Ces profs qui clashent sur Twitter : cyniques désabusés ou beaufs en quête d'attention?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ces profs qui clashent sur Twitter : cyniques désabusés ou beaufs en quête d'attention?

Message par Daphné le Ven 19 Juin 2015 - 9:24



Quelle cruche...  

En anglais, on appelle ça "an understatement" !

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui clashent sur Twitter : cyniques désabusés ou beaufs en quête d'attention?

Message par Benji-X le Ven 19 Juin 2015 - 11:47

Nouveau bille de Sophie Gourion.

Sophie Gourion a écrit:Petit retour sur mon dernier billet qui a fait beaucoup plus de bruit que je ne l’aurais pensé (plutôt de la cacophonie que du bruit d’ailleurs).

Après 10 000 visiteurs, une mention dans Libération, des insultes à foison et quelques touchants soutiens, je souhaitais faire un point.


http://www.toutalego.com/2015/06/profs-le-pire-est-au-programme-petit.html

Benji-X
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui clashent sur Twitter : cyniques désabusés ou beaufs en quête d'attention?

Message par Dimka le Ven 19 Juin 2015 - 12:14

C’est un peu facile de dire qu’on n’a pas eu de réaction intéressante en ne citant que des réactions de Tweeter. Un jour, elle va découvrir qu’elle n’a jamais reçu de chef d’œuvre épistolaire par texto et qu’elle n’a jamais entendu d’analyse politique ou philosophique sur le zinc… Rolling Eyes
est-il normal que certains profs tiennent de tels propos sur les élèves, même anonymisés, sur un lieu public tel que Twitter
En ce qui concerne Msieur le Prof, oui, je ne vois pas ce qu’il y a de foncièrement choquant. La vraie question est : est-il normal que les « militants » passent plus de temps à invectiver ceux qui sont sur le terrain quand ils se défoulent qu’à dénoncer le système politique, économique et social qui est responsable des conditions provoquant ces défouloirs ?

Pour le reste, faudrait en discuter, avec un peu de nuance : le slut-shaming, c’est moche, mais le fait est que les gamins qui pensent plus à coucher qu’à bosser ont parfois de petits problèmes scolaires et je ne vois pas en quoi refuser qu’on le dise changera les choses. Et on peut quand même se poser des questions quant au fait que des élèves mineurs viennent en cours avec des tenues suggestives. À titre personnel, je m’en fous, mais je comprends que d’autres soient mal à l’aise et surtout que l’on s’interroge (on est quand même dans un cadre particulier, dans lequel on peut exiger des limites quant aux tenues, d’autant qu’il s’agit de mineurs).

_________________
Tentez de gagner des livresRazz

pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!

Dimka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui clashent sur Twitter : cyniques désabusés ou beaufs en quête d'attention?

Message par Pierre-Henri le Ven 19 Juin 2015 - 12:35

Les messages cités n'ont rien d'une réflexion sur le phénomène. Ils tombent au même niveau. Voir un professeur, ou quelqu'un qui se prétend tel, adopter le même langage et les mêmes références que ses pires élèves est effectivement choquant. Qu'il soit assez stupide ou assez indifférent à l'image de son métier pour publier les preuves de son crétinisme illustre jusqu'où peut descendre, aujourd'hui, le recrutement des enseignants en France.

Je suis normalement pour défendre les professeurs, mais dans certains cas, face à des choses pareilles, le réflexe corporatiste revient à se tirer une balle dans le pied. Si j'étais dans un établissement où des propos pareils étaient tenus à l'encontre des élèves, même en conversation informelle, si des collègues faisaient devant moi ce genre de remarques, cela me rendrait très mal à l'aise. Il est vrai que la vulgarité m'indispose grandement.

Et il vrai, aussi, que je me demande souvent si je fais encore le même métier que nombre de "collègues". Je n'ai pas consacré ma vie à la littérature, pas accepté de travailler pour un salaire sans commune mesure avec mon niveau d'étude, pas consenti à tous ces sacrifices, pour me retrouver dans un milieu professionnel qui me rappelle de plus en plus le casernement du service militaire, l'auditoire de NRJ, le vedettariat de films pornographiques ou le vestiaire tapissé de bière d'une équipe de foot amateur.

Et si je passe pour un snob, un élitiste, un réactionnaire, un conservateur, tant mieux. J'en suis un.

Pierre-Henri
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum