adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Philippus magister le Dim 19 Juil 2015 - 8:46

Bonjour à tous,
Quelqu'un aurait-il des idées (de grille ou autres supports; la grille peut être un point de départ, on peut peut-être trouver plus original) pour étudier l'adaptation cinématographique d'une oeuvre? Je suis dans Madame Bovary et je voudrais montrer la façon dont Chabrol adapte la scène du bal (qui est par bonheur sur you tube) J'avais pensé aussi comparer avec Renoir, mais je n'ai pas le film.
Merci beaucoup,
Philippe

Philippus magister
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Rosanette le Dim 19 Juil 2015 - 9:24

Plus long que la simple grille, les faire travailler à partir de captures d'écran de la scène, en essayant de leur accoler un passage précis du texte et faire écrire aux élèves un bref paragraphe à chaque fois où ils commentent les partis-pris du réalisateur.

La version de Renoir est disponible à la vente en DVD sur Amazon pour moins de 15 euros (même si c'est plutôt un Renoir mineur) - Je ne suis cours après les adaptations de romans patrimoniaux de ce réalisateur.

Chabrol et Madame Bovary on peut en dire du mal mais c'est vraiment la rencontre d'un réal et de son sujet.

Rosanette
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par User5899 le Dim 19 Juil 2015 - 10:16

@Rosanette a écrit:Plus long que la simple grille, les faire travailler à partir de captures d'écran de la scène, en essayant de leur accoler un passage précis du texte et faire écrire aux élèves un bref paragraphe à chaque fois où ils commentent les partis-pris du réalisateur.
Le cinéma se définit par l'image mobile, pas par la photographie instantanée.
Et ce n'est pas qu'une histoire de parti-pris : cinéma et roman sont deux langages différents. A l'ignorer, on étudie mal et le roman et le film (qui exige une approche spécifique).
Bref, nos élèves ont vraiment du mal à apprendre à lire le français littéraire : ne diluons pas cet apprentissage dans un autre qu'en plus, nous maîtriserions mal. Je trouve bien plus pertinent d'étudier (si l'on a le savoir mobilisable pour) un film indépendamment de toute adaptation.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Philippus magister le Dim 19 Juil 2015 - 11:21

merci à Cripure et à Rosanette.
Etudier les choix dans les adaptations diverses (je découvre au passage celle de Minelli. La scène du bal est cocasse avec le recul) est une façon d'illustrer la préface de Pierre et Jean de Maupassant et de les faire réfléchir sur ce qu'est le réalisme, un mot galvaudé sur lequel je travaille. Le travail sur le langage cinématographique est une façon d'accéder à celui "de la littérature" et de montrer que les choix et les écarts par rapport à une norme linguistique sont les éléments les plus intéressants sur le plan sémantique.
Cordialement,
PF

Philippus magister
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par User5899 le Dim 19 Juil 2015 - 11:55

J'entends bien. Mais une "norme" et un "écart" dans le langage cinématographique n'ont pas grand-chose en commun avec le langage strictement verbal. Voir la scène de début de Il était une fois la Révolution.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Sei le Dim 19 Juil 2015 - 13:01

Pour la scène du bal, il me paraît judicieux d'étudier tout particulièrement le travail du son, qui est finalement le choix de Chabrol pour mettre en scène les "l'un" / "l'autre" / "on" et le caractère étranger d'Emma dans ce monde du bal.

Cela dit, la scène de bal est un topos en cinéma, et finalement, Chabrol travaille plus ce topos que la scène de Flaubert. Je trouverais plus juste (mais évidemment plus long), de travailler sur plusieurs scènes de bal pour réfléchir à la manière dont les cinéastes mettent en scène le mouvement, la danse, la temporalité d'un bal.

Sei
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par User5899 le Dim 19 Juil 2015 - 13:42

Chez Flaubert, au lieu de faire lire la scène du bal, vous faites lire conjointement, au début de I, 9, Emma qui rêve sur le porte-cigares qu'elle croit provenir de chez le vicomte, et la fin de I, 9 (avec réflexion sur la composition du chapitre), où elle ne rêve pas du tout sur le machin oublié dans un tiroir, qui vient de lui piquer la main : son bouquet de mariage. Là vous avez une formidable étude littéraire à conduire en seconde ou en 1re (ça avait été mon inspection de fin de stage jadis, d'ailleurs). Vous avez l'effet de réel du réalisme, la faon de faire avancer l'histoire sans qu'il y ait d'action, vous avez la focalisation interne, le discours indirect libre, vous avez de quoi monter une séance hyper riche. Le bal...
Ou alors le début de I, 7 : les rêves de ce qu'aurait dû être la lune de miel.
Bref, étudier un roman, c'est d'abord trouver dans le roman les passages es plus pertinents pour y entrer. ce n'est pas avec un film que ça va marcher

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par JPhMM le Dim 19 Juil 2015 - 13:45

Très naïvement, et sans doute très HS :

Je n'aime que très rarement les adaptations cinématographiques, elles me volent quelque chose, des images personnelles, et surtout des "voix". Ainsi, jamais d'Artagnan n'aura dans un film la voix qu'il a dans le livre (je me comprends). Elles me volent mon rapport personnel au texte. Je trouve cela très désagréable.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par User5899 le Dim 19 Juil 2015 - 15:09

@JPhMM a écrit:Très naïvement, et sans doute très HS :

Je n'aime que très rarement les adaptations cinématographiques, elles me volent quelque chose, des images personnelles, et surtout des "voix". Ainsi, jamais d'Artagnan n'aura dans un film la voix qu'il a dans le livre (je me comprends). Elles me volent mon rapport personnel au texte. Je trouve cela très désagréable.
Oh que non, JP, ce n'est ni naïf ni HS, c'est THE point ! L'imaginaire ne se construit pas sur des images et faire voir une adaptation est nécessairement la ruine du livre. D'abord, il y a l'illusion de l'accès facile (nos lycéens vous disent tranquillement : je n'ai pas lu le livre mais j'ai vu le film, c'est pareil. Ils n'ont donc absolument pas compris la démarche, si tant est que leur enseignant l'a comprise lui-même), puis il y a la construction de l'imaginaire des enfants/adolescents, dont nous sommes en partie responsables. Enfin, il y a la question du langage, qui semble être reléguée à l'arrière-plan. Ces questions d'adaptation sont conduites souvent sans réflexion sur les critères de comparaison, et l'on constate souvent également que ceux qui font voir des adaptations, en fait, n'étudient pas l’œuvre, mais ne montrent que des comparaisons. Ce qui n'est rien, au fond.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Anne R. le Dim 19 Juil 2015 - 15:10

@Philippus magister a écrit:Bonjour à tous,
Quelqu'un aurait-il des idées (de grille ou autres supports; la grille peut être un point de départ, on peut peut-être trouver plus original) pour étudier l'adaptation cinématographique d'une oeuvre? Je suis dans Madame Bovary et je voudrais montrer la façon dont Chabrol adapte la scène du bal (qui est par bonheur sur you tube) J'avais pensé aussi comparer avec Renoir, mais je n'ai pas le film.
Merci beaucoup,
Philippe
   A mon avis, la scène du bal la plus réussie, c'est celle de Minelli.

Anne R.
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Sei le Dim 19 Juil 2015 - 15:19

Pour le plaisir, la scène d'ouverture de La porte du paradis (Hupper joue dans le film, d'ailleurs), légèrement tronquée me semble-t-il. I love you


Sei
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par JPhMM le Dim 19 Juil 2015 - 15:22

Cripure a écrit:
@JPhMM a écrit:Très naïvement, et sans doute très HS :

Je n'aime que très rarement les adaptations cinématographiques, elles me volent quelque chose, des images personnelles, et surtout des "voix". Ainsi, jamais d'Artagnan n'aura dans un film la voix qu'il a dans le livre (je me comprends). Elles me volent mon rapport personnel au texte. Je trouve cela très désagréable.
Oh que non, JP, ce n'est ni naïf ni HS, c'est THE point ! L'imaginaire ne se construit pas sur des images et faire voir une adaptation est nécessairement la ruine du livre. D'abord, il y a l'illusion de l'accès facile (nos lycéens vous disent tranquillement : je n'ai pas lu le livre mais j'ai vu le film, c'est pareil. Ils n'ont donc absolument pas compris la démarche, si tant est que leur enseignant l'a comprise lui-même), puis il y a la construction de l'imaginaire des enfants/adolescents, dont nous sommes en partie responsables. Enfin, il y a la question du langage, qui semble être reléguée à l'arrière-plan. Ces questions d'adaptation sont conduites souvent sans réflexion sur les critères de comparaison, et l'on constate souvent également que ceux qui font voir des adaptations, en fait, n'étudient pas l’œuvre, mais ne montrent que des comparaisons. Ce qui n'est rien, au fond.
Oui voilà.
J'ai eu l'occasion de percevoir ce "vol" en creux, par expérience inversée, en lisant des romans Star Wars (préquelles ou séquelles). Ils sont sans saveur, sans couleur, fades, et pas simplement du fait de leur faible qualité littéraire (sans doute renforcée par la traduction), mais aussi à cause de cet "en creux" causé par l'absence des effets des films, qui appartiennent à des imaginaires aux structures très différentes. Star Wars sans ses constructions audiovisuelles n'est plus que fils de fer.

Autre expérience, très troublante, fut celle de la lecture de l'Odyssée de l'Espace : film et roman se nourrissent, s'enrichissent, du fait de leurs élaborations parallèles et simultanées.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Sei le Dim 19 Juil 2015 - 15:23

Et sinon, je suis aussi d'accord avec ceux qui pensent que le film est souvent à perte par rapport à l'œuvre. Si je devais comparer le film de Chabrol et le roman de Flaubert, je choisirais la scène du fiacre pour montrer que Flaubert est cent fois plus cinéaste que Chabrol, sachant admirablement jouer du hors champ (ce papier jeté par la fenêtre…), et, ainsi jouant avec la puissance de l'imaginaire des lecteurs. Chabrol montre tout, c'est-à-dire rien.

Sei
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par User5899 le Dim 19 Juil 2015 - 16:21

@Sei a écrit:Et sinon, je suis aussi d'accord avec ceux qui pensent que le film est souvent à perte par rapport à l'œuvre. Si je devais comparer le film de Chabrol et le roman de Flaubert, je choisirais la scène du fiacre pour montrer que Flaubert est cent fois plus cinéaste que Chabrol, sachant admirablement jouer du hors champ (ce papier jeté par la fenêtre…), et, ainsi jouant avec la puissance de l'imaginaire des lecteurs. Chabrol montre tout, c'est-à-dire rien.
Et en plus, un détail qu'on ne remarque pas toujours. Le "kleenex" jeté par la fenêtre, "comme un papillon blanc", fait écho au bouquet dont je parlais plus haut, brûlé à la fin de I, 9, et dont les débris s'envolent par la cheminées "comme des papillons noirs". Quant on connaît la place des papillons dans la littérature et la musique romantique, on arrive à mettre un beau petit réseau littéraire en évidence. Et celui qui compare film et livre paraphrase : "Bah c'est pas pareil"...

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Sei le Dim 19 Juil 2015 - 16:28

Cripure a écrit:
@Sei a écrit:Et sinon, je suis aussi d'accord avec ceux qui pensent que le film est souvent à perte par rapport à l'œuvre. Si je devais comparer le film de Chabrol et le roman de Flaubert, je choisirais la scène du fiacre pour montrer que Flaubert est cent fois plus cinéaste que Chabrol, sachant admirablement jouer du hors champ (ce papier jeté par la fenêtre…), et, ainsi jouant avec la puissance de l'imaginaire des lecteurs. Chabrol montre tout, c'est-à-dire rien.
Et en plus, un détail qu'on ne remarque pas toujours. Le "kleenex" jeté par la fenêtre, "comme un papillon blanc", fait écho au bouquet dont je parlais plus haut, brûlé à la fin de I, 9, et dont les débris s'envolent par la cheminées "comme des papillons noirs". Quant on connaît la place des papillons dans la littérature et la musique romantique, on arrive à mettre un beau petit réseau littéraire en évidence. Et celui qui compare film et livre paraphrase : "Bah c'est pas pareil"...

Oh oui, bien vu ! Vous me donnez envie de relire le roman, et de l'étudier.

Sei
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Iphigénie le Dim 19 Juil 2015 - 16:37

Il y a aussi le cas des écrivains qui réalisent eux-mêmes  ou supervisent l'adaptation de leurs œuvres comme Giono pour son Roi ou Mauriac pour Thérèse Desqueyroux ( la version avec PH. Noir et et E. Riva bien sûr: et là aussi on voit que filmer et écrire ce n'est pas le même langage.
L'étrange film de Giono sur le Roi est, je le signale au passage, en intégralité sur you tube.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par User5899 le Dim 19 Juil 2015 - 16:50

@Iphigénie a écrit:Il y a aussi le cas des écrivains qui réalisent eux-mêmes  ou supervisent l'adaptation de leurs œuvres comme Giono pour son Roi ou Mauriac pour Thérèse Desqueyroux ( la version avec PH. Noir et et E. Riva bien sûr: et là aussi on voit que filmer et écrire ce n'est pas le même langage.
L'étrange film de Giono sur le Roi est, je le signale au passage, en intégralité sur you tube.
Oui. Et anecdote technique intéressante : il a exigé de Kodack une pellicule qui produise un rendu aussi terne que possible, sauf pour le rouge, et la firme, qui testait des produits pour obtenir des couleurs flashy (cf. certaines photos développées en 1973 : c'est inimitable !), était bien marrie de devoir tourner le dos au progrès Razz

Langage, langage, langage.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par User5899 le Dim 19 Juil 2015 - 16:52

@Sei a écrit:
Cripure a écrit:
@Sei a écrit:Et sinon, je suis aussi d'accord avec ceux qui pensent que le film est souvent à perte par rapport à l'œuvre. Si je devais comparer le film de Chabrol et le roman de Flaubert, je choisirais la scène du fiacre pour montrer que Flaubert est cent fois plus cinéaste que Chabrol, sachant admirablement jouer du hors champ (ce papier jeté par la fenêtre…), et, ainsi jouant avec la puissance de l'imaginaire des lecteurs. Chabrol montre tout, c'est-à-dire rien.
Et en plus, un détail qu'on ne remarque pas toujours. Le "kleenex" jeté par la fenêtre, "comme un papillon blanc", fait écho au bouquet dont je parlais plus haut, brûlé à la fin de I, 9, et dont les débris s'envolent par la cheminées "comme des papillons noirs". Quant on connaît la place des papillons dans la littérature et la musique romantique, on arrive à mettre un beau petit réseau littéraire en évidence. Et celui qui compare film et livre paraphrase : "Bah c'est pas pareil"...

Oh oui, bien vu ! Vous me donnez envie de relire le roman, et de l'étudier.
On n'a jamais fini de relire un roman de Flaubert veneration
Je connais des T L qui vont s'en rendre compte diable

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: adaptation cinématographique d'oeuvres littéraire en lycée: des idées!

Message par Rosanette le Dim 19 Juil 2015 - 16:59

Je pense qu'une fois qu'on a posé la nécessité de voir dans cinéma et littérature deux langages (et avoir donné des clefs pour le langage cinématographique), on peut quand même travailler l'adaptation d'une œuvre en tant qu'adaptation à profit. Les deux aspects vont souvent de paire (voir le programme de l'agrég d'anglais, qui accole à une œuvre son adaptation filmique en précisant qu'il ne s'agit pas de l'étudier comme adaptation Suspect on comprend la portée d'une telle précision mais elle reste hypocrite).

Je me souviens de notre travail en 1ere sur le roman et le film Un Long dimanche de fiançailles, intéressant à travailler sous cet angle-là car la forme quasi-intégralement épistolaire est très délicate à travailler pour un réalisateur (et puis Jeunet avait par exemple modifié le handicap de Mathilde, parce qu'il estimait - à raison je pense - qu'un fauteuil roulant présent systématiquement à l'écran détournait le spectateur du jeu de l'acteur - c'était avant Intouchables ^^).

Quand j'étais en Angleterre, j'avais également travaillé avec mes étudiants sur la scène d'ouverture du roman de Japrisot et du film de Jeunet, qui pose immédiatement la question des deux grammaires bien distinctes.

Mon idée des photogrammes était un support pour accompagner une séquence précise sur un travail autour de l'adaptation, mais elle ne remplace évidemment pas le visionnage intégral de la scène et les remarques sur le son, le montage ou les plans - c'est davantage pour varier de la grille.

Rosanette
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum