Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 11:14

@MUTIS a écrit:
@MUTIS a écrit:Si certains veulent que le mouvement s'enlise, qu'ils décident une journée de grève supplémentaire en semaine. Bide garanti.
Si vous voulez que ça prenne, lancez une grande mobilisation un dimanche et vient qui veut ! La peur d"une récupération ? C'est une blague ! Tous ceux qui sont contre cette réforme sont les bienvenus. De droite et de gauche. Peu importe. Aux syndicats de mobiliser et aux parents d'élèves. L'UMP n'appelle même pas à manifester actuellement, seul Bayrou...

Voilà ce que j'écrivais en mai quand la grève du 11 juin fut annoncée...
J'ai l'impression qu'elle aura suffit à décourager pas mal de bonnes volontés et aura fait le jeu du gouvernement. De même que la grève du brevet (qui sera un nouveau fiasco).
J'invite à nouveau tous ceux qui sont intéressés à lire les propositions faites au début du fil et à les faire remonter aux syndicats ou à les discuter. Il y a matière à mobilisation là où beaucoup jouent la résignation tranquille et la docilité satisfaite.
Mais cela suppose évidemment qu'on se bouge un peu et qu'on se renseigne. Bravo en tout cas à ceux qui ont eu des initiatives publiques comme guennec et arum. Nous organisons aussi une réunion publique prochainement dans mon établissement et j''espère que d'ici là, l'intersyndicale aura appelé à une mobilisation générale et à une manifestation nationale à la rentrée....

Merci à toi MUTIS. Je propose ici une piste de réflexion supplémentaire :

NVB a bien compris que derrière l’apparente unité syndicale il y a un débat qui n’a pas lieu, un débat tabou, celui sur le collège unique, et elle ne s’est pas gênée pour appuyer là où ça fait mal. Elle qui est pour la fin du collège unique (mais qui fait semblant du contraire) annonce donc la couleur : le collège unique n’est pas vraiment unique parce que, par le biais des options (notamment latin et grec) et des classes bi-langues (et européennes), on y recrée des filières d’excellence, surtout investies, dit-elle, par les enfants des classes « privilégiées » (en fait, par les enfants des classes moyennes, les privilégiés étant inscrits directement dans le privé, sous ou hors contrat).

Que répondre à cela puisque, globalement, c’est la vérité. Grâce aux classes bi-langues (c’est moins vrai pour le latin) le collège parvient à ne pas tout à fait devenir unique … et ça arrange tout le monde : les professeurs parce que ça leur permet d’avoir encore des bonnes classes de temps en temps (de plus en plus rarement) et les parents des classes moyennes, qui n’ont pas à fuir le public pour un privé onéreux.

Or, évidemment, si on est « pour le collège unique » et « pour l’égalité », on ne peut qu’être d’accord avec ça : les classes bi-langues c’est mal.

Je mets de côté le fait que NVB ne se sert de cet argument que pour masquer les intentions réelles de sa réforme (économie, flexibilité, abrutissement des masses populaires, stérilisation de l’histoire …)

Il n’en reste pas moins que son argument porte : soit on est pour l’égalité et contre les classes bi-langues … soit on patauge un peu.

D’où le déplacement symptomatique des revendications : les premiers à protester furent les professeurs d’allemand et de lettres classiques (et ils avaient raison !) Puis les syndicats, un peu gênés, tentèrent d’occuper le terrain en insistant (avec raison eux aussi !) sur la catastrophique « autonomie » des établissements, qui met fin au caractère national de l’éducation « nationale », et, par conséquent, qui annonce la disparition des diplômes (au profit de « livrets de compétences » en tout genre). Sans parler du bazar énorme introduit par la « mise en place » concrète des EPI, qui donnerait lieu à d’interminables et ubuesques « réunions de concertation » (je préfère, quant à moi, aller écouter un concert que de « me concerter » au sujet des EPI).

Il faudra bien pourtant l’avoir, ce débat sur le collège unique, si on veut que le front anti-réforme ait de l'allure …

Il faudra bien, pour convaincre les hésitants, ne plus se contenter de dire : « pas de réforme, des moyens » ou « touchez pas à nos disciplines » ou « touchez pas à nos classes bi-langues ou à notre option latin ». Il faudra bien expliquer quel genre de collège(s) on veut. Ce débat doit avoir lieu entre les syndicats anti-réforme, et entre les professeurs eux-mêmes, qu’ils soient syndiqués ou non. Car, tant que la question restera tabou, NVB pourra en jouer et compter sur notre division.

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par Laepixia le Dim 14 Juin 2015 - 11:29

Non non, il ne faut pas confondre collège unique et collège uniforme.
Personnellement, je suis pour un collège unique mais pas pour un collège uniforme. Je trouve inepte de faire rentrer chaque élève dans un même moule. Les options sont là pour permettre à chaque élève de pouvoir s'épanouir dans un autre domaine que ceux proposés dans le tronc commun.
NVB veut un collège avec un modèle unique pour un élève type. Même si paradoxalement, avec les EPI et les marges et tout çà, ce sera différent dans chaque collège. Mais le principe est unique.

Laepixia
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par Daphné le Dim 14 Juin 2015 - 12:04

@Laepixia a écrit:Non non, il ne faut pas confondre collège unique et collège uniforme.
Personnellement, je suis pour un collège unique mais pas pour un collège uniforme. Je trouve inepte de faire rentrer chaque élève dans un même moule. Les options sont là pour permettre à chaque élève de pouvoir s'épanouir dans un autre domaine que ceux proposés dans le tronc commun.
NVB veut un collège avec un modèle unique pour un élève type. Même si paradoxalement, avec les EPI et les marges et tout çà, ce sera différent dans chaque collège. Mais le principe est unique.

D'où le projet de collège modulaire.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par Gryphe le Dim 14 Juin 2015 - 14:13

guennec a écrit:
derrière l’apparente unité syndicale il y a un débat qui n’a pas lieu, un débat tabou, celui sur le collège unique, et elle ne s’est pas gênée pour appuyer là où ça fait mal. Elle qui est pour la fin du collège unique (mais qui fait semblant du contraire) annonce donc la couleur : le collège unique n’est pas vraiment unique parce que, par le biais des options (notamment latin et grec) et des classes bi-langues (et européennes), on y recrée des filières d’excellence, surtout investies, dit-elle, par les enfants des classes « privilégiées » (en fait, par les enfants des classes moyennes, les privilégiés étant inscrits directement dans le privé, sous ou hors contrat).

Que répondre à cela puisque, globalement, c’est la vérité. Grâce aux classes bi-langues (c’est moins vrai pour le latin) le collège parvient à ne pas tout à fait devenir unique … et ça arrange tout le monde : les professeurs parce que ça leur permet d’avoir encore des bonnes classes de temps en temps (de plus en plus rarement) et les parents des classes moyennes, qui n’ont pas à fuir le public pour un privé onéreux.

Or, évidemment, si on est « pour le collège unique » et « pour l’égalité », on ne peut qu’être d’accord avec ça : les classes bi-langues c’est mal.

Je mets de côté le fait que NVB ne se sert de cet argument que pour masquer les intentions réelles de sa réforme (économie, flexibilité, abrutissement des masses populaires, stérilisation de l’histoire …)

Il n’en reste pas moins que son argument porte : soit on est pour l’égalité et contre les classes bi-langues … soit on patauge un peu.

D’où le déplacement symptomatique des revendications : les premiers à protester furent les professeurs d’allemand et de lettres classiques (et ils avaient raison !) Puis les syndicats, un peu gênés, tentèrent d’occuper le terrain en insistant (avec raison eux aussi !) sur la catastrophique « autonomie » des établissements, qui met fin au caractère national de l’éducation « nationale », et, par conséquent, qui annonce la disparition des diplômes (au profit de « livrets de compétences » en tout genre). Sans parler du bazar énorme introduit par la « mise en place » concrète des EPI, qui donnerait lieu à d’interminables et ubuesques « réunions de concertation » (je préfère, quant à moi, aller écouter un concert que de « me concerter » au sujet des EPI).

Il faudra bien pourtant l’avoir, ce débat sur le collège unique, si on veut que le front anti-réforme ait de l'allure …

Il faudra bien, pour convaincre les hésitants, ne plus se contenter de dire : « pas de réforme, des moyens » ou « touchez pas à nos disciplines » ou « touchez pas à nos classes bi-langues ou à notre option latin ». Il faudra bien expliquer quel genre de collège(s) on veut. Ce débat doit avoir lieu entre les syndicats anti-réforme, et entre les professeurs eux-mêmes, qu’ils soient syndiqués ou non. Car, tant que la question restera tabou, NVB pourra en jouer et compter sur notre division.

Merci guennec pour la richesse de ton analyse.

Cela rejoint quelques réflexions que j'ai ce week-end sur la répartition des options dans mon établissement pour l'année prochaine.
J'"étalerais" bien les options sur davantage de classes, afin d'avoir davantage de locomotives dans toutes les classes.
Mais cela suppose que je puisse dégager quelques heures d'AP pour mettre en barrette sur les options, sinon j'aurai trop de monde en études en même temps (les non-bilangues).
Il me semble qu'une telle proposition serait juste socialement : les bilangues auraient leurs heures de bilangue, les non-bilangues auraient soutien en même temps, et somme toute, feraient aussi des langues, mais à leur rythme (et avec quasi personne en perm' car tout le monde en cours).
Va falloir que j'aille relire notre DHG pour voir si on peut dégager les deux heures d'AP supplémentaires dont j'ai besoin pour ce faire...

Si la réflexion théorique doit précéder la pratique, je persiste cependant à penser qu'une bonne réforme doit être applicable sur le terrain ce qui n'est, à mon sens, pas suffisamment le cas de college2016.
En effet, la LV2 en 5e à 2,5h dont deux cours de 45mn, c'est assez impraticable. (Sans compter que 45mn est supérieur à 0,75x55mn, durée officielle d'une heure de cours en France, mais bon, c 'est encore un autre problème...) humhum

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par philbog le Dim 14 Juin 2015 - 15:59

guennec a écrit:
@MUTIS a écrit:
@MUTIS a écrit:Si certains veulent que le mouvement s'enlise, qu'ils décident une journée de grève supplémentaire en semaine. Bide garanti.
Si vous voulez que ça prenne, lancez une grande mobilisation un dimanche et vient qui veut ! La peur d"une récupération ? C'est une blague ! Tous ceux qui sont contre cette réforme sont les bienvenus. De droite et de gauche. Peu importe. Aux syndicats de mobiliser et aux parents d'élèves. L'UMP n'appelle même pas à manifester actuellement, seul Bayrou...

Voilà ce que j'écrivais en mai quand la grève du 11 juin fut annoncée...
J'ai l'impression qu'elle aura suffit à décourager pas mal de bonnes volontés et aura fait le jeu du gouvernement. De même que la grève du brevet (qui sera un nouveau fiasco).
J'invite à nouveau tous ceux qui sont intéressés à lire les propositions faites au début du fil et à les faire remonter aux syndicats ou à les discuter. Il y a matière à mobilisation là où beaucoup jouent la résignation tranquille et la docilité satisfaite.
Mais cela suppose évidemment qu'on se bouge un peu et qu'on se renseigne. Bravo en tout cas à ceux qui ont eu des initiatives publiques comme guennec et arum. Nous organisons aussi une réunion publique prochainement dans mon établissement et j''espère que d'ici là, l'intersyndicale aura appelé à une mobilisation générale et à une manifestation nationale à la rentrée....

Merci à toi MUTIS. Je propose ici une piste de réflexion supplémentaire :

NVB a bien compris que derrière l’apparente unité syndicale il y a un débat qui n’a pas lieu, un débat tabou, celui sur le collège unique, et elle ne s’est pas gênée pour appuyer là où ça fait mal. Elle qui est pour la fin du collège unique (mais qui fait semblant du contraire) annonce donc la couleur : le collège unique n’est pas vraiment unique parce que, par le biais des options (notamment latin et grec) et des classes bi-langues (et européennes), on y recrée des filières d’excellence, surtout investies, dit-elle, par les enfants des classes « privilégiées » (en fait, par les enfants des classes moyennes, les privilégiés étant inscrits directement dans le privé, sous ou hors contrat).

Que répondre à cela puisque, globalement, c’est la vérité. Grâce aux classes bi-langues (c’est moins vrai pour le latin) le collège parvient à ne pas tout à fait devenir unique … et ça arrange tout le monde : les professeurs parce que ça leur permet d’avoir encore des bonnes classes de temps en temps (de plus en plus rarement) et les parents des classes moyennes, qui n’ont pas à fuir le public pour un privé onéreux.

Or, évidemment, si on est « pour le collège unique » et « pour l’égalité », on ne peut qu’être d’accord avec ça : les classes bi-langues c’est mal.

Je mets de côté le fait que NVB ne se sert de cet argument que pour masquer les intentions réelles de sa réforme (économie, flexibilité, abrutissement des masses populaires, stérilisation de l’histoire …)

Il n’en reste pas moins que son argument porte : soit on est pour l’égalité et contre les classes bi-langues … soit on patauge un peu.

D’où le déplacement symptomatique des revendications : les premiers à protester furent les professeurs d’allemand et de lettres classiques (et ils avaient raison !) Puis les syndicats, un peu gênés, tentèrent d’occuper le terrain en insistant (avec raison eux aussi !) sur la catastrophique « autonomie » des établissements, qui met fin au caractère national de l’éducation « nationale », et, par conséquent, qui annonce la disparition des diplômes (au profit de « livrets de compétences » en tout genre). Sans parler du bazar énorme introduit par la « mise en place » concrète des EPI, qui donnerait lieu à d’interminables et ubuesques « réunions de concertation » (je préfère, quant à moi, aller écouter un concert que de « me concerter » au sujet des EPI).

Il faudra bien pourtant l’avoir, ce débat sur le collège unique, si on veut que le front anti-réforme ait de l'allure …

Il faudra bien, pour convaincre les hésitants, ne plus se contenter de dire : « pas de réforme, des moyens » ou « touchez pas à nos disciplines » ou « touchez pas à nos classes bi-langues ou à notre option latin ». Il faudra bien expliquer quel genre de collège(s) on veut. Ce débat doit avoir lieu entre les syndicats anti-réforme, et entre les professeurs eux-mêmes, qu’ils soient syndiqués ou non. Car, tant que la question restera tabou, NVB pourra en jouer et compter sur notre division.

excellent ! mais peut être un peu de théorie du complot sur les intentions cachées de NVB. En tous les cas l'analyse de ce mouvement de contestation est excellente.
cordialement

_________________
“Le féminisme a toujours avancé sur deux fronts : celui de la théorie et celui de la lutte.”

"Contrairement aux idées préconçues, l’anarchie n’est pas un déni de tout système, qui amènerait la société au désordre et au chaos; elle propose une vraie solution politique, construite sur la libre association des hommes, en dehors des États, toujours pourvoyeurs d’une autorité imposée."

Tout le monde savait que c'était impossible. Est arrivé un qui ne le savait pas et qui l'a fait !
Marcel Pagnol.

philbog
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par MUTIS le Dim 14 Juin 2015 - 16:32

Il me semble guennec que ton analyse oublie plusieurs éléments (malgré son intérêt bien sûr !)
1) Premièrement collège unique ne veut pas dire collège uniforme. Cela veut dire que l'on accueille dans la même structure tous les élèves d'une classe d'âge et qu'on essaie de leur offrir le meilleur pour qu'ils progressent.
Ce que tu dis suppose (et c'est l'erreur de cette réforme) que les élèves sont tous les mêmes, qu'ils sont uniformes... Et d'une certaine façon la réforme tend vers cela, indéniablement, pour ceux qui n'auront pas les moyens en tout cas, de s'offrir les compléments "élitistes" fournis par des officines privées qui vont fleurir dans les quartiers huppés...
2) Dès lors qu'on considère que les élèves sont égaux mais pas uniformes, on peut donc leur offrir des parcours différents. Contrairement à ce que nous assènent les partisans de cette réforme les options ne sont pas réservées à l'élite. Je connais des élèves de REP qui font du grec, du latin, de l'anglais euro alors que ce ne sont pas des enfants de l'élite..
La réforme dit plutôt : puisque cela ne marche pas avec tous, supprimons ces dispositifs pour tous. Avec donc une conception de l'égalité fort idéologique qui consisterait à dire d'un point de vue économique: il y a des inégalités de salaire, seule une minorité gagne plus de 3000 euros. Nous allons régler cela en mettant tout le monde au SMIC. Sauf les très gros salaires bien sûr qui pourront continuer à prospérer... ce qui veut dire que les enfants vraiment privilégiés auront leur cours de langue à la maison ou dans une boîte privée, feront leur séjour linguistique à l'étranger et qu'ils compenseront grâce à l'argent, ce que l'école n'offre plus.
3) Enfin le débat de fond est plutôt celui-ci : qu'est ce qui aide les enfants à mieux s'en sortir et à progresser ? Toutes sortes d'études et de livres actuels (je te renvoie aux fils sur l'interdisciplinarité par exemple "l'interdisciplinarité n'est pas un dieu"....) montrent que ce sont les renforcements des connaissances solides dans les enseignements fondamentaux qui les aident le mieux à s'en sortir contrairement à ce que disent tous les tenants de la "pédagogie de projet" ou de la "pédagogie constructiviste"... Et c'est dans cette dernière voie que s'engage la réforme en dépit des études, des analyses et des avertissements. Pourquoi ? Eh bien parce que ces pédagogies d'experts en chambre permettent des économies , des réformes néo-libérales et qu'on se fout vraiment du destin des plus démunis...

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 17:10

Merci pour vos remarques. Je vais essayer de pousser encore plus loin et j'aimerais avoir votre avis éclairé là-dessus :

Je vais me situer sur le seul terrain politique qui me semble pertinent : celui de la lutte des classes. Et sur ce terrain-là, je vais poser la question du collège unique.

Première remarque : le collège unique est « mis en place » par la droite, sous Giscard. C’était déjà pour faire des économies.

Deuxième remarque : il n’a jamais été remis sérieusement en cause par un gouvernement de droite, qui trouve très pratique de se cacher derrière une thématique égalitaire de gauche pour, par le biais de réformes successives, réduire les moyens attribués aux professeurs de collège et pousser le collège vers le socle commun de compétences, qui est une mesure libérale par excellence.

Troisième remarque : Bayrou, qui n’est pas vraiment un homme de « gauche » prend la défense du collège unique : « Le collège unique a été conçu, très justement, dans le septennat de Valéry Giscard d’Estaing, pour échapper à la discrimination dévalorisante entre lycées et collèges d’enseignement secondaire (CES, urbains) et collèges d’enseignement généraux (CEG, ruraux). Il est juste que tous les élèves, à l’instar de l’école élémentaire, suivent le même cycle d’enseignement secondaire et cela ne peut être remis en cause. »

« Cela ne peut être remis en cause » : comment exprimer plus clairement ce qui est le DOGME par excellence du discours égalitaire sur le collège unique, partagé par la « gauche » et le « centre » ?

Ce que j’en conclus ? Que le collège unique est un faux projet de gauche, que la droite a initié en piégeant la gauche sur son propre terrain idéologique, laquelle gauche (je parle de la vraie, pas du parti « socialiste ») s’est enferrée dans la défense d’un collège voulu par la droite pour faire des économies. Et plus elle s’enferrait, et moins elle avait d’arguments convaincants pour contrer les arguments faussement de gauche de ceux qui détruisirent, de 1975 à 2015, le collège public (et plus généralement l’école publique ) au nom de « l’égalité des chances », de la « réussite pour tous (et pour chacun) », etc.

Il serait donc temps de faire un pas sur le côté et de se demander si vraiment le collège unique est une mesure progressiste qui donne plus de chances aux enfants du peuple. Et là, bien sûr, la réponse arrive rapidement : c’est non. Le peuple n’a pas été bénéficiaire du collège unique, et pour cause : dans cette affaire, il n’y a eu que des perdants (si l’on met à part les banquiers et les actionnaires).

Aujourd’hui, avec la réforme 2016, la droite qui s’appelle « parti socialiste » fait un pas de plus vers le collège unique : ce sont les classes moyennes qui sont visées cette fois, et sommées de choisir entre un collège public « gratuit » mais tout à fait médiocre, et un collège privé plus exigeant mais point gratuit.

Je suggère donc aux vrais gauchistes (dont je suis) d’arrêter de se fourvoir en défendant un projet de droite, pour défendre un vrai projet de gauche, dont j’esquisse ici quelques traits : un collège qui ne s’occupe pas d’éducation mais d’instruction ; un collège qui exige un niveau, du travail, des efforts ; un collège qui ne tolère pas les glandeurs et les perturbateurs.

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par Gryphe le Dim 14 Juin 2015 - 17:26

un collège qui ne tolère pas les glandeurs et les perturbateurs.
Le problème insoluble.
Tu en fais quoi des glandeurs et des perturbateurs ?
Au bout d'un moment, il faut bien les prendre en charge, on ne va pas les envoyer sur la lune...

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par philbog le Dim 14 Juin 2015 - 18:44

guennec a écrit: un collège qui ne s’occupe pas d’éducation mais d’instruction ; un collège qui exige un niveau, du travail, des efforts ; un collège qui ne tolère pas les glandeurs et les perturbateurs.

par rapport à ton analyse:
1/ Je ne suis pas sur que la politique politicienne ait à voir avec les décisions techniques concernant l'organisation et la pédagogie des enseignements. A la limite elle peut décider du budget et de ses conséquences sur les structures.
L’endroit où elle a hélas son mot à dire c'est sur le contenu politique des enseignements comme par exemple en histoire, en sciences eco ou sur les questions éthiques en SVT ou Education civique.
Le tort c'est de dire que telle pédagogie est de droite et telle autre de gauche, cela tue le débat sur une question qui devrait avant tout être technique et ne concerner que les enseignants et les chercheurs. La question étant de savoir quelle technique influence positivement ou négativement les apprentissages et dans quels cas. Certains collègues qui n'en pratique qu'une et n'ont jamais ou presque assisté aux autres ont un avis apparemment très pertinent sur cette question...

2/ Le collège unique: où est le débat?
A mon sens il est principalement technique là aussi.
Quelle organisation va entraîner les élèves vers le haut ou vers le bas, dans l'ensemble ou bien selon les catégories qu'on peut faire avec les élèves.
Je trouve que la plupart ont un avis bien tranché sur cette question très complexe et montrent leur inculture en se bornant à quelques poncifs qu'ils considèrent idéologiques de droite ou de gauche. Cela ne donne qu'une image de café du commerce dans la salle des profs et il faudrait arrêter avec cela qui nous décrédibilise. Nous sommes des professionnels il est temps de l'affirmer en sortant de ces discussions stériles pleines de vulgarités.
Il y a un terrain réel qui montre: une uniformité des programmes et des horaires voir des pédagogies pour une très forte disparité des populations collégiennes. Rien que ce fait là me fait dire que le débat sur collège unique ou uniforme est complètement à coté de la plaque. Qu'y a t il de mauvais dans le collège unique: c'est le fait que les établissements ne peuvent pas appliquer des enseignements différents pour des populations différentes. On en revient alors à l'autonomie des établissements qui devraient pouvoir choisir leurs outils structurels ou pédagogiques en fonction de la population d'élèves qu'ils ont et pas en fonction des lubies politiques de droite ou de gauche.
Si on est contre le collège unique alors il faut trier les élèves au départ et créer des filières ou des établissements pour chaque type de population. Franchement cette solution n'est pas raisonnable selon les objectifs généraux de l'éducation actuelles. La fracture sociale et culturelle qu’entraînerait une telle décision détruirait l'idée même de république voir de nation.
Mais il n’empêche que si on imagine cela, certains se retrouveraient dans une contradiction face à leurs croyances religieuses en pédagogie. Comment pourraient-ils ensuite continuer à défendre le cours traditionnel et les disciplines scolaires pour tous les établissements ou filières qui ne recevraient que les élèves en plus grande difficulté? Ce serait rigolos on les traiterait de pédagogistes!! On ne peut donc défendre à la fois l'un et l'autre et renoncer au collège unique c'est aussi renoncer à l'enseignement classique et aux disciplines pour un très grand nombre l'élèves.

Quant à proposer l'exclusion des élèves qui gênent les profs...que dire?

Dans les conditions actuelles et réelles observées sur le terrain les questions se posent tout à fait différemment et les débats type droite/gauche qu'on peut voir sur Néo.
Je n'irai pas plus loin dans cette analyse car bien trop décalée avec ce forum..c'est disons juste une introduction pour apercevoir un autre débat possible...




_________________
“Le féminisme a toujours avancé sur deux fronts : celui de la théorie et celui de la lutte.”

"Contrairement aux idées préconçues, l’anarchie n’est pas un déni de tout système, qui amènerait la société au désordre et au chaos; elle propose une vraie solution politique, construite sur la libre association des hommes, en dehors des États, toujours pourvoyeurs d’une autorité imposée."

Tout le monde savait que c'était impossible. Est arrivé un qui ne le savait pas et qui l'a fait !
Marcel Pagnol.

philbog
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par philbog le Dim 14 Juin 2015 - 18:58

guennec a écrit:
Aujourd’hui, avec la réforme 2016, la droite qui s’appelle « parti socialiste » fait un pas de plus vers le collège unique : ce sont les classes moyennes qui sont visées cette fois, et sommées de choisir entre un collège public « gratuit » mais tout à fait médiocre, et un collège privé plus exigeant mais point gratuit.
Cette remarque montre une vision du privée trés loin de la réalité. Le privée dans de nombreuses régions (Bretagne, loire atlantique, Est etc) n'a rien d'élitiste du tout.
Il est tout comme le public confronté aux mêmes problèmes: classes surchargées (souvent plus que le public) composées de plus en plus d'élèves en grande difficulté et gérée par des profs mal payés. Il traite les même programmes avec la même organisation des horaires et des pédagogies encore plus branchée sur l’éloignement du cours traditionnel.
Je ne sais pas, à part ne parler que d'établissement très rares et extrêmement chers qui ne concernent pratiquement personne, pourquoi parler du privé de cette façon? Le but est il de créer un mythe, une légende urbaine?
J'ai un pote dans le privée catho qui enseigne à des classes composées à 80% de musulmans..tiens et pourquoi cela?...

_________________
“Le féminisme a toujours avancé sur deux fronts : celui de la théorie et celui de la lutte.”

"Contrairement aux idées préconçues, l’anarchie n’est pas un déni de tout système, qui amènerait la société au désordre et au chaos; elle propose une vraie solution politique, construite sur la libre association des hommes, en dehors des États, toujours pourvoyeurs d’une autorité imposée."

Tout le monde savait que c'était impossible. Est arrivé un qui ne le savait pas et qui l'a fait !
Marcel Pagnol.

philbog
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 19:48

Merci pour ces remarques, philbog.
J'essaye aussi de montrer que derrière chaque anti-réforme (comme d'ailleurs chaque pro-réforme) il y a tout un monde de représentations, voire de "légendes urbaines" (ou rurales) et que ce serait une erreur de penser que, parce que nous sommes contre, nous nous faisons la même idée de ce que devrait être le collège. Cela me semble important que chacun explicite son projet. Par exemple, j'ai discuté avec des militants de Sud Education, ils sont contre la réforme … mais tout autant (voire plus) anti "réactionnaires". Leur projet de société (et donc d'école) ne correspond pas du tout au mien. Je manifeste à leur côté et tente de "construire" une "mobilisation" commune, mais sans partager leurs convictions (sans compter qu'il existe aussi des différences au sein de SUD, et heureusement). Les syndicats se méfient des autres syndicats. Les non syndiqués se méfient des syndiqués (et vice versa). Les parents se méfient des professeurs. Les professeurs se méfient des parents. Tout ceci n'avancera que quand chacun n'aura plus honte de dire ce qu'il pense, en son propre nom, même si ça ne rentre pas dans la "ligne" de son appartenance politique, syndicale ou associative. Ce qui nous paralyse, ce sont les langues de bois, pas seulement celle de NVB mais aussi les nôtres. En les rabotant un peu, et en acceptant de renoncer à l'illusion que nous sommes tous pour la même chose, nous pourrions peut-être devenir plus nombreux à nous mobiliser contre la réforme.

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par Asha Kraken le Dim 14 Juin 2015 - 20:00

@philbog a écrit:
guennec a écrit:
Aujourd’hui, avec la réforme 2016, la droite qui s’appelle « parti socialiste » fait un pas de plus vers le collège unique : ce sont les classes moyennes qui sont visées cette fois, et sommées de choisir entre un collège public « gratuit » mais tout à fait médiocre, et un collège privé plus exigeant mais point gratuit.
Cette remarque montre une vision du privée trés loin de la réalité. Le privée dans de nombreuses régions (Bretagne, loire atlantique, Est etc) n'a rien d'élitiste du tout.
Il est tout comme le public confronté aux mêmes problèmes: classes surchargées (souvent plus que le public)  composées de plus en plus d'élèves en grande difficulté et gérée par des profs mal payés. Il traite les même programmes avec la même organisation des horaires et des pédagogies encore plus branchée sur l’éloignement du cours traditionnel.
Je ne sais pas, à part ne parler que d'établissement très rares et extrêmement chers qui ne concernent pratiquement personne, pourquoi parler du privé de cette façon? Le but est il de créer un mythe, une légende urbaine?
J'ai un pote dans le privée catho qui enseigne à des classes composées à 80% de musulmans..tiens et pourquoi cela?...

Ben oui, pourquoi cette question sibylline ? heu
Pour le reste, s'il s'agit de dire que le privé c'est pas forcément des machins d'excellence pour les gosses favorisés du coin, je le concède tout à fait (et ce d'autant plus que ma tante y bosse et qu'elle est loin de n'avoir que des CSP+ ou des angelots en cours), il n'en demeure pas moins que le privé hors-contrat aura les coudées franches pour faire valoir sa différence.

Asha Kraken
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 20:08

@Gryphe a écrit:
un collège qui ne tolère pas les glandeurs et les perturbateurs.
Le problème insoluble.
Tu en fais quoi des glandeurs et des perturbateurs ?
Au bout d'un moment, il faut bien les prendre en charge, on ne va pas les envoyer sur la lune...

Les envoyer sur la lune suppose qu'on naît et reste glandeur et perturbateur toute sa vie. Or, comme dirait l'autre, je ne pense pas qu'on soit glandeur ou perturbateur mais qu'on le devient. Autrement dit, perturbateur un jour ne signifie pas perturbateur toujours.
J'en fais quoi ? D'abord je les exclus de cours. Le cours est un lieu où l'on vient pour s'instruire, pas pour glander.
Je voudrais que tout le monde au collège comprenne cela, à commencer par les chefs, les CPE, les AED : tout doit être fait pour que l'instruction des élèves, sous l'égide des professeurs, se passe dans les meilleures conditions possibles.
Si on considérait comme quasi-sacrilège le fait de perturber un cours, le collège n'irait pas aussi mal.
De même je pense qu'il est absolument nécessaire de rétablir le redoublement et d'exiger que les élèves aient un certain niveau pour passer dans la classe supérieure.
Je pense que si on faisait ça, le nombre de glandeurs et de perturbateurs diminuerait sérieusement Very Happy
Bien sûr, ces propositions sont légèrement "réactionnaires". Mais je ne vois rien de mieux à proposer. La pédagogie "active" me paraît un dangereux leurre au collège. Il y a des instituteurs qui pratiquent ça très bien, mais dans des classes avec plein de matériel et un groupe d'élèves qui est le même toute la semaine. Au collège, avec quelques heures par semaine, ça me semble suicidaire et intransposable (je me permets de dire cela uniquement parce que j'ai vraiment essayé de le faire en cours de français ; et oui, j'ai quand même été "formé" par les IUFM  Very Happy ).

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par MUTIS le Dim 14 Juin 2015 - 20:16

Bon guennec, et si on revenait au post initial et à sa problématique...
Que fait-on maintenant et que va décider l'intersyndicale la semaine qui vient ?
Une nouvelle petite grève en semaine pour la rentrée ?
Une petite grève du brevet pour bien diviser les profs et semer la zizanie ?
Ou bien on passe aux choses sérieuses et on s'engage dans une véritable contestation ?
Et que peut-on faire alors ?
Que pensez-vous du plan d'action et des échéances que je propose : on les fait remonter aux syndicats chacun ?

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 21:09

Tu as raison, MUTIS Very Happy
Pour l'intersyndicale, j'ai peur qu'elle propose un truc un peu bâtard, genre journée d'action en septembre et journée de grève en octobre. Mais peut-être sera-t-elle plus agressive ? On ne peut pas vraiment prévoir.
Je ne pense pas comme toi que l'intersyndicale cherche à diviser les professeurs. Il y a des débats et il faut parvenir à se mettre d'accord sur une proposition commune. Ce n'est pas simple, donc souvent ça prend une forme un peu vaseuse. Mais c'est mieux que rien.
Les choses sérieuses ne dépendent pas que de nous : n'oublie pas (je te répète toujours ça) que les salles de professeurs ne sont pas toutes mobilisées autant qu'elles le pourraient. La contestation qui s'est manifestée le 19 et le 11 étaient tout à fait "véritable", je trouve que tu noircis trop le tableau. On ne peut pas aller plus vite que la musique : as-tu 100% de collègues et 100% de parents d'élèves d'accord avec toi ? Non ? Ni même 80% ? Alors tu vois bien qu'il faut encore travailler sur le terrain.
Je vais faire remonter ta proposition.
Personnellement, je verrais bien quelque chose plus tôt, peut-être vers le 15. Dans l'idéal une grève en semaine, reconduite jusqu'à l'abrogation. Mais je ne suis pas optimiste : pour être reconduite, il faudrait que la grève soit significativement plus forte que le 19, et ça, pour le moment, je ne le vois pas dans ma boule de cristal.
Quant à une manifestation nationale un dimanche, je n'y crois pas. Pense aux grosses manifestations "pour tous" contre le mariage gay. Est-ce qu'ils ont gagné ?
Non, je crois aux bonnes vieilles méthodes : grève un jour de semaine, reconduite jusqu'à la grève générale et au blocage du pays. C'est dépassé ? Peut-être. Mais, comme disent mes copains syndiqués, sans vrai "rapport de force" on ne peut rien obtenir.
Si cela n'est pas possible, ce ne sera pas à cause des syndicats mais parce que tes collègues, mes collègues, auront baissé les bras (certains avant même de s'être battu). Je ne les condamne pas. Je trouve qu'ils ont tort car "il suffirait" de 80% de grévistes et d'une énorme manifestation pour que les choses penchent en notre faveur mais je ne les condamne pas quand même parce que ça ne sert à rien. Ceci est purement subjectif mais tu m'as demandé mon avis alors je te le donne Smile Smile

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par Gryphe le Dim 14 Juin 2015 - 21:28

guennec a écrit:Je pense que si on faisait ça, le nombre de glandeurs et de perturbateurs diminuerait sérieusement
Mais il augmenterait au rez-de-chaussée, en vie sco.  professeur
(En ce moment, j'ai une annexe en face de mon bureau, pour les exclus de cours...  Razz )

Bon, grosso modo, je vois quand même ce que tu veux dire. Smile

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par MUTIS le Dim 14 Juin 2015 - 21:31

guennec a écrit:Tu as raison, MUTIS Very Happy
Pour l'intersyndicale, j'ai peur qu'elle propose un truc un peu bâtard, genre journée d'action en septembre et journée de grève en octobre. Mais peut-être sera-t-elle plus agressive ? On ne peut pas vraiment prévoir.
Je ne pense pas comme toi que l'intersyndicale cherche à diviser les professeurs. Il y a des débats et il faut parvenir à se mettre d'accord sur une proposition commune. Ce n'est pas simple, donc souvent ça prend une forme un peu vaseuse. Mais c'est mieux que rien.
Les choses sérieuses ne dépendent pas que de nous : n'oublie pas (je te répète toujours ça) que les salles de professeurs ne sont pas toutes mobilisées autant qu'elles le pourraient. La contestation qui s'est manifestée le 19 et le 11 étaient tout à fait "véritable", je trouve que tu noircis trop le tableau. On ne peut pas aller plus vite que la musique : as-tu 100% de collègues et 100% de parents d'élèves d'accord avec toi ? Non ? Ni même 80% ? Alors tu vois bien qu'il faut encore travailler sur le terrain.
Je vais faire remonter ta proposition.
Personnellement, je verrais bien quelque chose plus tôt, peut-être vers le 15. Dans l'idéal une grève en semaine, reconduite jusqu'à l'abrogation. Mais je ne suis pas optimiste : pour être reconduite, il faudrait que la grève soit significativement plus forte que le 19, et ça, pour le moment, je ne le vois pas dans ma boule de cristal.
Quant à une manifestation nationale un dimanche, je n'y crois pas. Pense aux grosses manifestations "pour tous" contre le mariage gay. Est-ce qu'ils ont gagné ?
Non, je crois aux bonnes vieilles méthodes : grève un jour de semaine, reconduite jusqu'à la grève générale et au blocage du pays. C'est dépassé ? Peut-être. Mais, comme disent mes copains syndiqués, sans vrai "rapport de force" on ne peut rien obtenir.
Si cela n'est pas possible, ce ne sera pas à cause des syndicats mais parce que tes collègues, mes collègues, auront baissé les bras (certains avant même de s'être battu). Je ne les condamne pas. Je trouve qu'ils ont tort car "il suffirait" de 80% de grévistes et d'une énorme manifestation pour que les choses penchent en notre faveur mais je ne les condamne pas quand même parce que ça ne sert à rien. Ceci est purement subjectif mais tu m'as demandé mon avis alors je te le donne Smile Smile

Plusieurs points
1) Je n'ai pas dit que l'intersyndicale cherchait à diviser les professeurs... je constate que les mots d'ordre de grève en semaine divisent même les protestataires et que ça ne gêne que les profs...
2) Je pense de plus en plus que les grèves ne dérangent pas vraiment le pouvoir et encore moins quand il s'agit des profs.
3) "Les salles de profs ne sont pas mobilisées"... Pas toutes c'est vrai mais chez nous par exemple : 90% des gens hostiles à la réforme et tous les parents d'élèves impliqués que j'ai rencontrés...Je ne noircis donc pas le tableau, bien au contraire, je dis qu'il y a là un énorme potentiel en dépit de la résignation docile de beaucoup et de l'argument "le décret est passé"... Relis mon post de départ...
4) les bonnes vieilles méthodes ne fonctionnent plus !! "grève en semaine reconductible" ! Sérieusement, tu crois que les profs qui ont du mal à faire 2 journées de grève (et je comprends, aucune critique là dedans) vont faire une grève reconductible massive !? Ils n'en ont plus les moyens tout simplement ! Et l'exemple du 11 juin devrait faire réfléchir.
5) Une manifestation sur l'éducation un dimanche n'aurait rien à voir avec la manif pour tous. Car l'éducation est un sujet beaucoup plus sensible et non clivé politiquement. Ce sujet peut rassembler une opposition large, de gauche comme de droite, et mettre parents et profs dans la rue. Bon, pour moi c'est la seule voie pour une pression réelle de l'opinion et pour alerter à nouveau les médias sur le sujet.
Mais, visiblement, on va pencher pour une petite grève en semaine à la rentrée qui finira par épuiser le mouvement... Et beaucoup n'ont pas vraiment l'énergie, l'envie ou le courage de se lancer dans des assemblées avec les parents pour les informer, corollaire indispensable d'une mobilisation d'ampleur...

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 21:37

@Gryphe a écrit:
guennec a écrit:Je pense que si on faisait ça, le nombre de glandeurs et de perturbateurs diminuerait sérieusement
Mais il augmenterait au rez-de-chaussée, en vie sco.  professeur
(En ce moment, j'ai une annexe en face de mon bureau, pour les exclus de cours...  Razz )

Bon, grosso modo, je vois quand même ce que tu veux dire. Smile

Pour les exclus de cours, je suggère ceci : tu tiens à ta disposition des photocopies de 100 poèmes. A chaque fois que tu as un exclu, tu lui demandes d'apprendre par coeur un poème : tant qu'il ne le sait pas par coeur, il ne remonte pas en cours. Quand un élève a été exclu 100 fois et a donc appris par coeur 100 poèmes, tu fais un conseil de discipline, tu l'exclus du collège … dont il sort moins bête qu'à son arrivée car il a appris par coeur (grâce à toi) 100 poèmes Very Happy
Tu vois, grosso modo, ce que je veux dire ? cheers

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par fanette le Dim 14 Juin 2015 - 21:42

guennec a écrit:
Si on considérait comme quasi-sacrilège le fait de perturber un cours, le collège n'irait pas aussi mal.
C'est aussi ce que je pense. Ce qu'il nous manque, dans nos collèges, c'est cette indignation des adultes face aux comportements inadaptés des élèves. Nous sommes trop souvent désabusés "de toutes façons, de nos jours ...la société a changé ...", ou vaguement complices "moi aussi, quand j'étais ado...". Du coup, nous perdons en crédibilité.
Pour revenir à la discussion, je partage l'avis de Mutis pour une grande marche un weekend avec les parents et citoyens de tous bords, parce que ce serait plus fort médiatiquement. Une grève chez des fonctionnaires, ça fait doucement rigoler le français moyen (si tant est qu'il existe). Là, BFM et Itélé s'en donneraient à cœur joie car il y aurait des images à montrer.

_________________
affraid Les légendes japonaises relatent que les samouraïs ingurgitaient une rasade de bile d’ours avant de partir au combat pour s’assurer de leur quasi invincibilité Very Happy diable  ... Sad

fanette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 21:53

@MUTIS a écrit:
guennec a écrit:Tu as raison, MUTIS Very Happy
Pour l'intersyndicale, j'ai peur qu'elle propose un truc un peu bâtard, genre journée d'action en septembre et journée de grève en octobre. Mais peut-être sera-t-elle plus agressive ? On ne peut pas vraiment prévoir.
Je ne pense pas comme toi que l'intersyndicale cherche à diviser les professeurs. Il y a des débats et il faut parvenir à se mettre d'accord sur une proposition commune. Ce n'est pas simple, donc souvent ça prend une forme un peu vaseuse. Mais c'est mieux que rien.
Les choses sérieuses ne dépendent pas que de nous : n'oublie pas (je te répète toujours ça) que les salles de professeurs ne sont pas toutes mobilisées autant qu'elles le pourraient. La contestation qui s'est manifestée le 19 et le 11 étaient tout à fait "véritable", je trouve que tu noircis trop le tableau. On ne peut pas aller plus vite que la musique : as-tu 100% de collègues et 100% de parents d'élèves d'accord avec toi ? Non ? Ni même 80% ? Alors tu vois bien qu'il faut encore travailler sur le terrain.
Je vais faire remonter ta proposition.
Personnellement, je verrais bien quelque chose plus tôt, peut-être vers le 15. Dans l'idéal une grève en semaine, reconduite jusqu'à l'abrogation. Mais je ne suis pas optimiste : pour être reconduite, il faudrait que la grève soit significativement plus forte que le 19, et ça, pour le moment, je ne le vois pas dans ma boule de cristal.
Quant à une manifestation nationale un dimanche, je n'y crois pas. Pense aux grosses manifestations "pour tous" contre le mariage gay. Est-ce qu'ils ont gagné ?
Non, je crois aux bonnes vieilles méthodes : grève un jour de semaine, reconduite jusqu'à la grève générale et au blocage du pays. C'est dépassé ? Peut-être. Mais, comme disent mes copains syndiqués, sans vrai "rapport de force" on ne peut rien obtenir.
Si cela n'est pas possible, ce ne sera pas à cause des syndicats mais parce que tes collègues, mes collègues, auront baissé les bras (certains avant même de s'être battu). Je ne les condamne pas. Je trouve qu'ils ont tort car "il suffirait" de 80% de grévistes et d'une énorme manifestation pour que les choses penchent en notre faveur mais je ne les condamne pas quand même parce que ça ne sert à rien. Ceci est purement subjectif mais tu m'as demandé mon avis alors je te le donne Smile Smile

Plusieurs points
1) Je n'ai pas dit que l'intersyndicale cherchait à diviser les professeurs... je constate que les mots d'ordre de grève en semaine divisent même les protestataires et que ça ne gêne que les profs...
2) Je pense de plus en plus que les grèves ne dérangent pas vraiment le pouvoir et encore moins quand il s'agit des profs.
3) "Les salles de profs ne sont pas mobilisées"... Pas toutes c'est vrai mais chez nous par exemple : 90% des gens hostiles à la réforme et tous les parents d'élèves impliqués que j'ai rencontrés...Je ne noircis donc pas le tableau, bien au contraire, je dis qu'il y a là un énorme potentiel en dépit de la résignation docile de beaucoup et de l'argument "le décret est passé"... Relis mon post de départ...
4) les bonnes vieilles méthodes ne fonctionnent plus !! "grève en semaine reconductible" ! Sérieusement, tu crois que les profs qui ont du mal à faire 2 journées de grève (et je comprends, aucune critique là dedans) vont faire une grève reconductible massive !? Ils n'en ont plus les moyens tout simplement ! Et l'exemple du 11 juin devrait faire réfléchir.
5) Une manifestation sur l'éducation un dimanche n'aurait rien à voir avec la manif pour tous. Car l'éducation est un sujet beaucoup plus sensible et non clivé politiquement. Ce sujet peut rassembler une opposition large, de gauche comme de droite, et mettre parents et profs dans la rue. Bon, pour moi c'est la seule voie pour une pression réelle de l'opinion et pour alerter à nouveau les médias sur le sujet.
Mais, visiblement, on va pencher pour une petite grève en semaine à la rentrée qui finira par épuiser le mouvement... Et beaucoup n'ont pas vraiment l'énergie, l'envie ou le courage de se lancer dans des assemblées avec les parents pour les informer, corollaire indispensable d'une mobilisation d'ampleur...

Oui, c'est ça le problème : c'est un des corollaires indispensables pour une mobilisation d'ampleur. La question de l'énergie, de l'envie et du courage ne dépend ni de toi ni de moi ni des directions syndicales. Chaque citoyen est responsable de changer le monde (ou au moins de se battre pour ça) … ou de laisser le monde se faire par d'autres. On ne peut que faire sa part (et même un peu plus). J'arrête avec mes phrases au présent de vérité générale, sinon tu vas dire que je te fais la morale  Very Happy
MUTIS, nous allons continuer à rallier des collègues et des parents jusqu'aux grandes vacances. Et c'est sur ces personnes-là que nous pourrons compter pour une reprise en septembre après les grandes vacances. Et ensuite … nous continuerons à rallier encore. C'est ce groupe militant que tu auras constitué autour de toi qui pourra, en entrant en relation avec d'autres groupes, faire bouger les lignes.

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par Gryphe le Dim 14 Juin 2015 - 21:55

guennec a écrit:Pour les exclus de cours, je suggère ceci : tu tiens à ta disposition des photocopies de 100 poèmes. A chaque fois que tu as un exclu, tu lui demandes d'apprendre par coeur un poème : tant qu'il ne le sait pas par coeur, il ne remonte pas en cours.
Pas bête ça...
Souvent, je fais recopier les repères du programme d'histoire-géo.
Mais j'aime bien l'idée des poèmes. Very Happy

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 21:57

@fanette a écrit:
guennec a écrit:
Si on considérait comme quasi-sacrilège le fait de perturber un cours, le collège n'irait pas aussi mal.
C'est aussi ce que je pense. Ce qu'il nous manque, dans nos collèges, c'est cette indignation des adultes face aux comportements inadaptés des élèves. Nous sommes trop souvent désabusés "de toutes façons, de nos jours ...la société a changé ...", ou vaguement complices "moi aussi, quand j'étais ado...". Du coup, nous perdons en crédibilité.
Pour revenir à la discussion, je partage l'avis de Mutis pour une grande marche un weekend avec les parents et citoyens de tous bords, parce que ce serait plus fort médiatiquement. Une grève chez des fonctionnaires, ça fait doucement rigoler le français moyen (si tant est qu'il existe). Là, BFM et Itélé s'en donneraient à cœur joie car il y aurait des images à montrer.

Il n'y a pas de "citoyens de tous bords", parce que la droite veut la même chose que le PS, et que la droite fera une réforme pire que NVB quand elle arrivera au pouvoir (par exemple, passage à 50% d'autonomie au lieu de 20). Personne ne serait dupe d'une manifestation où se côtoieraient SUD éducation (par exemple) et Bruno Lemaire (par exemple).
Une grève chez les professeurs, sachant le peu qu'ils gagnent, ça ne fait pas rire : on se dit, au contraire, ils doivent être sacrément remontés pour sacrifier une journée de salaire … Et ça inquiète.

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par MUTIS le Dim 14 Juin 2015 - 22:20

guennec a écrit:
@fanette a écrit:
guennec a écrit:
Si on considérait comme quasi-sacrilège le fait de perturber un cours, le collège n'irait pas aussi mal.
C'est aussi ce que je pense. Ce qu'il nous manque, dans nos collèges, c'est cette indignation des adultes face aux comportements inadaptés des élèves. Nous sommes trop souvent désabusés "de toutes façons, de nos jours ...la société a changé ...", ou vaguement complices "moi aussi, quand j'étais ado...". Du coup, nous perdons en crédibilité.
Pour revenir à la discussion, je partage l'avis de Mutis pour une grande marche un weekend avec les parents et citoyens de tous bords, parce que ce serait plus fort médiatiquement. Une grève chez des fonctionnaires, ça fait doucement rigoler le français moyen (si tant est qu'il existe). Là, BFM et Itélé s'en donneraient à cœur joie car il y aurait des images à montrer.

Il n'y a pas de "citoyens de tous bords", parce que la droite veut la même chose que le PS, et que la droite fera une réforme pire que NVB quand elle arrivera au pouvoir (par exemple, passage à 50% d'autonomie au lieu de 20). Personne ne serait dupe d'une manifestation où se côtoieraient SUD éducation (par exemple) et Bruno Lemaire (par exemple).
Une grève chez les professeurs, sachant le peu qu'ils gagnent, ça ne fait pas rire : on se dit, au contraire, ils doivent être sacrément remontés pour sacrifier une journée de salaire … Et ça inquiète.

Le problème actuel ce n'est pas la droite c'est cette réforme : j'ai eu déjà l'occasion de le dire à des responsables du Snes qui ne voulaient pas descendre dans la rue avec des gens de droite...
En fait, tous ceux qui sont contre cette réforme actuellement (voir la pétition de Chevènement, Bayrou, Ferry) apportent de l'eau à notre moulin pour refuser cette réforme. Et personnellement ça ne me gênerait aucunement de défiler avec Bayrou, Ferry ou d'autres.
Une grève des professeurs ça inquiète dis-tu ? Mais ça inquiète qui ? Les responsables du MEN qui économisent des dizaines de millions d'euros à chaque fois ? Les gens qui publient des chiffres bidonnés que même les profs reprennent ensuite sur notre site pour dénigrer la contestation ? Tu crois vraiment que les gens s'apitoient sur les profs ? Rolling Eyes
Je crains que tu ne sois un peu naïf ici guennec, comme pour la grève reconductible...
Vraiment, seule une manifestation avec des centaines de milliers de personnes pourra faire peur.
Je me souviens en 1999-2000 avec Allègre : le Snes a freiné pendant des mois et a repoussé l'idée d'une manifestation un week-end. Quand elle a eu lieu, ce fut énorme ! Des centaines de milliers de personnes dans la rue un samedi.
Au début, ça donnait ça :
http://www.liberation.fr/societe/1999/02/13/la-balade-recurrente-des-anti-allegre-les-manifestations-continuent-sans-remuer-les-foules_264906
Et en mars 2000, les manifs l'ont poussé à la démission.

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par bernardo le Dim 14 Juin 2015 - 22:32

@MUTIS a écrit:
guennec a écrit:
@fanette a écrit:
C'est aussi ce que je pense. Ce qu'il nous manque, dans nos collèges, c'est cette indignation des adultes face aux comportements inadaptés des élèves. Nous sommes trop souvent désabusés "de toutes façons, de nos jours ...la société a changé ...", ou vaguement complices "moi aussi, quand j'étais ado...". Du coup, nous perdons en crédibilité.
Pour revenir à la discussion, je partage l'avis de Mutis pour une grande marche un weekend avec les parents et citoyens de tous bords, parce que ce serait plus fort médiatiquement. Une grève chez des fonctionnaires, ça fait doucement rigoler le français moyen (si tant est qu'il existe). Là, BFM et Itélé s'en donneraient à cœur joie car il y aurait des images à montrer.

Il n'y a pas de "citoyens de tous bords", parce que la droite veut la même chose que le PS, et que la droite fera une réforme pire que NVB quand elle arrivera au pouvoir (par exemple, passage à 50% d'autonomie au lieu de 20). Personne ne serait dupe d'une manifestation où se côtoieraient SUD éducation (par exemple) et Bruno Lemaire (par exemple).
Une grève chez les professeurs, sachant le peu qu'ils gagnent, ça ne fait pas rire : on se dit, au contraire, ils doivent être sacrément remontés pour sacrifier une journée de salaire … Et ça inquiète.

Le problème actuel ce n'est pas la droite c'est cette réforme : j'ai eu déjà l'occasion de le dire à des responsables du Snes qui ne voulaient pas descendre dans la rue avec des gens de droite...
En fait, tous ceux qui sont contre cette réforme actuellement (voir la pétition de Chevènement, Bayrou, Ferry) apportent de l'eau à notre moulin pour refuser cette réforme. Et personnellement ça ne me gênerait aucunement de défiler avec Bayrou, Ferry ou d'autres.
Une grève des professeurs ça inquiète dis-tu ? Mais ça inquiète qui ? Les responsables du MEN qui économisent des dizaines de millions d'euros à chaque fois ? Les gens qui publient des chiffres bidonnés que même les profs reprennent ensuite sur notre site pour dénigrer la contestation ? Tu crois vraiment que les gens s'apitoient sur les profs ? Rolling Eyes
Je crains que tu ne sois un peu naïf ici guennec, comme pour la grève reconductible...
Vraiment, seule une manifestation avec des centaines de milliers de personnes pourra faire peur.
Je me souviens en 1999-2000 avec Allègre : le Snes a freiné pendant des mois et a repoussé l'idée d'une manifestation un week-end. Quand elle a eu lieu, ce fut énorme ! Des centaines de milliers de personnes dans la rue un samedi.
Au début, ça donnait ça :
http://www.liberation.fr/societe/1999/02/13/la-balade-recurrente-des-anti-allegre-les-manifestations-continuent-sans-remuer-les-foules_264906
Et en mars 2000, les manifs l'ont poussé à la démission.

Tu as peut-être raison, MUTIS. Mais qui avait appelé à la manifestation ? Est-ce qu'une manifestation comme celle à laquelle tu appelles le 27 peut s'organiser toute seule ? Qui va déposer la demande à la préfecture ? Et le parcours ? Et le service d'ordre ? Si je comprends bien, tu aimerais que les syndicats appellent … Hum. Je n'ai pas l'impression (mais je me trompe peut-être) que les choses s'orientent par là. En tout cas, dans les AG où j'étais, je n'ai pas entendu de proposition comme celle-là.

bernardo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par MUTIS le Lun 15 Juin 2015 - 7:14

Oui, guerres, et c'est pour cela que je crains que le mouvement s'épuise. Après le 19 mai, l'appel à une grande manifestation nationale aurait eu du succès. Tout le monde était chaud bouillant ! La programmation d'une deuxième journée de grève était une erreur.
Si c'est une autre journée de grève que les syndicats proposent simplement à l'automne, ils auront tué le mouvement et appauvri quelques profs au passage... Espérons, qu'ils soient capables une fois d'évoluer et de changer de stratégie...

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel pour une manifestation nationale le DIMANCHE 27 septembre !

Message par Albius le Lun 15 Juin 2015 - 12:01

guennec a écrit:

Il serait donc temps de faire un pas sur le côté et de se demander si vraiment le collège unique est une mesure progressiste qui donne plus de chances aux enfants du peuple. Et là, bien sûr, la réponse arrive rapidement : c’est non. Le peuple n’a pas été bénéficiaire du collège unique, et pour cause : dans cette affaire, il n’y a eu que des perdants (si l’on met à part les banquiers et les actionnaires).

Aujourd’hui, avec la réforme 2016, la droite qui s’appelle « parti socialiste » fait un pas de plus vers le collège unique : ce sont les classes moyennes qui sont visées cette fois, et sommées de choisir entre un collège public « gratuit » mais tout à fait médiocre, et un collège privé plus exigeant mais point gratuit.

Je suggère donc aux vrais gauchistes (dont je suis) d’arrêter de se fourvoir en défendant un projet de droite, pour défendre un vrai projet de gauche, dont j’esquisse ici quelques traits : un collège qui ne s’occupe pas d’éducation mais d’instruction ; un collège qui exige un niveau, du travail, des efforts ; un collège qui ne tolère pas les glandeurs et les perturbateurs.

Enthousiasmante et implacable analyse, même si moi je ne me sens nullement gauchiste…  Wink

Mais peut-être que je le deviens: il m'est arrivé à plusieurs reprise de trouver que Mélenchon et le Front de Gauche ne disaient pas que des bêtises. Cela étant, tu es conscient que du coup se retrouvent sur une position similaire la gauche authentique et la droite étiquetée extrême et d'une certaine façon post-chevènemementiste (tu auras compris la périphrase).

Plus sérieusement, c'est bien la démonstration qu'il faut arriver à arracher notre opposition à cette réforme à toute récupération politicienne.

Quant au reste, même si je n'y étais pas invité par mon syndicat, j'étais à la manifestation du 11 juin à Paris, tout comme je serai en grève pour le brevet et je participerai à toute manifestation ultérieure.

Il me semble que toutes ces actions sont utiles. Si les médias ne les relayent pas forcément toutes, elles contribuent à une stratégie que j'appellerais de harcèlement, et que le ministère doit lui bien percevoir. Les grosses manifestations sont très souhaitables, mais les petites piqûres de rappel -grève et manif du 11, grève du brevet- sont une manière de montrer que l'opposition au projet ne dort jamais.


Dernière édition par Albius le Lun 15 Juin 2015 - 12:46, édité 1 fois

Albius
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum