « Refondation de l'École de la République ».

Pierre BLAZEVIC Geneviève ZEHRINGER
Agrégé de Physique Appliquée Agrégée de philosophie
Professeur des universités Professeur (H)
Directeur de l’ISTY

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par Ascagne le Mer 27 Mai 2015 - 20:31

Merci pour les textes !
Au passage : pensez-vous qu'adhérer à la société des agrégés soit intéressant (si l'on n'enseigne pas - pour l'instant du moins - dans le secondaire ; après, peut-être est-ce intéressant en prévision d'un éventuel poste dans le secondaire) ? Ou adhérer à l'une des associations de défense des lettres (mais laquelle ? SEL ? L'APL ? Sauver les lettres ?) ?

Ascagne
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par AsarteLilith le Mer 27 Mai 2015 - 20:32

@Roumégueur Ier a écrit:
@PauvreYorick a écrit:Je n'aurais rien contre un lien ou la totalité du texte, en effet.

je remets ici le spoiler évoqué plus haut par AsarteLilith :

Révocation:
1
POURQUOI LA RÉFORME DU COLLÈGE DOIT-ELLE ÊTRE RÉVOQUÉE?
(20 mai 2015)
Le « socle commun » ciment ou facteur de désintégration de la Nation ?
Préambule :
Après vingt ans de rapports officiels commandés à l'échelon gouvernemental à seule fin de
parvenir à imposer la notion correspondante, les termes de « socle commun » ont été introduits
dans la loi n° 2005-380 du 23 avril 2005, dite « loi Fillon », sous l'action conjuguée du rapporteur
de la loi, M. Frédéric Reiss, qui avait retenu, du Rapport remis par M. Claude Thélot en 2004, l'idée
d'un tel « socle », et de M. Yves Durand, futur rapporteur de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013,
dite « loi Peillon ». M. Yves Durand, s'adressant au Ministre M. François Fillon, avait salué en ces
termes l'ajout de l'adjectif « commun » : « Vous avez accepté d'introduire la notion de socle
« commun » dans le projet de loi, et nous nous en félicitons, car il vaut mieux l'écrire que le
suggérer ». Pourtant, comme le montre, notamment, la teneur des séances des 16 et 17 février
2005 au Palais-Bourbon, Ministre et Députés, faute de renoncer au commode clair-obscur d'une
expression par elle-même dénuée de toute portée conceptuelle, n'avaient pu conduire qu'un
débat inachevé, aucun n'ayant consenti à exposer complètement son intention, mais chacun se
flattant d'avoir seul aperçu le « véritable socle commun », et chacun utilisant les mêmes mots,
avec l'intention de ne pas dire la même chose, sans égard pour la clarté due au citoyen.
L'ampleur du conflit national suscité par la réforme actuelle du collège ne peut plus laisser ignorer
la nocivité d'une langue imagée, utilisée par abus à la place d'une langue claire et normative.
L'examen, à la lumière de la Constitution, de l'étendue des devoirs respectifs des organes de la
République à l'égard de l'Enseignement s'impose.
Dans l'organisation de cette institution que l'on nomme le « collège », l'on doit distinguer entre
des principes fondamentaux d'une part, et des contenus correspondant à des programmes et des
horaires d'autre part.
I.- Pour la détermination de ses principes fondamentaux, la réforme du collège relève de la Loi et
non du Décret : la présente réforme du collège ne respecte pas la compétence du Parlement
À quelle autorité appartient, en France, l'organisation de l'Enseignement ?
Le Peuple français répond à cette question par les dispositions des trois textes majeurs de son
Droit constitutionnel:
• du principe établi par l'article 6 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen du 25
août 1789 -« la loi est l'expression de la volonté générale »- découle logiquement la
prééminence de l'organe législatif sur tous les autres : le Législateur est le seul créateur
authentique du Droit ; seule la loi fixe le Droit ; l'État est la personne juridique souveraine ;
• du Préambule de la Constitution de 1946 -« l'organisation de l'Enseignement public, gratuit
et laïque à tous les degrés est un devoir de l'État »- découle logiquement que l'État, comme
personne juridique souveraine, assume son devoir en légiférant, et ne saurait aliéner ni
déléguer son pouvoir de légiférer ;
• de l'article 34 de la Constitution du 4 octobre 1958, il résulte que « la loi » « détermine les
principes fondamentaux de l'enseignement ».
Ces textes ont donc été conçus pour instaurer un système national d'enseignement et pour
garantir l'égalité effective de traitement entre les élèves. Car nul ne peut ignorer que seule la loi
2
peut garantir le caractère véritablement national de l'enseignement, ainsi que l'application
uniforme du droit de recevoir l'instruction dans tout le territoire national. Ces textes affirment que
l'État ne saurait déléguer son devoir d'organiser l'enseignement public, gratuit, et laïc à quelque
degré que ce soit. Ils affirment que des textes autres que ceux des lois, expressions de la volonté
générale, ne peuvent déterminer les principes de l'enseignement. Ils affirment que, dans
l'organisation de l'enseignement public, gratuit et laïque à tous les degrés, le Gouvernement ne
peut s'emparer des prérogatives du Parlement, ni le pouvoir exécutif confisquer ni absorber le
pouvoir législatif.
Mais le fait qu'en 2015, ce soit le Gouvernement qui détermine la réforme du collège résulte
directement du paradoxe par lequel la « loi Peillon » de 2013 a soustrait à la loi, contrairement à la
Constitution, la détermination de ce qui se voulait le principe fondamental de l'enseignement
obligatoire. Car l'article 13 de cette loi, tout en disposant que la scolarité obligatoire doit garantir à
chaque élève les moyens d'acquérir un « socle commun » de connaissances, de compétences et de
culture, a rejeté sur le pouvoir réglementaire la détermination du principe de l'enseignement
dispensé pendant la scolarité obligatoire, et cela en affirmant que « les éléments de ce socle
commun et les modalités de son acquisition progressive sont fixés par décret, après avis du Conseil
supérieur des programmes ». Or, ce « socle commun » dont la loi de 2013 confisque la
détermination au Parlement, le Rapport annexé à la « loi Peillon » le désigne pourtant comme le
« principe organisateur de l'enseignement obligatoire [...] ».
La « loi Peillon » de 2013 supprime donc de la loi l'exposé des éléments du « socle commun » qui
figuraient à l'article 9 de la « loi Fillon » de 2005: « la maîtrise de la langue française ; la maîtrise
des principaux éléments de mathématiques ; une culture humaniste et scientifique permettant le
libre exercice de la citoyenneté ; la pratique d'au moins une langue vivante étrangère ; la maîtrise
des techniques usuelles de l'information et de la communication» ; elle en supprime également
l'idée que le décret à venir ne pourrait faire plus que de préciser les connaissances et les
compétences énumérées par la loi ; elle en supprime enfin cette garantie que : « parallèlement à
l'acquisition du socle commun, d'autres enseignements [seraient] dispensés au cours de la
scolarité obligatoire ».
Aux termes de la « loi Peillon » du 8 juillet 2013, c'est désormais au Gouvernement qu'il appartient
de décider de l'organisation de l'Enseignement.
En conséquence de cette loi, c'est donc sous la signature du Premier ministre et des ministres
concernés qu'a été publié, au JO du 2 avril et au BO n° 17 du 23 avril 2015, le décret n° 2015-372
du 31 mars 2015, déterminant le « Socle commun de connaissances, de compétences et de
culture ».
Comme l'indique la « notice », ce « décret prévoit un nouveau socle commun de connaissances, de
compétences et de culture destiné à remplacer le socle commun de connaissances et de
compétences actuellement en vigueur » et il est pris « en application de l'article 122-1-1 du Code
de l 'éducation dans sa rédaction issue de l'article 13 de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013
d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République », dite « loi
Peillon ».
La lecture du décret apprend que le nouveau Socle commun de connaissances, de compétences et
de culture est désormais composé de « cinq domaines de formation qui définissent les grands
enjeux de formation durant la scolarité obligatoire ». Mais ce que ne dit pas le décret, c'est que le
Gouvernement a décidé de supprimer la disposition, qui figurait jusque-là dans la loi, selon
laquelle : « parallèlement à l'acquisition du socle commun, d'autres enseignements sont dispensés
au cours de la scolarité obligatoire ».
On ne se dissimulera certes pas que, de 2005 à 2013, le mystérieux « socle commun », supposé
3
répondre à toutes les plus nobles aspirations des Français à l' « efficacité » du système scolaire et à
sa « justice », n'a jamais fait autre chose que d'emprunter ses « piliers », ses « volets », ses
« domaines » à un même corpus doctrinal, celui des « principes » et des « recommandations »
européennes, notamment celles du 18 décembre 2006 sur les compétences-clés et la formation
tout au long de la vie. Ces présupposés devront être remis en cause, et, avec eux, le leurre du
consensus obtenu sur l'expression obscure de « socle commun ».
Mais le coup de force accompli, spécifiquement par l'article 13 de la « loi Peillon », contre la
Constitution de la République française, doit être dénoncé, combattu et annulé. Il est, dans la
République française, inacceptable, fût-ce au prix du sacrifice consenti d'une Assemblée, que
l'Exécutif, en lieu et place du Législatif, puisse disposer des principes de l'organisation de
l'Enseignement. Il est inacceptable que ce soit le Gouvernement qui se charge de fixer par décret la
nature du « socle commun », et cela sous le prétexte que, pour rendre « ce dernier efficace, c'est-
à-dire évolutif […] il ne faut pas le figer » (M. Yves Durand, première séance du vendredi 15 mars
2013 de l'Assemblée nationale). Sauf à reconnaître à chaque nouveau gouvernement la faculté de
réviser les (prétendus) «fondamentaux », il est inacceptable que l'un quelconque des
gouvernements, présents ou à venir, se charge de la définition des principes fondamentaux de la
réforme du collège, qui appartient au Peuple français, Assemblée nationale et Sénat réunis.
De l'affaiblissement de la loi résulte l'arbitraire ; de l'arbitraire résulte le sentiment de révolte, qui
contient le risque, inhérent à la stratégie choisie pour la conduite du processus en cause , d'un
conflit majeur.
II.- La définition des contenus de l'enseignement au Collège, ainsi que des programmes et des
horaires correspondants, doit appartenir à une autorité scientifique indépendante : or la loi de
2013 laisse comme seul interlocuteur au Gouvernement le Conseil Supérieur des Programmes.
Il n'est pas possible d'approuver la Ministre de l'Éducation nationale lorsqu'elle soutient que les
dispositions de la réforme devraient être acceptées parce que : « cette réforme, ses principes ont
été actés par le Parlement dans la loi de 2013 ». Car il n'appartient pas au Parlement d' « acter »
les principes d'une réforme de l'Enseignement, mais de les « déterminer », c'est-à-dire de les
« préciser », d'en «indiquer avec précision » « l'étendue, le sens », et cela en étant libre d'en
débattre. C'est seulement par abus que, le 15 mars 2013, en dépit des protestations de plusieurs
Députés, le Parlement a été réduit à « acter » le principe du socle commun, qu'il lui appartenait de
« déterminer », voire de contester.
Une fois la détermination des principes de la réforme soustraite au Parlement, à quelle instance
pouvait-il appartenir de jouer auprès du Gouvernement le rôle de l' « autorité indépendante »,
sachant que celle-ci devrait, selon le Ministre, commencer par fournir « la définition du nouveau
socle commun de connaissances, de compétences et de culture » avant de détailler les
« programmes scolaires qui lui sont liés, en l'occurrence ceux de l'école primaire et du collège » ? La
« loi Peillon » de 2013 a investi le CSP de cette responsabilité. Or le CSP compte 18 membres, dont
trois députés (2 appartenant actuellement à la majorité présidentielle), trois sénateurs (2
appartenant actuellement à la majorité présidentielle), deux membres du Conseil économique,
social et environnemental, et 10 membres nommés par le Ministre, qui désigne aussi le président
et le vice-président, et qui met à la disposition du CSP « un secrétaire général assisté de chargés de
mission pour assurer l’organisation, la coordination et le suivi des travaux ». Le Ministre enfin
gouverne les travaux du CSP par une lettre de mission et par des lettres correspondant à des
« commandes »- celles qui sont actuellement en vigueur ayant été rédigées par M. Vincent
Peillon.
4
Faut-il s'étonner si, dans un domaine qui concerne les citoyens en tant que tels, les protestations
se multiplient contre le tête-à-tête d'un Gouvernement avec un Conseil, lequel, faut-il le préciser,
ne publie pas de comptes rendus de ses débats ? Chargés par le Gouvernement de représenter à
la fois le Parlement, la société civile, les milieux économiques, les milieux scientifiques, les 18
membres de ce Conseil n'ont, si l'on en croit le témoignage de M. Alain Boissinot après sa
démission intervenue le 9 juin 2014, pas pour autant échappé à des pressions exercées par ceux
qui se présentent comme les militants historiques du socle commun. Les membres du CSP n'ont
sans doute fini par accoucher de textes délirants, Charte des programmes et Socle commun de
connaissances, de compétences et de culture compris, que parce qu'il est impossible de produire
des textes sensés au titre d'une réforme qui n'est que l'instrument d'une inavouable guerre totale
contre les disciplines d'enseignement.
Chapitre par chapitre, à l'aide exclusive de tournures verbales, et au prix de très longues
circonlocutions qui évitent de prononcer des mots tabous, tels que « Histoire » , « Géographie »,
« Sciences de la Vie et de la Terre », « Instruction civique », le décret du 31 mars 2015 sur le
« socle commun » énumère des acquis correspondant à des modes de comportement : par
exemple, du Domaine 5 : les représentations du monde et de l'activité humaine, il est précisé qu'il
« implique enfin une réflexion sur soi et sur les autres, une ouverture à l'altérité , et contribue à la
construction de la citoyenneté, en permettant à l'élève d'aborder de façon éclairée de grands
débats du monde contemporain ». Au titre de ce Domaine 5, « l'élève identifie ainsi les grandes
questions et les principaux enjeux du développement humain, il est capable d'identifier les causes et
les conséquences des inégalités, les sources des conflits et les solidarités, ou encore les
problématiques mondiales concernant l'environnement, les ressources, les échanges, l'énergie, la
démographie et le climat. Il comprend également que les lectures du passé éclairent le présent et
permettent de l'interpréter . L'élève se repère dans l'espace à différentes échelles. Il comprend les
grands espaces physiques et humains [etc...] ».
Or les présupposés de cette programmatique sont inacceptables.
L'examen systématique de la contribution des différents « domaines » à « la construction de la
citoyenneté » ouvre la possibilité d'un contrôle idéologique sur les contenus des enseignements.
Ce contrôle est inacceptable.
Le remplacement de l'enseignement par une sorte de programmation des élèves est inacceptable.
Les acquis de l'élève sont énumérés comme le seraient les performances d'un objet ; mais il s'agit
d'un objet qui « comprend » ; et l'on s'inquiète de constater que le savoir réfléchi et rationnel qui
nourrit les disciplines d'enseignement ne soit jamais reconnu comme un bien de valeur absolue.
Les rédacteurs de ces textes ont-ils perdu tout sens de l'Humain ? Ont-ils un jour entrevu que
l'enseignement se déshonorerait de se concevoir comme l'action « efficace » d'un individu sur un
autre, et qu'il n'y a d'enseignement que lorsque se produit, à propos d'un « objet d'étude» un
échange, plus ou moins fructueux, entre des intelligences ?
Les « militants historiques du socle commun » feraient mieux de l'avouer : ils n'ont jamais réussi à
se former une idée commune du socle commun. Ils n'y parviendront pas, pour la raison qu'il
n'existe pas de « socle commun », et qu'ils ne voudront jamais consentir à reconnaître que cette
expression imagée n'a été dès son origine que l'instrument de la destruction de l'École de la
République. Or les théoriciens du « socle commun » annoncé dans le rapport annexé à la loi de
2013, de peur d'être confondus avec les partisans du « socle commun » de 2005, soupçonné de
conformité servile avec les politiques libérales dominantes, croient s'en distinguer suffisamment
par l'ajout de la « culture » aux « connaissances et compétences », et par une description plus
ambitieuse du « socle commun », au prix d'une débauche descriptive qui n'est pas sans rappeler
les prospectus commerciaux : « l'élève parle, communique,
argumente...adapte...découvre...s'exprime...utilise...pratique... écoute... ».
La notion vide du « socle commun » ne saurait traduire quelque « promesse républicaine » que ce
soit, puisqu'elle ne sert qu'à tenter de justifier la destruction du système national d'enseignement
5
qui caractérise la République française. Sous le prétexte de l'autonomie des « équipes », les
contenus seront abandonnés à des instances locales qui pourront être contrôlées par les militants
historiques du socle commun, grâce à l'amputation des horaires des disciplines au profit des
« EPI » (enseignements pratiques interdisciplinaires ), et cela en violation de la liberté pédagogique
des professeurs, pourtant consacrée par la loi. L'instauration de hiérarchies locales caporalisées est
inacceptable.
Le rétablissement officiel de l'École de la République exige l'abandon officiel et effectif de la notion
de « socle commun ».
Le rôle de l'École de la République n'est pas de dispenser « un » savoir, ni même « des » savoirs,
mais d'organiser l'enseignement « du » savoir.
En France, enseigner est un devoir pour l'État. S'instruire est un droit. Une école qui n'instruirait
pas chacun au mieux de ses capacités serait radicalement injuste. Elle serait aussi inefficace.
La « loi Peillon » doit donc continuer d'être combattue jusqu'à son abrogation, et avec elle ce que
la Ministre a eu raison de qualifier, le 17 mai 2015, comme « un texte fondamental [.. .] qui enfin
faisait évoluer les statuts et les missions des enseignants » et qui, enfin, incluait dans leurs
obligations (et par conséquent dans les critères de leur évaluation, de leur avancement, de leur
rémunération) le fait de « travailler en équipe » et de « rencontrer les parents » : c'est la fameuse
réforme du métier qui instaure notamment les missions particulières et prévoit leur indemnisation
(décret n° 2014-940 du 20 août 2014, au JO du 23), décret auquel s'est ajouté entre-temps le
décret n° 2014-1377 du 18 novembre 2014 (au JO du 20) sur le suivi et l'accompagnement
pédagogique des élèves.
Car les textes constitutionnels français ont défini un système d'enseignement national, qui n'a pour
« socle commun » que la Constitution, et pour « objet commun » que le monde, le monde que,
depuis deux mille ans, organisent les différentes disciplines d'enseignement. Par l'étude de ces
disciplines d'enseignement, et parce qu'elles sont aussi des disciplines de recherche, l'élève
s'instruit à la source.
Au lendemain de la signature, par le Premier ministre, du décret et de l'arrêté portant réforme
du collège, comme citoyens et comme fonctionnaires de l'État, nous proclamons de nouveau
notre attachement à la Constitution de la République française. Nous condamnons les
dispositions paradoxales par lesquelles la loi dite de « refondation de l'École de la République »
du 8 juillet 2013, en son article 13, a soustrait à la Loi la détermination des principes
fondamentaux de l'Enseignement, et a permis la confiscation, au profit du Gouvernement, des
prérogatives du Parlement.
En conséquence, nous demandons la révocation du décret du 19 mai 2015 relatif à l'organisation
des enseignements au collège, ainsi que de l'arrêté du 19 mai 2015 relatif à l'organisation des
enseignements dans les classes de collège. Nous demandons la révocation des textes
réglementaires déjà publiés, notamment du décret du 20 août 2014 dit de « réforme du métier
», du décret du 31 mars 2015 relatif au socle commun, du décret du 18 novembre 2014 relatif au
suivi et à l’accompagnement pédagogique des élèves. Nous demandons l’abrogation de la loi dite
de « Refondation de l'École de la République ».

Pierre BLAZEVIC Geneviève ZEHRINGER
Agrégé de Physique Appliquée Agrégée de philosophie
Professeur des universités Professeur (H)
Directeur de l’ISTY

Merci ! fleurs

_________________
Chuis comme les plantes sans eau : sans grec ni latin, j'me dessèche.

ON DIT CHOCOLATINE, PHILISTINS !

AsarteLilith
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par PauvreYorick le Jeu 28 Mai 2015 - 14:36

Merci à tous les deux fleurs

C'est effectivement un excellent texte.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par kerangelo le Jeu 28 Mai 2015 - 18:01

Moi j'aime bien le terme "révoquer" ça fait tout de suite plus sérieux (car société des agrégés tout de même !). Moi je connaissais, petitement, "révoquer une personne de sa fonction" mais révoquer un texte... ?

kerangelo
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par Daphné le Jeu 28 Mai 2015 - 18:22

@kerangelo a écrit:Moi j'aime bien le terme "révoquer" ça fait tout de suite plus sérieux (car société des agrégés tout de même !). Moi je connaissais, petitement, "révoquer une personne de sa fonction" mais révoquer un texte... ?

Pour un texte ou une loi je pensais qu'on utilisait abroger/abrogation.
Et que le terme révoquer/révocation était réservé au personnes.

Mais la Société des agrégés doit savoir de quoi elle parle, je lui fais confiance.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par saun le Jeu 28 Mai 2015 - 18:29

Attention, M. Blazevic est un peu (beaucoup en lutte) pour piquer la tête de la société des agrégés à la présidente.... Donc ne pas associer M. Blazevic à la position de la société des agrégés.

J'approuve plutôt (et pas qu'un peu) la position de M. Blazevic!

saun
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par darty33 le Jeu 28 Mai 2015 - 21:43

Tous les textes de la Société des agrégés se trouvent sur son site www.societedesagreges.net, sur sa page Facebook ou son compte Twitter. La présidente, Blanche Lochmann, est la seule porte-parole de l'association. Si vous voulez des infos sur la Société, vous pouvez la contacter : http://www.societedesagreges.net/association/?&mailform

darty33
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Mais pourquoi s'affole-t-on?

Message par Télémaque le Ven 5 Juin 2015 - 18:47

Merci beaucoup darty33.

Mais pourquoi s'affole-t-on si c'est une réforme cosmétique? Réforme cosmétique du collège

Télémaque

Télémaque
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par saun le Jeu 9 Juil 2015 - 11:14

Bonjour,

Pierre BLAZEVIC et Geneviève ZEHRINGER vont déposer une requête au conseil d'état (pour transmission au conseil constitutionnel) par l'intermédiaire de Maître Jorion afin (de tenter) d'obtenir la révocation du texte de la réforme (en fait plus largement, toute la loi Peillon de refondation).
Nous sommes quelques enseignants à porter cette requête mais plus nous serons à la porter, mieux ça sera. Elle sera déposée avant le 21 juillet 2015....

Contacter moi en privé pour que je diffuse une adresse mail et un numéro de téléphone pour prendre contact si vous voulez vous joindre à nous. (Aucun frais à votre charge)

Ca vaut le coup de tenter....

saun
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par Marcel Khrouchtchev le Jeu 9 Juil 2015 - 11:19

@Daphné a écrit:
@kerangelo a écrit:Moi j'aime bien le terme "révoquer" ça fait tout de suite plus sérieux (car société des agrégés tout de même !). Moi je connaissais, petitement, "révoquer une personne de sa fonction" mais révoquer un texte... ?

Pour un texte ou une loi je pensais qu'on utilisait abroger/abrogation.
Et que le terme révoquer/révocation était réservé au personnes.

Mais la Société des agrégés doit savoir de quoi elle parle, je lui fais confiance.

On a bien révoqué l'édit de Nantes Wink

Quant à la Société des agrégés, quel courage de monter au créneau pour défendre le collège dans lequel elle ne veut pas que les agrégés aillent! Chapeau.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par WabiSabi le Jeu 9 Juil 2015 - 14:47

@Ascagne a écrit:Merci pour les textes !
Au passage : pensez-vous qu'adhérer à la société des agrégés soit intéressant (si l'on n'enseigne pas - pour l'instant du moins - dans le secondaire ; après, peut-être est-ce intéressant en prévision d'un éventuel poste dans le secondaire) ? Ou adhérer à l'une des associations de défense des lettres (mais laquelle ? SEL ? L'APL ? Sauver les lettres ?) ?

Eh bien ça tombe plutôt bien Ascagne, puisque l'intitulé complet de l'association est "Société des Agrégés de l'Université" Wink Donc inutile d'être spécifiquement en service dans le secondaire, l'association regroupe tous les agrégés qui veulent y adhérer, point.

Pour rebondir sur ce que disait saun : je suis pas du tout au fait des luttes internes de la SDAU, mais il me semble que Blanche Lochmann avait très ostensiblement pris fait et cause contre la réforme du collège, par le biais d'un communiqué mais aussi d'une tribune presse, au moins, si ma mémoire est bonne. Disons donc que leur lutte interne ne portera pas essentiellement sur leur amour respectif pour ce projet! ^^

@MarcelK. : je n'arrive pas à décider si votre dernière phrase est ironique ou non... Smile

Edit : d'ailleurs voilà les textes en question!

_________________
"De duobus malis, minus est semper eligendum."

"Plus je travaille moins, moins je glande plus. C'est shadokien."
Lefteris


T1 ('16-'17) : TZR AFA Collège, 2 5e + 2 4e
Stage ('15-'16) : Lycée GT, 1 2de + 1 1re S

WabiSabi
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par Samuel DM le Jeu 9 Juil 2015 - 20:05

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
Quant à la Société des agrégés, quel courage de monter au créneau pour défendre le collège dans lequel elle ne veut pas que les agrégés aillent! Chapeau.

Elle ne concerne pas uniquement le collège puisque l'application de la réforme et celle des programme sur toutes les classes sera appliquée à la rentrée 2016. En 2017 les troisièmes iront en seconde...

@WabiSabi a écrit:
Eh bien ça tombe plutôt bien Ascagne, puisque l'intitulé complet de l'association est "Société des Agrégés de l'Université" Wink Donc inutile d'être spécifiquement en service dans le secondaire, l'association regroupe tous les agrégés qui veulent y adhérer, point.

Pour compléter la réponse, voilà le lien wikipedia. On peut y lire que c'est une désignation héritée de l'Ancien Régime et qui est restée longtemps en vigueur, probablement au moins jusqu'en 1914, date de création de l'association.

Samuel DM
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Communiqué de deux membres de la Société des Agrégés : "Pourquoi la réforme du collège doit être révoquée..." (20/05/2015)

Message par amour le Jeu 9 Juil 2015 - 20:11

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Daphné a écrit:
@kerangelo a écrit:Moi j'aime bien le terme "révoquer" ça fait tout de suite plus sérieux (car société des agrégés tout de même !). Moi je connaissais, petitement, "révoquer une personne de sa fonction" mais révoquer un texte... ?

Pour un texte ou une loi je pensais qu'on utilisait abroger/abrogation.
Et que le terme révoquer/révocation était réservé au personnes.

Mais la Société des agrégés doit savoir de quoi elle parle, je lui fais confiance.

On a bien révoqué l'édit de Nantes Wink

Quant à la Société des agrégés, quel courage de monter au créneau pour défendre le collège dans lequel elle ne veut pas que les agrégés aillent! Chapeau.

En l'espèce elle ne fait qu'appuyer ce que préconisent les décrets, vous le savez bien Marcel Kroutchev. Et puis un collégien étant amené à être lycéen, tout comme un écolier, et puis les collègues parlent en leur nom, enfin bref....

amour
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum