Arthur Adamov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arthur Adamov

Message par Paul Dedalus le Mer 9 Sep 2015 - 11:29

Je découvre cet auteur sublime et ses fulgurances ces jours-ci et j'aimerais savoir si d'autres néos connaissent.

Il est né en 1908 à Kislovodski, a passé une partie de son enfance en Suisse puis est resté à Paris de 1922 jusqu'à son suicide le 15 mars 1970.
Je suis profondément touché par la justesse de son écriture.

Quelques extraits :

"L'homme, masse aveugle, est immergé dans l'océan du monde, mais il en est séparé par la frontière opaque qui délimite son corps. En général, les échanges entre le monde et lui se réduisent à l'intérêt immédiat d'une excitation qui signale un danger à éviter ou un besoin à satisfaire. Pourtant, il se fait parfois une fissure qui laisse place à un contact plus efficace, bien qu'il ne semble satisfaire à aucun intérêt précis. Un objet, dressé dans le mystère de sa forme, possède à certains instants le don secret d'attirer loin du corps la conscience de l'homme, d'appeler l'esprit hors de ses limites, de le capter par fascination."

Arthur Adamov, Je...ils, "L'aveu", "Ce qu'il y a", p.42, collection L'imaginaire, Editions Gallimard.


Je suis séparé. Ce dont je suis séparé, je ne sais pas le nommer. Mais je suis séparé [...] Tout ce qui en l'homme vaut la peine de vivre tend vers un seul but inéluctable et monotone : passer outre aux frontières personnelles, crever l'opacité de sa peur qui le sépare du monde."

Arthur Adamov, Je...Ils.
Gallimard, 1969


"La souffrance est dans le monde la marque infaillible de la séparation. Elle est en soi séparation. Souvent la vision de l'unité apparaît dans une lumière de prodige. Pourtant, non moins prodigieuse m'apparaît la vision de la séparation. N'est-il pas incompréhensible que des êtres puissent différer entre eux, et que le coup porté à l'un de ces êtres atteigne fatalement, inéluctablement, celui-là seul à qui ce coup a été porté, sans qu'aucun autre jamais en paraisse touché?"

Arthur Adamov, Je...ils, "L'aveu", "Ce qu'il y a", p.47, collection L'imaginaire, Editions Gallimard.

Paul Dedalus
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum