Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
jésus
Habitué du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par jésus le Sam 7 Nov 2015 - 11:38
@Diclonia a écrit:Comme Lorine le dit, ce n'est pas un métier passion pour tout le monde, quelques rares profs le sont car il fallait bien gagner sa vie à un moment !
Ma passion à moi, c'était la littérature... mon métier est purement alimentaire.
Et je pense que cela fait la différence.
Cela ne veut pas dire que je ne m'implique pas dans mon boulot, enfin, que je ne m'impliquais pas... l'an dernier, grosse pression, grosse fatigue, coups bas... limite du burn out...
J'ai de la chance, je suis très bien entourée, j'ai levé le pied, et désormais, je fais mon job, sans plus, et je me garde mes week-end et mes vacances, sans ouvrir le cartable !
Je ne veux plus me ruiner la santé pour un boulot fait pour payer mes factures.

J'aimerais aussi changer, trouver un métier passion, mais avec une maîtrise de lettres et un caer, on ne va pas bien loin... et il faut bien payer ses factures...

Quant aux démissions... mes parents étaient profs, dans les années 60/70, en lycée pro, tous deux ont démissionnés, à cause du système de mutation, incompatible avec une vie de famille, à cause de certains inspecteurs aux réflexions assassines, à cause d'une direction infantilisante et méprisante, à cause d'élèves déjà irrespectueux ou dangereux pour certains (rares, mais suffisamment nombreux pour effrayer ma mère...)
Ils se sont reconvertis : mon père a repris ses études vers 30 ans, et ma mère est devenue éducatrice. Ça a été dur, avec juste le salaire maternel... mais ils s'en sont sortis... Serait-ce possible aujourd'hui ?? Pas sur...

d'accord avec ça, mais c'est un sacrilège ou un tabou dans la profession entourée du mythe prof= métier passion, de dire que l'on fait ça pour payer ses factures...
Payer ses factures, ça va un moment, je l'ai fait aussi, ça sert bien mais à un moment, on souhaite faire autre chose parce que cela donne une vie assez terne... j'ai laissé tomber, perso. Car un boulot qui devrait être intéressant, ne l'ait pas.
j'aurais jamais osé imaginé dire que prof de philo, c'était un job alimentaire ( comme bosser en usine, mais si ça l'était, et même bosser en usine en poste est moins prise de tête). Et on m'a fait payé durement le fait d'avoir pris un job de prof comme étant alimentaire...en étant contractuel.
Mais c'est le cas, à force de non-projet collectifs, collègues individualistes, élèves braqués contre la matière, direction inhumaine, trajets trop longs, salaire peu mirobolants, entourage peu concerné par mes problèmes de profs ( évoluant dans un autre milieu), ancien collègues de philo aux abonnés absents.
avatar
InvitéeLoCha
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par InvitéeLoCha le Sam 7 Nov 2015 - 11:50
Tout métier est purement alimentaire, il me semble .C'est pour ça que le Travail existe
avatar
jésus
Habitué du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par jésus le Sam 7 Nov 2015 - 11:51
En philo, ( c'est peut être valable ailleurs) l'agrégation est pour beaucoup un concours trophée , conquis par pur prestige personnel ( ça offre de meilleurs revenus) mais cela occulte la réalité du métier ( enseigner dans un lycée de province à des élèves pas toujours brillants) et entraîne de lourds désenchantements.
Certains, prennent cela pour prétexte pour mépriser tout ce qui ne touche pas à la meilleure manière de toucher ce graal ( hors de l'histoire de la philosophie avant le XVIII e siècle) et se transformer et s'auto-proclame gardien d'un temple en vérité vide...et désuet...
Le tout en ignorant qu'il y a d'autres voies prestigieuses, d'autres filières, et se mettre des oeillères sur tout autre voie pro.
En somme, beaucoup à la fac se créent les conditions idéales pour ensuite déchanter...faire quelques années et rêver de se barrer à l'étranger , faire des sciences po, éditions, et j'en passe...
avatar
jésus
Habitué du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par jésus le Sam 7 Nov 2015 - 11:53
Lorine a écrit:Tout métier est purement alimentaire, il me semble .C'est pour ça que le Travail existe

Ca, je suis d'accord mais les milieux universitaires, cultureux, élitistes ne le reconnaissent pas...
Et on te le fait bien ressentir, si on prend ce genre de métier pour de l'alimentaire, de la culpabilité...

En résumé, la "mythologie" développée à la fac, un autre mythologie de salle de prof ou encore sociale à 1000 lieues du quotidien et de la réalité m'a fait fuir aussi. Mythe, selon lequel gagner de l'argent alors qu'on n'est pas à 100% passionné ou investi, c'est mal et c'est un truc de glandeur ou de jouisseur capitaliste...
Mythe qui ne paye pas tes factures à la fin du mois...chose facile une fois titulaire quand un salaire tombe tous les mois...
Sans que ( bien sûr) jamais personne ne pose la question de la possibilité d'exercer sa passion ou être un peu épanoui sans avoir un minimum de ressource financière ou situation stable Rolling Eyes


Dernière édition par jésus le Sam 7 Nov 2015 - 12:10, édité 1 fois
florestan
florestan
Grand sage

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par florestan le Sam 7 Nov 2015 - 11:58
Lorine a écrit:Tout métier est purement alimentaire, il me semble .C'est pour ça que le Travail existe

C'est un peu réducteur quand même.
teobaldo
teobaldo
Niveau 2

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par teobaldo le Sam 7 Nov 2015 - 12:27
L'idée d'exercer un métier par passion est assez malsaine, elle induit qu'on travaille pour le plaisir et donc que les compétences et le professionnalisme n'ont aucune importance. Des branleurs quoi. C'est bien l'image du métier que l'EN cherche à véhiculer.
avatar
moonie
Niveau 9

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par moonie le Sam 7 Nov 2015 - 12:27
Tous les enseignants ne sont pas passionnés par leur métier. Un exemple parmi d'autres: la gestion de classe est devenue plus importante que le contenu de la discipline.
avatar
jésus
Habitué du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par jésus le Sam 7 Nov 2015 - 12:30
@teobaldo a écrit:L'idée d'exercer un métier par passion est assez malsaine, elle induit qu'on travaille pour le plaisir et donc que les compétences et le professionnalisme n'ont aucune importance. Des branleurs quoi. C'est bien l'image du métier que l'EN cherche à véhiculer.

les trois ne sont pas incompatibles, il me semble...
Et les enseignants sans professionnalisme ne font pas de vieux os, il me semble
(Le mythe du cercle des poètes disparus ou du savant fou qui fait tout brûler)
avatar
CarmenLR
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par CarmenLR le Sam 7 Nov 2015 - 12:38
@jésus a écrit:En philo, ( c'est peut être valable ailleurs) l'agrégation est pour beaucoup un concours trophée , conquis par pur prestige personnel ( ça offre de meilleurs revenus) mais cela occulte la réalité du métier ( enseigner dans un lycée de province à des élèves pas toujours brillants) et entraîne de lourds désenchantements.
Certains, prennent cela pour prétexte pour mépriser tout ce qui ne touche pas à la meilleure manière de toucher ce graal ( hors de l'histoire de la philosophie avant le XVIII e siècle) et se transformer et s'auto-proclame gardien d'un temple en vérité vide...et désuet...
Le tout en ignorant qu'il y a d'autres voies prestigieuses, d'autres filières, et se mettre des oeillères sur tout autre voie pro.
En somme, beaucoup à la fac se créent les conditions idéales pour ensuite déchanter...faire quelques années et rêver de se barrer à l'étranger , faire des sciences po, éditions, et j'en passe...

Ou devenir chercheur, écrivain, metteur en scène, artiste, directeur de festival, etc. Ce sont les pistes souvent très sérieusement évoquées dans les désirs de reconversion... :gratte:
Caspar
Caspar
Bon génie

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Caspar le Sam 7 Nov 2015 - 19:43
Beaucoup d'appelés et peu d'élus dans les métiers que tu cites.

J'ai été bénévole dans un festival de musique classique l'été dernier (chargé de l'accueil des artistes) et j'ai découvert à ma grande surprise et à mon grand plaisir que je pouvais faire autre chose qu'enseigner et que je me serais sans doute épanoui dans l'hôtellerie ou la restauration (ce que j'avais toujours su au fond de moi).

J'apprécie mes élèves et je trouve beaucoup d'intérêt à l'enseignement, mais c'est avant tout mon métier, un moyen de gagner ma vie, ce n'est pas ma "passion" ou ma "vocation".
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Aliceinwonderland le Sam 7 Nov 2015 - 22:43
C'est rigolo cette histoire de passion parce que me concernant je voulais surtout me reconvertir dans quelque chose de tranquille (ce que décrit une stagiaire actuellement sur un autre fil -les pleurs, la nausée, la sensation d'être dépassée et chahutée par le groupe classe, la boule au ventre avant le lundi, le médecin qui refuse de t'arrêter). Je ne cherchais pas du tout une passion, juste à m'échapper, j'aimais bien l'idée d'être mon propre chef, d'être indépendante. Mais ce n'était pas une passion. Loin de là.

Mais j'ai bien aimé les études, surtout l'aspect scientifique finalement (la linguistique en fac de médecine je ne sais pas où ils vont chercher les profs mais c'était indigeste).
Et cet été en rangeant mon bureau pour faire de la place à ma collègue, j'ai enlevé tous mes livres de littérature et racheté deux étagères Ikéa, une pour elle et une supplémentaire pour moi, et rangé rationnellement tout mon matériel : tout un pan bilan adultes/ bilans enfants, presque un mur entier pour la lecture avec les différents classeurs de confusions visuelles et phonétiques, la méthode Garnier-Lasek, la méthode Redlec, toutes sortes de jeux de lecture (dont toute ma collection de Tam tam et d'as des sons), tout un pan articulation phonologie, dont une partie  souffle et motricité buccale, et tout ce qui concerne le langage oral sur un mur entier du bureau : toutes sortes de jeux pour travailler le vocabulaire, la syntaxe, de matériel pour raconter, et aussi des jeux pour travailler  la mémoire, l'attention et les fonctions exécutives pour les enfants. J'ai mis aussi à part tout le matériel adulte (je me suis aperçue que j'avais un casier entier de matériel pour travailler la mémoire pour les adultes) , des classeurs entiers et des boîtes de chocolat recyclées de fiches et de jeux Orthomalin ou partagés sur les groupes Facebook etc, et je me suis dit que mon cabinet était vraiment devenu la caverne d'Ali Baba, et que si j'ai accumulé autant de matériel c'est bien que je suis un peu passionnée d'une certaine façon, même si je ne ressentais pas du tout cela comme une vocation au départ.

Ce qui me semble dommage, c'est que tout ce travail accumulé au fil des ans, cette expérience  j'aurais pu faire de même dans l'enseignement si on m'avait laissé un peu plus d'autonomie et de liberté, des conditions de travail correctes. La passion ce n'est pas seulement avoir la vocation, je pense aussi que c'est quelque chose qui se construit dans le temps (et je pense que certains professeurs y parviennent encore, parviennent à faire leur propre travail d'enseignant, à accumuler aussi une forme de richesse en construisant leurs cours).

Je me rappelle une discussion sur le vieux forum jaune du temps de Fabienne, je crois qu'un internaute disait que finalement le statut de stagiaire n'était pas si mal,bon il y avait l'IUFM inutile, on était certes infantilisé mais par rapport à un emploi chez Mac Do ou de saisonnier pour les vendanges finalement c'était quand même tranquille  ; un autre avait au contraire souligné que le fait d'en arriver à comparer le métier de professeur à des emplois aussi précaires et peu qualifiés montrait bien justement à quel point la profession était en train de se dégrader. Sur ce fil on n'en est pas encore là mais il y a cette idée que finalement bon il faut bien payer ses factures et tant qu'à faire... Si être enseignant c'est juste payer ses factures et gérer des ados, c'est quand même très triste... Mais c'est ce que le ministère semble avant tout attendre d'un professeur (je veux dire la gestion de classe, ne pas faire de vagues, laisser passer des enfants incultes de classe en classe)désormais. Mais je reste persuadée que c'est le signe d'une société qui va très mal.


Dernière édition par Aliceinwonderland le Dim 8 Nov 2015 - 9:10, édité 4 fois
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Aliceinwonderland le Sam 7 Nov 2015 - 22:55
Et je m'interroge beaucoup sur la possibilité de bien faire les choses sans un minimum de passion.
D'un côté, j'ai le sentiment que ce métier est finalement beaucoup trop chronophage (je n'arrive pas à trouver le temps de continuer mon mémoire et finalement je me dis que ce serait quand même bien de le finir) ; en même temps ce que je hais le plus c'est tout ce qui est administratif et je n'aurais pas aimé faire un métier purement alimentaire dans l'administratif justement, j'aime bien le contact avec les gens et le côté bricolage, la nécessité d'individualiser, de trouver pour chacun le petit déclic.
Un équilibre à trouver je pense. En espérant que j'y arrive.
gauvain31
gauvain31
Empereur

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par gauvain31 le Dim 8 Nov 2015 - 0:29
@florestan a écrit:
Lorine a écrit:Tout métier est purement alimentaire, il me semble .C'est pour ça que le Travail existe

C'est un peu réducteur quand même.

J'ai voulu faire le métier d'enseignant depuis l'âge de 12 ans (donc en dehors de toute considération liée à l'argent ou à la reconnaissance); j'aimais les SVT depuis la 6ème. C'était pour moi une vocation tout à fait naturelle. Je ne vois pas en quoi le fait de faire un métier par passion empêcherait-il de le faire avec sérieux??? C'est tout le contraire; les collègues que j'ai rencontrés qui ont subit une reconversion forcée (anciens de  Physique appliquée) ont été les pires collègues que j'ai vu : leur manque de motivation s'est ressenti sur le contact qu'ils avaient avec les élèves. Quand on aime son métier on ne peut le faire qu'avec sérieux et dévouement.

Quand la majorité des enseignants feront ce métier comme un métier réellement alimentaire (et ça viendra dans les 20-30 ans comme aux USA avec des étudiants qu'on viendra chercher, car il faut bien financer les études) alors là oui l'EN à la française aura totalement disparue sans espoir de retour. (c'est bien entamé par cette réforme mais ça va continuer avec le lycée...)
avatar
jésus
Habitué du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par jésus le Dim 8 Nov 2015 - 10:04
Oui, faut aimer et maîtriser sa matière pour bien l'enseigner ( il y a des rumeurs de reconversions forcées avec la réforme des colèges , par exemple)
j'ai enseigné le français et ça le faisait pas...d'autres le supporte mais pas moi ( et dire quand dans l'éducation, on me force à enseigner une matière alors que je n'ai pas la formation et dans le secteur culturel , avec la bonne formation on se fait jeter) Rolling Eyes

Après, j'invite aussi à éviter des écueils propres au monde enseignant.
Eviter d'être des éternels étudiants et vouloir s'inscrire à chaque rentée à un diplôme ( je parle en connaissance de cause, j'ai une envie de m'inscrire à la fac chaque année mais au fond le diplôme en question ne rapporterait rien sur le marché du travail)
Et quitte à s'inscrire dans une formation, autant que ce soit une formation pro qui marche et non juste pour le plaisir ( j'ai vu un topic là dessus) Car les années et le temps sont précieux et les congés formation durs à avoir ( en somme dépense un congé formation pour le plaisir d'aller à la fac alors que quelques années plus tard vous aurez un vrai souhait de reconversion)

Blan6ine
Blan6ine
Expert

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Blan6ine le Dim 8 Nov 2015 - 10:08
@jésus a écrit:Oui, faut aimer et maîtriser sa matière pour bien l'enseigner ( il y a des rumeurs de reconversions forcées avec la réforme des colèges , par exemple)
j'ai enseigné le français et ça le faisait pas...d'autres le supporte mais pas moi ( et dire quand dans l'éducation, on me force à enseigner une matière alors que je n'ai pas la formation et dans le secteur culturel , avec la bonne formation on se fait jeter)  Rolling Eyes  
Sauf que ce n'est pas une rumeur  😢  : http://www.neoprofs.org/t96593-nantes-preparation-de-reconversions-d-enseignants-du-prive-suite-a-la-reforme
florestan
florestan
Grand sage

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par florestan le Dim 8 Nov 2015 - 11:05
@jésus a écrit:Oui, faut aimer et maîtriser sa matière pour bien l'enseigner ( il y a des rumeurs de reconversions forcées avec la réforme des colèges , par exemple)
j'ai enseigné le français et ça le faisait pas...d'autres le supporte mais pas moi ( et dire quand dans l'éducation, on me force à enseigner une matière alors que je n'ai pas la formation et dans le secteur culturel , avec la bonne formation on se fait jeter)  Rolling Eyes  

Après, j'invite aussi à éviter des écueils propres au monde enseignant.
Eviter d'être des éternels étudiants et vouloir s'inscrire à chaque rentée à un diplôme ( je parle en connaissance de cause, j'ai une envie de m'inscrire à la fac chaque année mais au fond le diplôme en question ne rapporterait rien sur le marché du travail)
Et quitte à s'inscrire dans une formation, autant que ce soit une formation pro qui marche et non juste pour le plaisir ( j'ai vu un topic là dessus) Car les années et le temps sont précieux et les congés formation durs à avoir ( en somme dépense un congé formation pour le plaisir d'aller à la fac alors que quelques années plus tard vous aurez un vrai souhait de reconversion)

Ce n'est pas dans le but d'une reconversion mais c'est principalement pour cette raison que j'ai choisi l'enseignement: avoir du temps pour apprendre des langues, faire de la musique, lire, aller au cinéma, continuer à apprendre donc et à ma cultiver, ça me semble un but très agréable dans la vie. Mais bon, je suis à Paris et j'ai été agrégée presque tout de suite donc c'est plus facile pour moi. Si on aime apprendre des choses "inutiles" car pas vendables enseignant c'est pas mal.
Ajupouet
Ajupouet
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Ajupouet le Dim 8 Nov 2015 - 11:35
Pour ma part, je me suis reconvertie en profession libérale.
Et j'aime ce que je fais, je suis heureuse à la fin de la journée quand j'ai pu vraiment aider les gamins ( et moins jeunes)
Que fais-je? Rééducatrice de l'écriture
Est-ce une profession reconnue? Non
Est-ce que ca demande beaucoup de boulot? Oui. Énormément. Mais pas plus que de préparer ses cours, j'ai du temps pour ma famille, je m'organise comme je veux, c'est plus confortable je trouve.
Est-ce que ça demande une formation particulière? Oui, bien sûr. Mais elle se base sur ce que savent deja les enseignants pour ne leur enseigner que ce qui manque. Donc, deux semaines de cours intensives en présentiel sur les vacances ( toussaint, grandes vacances) + stage + devoirs...
Est-ce que ça paie bien? Au début, non, c'est certain. Mais maintenant, oui, rapport qualité de vie/revenus tout à fait satisfaisant de mon point de vue.
Et on peut même passer par un temps partiel EN le temps que son activité démarre.
Voilà, c'est mon expérience.


_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.com   - Facebook
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Aliceinwonderland le Dim 8 Nov 2015 - 11:35
@jésus a écrit:Oui, faut aimer et maîtriser sa matière pour bien l'enseigner ( il y a des rumeurs de reconversions forcées avec la réforme des colèges , par exemple)
j'ai enseigné le français et ça le faisait pas...d'autres le supporte mais pas moi ( et dire quand dans l'éducation, on me force à enseigner une matière alors que je n'ai pas la formation et dans le secteur culturel , avec la bonne formation on se fait jeter)  Rolling Eyes  

Après, j'invite aussi à éviter des écueils propres au monde enseignant.
Eviter d'être des éternels étudiants et vouloir s'inscrire à chaque rentée à un diplôme ( je parle en connaissance de cause, j'ai une envie de m'inscrire à la fac chaque année mais au fond le diplôme en question ne rapporterait rien sur le marché du travail)
Et quitte à s'inscrire dans une formation, autant que ce soit une formation pro qui marche et non juste pour le plaisir ( j'ai vu un topic là dessus) Car les années et le temps sont précieux et les congés formation durs à avoir ( en somme dépense un congé formation pour le plaisir d'aller à la fac alors que quelques années plus tard vous aurez un vrai souhait de reconversion)


Je ne sais pas, j'avais justement décidé de ne pas me réinscrire cette année car je me disais que ça n'avait aucun sens, que c'était ridicule de rester vieille étudiante etc. Eh bien je suis très contente que ma directrice soit venue me rechercher et m'ait fait changer d'avis. C'est un peu différent car moi je suis déjà reconvertie mais même si ce mémoire sera absolument inutile d'un point de vue professionnel je pense qu'en définitive ce sera quand même une bonne chose pour moi d'être allée jusqu'au bout.

Il y avait eu un article très intéressant sur un blog (je crois que le lien avait été donné sur le forum) d'une enseignante sur l'otium et les enseignants, et le fait que la société était de plus en plus suspicieuse à l'égard de ce temps libre dédié à la culture, mais je ne me rappelle plus l'auteur. Même si parfois cela paraît absurde je crois qu'il faut parvenir à dégager du temps pour cela.
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Aliceinwonderland le Dim 8 Nov 2015 - 11:39
Pour les professions libérales, attention à l'aspect financier quand même. Lors d'un remplacement en hôpital, je m'étais étonnée d'un kiné passé en salariat parce que l'URSSAF (disait-il ) lui avait réclamé des sommes folles. A l'époque je me disais qu'il exagérait, s'était mal débrouillé. Là je viens de me prendre dans les dents une nouvelle régularisation URSSAF de 2700 € à payer dans les 8 jours alors que je ne me verse même pas un SMIC, il paraît que je devrais récupérer des sous l'an prochain et j'ai envoyé le papier pour payer par trimestre (et pourtant je payais déjà de grosses sommes tous les 3 mois à l'URSSAF cette année), heureusement que je suis bien entourée parce que ça calme vraiment (il faut vraiment tenir à sa liberté pour rester en libéral je trouve).
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Aliceinwonderland le Dim 8 Nov 2015 - 11:50
Et attention aux nouvelles normes ERP. Je ne sais pas si je pourrai continuer du coup, ou alors en partant en province et en reprenant tout de zéro.
avatar
jésus
Habitué du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par jésus le Dim 8 Nov 2015 - 12:33
Oui, faut vraiment que la situation le permette et que les planètes soient alignées pour se dégager du temps en quantité suffisante...
Après moi, le temps libre en étant contractuel avec un peu d'expérience, je le passais à chercher un emploi dans le secteur culturel, à continuer à rester au courant de ce domaine, via des visites, discussions avec des amis sur ce sujet, association...et qu'un temps de pur loisir culturel, désintéressé , même en n'ayant pas de charge de famille est peu concevable ( je parle par exemple de faire de la musique, apprendre une nouvelle langue, des cours du soir etc) et encore tout ça est très fluctuant et cela dépend des semaines avec ou sans copies, bac blanc etc.

Mais avec une bonne paye de titulaire et la sécurité de l'emploi, je verrais peut être les choses différemment à moins courir après un autre boulot.
florestan
florestan
Grand sage

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par florestan le Dim 8 Nov 2015 - 12:44
@jésus a écrit:Oui, faut vraiment que la situation le permette et que les planètes soient alignées pour se dégager du temps en quantité suffisante...
Après moi, le temps libre en étant contractuel avec un peu d'expérience, je le passais à chercher un emploi dans le secteur culturel, à continuer à rester au courant de ce domaine, via des visites, discussions avec des amis sur ce sujet, association...et qu'un temps de pur loisir culturel, désintéressé , même en n'ayant pas de charge de famille est peu concevable ( je parle par exemple de faire de la musique, apprendre une nouvelle langue, des cours du soir etc) et encore tout ça est très fluctuant et cela dépend des semaines avec ou sans copies, bac blanc etc.

Mais avec une bonne paye de titulaire et la sécurité de l'emploi, je verrais peut être les choses différemment à moins courir après un autre boulot.

Mais c'est évident, ça change énormément la vie quand même!
Ajupouet
Ajupouet
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Ajupouet le Lun 9 Nov 2015 - 7:40
Pour répondre à Aliceinwonderland, je n'ai jamais dit que c'était simple, la profession libérale. Mais je trouve dommage de ne pas prendre en compte cette possibilité dans un choix de reconversion. Ne plus avoir de chef...

Les urssaf, effectivement, c'est très casse gueule, il faut donc provisionner large.
On peut commencer son activité de profession libérale en auto entrepreneur (micro entreprise), en parallèle de son activité d'enseignant. Là, pas de souci en perspective, sinon beaucoup de travail.
L'idéal est de s'arranger pour rester sous le plafond autorisé pour la microentreprise, juste à la limite. Et l'année suivante, on change de statut, on augmente encore son activité libérale, on réduit/supprime son activité EN. Et on prend un comptable pour éviter de tomber dans le piège urssaf.

C'est aussi un des avantages d'une profession non réglementée. Je suis libre de fixer mes tarifs, la durée de mes séances, je n'ai pas la paperasse sécu à faire...

L'activité libérale ne convient pas à tout le monde, j'en conviens volontiers. Mais pour ma part je ne souhaite pas du tout revenir en arrière et suis ravie de mon choix.

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.com   - Facebook
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Aliceinwonderland le Lun 9 Nov 2015 - 7:52
Oui il y a des avantages.

Mais comme je le disais à une personne qui envisageait de devenir psy sur un autre forum, même si je vois les avantages pour ma part, je ne conseillerais pas forcément cette voie. Et ça dépend de ce qu'on fait, on ne peut pas toujours fixer ses tarifs (l'AMO est ridiculement bas par exemple, il faut vraiment faire de l'abattage pour vivre correctement). Des collègues ont décidé de faire payer les bilans tiers-temps en plus quand le nombre de séances ne justifie pas un nouveau bilan, déjà je ne suis pas sûre que ce soit légal, et de toute façon j'ai très peu d'ados et de demandes de tiers temps désormais (je prends beaucoup de petits et de handicaps car je déteste ce consumérisme par rapport à l'école). 

Et tu vas t'en sortir avec les normes ERP? Moi je ne suis pas certaine de pouvoir rester où je suis, ce qui est assez inquiétant. Les travaux coûtent une somme colossale, et même si mon propriétaire finit par les faire (étant médecin il est aussi concerné) l'ascenseur ne sera jamais aux normes et la copro refuse de le changer (ce que je comprends car les charges sont déjà très lourdes), le cabinet risque de fermer quand les médecins prendront leur retraite et d'être retransformé en appartement. Et en cas de travaux et de dérogation concernant l'ascenseur mon loyer augmentera, je ne sais pas si je pourrai rester.
Ajupouet
Ajupouet
Fidèle du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par Ajupouet le Lun 9 Nov 2015 - 8:10
Pour les normes ERP, je suis dans une sorte de "maison médicale" .
Une ancienne maison mise aux normes pour en faire des cabinets (orthophonistes, orthoptiste, psy, et moi). C'est vraiment agréable, confortable, et fonctionnel.
Tout seul, c'est impossible financièrement de se mettre aux normes. Il faut se grouper, ou investir dans du neuf. C'est d'ailleurs pour cela que les maisons médicales fleurissent.
Mon conseil, ne pas attendre. En parler autour soi, chercher, et déménager à la première occasion satisfaisante.

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.com   - Facebook
avatar
jésus
Habitué du forum

La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions - Page 9 Empty Re: La reconversion des enseignants : récapitulatif des solutions

par jésus le Lun 9 Nov 2015 - 8:39
vous faites quoi comme profession libérale déjà? Comment avez -vous négocier votre reconversion?
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum