Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Will.T
Prophète

Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Will.T le Mar 25 Aoû 2015 - 7:39
le monde a écrit:Depuis 2006, le système universitaire français a totalement harmonisé ses diplômes dans le cadre européen, le cursus post-bac se déroulant depuis dix ans en trois cycles : licence (bac + 3), master (bac + 5) et doctorat (bac + 8). Dans certaines filières et certains établissements, l’harmonisation du master n’a cependant été faite qu’en façade : entre la première année (M1) et la seconde (M2), les cartes sont totalement rebattues. Il n’y existe aucune garantie de pouvoir poursuivre ses études dans le même établissement. La sélection, qui existait auparavant à l’issue de la maîtrise (bac + 4), persiste dans les faits au sein d’un cycle supposé cohérent de quatre semestres.
lire la suite.
avatar
VicomteDeValmont
Esprit éclairé

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par VicomteDeValmont le Mar 25 Aoû 2015 - 7:59
Il faut bien qu'il y ait une sélection à un moment donné dans les râteliers universitaires.
La logique voudrait qu'elle se fasse au moment du passage en Master mais comme ce n'est pas toujours le cas, il arrive qu'elle se produise ensuite.

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Marcel Khrouchtchev le Mar 25 Aoû 2015 - 8:18
Il faudra alors noter plus strictement les M1 et leur mettre moins de 10. Car aujourd'hui, un M1 obtenu avec 10 ne vaut strictement rien dans de très nombreux cas (comme c'était le cas, dans des disciplines variées, pour une maîtrise obtenue avec 10).
avatar
Edgar
Neoprof expérimenté

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Edgar le Mar 25 Aoû 2015 - 8:24
Je ne comprends pas ce refus de sélectionner en France. Au CP je veux bien, mais à bac + 3 et plus, je ne vois pas pourquoi c'est un tel scandale. Les diplômes ne valent plus rien tant ils sont bradés et repêchés (je l'observe au niveau master 1 de mon côté) et on continue à faire en fac comme au brevet des collèges. On dirait que tout est fait en France pour favoriser de facto et bêtement le privé face au public, ou la Grande Ecole face â l'Université, à cause de ceux-là même qui prétendent oeuvrer pour l'intérêt commun.


Dernière édition par Edgar le Mar 25 Aoû 2015 - 8:26, édité 1 fois
avatar
VicomteDeValmont
Esprit éclairé

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par VicomteDeValmont le Mar 25 Aoû 2015 - 8:25
C'est exact, mais si ça devient problématique de refuser le passage en M2 après l'obtention ric-rac du M1, il faut être plus strict quant au passage en master.
A défaut, beaucoup moins indulgent dans la notion en M1 notamment concernant le mémoire de première année de master (pour les universités qui le pratiquent).

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Marcel Khrouchtchev le Mar 25 Aoû 2015 - 8:26
Il faut aussi prendre en compte un facteur très important pour les "petites facs": si on sélectionne après la L3 de façon correcte, on n'aura plus suffisamment d'étudiants en M1 pour que ces formations se maintiennent (il faut dans mon université 10 étudiants en M1, il est parfois difficile de les réunir).
avatar
Edgar
Neoprof expérimenté

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Edgar le Mar 25 Aoû 2015 - 8:29
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Il faut aussi prendre en compte un facteur très important pour les "petites facs": si on sélectionne après la L3 de façon correcte, on n'aura plus suffisamment d'étudiants en M1 pour que ces formations se maintiennent (il faut dans mon université 10 étudiants en M1, il est parfois difficile de les réunir).

C'est un argument tout à fait déterminant que tu avances en effet, et qui est réel. Il traduit toutefois le fait que les écoles soient dans des logiques personnelles de clientèle et de survie qui sont antagonistes avec la notion de qualité . Une difficile dialectique...
avatar
VicomteDeValmont
Esprit éclairé

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par VicomteDeValmont le Mar 25 Aoû 2015 - 8:33
C'est vrai. Et ça s'applique aussi pour les licences dans les susdites universités. Si elles ne veulent pas perdre un cursus au profit de la plus grosse université voisine, elles sont obligées de maintenir à flot suffisamment d'étudiants chaque année.

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
avatar
Siggy
Niveau 9

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Siggy le Mar 25 Aoû 2015 - 9:24
Effectivement, je me souviens avoir dû rédiger une lettre de motivation pour pouvoir être acceptée en M2 enseignement. Je n'avais pas compris pourquoi, nous étions déjà 10 étudiants en M1 (c'est peu), nous avions tous été admissibles (capes exceptionnel), comment pouvaient-ils refuser? Nous avons tous été acceptés en M2. 
S'il y a une sélection à faire, elle devrait se faire plus tôt, sachant que même s'il n'y en a pas en Licence, le nombre d'étudiants qui décrochent pour x raisons (ce que je peux comprendre) peut passer pour un premier tri.
avatar
Edgar
Neoprof expérimenté

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Edgar le Mar 25 Aoû 2015 - 9:34
A l'époque où je voulais faire mon DESS (master 2 actuel), on devait faire une lettre de motivation et envoyer ses notes de maîtrise aux universités dans lesquelles on postulait. Si on était retenu, on passait ensuite un examen de sélection écrit (3 épreuves) puis on finissait par un entretien oral de motivations.
Apices Juris
Niveau 6

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Apices Juris le Mar 25 Aoû 2015 - 11:33
Bonjour,

L'article du Monde se fonde sur les référés de cet été (qui font suite à une décision du TA de Bordeaux du 5 décembre 2013) qui se basent tous sur l'article L. 612-6. Cet article prévoit que « l'admission dans les formations du deuxième cycle est ouverte à tous les titulaires des diplômes sanctionnant les études de premier cycle » (j'aime bien la mise entre guillemets par Le Monde alors qu'il ne cite pas exactement le texte du code – sacrés journalistes !). L'article L. 612-6 renvoie d'éventuelles exceptions (donc la sélection) à un décret qui n'a jamais été pris.

Mais un référé du TA de Lyon du 5 août dernier a jugé au contraire que la sélection en M2 est légale. Il se fonde sur l'article L. 613-1 qui dispose que « les règles communes pour la poursuite des études conduisant à des diplômes nationaux, les conditions d'obtention de ces titres et diplômes, le contrôle de ces conditions et les modalités de protection des titres qu'ils confèrent, sont définis par arrêté du ministre chargé de l'enseignement supérieur, après avis ou proposition du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche ».

Le TA de Lyon estime que l'article L. 612-6 n'est pas applicable car il ne concerne que l'accès en M1. Le TA de Lyon considère que l'accès en M2, c'est de la poursuite d'études, donc l'article L. 613-1. Et c'est en vertu de cet article L. 613-1 que le ministre a pu prévoir une sélection pour l'accès en M2 par voie d'arrêté. CQFD.

La discussion au ministère risque donc de tourner court et la résolution du problème sera peut-être renvoyée dans un premier temps à la décision du juge administratif  – le Conseil d'État en cassation – car il va falloir trancher entre les deux interprétations.


Dernière édition par Apices Juris le Mar 25 Aoû 2015 - 11:36, édité 1 fois

_________________
Apices juris non sunt jura.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Marcel Khrouchtchev le Mar 25 Aoû 2015 - 11:34
Merci pour ces précisions très intéressantes!
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par User5899 le Mar 25 Aoû 2015 - 13:31
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Il faudra alors noter plus strictement les M1 et leur mettre moins de 10. Car aujourd'hui, un M1 obtenu avec 10 ne vaut strictement rien dans de très nombreux cas (comme c'était le cas, dans des disciplines variées, pour une maîtrise obtenue avec 10).
A Aix en lettres, une maîtrise avec une autre mention que TB était jadis une porte fermée à toute poursuite d'études dans cette université
avatar
maikreeeesse
Neoprof expérimenté

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par maikreeeesse le Mar 25 Aoû 2015 - 13:38
idem en sciences à Strasbourg...Avec une mention "bien" aux partiels de juin, les professeurs (avec raison) m'avaient fortement déconseillé de débuter une thèse. C'était il y a 20 ans.
avatar
RogerMartin
Empereur

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par RogerMartin le Mar 25 Aoû 2015 - 13:55
Pour l'entrée en doctorat, la sélection reste de fait. Même si les statuts d'une université ne prévoient aucun critère sur les notes de M, pour s'inscrire, il faut être accepté par un directeur de thèse. Rien je crois ne peut (encore) contraindre un professeur à inscrire un étudiant s'il ne le souhaite pas. J'ai vu certains collègues ne pas répondre à des demandes insistantes de RDV après qu'ils avaient expliqué de vive voix à un étudiant qu'ils pensaient que leur niveau ne serait pas suffisant. J'ai toujours pensé que ces collègues voulaient éviter tout recours au cas où ils écriraient "je ne veux pas vous inscrire parce que je pense que vous n'avez pas le niveau".

Evidemment, il y a des facs où les collègues courent après les doctorants, exactement pour les mêmes raisons que celles qui conduisent à accepter des étudiants en M1 pour "sauver" une formation -- ce que décrit MK, et qui est une réalité. Et les profs et MCF HDR peuvent toucher une prime d'encadrement doctoral et de recherche directement motivée par le nombre de doctorants, ce qui peut aussi amener une certaine indulgence.

Auparavant, l'entrée en DEA/DESS était régulée par des critères de notes souvent inscrits dans la maquette même de ces enseignements. Maintenant qu'ils correspondent à la deuxième année d'un cycle (M1-M2), tout est à la fois plus compliqué... et plus simple! Il suffi(ra)it de noter très sèchement le M1, ce qui est d'autant plus facile qu'il y a en M de nombreux enseignements disciplinaires qui n'existaient pas en lettres pour l'ancienne maîtrise, et dont on peut fixer le niveau comme on l'entend.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
Contenu sponsorisé

Re: Le master à la française ne peut plus être "coupé en deux".

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum