Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Message par Bientôtlesud le Dim 31 Mai 2015 - 15:11

@Daphné a écrit:
@hypermnestre a écrit:Merci tous les deux !
Et Sud ? CGT ? SNALC ? SGEN ?

Chaque organisation reçoit son contingent de décharges et les gère comme il l'entend, avec un quota pour les académies et un quota pour le national.
Chaque académie dispose de son quota comme elle l'entend également.

Pour les déchargés nationaux, c'est-à-dire ceux qui doivent aller au MEN, à la DGESCO, à la DGRH, au CSE, au CTM, en audience au Parlement au Sénat etc........... avec la préparation que cela implique, il est difficile selon la discipline de coupler service en établissement et assurer des audiences/présences à Paris sans être souvent absent et donc avoir le CDE et les parents sur le dos, selon la discipline et le l'affectation.

Un collègue qui voit les élèves une fois par semaine par exemple - disciplines artistiques, sciences physiques ou SVT en collège, techno.... - peut concentrer son service sur une journée et être disponible le reste de la semaine par exemple.
Un collègue de LV, maths ou lettres ne pourra pas le faire.

Différence encore entre un collègue en poste à Paris ou en RP qui peut facilement aller au MEN sur une demi-journée et rattraper éventuellement une heure ou deux de temps en temps et des collègues de province.
Un responsable national en poste à Toulouse ou Nice qui devrait monter à Paris - aux frais du syndicat - deux ou trois fois par semaine en assurant ses cours ça me parait difficile.
Tout se fait donc au cas par cas.

Il y a donc des déchargés totaux au SNALC.

Bientôtlesud
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Message par Bientôtlesud le Dim 31 Mai 2015 - 15:20

@hypermnestre a écrit:Merci tous les deux !
Et Sud ? CGT ? SNALC ? SGEN ?

Pour être totalement transparent, tu as un deuxième type de syndicalistes qui peuvent se retrouver en dehors de leur établissement pour une très longue durée.
Ces collègues ne possèdent aucune décharge de la part de leur syndicat mais ils cumulent les mandats de commissaire paritaire national et académique.
Ils sont ainsi exemptés, s'ils le désirent, de leur service par l’administration (et non par leur syndicat, la source de la décharge n'est pas la même) très souvent de début janvier jusqu'à la fin de l'année scolaire, ceci afin d'assister à toutes les commissions (nationales et académiques). Ces collègues sont donc dans leur établissement de septembre à début janvier, puis sont remplacés par un TZR ou un non-titulaire. Cela peut se produire plusieurs années de manière consécutive. Bien sûr, ces collègues peuvent également bénéficier de décharges de la part de leur syndicat (même si cela représente un "gaspillage de moyens" pour le syndicat)

Bientôtlesud
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Message par Daphné le Dim 31 Mai 2015 - 15:34

@Bientôtlesud a écrit:
@Daphné a écrit:
@hypermnestre a écrit:Merci tous les deux !
Et Sud ? CGT ? SNALC ? SGEN ?

Chaque organisation reçoit son contingent de décharges et les gère comme il l'entend, avec un quota pour les académies et un quota pour le national.
Chaque académie dispose de son quota comme elle l'entend également.

Pour les déchargés nationaux, c'est-à-dire ceux qui doivent aller au MEN, à la DGESCO, à la DGRH, au CSE, au CTM, en audience au Parlement au Sénat etc........... avec la préparation que cela implique, il est difficile selon la discipline de coupler service en établissement et assurer des audiences/présences à Paris sans être souvent absent et donc avoir le CDE et les parents sur le dos, selon la discipline et le l'affectation.

Un collègue qui voit les élèves une fois par semaine par exemple - disciplines artistiques, sciences physiques ou SVT en collège, techno.... - peut concentrer son service sur une journée et être disponible le reste de la semaine par exemple.
Un collègue de LV, maths ou lettres ne pourra pas le faire.

Différence encore entre un collègue en poste à Paris ou en RP qui peut facilement aller au MEN sur une demi-journée et rattraper éventuellement une heure ou deux de temps en temps et des collègues de province.
Un responsable national en poste à Toulouse ou Nice qui devrait monter à Paris - aux frais du syndicat - deux ou trois fois par semaine en assurant ses cours ça me parait difficile.
Tout se fait donc au cas par cas.

Il y a donc des déchargés totaux au SNALC.

Oui.
Il y en a quelques uns, surtout que peu nombreux, ils cumulent plusieurs casquettes.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Message par Daphné le Dim 31 Mai 2015 - 15:38

@Bientôtlesud a écrit:
@hypermnestre a écrit:Merci tous les deux !
Et Sud ? CGT ? SNALC ? SGEN ?

Pour être totalement transparent, tu as un deuxième type de syndicalistes qui peuvent se retrouver en dehors de leur établissement pour une très longue durée.
Ces collègues ne possèdent aucune décharge de la part de leur syndicat mais ils cumulent les mandats de commissaire paritaire national et académique.
Ils sont ainsi exemptés, s'ils le désirent, de leur service par l’administration (et non par leur syndicat, la source de la décharge n'est pas la même) très souvent de début janvier jusqu'à la fin de l'année scolaire, ceci afin d'assister à toutes les commissions (nationales et académiques). Ces collègues sont donc dans leur établissement de septembre à début janvier, puis sont remplacés par un TZR ou un non-titulaire. Cela peut se produire plusieurs années de manière consécutive. Bien sûr, ces collègues peuvent également bénéficier de décharges de la part de leur syndicat (même si cela représente un "gaspillage de moyens" pour le syndicat)

En effet, d'où le fait que ces collègues sont souvent absents et qu'il arrive un moment où le CDE préfère les voir en décharge totale, surtout si en plus le reste du temps ils sont convoqués dans d'autres instances nationales.

C'est ce que j'appelle avoir plusieurs casquettes.
Il arrive un moment où on ne peut pas être au four et au moulin.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Message par Bientôtlesud le Dim 31 Mai 2015 - 15:48

@Daphné a écrit:
En effet, d'où le fait que ces collègues sont souvent absents et qu'il arrive un moment où le CDE préfère les voir en décharge totale, surtout si en plus le reste du temps ils sont convoqués dans d'autres instances nationales.

C'est ce que j'appelle avoir plusieurs casquettes.
Il arrive un moment où on ne peut pas être au four et au moulin.

C'est un choix, on peut aussi éviter ce genre de cumul de casquettes, pour des raisons comptables (gaspillage de décharge) mais aussi politiques : on a ainsi davantage d'individus (même si moins déchargés), ce qui favorise la formation syndicale interne et permet de remplacer les absences de militants clés ayant un "monopole de compétences".

Bientôtlesud
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Message par Daphné le Dim 31 Mai 2015 - 15:53

@Bientôtlesud a écrit:
@Daphné a écrit:
En effet, d'où le fait que ces collègues sont souvent absents et qu'il arrive un moment où le CDE préfère les voir en décharge totale, surtout si en plus le reste du temps ils sont convoqués dans d'autres instances nationales.

C'est ce que j'appelle avoir plusieurs casquettes.
Il arrive un moment où on ne peut pas être au four et au moulin.

C'est un choix, on peut aussi éviter ce genre de cumul de casquettes, pour des raisons comptables (gaspillage de décharge) mais aussi politiques : on a ainsi davantage d'individus (même si moins déchargés), ce qui favorise la formation syndicale interne et permet de remplacer les absences de militants clés ayant un "monopole de compétences".

Encore faut-il avoir des individus, comme tu dis, qui souhaitent être déchargés
Ben oui ! Ce n'est pas toujours facile.
Parce que les décharges ne couvrent pas tout, loin de là.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Message par Bientôtlesud le Dim 31 Mai 2015 - 16:02

@Daphné a écrit:

Encore faut-il avoir des individus, comme tu dis, qui souhaitent être déchargés
Ben oui ! Ce n'est pas toujours facile.
Parce que les décharges ne couvrent pas tout, loin de là.

C'est vrai.
Le plus dur psychologiquement pour un collègue est de passer de 0 décharge à une décharge (peu importe le nombre d'heures). C'est quelque chose qui n'est pas simple à appréhender, le regard des collègues dans l'établissement change forcément (et très souvent dans le mauvais sens) quand on en prend une.
Là où je comprends les critiques, c'est quand la décharge totale bloque le poste durant des années, avec des personnels provisoires tous les ans. J'ai connu cela avec un CPE, ce n'est pas simple pour l'établissement.

Bientôtlesud
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Auditions au Sénat : table ronde sur la réforme du collège avec les représentants des syndicats d'enseignants

Message par Daphné le Dim 31 Mai 2015 - 16:27

@Bientôtlesud a écrit:
@Daphné a écrit:

Encore faut-il avoir des individus, comme tu dis, qui souhaitent être déchargés
Ben oui ! Ce n'est pas toujours facile.
Parce que les décharges ne couvrent pas tout, loin de là.

C'est vrai.
Le plus dur psychologiquement pour un collègue est de passer de 0 décharge à une décharge (peu importe le nombre d'heures). C'est quelque chose qui n'est pas simple à appréhender, le regard des collègues dans l'établissement change forcément (et très souvent dans le mauvais sens) quand on en prend une.

Oui je sais : déchargé = glandeur pour beaucoup !
J'ai même dû mettre les poinst sur les I avec un CDE : plus ma décharge augmentait, plus il s'étalait pour l'EDT  Laughing


Là où je comprends les critiques, c'est quand la décharge totale bloque le poste durant des années, avec des personnels provisoires tous les
ans. J'ai connu cela avec un CPE, ce n'est pas simple pour l'établissement.

Maintenant ça sert surtout de support stagiaire, comme les postes libérés par les départs en retraite.


Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum