Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
ank
Niveau 1

question de champ lexical

par ank le Mar 22 Sep 2015, 10:35
Bonjour,

Peut-on dire que les mots "silence" et "se taisait" appartiennent au champ lexical du bruit ? Je pense qu'il appartient au réseau lexical du son, mais quelqu'un peut-il me guider ? J'ai un peu le nez dans le guidon et la question de mes élèves tout à l'heure m'a laissée perplexe.
Merci pour vos lumières!
avatar
alma_mater
Niveau 5

Re: question de champ lexical

par alma_mater le Mar 22 Sep 2015, 11:11
Bonjour,

Je ne mettrai pas ces deux mots dans le champ lexical du bruit puisqu'il y a l'absence du bruit dans les mots "silence" et " se taire". Je dirais le champ lexical du silence ou du calme.
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: question de champ lexical

par trompettemarine le Mar 22 Sep 2015, 11:57
Je ne sais pas pourquoi tu as besoin de ce classement, mais si tu dois faire travailler les élèves sur un texte comprenant ces mots, ou sur un liste de mots, pourquoi ne pas contourner l'obstacle en leur disant de noter dans une colonne le vocabulaire du bruit et dans l'autre celle des mots qui désignent son absence.
De toute façon, c'est ce que tu veux en faire qui compte.
Que veux-tu leur apprendre exactement, sur quel texte ? Nous pourrons alors davantage te renseigner.

Juste pour le plaisir, deux extraits de Calvino :
Un Roi à l'écoute :
Le palais est un entrelacs de sons réguliers, toujours les mêmes, comme le battement du coeur, d'où se détachent d'autres sons discordants, imprévus. Une porte claque, où çà? Quelqu'un court dans l'escalier, on perçoit un cri étouffé. De longues minutes d'attente passent. Un sifflement résonne, long, aigu, descendu peut-être d'une fenêtre de la tour. Un autre sifflement répond, venu d'en bas. Puis, le silence.

Existe-t-il une histoire qui relie un bruit à un autre? Tu ne peux t'empêcher de chercher un sens, qui se cache peut-être non dans chacun de ces bruits isolés mais entre eux, dans les pauses qui les séparent. Et, s'il existe une histoire, est-ce une histoire qui te concerne? Une suite de conséquences qui finiront par t'impliquer? Ou s'agit-il seulement d'un épisode indifférent parmi tous ceux dont se compose la vie quotidienne du palais? Chaque histoire que tu penses deviner renvoie à ta personne, rien ne se passe dans le palais où le roi ne joue un rôle, actif ou passif. De l'indice le plus faible, tu peux tirer un augure sur ton sort.

Le chevalier inexistant :
Au-dessous de ma cellule, se trouvent les cuisines du couvent. Tandis que j’écris me parvient un tintamarre de couverts de cuivre et d'étain: les sœurs chargées des besognes ménagères rincent la vaisselle de notre piètre réfectoire. Moi, l'Abbesse m'a assigné une tâche différente, celle de rédiger cette histoire mais tous les travaux du couvent, ordonnés selon une fin unique - la rédemption des âmes - ne font qu'un seul et même ouvrage. Hier j'en étais au récit de la bataille, et, dans le tintement de vaisselle qui montait de l'office, je croyais entendre les lances heurter contre les écus et les cottes, retentir les heaumes martelés de lourds estocs. Du fond du préau, arrivaient jusqu'ici les battements du rouet des sœurs filandières, et ce que j'entendais, moi, c'était un claquement des sabots de coursiers lancés au galop: ainsi, ce que percevaient mes oreilles, mes yeux mi-clos le changeaient en images, et mes lèvres silencieuses en un essaim de paroles, et ma plume, à travers la page blanche, courait pour les rejoindre.

Allez, un troisième, Le nom, le nez (même si on s'éloigne de ton thème)
Comme autant d'épigraphes en un alphabet indéchiffrable, dont la moitié des lettres auraient été effacées par le polissage du vent chargé de sable, c'est ainsi que vous serez, parfumeries, pour l'homme sans nez de l'avenir. Vous nous ouvrirez encore de silencieuses portes vitrées, et sur les tapis vous amortirez nos pas, vous nous recevrez dans vos espaces d'écrins, dépourvus d'angles, parmi les revêtements en bois laqué des parois, vendeuses et directrices hautes en couleur et bien en chair comme des fleurs artificielles nous frôleront encore de leurs bras potelés armés de vaporisateurs ou de l'ourlet de leur jupe lorsque, sur la pointe des pieds, elles grimperont au sommet des tabourets : mais les flacons les burettes les ampoules à bouchons de verre taillés en facettes ou en pointe continueront en vain à nouer, d'un étalage à l'autre, le réseau de leurs accords de leurs consonances de leurs dissonances contrepoints modulations et progressions : nos sourdes narines ne saisiront plus les notes de la gamme : les arômes musqués ne se distingueront plus des cédrats, l'ambre et le réséda, la bergamote et le benjoin resteront muets, scellés dans le sommeil tranquille des flacons. Oublié l'alphabet de l'odorat, qui en faisait autant de vocables, d'un lexique précieux, les parfums demeureront sans paroles, inarticulés, illisibles.
ank
Niveau 1

Re: question de champ lexical

par ank le Lun 05 Oct 2015, 10:45
Merci (un peu tardif) pour les réponses. Il s'agissait simplement d'un point de détail et non d'un travail général avec mes élèves, et j'avais un doute (le silence appartient-il au champ lexical du bruit oui ou non?) que vous avez résolu! Merci beaucoup! Smile
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: question de champ lexical

par User5899 le Lun 05 Oct 2015, 12:50
@ank a écrit:j'avais un doute (le silence appartient-il au champ lexical du bruit oui ou non?)
On dit couramment que le cinéma parlant a apporté le silence Wink
Contenu sponsorisé

Re: question de champ lexical

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum