Dépistage dyspraxie

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dépistage dyspraxie

Message par Dalva le Ven 5 Juin - 13:03

Bonjour à tous,

Je pensais envoyer un message privé à Ronin qui, je crois, travaille dans un CAMPS (mais j'ai peut-être mal compris !), mais je me dis que, d'une part, ma question pourrait intéresser d'autres personnes et que, d'autre part, d'autres pourront peut-être me répondre.

Alors voilà.
Ma question est la suivante : comment faire dépister une éventuelle dyspraxie ? Où m'adresser ?

Je vous explique pourquoi je me pose cette question.

Ma fille de 12 ans est d'une maladresse extrême.
En ce qui me concerne, ça ne m'a jamais gênée outre mesure, il est vrai que je me suis énervée à plusieurs reprises à table mais je vois bien qu'elle n'y peut rien et j'ai fini par simplement lui rappeler régulièrement de faire attention (vêtements systématiquement tachés, verres et bouteilles renversés, couverts qui tombent, manches dans l'assiette, etc.).
Elle en souffre néanmoins car son père ne lui passe rien et j'ai l'impression que moins elle a confiance en elle, pire c'est.

Par ailleurs, je sais qu'elle fait des efforts.
Elle se sait très lente et ne supporte pas le stress des "coups de bourre du matin". Du coup, elle se lève la première à la maison pour être prête très tôt, sans nous avoir sur le dos, et pour pouvoir tout faire à son rythme, c'est-à-dire lentement mais correctement.

Son écriture n'est pas très jolie, mais je ne saurais évaluer cela, car je suis très exigeante à ce sujet, donc c'est peut-être ma perception à moi qui me fait dire qu'elle écrit mal.

Elle tient ses couverts bizarrement.

Depuis quelques temps, je réalise que je pourrais mettre cette maladresse en relation avec d'autres choses :
- très mauvaise prononciation (on ne la comprend pas quand elle parle, elle se force vraiment pour articuler quand nous la reprenons)
- mauvaise orthographe alors qu'elle connaît les règles et voit les fautes dans les écrits des autres (et dans les siens après coup)
- première de sa classe dans toutes les matières littéraires, bonne dans les matières scientifiques (mais la géométrie est une catastrophe du point de vue du soin, elle peut recommencer dix fois une figure ce ne sera jamais parfait), moins bonne note de la classe en volley-ball.
C'est à la vue de cette note que j'ai commencé à me poser des questions au-delà de la maladresse ou du manque de soin : j'ai demandé à son professeur d'EPS ce qui n'allait pas, croyant me souvenir qu'en EPS, on est aussi noté en fonction de ses capacités et de ses progrès entre ce qu'on sait faire au début et ce qu'on sait faire à la fin. Il m'a expliqué, tout désolé, que c'était vraiment injuste pour A. qui se donnait à fond, était très motivée, mais n'y arrivait tout simplement pas, gros problème de synchronisation, il faut penser à trop de choses en même temps au volley pour y arriver (déplacements, position des mains, mouvement du corps en même temps, conscience de la position de chaque membre de l'équipe, trajectoire de la balle à évaluer et à initier, etc. : je connais, j'étais en équipe régionale de volley moi-même...) (c'est un comble...).

Et puis quand on la regarde marcher, on lui trouve toujours de la grâce, avec ses grands gestes évanescents, comme si elle ne savait pas vraiment que ses mains étaient là, ça monte, ça descend, ça plane...

Bref.

Puisqu'elle s'en sort, qu'elle a l'air de compenser toute seule, ça ne m'inquiète pas plus que ça, mais je me suis mise tout à coup à penser à sa vie d'adulte : et si elle ne parvenait jamais à passer le permis ? et si elle continuait, toute sa vie, à se tacher, à renverser des trucs à table ? Ce n'est pas grave, mais quand même, c'est une petite souffrance au quotidien. (Sans compter le nombre de fois où elle se cogne et se blesse, chaque semaine...) (petites blessures, hein)


Je ne veux pas à tout prix qu'on dépiste quelque chose, en fait. Je voudrais juste qu'on me dise "oui, il y a quelque chose" et dans ce cas nous pourrons mettre en place ce qu'il faut si c'est nécessaire, ou "non, tout est normal, c'est juste de la maladresse, elle peut continuer à faire des efforts toute seule".
Je voudrais lui éviter une souffrance future dans sa vie d'adulte.
Je ne veux pas que plus tard elle se dise : "mes parents auraient pu, mais ils n'ont rien fait, et maintenant c'est d'autant plus difficile".
avatar
Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Ronin le Ven 5 Juin - 13:05

Je ne vais pas avoir le temps ce week-end mais si tu veux je t'envoie un MP lundi ou mardi.

_________________
avatar
Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Dalva le Ven 5 Juin - 13:16

Merci beaucoup Ronin ! Je veux bien.
J'ai pensé à m'adresser à un CAMPS, mais en fait je pense que le cas d'A. n'est pas une urgence, et ça prendrait la place d'autres enfants (d'autant qu'il y a de l'attente).
Peut-être d'abord à un médecin, mais lequel ?
avatar
Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Dalva le Ven 5 Juin - 13:20

Je précise que je m'inquiète peut-être pour rien, mais à partir de maintenant j'ai décidé d'écouter mes intuitions de maman.
En effet, nous avons consulté plusieurs médecins dont un spécialiste pour ma fille aînée, lorsqu'elle était petite, parce que nous voyions qu'elle avait un problème de pied ou de jambe (se faisait des croche-pieds tout le temps, tombait sans cesse, pas un seul pantalon non troué dans ses tiroirs, blessure grave à cause de ça - recousue deux fois - et elle a une démarche bizarre, bancale).
A chaque fois, on l'a regardée marcher sur deux mètres pour dire que non, tout allait bien.
Aujourd'hui, dix ans plus tard, les problèmes de hanche et de dos commencent. J'aurais dû insister.
Je ne commettrai plus l'erreur d'écouter le diagnostic rapide d'un médecin. S'il faut insister, j'insisterai.
avatar
Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Ajupouet le Ven 5 Juin - 13:30

On dirait ma fille que tu décris (ma deuxième).
Comme elle est bonne élève, je ne m'inquiète pas, et je ne ferai pas le diagnostic.
Et puis ce n'est pas une reconnaissance mdph qui lui donnera le permis.
De toute façon, n'étant pas en échec scolaire, on ne sera pas prioritaire et je ne suis pas sure que le diagnostic sera effctivement posé.

On a découvert qu'une grande partie des problèmes de ma fille venait d'un souci neurovisuel. Alors moi aussi je me suis posé des questions sur comment l'aider, et c'est l'orthoptiste qui l'a fait progresser, et aussi l'orthophoniste ( elle a toujours son défaut de prononciation, mais maintenant on la comprend ce qui n'était pas le cas à l'âge de 4 ans).

Donc, bilans, oui, mais dans quel but?

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.com   - Facebook
avatar
Ajupouet
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par eleonore69 le Ven 5 Juin - 13:39

@Dalva a écrit:Bonjour à tous,

Je pensais envoyer un message privé à Ronin qui, je crois, travaille dans un CAMPS (mais j'ai peut-être mal compris !), mais je me dis que, d'une part, ma question pourrait intéresser d'autres personnes et que, d'autre part, d'autres pourront peut-être me répondre.

Alors voilà.
Ma question est la suivante : comment faire dépister une éventuelle dyspraxie ? Où m'adresser ?

Je vous explique pourquoi je me pose cette question.

Ma fille de 12 ans est d'une maladresse extrême.
En ce qui me concerne, ça ne m'a jamais gênée outre mesure, il est vrai que je me suis énervée à plusieurs reprises à table mais je vois bien qu'elle n'y peut rien et j'ai fini par simplement lui rappeler régulièrement de faire attention (vêtements systématiquement tachés, verres et bouteilles renversés, couverts qui tombent, manches dans l'assiette, etc.).
Elle en souffre néanmoins car son père ne lui passe rien et j'ai l'impression que moins elle a confiance en elle, pire c'est.

Par ailleurs, je sais qu'elle fait des efforts.
Elle se sait très lente et ne supporte pas le stress des "coups de bourre du matin". Du coup, elle se lève la première à la maison pour être prête très tôt, sans nous avoir sur le dos, et pour pouvoir tout faire à son rythme, c'est-à-dire lentement mais correctement.

Son écriture n'est pas très jolie, mais je ne saurais évaluer cela, car je suis très exigeante à ce sujet, donc c'est peut-être ma perception à moi qui me fait dire qu'elle écrit mal.

Elle tient ses couverts bizarrement.

Depuis quelques temps, je réalise que je pourrais mettre cette maladresse en relation avec d'autres choses :
- très mauvaise prononciation (on ne la comprend pas quand elle parle, elle se force vraiment pour articuler quand nous la reprenons)
- mauvaise orthographe alors qu'elle connaît les règles et voit les fautes dans les écrits des autres (et dans les siens après coup)
- première de sa classe dans toutes les matières littéraires, bonne dans les matières scientifiques (mais la géométrie est une catastrophe du point de vue du soin, elle peut recommencer dix fois une figure ce ne sera jamais parfait), moins bonne note de la classe en volley-ball.
C'est à la vue de cette note que j'ai commencé à me poser des questions au-delà de la maladresse ou du manque de soin : j'ai demandé à son professeur d'EPS ce qui n'allait pas, croyant me souvenir qu'en EPS, on est aussi noté en fonction de ses capacités et de ses progrès entre ce qu'on sait faire au début et ce qu'on sait faire à la fin. Il m'a expliqué, tout désolé, que c'était vraiment injuste pour A. qui se donnait à fond, était très motivée, mais n'y arrivait tout simplement pas, gros problème de synchronisation, il faut penser à trop de choses en même temps au volley pour y arriver (déplacements, position des mains, mouvement du corps en même temps, conscience de la position de chaque membre de l'équipe, trajectoire de la balle à évaluer et à initier, etc. : je connais, j'étais en équipe régionale de volley moi-même...) (c'est un comble...).

Et puis quand on la regarde marcher, on lui trouve toujours de la grâce, avec ses grands gestes évanescents, comme si elle ne savait pas vraiment que ses mains étaient là, ça monte, ça descend, ça plane...

Bref.

Puisqu'elle s'en sort, qu'elle a l'air de compenser toute seule, ça ne m'inquiète pas plus que ça, mais je me suis mise tout à coup à penser à sa vie d'adulte : et si elle ne parvenait jamais à passer le permis ? et si elle continuait, toute sa vie, à se tacher, à renverser des trucs à table ? Ce n'est pas grave, mais quand même, c'est une petite souffrance au quotidien. (Sans compter le nombre de fois où elle se cogne et se blesse, chaque semaine...) (petites blessures, hein)


Je ne veux pas à tout prix qu'on dépiste quelque chose, en fait. Je voudrais juste qu'on me dise "oui, il y a quelque chose" et dans ce cas nous pourrons mettre en place ce qu'il faut si c'est nécessaire, ou "non, tout est normal, c'est juste de la maladresse, elle peut continuer à faire des efforts toute seule".
Je voudrais lui éviter une souffrance future dans sa vie d'adulte.
Je ne veux pas que plus tard elle se dise : "mes parents auraient pu, mais ils n'ont rien fait, et maintenant c'est d'autant plus difficile".

Mon fils est dyspraxique, alors:
bilan en ergothérapie + neuropédiatre...

eleonore69
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par eleonore69 le Ven 5 Juin - 13:43

@Dalva a écrit:Bonjour à tous,

Je pensais envoyer un message privé à Ronin qui, je crois, travaille dans un CAMPS (mais j'ai peut-être mal compris !), mais je me dis que, d'une part, ma question pourrait intéresser d'autres personnes et que, d'autre part, d'autres pourront peut-être me répondre.

Alors voilà.
Ma question est la suivante : comment faire dépister une éventuelle dyspraxie ? Où m'adresser ?

Je vous explique pourquoi je me pose cette question.

Ma fille de 12 ans est d'une maladresse extrême.
En ce qui me concerne, ça ne m'a jamais gênée outre mesure, il est vrai que je me suis énervée à plusieurs reprises à table mais je vois bien qu'elle n'y peut rien et j'ai fini par simplement lui rappeler régulièrement de faire attention (vêtements systématiquement tachés, verres et bouteilles renversés, couverts qui tombent, manches dans l'assiette, etc.).
Elle en souffre néanmoins car son père ne lui passe rien et j'ai l'impression que moins elle a confiance en elle, pire c'est.

Par ailleurs, je sais qu'elle fait des efforts.
Elle se sait très lente et ne supporte pas le stress des "coups de bourre du matin". Du coup, elle se lève la première à la maison pour être prête très tôt, sans nous avoir sur le dos, et pour pouvoir tout faire à son rythme, c'est-à-dire lentement mais correctement.

Son écriture n'est pas très jolie, mais je ne saurais évaluer cela, car je suis très exigeante à ce sujet, donc c'est peut-être ma perception à moi qui me fait dire qu'elle écrit mal.

Elle tient ses couverts bizarrement.

Depuis quelques temps, je réalise que je pourrais mettre cette maladresse en relation avec d'autres choses :
- très mauvaise prononciation (on ne la comprend pas quand elle parle, elle se force vraiment pour articuler quand nous la reprenons)
- mauvaise orthographe alors qu'elle connaît les règles et voit les fautes dans les écrits des autres (et dans les siens après coup)
- première de sa classe dans toutes les matières littéraires, bonne dans les matières scientifiques (mais la géométrie est une catastrophe du point de vue du soin, elle peut recommencer dix fois une figure ce ne sera jamais parfait), moins bonne note de la classe en volley-ball.
C'est à la vue de cette note que j'ai commencé à me poser des questions au-delà de la maladresse ou du manque de soin : j'ai demandé à son professeur d'EPS ce qui n'allait pas, croyant me souvenir qu'en EPS, on est aussi noté en fonction de ses capacités et de ses progrès entre ce qu'on sait faire au début et ce qu'on sait faire à la fin. Il m'a expliqué, tout désolé, que c'était vraiment injuste pour A. qui se donnait à fond, était très motivée, mais n'y arrivait tout simplement pas, gros problème de synchronisation, il faut penser à trop de choses en même temps au volley pour y arriver (déplacements, position des mains, mouvement du corps en même temps, conscience de la position de chaque membre de l'équipe, trajectoire de la balle à évaluer et à initier, etc. : je connais, j'étais en équipe régionale de volley moi-même...) (c'est un comble...).

Et puis quand on la regarde marcher, on lui trouve toujours de la grâce, avec ses grands gestes évanescents, comme si elle ne savait pas vraiment que ses mains étaient là, ça monte, ça descend, ça plane...

Bref.

Puisqu'elle s'en sort, qu'elle a l'air de compenser toute seule, ça ne m'inquiète pas plus que ça, mais je me suis mise tout à coup à penser à sa vie d'adulte : et si elle ne parvenait jamais à passer le permis ? et si elle continuait, toute sa vie, à se tacher, à renverser des trucs à table ? Ce n'est pas grave, mais quand même, c'est une petite souffrance au quotidien. (Sans compter le nombre de fois où elle se cogne et se blesse, chaque semaine...) (petites blessures, hein)


Je ne veux pas à tout prix qu'on dépiste quelque chose, en fait. Je voudrais juste qu'on me dise "oui, il y a quelque chose" et dans ce cas nous pourrons mettre en place ce qu'il faut si c'est nécessaire, ou "non, tout est normal, c'est juste de la maladresse, elle peut continuer à faire des efforts toute seule".
Je voudrais lui éviter une souffrance future dans sa vie d'adulte.
Je ne veux pas que plus tard elle se dise : "mes parents auraient pu, mais ils n'ont rien fait, et maintenant c'est d'autant plus difficile".


C'est une bonne attitude... Mon fils l'est comme je l'ai indiqué parce que je le suis probablement... mais pas diagnostiquée..
Il faut dire que c'était une autre époque..
J'ai toujours été maladroite, mauvaise en dessin, en eMt, en eps, écriture peu lisible... De grandes difficultés de coordination... D'où de grandes difficultés pour le permis de conduire que je n'ai jamais eu, en faite...

eleonore69
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Dalva le Ven 5 Juin - 13:52

Merci eleonore69, je note et attends également l'avis éclairé de Ronin.

Ajupouet, tu réponds toi-même à ta propre question. Bilan pour quoi faire ? Eh bien déjà pour faire ce que tu as fait avec ta fille, si on me dit que ça peut l'aider, orthoptie, orthophonie...
Pour le permis, la question n'est pas de la faire reconnaître par la mdph, je sais déjà qu'elle n'en relève pas (quoique, si elle est dans l'incapacité de passer un examen en raison d'un handicap... mais bref) mais de se préparer : quel intérêt pour elle de le passer quatre fois, d'être confrontée à ce coût et à ces échecs répétés, si elle peut se préparer à l'avance à devoir s'organiser autrement ?
Cela ne l'empêcherait pas de le tenter, d'ailleurs.

Il n'y a pas que le permis : il est question aussi de choisir après la 3e une orientation réaliste, car elle souhaite intégrer une filière orientée design dès la seconde - ce qui me semble peu adapté à ce que j'ai décrit, mais qui correspond tout à fait à ce qu'elle EST.
avatar
Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par eleonore69 le Ven 5 Juin - 15:54

Mon fils a une reconnaissance MDPH, ce qui lui a permis d'avoir une avs...
En grande section de maternelle il n'arrivait pas à écrire, dessiner... Après plus d'un an d'ergothérapie, il a beaucoup progressé mais il reste lent et fatigable.. J'ajoute qu'il fait également de la psychomotricité...

eleonore69
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Dalva le Ven 5 Juin - 16:35

Oui, c'est justement pour cela que je ne suis pas sûre qu'A. ne soit pas "tout bêtement" maladroite : elle parvient à assurer sa scolarité et sa vie malgré tout.
Je veux juste éviter que ça ne se complique par la suite, et aussi, peut-être, lui permettre de ne pas se trouver nulle. Ce qu'elle n'est pas.
avatar
Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Eloah le Ven 5 Juin - 21:44

@Dalva a écrit:
Peut-être d'abord à un médecin, mais lequel ?

Dans notre cas, c'est l'instit de GS qui a eu des doutes et nous en a fait part. J'ai pris RDV chez le pédiatre pour lui en parler, il a fait un test rapide d'équilibre et a prescrit une batterie de tests dans un CHU spécialisé. Nous avons eu RDV 15 mois plus tard environ, ma fille a été testée par un neuropédiatre, un psychomotricien, un pédopsy et elle a fait un électro-encéphalogramme (tout cela le même jour, d'où l'intérêt d'aller dans ce genre de centre de dépistage) où le diagnostic a été posé.

Ta fille a-t-elle du mal à s’habiller, à faire ses lacets ?

Bon courage !

@eleonore69 a écrit:
Mon fils l'est comme je l'ai indiqué parce que je le suis probablement
:confused:
avatar
Eloah
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Dalva le Sam 6 Juin - 7:14

Bonjour Eloah,
merci pour ta réponse précise.

Non, A. n'a pas du mal à s'habiller mais elle a 12 ans, et je ne me souviens plus trop comment c'était quand elle était petite. Il faut dire que, étant maladivement en retard en ce qui me concerne, j'ai longtemps habillé moi-même les enfants en quatrième vitesse le matin.
En revanche, elle est très lente et vérifie tout, je sais que ça la panique si elle doit prendre des chaussures à lacets (elle est souvent la dernière à sortir du vestiaire après le sport et arrive en retard au cours suivant ; en 6e j'ai découvert qu'elle remettait direct son pantalon au-dessus de son vêtement de sport pour gagner du temps).
Elle sait faire ses lacets.

Je sais qu'elle ne serait de toute façon pas dyspraxique d'une manière sévère, mais je me dis qu'il existe peut-être différents degrés et différentes formes, comme c'est le cas pour les dyslexies, pour les EIP, pour les troubles autistiques, etc.
avatar
Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par eleonore69 le Sam 6 Juin - 7:30

@Dalva a écrit:Bonjour Eloah,
merci pour ta réponse précise.

Non, A. n'a pas du mal à s'habiller mais elle a 12 ans, et je ne me souviens plus trop comment c'était quand elle était petite. Il faut dire que, étant maladivement en retard en ce qui me concerne, j'ai longtemps habillé moi-même les enfants en quatrième vitesse le matin.
En revanche, elle est très lente et vérifie tout, je sais que ça la panique si elle doit prendre des chaussures à lacets (elle est souvent la dernière à sortir du vestiaire après le sport et arrive en retard au cours suivant ; en 6e j'ai découvert qu'elle remettait direct son pantalon au-dessus de son vêtement de sport pour gagner du temps).
Elle sait faire ses lacets.

Je sais qu'elle ne serait de toute façon pas dyspraxique d'une manière sévère, mais je me dis qu'il existe peut-être différents degrés et différentes formes, comme c'est le cas pour les dyslexies, pour les EIP, pour les troubles autistiques, etc.


En effet, il existe différents degrés...

eleonore69
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par eleonore69 le Sam 6 Juin - 7:32

@Eloah a écrit:
@Dalva a écrit:
Peut-être d'abord à un médecin, mais lequel ?

Dans notre cas, c'est l'instit de GS qui a eu des doutes et nous en a fait part. J'ai pris RDV chez le pédiatre pour lui en parler, il a fait un test rapide d'équilibre et a prescrit une batterie de tests dans un CHU spécialisé. Nous avons eu RDV 15 mois plus tard environ, ma fille a été testée par un neuropédiatre, un psychomotricien, un pédopsy et elle a fait un électro-encéphalogramme (tout cela le même jour, d'où l'intérêt d'aller dans ce genre de centre de dépistage) où le diagnostic a été posé.

Ta fille a-t-elle du mal à s’habiller, à faire ses lacets ?

Bon courage !

@eleonore69 a écrit:
Mon fils l'est comme je l'ai indiqué parce que je le suis probablement
:confused:


Oui, causes génétiques et héréditaires  en majorité...

eleonore69
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par tetelleriv le Sam 6 Juin - 16:03

Bonjour Dalva, ta fille semble présenter, en effet, un certain nombre de signes évidents de dyspraxie, dont la dyspraxie bucco-faciale. Tu as raison de vouloir un diagnostic car c'est très important pour ta fille qui ne doit pas comprendre pourquoi elle est si maladroite.
C'est terrible pour l'estime de soi. Une chance, c'est qu'elle compense très bien grâce à une intelligence certainement supérieure à la moyenne. Pour un diagnostic de dyspraxie, il te faudra des bilans pluridisciplinaires, c'est très lourd mais nécessaire.
Donc bilan d'une psychomotricienne, d'une orthoptiste (surtout, il faut qu'elle soit spécialisée en neurovision, sinon, elle risque de ne rien voir), d'une orthophoniste, d'une neuropsychologue et d'un ergothérapeute. Une fois tous ces bilans réalisés, tu pourras voir un neuropédiatre qui posera le diagnostic. Ces bilans coutent cher, mais sont indispensables. Tu peux passer par le milieu hospitalier, mais il y a souvent beaucoup d'attente. N'hésite pas à prendre contact avec les associations DMF et DFD qui pourront te conseiller des spécialistes compétents, car ils ne le sont pas tous.
Toutes ces démarches font peur, car c'est lourd, mais ce sera une vrai libération pour ta fille. Le danger est qu'elle soit trop souvent en double tâche et qu'elle passe à côté de certains apprentissages, qu'elle s'épuise. Ainsi, ta fille pourra bénéficier d'aménagements qui pourront la soulager de cette surcharge cognitive.
Courage
Estelle, Maman d'un garçon de 13 ans dyspraxique.

tetelleriv
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par tetelleriv le Sam 6 Juin - 16:04

La dyspraxie est en effet souvent génétique ou apparaît chez les enfants prématurés ou ayant eu un trauma crânien.

tetelleriv
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Dalva le Sam 6 Juin - 16:50

Merci pour cette réponse très détaillée, tetelleriv !
avatar
Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Nita le Sam 6 Juin - 17:41

Un bilan orthoptique est remboursé par la sécu, demande une ordonnance à ton médecin.

Sa "maladresse" n'est pas forcément le signe d'une dyspraxie, il faut explorer toutes les pistes.

Est-ce qu'elle pratique un sport, en dehors du collège ? Est-ce qu'elle joue d'un instrument de musique ?
Est-ce que tu es sûre qu'elle emploie bien la "bonne" main ? Cette dernière question parce que je suis une fausse droitière/vraie gauchère contrariée - et latéralisée comme un pavé, en plus....

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Jane le Dim 7 Juin - 6:17

Ma n°2 a été suivie par une psychomotricienne pendant de longs mois; ça a été salvateur, sachant qu'avec un QI très élevé (dyspraxie visuo-spatiale décelée par le test de QI commandé en grande pompe par l'école) elle était incapable, à 7 ans:
-de recopier un texte (lignes courbes, lettres inversées, oublis de mots, graphie épouvantable)
-d'apprendre une leçon (genre 2h pour retenir 4 lignes oubliées en l'espace de 15mn)
-de distinguer sa droite de sa gauche...
entre autres choses.

Elle reste très lente pour apprendre, mais y arrive; se révèle être une catastrophe en maths malgré des efforts incommensurables; ne sait pas lire une carte géographique ni remplir un tableau à double entrée, et encore moins établir un schéma en physique par ex; est extrêmement douée en français et en langues, écrit sans aucune faute (jamais !) d'une jolie écriture certes un peu hachée mais agréable à voir et facile à lire; finalement, elle réussit à compenser ses difficultés car si elle est mauvaise pour accomplir certaines tâches, elle est très sérieuse, ce qui lui permet de sortir du lot. Elle finit sa 3° avec les honneurs et intégrera un excellent lycée pour sa seconde.

Nita, ce que tu écris m'interpelle; car mon mari est gaucher, je suis ambidextre (et pas du tout latéralisée) et 2 de mes enfants sont gauchers, ce qui fait de n°2 la seule droitière de notre famille...

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)
avatar
Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Nita le Dim 7 Juin - 10:04

Découvrir, à trente ans passés, que j'étais gauchère a éclairé bien des épisodes énigmatiques de mon existence... Razz

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Jane le Dim 7 Juin - 10:14

Ah ouais quand même !!!!

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)
avatar
Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Blablatrice occasionnelle le Jeu 18 Juin - 2:37

Vous êtes plusieurs à mentionner un lien entre retard visuo-moteur et défaut de prononciation. J'ai un enfant qui cumule les deux mais je pensais que c'était indépendant (il a aussi l'ICV très supérieur à l'IRP, mais pas de dyspraxie et un bilan psychomoteur dans les normes). Quelqu'un pourrait-il m'éclairer?

Autre question, quelle est l'utilité d'un bilan neuro-visuel? Il n'a pas vraiment besoin d'aménagements scolaires et a déjà eu beaucoup de bilans, donc je ne veux en faire de nouveaux que s'ils mènent à une prise en charge potentiellement efficace.

Merci...

Blablatrice occasionnelle
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par elisa18 le Sam 1 Oct - 10:39

@tetelleriv a écrit:Bonjour Dalva, ta fille semble présenter, en effet, un certain nombre de signes évidents de dyspraxie, dont la dyspraxie bucco-faciale. Tu as raison de vouloir un diagnostic car c'est très important pour ta fille qui ne doit pas comprendre pourquoi elle est si maladroite.
C'est terrible pour l'estime de soi. Une chance, c'est qu'elle compense très bien grâce à une intelligence certainement supérieure à la moyenne. Pour un diagnostic de dyspraxie, il te faudra des bilans pluridisciplinaires, c'est très lourd mais nécessaire.
Donc bilan d'une psychomotricienne, d'une orthoptiste (surtout, il faut qu'elle soit spécialisée en neurovision, sinon, elle risque de ne rien voir), d'une orthophoniste, d'une neuropsychologue et d'un ergothérapeute. Une fois tous ces bilans réalisés, tu pourras voir un neuropédiatre qui posera le diagnostic. Ces bilans coutent cher, mais sont indispensables. Tu peux passer par le milieu hospitalier, mais il y a souvent beaucoup d'attente. N'hésite pas à prendre contact avec les associations DMF et DFD qui pourront te conseiller des spécialistes compétents, car ils ne le sont pas tous.
Toutes ces démarches font peur, car c'est lourd, mais ce sera une vrai libération pour ta fille. Le danger est qu'elle soit trop souvent en double tâche et qu'elle passe à côté de certains apprentissages, qu'elle s'épuise. Ainsi, ta fille pourra bénéficier d'aménagements qui pourront la soulager de cette surcharge cognitive.
Courage
Estelle, Maman d'un garçon de 13 ans dyspraxique.

je suis contente de découvrir ce post, j'avais pour l'instant posté sur le sujets des parents d'enfants hadicapés our avoir des infos.
Mon fils a été "diagnostiqué" TDAH (hyperactif) en 5° par le CMP, qui le prend en charge 1 fois par semaine, notamment pour l'estime de soi.
Mais je n'ai jamais eu de diagnostique direct: c'est le médecin scolaire qui lui a fait un PAP pour cela. Après, il ne faut pas se voiler la face, peu de collègues l'appliquent!
Donc cet été j'ai fait tous les bilan dits par tetelleriv: très important l'orthoptiste spécialisée car j'ai eu du mal à en trouver une, une fois dans le réseau, les spécialistes se connaissent tous, et communiquent facilement les adresses. Les 4 penchent pour de la dyspraxie neuro visuelle. Ca y est, en 4° il commence à décrocher (la prof de français est obligée de lui écrire une partie du cours). J'ai rdv avec le neurologue aux vacances de la Toussaint et j'attends avec impatience son diagnostique car cela déclenchera une prise en charge adaptée. Il a du mal à l'accepter, et moi aussi je pense à son orientation après la 3°: il est suffisamment intelligent pour avoir compensé tout seul, et il ne veut pas entendre parler d'un bac pro.
Où en êtes-vous maintenant?
Bon courage à tous et toutes

elisa18
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Filnydar le Sam 1 Oct - 16:28

Le diagnostic pour ma fille a été posé par le service de médecine de réadaptation à l'hôpital d'enfants : entre les bilans d'orthoptie, d'ergothérapie et psychologique, cela a pris du temps.

Filnydar
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dépistage dyspraxie

Message par Eloah le Sam 1 Oct - 17:01

@elisa18 a écrit: J'ai rdv avec le neurologue aux vacances de la Toussaint et j'attends avec impatience son diagnostique car cela déclenchera une prise en charge adaptée.

Malheureusement, le diagnostic n'entraîne pas forcément de prise en charge immédiate à l'école ... Ma fille a bien été diagnostiquée dyspraxique par un centre spécialisé, elle a un dossier long comme le bras et pourtant la MDPH a rejeté son dossier car elle est aussi précoce ce qui lui permet de compenser ses difficultés dans  certaines matières (mais ni en eps, ni en langues, ni en géométrie !). Quand j'ai téléphoné à la MDPH, on m'a dit qu'il faudra re-faire un dossier quand ses résultats témoigneront de ses difficultés : en d'autres termes, pour le moment elle réussit trop bien, laissons la s'épuiser et décrocher pour l'aider. Suspect Résultat, elle est scolarisée dans un collège privé qui accueille les enfants "à besoins particuliers", comme ils disent. Elle est donc dans une classe qui réunit des enfants sans difficulté particulière, des enfants dys, des enfants précoces et un enfant hyperactif. Les profs sont formés, à leur demande. Elle a toujours des difficultés en langue et en eps mais ça se passe bien, elle se sent comprise et ça change pas mal de choses !
avatar
Eloah
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum