question analyse subordonnée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

question analyse subordonnée

Message par marlene le Ven 5 Juin - 16:48

Petite question?
Tu juges bien [...] que, quand tout le monde est descendu dans la rue, il s'y fait un bel embarras.
quand tout le monde est descendu dans la rue: nature: prop sub conj circonstancielle
Fonction: complément circonstanciel de temps du verbe: juges ou s'y fait?

marlene
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par cyrano le Ven 5 Juin - 17:00

Je dirais de s'y fait (en plus, le y reprend la rue)

cyrano
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par miss sophie le Ven 5 Juin - 19:30

@cyrano a écrit:Je dirais de s'y fait (en plus, le y reprend la rue)
Idem! Quand se fait-il un bel embarras dans la rue? Quand tout le monde y descend!

miss sophie
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par Invité le Ven 5 Juin - 19:32

CCTps de "faire

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par Invité24 le Ven 5 Juin - 19:34

idem. cela précise les circonstance de "faire un bel embarras", pas celles de "juges"

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par retraitée le Ven 5 Juin - 21:15

Si tu replaces le CC de temps "à sa place", tu as
Tu juges bien qu'il se fait un bel embarras dans la rue quand tout le monde y est descendu.
Tu as une subordonnée conjonctive introduite par que, qui sert elle même de principale à une subordonnée conjonctive introduite par quand, cc de temps du verbe se fait.
Avec crochets et parenthèses comme en maths, cela se décompose ainsi
Tu juges bien [ qu'il se fait un bel embarras dans la rue (quand tout le monde y est descendu).]
Le cod de juges est tout le groupe entre crochets.

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

merci!

Message par marlene le Sam 6 Juin - 14:12

c'est ce que j'appelle des explications claires: merci!

marlene
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par doublecasquette le Sam 6 Juin - 14:21

@retraitée a écrit:Si tu replaces le CC de temps "à sa place", tu as
Tu juges bien qu'il se fait un bel embarras dans la rue quand tout le monde y est descendu.
Tu as une subordonnée conjonctive introduite par que, qui sert elle même de principale à une subordonnée conjonctive introduite par quand, cc de temps du verbe se fait.
Avec crochets et parenthèses comme en maths, cela se décompose ainsi
Tu juges bien [ qu'il se fait un bel embarras dans la rue (quand tout le monde y est descendu).]
Le cod de juges est tout le groupe entre crochets.

Quand même, c'était le pied quand on faisait de l'analyse logique et de l'analyse grammaticale régulièrement du CM à la Troisième.
J'ai beau avoir complètement arrêté l'étude de la grammaire française à treize ans, en 1973, j'aurais su sans souci analyser cette phrase aussi aisément que Retraitée et je sais qu'elle me croira indiscutablement.
Je ne le dis pas pour me faire mousser, car je n'ai jamais été une bonne élève en français, mais pour déplorer qu'on ait abandonné ses pratiques d'enseignement.
C'est vraiment dommage. C'était fait très progressivement, très méthodiquement, répété chaque trimestre tout en graduant les difficultés d'analyse. L'analyse logique a toujours été mon exercice de français préféré.
Pour quelles obscures raisons a-t-on arrêté cette méthode d'instruction qui aidait si bien à une belle organisation du cerveau et permettait aussi aux "matheux" de remonter leur moyenne de français?

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par doublecasquette le Sam 6 Juin - 14:32

Tenez, par exemple, ces phrases:

"Mais l'eau soudain lui monta à la poitrine et il sentit que ses pieds n'étaient plus sur le dur, qu'ils s'enfonçaient dans quelque chose de mou et tiède, dans la vase du fond sans doute, et que, petit à petit, ça semblait le tirer par en bas. "
ou
"Soldats, lorsque le peuple français posa sur ma tête la couronne impériale, je me confiais à vous pour la maintenir dans ce haut état de gloire qui seul pouvait lui donner prix à mes yeux."

Ce sont des phrases extraites de dictées de sixième des années 60 et qui font l'objet d'une question d'analyse logique. A cette époque déjà, la grande majorité d'une classe d'âge suivait les classes de sixième et cinquième.

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par ida le Jeu 11 Juin - 14:44

je dirais aussi s'y fait, car d'apres moi on est encore dans la subordonnee completive introduite par "que" et dont le verbe principal est juger...

ida
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: question analyse subordonnée

Message par retraitée le Jeu 11 Juin - 17:25

@doublecasquette a écrit:Tenez, par exemple, ces phrases:

"Mais l'eau soudain lui monta à la poitrine et il sentit que ses pieds n'étaient plus sur le dur, qu'ils s'enfonçaient dans quelque chose de mou et tiède, dans la vase du fond sans doute, et que, petit à petit, ça semblait le tirer par en bas. "
ou
"Soldats, lorsque le peuple français posa sur ma tête la couronne impériale, je me confiais à vous pour la maintenir dans ce haut état de gloire qui seul pouvait lui donner prix à mes yeux."

Ce sont des phrases extraites de dictées de sixième des années 60 et qui font l'objet d'une question d'analyse logique. A cette époque déjà, la grande majorité d'une classe d'âge suivait les classes de sixième et cinquième.

Je viens de retrouver au grenier des annales de l'examen d'entrée en 6e;
Bizarrement, elles datent de 1976, alors que l'examen a été supprimé en 57, année où justement je suis entrée en 6e (sur dossier).
Peut-être s'agit-il de l'examen permettant de passer d'un CM2 privé à une 6e du public. En 82 encore, on ne passait pas du privé au public sans contrôle, et j'ai d'ailleurs concocté des sujets de contrôle pour des 4e et des 2nd.
Voici pour l'Ardèche.
Orthographe (à tester sur des 3e, avec le barème de l'époque, 4 pts par faute, si mes souvenirs sont bons)

Le moulin

Il est situé au fond d'une fraîche vallée. L'eau qui l'alimente est ombragée par des saules aux têtes monstrueuses et par des peupliers élancés. Après avoir fait tourner la roue du moulin, elle s'écoule par un petit ruisseau qui chante sa chanson éternelle en bondissant sur les cailloux de son lit.
Quant au moulin il est si bien perdu dans un bouquet de saules pleureurs, qu'à cent pas de distance on n'aperçoit que sa cheminée.
d'après A. DUMAS


Étude de texte (désolée, les alinéas ne passent pas)

Le chien perdu

Nelle, une fermière des montagnes Rocheuses, en Amérique du Nord, veut apprivoiser un chien perdu que les enfants ont découvert sous une charrette.

Nelle avait poussé une assiette de nourriture sous le char de foin aussi loin qu'elle avait pu et elle avait appelé : "Viens, Pèlerin! Viens Pèlerin! voilà à manger pour toi!"... Mais le chien n'avait pas bougé, et elle était partie et elle l'avait oublié. Plus tard, le soir avant de se coucher, elle s'en était souvenue; elle était allée à côté du char et elle avait demandé au chien de sortir. Il n'avait pas bougé. Elle s'était assise dans l'herbe et, le visage levé vers les étoiles, les mains reposant sur l'herbe, elle avait chantonné doucement :"Je suis un pèlerin... Je suis un pèlerin, un étranger... Je ne puis rester...Je ne puis rester qu'une seule nuit.
Soudain, elle avait senti une langue chaude lui lécher la main. Elle était demeurée immobile. Le chien léchait toujours, devenant plus courageux et plus passionné à mesure que sa peur diminuait.
Nelle souleva lentement son autre main et la posa sur sa tête. Il vint se blottir dans ses bras; elle le tint serré. Il mit sa tête sur la poitrine de Nelle et, tout frissonnant, lui raconta sa terrible histoire avec des cris tremblés presque imperceptibles.
Elle le tint longtemps ainsi : quand elle le quitta, il retourna sous le char de foin. Le lendemain matin l'assiette était vide.
[...] Il avait de nouveau une tâche dans la vie, une tâche très importante : elle consistait à garder sa maîtresse chaque fois qu'elle faisait un pas.
Pèlerin avait plusieurs cachettes où il se réfugiait at qui, toutes, lui permettaient d'avoir les yeux et les oreilles à portée de la maison. si Nelle sortait, il l'atteignait en une demi-douzaine de grands bonds, tout sourires, saluts et battements de queue.
De temps en temps, elle était obligée de lui dire, en le regardant avec regret, mais quand même gaiement et d'une manière naturelle : "Non, je suis désolée, mais tu ne peux pas venir parce que je sors en voiture."
Alors il cessait d'agiter la queue, et son sourire s'effaçait. "Mais je reviendrai, ajoutait-elle, et je ne serai pas longtemps absente. Tu n'as qu'à m'attendre."


1 Vocabulaire.
Expliquer les mots ou expressions suivants : chantonner (faites sentir la différence entre chanter et chantonner); avoir les yeux et les oreilles à portée de la maison; son sourire s'effaçait.


2 Grammaire.
Quels sont les différents groupes de mots qui constituent la phrase : Nelle avait poussé une assiette de nourriture sous le char de foin.
Après avoir distingué les divers groupes de mots, vous donnerez la fonction de chacun d'eux. Ensuite, vous mettrez cette phrase à la voix passive; certains groupes de mots auront dans la phrase passive une fonction différente, lesquels?

3 Conjugaison.
Trouver dans le texte un verbe au présent du mode indicatif, un verbe à l'imparfait du mode indicatif, un verbe au passé simple du mode indicatif, un verbe au futur simple (ind) un verbe au plus-que-parfait (ind) un verbe au présent du mode impératif.

4 Intelligence du texte
Le chien reste longtemps caché : à quel moment se décide-t-il à sortir de sa cachette? Qu'est-ce qui montre qu'il accepte Nelle?

5 Expression écrite
Le chien raconte à Nelle sa terrible histoire; essayez d'imaginer l'histoire de ce chien avant son arrivée à la ferme de Nelle.

Il manque le temps imparti et le barème, sans doute établi par les correcteurs eux-mêmes. (?)


D'autres épreuves demandent aussi de passer du discours direct au discours indirect!

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum