Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 15 Jan 2016 - 16:54

C'est vrai, je l'admets.
Faisons confiance à la justice de notre pays qui l'a relaxée.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par atrium le Ven 15 Jan 2016 - 20:05

@gelsomina31 a écrit:Pour info et sans vouloir émettre un quelconque jugement sur cette affaire précise, je voudrais apporter un éclairage sur comment ce genre de faits divers.

Imaginons une classe maternelle lambda, avec une enseignante lambda (ni douée, ni nulle, qui fait juste son travail correctement).
Pour qu'un parent d'élève soit poursuivi pour agression ou harcèlement sur cette enseignante, il faut que les faits aillent loin (coup et blessure, assassinat) car, de ma toute petite expérience et de ce que j'ai pu observer, les parents d'élèves circulent presque comme ils veulent en maternelle et ce, plusieurs fois par jour.

A supposer que l'enseignante se plaigne du comportement d'un parent d'élève à son endroit, il faut encore du temps pour que les collègues et la direction se bougent puis que l'IEN (qui commence par mettre la parole de son personnel en doute et qui, par contre, prend la paroles des parents d'élève pour l'Evangile) considère le problème.

Perso, je me suis faite avoir en janvier dernier (des parents d'élèves qui me harcelait à l'accueil et qui se plaignaient de moi auprès de l'IEN sans avoir d'argument précis), l'IEN a donné raison aux parents d'élèves et m'a imposé une visite de CPC qui n'a servi qu'à m'enfoncer davantage. Donc, quand certains parents d'élève sont repartis à l'assaut en avril dernier, avant de passer par la case IEN, je me suis adressée à mon syndicat et là, curieusement, l'IEN a pris les choses au sérieux et m'a manifesté un micro-minimum de soutien face aux parents harceleurs.
C'était trop tard pour moi (je me suis faite arrêtée avant de craquer complètement) mais au moins certaines vérités (mon professionnalisme, les abus des parents d'élèves) ont été rétablies.

Une dernière chose : se faire arrêter avant de craquer...  Rolling Eyes  Pas si facile que ça de nos jours.  
A Marat sur Oise (grande ville isarienne), je n'ai trouvé aucun médecin pour m'arrêter alors que j'étais en pleine crise de déprime et de panique (j'envisageais par moment d'aller dans le décor avec mon véhicule). Je suis même allée faire un tour aux urgences de l’hôpital de ma ville et après m'avoir assommée chimiquement,il m'ont renvoyé aux médecins locaux...
Il a fallu que j'aille voir mon médecin de famille à 80 km de chez moi (pour quelqu'un qui a des velléités d'accident de voiture, c'est pas évident) pour être enfin prise en charge sérieusement.

Encore une fois, si les accusations portées contre cette collègue sont vraies, elle doit être condamnée et sanctionnée.

Je veux seulement témoigner que quand on est sur le bord de péter un câble, il faut beaucoup de courage pour
1) s'en rendre compte soi-même (on veut tenir le coup, on ne veut pas abandonner sa classe)
2) oser demander de l'aide (collègues pas toujours sympas et pas toujours prêts à aider, hiérarchie qui nie votre souffrance)
3) réussir à trouver de l'aide (arrêter quelqu'un qui n'a pas encore pété son câble et qui en est tout proche ne semble pas la priorité de certains médecins)
4) obtenir un arrêt maladie le temps de se soigner (il vaut mieux résorber le trou de la sécu qu'empêcher un enseignant en souffrance de maltraiter ses élèves)

Alors les Yaka se faire arrêter et Fôkon se fasse soigner, ça va 5 minutes. La vie est plus compliquée et l'institution ne fait rien pour prévenir ou guérir ce type de problème (souffrances au travail dans une classe, harcèlement par les parents d'élèves ou les collègues ou la hiérarchie).

+1
Et la maternelle est très loin d'être le pays des bisounours, dixit une jeune collègue qui a eu le nez cassé suite à un coup de boule donné par un enfant de trois ans. Curieusement, ça n'est apparu dans aucun média.

Point positif: elle a pris du recul sur les conseils des formateurs. Elle ne s'accroupit plus pour mettre son visage au niveau des élèves pour leur parler.

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par Volubilys le Ven 15 Jan 2016 - 21:33

@atrium a écrit:
@gelsomina31 a écrit:Pour info et sans vouloir émettre un quelconque jugement sur cette affaire précise, je voudrais apporter un éclairage sur comment ce genre de faits divers.

Imaginons une classe maternelle lambda, avec une enseignante lambda (ni douée, ni nulle, qui fait juste son travail correctement).
Pour qu'un parent d'élève soit poursuivi pour agression ou harcèlement sur cette enseignante, il faut que les faits aillent loin (coup et blessure, assassinat) car, de ma toute petite expérience et de ce que j'ai pu observer, les parents d'élèves circulent presque comme ils veulent en maternelle et ce, plusieurs fois par jour.

A supposer que l'enseignante se plaigne du comportement d'un parent d'élève à son endroit, il faut encore du temps pour que les collègues et la direction se bougent puis que l'IEN (qui commence par mettre la parole de son personnel en doute et qui, par contre, prend la paroles des parents d'élève pour l'Evangile) considère le problème.

Perso, je me suis faite avoir en janvier dernier (des parents d'élèves qui me harcelait à l'accueil et qui se plaignaient de moi auprès de l'IEN sans avoir d'argument précis), l'IEN a donné raison aux parents d'élèves et m'a imposé une visite de CPC qui n'a servi qu'à m'enfoncer davantage. Donc, quand certains parents d'élève sont repartis à l'assaut en avril dernier, avant de passer par la case IEN, je me suis adressée à mon syndicat et là, curieusement, l'IEN a pris les choses au sérieux et m'a manifesté un micro-minimum de soutien face aux parents harceleurs.
C'était trop tard pour moi (je me suis faite arrêtée avant de craquer complètement) mais au moins certaines vérités (mon professionnalisme, les abus des parents d'élèves) ont été rétablies.

Une dernière chose : se faire arrêter avant de craquer...  Rolling Eyes  Pas si facile que ça de nos jours.  
A Marat sur Oise (grande ville isarienne), je n'ai trouvé aucun médecin pour m'arrêter alors que j'étais en pleine crise de déprime et de panique (j'envisageais par moment d'aller dans le décor avec mon véhicule). Je suis même allée faire un tour aux urgences de l’hôpital de ma ville et après m'avoir assommée chimiquement,il m'ont renvoyé aux médecins locaux...
Il a fallu que j'aille voir mon médecin de famille à 80 km de chez moi (pour quelqu'un qui a des velléités d'accident de voiture, c'est pas évident) pour être enfin prise en charge sérieusement.

Encore une fois, si les accusations portées contre cette collègue sont vraies, elle doit être condamnée et sanctionnée.

Je veux seulement témoigner que quand on est sur le bord de péter un câble, il faut beaucoup de courage pour
1) s'en rendre compte soi-même (on veut tenir le coup, on ne veut pas abandonner sa classe)
2) oser demander de l'aide (collègues pas toujours sympas et pas toujours prêts à aider, hiérarchie qui nie votre souffrance)
3) réussir à trouver de l'aide (arrêter quelqu'un qui n'a pas encore pété son câble et qui en est tout proche ne semble pas la priorité de certains médecins)
4) obtenir un arrêt maladie le temps de se soigner (il vaut mieux résorber le trou de la sécu qu'empêcher un enseignant en souffrance de maltraiter ses élèves)

Alors les Yaka se faire arrêter et Fôkon se fasse soigner, ça va 5 minutes. La vie est plus compliquée et l'institution ne fait rien pour prévenir ou guérir ce type de problème (souffrances au travail dans une classe, harcèlement par les parents d'élèves ou les collègues ou la hiérarchie).

+1
Et la maternelle est très loin d'être le pays des bisounours, dixit une jeune collègue qui a eu le nez cassé suite à un coup de boule donné par un enfant de trois ans. Curieusement, ça n'est apparu dans aucun média.

Point positif: elle a pris du recul sur les conseils des formateurs. Elle ne s'accroupit plus pour mettre son visage au niveau des élèves pour leur parler.
Un enfant de 4 ans m'a retourné à doigt une fois, j'ai été mordu, j'ai eu un orteil en vrac (bleu avec l'ongle fendu) suite à un coup de talon rageur sur les orteils, un élève m'a planté un crayon dans le dos... malgré les apparences, les moins de 6 ans, ça peut faire très mal.
Et le fameux "passif" brandit dans l'article, peut n'être qu'une autre cabale de parents délirants à qui la tête de la maîtresse ne revenait pas, voir a été totalement inventé par radio-trottoir. (pour l'avoir vécu, et le vivre encore, ragots et calomnies sont toujours pris pour des vérités premières. Quand on veut tuer son chien on l'accuse de la rage...)
A la maternelle, on a les parents deux fois par jour minimum en classe, certain vivent dans une sorte de délire haineux et paranoïaque envers l'école...


Après, si la cette maîtresse a été maltraitante, qu'elle soit puni par la justice.


_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par A Tuin le Ven 15 Jan 2016 - 21:37

Ah non, il y a vraiment eu des enfants qui ont subi des misères et qui pleuraient rien qu'à l'idée d'aller dans la classe avec elle..


A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par A Tuin le Ven 15 Jan 2016 - 21:39

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
Faisons confiance à la justice de notre pays qui l'a relaxée.

Ah bon ?
Je ne retouve plus le smiley de l'éléphant rose, mais lui, quoi.

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par atrium le Ven 15 Jan 2016 - 21:48

@A Tuin a écrit:Ah non, il y a vraiment eu des enfants qui ont subi des misères et qui pleuraient rien qu'à l'idée d'aller dans la classe avec elle..


Tu as eu accès au dossier?

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par Volubilys le Sam 16 Jan 2016 - 9:18

@A Tuin a écrit:Ah non, il y a vraiment eu des enfants qui ont subi des misères et qui pleuraient rien qu'à l'idée d'aller dans la classe avec elle..

De un, je n'ai jamais dit le contraire.
De deux, vu le peu d'infos, toutes issues des familles plaignantes, c'est toujours à prendre avec recul, c'est à la justice d'enquêter et de juger.
De trois les pleures du matin, c'est quelque chose de courant en maternelle, sans que la maîtresse y soit pour quelque chose.

Je ne connais pas la vérité de cette affaire, si elle est coupable qu'elle soit condamnée, si c'est une cabale de parent qu'elle soit innocentée (et qu'elle porte plainte pour dénonciation calomnieuse). Voilà.


Dernière édition par Volubilys le Sam 16 Jan 2016 - 9:43, édité 1 fois

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par Mr le Sam 16 Jan 2016 - 9:33

Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Bon sang ! Elle les a obligé à lire un livre, ou quoi ? Shocked Shocked Shocked

Mr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par évolutions le Sam 16 Jan 2016 - 9:54

@Volubilys a écrit:
@atrium a écrit:
@gelsomina31 a écrit:
Et la maternelle est très loin d'être le pays des bisounours, dixit une jeune collègue qui a eu le nez cassé suite à un coup de boule donné par un enfant de trois ans. Curieusement, ça n'est apparu dans aucun média.

Point positif: elle a pris du recul sur les conseils des formateurs. Elle ne s'accroupit plus pour mettre son visage au niveau des élèves pour leur parler.
Un enfant de 4 ans m'a retourné à doigt une fois, j'ai été mordu, j'ai eu un orteil en vrac (bleu avec l'ongle fendu) suite à un coup de talon rageur sur les orteils, un élève m'a planté un crayon dans le dos... malgré les apparences, les moins de 6 ans, ça peut faire très mal.
Et le fameux "passif" brandit dans l'article, peut n'être qu'une autre cabale de parents délirants à qui la tête de la maîtresse ne revenait pas, voir a été totalement inventé par radio-trottoir. (pour l'avoir vécu, et le vivre encore, ragots et calomnies sont toujours pris pour des vérités premières. Quand on veut tuer son chien on l'accuse de la rage...)
A la maternelle, on a les parents deux fois par jour minimum en classe, certain vivent dans une sorte de délire haineux et paranoïaque envers l'école...


Après, si la cette maîtresse a été maltraitante, qu'elle soit puni par la justice.

Alors là, je suis époustouflé. La maternelle peut donc être également une fosse aux lions comme j'aime dire de temps en temps en parlant de la classe ou de la cour de récréation en école élémentaire. Je suis certain qu'une partie de la population et, beaucoup plus grave, que la hiérarchie et une partie de la classe politique, pensent que l'école primaire (maternelle et élémentaire) est un pays de bisounours. Vos témoignages nous rappellent qu'elle peut être également un terrain de jeu pour les "gremlins" que notre société moderne a engendrés.

évolutions
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par atrium le Sam 16 Jan 2016 - 10:22

@Volubilys a écrit:
@A Tuin a écrit:Ah non, il y a vraiment eu des enfants qui ont subi des misères et qui pleuraient rien qu'à l'idée d'aller dans la classe avec elle..

De un, je n'ai jamais dit le contraire.
De deux, vu le peu d'infos, toutes issues des familles plaignantes, c'est toujours à prendre avec recul, c'est à la justice d'enquêter et de juger.
De trois les pleurs du matin, c'est quelque chose de courant en maternelle, sans que la maîtresse y soit pour quelque chose.

Je ne connais pas la vérité de cette affaire, si elle est coupable qu'elle soit condamnée, si c'est une cabale de parent qu'elle soit innocentée (et qu'elle porte plainte pour dénonciation calomnieuse). Voilà.

Les PE (particulièrement en maternelle) hésitent trop souvent à le faire. Parfois, le simple fait de rappeler que cette possibilité existe, sans même passer à l'acte, permet de retrouver un dialogue plus apaisé et rationnel avec les parents. Vécu.

Au cas où des mal-comprenants nous liraient, je précise que, bien entendu, les cas de maltraitance réelle doivent être sanctionnés, s'ils sont avérés, comme le prévoit la loi. La diffamation et la calomnie tombent également sous le coup de la loi, ce que certains, sous prétexte qu'il s'agit de leur enfant et qu'il est encore très jeune, ont tendance à oublier. Aucune raison que la présomption d'innocence et les règles de procédure pénale ne s'appliquent pas aux PE et aux parents de jeunes enfants, n'en déplaise à Madame l'ex ministre de la famille (suivez mon regard).

Le simple fait qu'une telle accusation soit portée a des conséquences sur l'enseignant accusé même s'il est finalement innocenté, donc on réfléchit avant de tenir des propos qui peuvent eux aussi tomber sous le coup de la loi. On n'aura pas toujours la chance de tomber sur des collègues qui s'écrasent même quand ils ne sont pas en tort.

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par Mr le Mar 19 Jan 2016 - 11:26

La diffamation et la calomnie tombent également sous le coup de la loi, ce que certains, sous prétexte qu'il s'agit de leur enfant et qu'il est encore très jeune, ont tendance à oublier.

Dans la théorie, certes. Dans la pratique, c'est une autre affaire...

Mr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une institutrice en garde à vue pour "violences" contre des élèves

Message par atrium le Mer 20 Jan 2016 - 8:32

Leperenoelnoir a écrit:
La diffamation et la calomnie tombent également sous le coup de la loi, ce que certains, sous prétexte qu'il s'agit de leur enfant et qu'il est encore très jeune, ont tendance à oublier.

Dans la théorie, certes. Dans la pratique, c'est une autre affaire...



Bien sûr, mais tout le monde n'en est pas conscient, raison pour laquelle on peut évoquer cette possibilité, si on pense qu'elle permettra de faire un peu réfléchir les excités avant de renouer les fils du dialogue, sans pour autant l'utiliser... Twisted Evil


atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum